image_pdfimage_print

janvier 2019 archive

Pierre Outteryck, Brest le 4 février, Morlaix le 5 février.


Martha Desrumaux – la solidarité populaire au cœur –
Conférences de l’historien Pierre Outteryck à Brest le lundi 4 février et à Morlaix le mardi 5 février.

Infos le 4 février pour Brest : http://pcf29.org/brest-4-fevrier-conference-martha-desrumaux-par-pierre-outteryck/

Le mardi 5 février : Pierre Outteryck sera à Morlaix pour les Mardis de l’éducation populaire sur Martha Desrumaux, 18h au local du PCF, 2, petite rue de Callac.

Martha naquit à Comines (59) en 1897. À 9 ans, elle doit travailler comme bonne à tout faire, son père ayant été écrasé par la pompe à eau des pompiers. Parmi les domestiques règne la précarité, la misère et la peur… Aucune solidarité ! Très vite, elle décide de devenir ouvrière ; le monde ouvrier construit à cette époque des solidarités de classes face à un patronat qui se croit roi absolu. À 13 ans, elle adhère à la CGT, puis aux jeunesses socialistes d’avant 14.

Évacuée à Lyon, elle y vit la fin de la guerre et participe à la solidarité envers les populations de la Volga, victimes de la famine après la guerre 14/18 et la guerre civile.

Engagée dans le PC et la CGTU, elle va animer les luttes ouvrières de l’entre-deux-guerres et particulièrement la grève des dix sous à Halluin de septembre 1928 à avril 1929. Elle parvient à convaincre les mamans à accepter de laisser leurs enfants rejoindre pendant plusieurs mois des familles d’accueil ; les enfants échappent ainsi à la misère liée au refus de toute négociation.

En 1936, Martha est une des figures de proue du mouvement ouvrier et du Front populaire. Dès septembre, elle organise dans les Hauts-de-France et en Champagne, la solidarité avec la République espagnole menacée par le coup d’État de l’extrême droite franquiste… Solidarités multiformes : impulsion des Brigades internationales en choisissant les jeunes susceptibles de partir en Espagne se battre aux côtés de l’armée républicaine, collecte de couvertures, de chaussures, de produits alimentaires et envoi d’ambulances pour aider les Républicains , accueil dans des familles du Nord Pas -de- Calais de plus de 500 enfants espagnols victimes du conflit. Notre ami Gilbert Avril, futur dirigeant du SPF du Nord, se souviendra de l’arrivée de ces enfants dans le bassin minier. Martha est présente à de nombreux meetings organisés par le SPF naissant pour favoriser la solidarité envers l’Espagne. Enceinte, Martha se rendra à plusieurs reprises en Espagne et deviendra l’amie de la Passionaria dirigeante du Frente popular espagnol.

Durant l’Occupation, le SPF aide des familles de mineurs déportés après la grande grève de mai/juin 1941. Plusieurs dirigeants du SPF seront arrêtés et déportés comme l’instituteur Résistant Willy Dubois.

Arrêtée le 26 août 1941, Martha est déportée au camp de Ravensbrück. Ici encore, elle y organise la solidarité. En décembre 1943 elle aide Charlotte Rosenberg et ses trois très jeunes enfants à survivre dans cet enfer. Aujourd’hui encore, Lili Rosenberg Leignel témoigne auprès de la jeunesse de cette solidarité qui lui a permis de survivre. Rescapée de Ravensbrück, redevenue responsable de la CGT, Martha organise avec le SPF la solidarité pour les enfants des mineurs grévistes de 1948 (aide alimentaire, aide vestimentaire, accueil des enfants dans la région parisienne, aide juridique pour les mineurs jugés pour fait de grève). En 1965, elle est présente lors de l’inauguration du premier local du SPF à Lille Wazemmes. Nous la retrouvons à Toulon dans les années 70 entre autres auprès du SPF piloté dont la cheville ouvrière sera Jo Séguy. Grande figure du mouvement ouvrier et de la solidarité, Martha est au centre de la campagne « Ouvrir le monde ouvrier au Panthéon, Martha Desrumaux, pour une ouvrière au Panthéon, campagne à laquelle participe, notre ami, symbole de la Résistance, Julien Lauprêtre.

Laurence Dubois
Présidente des Ami.e.s de Martha Desrumaux
Janvier 2019

 

Face au blocage de Macron, amplifier les mobilisations .

Le PCF appelle à la mobilisation le 5 février

A l’appel de la CGT, le PCF sera mobilisé pour la grève et les manifestations mardi 5 février prochain.

Alors que la mobilisation des gilets jaunes continue, alors que les réponses apportées sont insuffisantes, le PCF sera mobilisé mardi 5 février partout en France pour répondre à l’urgence sociale.

Les communistes s’impliqueront dans tous les échanges citoyens, les favoriseront et aideront à ce qu’ils se traduisent en propositions concrètes.

C’est dans cet esprit que le PCF souhaite que s’élaborent partout des « Cahiers d’espoir », nouveaux cahiers de doléances de ce XXI° siècle, où chacune et chacun pourra s’exprimer, faire état de ses revendications, avancer des solutions qui correspondront aux besoins les plus urgents de nos concitoyens.

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, participera à la manifestation parisienne aux côtés d’élu-es et de militant-es communistes.

Paris, le 30 janvier 2019.

Cahier de l’espoir : https://www.humanite.fr/cahiers

Mobilisation générale pour L’Humanité.

Vous l’aurez sans doute entendu ou lu, le journal « L’Humanité » est dans une très grave situation.

Il y a donc nécessité de l’aider à continuer d’être le relais des luttes, des batailles qui fleurissent ici et là, en France ou dans le monde.

Si l’Huma venait à disparaître, qui pourrait relayer ce qui se passe en Palestine, à l’usine Blanquefort, dans le monde du travail (dans les Services Publics et les entreprises), porter une voix internationaliste pour la Paix, le développement, contre l’impérialisme, le néo-colonialisme, la montée des extrêmes-droites en Autriche, Hongrie, Pologne, dans le monde bouillonnant de la culture, dans les progrès scientifiques bénéfiques pour la population et non pour quelques actionnaires…. Qui dénoncerait avec justesse et virulence les profits outranciers des multinationales… qui serait capable comme en 2005 de décrypter ligne à ligne, mot à mot le projet de TCE pour aider les électeurs à  se battre contre celui-ci…

Bref des sujets dont le reste de la presse écrite ne parle guère, puisqu’elle est tenue par le monde la finance qui impose les lignes éditoriales. Faudra-t-il en arriver à ne plus avoir en kiosque que Les Echos, le Figaro, Challenges,…. qui sont des journaux aidés par des patrons du CAC 40 ?

L’indépendance de l’Huma, voilà ce qui gêne le nouveau monde de Macron et ses copains financiers.

Depuis 2015, l‘Humanité perd 1 millions d’euros par an lié à la suppression des aides à la presse touchant peu de recettes publicitaires. Des journaux qui perdent des lecteurs, sont achetés par des milliardaires et des groupes financiers pour avoir une influence, n’ont pas de réelle indépendance par rapport au monde de l’argent, sont bien plus aidés que l’Humanité. Renault met 2,5 millions d’€ dans Challenge. Le Monde et Libération appartiennent à des stars du CAC 40. Marianne a un milliardaire russe, etc.

Alors, si chacun.e d’entre nous contribue, même modestement, à soutenir la parution de l’Huma, s’abonne, propose l’abonnement, achète l’Huma hebdo chaque vendredi (au passage, il me reste un n° de cette semaine, 3,50€ !), l’Huma continuera d’être le relais de vos combats, de nos batailles, bref sera le journal de chacun.e d’entre nous.

L’Humanité va lancer une grande campagne d’abonnement / 2 mois découverte à 27€

Contrairement à ce qui s’est dit dans certains médias, le « lectorat de l’Huma ne s’effondre pas avec le vieillissement et la raréfaction des militants communistes » (France Inter hier, dans un commentaire scandaleux!). Le lectorat de l’Huma a baissé pendant des années mais remonte depuis 2 ans mais les coûts afférents augmentent, les recettes publicitaires baissent, et l’aide d’Etat pour le maintien du pluralisme de la presse aussi. L’Humanité numérique est encore en phase de rodage et coûte moins cher à l’abonnement que d’autres titres.

NB : tout don ouvre droit à 66 % de déduction fiscale du montant versé.

Ismaël Dupont

Pour faire un don par internet : https://www.donspep.caissedesdepots.fr/?journal=huma

Bulletin pour faire un don par chèque cliquez ici !!!

Site internet de la souscription : https://www.humanite.fr/mobilisation-humanite-souscription-exceptionnelle-667137

Découvrez la liste présentée par le PCF aux élections européennes et conduite par Ian Brossat

Le Conseil National du PCF réuni à la bourse du travail de Saint-Denis a validé samedi 26 mai le choix des 79 candidats présents sur la liste « L’Humain d’abord. Pour une Europe des gens, par de l’argent » conduite par Ian Brossat pour les élections européennes du 26 mai prochain.

Parmi eux, quatre candidats bretons, des quatre départements de la Bretagne administrative: Cinderella Bernard, première adjointe de sa commune, militante associative, présidente du groupe communiste au Département des Côtes d’Armor (32e), Katja Krüger, comédienne franco-allemande, ancienne syndicaliste et socialiste ouvrière allemande, élue à la Petite Enfance à Rennes (38e), Christelle Dumont (aide-soignante de l’hôpital Yves Lanco à Belle-Ile-en Mer, syndicaliste, qui a fait une grève de la faim pour protester contre les conditions de travail dans l’hôpital public (58e), Glenn Le Saout, 20 ans, étudiant, ancien président de la FIDL Bretagne (Taulé, Morlaix).

Voici la liste sur laquelle les adhérents communistes seront appelés à voter du 31 janvier au 2 février, sachant que nous n’avons pas renoncé à poursuivre les discussions que nous avons engagées avec d’autres formations de gauche en vue d’un éventuel rassemblement (avec Génération.s. notamment, avec qui des contacts sérieux ont eu lieu, EELV et FI ne voulant pas du rassemblement).

Une très belle liste soutenue par le PCF et « République et socialisme » avec des personnalités extrêmement diverses, toutes engagées fortement sur le terrain humaniste, social et des luttes, de nombreux non communistes aussi, 50% d’ouvriers et d’employés. Une liste représentative du monde du travail et de la vraie vie!

Candidatures Européennes:

1. Ian Brossat (38 ans)

Professeur de français, Maire adjoint de Paris chargé du logement et de l’hébergement d’urgence, auteur de plusieurs livres, dont le dernier sur la nouvelle économie « Airbnb, la ville ubérisée ». Outre son combat pour la régulation des géants du numérique, Ian Brossat a ouvert le premier centre d’hébergement pour sans-abris dans le 16e arrondissement de Paris ».

2. Marie-Hélène Bourlard (61 ans)

Ouvrière textile pendant 43 ans à Poix dans le Nord et figure du documentaire « Merci Patron! ». Marie-Hélène Bourlard a été à la tête du combat face à Bernard Arnault, première fortune de France (57 milliards de patrimoine) afin d’éviter la délocalisation de son usine. Le 26 mai prochain, elle deviendra la première femme ouvrière à siéger au Parlement européen.

3. Patrick Le Hyaric (61 ans)

Directeur du journal L’Humanité, député européen sortant et conseiller municipal d’Aubervilliers.

4. Marie-Pierre Vieu (51 ans)

éditrice, mobilisée sur les sujets de culture et engagée dans sa ville de Tarbes, députée européenne.

5. Mamoudou Bassoum (35 ans)

« J’avais pris deux choses en partant: le drapeau français et mon gilet jaune ». Médaillé d’or aux championnats d’Europe de Taekwendo, le 1er décembre dernier, Mamoudou Bassoum est monté sur le podium des championnats d’Europe avec son gilet jaune sur les épaules, en soutien au mouvement qu’il a rejoint dès les premières heures. Ingénieur dans le Loiret.

6. Julie Pontalba (40 ans)

Enseignante au collège à Saint-Leu (La Réunion), Julie Pontalba est membre du Parti Communiste réunionais (PCR). Elle a été candidate de rassemblement des forces de gauche, et militante pour la paix.

7. Anthony Gonçalves (47 ans)

Cancérologue et enseignant à la faculté de Médecine de Marseille. Il milite contre les fermetures d’hôpitaux de proximité. A l’échelle européenne, il plaide pour la création d’un pôle public du médicament.

8. Maryam Madjidi (38 ans)

Prix Goncourt du premier roman (2017) et Prix Ouest-France étonnants voyageurs (2017) pour « Marx et la poupée ». D’origine iranienne, Maryam n’est pas seulement une écrivaine reconnue et nouvelle figure de la littérature française: elle est aussi bénévole dans une association d’apprentissage de la langue française pour les réfugiés.

9. Arthur Hay (28 ans)

Livreur (Deliveroo), Arthur Hay est à l’initiative du premier syndicat de France des coursiers à vélo. Face à l’ubérisation de la société, il milite pour la régulation à l’échelle européenne et une protection des salariés de la nouvelle économie.

10. Barbara Filhol (45 ans)

Aide-soignante, secrétaire générale du syndicat des EHPAD du Val-de-Marne, investie pour l’amélioration des de l’accueil de nos aînés et des conditions de travail du personnel soignant. Dans un pays comptant 14 millions de retraités, il s’agit d’un sujet de société majeur.

11. Franck Saillot

Ouvrier de la papeterie Arjowigins de Wizernes dans le Pas-de-Calais, il a occupé avec ses collègues durant 3 ans, jour et nuit, son usine pour en éviter la fermeture et la délocalisation. Grâce à leur lutte, Franck Saillot et ses collègues ont trouvé un repreneur à l’automne 2018, et sauvé une centaine d’emplois.

12. Claire Cemile Renkliçay

Co-présidente du Conseil démocratique kurde de France, militante pour la paix et élue à Grigny.

13. Michel Jallamion (44 ans)

Président de la Convergence nationale des services publics, conseiller régional d’Ile-de-France. Membre du mouvement République et Socialisme.

14. Sophia Hocini

Salariée de l’économie sociale et solidaire à Paris, militante associative dans les quartiers populaires.

15. Stanislas Baugé

Chauffeur routier à La Rochelle (17), Stanislas Baugé s’est mobilisé avec ses collègues devant le Parlement Européen pour défendre les conditions de travail des routiers et éviter le dumping social et le travail détaché.

16. Manuela Dona (48 ans)

Douanière et syndicaliste au Havre. Militante pour la création d’une Douane européenne.

17. Michel Branchi

Économiste, élu à l’Assemblée de Martinique, dirigeant du Parti communiste martiniquais, conseiller territorial de Martinique.

18. Elina Dumont (50 ans)

SDF pendant 15 ans, Elina Dumont est de ceux qui plaident pour le retour de l’ISF et un meilleur partage des richesses en France et en Europe. Désormais comédienne et chroniqueuse régulière aux « Grandes gueules » (RMC), elle soutient le mouvement des Gilets Jaunes.

19. Benjamin Amar (42 ans)

Professeur d’histoire-géographie au lycée Gutemberg de Creteil, débatteur reconnu sur les plateaux télés, responsable syndical dans le Val-de-Marne

20. Sarah Chaussy

Paysanne, conseillère municipale à Sceautres, petit village de 150 habitants en Ardèche.

21. Loïc Pen

Médecin à l’hôpital de Creil, il a démissionné de son poste de chef de service des urgences pour protester contre la fermeture de la maternité. Lanceur d’alerte.

22. Christine Mequignon

Cheminote en Auvergne-Rhônes-Alpes, représentante des salariés à la SNCF.

23. Pascal Pontac

Grutier au port de Saint-Nazaire, responsable du syndicat des ports et docks.

24. Michèle Picard (51 ans)

Restauratrice, maire de Vénissieux.

25. Ralph Blindauer

Avocat au barreau de Metz, il a défendu de nombreux salariés en lutte dans toute la France, comme les 300 salariés marseillais d’une chaîne de fastfood, les métallos dijonnais contre TRW, ou encore les embouteilleurs aux Pennes-Mirabeau. Il a contribué au film « En Guerre » présenté au dernier Festival de Cannes.

26. Anne Laure Perez

Artiste sculptrice, maire-adjointe à Gennevilliers.

27. Franck Merouze

Salarié de la grande distribution, il a également accompagné les salariés de la biscuiterie Jeannette dans leur combatr victorieux pour sauvegarder les emplois (Calvados)

28. Marianne Journiac

Infirmière syndicaliste à l’Assistante publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP). Dirigeante de « République et Socialisme ».

29. Belaïde Dedreddine

Vice-président du Conseil départemental de Seine St Denis en charge de l’écologie urbaine.

30. Amandine Miguel

Ancienne porte-parole de l’inter-LGBT, Amandine Miguel est militante féministe engagée contre l’homophobie? Paris.

31. Nacim Bardi

Ouvrier métallurgiste à Saint-Saulve et représentant syndicaliste.

32. Cinderella Bernard (40 ans)

éducatrice spécialisée, première adjointe de sa commune, présidente du groupe communiste au Conseil Départemental des Côtes d’Armor, militante associative

33. Jean Luc Bou

Enseignant, militant Droits Humains à SOS Méditerranée en Occitanie (34).

34. Isabelle Liron

Salariée à Pôle Emploi en Bourgogne Franche Comté, syndicaliste

35. Dominique Pani

Employé dans le secteur de l’énergie (26).

36. Hulliya Turan

Assistante sociale, militante des droits humains à Strasbourg.

37. Khaled Bouchajra

Employé chez Amazon. Syndicaliste sur le site de Saran dans le Loiret

38. Katja Krüger (43 ans)

comédienne-chanteuse franco-allemande, ancienne syndicaliste et socialiste ouvrière allemande, élue à la Petite Enfance à Rennes

39. Pierre Lacaze (53 ans)

Infirmier, élu à la Métropole de Toulouse

40. Aicha Dabale

Militante féministe et altermondialiste vivant à Bagnolet (93), Aïcha Dabale est engagée sur la scène internationale dans la lutte contre les violences faites aux femmes

41. Jean Mouzat

Paysan, président du Modef (Mouvement de Défense des Exploitants Familiaux). Elu à Tulle

42. Delphine Pietu (48 ans)

Directrice de l’école primaire de la commune de Thénioux où elle est maire-adjointe (18)

43. Denis Lanoy

Metteur en scène de théâtre à Nîmes. militant des droits sociaux des artistes, des écrivains et intermittents du spectacle.

44. Charlotte Blandiot-Faride (37 ans)

Maire de Mitry-Mory (77)

45. Arnaud Petit

Ouvrier métallurgiste, maire de Woincourt dans la Somme

46. Virginie Neumayer (44 ans)

Technicienne, syndicaliste à EDF

47. Aurélien Gall (36 ans)

Représentant des salariés de l’agriculture. Conseiller prud’homal. Président de la Fédération colombophile de Picardie.

48. Patricia Tejas

Agent administratif des Finances Publiques. Secrétaire générale d’une fédération des Finances. Militante auprès des sans-papiers (67)

49. Aurélien Aramini

Professeur de philosophie au Lycée Gustave Courbet à Belfort

50. Sandrine Macigno

Travailleuse de l’Etat sur la base navale de Cuers dans le Var, syndicaliste (83)

51. Cyrille Bonnefoy

Infirmier, maire de la Ricamarie (42)

52. Emilie Lecroq (37 ans)

Militante de l’éducation populaire à Saint-Ouen (93).

53. Emmanuel Trigo (44 ans)

Enseignant et responsable syndical dans le Var (83

54. Cathy Apourceau Poly

Attachée territoriale, sénatrice du Pas-de-Calais

55. Michel Stefani

Conseiller à l’Assemblée de Corse (20)

56. Lucie Martin (18 ans)

Étudiante syndicaliste à Sciences-Po Grenoble.

57. Youssef Benamar

éducateur spécialisé, artiste et élu de la ville d’Allonnes (72)

58. Christelle Dumont

Aide-soignante de l’hôpital Yves Lanco à Belle-Ile-en Mer (Morbihan), syndicaliste, qui a fait une grève de la faim pour protester contre les conditions de travail dans l’hôpital public

59. Sébastien Nugou

Cheminot dans le Loiret. Secrétaire régional syndicat SNCF

60. Laëtitia Maure

Aide à domicile dans les Pyrénées-Orientales

61. David Blaise

Ouvrier métallurgiste et syndicaliste en Meurthe-et-Moselle

62. Lamya Kirouani

Fonctionnaire territoriale. Vice-présidente du Conseil Départemental du Val-de-Marne (94)

63. Aurélien Crifo (37 ans)

Auteur et interprète. Gilet Jaune (68)

64. Maryline Lucas

Maire de Guesnain (59)

65. Yves Dedevec

Salarié Airbus en Loire-Atlantique

66. Mina Idir (43 ans)

Responsable d’exploitation dans le transport de marchandise, secrétaire départementale PCF Vaucluse, militante associative

67. Glenn Le Saout (20 ans)

étudiant, ancien président de la FIDL Bretagne (syndicat lycéen), bénévole dans une association sportive

68. Geneviève de Gouveia (56 ans)

Militante au Secours Populaire à Montluçon, conseillère départementale de l’Allier

69. Alain Pagano

Enseignant chercheur en écologie et biologie à l’université d’Angers, conseiller municipal à Angers

70. Sandra Blaise (45 ans)

Formatrice, syndicaliste (88)

71. Edmond Baudouin (76 ans)

Dessinateur de BD et écrivain. Alpes-Maritimes

72. Ghislaine Noirault

Ouvrière retraitée à Trimouille (86)

73. Florian Monteil

Ingénieur agronome. Syndicaliste agricole du Lot-et-Garonne

74. Nathalie Fabre (45 ans)

Présidente d’un club de Rugby en Dordogne et du club Agenais. Maire de Beaumont-du-Périgord

75. Fréderic Boulanger

Psychiatre à Nancy

76. Cécile Cukierman (42 ans)

Professeur d’histoire-géographie, sénatrice de la Loire, porte-parole du PCF avec Ian Brossat

77. Gilbert Garrel

Cheminot syndicaliste, président de l’Institut d’Histoire Sociale

78. Odette Nilès (94 ans)

Grande résistante française arrêtée par les Nazis en août 1941. Fiancée de Guy Môquet. Doyenne de la liste

79. André Chassaigne (68 ans)

Principal de collège, président du groupe communiste GDR à l’Assemblée Nationale

Prochaines actions de la CGT Brest, Finistère, National

 

Mercredi 30 janvier : Appel du syndicat CGT CHU de Brest

A l’invitation du directeur de l’Hôpital de Brest, Apple, Orange et le CNES

viennent le mercredi 30 janvier pour une soirée sur le thème de «osez un

hôpital innovant». Pour la CGT CHU il s’agit d’une opération de marketing de

grands groupes privés qui cherchent à tirer des profits de l’hôpital public.

Appel à la mobilisation de 18 à 20 heures devant le multiplex boulevard Clemenceau

Jeudi 31 JANVIER : MOBILISATION DES RETRAITÉ.E.S QUIMPER

« Reprenez vos cadeaux, rendez-nous notre pouvoir d’achat ! »

Le message des neuf organisations syndicales et associations de retraités

est on ne peut plus clair. Ce 31 janvier comme lors des mobilisations précédentes

les retraités exigeront :

– l’annulation de la hausse de la CSG pour tous les retraités ;

– la revalorisation des pensions, conformément au code de la sécurité sociale,

à la hauteur de l’inflation : 1,7 % pour 2018 ;

– le retour à l’indexation sur les salaires ;

– le maintien de la pension de réversion selon les modes de calcul actuels.

Dans le Finistère une seule manif à Quimper.

On peut s’inscrire pour les cars à l’UL de Brest

 

Lundi 4 février 18 H Maison du Peuple Brest

L’IHS 29 organise, avec l’association des amis du journal l’Humanité du pays de Brest une conférence sur Martha Desrumeaux présentée par Pierre Outteryck, historien

Née en 1895 dans le nord, ouvrière du textile, militante de la CGT et du PC, elle fut secrétaire

de l’Union régionale de la CGTU, trésorière puis secrétaire adjointe de l’UD du nord,

membre de la Commission exécutive de la CGTU et de la Commission exécutive de la FD

du textile. membre du Comité central et du bureau politique du PCF. Lors des grèves de

juin 1936, elle fut la seule femme à participer aux accords Matignon aux côtés de Benoit

Frachon. Au moment de la guerre d’Espagne, elle a organisé, dans le nord, le recrutement

des combattants des brigades internationales.

 

Pour répondre à l’urgence sociale, la CGT appelle à la grève le 5 février

https://www.cgt.fr/documents/5-fevrier-le-grand-debat-sur-le-bitume

Rennes, Samedi 2 février, Manifestation contre la loi Asile Immigration



Téléchargement Tract recto
Téléchargement Tact verso

Appel du PCF Finistère appelant à la manifestation départementale des retraités le jeudi 31 janvier à 10h30 place Saint Corentin à Quimper

Déclaration de la Fédération du Finistère du PCF

Manifestations, pétitions, interpellations des élus En Marche se succèdent dans une très large unité des syndicats et associations de retraité-e-s. Devant le traitement indigne et injuste que leur réserve le président des riches, leur colère, qui a contribué à alimenter celle des gilets jaunes, ne retombe pas.

Ponctionnés, pressurés, méprisés, qualifiés de privilégiés qui devraient mettre de leur poche pour améliorer le sort des salariés pauvres, comment les retraités ne seraient-ils pas en colère, eux qui ont participé quand ils étaient actifs à la création des richesses que le président dilapide en faveur de ses très riches amis et des actionnaires, eux qui ont cotisé pour les plus anciens, eux dont beaucoup ont de toutes petites retraites, des femmes particulièrement après une vie de travail morcelée et précarisée, et sont à la peine pour faire face aux besoins les plus élémentaires !

Essayer ainsi d’opposer les générations, de dresser les uns contre les autres actifs, précaires, chômeurs, retraité-e-s, c’est scandaleux. Et le comble du scandale, c’est d’appeler les victimes de sa politique à se partager entre eux les efforts pour permettre de dégager toujours plus d’argent public pour les banques et les multinationales qui elles ne participent pas à la solidarité nationale, pas même en payant leurs impôts, et dont les bénéfices explosent : plus de 100 milliards d’euros en 2018 pour les grandes sociétés du CAC 40, les dividendes qu’elles reversent aux actionnaires ont augmenté de 12,8 % soit 43 fois plus que les 0,3 % accordés aux retraité-e-s ! Rien d’étonnant : les divers cadeaux fiscaux du président à ses amis milliardaires et grands patrons se montent à plus de 150 milliards d’euros.

Pour les retraité-e-s par contre la potion est amère: augmentation de la CSG, impôt particulièrement injuste, pour boucher les trous provoqués par les largesses de Macron au profit de la finance ; décrochage des pensions par rapport à la hausse des prix, + 0,3 % ce n’est même pas une aumône, c’est la baisse organisée du pouvoir d’achat des retraites ; menaces sur les pensions de réversion…Et les quelques petits reculs concédés ces dernières semaines ne font pas le compte.

Les communistes se prononcent au contraire pour la revalorisation des pensions pour rattraper les retards accumulés, leur indexation sur les salaires, une fiscalité juste, le remboursement à 100 % par la Sécu des soins prescrits, la prise en charge de la perte d’autonomie, l’accès partout et pour tous aux services publics, à la culture, aux transports…

Ce sont les propositions que nous porterons dans la manifestation départementale des retraité-e-s du jeudi 31 janvier à 10h30 place St Corentin à Quimper à laquelle nous appelons à participer nombreux.

L’allongement de la durée de la vie n’est pas un coût à réduire, c’est une chance pour bâtir une société solidaire, intergénérationnelle, dont les retraité-e-s prennent leur part. Notre pays a les moyens d’assurer une vie sécurisée et digne de la naissance jusqu’au grand âge.

Il suffit de remettre l’argent au service de l’intérêt général, de l’humain d’abord !

Yvonne Rainero responsable santé-protection sociale du PCF 29

Ismaël Dupont secrétaire départemental du PCF

Cinderella Bernard et Glenn Le Saôut, candidats bretons aux élections européennes.

Glenn Le Saôut, 20 ans, candidat finistérien pour les élections Européennes du PCF conduite par Ian Brossat.

Glenn Le Saôut sera présent au meeting de Ian Brossat vendredi 1er février au Relecq-Kerhuon et prendra la parole avec Cinderella Bernard, il participera auparavant à la rencontre avec les acteurs de l’économie maritime.

Glenn Le Saôut:

 » Je suis né en 1998 à Morlaix, d’un père ouvrier qualifié et d’une mère travaillant dans le secteur du social, le dernier fils d’une fratrie de 3 enfants (1 sœur et 1 frère).

Je suis comme qui dirait « tomber dedans » car possédant deux grand pères communistes il était impensable de ne pas penser pour le collectif avant de prôner l’individuel.

En lycée public à Morlaix je me suis pleinement investi au sein des mandats qui m’ont été confiés que ce soit dans le comité de vie lycéenne ou bien au conseil d’administration (siégeant pour la représentation des élèves au sein de l’instance dirigeante).

J’ai pris des responsabilités également syndicales au sein de la Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne (FIDL) en prenant la présidence localement puis au niveau de la Bretagne.

Lors des manifestations contre la loi travail, contre les réformes « Macron » mais aussi contre la sélection à l’université. J’ai pu pu exprimer la voix et défendre les intérêts des jeunes opprimés et oubliés depuis tant d’années par les gouvernements successifs.

Toujours accompagné dans l’ensemble de mes luttes par des camarades engagés et investis.

Ces derniers mois, j’ai alerté sur les conséquences de Parcoursup, avec nombre de lycéens restant en attente d’affectation pendant des semaines angoissantes avant le bac, ou carrément sur le carreau, certains renonçant même à s’orienter vers des études.

Depuis toujours joueur de football, et encadrant dans une équipe de jeunes je suis passionné de sport. L’ensemble de ces éléments m’ont permis de me construire politiquement.

J’ai adhéré au PCF à 18 ans, il y a un an et demi.

J’ai dernièrement effectué un voyage de 4 mois au Burkina Faso ainsi qu’au Bénin. J’ai pu apercevoir les dégâts du colonialisme, de la pauvreté sur les populations mais surtout le manque cruel de moyens dans l’ensemble des secteurs éducatifs et médicaux. Je vais poursuivre mes études dans le secteur de la culture et de l’animation. En attendant, j’ai accepté de m’engager sur cette liste des Européennes conduite par Ian Brossat car je suis convaincu qu’il faut transformer en profondeur les institutions et les politiques européennes actuelles si on veut sauver l’idée européenne et les idées de progrès en Europe, face à la montée de l’extrême-droite ».

Cinderella Bernard, candidate sur la liste aux Européennes du PCF conduite par Ian Brossat.

Cinderella Bernard sera présente au Relecq-Kerhuon le 1er février à 20h avec Ian Brossat et Glenn Le Saôut pour la première grande rencontre-débat sur les élections Européennes dans le Finistère. 

Âgée de 40 ans,  Cindérella Bernard est issue d’un milieu modeste (père ouvrier électricien et sa mère sans emploi). Enfants, ses deux parents ont connu les foyers de l’enfance. Sa mère a grandi en famille d’accueil auprès d’un couple d’agriculteurs qui l’ont élevée au sein de leur petite ferme. Cindérella en a gardé l’exigence de défendre les catégories populaires et de se battre pour les gens et leurs intérêts légitimes.

Elle habite Bégard avec son mari et ses quatre enfants. Jeune, elle a dû travailler comme ouvrière en usine et dans l’agroalimentaire pour des missions d’intérim. Elle a quitté l’école à la fin de sa première année de AES. Puis, après avoir exercé plusieurs métiers autour du handicap et de la délinquance, elle a obtenu son diplôme d’éducatrice spécialisée. Elle est devenue médiatrice à Côtes d’Armor Habitat. Très tôt attirée par l’action collective, elle est devenue, adolescente, présidente du Foyer des jeunes de sa commune.

Jeune maman, elle a pris la responsabilité de l’Amicale Laïque de Bégard pendant sept années et a mené avec conviction et détermination les mobilisations pour la défense de l’école publique. Elle s’est attachée à porter les valeurs de solidarité, de laïcité, de vivre ensemble, et de proximité et de les partager avec le plus grand nombre de personne.

Cinderella a participé à la création de l’association Skol Bro Vear en 2006 pour porter la demande d’une filière bilingue publique à Bégard. Leur démarche s’est voulue militante car l’enseignement des langues régionales n’est pas une évidence pour l’Éducation Nationale faute de loi pour porter cette volonté. Aujourd’hui ce sont 130 enfants qui bénéficient à Bégard d’un enseignement à parité dans les deux langues, français/breton, de la maternelle à la 3ème au collège. La commune de Bégard est devenue un pôle bilingue public.

En 2008, elle rejoint l’équipe municipale de Gérard Le Caër, maire communiste de Bégard. En 2014, elle devient Maire-adjointe aux affaires scolaires et Présidente du Syndicat Mixte Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères. Elle a conduit dans cette fonction des actions fortes en faveur de la protection de l’environnement comme la lutte contre le gaspillage alimentaire, le broyage gratuit des déchets verts à domicile, le compostage collectif et individuel, la sensibilisation des enfants dans les écoles, le tri sélectif, ou encore l’installation de ruches d’abeilles noires de Bretagne à la déchèterie !

Depuis 2015, Cindérella est Conseillère départementale, dans l’opposition, et Présidente du Groupe Communiste et Républicain des Côtes d’Armor. Elle ne lâche rien de ses convictions et n’hésite pas à porter fort mes idées face à la Droite comme face aux représentants du Gouvernement, socialiste ou macroniste. A l’issue des élections législatives de 2017, Cindérella, après une très belle campagne collective, a été la candidate communiste qui a réalisé le meilleur score en Bretagne, sur la circonscription de Guingamp. Elle aurait été probablement élue députée sans la division de la gauche.

Article sur le débat Où va la Bretagne? Ar Falz Skol Vreizh avec Cindérella Bernard.

Landerneau, samedi 2 février: visite de l’exposition Mitchell et Riopelle à FHEL de Landerneau et conférence de Renaud Faroux

PCF Finistère organise une nouvelle visite de l’exposition temporaire du moment d’art moderne ou contemporain du Fonds Edouard Leclerc à Landerneau avec notre ami conférencier, critique et historien d’art, Renaud Faroux, après les expositions Picasso, Figurations Libres, Henry Moore.

Ce sera le samedi 2 février à Fond Hélène et Edouard Leclerc des Capucins à Landerneau. Nous ferons une visite guidée à 10h30.

Elle sera suivie d’une conférence avec projection d’œuvres de Renaud Faroux sur l’oeuvre de Mitchell et Riopelle dans son contexte, son intention et sa portée. La salle reste à réserver et la conférence d’une heure environ aura lieu vers 12h00-12h15 jusqu’à 13h30 environ.

Les deux moments sont ouverts aux non adhérents, bien sûr.

Suivi d’un pique-nique convivial avec des mets que tous ramèneront.

Pour l’instant, il y a 22 inscrits, nous pouvons prendre encore 8 inscriptions au moins. Et davantage de camarades encore peuvent participer en nous rejoignant à la conférence.

Le lieu de la conférence de Renaud Faroux à Landerneau sera indiqué ultérieurement.

Réservations et informations: 06 74 44 04 90

Brest 4 février 18H, conférence Martha Desrumaux par Pierre Outteryck.

Martha Desrumaux,
ouvrière, syndicaliste, féministe, une oubliée de l’histoire.

Conférence présentée par Pierre Outteryck, historien.

Un partenariat de l’Institut CGT d’histoire sociale et des Amis de l’Humanité.

Lundi 4 février à 18H

Maison du Peuple /Place Edouard Mazé /Brest

 

Silence, on tourne…
1936, le cinéaste Jean Renoir l’observe…
Il l’imagine à 10 ans fuyant la demeure bourgeoise dont elle est la bonne à tout faire ! Martha a décidé, elle sera ouvrière… Ouvrière du textile…
Travail du lin, un des pires boulots de l’époque. À 12 ans, encore enfant, Martha gronde de révoltes. Elle ne supporte ni l’injustice, ni l’humiliation, ni l’exploitation.
À 12 ans, la voici syndiquée à la CGT.
À 15 ans, elle adhère aux jeunesses socialistes d’avant 14.
La Première Guerre Mondiale l’emporte dans sa tourmente ; en 1917, Martha dirige sa première grève... Avec les filles de son atelier, elle gagne. Première victoire, premier maillon d’une chaîne de multiples luttes.

En 1920, elle choisit le Communisme.
Martha, ouvrière, dirigeante syndicale, responsable politique…
Les 40 premières années de sa vie scandent les combats pour l’unité de la classe ouvrière.
1939, nouveaux affrontements, nouvelles luttes… La clandestinité pour réorganiser le Parti Communiste. Le 26 août 1941 : Martha est appelée.Quelques semaines plus tard, elle est déportée dans l’enfer de Ravensbrück : nouveaux engagements, nouvelles solidarités.

La vie s’appelle toujours Luttes et Fraternité. Rescapée des camps de la mort, elle revient à Lille et reprend sa place à la tête du PCF et de la CGT.
Une vie d’engagement, de lutte, de fierté, au centre desquels était la cause des femmes.
Bravo Martha ! Merci Martha ! (présentation de l’éditeur)

A écouter : La culture ouvrière et la figure de Martha Desrumaux.

A lire sur Cause Commune : Martha Desrumaux au Panthéon : briser les murs du silence

Pétition : Martha Desrumaux, pour une ouvrière au Panthéon

 

 

 

Menaces sur le Quai Dupleix, cinéma Art et Essai de Quimper.

Menaces sur le Quai Dupleix, cinéma Art et Essai de Quimper.
Déclaration de Piero Rainero conseiller municipal PCF.
Dès 2014 j’avais interpellé la municipalité sur la situation fragile des salles de cinéma
d’art et d’essai dans notre ville, en raison des risques que pouvait faire courir au Quai
Dupleix une possible vente de l’ensemble Quai Dupleix-Arcades.
Dès cette époque, l’association Gros Plan, à laquelle était confiée en régie municipale la programmation de ces 2 salles Art et Essai, avait alerté la municipalité sur ces risques, et ce encore il y a un an après le rachat par le groupe Mégarama.
Des débats ont eu lieu à plusieurs reprises sur ce sujet au Conseil Municipal.
La municipalité ne pouvait donc ignorer les conséquences que pouvait avoir l’achat en 2017 des salles du Quai Dupleix par le groupe privé Mégarama totalement étranger à la vie culturelle de Quimper et n’ayant d’autre visée que le profit financier à court terme.
L’adjoint à la culture, Allain Le Roux, avait d’ailleurs envisagé comme possible
scénario l’acquisition des salles par la municipalité pour permettre de pérenniser dans
la capitale de la Cornouaille un cinéma de qualité, rejoignant ainsi les propositions de
Gros Plan.
Il en avait fait étudier les conditions.
Cette étude confirmait l’existence d’un véritable potentiel de développement pour le cinéma d’art et d’essai à Quimper et en Cornouaille.

La progression de la fréquentation ces 2 dernières années, la diversité du public, les
échanges nombreux et fructueux avec les associations locales, la part importante des
scolaires dans le cadre de partenariats avec leurs enseignants et leurs établissements,
l’attestent.
Gros Plan remplit avec succès son rôle d’animation culturelle autour du cinéma et de formation du public, notamment des scolaires.

C’est une mission de service public.
Le Quai Dupleix et l’association Gros Plan jouent un rôle important dans la vie
culturelle de Quimper et de la Cornouaille. La disparition du cinéma Art et Essai dans notre ville, après la fermeture du Quartier, centre d’art contemporain, lui porterait un nouveau coup. Elle contribuerait à affaiblir l’attractivité et le rayonnement de Quimper, et à dévitaliser encore plus son centre déjà malmené par les politiques de la majorité municipale. Pourtant, celle-ci a continué à ignorer les avertissements, et n’a rien fait pour empêcher une issue fatale.
Il y a aujourd’hui urgence à agir, la municipalité doit sortir d’un silence qui
apparaîtrait s’il se prolongeait comme de connivence avec le processus de liquidation
des salles de cinémas classées de la ville.
Il faut se mettre au plus vite à l’ouvrage sur les conditions d’une acquisition par la collectivité pour sauver le Quai Dupleix.
Le temps presse.
Dans cet esprit je demande au maire de prendre ses responsabilités et de réunir de
toute urgence les responsables de Gros Plan et tous les acteurs concernés.
Quimper le 20 janvier 2019

Ian Brossat à Brest, Vendredi 1 février.

Ian Brossat chef de file du PCF aux élections européennes de 2019 sera à Brest pour une rencontre-débat avec les finistériens.

Maison municipale des associations Germain-Bournot

Vendredi 1er février 2019

20H

4 Rue Gay Lussac
29480 Le Relecq-Kerhuon

 

 

Si vous souhaitez soutenir à votre tour la liste aux Européennes solidaire et anti-libérale, pour une Europe de gauche, démocratique et sociale, venez rejoindre le comité de soutien finistérien.

Pour mieux connaitre les enjeux de cette élection, vous pouvez consulter l‘intervention de Vincent Boulet à Logonna Quimerc’h sur l’Europe.

 

 

Vœux 2019 de la fédération en vidéo.

VIDEO : En bas de l’article

Salle comble ce samedi 19 janvier pour les voeux du PCF Finistère et de la section du PCF du Relecq-Kerhuon à l’auditorium Jean Moulin.

Le secrétaire Ismaël Dupont  était entouré de Pierre-Yves Liziar, secrétaire de la section de Kerhuon et conseiller municipal, et de Glenn Le Saout, de Morlaix, qui sera un des candidats du PCF aux élections européennes*.

Après les discours de Pierre-Yves Liziar, secrétaire de section du Relecq-Kerhuon, qui a rendu hommage à son prédécesseur Ronan Tanguy et développé les nombreuses activités de la section (solidarité concrète, vente de fruits et légumes, présence dans les quartiers, tournoi de boules, banquet républicain) et mon discours sur la situation politique, l’activité et les objectifs du PCF dans le Finistère, les élections européennes et la présentation de Glenn Le Saout, peut-être futur candidat finistérien aux Européennes sur la liste de Ian Brossat, un étudiant de 20 ans, nous avons eu droit au magnifique spectacle musical « Bonsoir m’amour » du Théâtre de la Corniche, spectacle poignant et drôle sur la grande guerre, création originale interprétée par Antoine Asnar, Jerôme André, Claude Bonnard. Des moments d’émotion et de bonheur partagé! En point d’orgue, une très belle interprétation de la chanson de Craonne.

Merci à lAFPS, lUniversité Européenne de la Paix, le Secours populaire, le Comité de défense de l’hôpital de Concarneau, le PS pour leur présence à nos vœux.

Ismaël Dupont.

 

Le Télégramme, 20 janvier 2019

PCF. Des vœux culturels à la fédération du Finistère

Samedi après-midi, à l’Auditorium du Relecq-Kerhuon, la fédération du Finistère du Parti communiste français organisait sa cérémonie des vœux. La fédération du Finistère compte 850 adhérents, répartis dans 19 sections. Elle avait invité les forces syndicales, les politiques de gauche et diverses associations.

« Le président des riches »

Ismaël Dupont, secrétaire départemental, a évoqué le mouvement social populaire en cours, avec «un soutien aux gilets jaunes, qui remettent la question sociale de l’égalité au centre du débat. Une réaction contre la politique de casse sociale menée par le président et son gouvernement. Avec Macron, on touche un sommet de mépris des classes populaires et de la population. La seule mesure soustraite au débat est la suppression de l’ISF, Macron est le président des riches… ».

« Un gros effort d’éducation populaire »

Le secrétaire était entouré de Pierre-Yves Liziar, secrétaire de la section de Kerhuon et conseiller municipal, et de Glenn Le Saout, de Morlaix, qui sera un des candidats du PCF aux élections européennes*. « Le PCF s’engage dans un gros effort d’éducation populaire. La politique ne se résume pas à des échéances électorales. Des économistes, des scientifiques et des artistes seront invités au niveau des sections locales », a poursuivi Ismaël Dupont, avant d’annoncer la venue, le 1er février, de Ian Brossat, la tête de liste du PCF, adjoint au logement à la mairie de Paris, pour préparer les Européennes.

Après les discours, le public a assisté à la représentation de « Bonsoir m’amour », une pièce musicale et chantée, drôle et émouvante, du théâtre de la Corniche.

* Glenn Le Saout a été présenté comme potentiel candidat finistérien sur la liste conduite par Ian Brossat « L’Humain d’abord ». Liste qui fera l’objet d’un vote au Conseil National du 26 janvier et d’un vote des adhérents PCF jusqu’au 2 février.

Exigeons l’amnistie des Gilets Jaunes !

Rouge Finistère relaie une pétition initié par Le Media pour l’amnistie des manifestants arrêtés lors de l’actuel mouvement social: https://amnistiegj.fr/

Nos députés communistes par la voix d’André Chassaigne ont déposé une proposition de loi pour l’amnistie lors des mouvements sociaux. A lire l’article sur la  Justice de classe : Prison ferme pour Maria et ses camarades de Valence.

Article de Libération sur le nombre de blessés graves : tirs-de-flashball-grenades-combien-y-a-t-il-eu-de-blesses-graves-parmi-les-gilets-jaunes.

 

 

Rejoignez le comité de soutien finistérien à la liste conduite par Ian Brossat!

Comité de soutien finistérien à la liste européenne du PCF « L’Humain d’abord » conduite par Ian Brossat.

Contacts pour soutenir à votre tour la liste aux Européennes solidaire et anti-libérale, pour une Europe de gauche, démocratique et sociale.Envoyez un mail ou un SMS.

Mail : dupont.ismael@yahoo.fr

SMS : 06 20 90 10 52

 

 

 

 

Rencontre-débat avec Ian Brossat et d’autres candidats communistes aux Elections Européennes au Relecq-Kerhuon

 Vendredi 1er février

à la maison municipale des Associations Germain Bournot à 20h.

 

Premiers signataires:

Andolfatto Yvette retraitée Plougastel-Daoulas

Annie Bergot Le Calvez. retraitée des Finances. Conseillère municipale durant 3 mandats à Morlaix. Bénévole dans plusieurs associations. Membre du collectif de défense de l’hôpital public du Pays de Morlaix. Morlaix

Alain Bescou retraité militant PCF Audierne

Martine Bescou retraitée militante PCF Audierne

Borgniet-Youénou Anne retraitée militante associative déléguée départementale Education Nationale Brest

Boudard-Jasserand, professeur des écoles retraitée, bénévole dans une association d’aide aux migrants, Quimper.

Bournot Claudie Employée de banque Adjointe à la mairie du Relecq Kerhuon

Briand René retraité, membre bureau section de Quimper, membre CD  USR CGT, militant associatif Quimper

Challer Gérard retraité responsable associatif

Cam Denise retraitée Brest

Cam Jean-Paul retraité militant syndical Brest

Carduner Christian Retraité militant CGT PTT ancien secrétaire Départemental CGT  du secteur des activités postales et des télécommunications du Finistère-Sud et secrétaire régional activités postales et communication Bretagne militant PCF Scaër

Carn Martine retraitée de la fonction publique hospitalière, ancienne élue, 3 mandats d’Adjointe au maire de 1995 à 2008, Conseillaire communautaire de 1999 à 2008. Vice présidente et présidente d’un SIVU au sein du SDIS 29. Présidente du Comité de Défense des usagers du CHP du Pays de Morlaix. Adhérente au PCF.

Coïc Albert syndicaliste CGT membre du secrétariat PCF du Pays bigouden Beuzec-Cap Sizun

Daniel Jeannine retraitée, militante associative Scaër Élue de 2008 à 2014, présidente du Syndicat de Production d Eau Scaër

David Alain ancien membre du secrétariat départemental PCF 29 ancien maire adjoint de Morlaix
Militant associatif jeunesse et défense de la santé Morlaix

Delannee Christian retraité économiste de la construction ancien adjoint au maire de Concarneau Morlaix

Dréan Jean retraité de la SNCF militant CGT et PCF Quimper

Dupas Roger Retraité RATP  militant CGT (UGICT) et Elu Mutualiste

Dupont Ismaël Professeur documentaliste Secrétaire départemental du PCF élu à Morlaix et Morlaix-Communauté

Flageul Catherine Retraitée militante de la paix, adhérence PCF Plougastel-Daoulas

Francillon Anne-Marie Retraitée de l’enseignement membre du PCF Brest

Gambache Michèle retraitée de l’éducation nationale Morlaix

Gambache Patrick président de CMS conseils Morlaix

Gloaguen Patrick

Gontier Dominique retraité membre du PCF, membre d’associtations environnementales Moëlan-sur-Mer

Goussé Marie-France retraitée, engagée en tant que bénévole dans plusieurs associations de Concarneau en autre « Accès à la Santé Pour Tous ».

Grimardias Muriel Retraitée militante associative Lanmeur

Gruat Jean-Victor Retraité, ancien fonctionnaire international Ancien maire de Brennilis Ancien président du Syndicat du personnel de l’Organisation internationale du Travail

Guyon Jean-Pierre retraité militant PCF Concarneau

Héré Roger retraité fonction publique, élu municipal PCF-Front de gauche Plouigneau

Jasserand Bernard Retraité de l’énergie, militant syndical, adhérent du PCF à Quimper.

Labous Jean-Jacques Retraité manipulateur radio  ancien secretaire de l’union locale cgt st pol de Leon Plouzévédé

Lainé Jeremy Technico-commercial Maire adjoint Guimaëc

Le Berre Annie Retraitée de l’éducation nationale Brest

Le Calvez Jean-Luc adhérent PCF, ancien élu à la mairie de Morlaix, ancien militant et responsable CGT manufacture. Membre du collectif défense des usagers de l’hôpital Morlaix

Le Duff Suzanne Professeur des Ecoles Retraitée Lanmeur

Le Duff Georges Ingénieur en Bâtiment retraité Lanmeur

Le Guenic Roger Ancien syndicaliste CGT au CHU de Brest

Le Roux André retraité, secrétaire de la section PCF du pays bigouden

Le Roux Francette Retraitée des Douanes, militante communiste.

Mazelin Isabelle Professeur Adjointe à la culture PCF au Relecq-Kerhuon

Mévellec-Sithamma Monique retraitée de l’éducation Nationale , syndicaliste FSU, militante dans associations culturelles.

Monfort Mireille Retraitée Education nationale Plougasnou

Moreau Philippe Retraité, CGT,  AMPB (Accueil Migrants Pays Bigouden) à Penmarc’h

Nayet Lucienne retraitée, militante associative, ancienne élue Locquénolé

Nioche Françoise enseignante retraitée, conseillère municipale Rosporden

Paul Maxime Ouvrier d’Etat militant mutualiste Plougastel-Daoulas

Pellennec Eric militant syndical mutualiste et associatif Brest

Peron Paulette Retraitée Syndicaliste Plouénan

Pierre Daniel commerçant en retraite Quimperlé

Perrot Jean-Claude Retraité de la POSTE Militant de la CGT Quimper

Primet Jean-Paul Retraité de l’enseignement professionnel Roscoff

Puil Serge Demandeur d’emploi Membre du bureau PCF Morlaix Membre du Conseil Départemental PCF Finistère Militant syndical CGT

Rainero Piero Conseiller Municipal PCF de Quimper.

Rainero,Yvonne professeure agrégée ER, militante communiste, militante associative Quimper

Rannou Jacques Cheminot retraité, Maire-Délégué PCF/ Front de Gauche de Kernével (commune associée de Rosporden), conseiller communautaire de Concarneau-Cornouaille-Agglomération (CCA)

Ravasio Daniel Retraité Education Nationale, militant PCFet FSU, militant associatif, Saint Thégonnec Loc-Eguiner

Rea Larry Retraité Conseillé municipal délégué Le Relecq-Kerhuon

Richard Anita professeur des écoles en retraite, conseillère municipale, conseillère communautaire Rosporden

Rivière Gilles ancien conseiller municipal PCF de Châteauneuf du Faou

Rivière Guy Retraité de la fonction publique territoriale, militant syndical à Brest Locmaria-Plouzané

Rivoalan Erwan bibliothécaire et syndicaliste Brest

Salaün Remi Ancien technicien préparateur coque navires à Dcns. Militant syndical

Scattolin Valérie déléguée syndicale et conseiller municipale Morlaix

Schmitt Gil retraité, Plomodiern

Sellin Denis membre du PCF et militant associatif commerçant retraité Moëlan-sur-Mer

Sinquin Ronan militant syndical CGT de la Poste, ER Châteaulin

Tanguy Jacques retraité militant FSU

Tanguy Ronan, retraité,  élu pendant 25 ans au Relecq-Kerhuon, demeurant à Plouarzel

Tanguy Yasmine employée de banque demeurant à Plouarzel

Thatje Julia Professeur documentaliste Militante associative et culturelle Morlaix

Tahmed Lhouss infirmier indépendant Brest.

Thomas Pierre-Yves Membre du CD PCF 29 Retraité de l’Aéronautique, Militant syndical Membre actif dans le secteur associatif Carhaix

Tudo Deler Michel Michel Retraité SNCF, militant CGT et PCF Lanmeur

Vérant Jean-François Retraité Militant association PCF Morlaix Plougasnou

 

La chaîne YouTube Rouge Finistère est en ligne !

La chaîne YouTube de Rouge Finistère est en ligne.

Elle a pour but de diffuser des vidéos en lien avec notre activité et le mouvement social dans le Finistère.

N’hésitez pas à filmer et à nous envoyer vos vidéos.

Des vidéos seront mis en ligne régulièrement.

Présentation du livre « Sans domicile fisc » par Eric et Alain Bocquet à Quimper le 5 avril 2017 :

 

Voilà deux parlementaires qui font honneur à la politique et à l’engagement communiste, de grands pédagogues appuyés sur la longue enquête et le travail de rencontres.

Pendant deux heures, Alain et Eric Bocquet ont fait le travail de porter à connaissance du public, avec beaucoup d’anecdotes truculentes et d’humour malgré le caractère sombre et plus qu’inquiétant du sujet, le fonctionnement du capitalisme financiarisé en tant qu’il repose, sur l’évasion fiscale et le pillage des nations.

Pour Alain Bocquet, « Sans domicile fisc » est un « livre de combat afin de ramener cette finance folle à la raison ». Pour Eric Bocquet, il est la preuve que « l’argent du monde nouveau existe« . Ce livre constitue, selon Jean Ziegler, « une arme formidable dans la phase paroxystique de la lutte des classes que les oligarchies du monde financier globalisé livrent aux peuples du monde ».

Dossier évasion fiscale revue du Projet : leprojet_evasionfiscale

 

« L’Irlande en révolutions », samedi 12 janvier, Pont-l’Abbé

Olivier Coquelin présentera et dédicacera son ouvrage

samedi 12 janvier 2019 à partir de 10 h 30

Maison du PCF 9 square de la Madeleine

à Pont-l’Abbé

 

 

 

 

Olivier COQUELIN vient de publier un nouvel ouvrage : « L’Irlande en révolutions – Entre nationalismes et conservatismes: une histoire politique et sociale (18e-20e siècles) ».(Editions SYLLEPSE)

 

Pour comprendre les particularités de l’Irlande contemporaine, l’auteur nous invite à un voyage dans une histoire des revendications émancipatrices du peuple irlandais.

La partition de l’île d’Irlande, qui perdure à ce jour, fut l’une des conséquences de la Révolution de 1916-1923. Inachevée, la rupture avec l’ordre ancien contribua surtout à renforcer le pouvoir des forces conservatrices, à l’œuvre des deux côtés de la frontière.

Pareil phénomène oblige à s’interroger sur la nature même des mouvements politiques (révolutionnaires comme constitutionnels) et sociaux (agraires comme ouvriers) irlandais qui se réclamèrent du nationalisme, à partir du siècle des Lumières.

Dans quelle mesure se faisaient-ils les partisans de desseins progressistes dans la perspective d’une Irlande indépendante, autonome ou maintenue dans le giron britannique ?

Olivier Coquelin est enseignant à l’Université de Caen et membre associé du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) et du Groupe de recherche en études irlandaises (GREI). Il a codirigé (avec Patrick Galliou et Thierry Robin), Political Ideology in Ireland : From the Enlightenment to the Present (Cambridge Scholars Publishing, Newcastle, 2009).

 

Pétition : La Poste doit rester à la Forêt-Fouesnant !

La Poste doit rester à la Forêt-Fouesnant !

Signez la pétition :

https://www.change.org/p/la-poste-doit-rester

Je demande à ce que la poste reste à la Forêt-Fouesnant, dans les conditions actuelles,de localisation, de fonctionnement et d’ouverture ; ainsi que les services de « La Banque Postale ».
Je demande l’abandon du projet de supprimer ce service public dans cette commune, pour le bien des habitants et des commerçants locaux.

La destruction des services public continue, et nous touche directement. La poste abandonne ses services dans la commune. Elle entend conclure un partenariat avec la mairie pour conserver, à moindre frais, un service minimum. La mairie semble se satisfaire de cette proposition et cherche donc à installer le remplacement du service public par la mise en place de nouveaux locaux, une permanence réduite aux demi-journées, et un salariat municipale à mi-temps. Félicitations !!!!

Le service public disparaît, les locaux actuels restent inoccupés, les salariés restent le problème de la poste et les forêstois (ses) mettent la main au porte-monnaie. Ainsi supprime-t-on un service public, des salariés, et les activités pour les faire peser sur le privé (nous). La poste soutiendra ce transfert en versant ce qui représentait le loyer (env. 1000€) tous les mois et une partie des frais de délocalisation. La banque postale disparaît de la commune et il faudra aller voir ailleurs pour parler « sous ».

La population vieillissante, les habitants non véhiculés, verront disparaître la banque postale si nous ne luttons pas contre, surtout qu’aucune solution collective n’est proposée par la commune sur les déplacements intercommunaux.

Nous vous appelons à résister pour empêcher la disparition de ce dernier service public dans notre commune !!!

Invitation aux voeux du PCF, le 19 janvier, au Relecq-Kerhuon, avec la pièce de théâtre Bonsoir m’amour

Du théâtre et une pièce pacifiste sur la Grande Guerre

pour les

Voeux de la fédération PCF du Finistère le 19 janvier 2019

Auditorium du Relecq-Kerhuon, 16h30-19h

Accueil et discours des vœux à partir de 16h30

 

 

 

 

Puis à 17h représentation de « Bonsoir m’amour« , la pièce musicale et chantée du Théâtre de la Corniche (Antoine Asnar, Jerôme André, Claude Bonnard) sur la Grande Guerre, déjà programmée le 11 novembre 2018 par le PCF à St Martin des Champs pour le centenaire de l’armistice

Apéritif convivial à 18h30 après le spectacle.

Après-midi ouverte aux adhérents, sympathisants du PCF comme à toute personne qui souhaiterait voir le spectacle « Bonsoir m’amour ».

Pétitions : continuons la pression!

La pétition contre la hausse des prix du carburant a obtenu 785 soutiens.

Continuons à la faire circuler :

https://www.change.org/p/hausse-des-prix-du-carburants-halte-au-racket

 

 

 

 


La pétition pour le pouvoir d’achat a obtenu 210 soutiens.

Continuons à la faire circuler :

https://www.change.org/p/pcf29-pour-le-pouvoir-d-achat-augmenter-les-salaires-les-retraites-les-minimas-sociaux

 


La pétition pour le soutien à Anisa a obtenu 826 soutiens.

Continuons à la faire circuler :

https://www.change.org/p/pr%C3%A9fecture-du-finist%C3%A8re-soutien-%C3%A0-anisa-et-sa-famille-menac%C3%A9s-d-expulsion-637e50fc-a77f-4b3d-8c27-7d6de56bceb7

 

Une année de résistance! Voeux de la fédération PCF du Finistère

BONNE ANNÉE 2019 ! Une année de résistance!

 

Je vous souhaite au nom de la fédération du PCF du Finistère une heureuse année, nourrie de passions, de rencontres et de bonheurs à vivre et partager. Je te souhaite aussi à toi et à tes proches une bonne santé, car c’est l’essentiel !

Tous ensemble, il nous faudra trouver de l’inventivité, de l’audace et de la force pour ne pas se décourager face au rouleau compresseur des forces de l’argent qui diffusent l’égoïsme, la ringardisation des valeurs de solidarité, de partage, de progrès et de construction collective, et la haine de l’autre.

Les temps que nous vivons, même s’il y a aussi des nouvelles utopies, des luttes et des espoirs qui prennent corps, sont extrêmement brutaux et dangereux avec la crise écologique et le dérèglement climatique, la montée des inégalités et de la pauvreté liées à la rapacité du capitalisme financier, la montée de l’autoritarisme néo-libéral qui méprise les besoins des peuples comme du racisme et du néo-fascisme.

Ce qui s’est passé dernièrement au Brésil, aux États-Unis ou en Italie, après l’Autriche, la Pologne, la Hongrie, l’Allemagne … et la France, où le l’extrême-droite se maintient à un très haut niveau, doit nous mettre en garde et nous impose des responsabilités. Notamment celle d’ouvrir un chemin de rassemblement, d’espoir et de reconquête d’un chemin de progrès pour notre peuple.

Cela n’a rien d’évident mais nous y sommes contraints si nous ne voulons pas (re) plonger nous-mêmes dans des aventures historiques calamiteuses.
De notre effort à toutes et tous peut naître un nouveau monde de la solidarité collective, de développement humain dans le respect de notre planète, et de démocratie réel, les grands absents du discours et des pratiques d’Emmanuel Macron.

Ils ont l’argent, nous avons le nombre.

Mais le nombre ne peut pas compter s’il n’est pas animé d’une valeur commune. C’est parce qu’elle germe dans la révolte qu’ils ont peur. Le mouvement des Gilets Jaunes, contradictoire, avec des dimensions qui peuvent paraître inquiétantes ou insuffisantes mais qui traduisent aussi une crise sociale et politique profonde, a  le mérite d’exister, de fragiliser le pouvoir réactionnaire de Macron et sa politique au service des puissances d’argent, et d’ouvrir un espace d’expression publique pour des tas de gens qui n’avaient pas la parole, et pour les revendications sociales et démocratiques des classes populaires.

Ses développements futurs ne sont pas écrits d’avance, ni forcément univoques, et il nous faudra peser, comme le font nos parlementaires et élus avec nos propositions fortes, pour que les revendications populaires en termes de justice fiscale, de pouvoir d’achat, de rénovation de notre démocratie, puissent trouver des débouchés en tordant le bras du méprisant de la République, Emmanuel Macron, mais aussi pour empêcher des sensibilités réactionnaires, démagogiques ou pire, de tirer le meilleur parti de ce mouvement populaire.

Il nous faudra mettre les bouchées double pour empêcher Macron et son gouvernement au service du capital de détruire la Sécurité Sociale, le système de retraite par répartition, le statut des fonctionnaires, car cet homme lige du MEDEF est prêt à tout pour passer en force!

La situation de notre société et du monde impose de renforcer l’audience du Parti communiste, qui dans sa longue histoire a souvent su tenir les deux bouts d’une critique marxiste radicale du capitalisme avec l’ambition et le projet de le combattre et de le dépasser, et d’une volonté d’obtenir des conquêtes immédiates, ou de résister avec d’autres, dans l’intérêt de la population, pour construire et conserver notre République sociale et des institutions d’égalité, de solidarité, que nous avons nous-mêmes contribué à construire.

Le parti communiste sort d’une longue phase de Congrès rassemblé et prêt à travailler avec notre nouveau secrétaire national Fabien Roussel pour retrouver plus d’influence. Son utilité au service des luttes, des travailleurs, de la défense des services publics et des solidarités n’est plus à prouver. Il apporte aussi sa pierre pour les combats en faveur de la justice sociale, de la paix, de la démocratie, du féminisme, du combat anti-raciste et de l’écologie.

Chaque adhérent peut y apporter sa part, notamment dans le travail d’écoute et de discussion, et d’argumentation pour faire voter en faveur de notre liste présentée aux Européennes du 26 mai prochain, conduite par Ian Brossat.

Nous t’encourageons d’ores et déjà à noter la date du vendredi 1er février dans ton agenda car Ian Brossat fera une réunion publique à la Maison des Syndicats à Brest à 20h où il nous faudra réunir un grand nombre de militants et de sympathisants.

Toutes celles et tous ceux qui veulent lutter et militer avec nous, et renforcer les idées communistes et d’émancipation sont les bienvenus à nos côtés.

Face à ce monde qui dévie et cette montée des injustices les plus scandaleuses, prenez parti!

Fraternellement,

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère

Mardis de l’éducation populaire du PCF Morlaix : L’avocate et dirigeante associative Dominique Noguères

Dominique Noguères sera la prochaine invitée des Mardi de l’éducation populaire du PCF Pays de Morlaix.

Mardi 15 janvier

local du PCF, 2 petite rue de Callac à Morlaix

 

 

 

Thèmes abordés :

  • la justice et les droits de l’homme en question
  • un parcours personnel au service de la justice
  • un bilan des évolutions du système de justice en France.

Dominique Noguères est avocate, vice-présidente de la Ligue des Droits de l’Homme.

Elle a participé à plusieurs missions d’observation et de témoignage sur les violations des droits de l’Homme (en Tchétchénie, au Liban, etc. ). Et est actuellement une observatrice internationale du procès politique intenté par l’État espagnol contre les leaders indépendantistes catalans. 

Dominique Noguères est aussi la fille d’Henri Noguères, président de la Ligue des Droits de l’Homme de 1974 à 1984, avocat, résistant, dirigeant socialiste puis PSU, homme de médias (rédacteur en chef du « Populaire », collaborant pour la radio), et la petite-fille de Louis Noguères, avocat, député, conseiller général des Pyrénées Orientales, résistant, qui jouera un rôle important dans le jugement des collaborateurs à la Libération.

Dominique Noguères est le deuxième avocat invité pour les conférences du PCF Morlaix en 4 ans après Roland Weyl le 28 octobre 2014, avocat spécialiste du droit international, militant anti-colonialiste, membre du barreau depuis 1939, membre du PCF depuis 1946, membre du Conseil National du Mouvement de la Paix.

Dominique Noguères a contribué au « Manifeste pour une France hospitalière et fraternelle, une Europe solidaire«  feuille de route du PCF en matière de politique migratoire et d’accueil des Migrants et Réfugiés. 

 

 

Les Mardis de l’éducation populaire du PCF Morlaix depuis novembre 2018 ont déjà permis d’écouter et l’écrivain Valère Staraselski sur la vie, l’œuvre et l’engagement communiste Aragon, et l’écrivaine Anne Guillou sur la guerre d’Algérie.

Prochaines dates:

Le mardi 5 février 2019, à 18h, ce sera l’historien Pierre Outteryck qui sera l’invité des Mardis de l’éducation populaire pour nous parler du destin extraordinaire de Martha Desrumaux, orpheline, ouvrière dès l’enfance, militante socialiste, puis communiste après le Congrès de Tours, animatrice des grandes grèves du Nord, dirigeante du Front Populaire, organisatrice de la grande grève des Mineurs du Nord en 1940, résistance, déportée, responsable de la résistance clandestine au camp de Ravensbruck, dirigeante cégétiste et militante du Secours Populaire.

Le mardi 15 mai 2019, à 18h, ce sera l’historien Jean-Paul Sénéchal qui nous parlera du Front Populaire dans le Finistère.