image_pdfimage_print

octobre 2018 archive

Congrès Départemental PCF 29 – Organisation

Cher-e-s camarades,
Le Conseil Départemental du PCF Finistère du jeudi 11 octobre à Châteaulin a fixé les 3 réunions statutaires avant notre congrès départemental du PCF Finistère du samedi 10 novembre à la salle-restaurant de Coat Hellen, rue Rue Mine Car, de Plonéour Lanvern (29720), près de Pont L’Abbé dans le pays Bigouden.

* Réunion de la commission finances  préparatoire au congrès, où sont invités les trésoriers et secrétaires de section:

Le samedi 27 octobre 15h00 salle Penmez à Châteaulin

 

* Réunion Commission Candidature pour le Conseil Départemental: 

Le jeudi 8 novembre à 17h30 salle Penmez à Châteaulin – réunion où chaque section peut déléguer un représentant en plus des représentants désignés par le Conseil Départemental.
* Réunion Commission texte – chargée d’examiner les propositions d’amendements et de contributions sur la base commune du Congrès afin d’organiser les débats du congrès 
Le jeudi 8 novembre à 19h30  salle Penmez à Châteaulin – les représentants des sections qui le souhaitent pourront rester à cette réunion.
La matinée du congrès départemental du 10 novembre devrait être consacrée à l’examen du texte national et au débat sur celui-ci tandis que l’après-midi sera plutôt consacrée à notre activité fédérale et au débat sur l’orientation de celle-ci sur les prochaines années.
Le débat sur le texte de base commune retenu le 6 octobre dernier, « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIe siècle » continue à avoir lieu dans les sections.
Le conseil national appelle les communistes à participer pleinement à cette nouvelle étape, et à amender la base commune afin que celle-ci puisse rassembler la plus grande majorité des communistes. Afin de permettre et faciliter la circulation de propositions de modifications, et d’enrichissements de la base commune, une rubrique est ouverte sur le site du congrès.
https://congres2018.pcf.fr/amendements
Envoyez-moi le plus en amont possible vos amendements, ou sur la boîte mail de la fédé, pour organiser le travail de la commission texte, regrouper les amendements, voire ceux qui se complètent ou s’opposent.
Pour le Congrès National des 23-24-25 novembre à Ivry-sur-Seine, le Congrès départemental du 10 novembre à Plonéour Lanvern élira 9 délégués du Finistère.
Et le coût du mandat par délégué (pris en charge par la fédération) est de 170€.
Le CD a discuté jeudi 11 octobre des règles de délégation au Congrès départemental.
On part sur une volonté d’avoir 80 délégués environ et un principe de 2 adhérents de droit par section + 1 délégué par tranche de 10 adhérents.
Cela donne:
Audierne: 2 délégués
Brest: 14 délégués
Carhaix- 2 délégués
Huelgoat – 3 délégués
Châteaulin-Chateauneuf du Faou: 2 délégués
Concarneau:  3 délégués
Crozon- 2 délégués
Douarnenez:  3 délégués
Fouesnant:  4 délégués
Lanmeur:  3 délégués
Le Relecq Kerhuon: 5 délégués
Moëlan sur Mer: 3 délégués
Morlaix:  9 délégués
Pays Bigouden:  8 délégués
Quimper: 5 délégués
Quimperlé: 3 délégués
Roscoff: 3 délégués
Rosporden: 4 délégués
Scaër: 3 délégués
Si toutes les sections envoient le bon nombre de délégués auxquels elles ont droit, on aura 81 représentants à notre congrès départemental. Nous pouvons aussi avoir des adhérents qui demandent à être invités, en plus de ces délégués.
Le prix du mandat par délégué sera de 40€ pour les sections (incluant le repas au restaurant, 26€, attenant à la salle de réunion, et le café-viennoiseries du matin, 5€).
Les sections sont priées d’annoncer rapidement, à l’issue de leurs réunions ces prochains jours, leur nombre de délégués et leurs noms/prénoms.
Mais aussi si elles souhaitent présenter des candidats pour:
–  être membre élu du Conseil Départemental du PCF 29
–  être délégué au Congrès National des 23-24-25 novembre 2018
–  être secrétaire départemental
–  être membre du Conseil National
Fraternellement,
Ismaël Dupont, secrétaire départemental PCF 29

Education populaire : hier, 25 octobre, premier jeudi rouge avec Pierre Crépel

Succès hier pour ce premier jeudi rouge avec Pierre Crépel autour des « mots glissants »

Une trentaine de personnes, dont certains non adhérents du Parti

Les participants attendent la suite avec impatience et la journaliste de Ouest France a répondu à notre invitation

Et la suite…Faites circuler….

Jeudi 29 novembre: « Avec Marx penser et agir aujourd’hui » (1ére partie) Bernard Vasseur Professeur de Philosopie

Jeudi 13 décembre : « Avec Marx penser et agir aujourd’hui » (2 éme  partie) Bernard Vasseur Professeur de Philosopie (ce n’est pas le dernier jeudi du mois pour cause de Noel !)

Jeudi 31 janvier : « Faut il sauver le soldat Europe ? »

Jeudi 28 février : « La mondialisation »; Nasser Mansouri ; Economiste; coordinateur du pôle économique de la CGT

Jeudi 28 mars:  « Les migrations aujourd’hui »  Catherine Wihtol de Wenden . CNRS, Politologue. spécialiste des migrations internationales.

Jeudi 25 mars: « Vous avez dit populisme ? »  Jean Quétier ; Doctorant en Philosophie Université de Strasbourg.

Les soirées se concluent par un buffet partagé avec le conférencier où chaque participant est invité à apporter qui à boire qui à se restaurer.

Espace Benoîte Groult – salle Isole -Quimperlé

Débat parcoursup et l’éducation pour tous à Brest le 22 octobre : compte rendu

Cher-s camarades, 

 

Excellent débat sur Parcoursup organisé par le PCF , pour l’égalité d’accès à l’éducation et l’enseignement supérieur hier à la fac Ségalen de Brest avec Pierre Ouzoulias, sénateur communiste des Hauts-de-Seine, Lucien Richard, responsable organisation de la JC 35, Marie Dagnaud de la CGT educ’action, Olivier Cuzon, de Sud-Solidaires, et Jean-Marc Clery, porte parole de la FSU-Bretagne .

Des intervenants de très grande qualité. 

Un débat organisé par la section de Brest et animé par Gérald du PCF BREST.

Morceaux choisis: 

« Parcoursup, une « belle réussite« , qui a éliminé des dizaines de milliers de bacheliers de l’enseignement supérieur (-7% d’inscrits en fac notamment), des jeunes issus des classes populaires, de lycées techniques et professionnels pour la plupart ».

 » La France consacre depuis 10 ans de moins en moins de moyens, rapportés au nombre d’étudiants qui augmente, à l’enseignement supérieur ».

« Les algorithmes locaux des universités sont non communiqués, on ne sait pas sur quels critères ils travaillent, ni s’ils sont légaux »

« On va préparer la spécialisation des élèves en amont pour correspondre aux attendus des universités. Dès la fin 3ème, les élèves vont devoir avoir une idée des choix qu’ils vont devoir faire. On spécialise l’enseignement général et technologique, on despécialise l’enseignement professionnel en lui retirant une série de compétences générales. On cherche à ce que les élèves restent bien dans la bonne case. On a pas un gouvernement qui vise l’émancipation des gens ».

« En Bretagne, 33 000 lycéens bacheliers passaient par la plateforme parcoursup. 8000 n’avaient aucune réponse au mois de juin, 950 savaient qu’ils étaient sans aucune proposition. C’est difficile de savoir combien de jeunes ont vu leurs vœux préférentiels satisfaits. 20% des élèves ont sans doute décroché de Parcoursup, se retrouvant sans orientation dans le supérieur, ou dans des écoles privées. En STAPS à Rennes, 200 dossiers ont été refusés, une centaine de dossiers ont été refusés en sciences de l’éducation

.

« Les effectifs ont baissé pour la première fois de 7% à l’entrée à l’université. Pour ce qui est des STMG, un tiers d’entre eux ont abandonné parcoursup. En région parisienne, il y a une sélection incroyable sur critères sociaux que parcoursup accentue ».

« Le tirage au sort a bien lieu en réalité dans certaines universités pour départager les candidats aux dossiers voisins ».

« Il manque des places à l’université et en même temps il y a des filières qui ne font pas le plein mais on ne rentre pas les étudiants dans les filières comme des sardines dans des boîtes. Le service public d’éducation a vocation a fonctionné même si certaines classes sont à moi tié vides ».

« Parcoursup traduit une projet idéologique de la droite depuis longtemps: le refus de la démocratisation de l’enseignement. Il s’agit d’empêcher tous ceux qui ont le bac d’accéder à la filière de leur choix. Le Bac n’est plus le premier diplôme du supérieur ».

« Les enfants d’ouvriers sont 12% en master, 4% en doctorat, actuellement. Parcoursup ne fait que renforcer ces discriminations. Cela conduit à l’auto-sélection, l’auto-censure. Et on localise le bac. Les notes de terminale n’ont pas la même valeur dans un lycée de centre-ville d’une grande ville et dans un petit lycée d’une petite ville ».

« On oblige les jeunes à se déterminer beaucoup plus tôt sur leur orientation future alors qu’on liquide parallèlement des cohortes de conseillers d’orientation. Le summum c’est la lettre de motivation qui discrimine ceux qui sont à l’aise à l’écrit ou ont des aides familiales et les autres »

« On a pas anticipé le pic de natalité de l’an 2000 avec 35 000 naissances de plus. C’est soit un problème d’incompétence totale, soit un choix. Il aurait fallu augmenter de manière significative les moyens pour l’université. Aujourd’hui, on oblige les jeunes à cocher les cases par défaut, les bacheliers professionnels accédant à l’université sont passés de 25% à 15%. Avec parcoursup, ce n’est plus les humains qui dépendent des machines mais les êtres humains qui se transforment en machines devant s’auto-évaluer et se vendre. Parcoursup, c’est un projet idéologique des forces capitalistes et libérales qui renvoient au processus. Cela renvoie au processus de Bologne par lequel les décideurs européens ont voulu uniformiser le modèle compétitif et managérial à l’université »

« Blanquer ne cesse de faire des cadeaux au privé. Alors que 95% des enfants sont scolarisés en maternelle à 3 ans, Blanquer, en rentant la scolarisation obligatoire à 3 ans fait un énorme cadeau aux écoles privées car les mairies vont devoir financer l’enseignement confessionnel ».

« Dans le débat d’orientation budgétaire, nous avons proposé d’affecter les 6,5 milliards de crédit impôt-recherche aux universités plutôt que cela serve à faire de l’optimisation fiscale ou autre. Pour embaucher des profs d’université, des maîtres de conférence, des responsables de TD, il faut des moyens. Est-ce légitime de mettre 6 milliards sur les prochaines années dans le programme M 51 de renouvellement des armes atomiques et des missiles atomiques alors qu’on aurait pu les mettre dans l’éducation, la jeunesse? Pour autant nous avons été le seul groupe a voté contre au Sénat » ( Pierre Ouzoulias)

« Il faut réellement mettre des moyens en face des besoins. Je suis pour une nationalisation de l’enseignement privé, le refus de la collaboration des enseignants avec les réformes libérales de tri des élèves ».

« En 2000, 18% des élèves de lycée poursuivaient leurs études. Aujourd’hui, c’est 36%. Entre 2008 et 2018 on a gagné plus de 500 000 étudiants. Le processus de démocratisation de l’enseignement est inéluctable, irréversible. Toute la question, c’est les moyens qu’on met pour l’accompagner. Depuis 10 ans, l’effort de la nation par étudiant a nettement diminué. Quels moyens sommes nous prêts à investir pour la formation de la jeunesse? »

« Aujourd’hui, depuis les accords Vatican-Kouchner il y a 10 ans dans le supérieur, qui autorise le privé à délivrer des diplômes, le privé est à l’offensive dans l’enseignement supérieurs, avec aussi des objectifs d’évangélisation assumés ».

« On a des difficultés à mobiliser, et pourtant c’est la clef de tout. Pas de vraie victoire des batailles étudiantes depuis la lutte contre le CPE en 2005-2006 »

« La non hiérarchisation des voeux produit un temps d’attente extrêmement long sur parcoursup et c’est un effet dissuasif voulu. L’attente fait partie du système: elle a concerné 20% des élèves du général, 50% des élèves sortant d’un bac pro. Parcoursup classe en fonction des milieux sociaux. Il ne faut pas confondre l’apparent amateurisme de l’algorithme et de la structure de parcoursup et le projet politique et la stratégie très calculés. Avec APB, tu pouvais avoir l’impression que tu choisissais ton école, ta filière; là c’est l’inverse, on te choisit et tu dois te vendre « .

Plusieurs lycéens et étudiants sont intervenus au court du débat:

Regrettant la non hiérarchisation des vœux et les effets que ça induit.

– Pour mettre l’accent sur le discours centré sur l’humain, les valeurs, le quotidien partagé et l’épanouissement individuel à tenir auprès des jeunes, plutôt que sur les chiffres, les moyens, l’argent, si on veut les toucher et les mobiliser. On a aussi besoin qu’on nous présente un projet en positif plutôt qu’une simple critique de l’existant. ON NE SE BAT PAS POUR DE L’ARGENT MAIS POUR DES DROITS.

– Sur la situation de stress vécue par les jeunes en terminale, qui vont malades au lycée pour éviter que des absences les handicapent dans le cadre de Parcoursup.

– Sur la mise à distance psychologique par rapport à des choix d’orientation qu’opère parcoursup.

– Sur le scandale de la confidentialité des données dans les algorithmes locaux de parcoursup.

– Sur les difficultés pour les jeunes des catégories populaires qui se rajoutent avec parcoursup.

– Sur le droit à l’orientation pour se former intellectuellement et non pour réussir socialement par une filière de prestige. Il faut pouvoir faire des études dans lesquels on se reconnaît. Il faut casser les représentations négatives sur certaines formations.

– Il faut accompagner les jeunes dans l’enseignement supérieur, les former, leur parler.

– Sur les pertes d’heures et de moyens de profs dans les UV dans certaines filières comme la psycho.

– Sur le travail salarié des étudiants et son impact pour la réussite dans les études.

– Sur le revenu d’autonomie étudiant à conquérir.

Des syndicalistes SNES-FSU, CGT de l’éducation privé, CGT  sont aussi intervenus dans la salles, où étaient présents des chercheurs à l’université.  

A l’issue de ce débat passionnant de 2h30 environ, avec une grande richesse d’interventions, 3 lycéens et étudiants ont demandé d’adhérer au PCF.


Document à télécharger:

Rapport Parcoursup – La perception par les lyceens de la nouvelle procedure – CAVL Nantes

Audition de Mme Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Mardi 23 octobre 2018 . Intervention de Pierre Ouzoulias.

http://videos.senat.fr/video.857271_5bccfdba7616c.audition-de-mme-frederique-vidal-ministre-de-l-enseignement-superieur-de-la-recherche-et-de-l-inno?timecode=5287820

 

 

JEUDIS ROUGES

Le compagnonnage du Parti Communiste avec la culture et l’éducation, le partage des savoirs, des compétences est une longue histoire.

Souvenons nous, par exemple, que la première Maison de la culture en France est fondée à l’initiative de Paul Vaillant Couturier en 1935 à Paris avec Louis Aragon comme secrétaire général. L’idée fera son chemin et André Malraux  devenu ministre la reprendra à son compte !Les ambitions du Réseau d’Initiatives « partage des savoirs » sont modestes mais elles s’inscrivent dans cette histoire là et dans cette vision de la société.

Les Jeudi Rouges  qui se tiendront à Quimperlé, espace Benoîte Groult, à partir du mois d’octobre tous les derniers jeudis du mois ont pour vocation de découvrir,  de comprendre, de débattre autour d’un thème  et avec l’aide d’une ou d’un spécialiste de la question retenue.  Et d’aider à agir et à riposter.

Le premier des « Jeudis Rouges » aura lieu le jeudi 25 octobre à 18 h 30

(infos à télécharger : jeudis rouges flyer)

On inaugurera ce cycle de rencontres par les questions posées par le vocabulaire, les mots, les mots de tous les jours , ceux notamment dont on nous rebat les oreilles à longueur d’antenne et de revues libérales. Que cachent ils ? Que véhiculent ils ?

Les mots « glissants ou vocabulaire et politique

Petit cours d’auto-défense intellectuelle

avec Pierre Crépel, mathématicien, historien des sciences

Et la suite…

Jeudi 29 novembre: « Avec Marx penser et agir aujourd’hui » (1ére partie) Bernard Vasseur Professeur de Philosophie

Jeudi 13 décembre : « Avec Marx penser et agir aujourd’hui » (2 éme  partie) Bernard Vasseur Professeur de Philosophie (ce n’est pas le dernier jeudi du mois pour cause de Noel !)

Jeudi 31 janvier : « Faut il sauver le soldat Europe ? »

Jeudi 28 février : « La mondialisation »; Nasser Mansouri ; Economiste; coordinateur du pôle économique de la CGT

Jeudi 28 mars:  « Les migrations aujourd’hui »  Catherine Wihtol de Wenden . CNRS, Politologue. spécialiste des migrations internationales.

Jeudi 25 mars: « Vous avez dit populisme ? »  Jean Quétier ; Doctorant en Philosophie Université de Strasbourg.

Les soirées se concluront par un buffet partagé où chaque participant est invité à apporter qui à boire qui à se restaurer.

Pour une bonne organisation de la soirée, merci de nous faire part de votre éventuelle participation.

A bientôt.

Plus d’information :pcfpaysdequimperle@gmail.com

 

 

Lettre du Pcf 29 aux médias 12 octobre 2018

Bonjour,

Nous tenons à vous tenir informés de l’actualité du PCF Finistère.

Présents très nombreux dans la manifestation inter-professionnelle et intersyndicale du mardi 9 octobre, nos militants le seront encore dans la manifestation intersyndicale du 18 octobre . Notre présence dans les luttes, cela a été aussi la participation aux manifestations de solidarité pour l’Aquarius et l’accueil des migrants le samedi 6 octobre, notre participation à la Marche pour le climat le 13 octobre et à la journée d’action contre l’armement nucléaire et pour l’interdiction des armes atomiques le dimanche 14 octobre à Crozon devant l’Ile Longue.

Nous avons vécu auparavant une très belle fête de l’Humanité où 75 personnes sont montés à Paris pour s’occuper du stand du Finistère. 500 000 personnes ont participé à cette fête de l’Humanité extraordinaire.


Activités, fêtes et conférences.

Le 1er et 2 décembre, nous préparons la fête de l’Humanité Bretagne à Lorient où le PCF Finistère aura aussi un stand et organise un débat sur la situation des Kurdes en Syrie et en Turquie, avec Hazal Karakus et Sengul Karaka du mouvement des Femmes Kurdes, et probablement Christine Prunaud, sénatrice communiste emprisonnée en Turquie, et Pascal Torre, responsable PCF en charge du suivi du secteur Moyen-Orient.

Le lundi 22 octobre à la fac de Brest, nous faisons venir le sénateur communiste Pierre Ouzoulias, le porte-parole de la FSU Bretagne Jean-Marc Clery, Olivier Cuzon de Sud éducation, Marie Dagnaud de la CGT Educ’action et Lucien Reichard de la JC pour un débat sur Parcoursup et les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur, débat organisé par le PCF et la JC.

Le mercredi 24 octobre, au local du PCF du Relecq-Kerhuon, réunion de la fête de l’Huma Bretagne à 14h30, réunion-bilan de la fête de l’Huma Paris à 17h, et repas fraternel des bénévoles de la fête de l’Huma à 19h.

Plusieurs de nos sections organisent aussi des sessions d’éducation populaire durables et régulières

Comme les Mardis de l’éducation populaire à Morlaix:

Le 13 novembre avec l’écrivain Valère Staraselki sur Aragon, le 11 décembre avec l’écrivaine Anne Guillou sur la guerre d’Algérie, le 5 février avec l’historien Pierre Outteryck sur la militante Martha Desrumaux, dirigeante du Front Populaire, résistante, déportée.

Valère Staraselski sera à Brest le 14 novembre à 18h pour nous parler de la thématique de son dernier livre, Le Parlement des Cigognes (Prix Licra): l’antisémitisme.

Comme les Jeudis Rouge à Quimperlé:
Les communistes de la 8e circonscription organisent à partir de la rentrée 2018 des conférences-débat d’éducation populaire à la salle Coat Kaer les jeudi:

Le Jeudi 25 octobre: Pierre Crépel: « les mots glissants, vocabulaire et politique »
Conférence Suivie de deux soirées avec Bernard Vasseur professeur de philosophie, ancien directeur du Centre de recherche et de création Elsa Triolet, Louis Aragon. autour de « Avec Marx, penser et agir aujourd’hui ». (à paraitre pour la Fête de l’Huma editions PCF 93.)

Jeudi 29 novembre: « Penser et agir en matérialiste ».

Jeudi 20 décembre: « Penser et agir en dialecticien ».

Nous distribuons aussi en ce moment notre journal Rouge Finistère, un trimestriel gratuit tiré à 30 000 exemplaires, dans tout le département.

Et distribuons 15 000 tracts pour des plans d’urgence dans les hôpitaux et les EHPAD avec une signature d’une pétition régionale.


Élections Municipales.

Pour la préparation des élections municipales, notre cap est l’unité de la gauche sur la base de contenus programmatiques qui servent l’intérêt de la population, d’un refus des politiques libérales et d’austérité qui fragilisent les communes, les services publics, les solidarités, et de l’expérimentation de nouvelles politiques d’égalité et de transition écologique. Nous nous donnons pour objectif de gagner des élus (35 actuellement dans le département) et des communes à gauche, de conserver la majorité dans les municipalités de gauche où nous sommes présents.

 


Vie du Parti.

Notre parti est en dynamique et garde un potentiel d’attraction pour des gens qui veulent apporter leur pierre à une gauche qui lutte et propose contre l’hégémonie capitaliste : depuis janvier 2018, nous avons fait 40 adhésions, dont pas mal mal de jeunes.

Le 6 octobre dernier, nous avons dépouillé le vote des adhérents du PCF pour la base commune de discussion du congrès dans la fédération, vote des adhérents cotisants à jour sur 3 jours dans nos 18 sections, précédés de semaines de débat.

Voici les résultats:

63% de participation

Projet de base commune présenté par le Conseil national du PCF: « Le communisme est la question du XXIe siècle » (texte soutenu par Pierre Laurent) : 56,3%
Texte alternatif n°1: « Se réinventer ou disparaître! Pour un printemps du communisme »: (7,5%)
Texte alternatif n°2 (texte soutenu par André Chassaigne) « Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle »: (29,6%)
Texte alternatif n°3: « Reconstruire le parti de classe. Priorité au rassemblement dans les luttes »: (6,5%)

Désormais nos 850 adhérents (520 à jours de cotisation, ce qui fait de nous la 26e fédération de France du PCF en nombre de cotisants et la première de Bretagne) vont avoir jusqu’au 10 novembre pour travailler et amender dans les réunions de section le texte choisi comme base commune au niveau national. Avec une exigence: celle de l’unité et de l’efficacité du PCF, au service des luttes, des citoyens et de la mise en mouvement populaire.

La base commune de discussion pour le Congrès national du PCF à Ivry-sur-Seine le 23,24,25 novembre: « Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle » (42% sur le plan national contre 38% au texte soutenu par le Conseil National: « Le communisme est la question du XXIe siècle »

Les 4, 5 et 6 octobre, 49 218 communistes à jour de leurs cotisations et ayant adhéré au PCF il y a plus de trois mois, devaient choisir le texte de base commune de discussion pour le 38e congrès.
30 833 de ces électrices et électeurs inscrit·e·s ont voté, soit 62,65 % des inscrit·e·s. Cette participation montre la vitalité militante et démocratique du PCF.

Notre congrès départemental aura lieu le samedi 10 novembre à Plonéour-Lanvern près de Pont L’Abbé dans le pays Bigouden, toute la journée, avec débat sur notre congrès national, sur notre activité départementale, et élection de la direction départementale. Entre 70 et 80 adhérents communistes du Finistère devraient y participer.


Commémorations.

Le dimanche 11 novembre, nous organiserons dans plusieurs localités des commémorations communistes et pacifistes du centenaire de la fin de la Grande Guerre avec notamment une représentation du spectacle du Théâtre de la Corniche, « Bonsoir m’amour » à St Martin des Champs (Salle Gallouedec).


Européennes.

Le samedi 8 décembre à la MPT de Logonna Quimerc’h le PCF Finistère organise une AG départementale avec un repas de réflexion sur les Municipales dans le département et les Européennes, avec Anne Sabourin, dirigeante nationale en charge du secteur Europe et du PGE.

Il est aussi prévu au mois de novembre probablement une venue de Ian Brossat, notre chef de file des Européennes, dans le Finistère. Notre campagne des Européennes commence dès maintenant.

Ismaël Dupont

Secrétaire départemental du PCF Finistère.

Débat Parcoursup à Brest Lundi 22 octobre à 18h00

Pierre Ouzoulias 1

Le PCF Brest et Finistère vous invitent à un débat qui aura lieu,  à la fac Ségalen de Brest,  Lundi 22 octobre à 18h00.
Sur Parcoursup et les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur
avec
Pierre Ouzoulias, sénateur communiste
Jean-Marc Cléry, porte-parole régional de la FSU 
Marie Dagnaud, CGT Educ’action
Olivier Cuzon, Sud Education
Lucien Richard, Mouvement des Jeunesses Communistes de France, responsable orga de la JC 35  
Pierre Ouzoulias 2
Jean-Marc Cléry au débat sur Parcoursup et les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur à l’espace Bretagne de la fête de l’Huma 2018 avec Yann Le Pollotec, Pierre Ouzoulias, Camille Lainé

Vote sur la base commune de discussion pour le Congrès d’Ivry, 23-25 novembre 2018

affiche-je-suis-communiste-et-ca-fait

Résultats dans le Finistère et au niveau national 
Voici les résultats de la consultation des adhérents du PCF Finistère sur la base commune de discussion du Congrès des 23 au 25 novembre à Ivry.
Merci à tous les camarades qui ont organisé le vote et les débats dans les sections.
Bravo à tous les adhérents qui ont exercé leur souveraineté à l’occasion de ce scrutin interne important, et qui ont contribué à apporter leurs réflexions sur l’avenir du PCF, les choix et directions qu’il doit prendre.
Notre Parti a une nouvelle fois fait la preuve de sa capacité à conjuguer exigence politique, sens critique, volonté de construire, fraternité et écoute de la diversité des points de vue.
Tous les textes ont été examinés, discutés, pris au sérieux.
Unis, rassemblés, et prêts à engager des transformations qui s’imposent pour peser davantage sur le débat politique et être mieux entendus, nous sortirons plus forts!
Fraternités à tous nos camarades, ceux du présent et ceux de l’avenir!
Maintenant, nous avons un mois et demi pour continuer à travailler la nouvelle base commune de discussion, Pour un manifeste du Parti Communiste du 21e siècle, notamment en intégrant l’apport utile d’autres textes qui ont été appréciés par beaucoup de communistes, comme nous sommes nombreux à l’attendre.
Et pour continuer, plus que jamais, à tenter de nourrir les luttes pour résister et faire naître l’espoir dans le peuple, avec un projet d’alternative à la domination capitaliste et à néo-libéralisme.
Ismaël Dupont
***
Fédération du Finistère (27e fédération de France en nombre d’adhérents communistes cotisants à jour pouvant voter et première fédération de la Bretagne) :
Inscrits: 514 
Votants: 325 (63%) 
Blanc: 1
Nuls: 3 
Exprimés: 321
Projet de base commune présenté par le Conseil national du PCF: « Le communisme est la question du XXIe siècle »: 181 voix (56,3%)
Texte alternatif n°1: « Se réinventer ou disparaître! Pour un printemps du communisme »: 24 voix (7,5%)
Texte alternatif n°2: « Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle »: 95 voix (29,6%)
Texte alternatif n°3: « Reconstruire le parti de classe. Priorité au rassemblement dans les luttes »: 21 voix (6,5%)
Au niveau des sections du Finistère: 
Audierne: 4 votants (5 cotisants) 75% pour la base commune du CN – 25% pour le texte alternatif n°2
Brest: 63 votants (165 cotisants) 71% pour la base commune du CN – 20% pour le texte alternatif n°2 – 4,7% pour le texte alternatif n°1 , 3% pour pour le texte alternatif n°4
Carhaix-Huelgoat: 9 votants (20 cotisants) 87% base commune du CN – 13% texte alternatif n°1
Concarneau: 10 votants (18 cotisants) 50% texte alternatif n°3 – 40% base commune du CN- 10% texte alternatif n°2
Crozon-Châteaulin-Chateauneuf 9 votants (13 cotisants) 77% base commune du CN – 11% texte alternatif n°2 – 11% texte alternatif n°3
Douarnenez: 8 votants (12 cotisants) 75% base commune du CN – 25% texte alternatif n°1
Fouesnant: 9 votants (23 cotisants) 77% base commune du CN – 11% texte alternatif n°2 – 11% texte alternatif n°3
Lanmeur: 9 votants (16 cotisants) 77% texte alternatif n°2: – 22% base commune du CN
Le Relecq Kerhuon: 19 votants (35 cotisants) 63% base commune du CN – 15,7% texte alternatif n°2 – 10,5% texte alternatif n°1 – 10,5% texte alternatif n°3
Moëlan-sur-Mer: 5 votants (10 cotisants) 100% base commune du CN
Morlaix: 38 votants (73 cotisants) 44% base commune du CN – 34% texte alternatif n°2 – 10,5% texte alternatif n°1 – 10,5% texte alternatif n°3
Pays Bigouden: 58 votants (69 cotisants) 62% texte alternatif n°2 – 20% base commune du CN – 6,8% texte alternatif n°1 – 3,4% texte alternatif n°3
Quimper: 29 votants (30 cotisants) 57% base commune du CN – 32% texte alternatif n°2 – 7% texte alternatif n°1 – 3,5% texte alternatif n°3
Quimperlé: 14 votants (19 cotisants) 85% base commune du CN – 7% texte alternatif n°1 – 7% texte alternatif n°2
Roscoff: 10 votants (14 cotisants) 90% base commune du CN – 10% texte alternatif n°1
Rosporden: 22 votants (22 cotisants) 36% texte alternatif n°2 – 30% base commune du CN – 18% texte alternatif n°1 – 13,6% texte alternatif n°3
Scaër: 13 votants (16 cotisants) 85% base commune du CN – 15% texte alternatif n°2
COMMUNIQUE DE PRESSE 

Plus de 30 000 communistes choisissent leur base commune de discussion 

Les 4, 5 et 6 octobre, 49 218 communistes à jour de leurs cotisations et ayant adhéré au PCF il y a plus de trois mois, devaient choisir le texte de base commune de discussion pour le 38e congrès. 
30 833 de ces électrices et électeurs inscrit·e·s ont voté, soit 62,65 % des inscrit·e·s. 

Il y a eu 661 bulletins blancs ou nuls, et 30 172 suffrages exprimés. 

Cette participation montre la vitalité militante et démocratique du PCF. 

La proposition de base commune adoptée par le Conseil national, « Le communisme est la question du XXIe siècle », a obtenu 11 461 suffrages, soit 37,99 % des exprimés. 

Le texte alternatif « Se réinventer ou disparaître ! Pour un printemps du communisme » a réuni 3 607 suffrages, soit 11,95 % des exprimés. 

Le texte alternatif « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIe siècle » totalise 12 719 suffrages, soit 42,15 % des exprimés. 

Le texte alternatif « PCF : Reconstruire le parti de classe, priorité au rassemblement dans les luttes » a, quant à lui, atteint 2 385 suffrages, soit 7,90 % des exprimés. 

En application de nos statuts, le texte « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIe siècle » devient donc la base commune de discussion dont tou·te·s les communistes doivent désormais se saisir pour la travailler, l’enrichir de tous les débats et contributions jusqu’au terme du congrès, avec l’impératif d’une construction collective. 

Après la grande consultation des communistes, l’assemblée nationale des animatrices et animateurs de section, les états généraux du progrès social, de la révolution numérique, les rencontres Niemeyer, les assises communistes de l’écologie, la convention pour l’art, la culture et l’éducation populaire, une nouvelle étape dans la tenue de notre congrès extraordinaire est franchie. 

Il reviendra au Conseil national des 13 et 14 octobre, ainsi qu’aux conseils départementaux, d’analyser et de tirer les enseignements politiques des choix effectués les 4, 5 et 6 octobre par les communistes. 

La gravité de la situation politique et sociale en France, en Europe et dans le monde met en devoir tou·te·s les communistes de réussir le congrès afin que notre peuple dispose d’un Parti communiste français à la hauteur des enjeux cruciaux de ce début de XXIe siècle. 

Parti communiste français
Paris, le 6 octobre 2018.
30 841 de ces électrices et électeurs inscrit·e·s ont voté, soit 62,65 % des inscrit·e·s.
Il y a eu 661 bulletins blancs ou nuls, et 30 180 suffrages exprimés.
Cette participation montre la vitalité militante et démocratique du PCF.
La proposition de base commune adoptée par le Conseil national, « Le communisme est la question du XXIe siècle », a obtenu 11 467 suffrages, soit 38 % des exprimés.
Le texte alternatif « Se réinventer ou disparaître ! Pour un printemps du communisme » a réuni 3 607 suffrages, soit 11,95 % des exprimés.
Le texte alternatif « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIe siècle » totalise 12 719 suffrages, soit 42,14 % des exprimés.
Le texte alternatif « PCF : Reconstruire le parti de classe, priorité au rassemblement dans les luttes » a, quant à lui, atteint 2 387 suffrages, soit 7,91 % des exprimés.
Tu trouveras les résultats par département en cliquant ICI
Si on analyse les résultats par départements et fédérations, on voit que:
49 départements ont donné la majorité à la base commune du CN « Le communisme est la question du XXIe siècle »
28 une majorité absolue: 
21 une majorité relative:
Sur les 49 451 inscrits (cotisants à jour et ayant adhéré il y a au moins 3 mois), 30 841 de ces électrices et électeurs du PCF inscrit·e·s (adhérents depuis au moins 3 mois) ont voté pour leur base commune de congrès, soit 62,65 % des inscrit·e·s.
Il y a eu 661 bulletins blancs ou nuls, et 30 338 suffrages exprimés.
Cette participation montre la vitalité militante et démocratique du PCF.
La proposition de base commune adoptée par le Conseil national, « Le communisme est la question du XXIe siècle », a obtenu 11 472 suffrages, soit 37,8 % des exprimés.
Le texte alternatif « Se réinventer ou disparaître ! Pour un printemps du communisme » a réuni 3 510 suffrages, soit 11,6 % des exprimés.
Le texte alternatif , « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIe siècle » totalise 12 749 suffrages, soit 42 % des exprimés.
Le texte alternatif « PCF : Reconstruire le parti de classe, priorité au rassemblement dans les luttes » a, quant à lui, atteint 2 507 suffrages, soit 8,3% des exprimés.
Tu trouveras les résultats par département en cliquant ICI
Si on analyse en détail les résultats par départements et fédérations, on voit que: 
– 40 départements ont donné la majorité au texte qui l’emporte et qui servira de base commune pour tous les communistes, le texte alternatif n°2, « Pour un Manifeste du Parti Communiste » 
24 départements avec une majorité absolue: Pas-de-Calais (87%), Charente-Maritime (83%), Var (81%),Lot-et-Garonne (80%), Puy-de-Dome (76%), Haute-Garonne (68%), Allier (67%), Ardennes (67%), Cantal (65%), Somme (64,7%), Orne (62%), Nord (61,2%), Marne (60%), Corrèze (59%), Doubs (59%), Loire-Atlantique (58%), Lot (58%), Rhône (54,9%), Ille-et-Vilaine (54%), Maine-et-Loire (53,7%), Vosges (53,5%), Haute-Marne (51%), Val-de-Marne (51,26%), Drome (50,8%)
16 départements avec une majorité relative: Aube (49%), Dordogne (48%), Meurthe-et-Moselle (47,8%), Territoire de Belfort (47%), Calvados (46,6%), Paris (46%), Hautes Pyréenées (46%), Mayenne (45%), Savoie (43,8%), Seine-et-Marne (43,2%), Jura (43%), Landes (41%), Ain (38,9%), Vaucluse (37%), Creuse (35%), Haute-Loire (31%)
– 50 départements ont donné la majorité à la base commune du CN « Le communisme est la question du XXIe siècle »
29 une majorité absolue: Haute-Corse (80%), Lozère (78,7%), Vendée (74%), Corse du Sud (70,8%), Essonne (68%), Hautes-Alpes (63,8%), Seine St Denis (63,3%), Aveyron (63%), Nièvre (60,8%), Côtes d’Armor (59%), Indre et Loire (59%), Haute-Vienne (59%), Gironde (57,6%), Eure (57%), Eure et Loir (57%), Finistère (56%), Alpes de Haute-Provence (57%), Cher (56,5%), Pyrénées Orientales (55%), Tarn-et-Garonne (55%), Loir-et-Cher (54%), Yvelines (54%), Ardèche (53%), Bouches-du-Rhône (52,6%), Oise (52%), Manche (51,7%), Loiret (51,5%), Gard (51%), Meuse (50%)
21 une majorité relative: Gers (49,5%), Bas Rhin (49,3%), Haut-Rhin (49,1%), Cote d’Or (46,7%), Isère (47%)Sarthe (48,9%), , Ariège (46%), Vienne (45,8%), Hérault (44,8%), Hautes Pyrénées (45%), Val d’Oise (44,7%), Aude (44%), Seine-Maritime (44%), Pyrénées Atlantiques (42,7%), Haute-Savoie (41,5%), Moselle (41%), Saone et Loire (41%), Indre (37%), Hauts-de-Seine (36,5%), Charente (31,4%), Loire
– 4 départements ont donné la majorité au texte alternatif n°1, « Se réinventer ou disparaître. pour un printemps du communisme »
1 une majorité absolue: Deux-Sèvres (53,9%)
3 une majorité relative: Yonne (44,7%), Morbihan (40,5%), Alpes-Maritime (38,5%)
– 3 départements ont donné la majorité au texte alternatif n°3 « PCF : Reconstruire le parti de classe, priorité au rassemblement dans les luttes »: 
2 une majorité absolue: Aisne (59%), Haute-Saône (76%)
1 une majorité relative: le Tarn (37,8%)

Crozon 14 octobre:Rassemblement pour l’interdiction des armes nucléaires

crozon1

Cher-e-s camarades,

Il est important que nous soyons nombreux mobilisés dimanche prochain, 14 octobre, pour le désarmement nucléaire avec nos camarades du mouvement de la Paix et du CIAN, collectif pour l’interdiction des armes nucléaires, dont le PCF est partie prenante.
Les communistes devront être nombreux et visibles dans ce rassemblement qui correspond à une bataille que nous menons depuis longtemps.
Fraternellement,
Ismaël Dupont, secrétaire départemental
crozonprogramme
crozon3crozon2

le numéro 3 de la revue Rouge Finistère est paru !

rouge f page 1Tiré à 30 000 exemplaires, on peut se le procurer dans les sections, le diffuser, le distribuer…

Ou le télécharger via ce lien : rouge3