PCF Finistère

Author's posts

Vidéo : Bernard Vasseur – Avec Marx penser et agir aujourd’hui / 2ème partie.


Les jeudis rouges : Avec Marx penser et agir aujourd’hui / 1ère partie.

Bernard Vasseur, Professeur de Philosophie

Après avoir longtemps enseigné la philosophie, Bernard Vasseur est aujourd’hui directeur honoraire du Centre de recherche et de création Elsa Triolet-Aragon à Saint-Arnoult-en-Yvelines.

Le philosophe Bernard Vasseur livre sa lecture de Marx à la lumière des questions que nous nous posons aujourd’hui, dans cet utile ouvrage de référence et d’éducation populaire.

Il ne s’agit pas de disposer d’un programme clé en main que nous aurait légué Marx, mais de refuser avec lui les fausses évidences et de s’inscrire dans le mouvement d’émancipation humaine qu’exprime l’idée de communisme.
Hâtons-nous de rendre la philosophie populaire, écrivait Denis Diderot en 1753. Tout un programme politique, qui laisse entrevoir une société où citoyennes et citoyens pensent par eux-mêmes et conduisent les affaires de la cité.

Loin de cette vision d’un peuple qui maîtrise la conduite de son devenir, nous entrons dans une aire politique qui tend, en permanence, à ramener le citoyen à son employabilité, à sa capacité à se « vendre », à sa parfaite adaptation à la société de concurrence, ceci au nom du prétendu principe de réalité qui coupe court à toute analyse de la société.

De la réforme des institutions, à la démolition de l’audiovisuel public en passant par la réforme de l’enseignement technique ou la peau de chagrin que devient l’enseignement de la philosophie…

Tout indique que les choix gouvernementaux conduisent à une société de plus en plus autoritaire qui laisse que peu de place à l’imaginaire, à la créativité, à la capacité collective de se projeter dans un devenir choisi.

Comprendre le monde pour le changer est plus que jamais une question d’actualité, une urgence pour sortir de ce système qui nie l’humanité et notre planète.

C’est tout le sens du travail d’éducation populaire que les communistes ont décidé de revivifier.

En cette année de centenaire de la naissance de Marx, nous avons souhaité réfléchir à l’éclairage de sa pensée pour avancer collectivement sur ce chemin de l’émancipation humaine.

Les trois conférences de Bernard Vasseur ont suscité beaucoup d’enthousiasme auprès de ses nombreux auditeurs, c’est pourquoi nous avons décidé de les publier et de faire de ce livre un outil pour poursuivre la réflexion, œuvrer à la construction consciente de notre devenir collectif.

Cette société nouvelle, de femmes et d’hommes libres, associé.es et égaux, qui frappe à la porte.

Préface de Nathalie Simonnet, Secrétaire départementale de la Fédération de la Seine Saint -Denis du PCF, membre de l’exécutif national.
Bernard Vasseur, Avec Marx, penser et agir aujourd’hui, Éditions PCF 93, Pantin, 2018, 168 pages, 5€, ISBN 978-2-9565722-0-6

Textes de Marx : https://www.marxists.org/francais/index.htm

Maison Triolet Aragon : https://www.maison-triolet-aragon.com/

Derniers ouvrages parus:

Communiste avec Marx

Avec Marx, penser et agir aujourd’hui

Aragon stalinien ? Mythe et réalité

La démocratie anesthésiée

Émancipation, mode d’emploi

Cette conférence est organisée par le réseau d’initiatives « partage des savoirs » du PCF en Bretagne sud. Comprendre, Agir, Riposter
Contact : pcfpaysdequimperle@gmail.com

Quimper-01 juillet : Stop à l’annexion des territoires palestiniens !

Militants associatifs, citoyens, présents hier à Quimper à l’appel d’un collectif dont fait partie le PCF pour dire Stop à l’annexion des territoires palestiniens par Israël au mépris du droit international.
Yves Jardin président du groupe du pays de Cornouaille de l’AFPS prit la parole.

La nouvelle de l’arrestation de Salah Hamouri pour qui la Cornouaille s’était déjà fortement mobilisée dans le passé vint s’ajouter aux motifs d’interpeller le gouvernement français bien silencieux quand il s’agit de défendre les droits des Palestiniens.

Flotte de pêche : OUI à des investissements publics durables en toute transparence – Déclaration de la Fédération du Finistère du Parti Communiste Français et de la commission Maritime PCF 29.

Flotte de pêche : OUI à des investissements publics durables  en toute transparence.

La pêche bretonne a été très affectée par la crise sanitaire, avec des volumes de vente réduits de plus de 50 % en moyenne depuis mi-mars, et jusqu’à 90 % durant les plus mauvaises semaines.

Comme les autres secteurs d’activité, les outils de l’État et des collectivités se sont déployés pour aider les entreprises à passer le cap, en particulier sous la forme de prêts bancaires en trésorerie garantis par la puissance publique. Si à court terme les dommages sont limités, lorsque les premières échéances de ces prêts devront être remboursées début 2021, la situation de nombreux armateurs risque de se dégrader fortement.

Le 31 décembre est également la date à laquelle le Brexit prendra son jour le plus concret avec la fin de la « période de transition » qui a maintenu en vigueur les règles de la politique commune des pêches et du commerce entre l’Union européenne à 27 et le Royaume-Uni.

A ce jour, les progrès des négociations apparaissent faibles, sans compromis apparents entre le Gouvernement britannique et l’UE. La pêche fait partie des points durs, avec des positions de négociations parfaitement antagonistes. L’Union plaide pour le statu quo et met en jeu l’accès des produits britanniques au marché communautaire. Le Gouvernement britannique demande de son côté une révision de ses quotas pour les stocks partagés avec l’UE et souhaite mettre en œuvre un régime d’accès contrôlé à ses eaux tout en ménageant un large accès de ses produits au marché de l’UE.

Si l’issue des négociations est encore incertaine pour de longs mois, il y a tout lieu de penser que le Brexit ne peut pas être sans effet demain en matière de pêche. Répartition des quotas (revus à la baisse sur des stocks convoités par les navires britanniques tels le cabillaud, le merlan et l’églefin en mer celtique, ou la cardine et le lieu noir en Ouest Écosse)  et conditions d’accès (licences annuelles payantes? Obligation de débarquement dans des ports britanniques ?) changeront.

C’est dans ce contexte particulier que la proposition, en son nom propre, du Président du Conseil régional de Bretagne, de création de fonds d’investissements pour les entreprises menacées de difficultés prend son sens.

Cette proposition a beaucoup de chemin à accomplir pour devenir réalité. Mais elle est très positive, car elle est susceptible d’ouvrir la voie à une intervention directe des pouvoirs publics dans la gestion des entreprises concernées.

Dans la pêche, la première menace avec le Brexit est la faillite d’armements, la vente des navires par les patrons pêcheurs et la fuite des quotas hors de Bretagne. Cette menace n’a rien d’irréaliste pour tous les observateurs de ce secteur depuis les crises liées à la surpêche dans les années 1990 : disparitions d’armements (Dhellemmes, Arcobreizh) et prises de contrôles par des capitaux étrangers (CFTO, Compagnie des pêches de St Malo, Armement La Houle…).

La prise en main des entreprises est nécessaire et doit éviter cette fuite des quotas pour maintenir les apports qui font vivre les mareyeurs, conserveurs et transformateurs bretons. Un emploi à mer génère deux emplois à terre dans la filière.

Les communistes ont toujours affirmé leur attachement à ce que les pouvoirs publics jouent pleinement leur rôle dans l’économie. Une telle intervention massive, coûteuse et de longue durée dans la pêche n’est souhaitable que si elle engage la flotte dans sa transition énergétique (nouvelles propulsions hybrides ou hydrogènes), l’amélioration de ses pratiques de pêche (sélectivité, diversification et évitement des espèces qui ne sont pas au RMD…), et son versant social (amélioration des conditions de travail et de vie à bord, de conciliation de la vie familiale et professionnelle, recrutement local, participation à la formation continue et des jeunes, promotion sociale et renouvellement des générations).

Les critères de l’intervention et les résultats de l’intervention publique dans la gestion des entreprises appellent débat, transparence et rendu-compte.

A ces conditions, le Président de Région peut être assuré du soutien des communistes du Finistère.

 

Le 01 juillet 2020,

Fédération du Finistère du Parti Communiste Français .

Commission Maritime PCF 29.

 

 

Bilan des Municipales pour les communistes dans le Finistère: des communes gagnées et conservées à gauche, une cinquantaine d’élus.

Pour conserver ou gagner des villes à gauche, y mener des politiques sociales, écologiques, démocratiques ambitieuses, servir les intérêts de la population, défendre les services publics, le secteur associatif, des politiques de solidarité, les sections PCF du Finistère ont cherché à s’inscrire dans dans une volonté de rassemblement à gauche pour ces élections municipales, et, partout où elles avaient la capacité de le faire, elles ont cherché à présenter des candidats communistes sur des listes d’union pour s’inscrire pleinement dans ce premier échelon de la démocratie locale qu’est la commune.  

Nos communes sont une grande richesse pour une démocratie vivante. Les élus municipaux sont de vrais porteurs d’un engagement au service de l’intérêt général et de la collectivité.

Le Parti communiste français, fort de sa richesse collective de 900 adhérents sur le Finistère, présentait au 1er tour du 15 mars 2020 des élections municipales 80 candidats adhérents PCF ou apparentés dans une vingtaine de communes du Finistère qui couvraient ensemble 321 000 habitants, soit un tiers de la population du Finistère environ.: Brest, Quimper, Morlaix, Concarneau, Landerneau, Douarnenez, Le Relecq-Kerhuon, Pont L’Abbé, Carhaix, Briec, Plouigneau, Plougonven, Guimaëc, Sizun, l’Ile de Batz, Saint Thégonnec Loc-Eguiner, Loctudy, etc.

Nous n’avons pas réalisé tous nos objectifs…

Nous avons eu la déception de ne pas pouvoir reconquérir Douarnenez à gauche où la tête de liste de « Douarnenez Terre Citoyenne » était sympathisant communiste, Hugues Tupin (44% au 2nd tour), malgré une campagne de très haut niveau. Le résultat ne récompense pas la qualité de cette campagne et de cette liste. Nous avons eu aussi des déceptions à Scaër et Plougonven, où des têtes de liste communistes de liste de rassemblement à gauche n’ont pas été en mesure de reprendre ces communes à la droite. Nous remercions ces camarades pour leur engagement courageux et tout leur travail. A Landerneau, dans une ville plus conservatrice par tradition, et face à la forte adversité du maire sortant, une belle campagne de gauche d’une tête de liste militant de la CGT avec nos camarades sur une liste citoyenne aurait mérité de connaître un sort plus favorable aussi. A Pont L’Abbé, aussi, la liste de gauche a été battue dès le premier tour. A Loctudy aussi, une tête de liste de sensibilité proche des communistes n’a pas été en mesure de faire gagner la gauche dans la commune.

Mais dans l’ensemble, ces élections municipales auront permis au PCF d’enregistrer aussi de très beaux succès au 1er et au 2nd tour.

Ainsi nous avons aussi fort heureusement dans le même temps de très grandes satisfactions sur ces élections municipales:

– Celles d’avoir conservé Rosporden-Kernevel (7780 habitants) à gauche dès le premier tour (majorité sensibilité divers gauche – PS-PCF), mais surtout d’avoir réussi de très bons résultats à Brest et au Relecq-Kerhuon pour conserver ces villes à gauche, ainsi que la métropole brestoise bien sûr. A Rosporden-Kernevel, nous aurons 8 élus communistes avec le maire délégué de Kernevel (PCF) Jacques Rannou, 2 adjoints, 2 conseillers communautaires. A Brest (140 000 hab), la liste fusionnée « Brest au cœur » menée par François Cuillandre PS-PCF-BNC-écolos a fait 49,69% au second tour contre 36 % à Malgorn pour la droite LR, et 13% au transfuge Coatanea pour la LREM. Le PCF aura 7 élu-es à la ville (+3 par rapport au début du mandat précédent ) et 4 élu-es métropolitain-es (+1). Au Relecq-Kerhuon (11 500 hab), où la liste PCF-PS issue de la majorité sortante et menée par Laurent Péron a fait 46% contre 27% aux Verts et 26 % à la LREM, nous aurons  8 élus apparentés PCF, dont 6 adhérents.

– Celles d’avoir gagné plusieurs villes à gauche reprises sur la droite. A Quimper (64 000 hab), où la liste « Quimper Ensemble » conduite par Isabelle Assih où étaient candidats 5 camarades du PCF a réalisé une magnifique performance au second tour en reprenant la ville chef lieu du Finistère au très droitier maire Ludovic Jolivet. C’est un soulagement intense et une respiration démocratique et sociale pour cette ville. Nous aurons 3 élus communistes dans la municipalité de gauche. Et 2 autres non loin de là à Briec, dans la majorité de gauche aussi.

Morlaix (14500 hab), nous avons eu l’immense joie de gagner après 12 ans de mandat de droite avec la liste « Morlaix Ensemble » conduite par Jean-Paul Vermot (Alliance PS-PCF-Génération.S, citoyens engagés (50 % de la liste), soutenu par les Radicaux, Place Publique) avec une avance confortable au second tour de 55% contre 45% à la maire sortante Agnès Le Brun. Le PCF fait élire 8 élus apparentés dans la nouvelle majorité dont 5 adhérents.

Plouigneau (5000 hab), nous avons réussi à faire gagner la gauche au premier tour dans la commune après 40 ans de gestion de doite dans une commune votant plutôt à gauche aux élections nationales, grâce à une liste d’union de la gauche, citoyenne, et PS-PCF. Nous avons 6 élus PCF, dont 3 adjoints (2 adhérents et un sympathisant), 1 conseiller communautaire.

Dans le pays de Morlaix, nous avons aussi un adjoint à Guimaëc, un conseiller municipal de 18 ans à Saint-Thégonnec Loc-Eguiner dans la majorité de gauche plurielle, une élue d’opposition à Plougonven, soit 17 élus en tout dans le Pays de Morlaix.

Nous avons aussi un élu d’opposition à Carhaix, n°2 sur la liste d’union de la gauche qui a été battu au premier tour, un élu à Scaër dans l’opposition, des élus sympathisants à BerrienDouarnenez (opposition), un sympathisant candidat à Plomeur, une élue sympathisante à Loctudy dans l’opposition.

En tout, le PCF aura donc un peu plus de 50 élus apparentés dans le Finistère, dont une quarantaine d’adhérents, soit une progression significative par rapport à 2014 où nous avions un peu moins de 30 élus adhérents, et une quarantaine en comptant les sympathisants (nombre d’élus ayant soutenu par exemple la campagne de Ian Brossat aux Européennes sur notre département).

Parmi ces élus, il faut signaler que plusieurs sont des nouveaux élus, à plus de 70%, et que plusieurs sont jeunes, la vingtaine d’années ou la trentaine d’années, le signe d’un parti qui a une vraie dynamique militante sur le territoire finistérien, ce dont nous nous félicitons.

Merci à tous nos candidats pour leur investissement dans ces campagnes municipales. Merci aussi à nos militants qui ont consacré du temps et de l’énergie pour défendre nos idées.  Et surtout un grand merci à tous nos électeurs!!!

Nous devons aussi remercier tous nos partenaires de ces listes d’union de la gauche avec lesquels nous avons mener de belles campagnes, qui ont été victorieuses dans plusieurs communes.

Et maintenant, au travail, pour les intérêts des citoyens et de l’application des idées et programmes sur lesquels nous avons été élus!

Municipales : déclaration de la section PCF du Pays de Brest.

Les communistes du Pays de Brest se félicitent de la belle victoire de la liste Brest au Cœur! qui rassemble les forces de gauche et les écologistes . Plus largement ils se réjouissent des succès des listes de gauche tant dans le Finistère qu’en Bretagne et au plan national.
Là où les forces de progrès ont su s’unir pour mettre en oeuvre un programme social et écologique, elles enregistrent des succès.
La démarche de rassemblement des communistes reçoit ainsi le soutien du peuple de gauche.

Sur Brest le PCF avec 7 élu-es à la ville (+3 par rapport au début du mandat précédent ) et 4 élu-es métropolitain-es (+1) conforte ses positions qui seront autant de points d’appui pour développer une politique sociale et écologique au plan local et défendre les services publics face aux attaques du gouvernement. Le groupe communiste et citoyen ,deuxième groupe de la majorité  jouera ainsi un rôle pivot pour travailler au rassemblement des forces de gauche et des citoyens et construire une alternative politique répondant aux urgences sociales et climatiques .

Les élu-es communistes sont:
Eric Guellec conseiller à la ville et à la métropole

Mathilde Maillard conseillère à la ville et la métropole

Jacqueline Héré  conseillère à la ville et la métropole

Jean-Michel Le Lorc’h conseiller à la ville et à la métropole

Sandra Le Roux  conseillère à la ville

Taran Marec conseiller à la ville

Anne Catherine Cleuziou conseillère à la ville

 

Municipales : Déclaration des élu-e-s communistes de Quimper.

Déclaration des élu-e-s communistes de Quimper.

Ce dimanche 28 juin, avec un score important et sans appel, les électrices et électeurs quimpérois ont confié à Isabelle Assih et à la liste Quimper Ensemble la responsabilité de construire avec les habitants l’alternative indispensable pour répondre aux urgences sociales, démocratiques, écologiques.

Ce résultat signe l’échec du maire sortant, de sa gouvernance et de sa politique municipale : élu en 2014 avec près de 57 % des suffrages il n’en recueille cette fois que 39 %. La « Ludomobile » n’a pas convaincu les Quimpérois de continuer avec Ludovic Jolivet!

Quant à la représentante officielle du parti de Macron,  la députée Annaïg Le Meur, qui chute encore de 4 % par rapport au 1er tour et ne recueille que 9 % des suffrages, elle est lourdement sanctionnée pour son soutien à la politique présidentielle.

Les électeurs ont jugé sur les actes.

Les Quimpérois ont choisi une maire de gauche, une maire écologiste.

Et pour la première fois de l’histoire de leur ville, une femme pour les représenter !Les communistes se félicitent de cette victoire qui est celle de la convergence de la gauche, de l’écologie, des citoyen-ne-s, celle d’un engagement collectif, celle d’un projet construit et mis en débat avec la population, à laquelle ils ont participé.Cette confiance donnée par les Quimpérois est une force mais aussi une exigence d’un mieux-vivre ensemble, d’un souffle démocratique, d’une ville solidaire, écologique

Engagé-e-s au sein de la nouvelle majorité pour les droits sociaux, les services publics, la démocratie, le vivre-ensemble, la culture, les biens communs, les élu-e-s communistes prendront toute leur part du travail collectif de l’équipe de la maire de Quimper, Isabelle Assih.

Yvonne Rainero, Bernard Jasserand, Ronan Sinquin

élu.e.s de la nouvelle majorité municipale.

 

Palestine : appel aux rassemblements du 01/07.

La Fédération du Finistère  du PCF se joint à l’Association France Palestine Solidarité et appelle aux rassemblements le 01/07 à 18 h place de la Liberté  à Brest et  à 18 h place Terre-au-Duc à Quimper pour dénoncer le plan Trump-Netanyahou d’annexion de la vallée du Jourdain en Palestine occupée.

De toute évidence, le Covid-19 n’entrave pas le projet colonial israélien. L’agressivité israélienne et la répression contre les Palestiniens ne faiblissent pas. L’armée et les colons profitent de la situation: assassinats en Cisjordanie, intervention violente à Jérusalem-Est, destruction de maisons tandis que les incursions militaires dans la bande de Gaza n’ont jamais cessé.
Depuis l’annonce du plan Trump, l’annexion de la vallée du Jourdain et d’une partie des territoires de la Cisjordanie se profile. Après l’accord de gouvernement entre B. Netanyhou et B. Gantz, le processus devrait débuter le 1er juillet contribuant à un regain d’instabilité et de tensions avec les pays voisins et notamment la Jordanie. Un nouvel embrasement régional s’annonce.

Le Parti Communiste Français dénonce avec force cette politique d’annexion et d’apartheid rendue possible par le non respect des résolutions internationales, le soutien inconditionnel des États-Unis et la complaisance des États de l’Union Européenne.

Le PCF exige la fin de tous les accords de coopération économique avec Israël. La paix dans la région ne reviendra pas sans la reconnaissance des droits légitimes du peuple palestinien à disposer d’un État dans le cadre des frontières de 1967.

Les périls sont chaque jour grandissants pour les Palestiniens. Partout la mobilisation doit grandir pour que la France et l’Union européenne condamnent le plan Trump et toutes perspectives de nouvelles annexions.

Le 30 juin 2020,

Fédération PCF du Finistère.

 

A Brest, on se prépare pour le 16 juin !

La section de Brest est sur le pont pour la grande Manif du 16 juin.

DE L’ARGENT POUR L’HÔPITAL, PAS POUR LE CAPITAL !









sdgdg

Le PCF soutient les manifestations contre le racisme et les violences policières.

Émotion et détermination le 13 juin, à Quimper place St Corentin pour le rassemblement contre le racisme et les violences policières, à l’initiative de la LDH. Plus de 200 personnes ont observé une minute de silence genou à terre et poing levé en hommage à George Floyd ».

À Quimper, 200 personnes étaient réunies en honneur de George Floyd, appel lancé par la LDH 29 et relayé par le PCF, et des organisations syndicales.

Nous nous devons de combattre le racisme sous toutes ces formes et dans toutes conditions. #BlackLiveMatters

Le 10 juin à Brest, les communistes présents au rassemblement pour dire non au racisme et aux violences policières, oui à l’égalité des droits, à la justice et à la démocratie.

16 Juin : DE L’ARGENT POUR L’HÔPITAL, PAS POUR LE CAPITAL ! – Lieux et Horaires.

 

L’ARGENT POUR L’HÔPITAL, PAS POUR LE CAPITAL !

Un « Ségur » bien mal parti !… Il faut un plan d’urgence pour les hôpitaux et les EHPAD !

La crise sanitaire que nous venons de vivre prouve s’il en était besoin la nécessité d’un système de santé de grande qualité. Ce que les professionnel·le·s de santé, avec leurs organisations syndicales, disaient depuis plusieurs années est brutalement validé. Pas assez de lits, pas assez d’emplois, pas assez de financement dans les hôpitaux.

Le président Macron dit « s’engager » pour un « Ségur » de la Santé.
Mais ce « Ségur » de la santé est vraiment bien mal engagé !

On nous explique que tout est ouvert et que nous partons d’une page blanche. Mais, le Premier ministre, pour sa part, révèle le pot aux roses et articule la discussion sur la base du projet de loi « Ma santé 2022 » voté l’an dernier et qui prévoit la mise à mal de 300 hôpitaux de proximité en leur supprimant la chirurgie, la maternité et les urgences. Avec cette loi, c’est la poursuite de la destruction du maillage sanitaire de notre pays. Cette loi nous emmène dans le mur et Édouard Philippe nous
demande… d’accélérer !
Pourquoi poursuivent-ils cette politique catastrophique malgré l’évidence ? Parce que les enjeux sont énormes. Le capitalisme est en crise. Avec la politique de création monétaire massive des banques centrales depuis la crise de 2008, des suraccumulations de capitaux cherchent à se rentabiliser, à se créer de nouveaux marchés, à marchandiser toutes les activités humaines.

La France, avec son système de sécurité sociale, étonnant et anormal pour les libéraux, devrait se plier à leur logique. Nous ne mesurons pas assez l’aberration que représente ce système pour l’idéologie néolibérale. Pour un budget de l’État de 390 milliards d’euros, la Sécu, c’est 500 milliards d’euros de cotisations sociales… que les capitalistes rêvent de s’accaparer.

C’est maintenant que la démocratie doit s’imposer à tous les niveaux. Les hospitalier·e·s, les syndicats, les élu·e·s, les associations, seul·e·s ont fait acte de responsabilité, de prises d’initiatives et de compétences pour faire face au désastre sanitaire. ENSEMBLE, elles et ils sont seul·e·s qualifié·e·s pour faire des propositions à la hauteur des besoins et de l’intérêt général.

Les plans régionaux de santé sont disqualifiés : ils doivent être remis à plat et élaborés démocratiquement, à partir de la réalité d’aujourd’hui, dans toutes les régions et les bassins de vie.
Le gouvernement vient de faire adopter une loi de finance rectificative de 110 milliards d’euros au bénéfice de la seule de la croissance financière, de même pour ce qui concerne la BCE au plan européen.
Dès à présent, des mesures urgentes doivent être prises pour un plan de créations de 100 000 emplois dans les hôpitaux et, dans les Éhpad, 100 000 pour aller vers les 300 000 postes à créer en 3 ans, l’augmentation de tous les quotas de formation, des augmentations de salaires équivalent à 300€ mensuel, pour un moratoire sur toutes fermetures et restructurations des hôpitaux, pour un pôle public du médicament…

Les organisations syndicales des personnels hospitaliers, les collectifs de défense du service public hospitalier, ENSEMBLE, appellent à une journée d’action mardi 16 juin.

Ces actions se dérouleront:

►A Brest, une chaîne humaine est prévue à partir de 18h00 autour de l’hôpital Morvan et de la
Mairie et pot de l’amitié
►A Brest, rassemblements à l’Ehpad de La Source (rue Marguerite Duras) à 8h30; à l’Ehpad de
Keraudren (rue Ernestine de Trémaudan) à 10h30;
►A Quimper, un rassemblement aura lieu devant le centre hospitalier (CHIC) à 14h30
►A Morlaix, barbecue à midi et rassemblement à partir de 14h30 à l’hôpital (chaîne humaine)

Les organisations syndicales CGT et Solidaires de l’Hôpital de Morlaix

– organisent un pique-nique devant le bâtiment administratif de l’hôpital à partir de 12 h.

– appellent les personnels à un débrayage de 14 h 30 à 16 h 30

– organiseront, à cette occasion, « un encerclement » par une chaine humaine du bâtiment administratif

►Maison Accueil Spécialisée Genêts d’or, rassemblement à 14h00 à Ploujean,
►A Douarnenez, rassemblement à 14h30 devant l’hôpital
►A Lesneven, rassemblement à 14h00 devant l’hôpital
►A Lannilis, rassemblement à 14h00 devant l’Ehpad des Abers …
►A Quimperlé, rassemblement à 11h00 devant l’hôpital
►A Carhaix, rassemblement à 18h30 devant l’hôpital
►Sur les sites de Perharidy et de Ty Yann de 12h00 à 14h00 pour un pique-nique revendicatif

La fédération du Finistère du PCF appelle toutes et tous à y participer massivement. Elle mettra en débat les propositions du PCF pour un plan d’urgence pour les hôpitaux publics et les Ehpad.

Fédération du PCF Finistère,

A Brest, le 11 juin 2020

 

Nos propositions : 

Plan d’urgence pour l’hôpital et les EPHAD.

 

 

Marine Le Pen n’est pas la bienvenue à l’Ile de Sein-Déclaration de la Fédération du Finistère du PCF.

Déclaration de la Fédération du Finistère du PCF  pour la venue de Marine Le Pen le 18 juin à Sein

Marine Le Pen présidente du RN sera présente sur l’Ile de Sein le 18 juin. La présidente du mouvement d’extrême droite revendique ainsi l’héritage de l’homme de l’appel du 18 juin. La véritable héritière du maître du château de Saint-Cloud feint ainsi d’oublier que le parti dont elle est la dépositaire légale est précisément né d’un ­antigaullisme primaire et viscéral, comptant parmi ses fondateurs des anciens de l’OAS et autres nostalgiques de l’Algérie française.

Il est vrai que cette extrême droite est habituée aux détournements d’héritage. Le changement de nom du Front National ne fera pas oublier non plus que celui ci comptait parmi ses fondateurs Léon Gaultier qui fut secrétaire général à l’Information du gouvernement du maréchal Pétain ,  chroniqueur à  » Radio Vichy « , et fut l’un des fondateurs de la Milice française. Il combattit sous l’uniforme allemand de la Waffen-SS avec le grade de Untersturmführer, il commanda une unité française sur le Front de l’Est durant l’été 1944.

La Bretagne terre de résistance ne permettra pas à la porte parole de la haine de parader et de réviser l’histoire. La jeunesse qui manifeste massivement contre le racisme ne le permettra pas non plus.

Les communistes appellent tous ceux qui ont au cœur l’héritage du Conseil National de la Résistance à s’unir et se mobiliser contre cette provocation. Ils seront notamment présents au rassemblement à l’embarcadère d’Audierne dès 8 h du matin pour montrer à la présidente du Rassemblement National qu’elle n’est pas la bienvenue.

Fédération du Finistère du Parti Communiste Français,

13 juin 2020

 

 

La SECURITE SOCIALE c’est vital !

Tract securite sociale version PDF

« A Cœur Ouvert » Juin 2020

« A Cœur Ouvert » numéro 5 / Juin 2020 réalisé par l’ Atelier Citoyen Santé Bretagne du PCF » <croizat.pcf@gmail.com>.

Version PDF : A Coeur Ouvert JUIN 2020

 

 

 

Brest-16 juin : Il faut un plan d’urgence pour les hôpitaux et les EHPAD !

Un « Ségur » bien mal parti !… Il faut un plan d’urgence   pour les hôpitaux et les EHPAD !

La crise sanitaire que nous venons de vivre prouve s’il en était besoin la nécessité d’un système de santé de grande qualité. Ce que les professionnel·le·s de santé, avec leurs organisations syndicales, disaient depuis plusieurs années est brutalement validé. Pas assez de lits, pas assez d’emplois, pas assez de financement dans les hôpitaux.

Le président Macron dit « s’engager » pour un « Ségur » de la Santé.
Mais ce « Ségur » de la santé est vraiment bien mal engagé ! On nous explique que tout est ouvert et que nous partons d’une page blanche. Mais, le Premier ministre, pour sa part, révèle le pot aux roses et articule la discussion sur la base du projet de loi « Ma santé 2022 » voté l’an dernier et qui prévoit la transformation de 300 hôpitaux de proximité en « mouroir » en leur supprimant la chirurgie, la maternité et les urgences. Avec cette loi, c’est la poursuite de la destruction du maillage sanitaire de notre pays. Cette loi nous emmène dans le mur et Édouard Philippe nous
demande… d’accélérer !

Pourquoi poursuivent-ils cette politique catastrophique malgré l’évidence ? Parce que les enjeux sont énormes. Le capitalisme est en crise. Avec la politique de création monétaire massive des banques centrales depuis la crise de 2008, des suraccumulations de capitaux cherchent à se rentabiliser, à se créer de nouveaux marchés, à marchandiser toutes les activités humaines.

La France, avec son système de sécurité sociale, étonnant et anormal pour les libéraux, devrait se plier à leur logique. Nous ne mesurons pas assez l’aberration que représente ce système pour l’idéologie néolibérale. Pour un budget de l’État de 390 milliards d’euros, la Sécu, c’est 500 milliards d’euros de cotisations sociales… que le capitalistes rêvent de s’accaparer.

C’est maintenant que la démocratie doit s’imposer à tous les niveaux. Les hospitalier·e·s, les syndicats, les élu·e·s, les associations, seul·e·s ont fait acte de responsabilité, de prises d’initiatives et de compétences pour faire face au désastre sanitaire. ENSEMBLE, elles et ils sont seul·e·s qualifié·e·s pour faire des propositions à la hauteur des besoins et de l’intérêt général.
Les plans régionaux de santé sont disqualifiés : ils doivent être remis à plat et élaborés démocratiquement, à partir de la réalité d’aujourd’hui, dans toutes les régions et les bassins de vie.

Le gouvernement vient de faire adopter une loi de finance rectificative de 110 milliards d’euros au bénéfice de la seule de la croissance financière, de même pour ce qui concerne la BCE au plan européen.

Dès à présent, des mesures urgentes doivent être prises pour un plan de créations de 100 000 emplois dans les hôpitaux et, dans les Éhpad, 100 000 pour aller vers les 300 000 postes à créer en 3 ans, l’augmentation de tous les quotas de formation, des augmentations de salaires équivalent à 300€ mensuel, pour un moratoire sur toutes fermetures et restructurations des hôpitaux, pour un pôle public du médicament.

Les organisations syndicales des personnels hospitaliers, les collectifs de défense du service public hospitalier,ENSEMBLE, appellent à une journée d’action mardi 16 juin.

Ces actions se dérouleront:

Ces actions se dérouleront:
 
►A Brest, une chaîne humaine est prévue à partir de 18 h 00 autour de l’hôpital Morvan et de la Mairie
►A Brest, rassemblements à l’Ehpad de La Source (rue Marguerite Duras) à 8h30; à l’Ehpad de Keraudren (rue Ernestine de Trémaudan) à 10h30;
►A Lesneven, rassemblement à 14h00 devant l’hôpital
►A Lannilis, rassemblement à 14h00 devant l’Ehpad des Abers …
 
La section du Pays de Brest du PCF appelle toutes et tous à y participer massivement. Elle mettra en débat les propositions du PCF pour un plan d’urgence pour les hôpitaux publics et les Ehpad.

 

Disons merci aux soignants en étant à leurs côtés mardi 16 juin ! Déclaration de la section PCF du pays de Quimper.

Déclaration de la section PCF du pays de Quimper.

Disons merci aux soignants en étant à leurs côtés mardi 16 juin !

 

À Quimper comme partout en France les personnels hospitaliers avec leurs syndicats appellent les citoyens qui les ont encouragés pendant la pandémie à prolonger ce soutien lors de leur journée d’action de mardi prochain. Les communistes du pays de Quimper leur apportent tout leur appui et invitent toutes et tous à les rejoindre ce mardi 16 juin à 14h30 à Quimper devant le centre hospitalier Laënnec dans le respect des gestes sanitaires.

Bien avant la crise du Covid, salarié-e-s, médecins, collectifs, dénonçaient les logiques de marchandisation de la santé et le joug que les politiques d’austérité faisaient peser sur l’hôpital au détriment du soin et de l’humain.

Si notre hôpital public, abîmé, diminué,  et autour de lui notre système de santé, a tenu bon, c’est grâce à l’engagement  exceptionnel de ses personnels, malgré le manque cruel de lits, d’effectifs, d’équipements et de moyens de protection et de dépistage. Équipements qui ont manqué aussi dans les Ehpad et ont fait défaut à l’ensemble des acteurs très mobilisés de la santé et du social, et au-delà à celles et ceux dont le travail  a permis à l’ensemble de la population d’accéder à  des services vitaux. Et notre Sécurité sociale, bien que fortement attaquée elle aussi depuis sa création il y a 75 ans par le ministre communiste Ambroise Croizat, a permis l’accès aux soins essentiels.

Alors que le pic de cette crise est derrière nous, que tant de Français sont dans la douleur d’avoir perdu un proche, d’avoir été séparés de leurs anciens, dans la longue reconstruction après la maladie, dans l’angoisse de perdre leur emploi, leurs revenus, il nous faut prendre soin de notre système de santé et particulièrement de nos hôpitaux publics et de nos Ehpad si nous voulons pas revivre de tels drames.

Déjà des signaux d’alerte nous interpellent, comme cette journée critique du 2 juin à l’hôpital de Quimper qui a vu des patients, des ambulanciers bloqués plusieurs heures en pleine chaleur sur la rampe d’accès aux urgences faute de pouvoir y accéder.

Il ne suffira pas de discours creux non suivis d’actes, de primes, de médailles, de pseudo-concertation, pour permettre à notre hôpital public de répondre aux besoins de la population et à ses personnels de travailler dans des conditions dignes et sereines, avec des salaires à la hauteur de leur utilité sociale. Faute de quoi la situation risque encore de s’aggraver avec le départ de médecins, d’infirmières et d’autres personnels…

Il faut sortir de ce cycle infernal, et ce n’est pas le chemin que prennent E. Macron et son gouvernement, car pendant le Ségur de la santé les annonces de suppressions de lits, de services, continuent, la loi santé 2022 prévoit des « hôpitaux de proximité » sans urgences, sans chirurgie, sans maternité, et la Sécurité sociale qui doit faire face à une hausse importante de ses dépenses en raison du Covid se voit délestée par Macron d’une bonne part de ses recettes par le biais des exonérations de cotisations des entreprises sans contrepartie !

Au côté des personnels hospitaliers, des syndicats, des collectifs citoyens, les communistes et leurs élu-e-s portent d’autres choix, en rupture avec la course folle à la croissance financière, et se prononcent pour un plan de création de 100 000 emplois dans les hôpitaux et, dans les Ehpad, de 100 000 postes pour aller vers les 300 000 à créer en 3 ans, pour l’augmentation de tous les quotas de formation dès la rentrée 2020, pour des hausses de salaires équivalant à 300€ mensuel, pour un moratoire sur toutes les fermetures et restructurations des hôpitaux, pour la reprise de la totalité de la dette hospitalière refinancée auprès de la Banque Centrale Européenne, pour un pôle public du médicament.

L’argent existe pour financer ces mesures alors que la BCE prévoit 1000 milliards d’euros pour soutenir les valeurs boursières, et que, en France comme dans le monde, les plus grandes fortunes se sont encore accrues pendant la pandémie !

Quimper, le 12 juin 2020.

 

 

Pleinement solidaire d’Inès Léraud – Déclaration de la Fédération du Finistère et de la Commission Mer et Littoral PCF 29.

Déclaration de la Fédération du Finistère du PCF et de la Commission Mer et Littoral PCF 29.

Pleinement solidaires d’Inès Léraud

En juin 2019, l’album « Algues vertes, l’histoire interdite » d’Inès Léraud et Pierre Van Hove, fruit de 3 ans d’enquête de terrain jette une lumière crue sur la fabrique du silence dans la Bretagne de l’agro-business et la bienveillance étonnante des services de l’État.

Inès Léraud accordera un entretien sur ce sujet au quotidien L’Humanité le 5 août 2019.

La BD connaît un succès incontestable, puisque 46 000 exemplaires ont été vendus à ce jour. Chaque signature donne lieu à des files d’attente interminables et à chaque rencontre le public apporte de nouveaux témoignages.

Le lobby agro-industriel est en émoi et Inès Léraud, comme d’autres avant elle, est l’objet de tentatives d’intimidation, de menaces.

Depuis le début 2020 la journaliste indépendante est traînée devant la justice par le groupe Chéritel, un des magnats du secteur. Toute parole n’est pas bonne à dire !

Le travail d’Inès Léraud pour intéressant qu’il soit sur le fond et sur la forme, n’apporte rien de très nouveau sur l’origine des marées vertes intrinsèquement liées à l’agriculture et aux élevages industriels. Les impacts sur la qualité de l’eau sont bien connus: asphyxie des milieux marins, appauvrissement de la biodiversité, interdiction des plages et fermetures des zones conchylicoles vivrières… Merci à Inès Léraud de rappeler la  dangerosité pour l’environnement, les êtres vivants dans leur ensemble, et l’omerta qui entoure cette question aux conséquences environnementales, mais aussi économiques et sociales, graves!

Depuis plusieurs décennies des associations telles « Bretagne Vivante », « Eaux et Rivières de Bretagne », « Halte aux marées vertes alertent, documentent, proposent et se heurtent comme Inès Léraud au mur de l’agro-business, protégé au-delà du raisonnable par les pouvoirs publics. Et si bon an, mal an on note quelques avancées, elles sont bien minces et les volontés de remise en cause sont légion.

Mais les faits sont incontestables et têtus, les preuves s’accumulent, les accidents parfois mortels participent du même constat.

La bande dessinée d’Inès Léraud confirme brillamment ce que nous savions et pointe certains aspects du dossier oubliés ou minorés.

Pourtant la crise sanitaire qui frappe la planète depuis la fin de l’année 2019, et dont la France a pleinement pris conscience en mars 2020, ne doit rien au hasard.

Elle nait de la manière dont le capitalisme a organisé la production mondiale, a façonné à son unique profit les territoires jusqu’à l’échelle locale.

En première ligne on trouve l’explosion, depuis le tournant des années 1970, de la production d’animaux d’élevage et l’industrialisation de l’agriculture.

« Nous avons organisé des systèmes qui font tout pour engendrer puis accélérer ce genre d’épidémies », conviennent Philippe Grandcolas et Jean-François Guégan, directeurs de recherche au CNRS et à l’INRAE.

Ainsi la concentration d’animaux en batterie, qu’il s’agisse de porcs, de volailles, de bovins, menace l’environnement, la biodiversité, mais aussi la sécurité sanitaire, l’indépendance alimentaire, la sécurité des salarié·e·s et de la population toute entière.

Il n’est plus question d’ignorer les méfaits d’un modèle qui doit changer.

Nous, communistes, affirmons que les choix de politiques agricoles, régionales, nationales et européennes, doivent pouvoir être mis en débat. Toutes les opinions comptent, pas seulement celles des organisations professionnelles et des pouvoirs économiques.

Pour ce faire, plus que jamais, nous avons besoin que la presse, en toute indépendance, joue pleinement son rôle, à l’abri des pressions et des menaces.

Les communistes du Finistère apportent le soutien le plus résolu à Inès Léraud.

Fédération du Finistère du Parti Communiste Français,

13 juin 2020

Contact du comité de soutien à Inès Léraud : comitedesoutien-inesleraud@laposte.net

Lien Pétition : https://www.asso-henri-pezerat.org/soutien-a-ines-leraud/

https://inesleraud.fr/

A Ecouter : 
Journal breton – saison 2
13 ÉPISODES (15 DISPONIBLES) :

 

 

 

 

 

 

 

L’histoire interdite | Inès Léraud et Pierre Van Hove | La revue dessinée | Delcourt En juin 2019, l’album « Algues vertes, l’histoire interdite » d’Inès Léraud et Paul Van Hove, fruit de 3 ans d’enquête de terrain jette une lumière crue sur la fabrique du silence dans la Bretagne de l’agro-business et la bienveillance étonnante des services de l’État.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Répression du mouvement social contre la réforme des retraites: notre camarade lycéen des JC Enzo de Gregorio témoigne.


Photo Enzo de Gregorio – Archives Vincent Mouchel Ouest-France

Voici un témoignage poignant de notre camarade des Jeunesses Communistes du pays de Morlaix, Enzo de Gregorio, sur la brutalité policière et gouvernementale, qu’il a subi comme animateur du mouvement lycéen contre la réforme des retraites à Concarneau et Quimper:

« A l’heure où les témoignages de violences policières ce multiplient sur la toile.
A l’heure où nous réclamons justice pour toutes les victimes, je vais témoigner de mon vécu du 16 Janvier 2020 à Quimper.
Mais avant tout, je tenais à ne pas mettre tout les policiers dans le même sac, deux notamment (ils se reconnaîtrons) à qui je porte un immense respect.

C’était un Jeudi de janvier 2020, comme chaque jour de manifestation, je partais de mon lycée seul. Seul physiquement mais pas mentalement, je savais qui m’attendrais à Quimper.
Ce jeudi là avait un goût particulier, cela devait être ma dernière manifestation contre les retraites. Après, cela serait un fond pour le Bac 2020 et mon orientation.

Arrivé à Quimper, je pris la direction (à pied) du siège du MEDEF, après avoir attendu quelque instant, les premiers camarades de la CGT arrivent puis l’ensemble des manifestants du jour (800 personnes).
Comme à l’habitude, les discours intersyndicaux sont scandés à la sono de la CGT puis direction le Géant de Quimper.

Décision est prise, nous le bloquerons, avec mes camarades lycéens, GJs et SUD, nous prenons une bretelle dangereuse.

Après qu’une voiture nous ait foncé dessus, nous plaçons des branchages sur la routes.

Quelques instants plus tard, les premiers véhicules de la PN de Quimper et les policiers équipés comme des CRS, viennent vers nous, la matraque à la main.
Nous avons donc rejoint les autres camarades afin de faire front, les policiers charge, nous partons quelque minutes après, pensant que tout était fini.

Il est 13h30-14h, les policiers de la BAC de Quimper arrêtent violemment un jeune camarade, quelque instant plus tard cela fut mon tour.

J’ai toujours à cet instant l’image de Krissa et Denis, qui tout comme moi ne comprennent pas.

Direction donc le commissariat, sirène hurlante, et à des vitesses excessives.
C’est parti pour 6h00 de Garde à vue, 6h à se faire insulter, à se faire aboyer dessus.
6 longues heures, je me souviendrai à vie des mots de la commissaire envers nous.

Je me souviendrai également d’avoir chanté « L’Internationale » dans ma cellule ainsi que « ON EST LÀ » durant mon interrogatoire.

Chaque heure de chaque jour, j’ai l’image de cette Garde à vue, les mots de ces policiers.

Ces visages me hanteront à jamais, la peur de cette police me suivra jusqu’à la mort.

Cette journée là a détruit une partie de moi ».

Enzo De Gregorio

 

Précisions.

La manifestation du 16 janvier devant le siège quimpérois du Medef puis aux entrées de Géant, à laquelle nous avions apporté notre soutien, avait lieu à l’appel de l’intersyndicale qui s’était constituée contre la réforme des retraites.

Nous avons tous participé au blocage des entrées de Géant, décision collective.

A la dislocation, qui s’est faite à partir des différents points de blocage où nous étions présents, la police a visiblement ciblé les deux jeunes lycéens Enzo et Matéo, Enzo étant évidemment particulièrement repéré car c’est lui qui prenait la parole avec talent au nom des lycéens aux côtés des organisations syndicales dans les manifs.

Leur interpellation a été particulièrement brutale, mais seule une partie des manifestants a vu ce qui s’était passé et ont alerté les orgas participantes, moi j’ai eu l’info par la CGT et je suis allée rejoindre les syndicalistes présents devant le commissariat, nous étions plusieurs dizaines dont des camarades de la section dans l’après-midi.

Garde à vue très longue, en plus il s’agissait de mineurs. L’autre jeune avait 15 ans…

Devant le tribunal le 19 février, en plein après-midi il y avait pas loin de 150 personnes pour soutenir Enzo et Matéo convoqués devant le procureur, j’y étais aussi avec plusieurs camarades. Sandrine avait imprimé pour l’ul Cgt une affichette « Je suis Enzo et Matéo » « Nous étions en manif le 16 janvier devant le Géant » que tous brandissaient car effectivement la police, et le préfet, ont voulu faire un exemple en s’attaquant à ces 2 jeunes qui ont écopé d’un rappel à la loi alors que nous avions tous participé à cette action.

Yvonne Rainero, secrétaire de section du PCF Quimper – membre de la direction départementale du PCF.

Vidéo : Avec Marx penser et agir aujourd’hui / 1ère partie. Bernard Vasseur.


Les jeudis rouges : Avec Marx penser et agir aujourd’hui / 1ère partie.

Bernard Vasseur, Professeur de Philosophie

Après avoir longtemps enseigné la philosophie, Bernard Vasseur est aujourd’hui directeur honoraire du Centre de recherche et de création Elsa Triolet-Aragon à Saint-Arnoult-en-Yvelines.

Le philosophe Bernard Vasseur livre sa lecture de Marx à la lumière des questions que nous nous posons aujourd’hui, dans cet utile ouvrage de référence et d’éducation populaire.

Il ne s’agit pas de disposer d’un programme clé en main que nous aurait légué Marx, mais de refuser avec lui les fausses évidences et de s’inscrire dans le mouvement d’émancipation humaine qu’exprime l’idée de communisme.
Hâtons-nous de rendre la philosophie populaire, écrivait Denis Diderot en 1753. Tout un programme politique, qui laisse entrevoir une société où citoyennes et citoyens pensent par eux-mêmes et conduisent les affaires de la cité.

Loin de cette vision d’un peuple qui maîtrise la conduite de son devenir, nous entrons dans une aire politique qui tend, en permanence, à ramener le citoyen à son employabilité, à sa capacité à se « vendre », à sa parfaite adaptation à la société de concurrence, ceci au nom du prétendu principe de réalité qui coupe court à toute analyse de la société.

De la réforme des institutions, à la démolition de l’audiovisuel public en passant par la réforme de l’enseignement technique ou la peau de chagrin que devient l’enseignement de la philosophie…

Tout indique que les choix gouvernementaux conduisent à une société de plus en plus autoritaire qui laisse que peu de place à l’imaginaire, à la créativité, à la capacité collective de se projeter dans un devenir choisi.

Comprendre le monde pour le changer est plus que jamais une question d’actualité, une urgence pour sortir de ce système qui nie l’humanité et notre planète.

C’est tout le sens du travail d’éducation populaire que les communistes ont décidé de revivifier.

En cette année de centenaire de la naissance de Marx, nous avons souhaité réfléchir à l’éclairage de sa pensée pour avancer collectivement sur ce chemin de l’émancipation humaine.

Les trois conférences de Bernard Vasseur ont suscité beaucoup d’enthousiasme auprès de ses nombreux auditeurs, c’est pourquoi nous avons décidé de les publier et de faire de ce livre un outil pour poursuivre la réflexion, œuvrer à la construction consciente de notre devenir collectif.

Cette société nouvelle, de femmes et d’hommes libres, associé.es et égaux, qui frappe à la porte.

Préface de Nathalie Simonnet, Secrétaire départementale de la Fédération de la Seine Saint -Denis du PCF, membre de l’exécutif national.
Bernard Vasseur, Avec Marx, penser et agir aujourd’hui, Éditions PCF 93, Pantin, 2018, 168 pages, 5€, ISBN 978-2-9565722-0-6

Textes de Marx : https://www.marxists.org/francais/index.htm

Maison Triolet Aragon : https://www.maison-triolet-aragon.com/

Derniers ouvrages parus:

Communiste avec Marx

Avec Marx, penser et agir aujourd’hui

Aragon stalinien ? Mythe et réalité

La démocratie anesthésiée

Émancipation, mode d’emploi

Cette conférence est organisée par le réseau d’initiatives « partage des savoirs » du PCF en Bretagne sud. Comprendre, Agir, Riposter
Contact : pcfpaysdequimperle@gmail.com

Hop ! Morlaix : un scandale !

Un scandale!!!

Air France empoche des milliards du gouvernement Macron-Philippe qui lui demande d’augmenter sa rentabilité.

Traduction, la multinationale d’origine française, anciennement publique, sacrifie les dessertes régionales et Hop! qu’elle avait absorbée.

Ben Smith et ses actionnaires n’en ont rien à faire de l’aménagement du territoire.

Tout sera concentré dans le hub de l’aéroport Charles de Gaulle.

Et tant pis pour les millions d’euros investis par les collectivités comme Morlaix et Morlaix Communauté, la Région Bretagne, pour faciliter l’installation, le développement et le maintien des activités aéronautiques (entretien et amélioration de l’aéroport de Morlaix-Ploujean, gestion subventionnée de l’aéroport avec une DSP en déficit, filière aéronautique de Tristan Corbière pour les métiers de l’aéro, simulateur de vol, installations de maintenance …)!

Avec l’ensemble des salarié-e-s, la population, les élus, et avec nos deux futures élues de gauche salariées chez Hop! – Valérie Scattolin, représentante nationale UNSA au niveau de l’ensemble de l’entreprise et militante du PCF à Morlaix, élue sortante de l’opposition de gauche à Morlaix, et Nathalie Barnet Tanzilli, toutes deux sur la liste de Morlaix Ensemble, nous allons nous battre pour sauvegarder les 280 emplois concernés a Morlaix, ville mère de Brit Air, sans compter les emplois induits.

Ismaël Dupont



Valérie Scattolin, Arnaud Hue et Christel Gélébart, représentants de l’intersyndicale Hop ! Morlaix, restent combatifs malgré les grosses incertitudes qui planent sur l’avenir du site breton de la filiale d’Air France. (Photo Laurent Aquilo)

Communiqué de l’intersyndicale de Hop! la semaine dernière:

Air France se recentre à Paris et abandonne la province aux low-costs! –

Communiqué de l’intersyndicale HOP!

Accorder un prêt de 7 milliards d’euros à Air France pour la sauver de la crise est une chose, abandonner la desserte des régions et des lignes intérieures aux low-costs en est une autre!

Le Groupe Air France veut se reconstruire autour du Hub de Charles de Gaulle, quand dans le même temps les dessertes d’Orly et de la province porteraient le modèle économique Transavia. Cela veut dire que que les nombreuses liaisons dites inter-régionales seraient dans un avenir proche abandonnées, voire supprimées!

Mais Transavia en province ne pourra pas se substituer à Hop! sur la totalité du réseau.

En effet, les modules de nos compagnies ne sont pas comparables avec d’un côté des avions de 72/100 sièges et de l’autre des aéronefs de 189 sièges. Il est illusoire de penser qu’un avion de 189 sièges pourrait remplacer un module plus petit et parfaitement adapté au réseau Transrégional!

Transavia en province c’est pour effectuer des vols « soleil » pour aller à Ibiza, Djerba, Tamanrasset.. Mais certainement pas pour faire des liaisons du type Bordeaux-Lyon ou Strasbourg-Nantes! Les modules low-cost sont adaptés pour effectuer des vols avec un taux de remplissage de l’ordre de 95% sinon ils ne sont pas rentables!

La nouvelle stratégie de Benjamin Smith, c’est l’abandon du maillage hexagonal! Le Hub de Charles de Gaulle est vital pour Air France avec les vols intercontinentaux. Air France décide de sacrifier la province sous prétexte de non rentabilité et sous prétexte des consignes départementales.

Pourtant demain les vols Province-Orly seront réduits à la portion congrue…

Les avions de HOP! sont pourtant mieux adaptés puisque plus petits, plus légers, moins gourmands en kérosène et leur impact carbone est bien moins élevé que les Airbus d’Air France ou les Boeing de Transavia!

Benjamin Smith dans sa nouvelle stratégie mise tout sur Paris et abandonne la province!

Comment les élus de la nation, les contribuables Français, pourraient accepter une telle stratégie, basée uniquement sur la rentabilité et financée avec ses propres deniers.

L’intersyndicale de Hop! CFDT, CGT, CGC-CFE, SNPL, FUC, SPL, UNAC, SNGAF, SNPNC, UNSA

 

 

Des milliers de salariés des compagnies HOP et Air France sont directement menacés de perdre leurs emplois suite aux restructurations envisagées sur le court-courrier.

Le gouvernement, par la voix de Mr Bruno Le Maire, ministre de l’économie, a clairement imposé à Air France, de ne plus opérer de vols sur des lignes accessibles en moins de 2H30 en train uniquement au départ de l’aéroport d’Orly et de Lyon. Condition péremptoire à l’octroi de deux prêts d’un montant de 7 milliards d’euros.

L’Etat réclame la suppression de nombreuses lignes d’Air France, opérées en majorité par sa filiale HOP ! par soucis d’écologie et de rentabilité.

L’Etat appelle chaque partie à prendre ses propres responsabilités.

l’Intersyndicale de HOP ! ( CFE-CGC, CFDT, CGT,  FUC, SNPL, SPL,SNGAF, SNPNC, UNAC, UNPNC, UNSA ) demande au gouvernement de prendre ses responsabilités en appliquant les mêmes contraintes environnementales et les mêmes conditions d’exploitation, par le biais d’une législation, à toutes les compagnies aériennes notamment aux compagnies low-cost étrangères positionnées sur le réseau domestique.

Le site « HOP MORLAIX » est particulièrement menacé, site qui regroupe 276 emplois.

L’intersyndicale appelle à signer la pétition « POUR LA PRÉSERVATION DES EMPLOIS, POUR LA SURVIE DES TERRITOIRES »

 
Pour en savoir plus et pour signer, c’est ici:
 

Elections Guimaëc : Jérémy Laine réélu adjoint PCF.

Félicitations à notre camarade du PCF Jérémy Laine réélu adjoint au maire à Guimaëc dans l’équipe de Pierre Le Goff.

27 mai 2020 – Place Rol-Tanguy à Morlaix, le PCF Pays de Morlaix salue l’engagement des résistants et l’esprit du CNR.

Photo Le Télégramme, 27 mai 2020

Le Télégramme 27 mai 2020, Morlaix

Un hommage appuyé aux Résistantes

En cette journée Nationale de la Résistance du 27 mai, plusieurs cérémonies commémoratives ont permis de rendre hommage aux Résistants, et plus encore aux Résistantes. A 11h, les participants au dépôt de gerbe, place Rol-Tanguy, devant la gare de Morlaix, ont salué la mémoire de cet ancien homme politique mais également celle de sa compagne, Cécile Rol-Tanguy, disparue en début de mois, tout comme une autre militante communiste rescapée du camp d’Auschwitz (Paulette Sarcey).

Le Conseil national de la Résistance en 1943

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du Parti communiste français pour le Finistère, est revenu sur l’historique de l’engagement et le courage, dès les premières heures, des Résistants bretons. Il a aussi rappelé que, alors « le pays, mis à l’arrêt par la pandémie, est à reconstruire », que cette journée a valeur de symbole, de par la célébration de la création du Conseil National de la Résistance en 1943, en plein conflit de la seconde guerre mondiale. A noter qu’à 11h45, une autre cérémonie attendait les participants, cette fois square de la Résistance à Morlaix.

Discours lu par Ismaël Dupont place Rol-Tanguy à Morlaix le 27 mai 2020 pour la Journée Nationale de la Résistance.

Réunis ce jour en cette place, quasiment un an après notre hommage du 12 juin 2019 le jour anniversaire des 111 ans de la naissance de Henri Tanguy, futur Rol-Tanguy, dirigeant de la CGT, du PCF, des Brigades Internationales et de la Résistance, en gare de Morlaix, nous avons une pensée émue pour sa compagne, Cécile Rol-Tanguy, décédée le 8 mai 2020 à 101 ans, tout un symbole pour cette grande résistante communiste, issue de la famille bretonne des Le Bihan, militante CGT, du Secours Rouge International, de la solidarité avec l’Espagne Républicaine, membre de l’Organisation Spéciale du Parti communiste pendant l’Occupation, agent de liaison des F.T.P, Francs Tireurs et Partisans. Nos camarades brestois à la même heure lui rendent hommage place Rol-Tanguy devant la gare de Brest.

Nous pensons aussi fort à Paulette Sarcey cette rescapée d’Auschwitz, militante communiste juive parisienne de la FTP-MOI, compagnon d’arme sous l’Occupation d’Henri Krasucki, décédée à l’âge de 96 ans en début de mois.

Ces femmes résistantes ont longtemps été tenus en lisière de la mémoire de la Résistance et des hommages, des honneurs officielles, et pourtant, dans le Finistère comme ailleurs, elles étaient très nombreuses.

Le Chiffon Rouge et la Fédération du PCF du Finistère leur ont rendu hommage en cette année centenaire du PCF : Marie Lambert, résistante brestoise, députée du Finistère à la Libération, Corentine Tanniou et Denise Firmin-Larnicol, résistantes du Pays Bigouden, Denise Lazul-Goyat, résistante quimpéroise, Jeanne Goasguen-Cariou, dite Tante Jeanne, une des dirigeantes de la résistance communiste brestoise, membre du triangle de direction à Brest, et tant d’autres : Raymonde Vadaine, déportée, Marie Le Cam-Salou , déportée, Angèle Le Nédellec, déportée, Yvette Castel Richard, Aline de Bortoli, Simone Moreau, Virginie Bénard, Marie Miry, Germaine Le Lièvre, Francine Poulichet et Rosine Kersulec de Scaër…

Nous voulons aussi avoir une pensée d’hommage pour Ernest Mazé, résistant communiste brestois né au Relecq-Kerhuon, décédé ce week-end à Douarnenez, à l’âge de 97 ans, et dont Syndicaliste, comme le frère Édouard Mazé a été tué à Brest d’une balle en pleine tête lors d’une manifestation à Brest en 1950 à l’âge de 26 ans, en pleine guerre froide. Une histoire racontée par René Vautier dans le documentaire « Un homme est mort », puis dans la BD de Chris et Davodeau.

Nous voulons simplement rappeler ce que notre pays, notre liberté et nos droits sociaux doivent à ces résistants et à ces femmes et hommes communistes, prêts à sacrifier leur vie, leur confort et leur sûreté pour leur idéal de générosité humaine et de justice sociale !!! Et qui l’ont fait tout naturellement, sans trop se poser de questions.

Ce 27 mai, journée nationale de la Résistance, célèbre la création du Conseil National de la Résistance.

Né en 1943, en pleine guerre, il réunit, sous la direction de Jean Moulin, huit mouvements de Résistance, six partis politiques et deux centrales syndicales. Le PCF y était représenté pour le Front National de Libération de la France par Pierre Villon (dont le vrai nom est Roger Ginsburger, juif alsacien, fils de rabbin et communiste depuis 1932) et Fernand Grenier qui le 21 avril 1944 déposera l’amendement accordant enfin le droit de vote aux femmes, après deux siècles de suffrage universel tronqué en régime républicain.

Cette journée rend hommage, aussi, à toutes celles et ceux qui ont combattu et à celles et ceux morts durant cette guerre : 50 à 70 millions de personnes.

La Bretagne a été avec des régions comme le Dauphiné, le Nord, le Limousin, la banlieue parisienne, une grande terre de résistance. On estime à 35 000 le nombre de FFI en activité après le 6 juin 1944 en Bretagne. On compte 3743 déportés dans la Bretagne à 5 départements (à l’époque, avec la Loire-Inférieure) dont la moitié périrent, autour de 2700 résistants bretons fusillés, des milliers de tués au combat. Dans le Finistère, plus de la moitié du millier de déportés est morte dans les camps nazis (549 sur 1091 déportés) après d’indicibles souffrances et tortures. Rien qu’à Morlaix, on compte à la fin des tristes années de la guerre une centaine de déportés dans les camps nazis, dont moins de la moitié reviendront de Buchenwald, Flossenburg, Ravensbruck, Bergen Belsen, Mathausen, Dachau, Auschwitz qui sont devenus les symboles de la barbarie nazie.

Parmi ces combattants de la résistance, une grande diversité d’opinions, de classes sociales, d’itinéraires personnels, d’idéologies, une même France courageuse et déterminée, qui dit « non » à l’envahisseur, qui refuse l’abjection de la collaboration et du régime de Vichy, qui dit « oui » à la Liberté. Ils ont refusé le caractère irrévocable de la défaite, la servitude, l’humiliation et le pillage systématique imposés par l’ennemi, le racisme, l’antisémitisme d’Etat, un régime obscurantiste de Réaction, de persécution, de corruption profonde des valeurs derrière un vernis de « moralisme chrétien ».

Au sein de cette diversité, les communistes et la classe ouvrière en général ont joué un rôle déterminant dans la résistance intérieure, l’action de propagande patriotique et la lutte armée, un rôle que beaucoup tendent à effacer aujourd’hui.

Dans la région de Morlaix, le village de Trédudon-les-Moines, en Berrien, dans les Monts d’Arrée, témoigne de la force de cette résistance populaire. Nous nous y rendrons cet après-midi à 16h avec la section de Carhaix-Huelgoat. Un village comme Berrien a payé un très lourd tribut à la libération de la France et sa résistance, très forte, animée principalement par des communistes, sera lourdement réprimée: 22 résistants fusillés, 16 déportés, 11 résistants tués au combat dans ce village rouge des Monts d’Arrée.

« Seule la classe ouvrière dans sa masse aura été fidèle à la France profanée », a dit l’écrivain catholique François Mauriac » dans le Cahier noir en août 43 aux éditions de Minuit. L’opinion de Pierre Mendès France en 1943, résistant, condamné et évadé, clandestin sous de faux papiers, observateur de la France occupée, est la même.

Et pourtant, les autorités officielles, le discours médiatique meanstream ont tendance à minimiser le rôle de la résistance communiste. Pour des raisons de bataille idéologique et de lutte des classes évidentes. Et cela ne date pas d’hier !

Pas un seul résistant communiste, pas un seul ouvrier au panthéon, par exemple, et pourtant les personnalités emblématiques de manquent pas : Marie-Claude Vaillant-Couturier, Danielle Casanova, Martha Desrumaux, Lucie Aubrac, Charlotte Delbo, Madeleine Riffaud, Rol Tanguy, le libérateur de Paris, chef des FFI lors du soulèvement dans la capitale, Missak Manouchian fusillé le 21 avril 1944, le poète arménien chef de la FTP-MOI, rescapé du génocide, Guy Moquêt, Ambroise Croizat, le créateur de la Sécurité Sociale dans le gouvernement d’union issu du Conseil National de la Résistance, Charles Tillon, l’auteur du Premier Appel à la résistance le 17 juin 1940, Georges Guingouin, le libérateur du Limousin et de Limoges, à la tête d’une véritable armée populaire chassant les Allemands…

L’esprit de la Résistance… Une France courageuse et déterminée, qui dit « non » à l’envahisseur et « oui » à la Liberté. Le 18 juin 1940, alors qu’une partie de notre pays est occupée par les Allemands, le Général de Gaulle lance depuis la BBC son appel à la Résistance.

La veille, à Draguignan, le rennais Charles Tillon, un des organisateurs des grèves des sardinières de Douarnenez et du Pays Bigouden en 1925, membre de la direction du PCF, lançait lui aussi contre le fascisme hitlérien et ses valets en France son appel au « peuple des usines, des champs, des magasins, des bureaux, les commerçants, les artisans, les intellectuels, les soldats, les marins, les aviateurs encore sous les armes à s’unir dans l’action ». « Les gouvernements bourgeois ont livré à Hitler et Mussolini l’Espagne, l’Autriche, l’Albanie et la Tchécoslovaquie, et maintenant ils livrent la France, ils ont tout trahi »…

Contrairement à ce que prétendent les révisionnistes, l’entrée dans la résistance des communistes n’a pas commencé avec l’invasion de l’URSS à l’été 1941. A Brest, par exemple, et dans le Pays Bigouden, elle commence dès l’été 40.

Des centaines de militants communistes, femmes et hommes, souvent très jeunes, d’une vingtaine d’années, vont s’engager dans la résistance dans le Finistère dès 1940-1941-1942, s’engageant dans des attentats, des sabotages, des actions armées directes contre l’occupant et les collaborateurs dès le printemps 1941.

Ainsi, André Guéziec, d’une famille protestante de Tremel, peintre, membre du PCF clandestin dans les Côtes-du-Nord. En octobre 1940, il travaillait à l’aérodrome de Morlaix situé sur la commune de Ploujean contrôlé par les Allemands. Arrêté le 22 janvier 1941, il fut condamné à mort le 14 avril 1941 à Brest par les Allemands (K 752 de Quimper) « pour intelligence avec l’ennemi et pour avoir favorisé l’ennemi ». Il est fusillé à 19 ans le 12 mai 1941 à Brest.

En octobre 42, une vague de répression menée notamement par la SPAC, une unité spéciale anti-communiste de la police française et la préfecture s’abat contre la résistance communiste. Jean Kerautret, 24 ans, tapissier, responsable de la CGTU et du Parti communiste dans la région brestoise, et Vincent Guivarc’hbrestois de 24 ans, soudeur à l’Arsenal de Brest, membre des FTPF du Parti communiste clandestin, sont fusillés à Morlaix le 14 octobre 1942.

Ces Résistants communistes, fusillés par les Allemands, sont souvent d’abord traqués, arrêtés et torturés, par des policiers français, avant d’être livrés aux Allemands. Cela aussi, nous ne l’oublions pas !

De la prison Jacques Cartier de Rennes, Albert Rannou, dont nous avons eu en possession une quinzaine de lettres manuscrites confiées par Jacques Guivarc’h, le marbrier de Saint Martin des Champs, ancien militant communiste comme son père, Jean, résistant, Albert Rannou, arrêté en octobre 1942 et qui sera fusillé le 17 septembre 1943 au Mont Valérien avec 18 autres camarades communistes finistériens, originaire de Guimiliau, ouvrier maçon, né le 5 mars 1914, écrit à ses parents :

 

Albert Rannou qui écrit le jour de son exécution de la Prison de Fresnes le 17 septembre 1943

 

Cher Papa et chère Maman

Il est 11 heures moins le quart, on vient de nous prévenir qu’on va être fusillés à 16 heures. Je vais donc donner ma vie à la France, pour ma patrie que j’ai toujours aimée et pour laquelle j’ai combattu. Je meurs content car mon sacrifice (j’en ai la certitude) n’aura pas été vain. J’ai lutté durant ma courte existence pour le bonheur des travailleurs et pour que la paix règne en ce monde.

Mes chers parents, vous savez que je vous ai toujours aimés et que vous me le rendez bien ainsi qu’Yfic. Ça me fait une peine immense de vous quitter à jamais. Je ne sais comment vous exprimer toute ma gratitude pour ce que vous avez fait pour moi. Vous m’avez choyé depuis mon enfance jusqu’à ma dernière heure. Si quelquefois je vous ai fait de la peine, vous m’avez pardonné. Je n’oublie pas non plus ma belle-sœur. Grand-mère et toute la famille auxquels vous voudrez bien envoyer mes amitiés dernières. Je pense à vous tous en ce moment qui est plus pénible pour vous que pour moi. Je viens de voir l’aumônier, j’ai refusé la communion. Donc aucun service religieux à mon intention. Mes amitiés aussi à tous les voisins et camarades, qu’ils sachent que j’ai fait mon devoir de Français et de communiste.

Papa, Maman, ma dernière pensée sera pour vous et pour mon frère. Je vous embrasse tous dans un même élan.

Soyez courageux.

Adieu tous.

Votre fils Albert.

Vive la France, Vive le parti communiste

Paix- Liberté- Justice »

 

Ces résistants sont l’orgueil de notre peuple qui ne plie pas devant l’abominable.

Ce 27 mai 2020, nous voulons célébrer la naissance du Conseil National de la Résistance et l’incroyable défi que se sont fixés des hommes et des femmes d’imaginer la France dans laquelle ils rêvaient de vivre pour restaurer la République des Lumières, pour créer une France nouvelle, plus juste, plus égalitaire.

Deux ans après, dans une France en ruine, un gouvernement réunissant des ministres gaullistes, de la SFIO et du PCF, reconstruisent le pays en faisant le choix de mettre en œuvre des avancées sociales, économiques et politiques majeures, complétant les conquêtes, quelques années plus tôt, du Front populaire : les femmes votent pour la première fois le 29 août 1945, la Sécurité sociale est inventée et mise en place, tout comme notre système de retraite par répartition, le gouvernement nationalise les Houillères, Renault, les banques de dépôt et la Banque de France, l’électricité et le rail. Le droit à l’éducation et à la culture pour tous est instauré.

Manifestant l’unité profonde des réformes accomplies par les gouvernements néo-libéraux en France depuis le milieu des années 1980, avec une accélération dans les années 2000-2010, Denis Kessler, n°2 et idéologue du MEDEF (au côté d’Ernest-Antoine Seillières) de 1994 à 1998, écrivait dans un éditorial du journal Challenge (04/10/2007) :

« Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie.

Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme…

A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ».

L’actualité du Conseil National de la Résistance et de son programme de réformes sociales et démocatiques, signé le 15 mars 1944, à l’unanimité des membres du Conseil national de la Résistance, c’est celui d’un effort créateur et de rassemblement pour imaginer un avenir de société vivable par-delà la noirceur du temps présent, c’est celui d’un retour à l’esprit du Front Populaire pour assurer le bonheur et la sécurité dans la vie de tous et abattre les féodalités économiques.

Oui il est temps de relancer un effort de rassembler des bonnes volontés et des forces politiques progressistes pour faire face aux défis du temps.

Cette actualité de la Résistance est tellement vivante aujourd’hui:

– Parce que l’idéologie de l’extrême-droite revient en force en France, en Europe et dans le monde.

– Parce que la progression et la diffusion des idées des partis qui s’en réclament et en héritent est de plus en plus banalisée, normalisée.

– Parce que notre démocratie est de plus en plus dénaturée et minée par l’influence des puissances financières et des milliardaire, souvent exilés fiscaux, qui possèdent ou guident les hommes et les partis politiques,la bourgeoisie d’Etat des technocrates inspirant les gouvernements, les médias audiovisuels, de presse écrite, du numérique, les principales entreprises, tout en faisant jouer à l’interventionnisme d’Etat un rôle de défenseur de leurs intérêts privés capitalistes, comme au bon vieux temps du 19e siècle.

– Parce que nous avons plus que jamais besoin d’une inspiration de rassemblement, et de création politique, d’une force d’espoir pour conjurer les menaces très fortes auxquelles notre société est exposée et la reconstruire sur des bases plus justes et durables.

A l’heure ou tout le monde s’interroge sur les moyens de reconstruire nos pays, mis à l’arrêt par la pandémie, fragilisé par des années de politiques néo-libérales et capitalistes qui ont battu en brèche l’héritage du Conseil National de la Résistance, et affaibli notre pays dans sa capacité à faire face à des défis comme celui de l’épidémie du coronavirus.

Car cette pandémie que nous continuons d’affronter, dans toute sa brutalité, met elle aussi au cœur du débat le choix de société dans lequel nous voulons vivre, en portant l’exigence de traiter en profondeur les racines du mal. Elle révèle au grand jour les conséquences de ce modèle économique sur nos vies; un modèle dédié à la finance qui a misé sur la course au profit, l’exploitation des êtres humains, des ressources naturelles, choisissant d’affaiblir le rôle des États et de ses services publics.

Parole à Corentin Derrien, 18 ans, élu communiste à Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec.

A l’issue de ces municipales 2020, Corentin Derrien sera sans doute un des élus les plus jeunes de France et de Bretagne.

Corentin Derrien est un jeune très mature, un amoureux de la nature et de la Bretagne. Au bout de 15 jours passés loin de son Finistère, il a le mal du pays. A 18 ans, étudiant brillant, il finit sa première année de Sciences Politiques à Rennes, tout en revenant tous les week-end et les vacances dans le Finistère.

Il a adhéré en 2019 au PCF et au MJCF, après une participation à la fête de l’Humanité sur le stand du Finistère en 2018 (il avait fait la course à pied de l’Humanité avec son père), et a déjà participé à l’université d’été du Parti communiste en août 2019 à Aix-en-Provence, une très belle expérience qu’il est prêt à renouveler dès cette année si la crise du Covid-19 permet d’organiser à nouveau notre Université d’été, prévue à Marseille. Pour quelqu’un qui ne prise guère les vacances dans le Sud et qui craint la chaleur, cela témoigne de l’intérêt qu’il a trouvé à la rencontre des camarades de toute la France, des intellectuels et universitaires du parti ou sympathisants, des ateliers théoriques et pratiques sur le militantisme, la société, l’économie, l’histoire, la philosophie, l’art. Corentin est déjà très cultivé et est venu au Parti communiste par un choix réfléchi et intellectualisé. Lecteur du Manifeste du Parti communiste et des textes historiques de Marx, comme de Schopenhauer et de Nietzsche, il a l’habitude de prendre du recul sur les faits sociaux et est très bien informé. Ce qui n’empêche cet intellectuel d’être aussi un sportif accompli. Sa passion est la plongée et la « promenade sous-marine », pour la contemplation autant que pour la tâche, l’été comme l’hiver dans la Manche auprès de la maison de ses grands-parents maternels à Plouguerneau. Il adore aussi marcher et courir en forêt, sur les sentiers dans la campagne du Léon et des Monts d’Arrée, et participe régulièrement à des courses à pied et des trails, tout en continuant en s’entraîner au tir à l’arc, même s’il n’a plus le temps de prendre des cours et de faire de la compétition.

Corentin se décrit comme assez casanier et l’idée de s’engager durablement pour sa commune à 18 ans, d’y revenir toutes les semaines pour assumer ses responsabilités de conseiller municipal, est pour lui toute naturelle.

Corentin, comment as-tu occupé tes deux mois de confinement?

J’avais du travail pour préparer mes partielles, rendre des devoirs, lire les cours dans le cadre d’une continuité pédagogique qui a été bien assurée à Sciences-Po Rennes? J’ai fait des lectures historiques – La République de Maurice Agulhon, Platon, etc. Je me suis aussi beaucoup promené dans la nature.

A quel moment tu as pensé à t’engager dans la campagne des municipales à Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec?

Vers la fin octobre. La section PCF de Morlaix m’a proposé de m’investir dans cette campagne. J’ai rencontré Solange Creignou en mairie en novembre et le courant est bien passé. On avait de nombreuses convergences dans notre façon de voir la politique locale et la commune. J’ai participé à du porte-à-porte, à des réunions de construction du programme, à la réunion publique de Saint-Thégonnec. Nous avons fait une vraie campagne comme si une liste concurrente était présentée. C’est important de respecter les électeurs, de communiquer sur les réalisations du mandat précédent, de faire connaître le programme, de le montrer. J’ai rencontré des citoyens contents de nous voir, ouverts sur la discussion. Au centre de notre projet, il y a 3 axes:

– L’attention à la place de l’humain au sein de tous les projets

– La transition écologique

– La démocratie participative

Il y avait assez peu de candidats affiliés politiquement sur notre liste: un ou deux au PS, dont le maire, Solange Creignou, un militant écologiste, Josselin Boireau, et moi, au PCF. Nous avons fait notre première séance d’installation du Conseil Municipal, principalement consacrée à la gestion de la crise sanitaire et de la crise économique, sociale, humaine qu’elle engendrera et dont nous devons limiter les effets. Cet enjeu aura une grande importance dans les années à venir. On s’est aussi penché sur la sortie du confinement des écoles. L’installation des commissions se fera au conseil municipal du 4 juin. Je vais m’engager sur la commission transition écologique, développement durable, une thématique transversale à tout notre projet, et sur le projet « Territoire zéro chômeur de longue durée ». Je serai aussi à la commission bâtiment et patrimoine historique.

On va s’appuyer sur la formation, la mise en contact des demandeurs d’emplois avec les employeurs. Le Conseil municipal est composé de deux tiers d’anciens ayant déjà un ou quelques mandats au compteur et d’un tiers de nouveaux. L’ambiance de travail est très bonne. La fusion entre Saint Thégonnec et Loc-Eguiner est réussie aux yeux de tous. Françoise Raoult et Solange Creignou s’entendent bien. Il y a 5 km entre les deux bourgs mais la fusion de communes profite à tous. Des investissements sont réalisés sur les bâtiments.

Qu’est-ce que cela change pour toi d’être élu à Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec, à 18 ans?

Cela change l’emploi du temps. Pendant la campagne, j’ai réussi à tenir les deux bouts, en me déplaçant souvent entre Rennes et Saint-Thégonnec. Mes activités d’étudiant à Sciences-Po et d’élu local vont se nourrir mutuellement. Je vais apporter l’expérience de la politique locale et de ses contraintes dans mes études politiques et l’expérience de la connaissance des institutions dans ma pratique d’élu. Je suis le plus jeune de l’équipe, le plus jeune après moi à une trentaine d’années. Ce que je peux apporter à 18 ans, c’est aussi un contact direct avec les jeunes et leurs attentes. Ayant fait mon début de collège à Saint-Thégonnec, je connais un certain nombre de jeunes de ma génération dans ma commune. Nous voulons créer un conseil des jeunes, dans la continuité d’un axe directeur de notre équipe qu’est la consultation citoyenne. Dans une petite commune comme Loc-Eguiner Saint-Thégonnec, les élus sont naturellement proches des habitants et à l’écoute de leurs préoccupations. Même en dehors d’une institutionnalisation de la démocratie participative. Vis-à-vis de moi et de mon jeune âge, j’ai senti d’abord de la bienveillance dans l’équipe. Je connaissais déjà plusieurs élus, comme Olivier Le Bras, un ami de mon père dans sa jeunesse, avec lequel j’ai fait des courses à pied. Il y a une grande diversité sociale et professionnelle dans cette liste: des agriculteurs, des professeurs, des cadres, des ouvriers. En tant qu’étudiant, je participe de cette diversité. J’ai hâte de commencer le travail. Je pense pouvoir m’organiser avec des conseils municipaux tous les un mois et demi, deux mois. Je ne vais pas faire passer le travail d’élu local derrière mon travail d’étudiant. Je pense pouvoir avoir droit à des dispenses administratives à Sciences Po. Ce serait un paradoxe qu’on ne puisse exercer correctement un mandat d’élu dans cette enceinte?

Comment décrirais-tu ta commune?

C’est une commune en grande partie rurale, avec un très beau bourg, une église, un enclos paroissial et un calvaire magnifique, un beau patrimoine architectural en général. Nous avons aussi un beau patrimoine rural et agricole, des bois. La commune a également pris une dimension péri-urbaine, avec beaucoup d’habitants qui travaillent le long de la RN12, à Morlaix, Brest, Landivisiau, Landerneau.

Quel sont les rôles de l’action municipale et de l’échelon communal pour toi?

Ils sont essentiels, particulièrement en ces temps de crise, devant les défaillances de l’Etat. Les politiques néo-libérales menées depuis des années ont fragilisé les capacités d’intervention planificatrice et régulatrice de l’État, les communes ont pallié à toutes ses carences comme elles l’ont pu. En même temps, on a vu aussi à l’œuvre le plus mauvais de la centralisation dans cette crise du Covid-19 comme quand l’État interdisait pour tous les territoires, mêmes ruraux, l’accès aux sentiers de randonnée, aux plages, aux bois, l’interdiction de faire du vélo pour compenser par un surcroît de restriction de liberté son imprévoyance et la casse des outils de santé publique.  On a vu dans cette crise du coronavirus une accumulation de décisions déconnectées du terrain. On aurait pu avoir des décisions plus rationnelles, plus efficaces, plus proches de la réalité à l’échelle locale. Quoi de commun dans ce contexte entre les problèmes posés dans les grandes métropoles et à Paris, dans les villes moyennes, et dans les petites communes? Les maires et élus des collectivités locales peuvent avoir une approche plus pragmatique, même si on a aussi besoin d’un État plus efficace dans la planification, ce que j’appellerai une forme de socialisme au meilleur sens du terme, celui de la gestion collective des biens communs.

Propos recueillis par Ismaël Dupont – 28 mai 2020

Parole à Eugène Davillers Caradec, 22 ans, possible futur élu communiste à Morlaix.

Eugène Davillers Caradec a 22 ans. Après son collège au Château, son lycée à Tristan Corbière et des études d’anglais à l’UBO de Brest, il est actuellement service civique en collège. Sa mère est morlaisienne, mais il est né à Nogent-sur-Marne dans le 94. Il arrive à Morlaix, il y a douze ans. Passionné de musique, guitariste, s’intéressant aussi au cinéma et à toutes les formes d’art, aux sciences, à la philosophie, et à la littérature, ses grands livres du moment sont « Sur la route » de Jacques Kerouac, « Le Roi des Aulnes » de Michel Tournier, « Crime et châtiment » et « L’Idiot » de Dostoïevski, et « L’Étranger » d’Albert Camus.  Eugène est militant communiste et candidat sur la liste de Morlaix Ensemble.

Eugène, pourquoi tu as adhéré au Parti communiste?

La recherche de justice, d’équité dans la répartition des richesses. Les communistes portent depuis toujours des valeurs dont je me sens proche, et qui s’incarnent dans les gens et leurs actes. Je pense notamment à ces grands noms qui ont porté des réformes telles que la mise en place du système des retraites par répartition, la sécurité sociale. Je me sens proche aussi des valeurs socialistes d’avant-guerre qui ont construit un monde de solidarités et de biens communs que l’on est en train de casser méthodiquement aujourd’hui. Il y a quelque chose qui me plaît dans le PCF, c’est la stabilité temporelle. On sait à qui et à quoi on a affaire. Ce n’est pas un parti volatile, hétéroclite, d’intrigues pour le pouvoir. Il est ancré dans des valeurs saines. Il y a de nombreux partis nouveaux à l’identité hybride, qui se cherchent, sont subordonnés à des ambitions individuelles, minés par les conflits. Ce n’est pas le cas du PCF. Je me reconnais dans l’image de la politique que peuvent véhiculer Ian Brossat ou Fabien Roussel. Je déteste l’identification du PCF au stalinisme, c’est tellement énorme comme raccourci, tellement oublieux des riches personnalités qui ont apporté plein de choses à la société française. Je ne suis pas là par hasard, les valeurs de mes parents, mon arrière-grand père communiste, un grand-père socialiste bon teint, partisan de la laïque. Lors de la première réunion du PCF à laquelle j’ai assisté comme nouvel adhérent, j’avais la boule au ventre. C’était il y a 2 ans. J’avais 19 ans. Mais on ne m’a jamais mis dans une case « jeune branleur », mais j’ai rencontré des gens à l’écoute, attentifs aux idées nouvelles, mais si ils ont de l’expérience et des bases solides. Les gueules du PCF à Morlaix sont bien connues, présentes à toutes les manifestations, elles se définissent dans leurs actes. Beaucoup de ces militants sont engagés aussi dans le monde associatif, la solidarité. Ils ont un souci formateur sans vouloir nous modeler à leur image. Il y a la possibilité d’être libre dans cette organisation qui pousse à s’émanciper intellectuellement. Les gens ont l’impression que l’engagement partisan rime avec contraintes de pensée, de choix, d’actes, alors que c’est complètement l’opposé si j’en croie mon expérience.  Conseils, dialogue, bienveillance. J’ai voté FI en 2017 mais j’ai été séduit depuis par la stabilité temporelle, l’expérience, l’absence de culture de la personnalité au PCF.

Pourquoi as-tu accepté d’être candidat sur la liste de Morlaix Ensemble?

Je suis d’un naturel curieux, cela m’intéressait de vivre cette aventure collective de l’intérieur. Morlaix Ensemble m’apparaît comme un groupe très divers, avec des connaissances et des expériences complémentaires dans des domaines différents (l’écologie, le social, l’économie, la gestion de la mairie), un groupe où les gens sont humains avant tout, pas étrangers à eux-mêmes et à leurs valeurs. Derrière l’engagement politique, il y a les vies quotidiennes, les difficultés sociales, la communauté, les intérêts. Le but n’est pas que de gagner sur une élection. Gagner, pourquoi, à quelles fins, voilà ce qui compte, et surtout réaliser ce sur quoi on s’est engagé. Faire des choses pour les plus démunis notamment, penser la ville comme un tout, un organisme. Morlaix Ensemble, pour moi, c’est un ensemble de personnes engagées dans l’associatif, le social, avec un souci de l’humain et du respect de l’autre inhérent à ce groupe. La vraie victoire, elle se connaîtra au bout de 6 mois de mandat. L’important, c’est de gagner le cœur des habitants.

Jean-Paul Vermot, c’est un bon gars, un mec qui est calé en gestion et en économie, qui est prêt à gérer la mairie, a le respect des habitants. Je me fais fort de dire qu’il ne va pas tromper nos attentes. C’est quelqu’un d’agréable, il a l’oreille, les yeux, le sourire. Il ne prend pas les gens de haut.

Quelles doivent être les priorités du mandat si on gagne les élections à Morlaix pour toi?  

– La jeunesse. On a une jeunesse qui se perd un peu à Morlaix. Il faut les aider à trouver un emploi, un logement, des études.

– Ploujean. Le bourg est en train de mourir. Cela me paraît super important de mettre en œuvre une politique volontariste pour le revitaliser.

– La bonne gestion économique de la ville. Assurer sur l’essentiel: transport en commun, infrastructures, écoles. Le projet de rénovation intégrale du musée a un coût énorme pour la ville. Il y avait peut-être d’autres priorités. Il faut en finir avec des investissements qui ne visent qu’à améliorer la vitrine, à attirer le tourisme.

Que révèle pour toi la crise du Covid?

Qu’on est incapables de gérer nos relations avec mère-nature. Les virus viennent de la destruction des habitats naturels, de la mise en contact avec des milieux que l’on a pas connu habituellement. Ils risquent de se multiplier avec la destruction de la biodiversité, les abattoirs et élevages industriels.. La preuve que l’effet papillon existe.

Quels sont pour toi les défis du 21e siècle?  

– L’accès à l’énergie, le nerf de la guerre. D’ici 2050, il n’y aura presque plus de pétrole. D’ici 10 ans, Canada et Brésil vont déterrer jusqu’à 40% de la production mondiale d’hydrocarbures. Derrière cela, il y a des questions scientifiques et technologiques – comment trouver de nouvelles sources d’énergie? – des questions sociales, économiques et écologiques.

– L’éducation. Il n’y a jamais eu de révolution dans un domaine quelconque sans révolution d’abord dans l’éducation. Il y a des modèles éducatifs qui permettent de développer les potentiels créatifs, intellectuels et humains des enfants et des jeunes sans tout miser sur la compétition, en développant la coopération.

– La limitation de la course aux armements

De quoi rêves-tu pour toi?

Depuis mes douze ans, cela n’a pas changé: être une rock star!

Propos recueillis par Ismaël Dupont, 29 mai 2020

Félicitations à Joëlle Huon, Roger Héré, et la gauche unie à Plouigneau, avec le nouveau conseil municipal installé le 27 mai 2020

oëlle Huon – nouvelle maire de Plouigneau (photo Le Télégramme – 27 mai 2020)

C’était l’installation du nouveau conseil municipal de Plouigneau le 27 mai. 

Félicitations à Joëlle Huon, la nouvelle maire de Plouigneau, à Roger Heré, le 1er adjoint PCF, à Christophe Boudrot, Mariane Gauthier Destable, Patrick Beguivin, Julie Hamon, etc, et tous les colistiers et artisans de cette victoire historique de la gauche unie à Plouigneau, une victoire qui, comme celle de la liste de centre-gauche à Carantec, en appelle une autre sur le territoire.

Morlaix, qui vote à 56 % à gauche au premier tour des municipales, ne peut rester sous la direction de la droite de l’équipe d’Agnès le Brun. Surtout si cela devait prolonger encore pendant 6 ans l’incohérence des directions prises et la guéguerre politicienne stérilisante entre la majorité de Morlaix et Morlaix communauté.

C’est maintenant! Le moment de mettre fin a une parenthèse de gestion de droite de 12 ans à Morlaix qui n’ont pas fait que du bien à la ville… C’est un euphémisme.

A Plouigneau, cela faisait 40 ans qu’une commune votant à gauche aux élections nationales était gérée par la droite. Et quelle droite! Une campagne particulièrement violente animée par le 1er adjoint et élu droite de la droite Bernard Le Vaillant.  Une aberration auxquels a mis fin la belle équipe de la liste conduite par Joëlle Huon et Roger Héré.

Vidéo : Sans Domicile Fisc » Alain et Eric Bocquet à l’assault de l’évasion fiscale.


Quimper, 5 avril 2017.

Voilà deux parlementaires qui font honneur à la politique et à l’engagement communiste, de grands pédagogues appuyés sur la longue enquête et le travail de rencontres.
Pendant deux heures, Alain et Eric Bocquet ont fait le travail de porter à connaissance du public, avec beaucoup d’anecdotes truculentes et d’humour malgré le caractère sombre et plus qu’inquiétant du sujet, le fonctionnement du capitalisme financiarisé en tant qu’il repose, sur l’évasion fiscale et le pillage des nations.Pour Alain Bocquet, « Sans domicile fisc » est un « livre de combat afin de ramener cette finance folle à la raison ».Pour Eric Bocquet, il est la preuve que « l’argent du monde nouveau existe« .

Ce livre constitue, selon Jean Ziegler, « une arme formidable dans la phase paroxystique de la lutte des classes que les oligarchies du monde financier globalisé livrent aux peuples du monde ».

 

Pays Bigouden, 27 Mai – Hommage à la résistance.

A l’occasion de la Journée Nationale de la Résistance, deux manifestations se sont déroulées dans le Pays Bigouden, l’une organisée par la Municipalité nouvellement élue de Plobannalec-Lesconil devant le Monument aux Morts de la Commune, et l’autre à l’initiative de la section du Pays bigouden du Parti communiste français au Monument des Fusillés de Poulguen sur la commune de Penmarc’h.

Pour cette première manifestation – restreinte – pour tenir compte des contraintes liées à la pandémie, le drapeau du PCF était présent pour souligner le lourd tribut payé par le PCF pendant l’Occupation à Lesconil.

Une vingtaine de personnes ont participé à la cérémonie de Poulguen à Penmarc’h, portant un masque et respectant les règles de distanciation physique : les drapeaux, appel aux Morts, Chant des Partisans, allocution, dépôt de gerbe et Marseillaise…

Toutes les informations historiques sur la Résistance en Pays bigouden son peuvent êtres consultées sur le site https://bigouden1944.wordpress.com/

Allocution de Philippe Moreau, secrétaire de la section PCF du Pays bigouden

Merci à vous tous chers amis, chers camarades d’avoir répondu à notre invitation pour célébrer ce 27 mai, journée nationale de la Résistance, journée également consacrée aux valeurs portées par le programme du Conseil National de la Résistance, né en 1943 en pleine guerre.

Cette journée rend hommage à celles et à ceux qui ont combattu, à celles et à ceux qui sont morts durant cette guerre, selon l’estimation la plus répandue entre 50 et 70 millions, soit plus de 2% de la population mondiale à cette époque.

Avec près de 26 millions de morts, dont une majeure partie de militaires de l’armée rouge, l’Union soviétique a payé le tribut humain le plus élevé de la Seconde Guerre mondiale.

Le paroxysme de la barbarie nazi est atteint quand tuer l’ennemi ne suffit plus. Il faut l’exterminer, le rayer de la carte, au nom d’une insupportable théorie de la race supérieure.

Dans les camps de la mort l’horreur se répand, parce qu’ils sont juifs, 6 millions d’entre eux y furent exterminés, tziganes, communistes, socialistes, syndicalistes, homosexuels ou handicapés ; des hommes, des femmes et des enfants sont éliminés méthodiquement.

C’est face à cette idéologie délirante qu’une certaine France s’est levée.

Une France courageuse et déterminée, qui dira « non » à l’envahisseur et « oui » à la Liberté. Le 18 juin 1940, alors qu’une partie de notre pays est occupée par les Allemands, le Général de Gaulle lance depuis la BBC son appel à la Résistance.

La veille, à Draguignan, Charles Tillon, membre de la direction du Parti Communiste Français, lançait lui aussi son appel au « peuple des usines, des champs, des magasins, des bureaux, les commerçants, les artisans, les intellectuels, les soldats encore sous les armes à s’unir dans l’action ».

Dès lors, de nombreux hommes et femmes de confessions politiques, syndicales ou religieuses différentes se sont mobilisés pour combattre le nazisme, les armes à la main au péril de leur vie. C’est à eux qu’il nous faut penser aujourd’hui.

Parmi eux de nombreux communistes et d’antifascistes, qui avaient refusé le putsch de Franco et la capitulation de Munich, ceux-là se sont engagés dans les « Francs-tireurs et partisans » (les FTP) crée par la direction nationale du Parti Communiste pour défendre la classe ouvrière et le bonheur commun.

Dans ce combat beaucoup y ont laissé leur vie comme ici à Poulguen où 35 patriotes presque tous communistes furent enfouis dans le sable après avoir été fusillés par les bourreaux hitlériens. Ce qui frappe en lisant leur âge sur ce monument c’est leur jeunesse, si l’on met à part le doyen le docteur Nicolas qui aurait pu être le père ou même le grand-père de beaucoup d’entre eux.

La plupart sont Finistériens, certains sont de l’Ille-et-Vilaine, d’autres de l’Eure-et-Loir et de la Région parisienne.

Le nom d’un Républicain espagnol y est aussi gravé. Il a sacrifié sa vie pour son pays d’accueil, au nom d’un idéal partagé, celui de la liberté et de la République. Dix de ses camarades du groupe de résistant espagnole « Los Deportistas » ont été déportés à Dachau.

Y figurent également quatre anonymes – terrible de ne pouvoir mettre un nom sur des victimes de la bête immonde – qu’ils demeurent à jamais le symbole de tous les mouvements de pensée qui ont combattu le nazisme.

Ils sont tous l’orgueil de notre peuple qui ne plie pas devant l’abominable.

Ce 27 mai 2020, nous voulons aussi célébrer la naissance du Conseil National de la Résistance ; et l’incroyable défi que se sont fixés des hommes et des femmes, d’imaginer la France dans laquelle ils rêvaient de vivre, pour restaurer la République des Lumières.

Deux ans après, dans une France en ruine, un gouvernement réunissant des ministres gaullistes, de la SFIO et du PCF, reconstruisent le pays en faisant le choix de mettre en œuvre des avancées sociales, économiques et politiques majeures, complétant ainsi les conquêtes établies quelques années plus tôt par le Front populaire :

Les femmes votent pour la première fois le 29 août 1945, la Sécurité sociale est inventée et mise en place, tout comme notre système de retraite par répartition, le gouvernement nationalise les Houillères, Renault, les banques de dépôt et la Banque de France, l’électricité et le rail. Le droit à l’éducation et à la culture pour tous est instauré.

Cette actualité de la Résistance est tellement vivante aujourd’hui. A l’heure où tout le monde s’interroge sur les moyens de reconstruire son pays mis à l’arrêt par la pandémie.

Car cette pandémie que nous continuons d’affronter, dans toute sa brutalité, met également au cœur du débat le choix de société dans lequel nous voulons vivre, en portant l’exigence de traiter en profondeur les racines du mal.

Elle révèle au grand jour les conséquences de ce modèle économique sur nos vies ; un modèle dédié à la finance qui a misé sur la course au profit, l’exploitation des êtres humains et des ressources naturelles, qui a choisi d’affaiblir le rôle des États et de ses services publics.

Plouigneau le 27 mai : Hommage du PCF à la résistance au monument aux morts.

 

Hommage du PCF à la résistance au monument aux morts de Plouigneau le 27 mai à 11h sur la place de la mairie avec un discours lu par notre jeune camarade, nouvel adhérent des JC de 16 ans, Walden Gauthier. En présence de Roger Héré, Jean-Claude Le Fer, Michel Prigent, Jean-Claude Postic, Guy Darol.

MERCREDI 27 MAI 2020 : HOMMAGE DES COMMUNISTES DU PAYS DE QUIMPER A LA RÉSISTANCE.

Ce mercredi 27 Mai, une dizaine de communistes dont deux élus de Quimper et Briec, rendaient hommage au Comité National de la Résistance, au square Jean Moulin et y ont déposé une gerbe de fleurs.

MERCREDI 27 MAI 2020 : HOMMAGE DES COMMUNISTES DU PAYS DE QUIMPER A LA RÉSISTANCE.

Ce mercredi 27 mai est jour d’hommage à la Résistance, dont l’esprit et les valeurs inspirent bien des combats d’aujourd’hui, et au Conseil National de la Résistance qui tint le 27 mai 1943 sa 1ère réunion sous la présidence de Jean Moulin, Max dans la Résistance, car il avait pris comme nom de clandestinité le prénom de son ami Max Jacob avec qui il se lia alors qu’il était sous-préfet de Châteaulin.
Le CNR, né en 1943 en pleine guerre, réunissait les 8 grands mouvements de Résistance, 6 partis politiques et deux centrales syndicales.
Il était l’émanation d’une France courageuse et déterminée, celle qui dit non au nazisme et à l’occupation, non au régime collaborationniste fascisant et raciste de Pétain, oui à une République où la Liberté, l’Égalité, la Fraternité ne soient pas de vains mots.
Cette France qui se dressa contre l’inacceptable, ce fut pour une grande part celle des « humbles », celle qui tient debout notre pays dans les moments les plus difficiles, comme ceux que nous venons de vivre.
C’était un incroyable défi dans la France occupée, d’avoir rêvé le monde à venir en jetant les bases du programme du CNR, les Jours Heureux.
Deux ans après cette réunion fondatrice, dans une France libérée mais en ruine, gaullistes, communistes, socialistes, rassemblés dans le gouvernement du général De Gaulle relevèrent ce défi de reconstruire le pays en mettant en œuvre des avancées sociales, économiques, politiques majeures : invention de la Sécurité Sociale, gérée par les salariés eux-mêmes, mise en place par le ministre communiste Ambroise Croizat ; droit de vote des femmes, sur proposition du représentant du PCF au sein du gouvernement provisoire ; nationalisation de Renault, des Houillères, des grandes banques, des assurances, de l’électricité, du rail, avec des droits nouveaux pour leurs salariés ; comités d’entreprise ; statut de la Fonction Publique ; démocratisation de l’école, de la culture ; lois pour soustraire la presse aux puissances d’argent ; coopératives pour la production, la distribution des produits agricoles…et bien d’autres choses encore.
Ce fut un grand moment d’invention sociale et démocratique qui garde toute son actualité aujourd’hui.
Parce que l’idéologie de l’extrême-droite porteuse de haine, de racisme, de rejet de l’autre, revient en force en France, en Europe, dans le monde.
Parce que les féodalités économiques et les oligarchies contre lesquelles luttait le CNR n’ont eu de cesse de reconquérir et d’étendre leur domination, battant en brèche l’héritage de la Résistance, ses valeurs d’égalité et de justice, de solidarité, au détriment de notre démocratie, de nos droits sociaux, de nos services publics.
L’épidémie du coronavirus a mis au grand jour les ravages du modèle économique libéral fondé sur l’exploitation des êtres humains et le pillage des ressources, au mépris de nos vies et de l’avenir de la planète, qui a partout semé pauvreté et précarité, fait exploser les inégalités, mis en concurrence les hommes et les territoires, jusqu’aux conflits armés.
Des années de politiques dictées par ces dogmes libéraux ont fragilisé notre société, affaibli notre pays, et s’il a tenu bon au plus fort de la pandémie, nous le devons avant tout à l’engagement de nos soignants, à nos services publics même amoindris, à celles et ceux qui souvent dans l’ombre ont permis de maintenir les activités essentielles, à nos réseaux de solidarité qui tissent notre vivre-ensemble.
Comme au sortir de la guerre, il s’agit aujourd’hui de s’attaquer aux racines du mal qui a miné notre société, de la refonder sur des bases plus justes et durables, d’inventer ensemble un nouveau chemin d’espoir.
C’est dans cet esprit que la section PCF du pays de Quimper honorera la mémoire du CNR et celle des résistants et résistantes de la région quimpéroise, et parmi eux de nombreux communistes qui ont laissé leur trace dans notre ville, comme Émile Le Page et Pierre Jolivet, deux jeunes postiers communistes de 19 et 20 ans, les premiers résistants fusillés à Quimper en juin et juillet 1942, ou Denise Goyat-Larzul, jeune résistante qui rejoignit le maquis et participa aux combats de la Libération à Quimper et dans le Sud Finistère.

 

Cher-e-s camarades,

Ce mercredi 27 mai, avec une dizaine de camarades, munis des drapeaux du PCF,nous avons rendu hommage  à la Résistance et à l’héritage du CNR, d’une grande actualité en ces temps de pandémie où, devant les ravages des politiques libérales, monte l’idée du « plus jamais ça! » et la volonté d’ouvrir une autre voie pour des « Jours heureux » de notre temps.

Merci aux camarades qui étaient présents, parmi lesquels nos élus Piero et Jean-Claude, nouvel élu de Briec, et à tous ceux qui nous ont accompagnés par la pensée, car nous étions tenus par les limitations imposées aux regroupements.

Étaient là avec nous, Jean-Yves Mazo, représentant de l’ANACR, et Solenn, petit-fille de Denise Larzul, l’une des résistantes communistes  dont nous avons évoqué la mémoire. Solenn représentait aussi son oncle Claude (son père Michel vient de nous quitter le 15 mars).

Notre camarade Alain Le Bec dont la femme est la petite-fille de Pierre Guéguin, le maire communiste de Concarneau fusillé à Châteaubriant, était excusé.

Des journalistes du Télégramme et d’Ouest-France s’étaient aussi déplacés.

Bien des lieux évoquent dans notre ville la mémoire de la Résistance, et la part décisive qu’y ont prise les communistes, mais en ce jour anniversaire de la 1ère réunion du CNR le 27 mai 1943 sous la présidence de Jean Moulin, nous avions choisi pour cet hommage la stèle honorant Jean Moulin qui fut avant la guerre sous-préfet de Châteaulin, et fréquenta à cette occasion notre ville de Quimper, siège de la préfecture du Finistère.

Il s’y lia d’amitié avec Max Jacob dont la maison natale est toute proche sur les quais de l’Odet (des dessins de Jean Moulin figurent d’ailleurs dans la salle Max Jacob du musée de Quimper) et c’est en pensant à Max Jacob que Jean Moulin prit dans la clandestinité le nom de Max. La barbarie nazie réunit dans la mort les deux amis, Max Jacob, mort en février 1944 avec l’étoile jaune au camp d’internement de Drancy, et Jean Moulin, tombé entre les mains du sinistre Barbie en juin 1943 dans la région lyonnaise.

Nous avons déposé une gerbe de roses rouges au pied de la stèle où nous avions disposé l’Affiche Rouge et le portrait de Guy Môquet par Ernest Pignon Ernest, ainsi que la Une de l’Huma du 22 novembre 1945 annonçant la formation du gouvernement du général De Gaulle avec les 5 ministres communistes dont Ambroise Croizat qui allait révolutionner notre protection sociale avec la création de la Sécu.

Bien fraternellement,

Yvonne

Ci-dessous l’intervention que j’ai prononcée au nom de notre section et qui fut suivie d’une minute de silence puis du chant des partisans.

« Nous sommes réunis ce 27 mai pour rendre hommage à la Résistance, dont l’esprit et les valeurs inspirent bien des combats aujourd’hui, et au Conseil National de la Résistance qui tint sa 1ère réunion le 27 mai 1943 sous la présidence de Jean Moulin.
Cette commémoration se fait dans des conditions très particulières puisque la pandémie qui a frappé notre pays et n’est pas éteinte nous impose des conditions restrictives que nous respectons, la sécurité sanitaire est notre première priorité.

Jean Moulin, Max dans la Résistance, fut avant la guerre sous-préfet de Châteaulin et devint l’ami de Max Jacob qui est né à quelques pas d’ici, il lui emprunta son prénom comme nom de clandestinité.
Jean Moulin, artisan de l’unification de la Résistance, et bref président du CNR car il allait tomber en juin 1943 entre les mains du sinistre Barbie, et Max Jacob, poète et artiste, parmi les plus grands, mort en 1944 avec son étoile jaune au camp d’internement de Drancy, prélude aux camps de la mort.

Ces deux noms nous disent beaucoup sur ce qui était en jeu dans le combat que menaient les femmes et les hommes de la Résistance.

Le CNR, né en 1943 en pleine guerre, quelques mois après que les nazis aient connu à Stalingrad leur 1ère défaite, dont le prix humain fut immense, réunit les 8 grands mouvements de Résistance, 6 partis politiques et deux centrales syndicales.
Il était l’émanation d’une France courageuse et déterminée, celle qui dit non au nazisme et à l’Occupation, non au régime collaborationniste fascisant et raciste de Pétain, oui à une République où la Liberté, l’Égalité, la Fraternité ne soient pas de vains mots.
Cette France qui se dressa contre l’inacceptable ce fut pour une grande part celle des « humbles », expression qu’employa en d’autres temps Victor Hugo, celle qui tient debout notre pays dans les temps difficiles, comme ceux que nous avons vécu et vivons encore en ce moment.
Dans cette France résistante, nombreux étaient les communistes, François Mauriac parlait après la guerre du parti des fusillés, nous en évoquerons plusieurs tout à l’heure.

C’était un incroyable défi que se lançaient dans la France occupée, en proie à la barbarie nazie, loin encore de sa libération, les mouvements de Résistance, les partis démocratiques, les syndicats libres, que de rêver le monde à venir en jetant les bases du programme du CNR, les Jours Heureux.
Deux ans après cette réunion fondatrice, dans une France libérée mais en ruine, gaullistes, communistes, socialistes, rassemblés dans le gouvernement du général De Gaulle relevèrent ce défi de reconstruire le pays en mettant en œuvre des avancées sociales, économiques, politiques majeures : invention de la Sécurité Sociale, gérée par les salariés eux-mêmes, mise en place par le ministre communiste Ambroise Croizat ; allocations familiales ; droit de vote des femmes, sur proposition du représentant du PCF au sein du gouvernement provisoire d’Alger; nationalisation de Renault, des Houillères, des grandes banques, des assurances, de l’électricité, du rail ; comités d’entreprise et droits nouveaux pour les salariés; statut de la Fonction Publique ; démocratisation de l’école, de la culture ; lois pour soustraire la presse aux puissances d’argent ; coopératives pour la production, la distribution des produits agricoles…et tant d’autres choses encore.
5 ministres communistes figuraient dans ce gouvernement et pesèrent de tout leur poids, forts du soutien d’une large part de la population.

Ce fut un grand moment d’invention sociale et démocratique qui garde toute son actualité aujourd’hui.
Parce que l’idéologie de l’extrême-droite porteuse de haine, de racisme, de rejet de l’autre, revient en force en France, en Europe, dans le monde.
Parce que les féodalités économiques et les oligarchies contre lesquelles luttait le CNR n’ont eu de cesse de reconquérir et d’étendre leur domination au détriment de notre démocratie, de nos droits sociaux, de nos services publics, battant en brèche l’héritage de la Résistance, ses valeurs d’égalité et de justice, de solidarité.
N’oublions pas les propos d’un ancien vice-président du MEDEF, Denis Kessler, il y a quelques années : « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945 et de défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance».

L’épidémie du coronavirus a mis au grand jour les ravages du modèle économique libéral fondé sur l’exploitation des êtres humains et le pillage des ressources, au mépris de nos vies et de l’avenir de la planète, qui a partout semé pauvreté et précarité, fait exploser les inégalités, mis en concurrence les hommes et les territoires, aiguisant les conflits jusqu’à la guerre.
Des années de politiques dictées par ces dogmes libéraux ont fragilisé notre société, affaibli notre pays, et s’il a tenu bon au plus fort de la pandémie, nous le devons avant tout à l’engagement de nos soignants, à nos services publics même amoindris, à celles et ceux qui souvent dans l’ombre ont permis de maintenir les activités essentielles, à nos réseaux de solidarité qui tissent notre vivre-ensemble.
Comme au sortir de la guerre, il s’agit aujourd’hui de s’attaquer aux racines du mal qui a miné notre société, de la refonder sur des bases plus justes et durables, d’inventer ensemble un nouveau chemin d’espoir.

C’est dans cet esprit que la section PCF du pays de Quimper honore ce jour la mémoire du CNR et celle des résistants et résistantes, dans la diversité de leurs origines, de leurs opinions philosophiques, religieuses ou politiques, de leurs engagements, gaullistes, socialistes, communistes, syndicalistes, ceux qui croyaient au ciel comme ceux qui n’y croyaient pas.
Parfois jeunes, et même très jeunes résistants en culottes courtes comme Michel Mazéas, ancien maire communiste de Douarnenez, ou René Vautier, élève de la Tour d’Auvergne, Croix de guerre à 16 ans avec son groupe des Éclaireurs de France, le futur cinéaste communiste dont la caméra fut au long de sa vie au service des combats émancipateurs.
D’autres plus anciens, certains avaient déjà l’expérience de la guerre antifasciste dans les brigades internationales en Espagne, comme le Morlaisien Henri Rol-Tanguy, acteur décisif de la Libération de Paris, dont la femme Cécile elle aussi grande résistante vient de nous quitter.
Certains venus d’ailleurs, comme ces réfugiés espagnols qui ont rejoint la Résistance dans la région brestoise, ou Charles de Bortoli, l’Italien communiste de Brest, né près de Venise, fusillé en août 1942 au stand de tir de Balard.
Ils étaient ouvriers, employés, cheminots, postiers, instituteurs, marins, paysans, lycéens ou jeunes travailleurs, femmes au foyer…

Très tôt le Finistère a connu des actions de résistance, de simples gestes individuels, ou des actes déjà organisés.
Le préfet du Finistère dans un rapport d’avril 1941 place les communistes au premier rang des adversaires de la Révolution nationale de Pétain, précisant : « aussi actifs qu’irréductibles…doivent être considérés comme rebelles à toute propagande ».
Et en août 1941, les autorités militaires allemandes le somment d’agir contre la recrudescence des attentats et sabotages.
Arrestations, tortures, exécutions, déportations ne purent mettre fin à ces actes de résistance.
« Ami, si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place… »

Parmi les résistants qui payèrent un lourd tribut à la répression, beaucoup de communistes.
Henri Texier, qui fut responsable du PCF et secrétaire du syndicat des métaux CGT à Quimper de 1936 à 1939, fusillé au Mont Valérien en septembre 1941.
Le jeune cheminot Charles Le Port d’Ergué-Armel, le ferblantier Arthur Quéinec de Penhars, le facteur auxiliaire Marcel Volant de Quimper, tous trois fusillés sur les dunes de Poulguen en avril 1944, comme Marcel Kergonna, d’Ergué-Armel.
Jean Bernard, capitaine FTP, arrêté et déporté, comme son jeune frère Yves arrêté en classe au lycée de Pont L’Abbé en octobre 1942 à tout juste 18 ans.
André Quiniou, employé du trésor public, un des responsables du PCF clandestin à Quimper, arrêté et torturé par des policiers français, meurt à l’hôpital de Lorient en août 1942. Son camarade Yves Deredec, arrêté en même temps que lui et déporté, survivra.
Louis Bernard et Martial Corcuff, jeunes communistes du quartier de Locmaria, déportés en mars 1944 à Mauthausen.
Mathias Le Louet employé aux Ponts et Chaussées, responsable d’une imprimerie clandestine, arrêté en mars 1943, s’évade et reprend le combat.
René Tressard, l’instituteur communiste arrêté dans sa classe, mourra à Buchenwald.
Alain Quiniou, employé de banque, militant communiste et cégétiste, résistant dès juin 1940, versé dans les FTP en 1942, arrêté et torturé lui aussi par des policiers français avant d’être livré aux Allemands, meurt en déportation en mai 1944.
Le cheminot François Harré, mort sous la torture à la prison de Mesgloaguen, et sa fille Yvette, jeune communiste, résistante elle aussi.
Et tant d’autres qui perdirent la vie, ou survécurent.

Je voudrais évoquer tout particulièrement Émile Le Page et Pierre Jolivet, deux jeunes postiers de 19 et 20 ans, les premiers résistants fusillés à Quimper en juin et juillet 1942, au stand de tir de la Tourelle, dont l’exécution marqua les esprits, une plaque évoque leur souvenir.
Membres de la Jeunesse communiste et du PCF dès 1939, ils avaient fait partie des premiers groupes de résistants communistes et participé dès janvier 1941 à des actions de sabotage contre l’armée allemande, ils préparaient une action contre la LVF quand ils tombèrent en mai 1942, leur groupe l’exécuta sans eux en juin. Eux aussi furent arrêtés et torturés par des policiers français avant d’être remis aux Allemands.

Ainsi que Denise Goyat-Larzul, dont la petite-fille est présente parmi nous. Denise, engagée à 21 ans en 1943 dans la Résistance, rejoint le maquis de Langolen en 1944 quand la Gestapo est sur ses traces, elle y retrouve son père dont elle ne savait pas qu’il était lui aussi dans la Résistance ; elle est alors intégrée dans la 1ère compagnie FTP et prend part à des actions contre des trains de munitions, de ravitaillement, elle participe aux combats de la Libération à Quimper et dans le Sud-Finistère, à Concarneau, dans la presqu’île de Crozon ; elle reçut la Croix de guerre. Denise fut jusqu’à la fin de sa vie adhérente de notre section.

Et une pensée aussi pour Ernest Mazé, l’ancien résistant qui vient de mourir à Douarnenez, Ernest Mazé était le frère d’Édouard Mazé, qui fut tué par les gendarmes lors des grandes manifestations d’avril 1950 à Brest, René Vautier lui consacra son film « Un homme est mort ».

Pour finir, je voudrais évoquer encore le souvenir de deux résistants nés dans le Finistère où ils ont passé leur jeunesse, tous les deux ont été mousses sur des bateaux de pêche, puis partis travailler dans la région parisienne, qui ont joué un rôle important dans le mouvement syndical : Corentin Celton né à Ploaré, aujourd’hui intégrée à Douarnenez, et Corentin Cariou de Loctudy, tous les deux communistes et syndicalistes, Corentin Celton, infirmier des hôpitaux, secrétaire de la fédération CGT des services publics et de la santé , fusillé au Mont Valérien en décembre 1943 ; Corentin Cariou, dirigeant du syndicat CGT des gaziers, ancien membre du comité central du PCF, fusillé au camp de Compiègne en février 1942. La santé, les services publics, l’énergie, cela nous renvoie à l’héritage du CNR et aux enjeux d’aujourd’hui. »

Quimper, le 27 mai 2020

 

27 mai- Cimetière de Guimiliau : hommage à Albert Rannou, engagé volontaire des Brigades Internationales, résistant communiste finistérien exécuté par les Allemands au Mont Valérien.

Pour cette Journée nationale de la Résistance, ce 27 mai 2020 entre 14h30 et 15h30, un moment d’une grande intensité avec Dominique Derrien dans le cimetière de Guimiliau auprès de sa magnifique église et de son enclois paroissial et son calvaire exceptionnel de la Renaissance, pour évoquer la vie de lutte et d’engagements généreux d’Albert Rannou, ouvrier maçon du Léon, militant cégétiste et communiste, engagé volontaire dans les Brigades Internationales (il croisera Rol-Tanguy et sera blessé deux fois pendant la guerre d’Espagne qu’il terminera avec le grade de lieutenant), héros de la résistance communiste brestoise arrêté en octobre 1942 après plusieurs sabotages et attentats, et fusillé avec 18 autres résistants communistes brestois au Mont-Valérien (son corps ne reviendra au cimetière de Guimiliau que 3 ans plus tard).

Un héros de la Résistance dont nous avons retrouvé les lettres écrites de prison, bouleversantes, grâce à Jacques Guivarc’h, l’ancien marbrier de la barrière à St Martin des Champs et sur lequel enquête assidûment Dominique Derrien, professeur d’histoire et chercheur.

De la prison Jacques Cartier de Rennes, Albert Rannou, dont nous avons eu en possession une quinzaine de lettres manuscrites confiées par Jacques Guivarc’h, le marbrier de Saint Martin des Champs, ancien militant communiste comme son père, Jean, résistant, Albert Rannou, arrêté en octobre 1942 et qui sera fusillé le 17 septembre 1943 au Mont Valérien avec 18 autres camarades communistes finistériens, originaire de Guimiliau, ouvrier maçon, né le 5 mars 1914, écrit à ses parents :

« Nous attendons toujours le jugement. Certains disent qu’il aura lieu à Paris et d’autres parlent qu’il aura lieu dans peu de temps à Rennes. Enfin, rien ne presse pour ce qu’on a à en tirer, de l’instruction. J’ai demandé à l’inspecteur allemand quelle serait ma peine. Il m’a dit que je pouvais espérer mais que la loi est dure. On cause aussi de nous envoyer dans un camp de travaux en Allemagne. Mais je prends ça pour un calmant qu’on donne à un malade sur le point de calancher.
Quand j’ai fait mon boulot, je savais à chaque fois à quoi je m’exposais, et maintenant j’attends stoïque qu’on décide de mon sort. Les premiers camarades arrêtés ont été cravaché sur tout le corps, leurs fesses étaient rendu comme du pâté de foie par la police française au service de l’ennemi (c’est joli ça). Par ça ils ont dû avouer. Ce qui m’a fait arrêter, ainsi que beaucoup d’autres.
(…) Nous sommes ici 45 de Brest avec les 5 femmes, donc certains ont déjà été jugés par les Français, mais qui doivent encore l’être par un tribunal Allemand. La moitié d’entre nous risquons le grand paquet. Le pire, c’est qu’il y a beaucoup de mariés et de pères de famille. Pour moi, si ça m’arrive j’aurai seulement le grand désespoir de vous quitter ainsi que mon frère et sa femme. Mais rien ne m’inquiète à votre sujet, votre santé est bonne et rien ne vous manque par ailleurs. Donc s’il faut se résigner un jour ça sera avec calme et fierté que je marcherai. J’ai fait mon devoir de Français et de communiste. Je suis allé en Espagne parce que là-bas se jouait le sort de la France et que l’Espagne Républicaine vaincue, c’était la guerre pour notre Pays. A présent le capitalisme est en train de creuser sa propre tombe, malheureusement qu’avant de disparaître il peut encore faire beaucoup de mal. Je viens d’apprendre que 3 jeunes classes vont partir pour l’Allemagne sur ordre de Pétain-Laval. Une fois là-bas, ils seront déguisés en mannequins du 3ème Reich et envoyez sur le Front pour combattre leurs camarades Russes contre leur propre liberté. La bête agonise mais elle a du mal à crever. J’aurais bien voulu pouvoir assister à sa fin. Si je n’y suis pas, vous pourrez dire que votre fils a maintes fois risqué sa vie pour le triomphe de son idéal et pour la victoire de notre juste cause. La défense de la République française que nous voulons voir prospérer dans une union des Républiques mondiale. Peut-être que les Alliés arriveront à temps mais ils n’ont pas l’air de se presser, quoi qu’il advienne ils ne perdent pas pour attendre, car les peuples anglo-américains ont aussi compris que leur salut est aux côtés de leurs camarades bocheviques, qu’il faut qu’ils luttent, pour écraser à jamais le fascisme fauteur de guerre et de misère.
« Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage » (Karl Marx*) ».

Albert Rannou qui écrit le jour de son exécution de la Prison de Fresnes le 17 septembre 1943

Cher Papa et chère Maman
Il est 11 heures moins le quart, on vient de nous prévenir qu’on va être fusillés à 16 heures. Je vais donc donner ma vie à la France, pour ma patrie que j’ai toujours aimée et pour laquelle j’ai combattu. Je meurs content car mon sacrifice (j’en ai la certitude) n’aura pas été vain. J’ai lutté durant ma courte existence pour le bonheur des travailleurs et pour que la paix règne en ce monde.
(censuré)

Mes chers parents, vous savez que je vous ai toujours aimés et que vous me le rendez bien ainsi qu’Yfic. Ça me fait une peine immense de vous quitter à jamais. Je ne sais comment vous exprimer toute ma gratitude pour ce que vous avez fait pour moi. Vous m’avez choyé depuis mon enfance jusqu’à ma dernière heure. Si quelquefois je vous ai fait de la peine, vous m’avez pardonné. Je n’oublie pas non plus ma belle-sœur. Grand-mère et toute la famille auxquels vous voudrez bien envoyer mes amitiés dernières. Je pense à vous tous en ce moment qui est plus pénible pour vous que pour moi. Je viens de voir l’aumônier, j’ai refusé la communion. Donc aucun service religieux à mon intention. Mes amitiés aussi à tous les voisins et camarades, qu’ils sachent que j’ai fait mon devoir de Français et de communiste.
Papa, Maman, ma dernière pensée sera pour vous et pour mon frère. Je vous embrasse tous dans un même élan.
Soyez courageux.
Adieu tous.
Votre fils Albert.
Vive la France, Vive le parti communiste
Paix- Liberté- Justice »

 

27 Mai- Brest – JOURNÉE NATIONALE DE LA RÉSISTANCE – HOMMAGE À CÉCILE ROL-TANGUY.

Ce mercredi 27 mai est la journée d’hommage à la Résistance et à la naissance du Conseil National de la Résistance dont l’esprit et les valeurs inspirent bien des combats d’aujourd’hui.

Ce matin, la section du PCF du Pays de Brest et les élus communistes de la ville de Brest ont salué la mémoire de Cécile Rol-Tanguy, résistante communiste décédée récemment, et de toutes ces femmes et ces hommes qui, engagés dans la Résistance, ont dit non à l’envahisseur fasciste, oui à Liberté, oui à une République rénovée, plus fraternelle, plus égalitaire, plus démocratique.

Dans le respect des consignes sanitaires, l’hommage rendu par Jean-Paul CAM, secrétaire de section, s’est suivi d’un dépôt de gerbe sur le rond-point Rol-Tanguy, face à la gare de Brest.

« Ce mercredi 27 mai, journée nationale de la Résistance, célèbre la création du Conseil National de la Résistance.
Né en 1943, en pleine guerre, il réunit huit mouvements de Résistance, six partis politiques et deux centrales syndicales. Une France courageuse et déterminée, qui dit « non » à l’envahisseur, à un régime fascisant, réactionnaire, raciste et antisémite, et « oui » à la Liberté, à une République rénovée, plus fraternelle, égalitaire et démocratique.
Ce 27 mai 2020, nous voulons célébrer la naissance du Conseil National de la Résistance et l’incroyable défi que se sont fixés des hommes et des femmes d’imaginer la France dans laquelle ils rêvaient de vivre pour restaurer la République des Lumières.
Deux ans après, dans une France en ruine, un gouvernement réunissant des ministres gaullistes, de la SFIO et du PCF, reconstruisent le pays en faisant le choix de mettre en œuvre des avancées sociales, économiques et politiques majeures, complétant les conquêtes, quelques années plus tôt, du Front populaire : les femmes votent pour la première fois le 29 août 1945, la Sécurité sociale est inventée et mise en place, tout comme notre système de retraite par répartition, le gouvernement nationalise les Houillères, Renault, les banques de dépôt et la Banque de France, l’électricité et le rail. Le droit à l’éducation et à la culture pour tous est instauré.
Cette actualité de la Résistance est tellement vivante aujourd’hui :
Parce que l’idéologie de l’extrême-droite revient en force en France, en Europe où comme en Croatie les oustachis amis de Hitler sont réhabilités.
Parce que notre démocratie est de plus en plus dénaturée et minée par le poids des féodalités économiques, oligarchies et inégalités contre lesquelles luttait le Conseil National de la Résistance au nom d’une vision d’une société rénovée et plus juste, avec son programme magnifiquement baptisé « Les jours heureux ».
Parce que nous avons plus que jamais besoin d’une inspiration de rassemblement, et de création politique, d’une force d’espoir pour conjurer les menaces très fortes auxquelles notre société est exposée et la reconstruire sur des bases plus justes et durables.
A l’heure où tout le monde s’interroge sur les moyens de reconstruire nos pays, mis à l’arrêt par la pandémie, fragilisé par des années de politiques néo-libérales et capitalistes qui ont battu en brèche l’héritage du Conseil National de la Résistance, et affaibli notre pays dans sa capacité à faire face à des défis comme celui de l’épidémie du coronavirus.
Car cette pandémie que nous continuons d’affronter, dans toute sa brutalité, met, elle aussi, au cœur du débat le choix de société dans lequel nous voulons vivre, en portant l’exigence de traiter en profondeur les racines du mal. Elle révèle au grand jour les conséquences de ce modèle économique sur nos vies ; un modèle dédié à la finance qui a misé sur la course au profit, l’exploitation des êtres humains, des ressources naturelles, choisissant d’affaiblir le rôle des États et de ses services publics. »

 


27 Mai – Berrien : hommage des section PCF de Carhaix-Huelgoat et de Morlaix au premier village résistant de France de Tredudon-les-Moines.

A Berrien, hommage des section PCF de Carhaix-Huelgoat et de Morlaix au premier village résistant de France de Tredudon-les-Moines en compagnie de la famille de Pierre et Jean-Marie Plassart. Un rassemblement chaleureux pour la Journée Nationale de la Résistance ce 27 mai 2020 avec encore une mémoire très vivante de la résistance populaire et communiste des Monts d’Arrée, la présence de Jean Guyomarc’h dont le père et les oncles ont tous été résistants. Photos de Patrick Gambache.

Pierre Plassart est né en 1912 et mort à Berrien en novembre 1983.Militant communiste de Berrien. Sous l’occupation allemande, il est propagandiste de la résistance, il diffuse les tracts et journaux clandestins du PCF, du Front National de Libération de la France. Il avait chez lui, à Trédudon-les-Moines, un important dépôt d’armes et de munitions des FTP. Il sera conseiller municipal de Berrien à la libération.

Berrien a payé un très lourd tribut à la libération de la France et sa résistance, très forte, animée principalement par des communistes, sera lourdement réprimée: 22 résistants fusillés, 16 déportés, 11 résistants tués au combat dans ce village rouge des Monts d’Arrée.

Parmi eux, à Berrien Jean-Marie Plassart, communiste depuis 1936, résistant, sera arrêté par la police française et mourra dans un camp de concentration de Mathausen. Jean Créoff, cultivateur communiste de Berrien, FTP, sera aussi déporté en camp de concentration en Allemagne, Joseph Créoff aussi, communiste depuis 1936, qui meurt en camp de concentration. Pierre Grall, autre résistant communiste de Berrien, né le 7 mai 1921 et qui adhère au PCF pendant l’occupation, prenant part à des actions armées, sabotages, attaques, etc, sera déporté en Allemagne après son arrestation le 5 juin 1944. Il meurt au camp de Dora en avril 45. Son frère Marcel Grall, agriculteur, puis terrassier, qui adhère au PCF clandestin le 3 juillet 41 après avoir assisté à l’arrestation du communiste Jean Coant avec Jean Créoff, chef des FTP de la région du Faou, puis commandant FTP des Côtes-d’Armor, arrêté le 17 septembre 1943, sera fusillé à Rennes avec 28 de ses camarades le 8 juin 1944.

Eugène Kerbaul, 1918-1945: 1640 militants du Finistère

Article du Ouest-France, 27 mai 2014:

Trédudon, premier village résistant de France

Il y a à Berrien, en plein cœur du centre-Bretagne, au pied des crêtes des Monts d’Arrée, un hameau qui a joué un rôle déterminant dans l’organisation de la Résistance sous l’Occupation : c’est Trédudon-le-Moine. Dès les premiers jours de l’occupation allemande, tout le hameau, situé à 6 km de Berrien, sur la route de La Feuillée, entre en résistance.

Ce village, qui comptait à l’époque près de deux cents âmes a maintenu de juin 1940 à août 1944 une parcelle de France libre. Le 16 juin 40, dès le départ des troupes anglaises du camp de Saint-Thégonnec, une organisation clandestine du Parti communiste français, dirigée localement par Pierre Plassart, y stocke des armes britanniques parachutées. Avec non seulement le soutien, mais aussi la complicité de toute la population. Trédudon-le-Moine sera à la fois un dépôt d’armes, un refuge pour les résistants traqués, un lieu de réunion pour les dirigeants nationaux et régionaux des FTP.

Le 17 mai 1943, un avion britannique est abattu par la défense allemande au-dessus des Monts d’Arrée et tombe en flammes au nord de Plonévez-du-Faou. Les pilotes trouvent refuge à Trédudon.

Hélène Plassard, qui avait 20 ans à l’époque, se souvient : « Il y en a eu du passage ! Les jeunes maquisards arrivaient de Lorient, de Brest… De partout. Il y en avait du monde ici. »

22 résistants fusillés

Après des opérations de sabotage menées notamment contre les lignes ferroviaires, des missions de récupération d’armes, ou encore des attaques des troupes ennemies, les résistants, qui fuyaient à travers la montagne, venaient se cacher dans les greniers et écuries du village : « Ils arrivaient alors vers 5 h du matin. »

Dans la journée, ils étaient occupés aux travaux des champs. Trédudon nourrissait toute cette population de passage. « Nous faisions le tour des fermes pour ramener du beurre, des patates et du lard. Jamais personne n’a refusé de donner. » Le village était devenu un point d’appui pour ceux qui coordonnaient les différentes actions, donc appelés à faire de fréquents déplacements, souvent périlleux.

Le village paiera un lourd tribut lors des représailles de l’occupant. Vingt-deux résistants seront fusillés, onze tués au combat, seize déportés. Dix d’entre eux mourront en déportation. À la Libération, Trédudon-le-Moine se verra décerner le titre de Premier village résistant de France. Une stèle sera érigée à la sortie du hameau et inaugurée en 1947 par Marcel Prenant, chef d’État-major des FTPF.

 

 

27 mai 2020 – la commission féminisme du PCF Finistère rend hommage à la résistante communiste brestoise Simone Moreau en rebaptisant symboliquement une rue.


Ce 27 mai 2020, la commission féministe 29 rend hommage à Simone MOREAU en rebaptisant la rue de Brest où Simone et Henri Moreau ont habité et abrité des caches d’armes et du matériel d’imprimerie pour la presse clandestine.

Un discours fut lu en son honneur :

Ce 27 mai, journée nationale de la Résistance, célèbre la création du Conseil National de la Résistance. Né en 1943, en pleine guerre, il réunit huit mouvements de Résistance, six partis politiques et deux centrales syndicales.

Cette journée rend hommage, aussi, à toutes celles et ceux qui ont combattu et à celles et ceux morts durant cette guerre.

Face à l’idéologie nazie, une certaine France va se lever. : la France de la Resistance.

Parmi ces femmes et ces hommes, nous rendons hommage ce jour à notre camarade, Simone MOREAU, résistante communiste.

 

Simone Moreau (1908-1962)

 

Née en 1908, Simone Moreau, adhère au PCF clandestin sous l’occupation allemande, en 1941.

Elle avait participé aux activités illégales de la Resistance avec son mari, Henri Moreau, dès 1940.

 

Le domicile de Simone et Henri Moreau , ici même rue Portail, devint un dépôt de matériel léger d’imprimerie : stencils pour ronéo (petite machine à imprimer de bureau), papier, encre, etc.

En mai 1942, à la suite de la mise sur pied des FTPF (Francs Tireurs et partisans Français) dans le département, leur appartement servit aussi de dépôt d’armes et d’explosifs.

Simone Moreau devient responsable à la propagande du comité brestois de l’Union des Femmes Patriotes. L’Union des Femmes Patriotes est alors une organisation clandestine créée par le PCF, qui en fait à Brest, en fin 1941 et en 1942, ne regroupe que des femmes communistes. Elle transporte du matériel de propagande à travers toute la Bretagne.

Elle participe à l’organisation de manifestations de femmes :

  • En avril 1942, manifestation des femmes pour un meilleur ravitaillement, d’autres résistantes dont notamment Jeanne Goasguen-Cariou
  • Manifestation des femmes communistes de l’U.F.P (Union des Femmes Patriotes) conte le STO (Service de Travail Obligatoire) créé par Pétain pour fournir de la main-d’œuvre aux usines de guerre allemandes.

 

Simone Moreau travaillait aussi avec Henri à l’impression des journaux et tracts clandestins dans leur petite maison de la rue André Portail à Brest.

 

Arrêtée le 4 octobre 1942, elle fit preuve d’un grand courage. Relâchée en août 1943, faute de preuves et d’aveux, elle resta sous une étroite surveillance policière.

Elle fait alors des démarches pour essayer de sauver son mari de la peine capitale, en vain.

Simone Moreau, après la Libération, continue de militer au PCF.

Elle meurt à Brest en 1962.

 

En hommage à notre camarade résistante Simone Moreau, nous allons chanter ensemble le chant des partisans, et le premier couplet de l’Internationale.

Le chant des partisans et l’International clôturèrent cette action.

 

 

Hommage au programme du Conseil National de la Résistance ce mercredi 27 mai 2020 à Morlaix, square de la résistance.

A midi square de la résistance entre la place du Poulliet et la place René Cassin à Morlaix, avec pour témoin les drapeaux du Parti communiste, de la JC, et le drapeau tricolore, mais surtout le portrait de Rol-Tanguy par Guy Denning peint l’année dernière à l’occasion de l’hommage que le PCF Pays de Morlaix lui avait rendu sur son lieu de naissance en gare de Morlaix, en cette journée d’anniversaire de la création du conseil national de la résistance, journée nationale d’hommage à la résistance, Corentin Derrien, tout jeune élu conseiller municipal à Saint-Thegonnec, 18 ans, militant du PCF, et Walden Gauthier, 16 ans, nouvel adhérent aux jeunesses communistes, qui avait lu le discours d’hommage à la résistance une heure plus tôt à Plouigneau, son lieu de résidence, devant le Monument aux morts, à l’honneur pour commémorer au côté des camarades du PCF et de Catherine Tréanton de Génération.s, cette France belle, rebelle, digne qui a combattu l’occupation et la barbarie nazie et le régime collaborateur, réactionnaire, liberticide et criminel de Vichy.

Corentin Derrien a lu la deuxième partie du programme du Conseil national de la résistance magnifiquement appelée « Les jours heureux », publié le 5 mars 1944, et dont l’actualité reste prégnante dans des ambitions même si les gouvernements néo-libéraux font tout pour abattre son héritage dans le modèle social et démocratique français, comme l’avait affirmé très clairement et avec beaucoup de cynisme Denis Kessler, n°2 du MEDEF, en 2007. Le rassemblement était organisé par le PCF, dans le respect des recommandations sanitaires, pour la Journée nationale de la Résistance.

 

 MESURES À APPLIQUER DÈS LA LIBÉRATION DU TERRITOIRE

Unis quant au but à atteindre, unis quant aux moyens à mettre en oeuvre pour atteindre ce but qui est la Libération rapide du territoire, les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques, groupés au sein du C.N.R. proclament qu’ils sont décidés à rester unis après la Libération :

1 ) Afin d’établir le gouvernement provisoire de la République formé par le Général de Gaulle pour défendre l’indépendance politique et économique de la nation, rétablir la France dans sa puissance, dans sa grandeur et dans sa mission universelle ;

2 ) Afin de veiller au châtiment des traîtres et à l’éviction dans le domaine de l’administration et de la vie professionnelle de tous ceux qui auront pactisé avec l’ennemi ou qui se seront associés activement à la politique des gouvernements de collaboration ;

3 ) Afin d’exiger la confiscation des biens des traîtres et des trafiquants de marché noir, l’établissement d’un impôt progressif sur les bénéfices de guerre et plus généralement sur les gains réalisés au détriment du peuple et de la nation pendant la période d’occupation, ainsi que la confiscation de tous les biens ennemis y compris les participations acquises depuis l’armistice par les gouvernements de l’Axe et par leurs ressortissants dans les entreprises françaises et coloniales de tout ordre, avec constitution de ces participations en patrimoine national inaliénable ;

4 ) Afin d’assurer :

- l’établissement de la démocratie la plus large en rendant la parole au peuple français par le rétablissement du suffrage universel ;
- la pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression ;
- la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État, des puissances d’argent et des influences étrangères ;
- la liberté d’association, de réunion et de manifestation ;
- l’inviolabilité du domicile et le secret de la correspondance ;
- le respect de la personne humaine ;
- l’égalité absolue de tous les citoyens devant la loi ;

5) Afin de promouvoir les réformes indispensables :

a) Sur le plan économique :

• l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ;
• une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général et affranchie de la dictature professionnelle instaurée à l’image des États fascistes ;
• l’intensification de la production nationale selon les lignes d’un plan arrêté par l’État après consultation des représentants de tous les éléments de cette production ;
• le retour à la nation des grands moyens de production monopolisés, fruit du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques ;
• Le développement et le soutien des coopératives de production, d’achats et de ventes, agricoles et artisanales ;
• Le droit d’accès, dans le cadre de l’entreprise, aux fonctions de direction et d’administration, pour les ouvriers possédant les qualifications nécessaires, et la participation des travailleurs à la direction de l’économie.

b) Sur le plan social :

• le droit au travail et le droit au repos, notamment par le rétablissement et l’amélioration du régime contractuel du travail.
• un rajustement important des salaires et la garantie d’un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d’une vie pleinement humaine.
• la garantie du pouvoir d’achat national par une politique tendant à la stabilité de la monnaie ;
• la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d’un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie économique et sociale ;
• un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État ;
• la sécurité de l’emploi, la réglementation des conditions d’embauchage et de licenciement, le rétablissement des délégués d’atelier ;
• l’élévation et la sécurité du niveau de vie des travailleurs de la terre par une politique de prix agricoles rémunérateurs, améliorant et généralisant l’expérience de l’Office du blé, par une législation sociale accordant aux salariés agricoles les mêmes droits qu’aux salariés de l’industrie, par un système d’assurance contre les calamités agricoles, par l’établissement d’un juste statut du fermage et du métayage, par des facilités d’accession à la propriété pour les jeunes familles paysannes et par la réalisation d’un plan d’équipement rural ;
• une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ;
• le dédommagement des sinistrés et des allocations et pensions pour les victimes de la terreur fasciste.

c) Une extension des droits politiques, sociaux et économiques des populations indigènes et coloniales.

d) La possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture la plus développée quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires.

Ainsi sera fondée une République nouvelle qui balaiera le régime de basse réaction instauré par Vichy et qui rendra aux institutions démocratiques et populaires l’efficacité que leur avaient fait perdre les entreprises de corruption et de trahison qui ont précédé la capitulation. Ainsi sera rendue possible une démocratie qui unisse au contrôle effectif exercé par les élus du peuple la continuité de l’action gouvernementale.

L’union des représentants de la RÉSISTANCE pour l’action dans le présent et dans l’avenir, dans l’intérêt supérieur de la patrie, doit être pour tous les Français un gage de confiance et un stimulant. Elle doit les inciter à éliminer tout esprit de particularisme, tout ferment de division qui pourraient freiner leur action et ne servir que l’ennemi.

En avant donc, dans l’union de tous les Français rassemblés autour du C.F.L.N et de son président, le général De Gaulle !

En avant pour le combat, en avant pour la victoire, afin que VIVE LA FRANCE !

LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère-20/ Emile Le Page (1922-1942) et Pierre Jolivet (1921-1942)

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère:

77/ Emile Le Page (1922-1942) et Pierre Jolivet (1921-1942): les premiers résistants fusillés à Quimper étaient des postiers communistes.  

 » Ils furent à un mois d’intervalle fusillés au stand de tir de La Tourelle à Quimper où une plaque commémorative rappelle leur mémoire : Pierre Jolivet le 5 juin 1942, Émile Le Page le 8 juillet 1942, le premier avait 20 ans, le second 19 ans. Tous deux, militants des Jeunesses communistes, adhèrent au parti communiste en 1939, au moment de son interdiction. Ces jeunes postiers auxiliaires de Quimper sont des résistants de la première heure.  Ils font partie des premiers groupes résistants du parti communiste dans l’Organisation Spéciale (O.S.) reconnue comme unité combattante dès octobre 1940 et mise en place en Bretagne par Robert Ballanger, puis dans les FTPF, qui prennent la suite de l’O.S.  Dans un rapport d’avril 1941, le préfet du Finistère place au premier rang des « adversaires de la Révolution Nationale » les communistes « aussi actifs qu’irréductibles ». En août 1941 les autorités militaires allemandes le somment d’agir contre la recrudescence des attentats et des sabotages dans le département.

Avec leur groupe, Émile Le Page et Pierre Jolivet participent aux distributions de tracts et journaux clandestins et dès janvier 1941 aux premières actions directes contre l’occupant : sabotages, attentats contre la caserne de la Wehrmacht, contre le Soldatenheim, foyer du soldat allemand, de Quimper. Ils préparent l’attentat contre le siège de la LVF, leur groupe l’exécutera sans eux en juin 1942. Car entretemps ils ont été repérés, sur dénonciation, lors d’une distribution de tracts appelant à manifester le 1er mai 1942. Arrêtés par des policiers français et torturés à la prison de Mesgloaguen, ils sont remis aux Allemands, condamnés à mort et fusillés, Pierre Jolivet le 5 juin, Émile Le Page, le chef de groupe, le 8 juillet. Leur groupe FTP continuera sans eux ses actions : contre le local de la LVF en juin 1942, contre le bureau d’embauche pour l’Allemagne en octobre, contre la Kommandantur et la poste militaire allemande en janvier 1943.

Alain Le Grand, dans son ouvrage sur la Résistance dans le Finistère, faisait état de nombreux témoignages disant que, loin de donner un coup d’arrêt à la résistance locale, leur exécution poussa d’autres jeunes à suivre leur exemple ».

Yvonne Rainero, secrétaire de section du PCF pays de Quimper

***

Pierre Jolivet et Emile Lepage furent les premiers patriotes quimpérois qui tombèrent sous les balles d’un peloton d’exécution. D’autres résistants communistes furent aussi victimes de l’occupant et des autorités de collaboration: Charles Le Port, d’Ergué-Armel, le ferblantier de Penhars, Arthur Quéinnec, Kergornna, Jean Bernard, résistant de la première heure, capitaine FTP, condamné par la section spéciale de Rennes et déporté, comme son jeune frère Yves, arrêté en classe au lycée de Pont L’Abbé en octobre 194, André Quiniou, dirigeant de la JC avant guerre, un des responsables avec Jean Bernard du PCF clandestin à Quimper, arrêté et torturé par des policiers français.

Émile Le Page est né le 19 août 1922 à Quimper (Finistère). Fils de Émile Marie Lepage, zingueur, et de Jeanne Émilie Hopp, ménagère, Émile Le Page, ou Lepage d’après son acte de naissance, célibataire, était aide postier à Quimper. Selon Eugène Kerbaul il fut l’un des dirigeants finistériens en 1939 des Jeunesses communistes, avant d’intégrer en 1939 le Parti communiste. Participant d’abord à la restructuration dans l’illégalité du parti, il fit partie des premiers groupes de l’Organisation spéciale (OS), branche militaire du Parti communiste clandestin en septembre 1941.

Pierre Jolivet est né le 6 septembre 1921 à Quimper (Finistère). Fils de Jean Laurent Jolivet, boulanger, et de Marie Signor, ménagère, Pierre Jolivet, employé comme postier auxiliaire, il adhéra en 1937 aux Jeunesses communistes, avant d’intégrer en 1939 le Parti communiste, année de sa mise au ban de la politique française par le gouvernement Daladier. Il continua la lutte en participant d’abord à la restructuration dans l’illégalité du parti puis entra à l’Organisation spéciale du PCF avant de s’engager dans les Francs-tireurs et partisans (FTP) dès leur création dans le département du Finistère. 

Avec leur groupe, dont Émile Le Page était le responsable, ils ont participé dès janvier 1941 à des sabotages, des attentats contre la caserne de la Wehrmarcht, contre le Soldatenheim de Quimper, ils ont préparé l’action contre le siège de la LVF que leurs camarades effectuèrent sans eux en juin 1942. Ils furent arrêtés le 8 mai 1942 à Quimper par des policiers français: ils avaient été repérés distribuant des tracts appelant à manifester le 1er mai 1942. Ils distribuaient des tracts clandestins du PCF appelant à la résistance tout en distribuant le courrier.

Chef de groupe en mai 1942, Émile Le Page fut arrêté par la police française pour infraction aux décrets lois du 26 septembre 1939 concernant l’activité du Parti communiste. Sa mère réussit à prévenir les membres de son groupe lors de son arrestation.

Interné à la prison de Quimper, Émile Le Page fut torturé comme Pierre Jolivet, arrêté le 5 mai à Paris, où il venait de partir occuper un emploi aux P.T.T également, puis livré à l’autorité allemande d’occupation par la police française collaboratrice, à nouveau torturé, et changea de quartier à partir du 5 mai. Il fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand FK 752 de Quimper le 30 mai 1942 pour « propagande communiste ».

Défiant les juges, Pierre Jolivet leur a jeté: « Vous allez tuer un communiste, mais vous ne tuerez pas l’idée et vous perdrez la guerre ». Lors des visites que lui rend sa mère, il parle de l’armée soviétique qui écrasera les hitlériens. Durant les entretiens, il gardait toujours les mains derrière le dos. Il ne voulait pas que sa maman voie ses doigts déformés par la torture.

Pierre Jolivet a été fusillé le 5 juin 1942 (ou le 6 juin selon le DAVCC) au stand de tir de La Tourelle à Quimper. Les habitants demeurant aux alentours du champ de manœuvres entendirent chanter « La Marseillaise ». Quelques jours plus tard, Madame Jolivet se voyait remettre ses vêtements à la prison. « Il est parti dans un camp », lui dirent les nazis.

Émile Le Page a été fusillé 8 juillet 1942 au stand de tir de La Tourelle à Quimper, un mois après son camarade Pierre Jolivet.  Émile Le Page et Pierre Jolivet étaient les premiers résistants fusillés à Quimper. 

Le 14 juillet 1942, un rassemblement est convoqyé au cimetière d’Ergué-Armel auprès de la fosse commune où leurs corps avaient été jetés, les gendarmes sont là pour empêcher les familles et les courageux patriotes d’accéder au cimetière pour célébrer les résistants.  La tombe des deux héros devient un lieu de pélerinage. Chaque jour, des mains anonymes y déposent des bouquets. 

Leurs corps ne furent rendus aux familles que le 2 octobre 1944 pour des obsèques officielles auxquels participa une foule impressionnante.

Depuis, les corps d’Émile Le Page et Pierre Jolivet reposent au cimetière Saint-Marc à Quimper dans une sépulture commune

La stèle en mémoire de Pierre Jolivet et Emille Le Page avait été dressée à la demande des camarades du PCF Quimper et nous ceux-ci avaient aussi obtenu en 1985 que 2 rues contigües dans le quartier de Créach Gwen où est la direction départementale de La Poste portent les noms de nos deux camarades. L’inauguration de la stèle eut lieu en novembre 1990 avec Gaston Plissonnier et Daniel Trellu.

Pierre Jolivet et Emile Le Page ont donné aussi leur nom à la cellule des PTT du PCF dont sont encore issus plusieurs de nos camarades.

Le 27 mai 2015, la section communiste de Quimper invitait à se retrouver devant la stèle dédiée à Emile Le Page et Pierre Jolivet pour un hommage à toute la Résistance:

« Ces deux jeunes postiers communistes engagés très tôt dans la Résistance, appartenaient aux FTPF (Francs Tireurs et Partisans Français). Arrêtés par des policiers français, torturés, puis remis aux occupants, ils ont été fusillés à Quimper, au champ de tir de la Tourelle, en juin et juillet 1942. Ils avaient 19 et 20 ans. Ce sont les premiers résistants fusillés à Quimper. Au cours de cette cérémonie, une gerbe sera déposée et un jeune lycéen lira un poème de Paul Éluard » (Ouest-France, 26 mai 2015)

Sources:

Yvonne Rainero et Piero Rainero, site de la section PCF de Quimper:  http://quimper.pcf.fr/71327

Dictionnaire des militants du Finistère d’Eugène Kerbaul,

La Résistance dans le Finistère d’Alain Le Grand

Le dictionnaire des fusillés du Maitron: Alain Prigent, Serge Tilly sur Emile Le PageBiger Brewalan, René-Pierre Sudre sur Pierre Jolivet

 

 

Stèle dédiée à Pierre Jolivet et Émile Le Page, place Blaise-Pascal à Quimper (à la Tourelle, en haut de la rue Pen Ar Stang). Cette stèle avait été dressée à la demande du PCF et nous avions aussi obtenu en 1985 que 2 rues contigües dans le quartier de Créach Gwen où est la direction départementale de La Poste portent les noms de nos deux camarades. L’inauguration de la stèle eut lieu en novembre 1990 avec Gaston Plissonnier et Daniel Trellu.

 

 

Quimper, 27 Mai-HOMMAGE DES COMMUNISTES DU PAYS DE QUIMPER A LA RÉSISTANCE.

MERCREDI 27 MAI 2020 : HOMMAGE DES COMMUNISTES DU PAYS DE QUIMPER A LA RÉSISTANCE.

Ce mercredi 27 mai est jour d’hommage à la Résistance, dont l’esprit et les valeurs inspirent bien des combats d’aujourd’hui, et au Conseil National de la Résistance qui tint le 27 mai 1943 sa 1ère réunion sous la présidence de Jean Moulin, Max dans la Résistance, car il avait pris comme nom de clandestinité le prénom de son ami Max Jacob avec qui il se lia alors qu’il était sous-préfet de Châteaulin.
Le CNR, né en 1943 en pleine guerre, réunissait les 8 grands mouvements de Résistance, 6 partis politiques et deux centrales syndicales.


Il était l’émanation d’une France courageuse et déterminée, celle qui dit non au nazisme et à l’occupation, non au régime collaborationniste fascisant et raciste de Pétain, oui à une République où la Liberté, l’Égalité, la Fraternité ne soient pas de vains mots.


Cette France qui se dressa contre l’inacceptable, ce fut pour une grande part celle des « humbles », celle qui tient debout notre pays dans les moments les plus difficiles, comme ceux que nous venons de vivre.
C’était un incroyable défi dans la France occupée, d’avoir rêvé le monde à venir en jetant les bases du programme du CNR, les Jours Heureux.


Deux ans après cette réunion fondatrice, dans une France libérée mais en ruine, gaullistes, communistes, socialistes, rassemblés dans le gouvernement du général De Gaulle relevèrent ce défi de reconstruire le pays en mettant en œuvre des avancées sociales, économiques, politiques majeures : invention de la Sécurité Sociale, gérée par les salariés eux-mêmes, mise en place par le ministre communiste Ambroise Croizat ; droit de vote des femmes, sur proposition du représentant du PCF au sein du gouvernement provisoire ; nationalisation de Renault, des Houillères, des grandes banques, des assurances, de l’électricité, du rail, avec des droits nouveaux pour leurs salariés ; comités d’entreprise ; statut de la Fonction Publique ; démocratisation de l’école, de la culture ; lois pour soustraire la presse aux puissances d’argent ; coopératives pour la production, la distribution des produits agricoles…et bien d’autres choses encore.


Ce fut un grand moment d’invention sociale et démocratique qui garde toute son actualité aujourd’hui.
Parce que l’idéologie de l’extrême-droite porteuse de haine, de racisme, de rejet de l’autre, revient en force en France, en Europe, dans le monde.


Parce que les féodalités économiques et les oligarchies contre lesquelles luttait le CNR n’ont eu de cesse de reconquérir et d’étendre leur domination, battant en brèche l’héritage de la Résistance, ses valeurs d’égalité et de justice, de solidarité, au détriment de notre démocratie, de nos droits sociaux, de nos services publics.


L’épidémie du coronavirus a mis au grand jour les ravages du modèle économique libéral fondé sur l’exploitation des êtres humains et le pillage des ressources, au mépris de nos vies et de l’avenir de la planète, qui a partout semé pauvreté et précarité, fait exploser les inégalités, mis en concurrence les hommes et les territoires, jusqu’aux conflits armés.


Des années de politiques dictées par ces dogmes libéraux ont fragilisé notre société, affaibli notre pays, et s’il a tenu bon au plus fort de la pandémie, nous le devons avant tout à l’engagement de nos soignants, à nos services publics même amoindris, à celles et ceux qui souvent dans l’ombre ont permis de maintenir les activités essentielles, à nos réseaux de solidarité qui tissent notre vivre-ensemble.


Comme au sortir de la guerre, il s’agit aujourd’hui de s’attaquer aux racines du mal qui a miné notre société, de la refonder sur des bases plus justes et durables, d’inventer ensemble un nouveau chemin d’espoir.

C’est dans cet esprit que la section PCF du pays de Quimper honorera la mémoire du CNR et celle des résistants et résistantes de la région quimpéroise, et parmi eux de nombreux communistes qui ont laissé leur trace dans notre ville, comme Émile Le Page et Pierre Jolivet, deux jeunes postiers communistes de 19 et 20 ans, les premiers résistants fusillés à Quimper en juin et juillet 1942, ou Denise Goyat-Larzul, jeune résistante qui rejoignit le maquis et participa aux combats de la Libération à Quimper et dans le Sud Finistère.

Cet hommage se déroulera ce mercredi 27 mai à 16 h devant la stèle dédiée à Jean Moulin, square Jean Moulin à Quimper, dans le respect des règles sanitaires.

 

 

Vidéo : « Histoire de la Guerre et de la Résistance dans le pays Bigouden 1940 -1944 » Gaston Balliot

14 juin 2019

La grande salle de l’Amicale Laïque au port de Lesconil avait fait le plein. 250 personnes se sont retrouvées14 juin 2019 pour assister à la conférence de Gaston BALLIOT et Jean KERVISION consacrée à la Résistance en Pays Bigouden de 1940 à 1944. Preuve s’il en est que la mémoire et l’intérêt historique restent vifs chez de nombreux bigoudens.

Gaston Balliot et Jean Kervision sont les auteurs du site internet « bigouden1944 »
https://bigouden1944.wordpress.com/
site sur lequel on peut retrouver les très nombreux documents, biographies et photos qu’ils ont pu recueillir concernant cette époque.

Cette conférence a pu être réalisée en liaison avec la municipalité de Plobannalec-Lesconil dont nous remercions particulièrement le maire Bruno JULLIEN ainsi que son adjoint Guy LEMOIGNE. De nombreux membres de la municipalité étaient présents vendredi soir. Nous remercions également Mme Desnos de l’Amicale Laïque de Lesconil, pour avoir accepté d’accueillir cette manifestation dans leur magnifique salle.

Joël HEDDE au nom de la section bigoudène du PCF a tiré la conclusion de cette soirée en appelant à une indispensable vigilance face à la montée du fascisme en Europe et en France, tant il est vrai – comme le rappelait Berthold Brecht que « Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde.».

Il n’est pas inutile non plus de souligner que les « Fusillés de 1944 », ces martyrs de la Résistance, étaient nos camarades… des communistes.

Lesconil, 27 mai – Hommage à la Résistance .

  

La section participera à LESCONIL à la cérémonie « restreinte » (pandémie) au monument aux morts (11 h).  Quatre camarades seront  présents avec le drapeau du parti.

 

La section organise un rassemblement, dépôt de gerbe, et discours à 10 h 30 au Monument des Fusillés de Poulguen à Penmarc’h.

 

Fraternellement,

 

Section PCF du Pays Bigouden

 

Source Photo : https://bigouden1944.files.wordpress.com/

27 Mai- 14h Discours de Fabien Roussel à l’occasion de la Journée nationale de la Résistance.

Demain, mercredi 27 mai à l’occasion de la Journée nationale de la Résistance, les communistes partout en France rendront hommage à la mémoire des Résistant·e·s et à toutes celles et ceux qui ont combattu, à celles et ceux qui ont donné leur vie pour notre liberté.

Nous célébrerons également durant cette journée, la création du Conseil National de la Résistance. Son esprit et sa visée de transformation sociale sont plus que jamais d’actualité, en ce moment où le choix de la société dans laquelle nous voulons vivre est au cœur des débats.

A cette occasion, Fabien Roussel prendra la parole pour un discours depuis le siège du PCF,

diffusé à partir de 14h sur la page Facebook du PCF, et via ses comptes Twitter et You Tube.

https://www.facebook.com/Particommuniste/

 

Trédudon-le-Moine en Berrrien, 27 mai-Hommage à la Résistance et au programme du Conseil National de la Résistance.

Le mercredi 27 mai, à 16 h, à Trédudon-le-Moine en Berrrien, devant la stèle du premier village résistant de France, le PCF rendra hommage à la Résistance et au programme du Conseil National de la Résistance dont l’esprit doit animer les combats et rassemblements d’aujourd’hui pour refonder la démocratie française.

Ce mercredi 27 mai, journée nationale de la Résistance, célèbre la création du Conseil National de la Résistance.

Né en 1943, en pleine guerre, il réunit huit mouvements de Résistance, six partis politiques et deux centrales syndicales. Une France courageuse et déterminée, qui dit « non » à l’envahisseur, à un régime fascisant, réactionnaire, raciste et antisémite, et « oui » à la Liberté, à une République rénovée, plus fraternelle, égalitaire et démocratique.

Ce 27 mai 2020, nous voulons célébrer la naissance du Conseil National de la Résistance et l’incroyable défi que se sont fixés des hommes et des femmes d’imaginer la France dans laquelle ils rêvaient de vivre pour restaurer la République des Lumières.

Deux ans après, dans une France en ruine, un gouvernement réunissant des ministres gaullistes, de la SFIO et du PCF, reconstruisent le pays en faisant le choix de mettre en œuvre des avancées sociales, économiques et politiques majeures, complétant les conquêtes, quelques années plus tôt, du Front populaire : les femmes votent pour la première fois le 29 août 1945, la Sécurité sociale est inventée et mise en place, tout comme notre système de retraite par répartition, le gouvernement nationalise les Houillères, Renault, les banques de dépôt et la Banque de France, l’électricité et le rail. Le droit à l’éducation et à la culture pour tous est instauré.

Cette actualité de la Résistance est tellement vivante aujourd’hui:

Parce que l’idéologie de l’extrême-droite revient en force en France, en Europe et dans le monde.  Parce que la progression et la diffusion des idées des partis qui s’en réclament et en héritent est de plus en plus banalisée, normalisée.

Parce que notre démocratie est de plus en plus dénaturée et minée par le poids des féodalités économiques, oligarchies et inégalités contre lesquelles luttait le Conseil National de la Résistance au nom d’une vision d’une société rénovée et plus juste, avec son programme magnifiquement baptisé « Les jours heureux ».

Parce que nous avons plus que jamais besoin d’une inspiration de rassemblement, et de création politique, d’une force d’espoir pour conjurer les menaces très fortes auxquelles notre société est exposée et la reconstruire sur des bases plus justes et durables.

A l’heure où tout le monde s’interroge sur les moyens de reconstruire nos pays, mis à l’arrêt par la pandémie, fragilisé par des années de politiques néo-libérales et capitalistes qui ont battu en brèche l’héritage du Conseil National de la Résistance, et affaibli notre pays dans sa capacité à faire face à des défis comme celui de l’épidémie du coronavirus.

Car cette pandémie que nous continuons d’affronter, dans toute sa brutalité, met elle aussi au cœur du débat le choix de société dans lequel nous voulons vivre, en portant l’exigence de traiter en profondeur les racines du mal. Elle révèle au grand jour les conséquences de ce modèle économique sur nos vies; un modèle dédié à la finance qui a misé sur la course au profit, l’exploitation des êtres humains, des ressources naturelles, choisissant d’affaiblir le rôle des États et de ses services publics.

Le 27 mai, le PCF organisera un hommage à la résistance à 16h à Trédudon-le-Moine, devant la stèle d’hommage au premier village résistant de France, sur la commune de Berrien et la route de la Feuillée.

Vidéo : 75 ème cérémonie de commémoration des « Fusillés de la Torche » -Lesconil


Le 15 juin 2019 se déroulait au cimetière de Lesconil au Carré des Fusillés la 75 ème cérémonie d’hommage aux « Fusillés de la Torche ».

La période Avril-Juin 1944 fut terrible pour notre pays bigouden. Des résistants furent fusillés par l’occupant allemand sur le site de La Torche, commune de Plomeur, et sur le site de Poulguen, commune de Penmarc’h. Les uns comme les autres ont été condamnés à mort par le même Tribunal militaire.Les fusillés de La Torche 15 jeunes de Lesconil ont été abattus les 15 juin et 23 juin sur la dune de La Torche, en Plomeur.

Le 6 juin 1944, jour du débarquement anglo-américain en Normandie, les Francs-tireurs et partisans de Lesconil reçurent d’un « jeune chef », Alex ou Jean-Marie, l’ordre d’investir, dans la soirée le bourg de Plomeur, carrefour de routes venant du Guilvinec et de Penmarc’h où stationnaient de fortes garnisons allemandes, au port et au champ de tir.