6 questions à Gladys Grelaud, candidate présentée aux régionales par le Parti communiste dans le Finistère.

 

Gladys, peux-tu te présenter en quelques mots?
J’ai 38 ans, je suis urbaniste à Brest métropole.
Je me suis engagée en 2016 au parti communiste à la section de Brest pour lutter contre les injustices croissantes et criantes autour de moi, m’investir pour défendre une société plus solidaire était devenu nécessaire.  
Je suis fille et petite-fille de communistes. C’est grâce à mon environnement, ma mère surtout, à travers son engagement syndical, qui m’a sensibilisé, m’a fait prendre conscience de l’importance de défendre mes idées, de ne pas subir. 

Être communiste, c’est mettre en place des rapports de forces qui permettent à tout.e.s d’avoir sa place dans la société et d’avoir les moyens de vivre dignement : un toit, pouvoir se nourrir, se soigner, apprendre, se cultiver : s’émanciper ! Ces objectifs, il faut les faire vivre, les défendre. Les communistes finistériens le font, chaque jour, en tant que militant.e.s, en tant qu’élu.e.s de terrain.

 

Quelles satisfactions et enseignements as-tu tiré de ton engagement sur la liste de gauche et citoyenne à Landerneau en 2020?
C’est ce rassemblement à gauche, pluriel, complémentaire et nécessaire, cet enthousiasme collectif à défendre un programme et des valeurs qui m’a poussé à m’engager pour les municipales à Landerneau.  Aujourd’hui, le travail d’opposition, auquel je participe, est dense et très enrichissant notamment avec la préparation des conseils municipaux.

 

Quel lien fais-tu entre tes engagements communistes et féministes?
Pour moi, l’un ne va pas sans l’autre, les inégalités persistent, les femmes ne sont pas épargnées. Aujourd’hui, les femmes ont un salaire inférieur de 25% en moyenne à un homme à poste et temps de travail équivalents. Qui supportent cela ? Les femmes.  Personnellement, je ne m’y résous pas.

 

Tu es une professionnelle du logement social et de l’habitat? Quel lien fais-tu entre ta pratique professionnelle et tes valeurs politiques et éthiques?
Depuis 10 ans, je m’occupe des situations d’habitat indigne et de précarité énergétique sur la métropole brestoise ainsi que des opérations de recyclage des îlots dégradés dans les quartiers  anciens. Je ne suis pas arrivée dans ces fonctions par hasard. Travailler à l’amélioration des conditions de vie dans la cité, c’est le sens que je donne aux services publics si essentiels et notamment en cette période de COVID. Les inégalités s’accentuent et les collectivités territoriales ont leur rôle à jouer.

 

Quels sont tes motivations pour t’engager comme candidate aux élections régionales et pour devenir élue régionale?
Avec l’année que l’on vient de passer, ces files au secours populaire qui s’allongent, le décrochage et l’isolement des jeunes, la menace des services publics de proximité au service des bretons… Il est d’autant plus nécessaire de s’engager pour tendre vers une région plus solidaire.

 
Quels sont pour toi les dossiers prioritaires du nouveau mandat pour le Conseil Régional?

Dans leur quotidien, aujourd’hui, les deux sujets qui préoccupent et coûtent aux ménages bretons sont les moyens de transports et les dépenses d’énergie : pour leur trajet domicile travail, pour chauffer leur logement. Conforter, développer le rail, les transports publics, réduire la consommation de l’énergie dans l’habitat en réalisant des travaux, deux axes à travailler afin de faire évoluer substantiellement la vie des bretons.  

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :