Soutenez les agents des Finances publiques 29 contre le plan de « Géographie revisitée »

Lien pour signer la pétition en ligne

Prélèvement à la source, dématérialisation des procédures et des échanges…
Nous ne sommes pas contre le changement et les réformes. On se modernise déjà depuis des années.

Mais aujourd’hui il s’agit d’un véritable démantèlement en marche forcée de la DGFIP dans le Finistère.

Suppression d’1/3 des emplois, fermetures des trésoreries, baisse de qualité du service rendu aux usagers, déplacement massif d’agents à travers le département pour conserver leurs emplois.

Cette réforme se fait dans un contexte de réduction des effectifs et vise à limiter l’accès des usagers à l’administration des Finances publiques par le seul canal de l’Internet.

Lien pour signer la pétition en ligne




Brest 15 juin, Assistant.e.s Maternel.le.s 29 en colère!

 

Assistant.e.s Maternel.le.s 29 en colère!

Samedi 15 juin 11h /Square Mathon Brest

Pique nique participatif.




Fabien Roussel : « Allons plus loin. La gauche se reconstruira dans l’action »

Fabien Roussel : « Allons plus loin. La gauche se reconstruira dans l’action »

Jeudi, 6 Juin, 2019
Dans un entretien accordé à l’Humanité Dimanche, Fabien Roussel, secrétaire national du PCF voit dans le scrutin des élections européennes, un « point de départ » pour le mouvement communiste, et pour la gauche qu’il appelle à l’action commune. « C’est maintenant que tout commence… ».

Quels sont, pour vous, les grands enseignements des élections européennes ?

Emmanuel Macron, après avoir siphonné les voix du PS en 2017, siphonne celle de la droite en 2019 et réussit à imposer son parti dans le paysage politique en faisant de l’extrême droite son vrai-faux adversaire. Nos concitoyens ne pourraient plus faire autrement que de choisir entre l’extrême droite et le libéralisme à la sauce américaine. C’est terrible comme situation politique, parce que les forces progressistes sont diminuées. Qu’elles soient unies ou non, elles sont affaiblies.

Les Français, à 50 %, sont restés chez eux et ne sont pas allés voter. Le Rassemblement national et Macron font chacun 5,5 millions de voix, quand 22 millions de Français ne sont pas déplacés pour aller mettre un bulletin dans l’urne. Je dénonce l’hypocrisie et la complicité de ces ultralibéraux au service de la finance qui prennent le risque de faire basculer notre pays et de le livrer à l’extrême droite. Les députés En marche ! se présentent comme un rempart contre l’extrême droite, dénoncent les dangers que représente le RN pour notre pays, mais dans les couloirs de l’Assemblée ou sur les plateaux télé, s’embrassent et cultivent leur complicité. Le RN et LaREM ont besoin l’un de l’autre. C’est extrêmement inquiétant.

Il y a aussi la politique menée par Macron…

Au lendemain de l’élection, nous tombent dessus en trois jours : la vente de Renault aux italiens ; l’annonce du plan social à Belfort ; et la liquidation de Whirlpool à Amiens. Évidemment que ça favorise la colère, la haine envers les puissants et les responsables politiques. Sauf que, aujourd’hui, la colère s’exprime avec un bulletin de vote RN. L’affaire General Electric est grave. Qu’il ne nous dise pas qu’il ne savait pas ! Macron a dit à son ancien conseiller, qui en est le directeur général, « attends la fin des élections pour annoncer le plan social ». Ça se voit comme le nez au milieu de la figure. C’est corruption et complicités ! Ce n’est pas l’impuissance de l’État que je dénonce mais sa complicité.

Comment interprétez-vous le score décevant du PCF ?

Le principal enseignement, c’est que, lorsque les Français sont en colère, ils utilisent le bulletin RN et non celui de la gauche ou du Parti communiste. Nous devons faire l’analyse de cette situation. Comment construire les conditions pour recréer l’espoir pour que, demain, nous, la gauche, soyons la solution. Une gauche anticapitaliste, une gauche qui s’attaque au modèle économique. Une gauche qui remet en cause les logiques économiques actuelles.

Dans cette campagne, nous avons réussi à mobiliser les militants. Nous avons réussi à convaincre des soutiens très divers au-delà des rangs du Parti communiste. Beaucoup de responsables syndicaux, d’intellectuels se tournent de nouveau vers nous. Nous disposons d’une force qui est là, qui est riche et diverse. De plus en plus de gens croient, comme nous, qu’il faut profondément changer de modèle économique. C’est un acquis important de cette campagne que nous devons à notre présence à cette élection. Mais force est de constater que nous ne sommes ni rentrés dans le cœur des quartiers populaires, ni dans celui des ouvriers, des employés, des familles qui n’arrivent plus à vivre avec moins de 2 000 euros.

Pourquoi est-ce dans les catégories sociales les moins aisées que nous faisons le moins de voix ? Nous devons comprendre pourquoi et résoudre ce problème. Nous devons aller parler aux abstentionnistes et à ceux qui utilisent un autre bulletin que le nôtre, pour leur dire que c’est le système qu’il faut changer en profondeur et que le Parti communiste apporte des réponses. Il faut que l’on redevienne une force politique qui parle prioritairement au monde du travail, aux classes populaires, aux salariés, aux employés et plus globalement à tous les exploités, qu’ils en aient conscience ou pas. Le plaisir fut grand de mener cette campagne. Nous avons été fiers d’utiliser le vote communiste pour exprimer ces idées, d’aller convaincre. Maintenant, allons plus loin.

Macron veut installer le clivage « progressistes contre populistes », le RN joue les « mondialistes contre les souverainistes », la France insoumise oppose le « peuple » et l’« oligarchie », n’est ce pas la preuve que le clivage gauche-droite est dépassé ?

Je pense qu’il faut redonner du sens à ce clivage-là. Quelle gauche ? La question fondamentale, c’est comment réussir à reprendre le pouvoir sur la finance ? Les financiers et ceux qui défendent le capital agitent toutes les peurs : celle de l’extrême droite, celle de l’étranger, celle de l’avenir de la planète… Certaines de ces problématiques sont légitimes mais on ne peut pas les dépasser sans jamais remettre en cause le système. C’est donc là le cœur de la question qui est posée à la gauche. Est-ce qu’on peut trouver des points d’accord pour commencer à remettre en cause les fondements de ce système économique ?

Autrement dit remettre du contenu de classe dans le clivage gauche-droite ?

La gauche doit prendre conscience, et nous avec, que les capitalistes sont très forts. Ils ont gagné une manche ces dernières années. Nous devons l’analyser lucidement, nous mettre autour de la table et nous poser la question de comment reprendre la main. Je n’ai pas la prétention aujourd’hui d’avoir la réponse seul. Mais il faut avoir cette humilité-là. Ce que je sais, c’est que nous sommes très forts pour dénoncer les capitalistes, les financiers, ceux qui dominent. Mais beaucoup moins forts pour parler et convaincre ceux qui sont exploités, ceux qui sont dominés.

Le monde du travail est fort quand il est uni. Nous devons changer ce modèle économique pour remettre l’homme et la planète au cœur de tous les choix. Unis, nous serons plus forts pour reprendre le pouvoir sur la finance et décider de nos vies. Ce n’est pas qu’une question d’addition, c’est une question de bataille idéologique.

Dans ce contexte, la question écologique devient de plus en plus centrale…

Il faut s’adresser à la jeunesse, à ceux qui ont placé l’écologie en tête de leurs préoccupations et leur dire qu’il n’y aura pas de politique écologique sans remettre en cause le modèle économique. Le capitalisme vert, ça n’existe pas. J’ai toujours dit que cette question devait être une priorité pour nous. Le Parti communiste français, c’est l’humain et la planète d’abord. C’est clair.

La seule solution pour exprimer l’urgence écologique n’est pas le bulletin Vert. Le PCF a des propositions et un projet communiste qui répond au défi écologique et climatique. Nous devons montrer leur lisibilité et leur cohérence. C’est un problème de culture politique, de prise de conscience. Nous devons convaincre les jeunes et, pour cela, nous devons être encore plus nombreux. Nous appelons donc à un renforcement important de notre parti en nombre d’adhérents pour avoir plus de moyens humains, pour aller parler dans les lycées, les universités, les usines et les entreprises, pour convaincre de l’urgence à changer de modèle de société.

Au soir des européennes, un camarade est venu me voir et m’a dit : « C’est maintenant que tout commence. » J’ai apprécié cette formule. Cette campagne est un point de départ.

En 2017, la France Insoumise ne faisait plus référence à la gauche. En 2019, les Verts ne font plus référence à la gauche et ils arrivent en tête. La notion de gauche a-t-elle fait son temps selon vous ?

Je ne crois pas qu’il s’agisse pour nous de faire pareil. La gauche, si elle est disqualifiée dans les urnes, existe toujours dans les têtes. Comme la droite, qui a bien compris que Macron pouvait devenir son nouveau poulain. Cela dit, ces élections posent un certain nombre de questions et il va falloir prendre le temps de la réflexion. Je veux prendre le temps de me poser, d’écouter, d’étudier, de parler avec les militants. Je vais entamer une tournée des entreprises pour aller à la rencontre de ces salariés du public et du privé, échanger avec eux. Pour entendre leurs mots, ce qu’ils vivent dans leurs entreprises.

Mais n’est-on pas à la fin d’un cycle, y compris pour la gauche ?

Oui, la gauche peut disparaître et il peut y avoir demain un paysage politique structuré entre l’extrême droite qui fait peur et les démocrates qui seraient les sauveurs. Ça serait terrible. Pour déjouer ce piège, il faut faire ce qu’ont fait nos anciens en 1789 ou lors la Commune de Paris, il faut se remettre à rêver d’un projet d’émancipation humaine égalitaire. Un programme, ça ne suffit pas. Il faut réussir à se projeter dans un rêve humaniste, progressiste, communiste qui redonne envie de s’engager en politique au sens noble. Pas pour une boutique mais pour un projet de société.

Allez-vous rencontrer les autres forces de gauche prochainement ?

Oui, mais ça ne réglera pas tout. C’est facile de se retrouver avec des forces de gauche autour d’un café pour se mettre d’accord ou se dire qu’on n’est pas d’accord. C’est autrement plus difficile d’aller convaincre 10 millions d’électeurs qu’il est possible de changer la société ensemble. Je l’ai dit à Jean-Luc Mélenchon et Olivier Faure, je suis disponible pour discuter avec tout le monde sans préalable et sans dire qu’on a une réponse toute faite.

Après, il va y avoir des élections municipales. C’est un scrutin local, que les Français aiment bien. Le mode de scrutin permet les rassemblements les plus larges. Créons les conditions partout pour faire gagner des majorités qui vont porter des idées nouvelles et produire des actes nouveaux. Des élus qui vont défendre des services publics locaux, la gratuité des transports, l’écologie… qui vont se battre pour redonner des moyens aux communes et battre la droite de Macron et l’extrême droite.

Mais la gauche, ça ne peut pas être que des alliances électorales. Comment fait-on pour empêcher la privatisation d’ADP ? Comment fait-on pour gagner un moratoire sur toutes les fermetures de services dans les hôpitaux publics ? Pour que la ligne Perpignan-Rungis, le train des primeurs, ne ferme pas ? Pour empêcher les fermetures d’usines ? C’est concret, c’est maintenant et ça change la vie des gens. On peut mener ces batailles ensemble, gagner ensemble dans le respect des identités de chaque force. « C’est dans l’action que la gauche se reconstruira. »

Je pense que, aujourd’hui, il y a besoin surtout de rassembler celles et ceux qui veulent transformer radicalement la société. Il faut aller plus loin que la « gôche » avec un accent circonflexe. Produisons les idées qui vont nous permettre de sortir du capitalisme, une rupture heureuse avec la société actuelle vers une nouvelle société. Des gens qui veulent le faire, il y en a chez les insoumis, chez les Verts, chez les socialistes et chez les communistes bien sûr, mais il y en a beaucoup plus en dehors de nos partis !

Il s’agit moins d’additionner des forces politiques que d’additionner les idées, les gens et produire des actes. Quand les gilets jaunes disent que les politiques, « c’est de la merde », et qu’il y a trop de députés. Quand j’entends des responsables syndicaux qui disent : « La politique, ça ne m’intéresse pas, j’en fais pas. » C’est ça qui doit nous préoccuper. Il faut les convaincre qu’il faut qu’ils s’intéressent à la politique. Parce que d’autres le font et construisent leur avenir à leur place. Ce sera long mais c’est incontournable pour changer le rapport de forces dans notre pays. Oui, c’est maintenant que tout peut commencer.

Entretien réalisé par Stéphane Sahuc et Cédric Clérin



Soutenir l’action du PCF

https://souscription.pcf.fr/

Les ressources financières du Parti communiste sont transparentes

Pour plus des deux tiers, les ressources financières du PCF sont constituées des cotisations des adhérents, de la contribution des élus et des dons des personnes physiques.

La part du financement public dans le budget global du PCF est la moins élevée de tous les Partis. (source : Journal Officiel cf. page 271)

Votre don, aussi modeste soit-il, contribuera efficacement à l’expression et la prise d’initiative du Parti communiste.

Il y a tant besoin

Tant besoin de se lever contre les injustices, les atteintes aux libertés et aux droits des personnes.

Tant besoin, inséparablement, d’œuvrer au rassemblement de notre peuple autour d’exigences de rupture avec la politique pratiquée depuis si longtemps et qui meurtrit si gravement notre pays.

Nous ne nous résignons pas:

A la société capitaliste et à la domination qu’elle exerce sur nos existences.
Nous sommes décidés à mettre la dynamique du Front de Gauche que nous avons initié au service de la construction d’un pacte d’union populaire, d’un projet partagé qui énonce clairement les réformes incontournables qu’une politique de gauche devrait mettre en oeuvre pour sortir la France et l’Europe de la crise.

Dans ce combat politique, votre soutien est un élément déterminant.

Il permet à ces ambitions de s’inscrire dans la vie.

Faire un don par chèque

Vous pouvez envoyer vos dons par chèque à l’ordre de ANF-PCF (Assocation nationale de financement du PCF), agréée le 08/02/1991, n° 91047, 2 place du Colonel Fabien, 75167 Paris cedex 19.

Pensez à joindre sur papier libre vos nom, prénom et adresse pour l’édition des reçus fiscaux.

ANF Parti communiste français

2, place du Colonel Fabien
75 167 Paris cedex 19

01 40 40 12 12

https://souscription.pcf.fr/




Pétition : URGENCE SANTÉ !

 

Stop aux fermetures de lits, de maternités, de services d’urgence

Signons, faisons signer la pétition à l’initiative d’Alain Bruneel

Objectif 1 million de signataires, c’est possible!

Déjà 13,859 signataires.

https://www.urgencesante.org/

Site de la Commission Santé du Pcf :
http://sante.pcf.fr/

PROPOSITION DE LOI

tendant à instaurer un moratoire sur les fermetures de lits, de services, d’établissements de santé et sur l’arrêt des regroupements dans le cadre des Groupements hospitaliers de territoire,

(Renvoyée à la commission des affaires sociales, à défaut de constitution d’une commission
spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

présentée par Mesdames et Messieurs

Alain BRUNEEL, Huguette BELLO, Marie-George BUFFET, Moetai BROTHERSON, André CHASSAIGNE, Pierre DHARRÉVILLE, Jean-Paul DUFRÈGNE, Elsa FAUCILLON, Sébastien JUMEL, Manuéla KÉCLARD-MONDÉSIR, Jean-Paul LECOQ, Jean-Philippe NILOR, Stéphane PEU, Fabien ROUSSEL, Gabriel SERVILLE, Hubert WULFRANC,

député-e-s.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Le grand débat national conçu par le Gouvernement avait délibérément écarté la santé des quatre thèmes mis en discussion. Sans surprise, les citoyens ont néanmoins placé la santé, et ses difficultés d’accès, en tête de leurs préoccupations. Et pour cause, la santé préoccupe les Français au premier chef tant il y a à dire en termes d’inégalités et d’accès aux soins.

Partout, en France métropolitaine ou dans les départements et territoires d’outre-mer, les mouvements sociaux hospitaliers se multiplient.

En 2017, plus de 1 700 mouvements de grève ont été recensés par les organisations syndicales pour sauver spécifiquement une structure hospitalière, un service ou encore pour s’opposer à des réductions de personnels.

Les fermetures de maternités se multiplient ces derniers temps, comme celles des services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR), de services d’urgences, de cardiologie ou encore de chirurgie…

Si les conséquences pour les personnels et les usagers et les territoires sont dramatiques territorialement parlant, il faut également visualiser ces fermetures sur le territoire national.

En effet, bien que ce phénomène ne soit pas spécifiquement nouveau, son ampleur et ses conséquences pour le maillage sanitaire territorial national rendent nécessaire une action urgente du législateur.

Notre système de santé est malade des politiques d’austérité

Sous l’effet des coupes budgétaires et d’un mode de financement inadapté, le déficit de l’hôpital public a atteint fin 2017 un triste et inquiétant record de 835 millions d’euros selon les chiffres de la Cour des comptes. Il s’agit quasiment du double de l’année précédente, où il était déjà de 470 millions d’euros. En cause, un manque d’investissement financier qui étrangle les établissements. Depuis dix ans, ce sont plus de 7 milliards d’euros de restrictions budgétaires effectuées sur le dos des hôpitaux.

Malgré la promesse du Président de la République de ne pas réaliser d’économies sur l’hôpital durant son quinquennat, les deux premiers budgets de son Gouvernement ont été synonymes d’asphyxie pour les hôpitaux puisqu’il leur a été demandé 960 millions d’économies sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2018, et 910 millions sur le PLFSS 2019.

L’objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM) est lui aussi victime d’asphyxie et ne correspond pas à la réalité des dépenses de soins des Français. Alors que pour faire face au vieillissement de la population et à l’augmentation des pathologies chroniques, L’ONDAM voté par le PLFSS 2019 était seulement de 2,5 % alors que les dépenses naturelles étaient évaluées à 4,5 % pour 2019.

Par leurs choix budgétaires, les gouvernements successifs ont acté la fermeture de lits, de services, d’hôpitaux et de maternités. Ils ont œuvré à regrouper des SMUR, vendre des biens fonciers et immobiliers, avancer vers plus de partenariats publics privés, externaliser des services comme les restaurations ou les blanchisseries…

L’ensemble de ces restructurations sont essentiellement guidées par des raisons purement comptables, tout en mettant en avant l’obligation de mutualisation et de sécurité dans un contexte de crise financière organisée au travers des fameux groupements hospitaliers de territoires (GHT).

Cette réalité, les parlementaires communistes y ont été confrontés au travers de leur tour de France des hôpitaux et des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Plus de 125 visites d’établissements, et des milliers de personnes rencontrées, dénonçant de manière unanime la crise dans laquelle se trouve le système de santé.

Alors que la logique financière sévit dans des lieux où l’humain devrait être la règle d’or, les auteurs affirment que la santé ne devrait pas être considérée comme une dépense.

Des constats alarmants sur la prise en charge en EHPAD

Le vieillissement de la population française est une réalité incontournable. 5 millions de Français auront plus de 85 ans en 2050 contre 1,5 million aujourd’hui. En parallèle les situations de perte d’autonomie se multiplient : 1,2 million de nos aînés ans se trouvent aujourd’hui en situation de dépendance. Ce chiffre risque de tripler d’ici 2060.

Les récentes mobilisations et évènements tragiques dans les EHPAD ont jeté la lumière sur l’insuffisance des prises en charge de la perte d’autonomie par la puissance publique.

La situation financière des EHPAD est profondément dégradée et nombre d’entre eux sont au bord de la rupture, c’est-à-dire de l’impossibilité d’exercer. À cette insuffisance des moyens financiers, s’ajoutent un manque criant de personnels et des difficultés de recrutement.

Les fractures territoriales dans l’accès aux soins ne cessent de s’accentuer dans notre pays, et viennent irrémédiablement aggraver cette situation. Le manque de présence de structures médicalisées pour les personnes âgées comme pour les personnes handicapées dans les territoires renforce les inégalités.

Les difficultés du secteur psychiatrique

« La psychiatrie ne sera plus le parent pauvre [de la médecine], j’en fais une priorité de santé », avait promis la ministre de la santé, Mme Agnès Buzyn, le 26 janvier 2018, annonçant vouloir donner davantage de moyens financiers.

Entre 1976 et 2016, le nombre de lits de psychiatrie générale a diminué de 60 % selon l’inspection générale des affaires sociales, alors que les patients à accueillir sont toujours plus nombreux, et que les effectifs manquent cruellement.

Une baisse drastique du nombre de lits d’hospitalisation

Entre 2000 et 2015, « le nombre de lits d’hôpitaux en France a diminué de 15 % », écrit l’OCDE dans une étude réalisée avec la Commission européenne, publiée le 23 novembre 2017.

Dans son panorama 2017 sur les établissements de santé, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DRESS) fait état de la suppression de 60 000 lits d’hospitalisation à temps complet en douze ans, toutes disciplines et tous secteurs confondus. La DRESS dénonce même que « la fermeture de ces lits s’est effectuée à un rythme assez régulier ».

Selon la CGT, c’est 100 000 lits d’hospitalisation qui auraient été fermés en vingt ans.

Les conséquences concrètes se mesurent alors tant sur la qualité d’accueil des patients que sur les conditions de travail des personnels qui se dégradent.

Les économies demandées aux hôpitaux vont forcément de pair avec les réductions de lits.

Les urgences sont devenues le miroir grossissant de la crise du monde hospitalier

Il existe inévitablement un lien entre la diminution du nombre de lits couplé à la défaillance de la médecine de ville et l’impressionnante augmentation des passages aux urgences. Médecins, chef-fe-s de services, infirmier-e-s, aides soignant-e-s, tous dénoncent en effet des urgences saturées et au bord de l’explosion.

Le manque de lits dits « d’aval » pour les patients devant être hospitalisés à la sortie des urgences oblige les médecins à passer un temps trop conséquent pour trouver des places dans différents services, ou encore, dans d’autres hôpitaux. Un afflux de patients qui ne peut être absorbé faute de lits d’hospitalisation d’aval. Le schéma est celui d’un cercle vicieux : la suppression de lits d’aval entraînant plus de passages aux urgences et créant ainsi un engorgement.

Alors que nous comptions 5 millions de passages aux urgences en 2000, il y a eu 21 millions de passages en 2017.

Pour illustrer ce manque de lits, le syndicat Samu-urgences a lancé un « no bed challenge » afin de recenser quotidiennement le nombre de patients forcés de passer la nuit sur un brancard. Au premier semestre 2017, plus de 36 000 patients avaient passé la nuit sur un brancard faute de lits d’hospitalisation, chiffre recueilli auprès des 150 services d’urgences participants.

Ces conditions de prises en charge dans les services d’urgence posent également la question de la sécurité des patients.

Deux tiers des maternités ont fermé en 40 ans

Les fermetures de maternités se multiplient : Oléron-Sainte-Marie, Die, Brive, Saint-Claude, ou plus récemment celles du Blanc, de Bernay ou encore de Creil.

Alors que le nombre de naissances restent relativement stables (autour de 800 000), les maternités ont vu leur nombre baisser drastiquement, passant de 1 369 en 1975, à 814 en 1996 pour arriver à 498 maternités en 2016. Il est à noter la division par 2 en vingt ans.

En 2019, 167 000 femmes en âge d’accoucher doivent faire un trajet de 45 minutes au moins pour consulter une sage-femme ou se rendre à la maternité la plus proche.

Dans un département rural comme le lot, en 2018 c’est dix-sept accouchements qui ont eu lieu sur le bord de la route en raison de la fermeture des maternités de proximité.

La nécessité d’un moratoire sur les fermetures d’établissements et de services

Nos collègues sénatrices et sénateurs communistes avaient déposé une proposition de loi exigeant un moratoire sur les fermetures de services, d’établissements ou leur regroupement en 2014. À l’époque la ministre de la santé Mme Marisol Touraine avait répondu que « nous ne conduisons pas, comme nos prédécesseurs, une politique de fermeture des hôpitaux. » Force est de constater que depuis 2014, les fermetures se sont poursuivies malgré les engagements des ministres successifs, passant de 3 111 établissements de santé en 2014 à 3 065 établissements de santé en 2016, en France. Il est à noter que rien que pour les établissements du secteur public, sur la même période, quarante établissements ont fermé définitivement leurs portes.

La tendance à la suppression des lits, des services et des établissements s’est poursuivie dans une logique de concentration et de mutualisation des équipements et des ressources humaines autour de pôle d’excellence au sein des GHT. L’argument, déjà utilisé à l’époque, consiste à mettre en avant le non-respect des établissements des règles de sécurité, pour argumenter et faire accepter les fermetures de structures hospitalières de proximité.

Les GHT assèchent l’offre publique des soins de proximité. La mise en place de ces GHT conduit à concentrer l’activité hospitalière dans les grosses structures et fermer les hôpitaux de proximité, ce qu’a constaté la commission d’enquête sur l’égal accès aux soins en 2018. De plus, toujours en 2018, le rapport du Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie signale qu’aucune évaluation n’a été faite depuis en dépit de nombreux dysfonctionnement importants dans ces GHT.

Les parlementaires communistes n’ont cessé d’alerter le Gouvernement sur l’ampleur de la crise du système de santé. Il ne s’agit pas de répondre à celle-ci par un énième plan santé ou en prônant le virage ambulatoire ou encore en vantant les mérites de la e-santé. En janvier 2018, lors d’une semaine de contrôle de l’Assemblée nationale, le député Alain Bruneel interpellait déjà la ministre de la santé à ce sujet : « Les restructurations et les concentrations sauvages voient des GHT mastodontes côtoyer les déserts médicaux. Les salariés sont épuisés, le nombre de suicides explose. Les plans d’économies continuent alors qu’il manque déjà cruellement de personnels, de lits et de matériels. Cela met en danger les soignants comme les patients. »

Depuis, rien n’a changé et tous les voyants demeurent au rouge. Pire, la fermeture des hôpitaux de proximité freine l’installation de médecins généralistes dans certaines zones, craignant de s’installer dans des « déserts médicaux ». L’horizon est donc à la mise en place d’une médecine à deux vitesses au détriment des territoires oubliés et où la proximité serait la victime collatérale des géants hospitaliers.

Selon les auteurs, il n’est pas possible de laisser les agences régionales de santé (ARS) décider seules du futur paysage du service public hospitalier. Celles-ci, faute d’une réelle démocratie sanitaire où seraient pleinement associés les usagers, les personnels et les élus, semblent avoir fait primer l’objectif de réduction des dépenses publiques sur l’objectif prioritaire : la satisfaction des besoins en santé des populations par la garantie d’accès aux soins – y compris hospitaliers, dans des délais, aux tarifs opposables et à une distance raisonnable.

Il y a dix ans déjà, selon un sondage réalisé par l’institut Ipsos, 17 % de nos concitoyens déclaraient avoir renoncé aux soins « pour des raisons d’éloignement géographique ». Avec la multiplication de fermetures de services, d’hôpitaux et de maternités de proximité, la situation n’a pu que se dégrader au point qu’aujourd’hui, c’est tout le maillage sanitaire de notre pays qui est remis en cause et par voie de conséquence, l’accès de toutes et tous aux soins.

Ces derniers mois, les mobilisations contre les réorganisations, fermetures de services ou réduction de personnel se sont succédé sur tout le territoire national.

Pour les auteurs, la situation actuelle s’apparente à une véritable hémorragie sanitaire. Il faut mettre fin aux fermetures d’établissements de santé, de lits ou de services, jusqu’à ce qu’une offre de santé au moins équivalente, pratiquant le tiers payant et les tarifs opposables soit garantie aux populations concernées.

Stopper les restructurations à marche forcée permettrait également de repenser dans la sérénité la place de l’hôpital public dans un territoire à dimension humaine. Il serait l’occasion de prendre le temps d’une élaboration démocratique de l’évaluation des besoins et des projets médicaux en lien avec les organisations syndicales des personnels, les élus, les associations d’usagers.

La population, sur l’ensemble du territoire français, dans sa diversité, doit pouvoir avoir accès à un hôpital public et une maternité de proximité, dans la continuité de soins et de prestations, intégrant une offre publique ambulatoire avec des équipes en nombre suffisant et bien formées et rémunérées.

PROPOSITION DE LOI

Article 1er

À compter de la promulgation de la loi n°        du        tendant à instaurer un moratoire sur les fermetures de services, de lits ou d’établissements de santé, et jusqu’à ce qu’une offre de santé au moins équivalente, pratiquant le tiers payant et les tarifs opposables soit garantie à la population concernée, plus aucun établissement public de santé ne peut être fermé ou se voir retirer son autorisation, sans l’avis favorable du conseil de surveillance de l’établissement et des conseils territoriaux de santé .

La commission médicale d’établissement et le comité technique d’établissement sont également consultés. Leur avis est joint à ceux prononcés par le conseil de surveillance de l’établissement et la conférence de santé du territoire et adressé au directeur de l’agence régionale de santé qui en tire toutes conséquences utiles.

Article 2

Les dispositions mentionnées à l’article précédent ne sont pas applicables aux établissements publics de santé qui présentent un risque grave et imminent pour la santé et la sécurité des personnels, de ses usagers ou des personnes présentes à d’autres titres dans l’établissement.

Un décret en conseil d’État précise les conditions dans lesquelles le directeur de l’agence régionale de santé fait application du premier alinéa, ainsi que les voies de recours devant l’autorité administrative.

Article 3

La charge pour l’État est compensée à due concurrence par la création d’une taxe additionnelle aux droits mentionnés aux articles 575 et 575 A du code général des impôts.

 




Lesconil 14 juin, 75°anniversaire des Fusillés de La Torche et de Poulguen.

Une Histoire de la Guerre et de la Résistance en Pays Bigouden 1940-1944

Photo prise du haut du clocher de Plobannalec lors de l’inhumation provisoire des 15 résistants de Lesconil fusillés à La Torche. source : site bigouden1944.

Vendredi 14 juin 2019 Lesconil

Salle de l’Amicale Laique / 18 h

entrée libre

Conférence : Diaporama — Récits

Gaston BALLIOT et Jean KERVISION

auteurs du site Internet « bigouden1944 »

www.bigouden1944.wordpress.com

Une résistance très active : départs vers l’Angleterre, tracts clandestins, sabotages, récupération d’armes en mer, aide a aviateurs tombés.

Répression féroce : grandes rafles, déportations, massacres. 15 résistants de Lesconil ont été fusillés a La Torche en Juin 1944 35 résistants ont été massacrés a Poulguen Beaucoup de noms de rues de nos communes évoquent ces martyrs.
Le pays bigouden a payé un trés lourd tribut. Ces courageux combattants luttaient pour libérer le pays du joug de l’occupation nazie et du régime fasciste. Ils avaient aussi foi dans l’avenir et combattaient pour un monde meilleur dans lequel régnerait la Paix, la Justice, la Fraternité. Un monde débarrassé du racisme, de la xénophobie, des discriminations.

Restons vigilants.

A l’initiative de la section Bigoudène du PCF.




Les postiers bigoudens en grève !

Les communistes du Pays Bigouden soutiennent l’action de grève entamée depuis jeudi 23 mai 2019 par 90 % des postiers du centre de tri postal de Pont-l’Abbé.

 

Samedi 25 mai 2019 une délégation des communistes du Pays Bigouden est allée à la rencontre des salariés et des fonctionnaires de la plate-forme industrielle de courrier de Pont-l’Abbé.

Les postiers sont depuis plusieurs années confrontés aux différentes réorganisations concoctées (sans sérieuses concertations avec les représentants du personnel) par les directions locales et régionales. Ces réorganisations à l’économie entraînent des surcharges de travail dramatiques qui viennent d’atteindre un niveau insupportable pour de nombreux agents, parmi lesquels les victimes de burn-out sont de plus en plus nombreuses. La mission de service public de la Poste s’en trouve fortement dégradée.

Le Parti communiste apporte son soutien sans réserve aux revendications des postiers en lutte pour défendre leurs conditions de travail, l’emploi et la qualité du service public.

Chacun mesure ce qu’il en coûte d’être obligé de se mettre en grève pour se faire entendre et respecter.

Le PCF remercie les postiers pour l’engagement dont ils font preuve à longueur d’année pour le maintien et le développement des services rendus à la population où la poste tient un rôle essentiel.

A Pont-l’Abbé le 25 mai 2019




Pétition : Appel à Soutien pour la ferme de Bastien (Guerniec)

(Photo : Ouest-France)

Bastien Moysan, pêcheur paysan à Daoulas cultive les terres en bio de sa famille depuis quinze ans (Ferme du Guerniec).

A l’issue d’une indivision, procédure judiciaire par adjudication, Bastien s’est présenté légitimement à la vente aux enchères de ces terres qu’il travaille (terres labourables, prairies humides et bois), 30ha mis en vente à 40000€.

Quatre exploitations agricoles des alentours se sont présentées à la vente et ont enchéri trois fois le prix de base. Deux d’entre eux ont achetés ces terres. Ils possèdent déjà plusieurs centaines d’hectares chacun, voir plus d’un millier pour l’un d’entre eux.

Pour eux, ce n’est qu’un investissement minime alors que pour nous c’est la vie d’un paysan et de sa famille qui est en jeu.

Nous souhaitons que cette ferme puisse poursuivre ses activités.

Afin de conserver ces terres, Bastien a effectué les démarches de demande de préemption auprès de la Safer, dans le but de bloquer la vente. La décision sera prise lors de la prochaine commission Safer le 18 juin.

Nous apportons un soutien pour que Bastien puisse conserver les terres agricoles qu’il cultive.

N’hésitez pas à partager la pétition.

Article Ouest-France

Lien vers la pétition




12 juin, Mobilisation pour un retour à l’inconditionnalité de l’hébergement d’urgence dans le Finistère.

Pour un retour à l’inconditionnalité de l’hébergement d’urgence
dans le Finistère.

Brest (place de la Liberté) 

Quimper (place de la résistance)

le mercredi 12 juin à 18h30

Qu’est-ce que l’hébergement d’urgence ?
L’hébergement d’urgence est un dispositif d’aide et d’accompagnement pouvant être délivré aux personnes sans abri et en difficulté sociale. Pour le solliciter, il faut faire le 115 qui est un numéro d’urgence comme l’est le 18 pour les pompiers, ou le 15 pour le Samu. Ce dispositif, ainsi prévu pour mettre à l’abri les personnes sans ressources lorsque cela est possible, est un dispositif de l’État mais dont l’organisation se fait à l’échelle du département.
Sur le principe, la plateforme du 115 s’appuie alors généralement sur les disponibilités des CHRS ou des prises en charges hôtelières pour mettre à l’abri les personnes sans ressources. Malheureusement, il n’y a pas toujours assez de place pour toutes les personnes qui appellent le 115, et les « gestionnaires » de la plateforme ne parviennent pas à trouver une solution dans toutes les situations.
Aujourd’hui nous ne sommes (même) pas là pour évoquer ou dénoncer le manque de place d’hébergement à l’échelle du territoire… Les structures autour de la table aujourd’hui veulent par contre dénoncer le fait que, depuis une date assez récente, dans le département, le 115 (ou plutôt le dispositif d’hébergement d’urgence), ne repose plus sur son principe fondamental qui est celui de l’inconditionnalité.
Ça veut dire quoi l’inconditionnalité ?
Ça veut dire que tout le monde peut appeler le 115. Ça veut dire que toute personne à la rue, sans ressource, en difficulté, peut solliciter l’aide à l’hébergement de ce dispositif. On peut (malheureusement) lui répondre qu’il n’y a plus de place, mais on ne peut pas lui répondre qu’elle n’y a pas droit !
Or, aujourd’hui dans le Finistère, la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale), sous les ordres du Préfet, donne comme consigne aux gestionnaires du 115 de ne pas traiter ou solutionner les appels provenant de personnes étrangères sans-papiers ou en cours de démarche pour obtenir une régularisation. Aujourd’hui, dans le Finistère, les salarié-e-s du 115 sont contraint-e-s de répondre aux étranger-e-s sans-papiers à la rue, et quelque-soit leur « détresse », qu’ils-elles ne peuvent pas avoir d’hébergement d’urgence. Ces salarié-e-s étaient d’ailleurs récemment en grève pour dénoncer ces consignes préfectorales.
Pourtant, la loi sur le logement de 2014 et le Code de l’Action Sociale et des Famille prévoient que : « Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence […] » (art. 345.2.2). Cette loi est ainsi régulièrement bafouée par la préfecture du Finistère.
 
Nous, associations et collectifs qui conseillons et accompagnons des femmes victimes de violences, des personnes sans-papiers, des jeunes majeur-e-s isolé-e-s, etc., dénonçons ces consignes territoriales, qui sont discriminatoires et donc racistes. La préfecture n’a pas à poser la condition de la régularité de séjour pour autoriser l’accès au dispositif d’hébergement d’urgence ! Et nous exigeons alors que soit rétablit le principe de l’aide inconditionnelle à l’hébergement d’urgence pour toute personne qui en a besoin.
Nous appelons à nous rassembler/manifester, à
Brest (place de la Liberté)
et à Quimper (place de la résistance)
le mercredi 12 juin à 18h30.
Nous appelons toutes les structures et groupes, mobilisé-e-s sur cette question, à nous rejoindre.
 
Signataires au 08.06.2019 : 100 pour un toit Cornouaille, 100 pour un toit de Landerneau, 100 pour un toit de Quimperlé, 100 pour un toit Saint Pol, Abri côtier urgence femmes de Concarneau, Abri Côtier de Quimperlé, Accueil des réfugiés dans le Cap, ADJIM Accompagnement des jeunes isolés migrants, Cimade du Finistère, Collectif Adé-Brest, Collectif aidons les réfugiés Brest, Collectif citoyens solidaires de Cornouaille, Droit d’asile Quimper, Digemer, EELV Kemper Kerne, France Insoumise de Quimper, Fraternité Douarnenez, Fraternité Quimper, FSU 29, Ligue des droits de l’Homme du Finistère, Morlaix-libertés, Nouvelle Donne Finistère, NPA 29, PCF29, Planning familial 29,Solidarité Côte des Légendes, le Temps partagé, Travesias, Zéro personne à la rue…



Vidéo : Jeudis Rouges – Jean Quétier – Populisme de gauche: Une balle dans le pied ?

Le populisme de gauche est devenu une référence théorique fondamentale pour différents mouvements progressistes. Du rôle qu’elle accorde aux leaders, à la place qu’elle laisse aux affects en passant par la critique qu’elle adresse à la démocratie directe, cette approche ne va pas sans poser problème.

Jean Quétier Agrégé de philosophie rédacteur en chef de Cause Commune, la revue d’action politique du PCF.

Conférence enregistrée le 25 avril 2019 à Quimperlé.




Organisation des fêtes du Travailleur de la Mer : Appel à la jeunesse !

Appel aux jeunes,

 

Vous êtes étudiants ou en activité professionnelle, certains parmi vous ont déjà des projets pour les vacances de cet été : loisirs, voyages en famille ou entre amis, petit job d’été, d’autres vont s’atteler aux révisions en vue de passer un examen ou pour mieux appréhender la rentrée scolaire prochaine… D’autres encore n’ont tout simplement rien prévu laissant au hasard des rencontres le soin de satisfaire ou non leurs envies.

Quels que soient votre situation et vos projets, les communistes du Pays Bigouden s’adressent à tous ceux qui parmi vous pourraient nous consacrer un peu de temps, car nous avons besoin de « 109 » personnes pour perpétuer nos trois fêtes du « Travailleur de la mer » qui ont lieu chaque année entre juillet et août.

Ces trois fêtes qui font partie du patrimoine local, en étant  inscrites au programme des estivales édité par les offices de tourisme du Pays Bigouden, auront lieu aux dates suivantes :

LE GUILVINEC samedi 6 juillet 2019

LESCONIL samedi 20 juillet 2019

LOCTUDY samedi 17 août 2019

Au-delà des tâches pratiques que nous vous demanderons d’effectuer bénévolement et en tenant compte le mieux possible de vos préférences *, vous aurez aussi la possibilité d’échanger (si vous en sentez le besoin et si vous n’êtes pas allergiques à la couleur rouge) avec des camarades sur les évènements actuels ou anciens et  d’avoir aussi des éléments de réponses pour ceux qui s’interrogent à propos de l’idée communiste.

Bref, entamer en toute fraternité dans une ambiance festive des discussions autant bénéfiques pour vous que pour nous, qui contribuerons certainement à faire tomber tous ces clichés que l’on entend aussi bien à propos des communistes que de la jeunesse actuelle.

Nous contacter par mail : federation@29.pcf.fr

Bulletin d’inscription à renvoyer :

Docx: Bulletin inscription fêtes du « Travailleur de la mer »

Pdf : Bulletin inscription fêtes du Travailleur de la mer




Les fêtes du Travailleur de la Mer – Trois fêtes d’été du PCF Pays Bigouden: Guilvinec, 6 juillet, Lesconil, 20 juillet, Loctudy, 17 août 2019.

Les fêtes d’été du Pays Bigouden réunissent chaque année environ 2000 personnes, avec un point d’orgue à Lesconil le samedi 20 juillet cette année (700-800 personnes à manger).

Ce sont des moments très sympas, très importants pour la visibilité des idées et de la force militante du Parti communiste, mais c’est une grosse et lourde organisation pour nos camarades du pays bigouden, un travail collectif intense, qui actuellement repose en partie sur des sympathisants et les copains du Pays Bigouden ont besoin de l’aide des camarades du Finistère pour travailler aussi sur ces fêtes.

Et tout particulièrement de nos jeunes camarades ou sympathisants.

Ci-joint un appel à faire circuler et populariser.

Soyons solidaires sur nos initiatives militantes finistériennes.

A vos agendas! Pour y participer, pour y donner un coup de main.
Ces trois fêtes qui font partie du patrimoine local (elles sont inscrites au programme des estivales édité par les offices de tourisme du Pays Bigouden) auront lieu aux dates suivantes :

LE GUILVINEC samedi 6 juillet 2019 

LESCONIL samedi 20 juillet 2019 

LOCTUDY samedi 17 août 2019

L’union fait la force!!!

Ismaël Dupont




37 associations et organisations du Finistère dénoncent la politique migratoire du Préfet dans notre département.

Nous, soussignées, associations ayant vocation à accueillir dans la dignité les migrants arrivant dans le Finistère, à les soutenir au quotidien et à défendre leur accès aux droits, souhaitons vous alerter sur le fait que, depuis quelques mois, nous sommes saisies de situations humainement insupportables, d’une ignominie jamais égalée dans notre département

En effet, ces derniers temps, nous accompagnons trop de migrant.e.s munis de promesses d’embauche qui ne demandent qu’à être honorées et à qui la préfecture refuse systématiquement de délivrer une autorisation de travail. Nous rencontrons trop de personnes présentes depuis plus de 5 ans, les enfants scolarisés , ayant fait une demande de titre de séjour pour « Vie privée et familiale » qui reste pendant des mois sans réponse de la préfecture ou trop souvent refusée , laissant les personnes en errance administrative et donc matérielle. Nous avons suivi trop de personnes résidant dans notre pays, détentrices d’un titre de séjour depuis parfois 7 ou 8 ans, avec des enfants, titulaires d’un contrat de travail, souvent même d’un CDI, d’un bail de location dans le secteur privé, acquittant leurs impôts, mais personnes « étrangères » n’ayant eu aucun problème de droit commun qui se voient opposer du jour au lendemain un non renouvellement de leur titre de séjour sans raison sérieuse ni même compréhensible. Elles perdent alors leur travail, leur logement et tout moyen de subsistance, alors que les emplois existent dans l’agroalimentaire, la restauration, ou le bâtiment…

Dans toutes ces situations, ces personnes perdent tout droit social et économique. Les décisions préfectorales parfaitement arbitraires les jettent alors à la merci des trafiquants en les contraignant à côtoyer une économie parallèle de survie.

Concernant l’hébergement d’urgence, comment peut-on encore entendre parler d’un « budget grevé par le coût exorbitant de l’hébergement d’urgence des migrants », quand on constate que la DDCS demande à une famille de quitter un hôtel entrée de gamme du pays de Brest – malgré des places disponibles – pour un hôtel confortable au centre-ville de Morlaix, avec des nuitées trois fois plus chères sans compter les frais de transport en taxi. Leur accès aux soins et aux démarches administratives à Brest est rendu considérablement plus difficile. Ces situations se sont renouvelées trop souvent pour qu’on ne puisse pas voir dans ces mesures d’éloignement une sanction vis à vis de parents qui ont simplement fait valoir leurs droits à bénéficier d’un toit pour leur enfants en situation de vulnérabilité ?

Enfin, nous dénonçons avec la plus extrême fermeté la multiplication des situations de femmes enceintes, de très jeunes enfants, d’enfants souffrant de handicap, ou de personnes gravement malades, même parfois en fin de vie, à qui une demande d’hébergement a été prescrite par les services médicaux, qui sont laissées délibérément à la rue. Voilà ce qui nous autorise à parler d’ignominie dans la politique d’accueil des migrants dans notre département.

Face à ces situations qui auparavant trouvaient des solutions et n’en trouvent plus aujourd’hui, une formidable solidarité silencieuse s’organise dans le Finistère. Il vous appartient de connaître, madame, monsieur, tout le travail associatif fait par des milliers de nos concitoyens en termes d’accompagnement, d’orientation, de soutien, d’hébergement, d’éducation, … qui pallie les carences de l’État dans notre département.

Quel que soit le parti politique en responsabilité dans les années à venir, quelle que soit la politique migratoire qu’il entend mener, quelle que soit la politique de répression à l’encontre de ces acteurs de la solidarité, ce travail sera poursuivi et amplifié, autant que nécessaire, pour apporter une réponse humainement digne à des situations insupportables que nous ne laisserons pas perdurer dans nos villes et nos villages.

En attendant des jours meilleurs, nous nous demandons ce qui peut justifier une politique aussi inhumaine dans le Finistère. Une politique qui, nous semble-t-il, est bien plus sévère et inflexible à l’égard des migrants que la politique du gouvernement en la matière. Le préfet du Finistère est garant de la continuité de l’État dans le département.

 

Veuillez croire, Madame, en notre attachement profond aux valeurs de la République.

 

37 associations et organisations du Finistère

 

Ligue des droits de l’Homme Finistère, Digemer et ses 17 collectifs locaux, La Halte, MRAP, Collectes Solidarité Réfugiés Pays de Brest, Adjim, 100 pour un toit Saint Pol, Le Temps partagé, Solidarité Migrants Pays de Morlaix, Cent pour un toit Pays de Quimperlé, Zéro personne à la rue, Collectif Aidons les réfugiés Brest, Collectif humanité Plouguerneau, Accueil Solidarité Saint Urbain, Cent pour un toit Landerneau, 100 pour un Toit Cornouaille, Morlaix-libertés, Accueil des réfugiés dans le Cap, Utopia56, D’ici Demains, 100 pour 1 toit Le Relecq-Kerhuon, 100 pour 1 toit Brest Mêm’

 

ATTAC Brest, UEP, La Ligue de l’Enseignement, ATD Quart monde Brest et Landerneau, Libre pensée 29, Les utopistes en action, Planning familial, Paresse, Alternative pour l’UBO

 

Les unions syndicales départementales du Finistère CFDT, CGT, CNT, FSU, SUD/Solidaires et UNSA.




Morlaix 12 juin, hommage à Henri Rol-Tanguy en présence de son fils Jean Rol-Tanguy.

Le Parti communiste appelle à rendre hommage à Henri Rol-Tanguy en présence de son fils Jean Rol-Tanguy, à l’occasion de l’anniversaire de sa naissance à Morlaix en 1908, et à célébrer les valeurs de la Résistance.

Mercredi 12 juin, 16h

Place Rol-Tanguy, devant la gare de Morlaix.

Place Rol-Tanguy, gare de Morlaix, mercredi 12 juin, à 16h, hommage commémoratif pour l’anniversaire des 111 ans de sa naissance au colonel Rol-Tanguy, militant ouvrier, héros de la Résistance et des Brigades Internationales.  

Le 12 juin 1908, Henri Rol-Tanguy naissait en gare de Morlaix d’un accouchement précipité. Ses parents habitaient Brest et son père travaillait dans la marine. Il est décédé à Paris le 8 septembre 2002 après une vie d’engagement bien remplie.

111 ans plus tard, alors que l’extrême-droite est redevenue une menace véritable pour les valeurs humaines et démocratiques en France et en Europe, au moment où le président Macron, après d’autres présidents au service du monde de la finance, détruit méthodiquement l’héritage de la République sociale issue des combats de la Résistance, l’héritage social et démocratique du Conseil national de la Résistance, le Parti Communiste Français – la section du pays de Morlaix et la Fédération du Finistère – appellent à rendre hommage à ce héros de la Résistance et des Brigades Internationales que fut Henri Rol-Tanguy, et à travers lui, aux idéaux de la Résistance, si actuels et plus que jamais nécessaire aujourd’hui, dans cette époque de basculement extrêmement troublée et dangereuse.

Tous les citoyens, élus, associations, militants syndicaux et des droits de l’homme, anciens combattants, amis de la Résistance qui veulent rendre hommage à Rol-Tanguy et se reconnaissent dans ces valeurs qu’il a défendu par ses combats aux premières loges de l’Histoire à participer à l’hommage rendu à Henri Rol-Tanguy le 12 avril 2019 à 16h.

Cet hommage à Rol-Tanguy le jour de l’anniversaire de sa naissance est d’autant plus nécessaire que, malgré la rénovation de la Gare de Morlaix, qui a pourtant coûté des millions d’euros, la petite plaque d’hommage datant de l’inauguration de la place, est aujourd’hui très dégradée et dans un triste état, cantonnée dans un endroit éloigné et peu reluisant, alors même que  nous avons alerté sur ce problème et demandé à ce qu’une installation mémorielle digne de ce nom, avec pourquoi pas le financement d’une œuvre d’artiste dédiée à Rol-Tanguy et à la mémoire de la Résistance, puisse accompagner l’arrivée de la nouvelle esplanade de la gare.

***

Henri Rol-Tanguy  fut un des dirigeants de la Résistance qui a organisé la Libération de Paris. Paris libéré par l’insurrection de son peuple.  Après quatre ans sous le joug allemand. L’action armée des résistants unis au sein du F.F.I. conjuguée avec le soulèvement de la population parachevée par les blindés  de Leclerc a chassé l’occupant et conduit à la signature de l’acte de la capitulation auquel participe Rol-Tanguy. « Nous avons donné le coup de grâce à l’ennemi, mais Paris était déjà aux mains des Parisiens »   (Eisenhower, commandant en chef des forces alliées en Europe). Le premier détachement Leclerc et celui du Capitaine Dronne étaient composés de républicains espagnols. Juste retour des choses… Comme des milliers d’autres militants français, Henri Tanguy, alors syndicaliste CGT de la métallurgie, ouvrier chez Citroën, et communiste, s’ est engagé dans les Brigades Internationales pour défendre la république espagnole contre Franco qui était appuyé par les nazis et les fascistes italiens. Son courage, son combat pour un monde de Liberté, d’Egalité, de Fraternité sont des exemples pour notre époque et il importe que les générations présentes, jusque-là épargnées par les tempêtes de l’histoire, n’oublient pas ce que le rétablissement de la démocratie et la lutte contre le fascisme doivent au dévouement de ces hommes pétris d’idéal et d’altruisme qui ont su dire non à la fatalité de la régression et de la barbarie. Henri Rol Tanguy a su aussi s’engager dans les batailles de l’après-guerre: la reconstruction et l’application du programme de transformation sociale et économique bâti par le CNR. Henry Rol-Tanguy fut longtemps président de l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance et il eut l’occasion de revenir de nombreuses fois à Morlaix à ce titre. La femme de Rol-Tanguy, Cécile, résistante elle aussi, est encore vivante, et à 100 ans, continue à porter les valeurs de la résistance et du devoir de mémoire.

Rol-Tanguy à la fête de la Bretagne du PCF dans le Sud Finistère, avec Alain Signor, Paul Le Gall, Pierre Le Rose, dirigeants communistes départementaux dans l’après-guerre,et des résistantes bigoudènes (archives Pierre Le Rose)

 




Morlaix 8 juin : L’exil des réfugiés républicains espagnols pendant la guerre d’Espagne

L’exil des réfugiés républicains espagnols pendant la guerre d’Espagne avec José Colina.

La Maison du Peuple de Morlaix joua un rôle central pour la région dans l’organisation de l’aide aux réfugiés espagnols et aux républicains de 1936 à 1939 pendant la guerre d’Espagne.

 

Samedi 8 juin, à 17 h, à la Maison du Peuple de Morlaix –

1 impasse de Tréguier.

José Colina interviendra sur son livre « Exilés » et l’exode des réfugiés espagnols pendant la guerre d’Espagne.

Entrée libre. Organisé par la Maison du Peuple de Morlaix et l’Institut d’Histoire Sociale CGT.

A 14 h, à la librairie Dialogues, José dédicacera son ouvrage.

La Maison du Peuple de Morlaix




Morlaix 11 juin, Conférence chantée : de la fin de la première guerre mondiale à la création du Parti communiste français.

Conférence chantée, 1917-1920, de la fin de la première guerre mondiale à la création du Parti communiste français, éléments d’histoire et de contexte.

Mardi de l’éducation populaire du PCF Morlaix, mardi 11 juin 18h

Local  PCF, 2 petite rue de Callac à Morlaix (derrière le Corto Maltese)

Interprétation des chansons de lutte et musique:

Roger Héré – Patricia Paulus – Jean-François Vérant

Tableaux historiques ponctuées de chants:

 » La semaine anglaise »
« Ce n’est pas en France »
« Tragique ballade des tranchées »
« Chanson de Craonne »
« Hanging and the old barbed wire »
« Salut aux marins de la mer noire »
« Odessa Valse »
« C’est nous les vainqueurs »
« Le lion populaire »




Vidéo : Diaporama de la campagne européenne en Finistére.

Vous l’attendiez avec impatience ! Voici le diaporama de notre campagne dans le Finistère (Côtes d’Armor un peu aussi..) Un territoire labouré, des militants déchainés, .. Bref une campagne de dingue !! Alors le 26 Mai il ne faut pas se tromper. Votons Ian Brossat.

Merci à l’ensemble des militants, sympathisants, soutiens pour le magnifique boulot.

Un grand merci à Arthur Hay Loïc Pen Maryam Madjidi Marie-Hélène Bourlard Marie Pierre Vieu Patrick Le Hyaric Ian Brossat Lassana Bathily pour leur messages et/ou passage dans notre belle région.




Vidéo : Quimper, Rencontre avec Lassana BATHILY


ans le cadre des élections Européeenes du 26 mai 2019 Glenn Le Saout , candidat PCF sur la liste de Ian BROSSAT « POUR l’Europe des Gens CONTRE l’Europe de l’Argent », et Lassana BATHILY, président du comité de soutien de la liste PCF de Ian BROSSAT sont venus à la rencontre des Quimperois le 18 mai 2019 GLENN LE SAOUT, 20 ans, étudiant salarié, bénévole en club sportif, ancien président de la FIDL Bretagne LASSANA BATHILY, 28 ans, franco-malien, dont le monde entier a salué l’action courageuse et pleine de sang-froid pour sauver des vies à l’hyper cacher lors du massacre djihadiste de 2015, président du comité de soutien de Ian Brossat et de la liste « ‘Europe des gens contre l’Europe de l’argent » soutenue par le PCF et République et Socialisme.




Vidéo : Bref. Les camarades Bretons en Campagne pour Ian BROSSAT

La campagne des communistes bretons en soutien à la liste de Ian Brossat pour les élections européennes 2019.




Jeudis Rouges, 23 Mai, L’Union européenne au défi des Balkans

Jeudis Rouges!
Comprendre, Agir, Risposter
L’Union européenne au défi des Balkans
avec Jean-Arnault Dérens, Rédacteur en chef du Courrier des Balkans

Jean-Arnault Dérens viendra expliquer, le 14 juin, un périple effectué sur un voilier, au croisement des peules et des migrations.

Espace Benoîte Groult
3, avenue du Coat Kaër – 29300 Quimperlé
Jeudi 23 mai 2019, 18 h30
Salle ISOLE
A l’instant où s’achève la campagne pour les élections européennes, on a bien peu parlé des Balkans. Certains pays de la région ont déjà rejoint l’Union, comme la Bulgarie, la Croatie, la Roumanie ou la Slovénie, les autres
sont tous candidats, comme l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine ou la Serbie. Depuis deux ans, la France d’Emmanuel Macron s’oppose à la relance du processus d’intégration, au risque de voir des courants nationalistes et autoritaires reprendre de plus en plus d’influence dans ces pays.
Dans le même temps, alors que les pays des Balkans se vident de leurs forces vives, qui partent travailler en Europe occidentale, l’UE assigne à ces Etats une nouvelle fonction de « gardiens » de ses frontières extérieures.
En 2015, plus d’un million de migrants et de réfugiés avaient emprunté la « route des Balkans », et les flux ne cessent à nouveau d’augmenter en ce printemps 2019.
Parler des Balkans, c’est en fait parler d’une Europe périphérique, de plus en plus marginalisée, mais c’est aussi parler des nouveaux équilibres économiques, sociaux, politiques et sécuritaires qui se dessinent à l’échelle du
continent tout entier.
Jean-Arnault Dérens est historien, journaliste et écrivain. Rédacteur en chef du Courrier des Balkans, il collabore régulièrement à Mediapart, au Monde Diplomatique, à Ouest France
Pour préparer la soirée :
Là où se mêlent les eaux. Des Balkans au Caucase dans l’Europe des confins, avec Laurent Geslin éditions La Découverte, 2018.
Plus d’information contactez:
pcfpaysdequimperle@gmail.com
Organisé par le réseau d’initiatives «partage des savoirs» du PCF en Bretagne sud.



Brest 22 Mai, Speed Meeting organisé par la ligue de l’enseignement avec Glenn Le Saoût.

A l’invitation de la ligue de l’enseignement, Glenn Le SAOUT participe au Speed Meeting Européennes le mercredi 22 mai de 18h à 20h à l’atelier Idéal 61 rue Pen Ar Menez à Brest avec d’autres représentants des listes concurrentes aux élections européennes.
Voici la liste des partis politiques et des candidats/représentants :
  • Forough Salami : PS – Place Publique
  • Valérie Lecerf Livet : LR
  • Glenn Le Saout : PCF
  • Pierre-Yves Cadalen – FI
  • Karen Aubert : Génération.s
  • Anne Maëlys Rannou : LREM




Non au sabordage de l’UBO, l’Université de Bretagne Occidentale. Pétition en ligne!

Nous relayons ici la pétition du comité de mobilisation de l’UBO qui en est l’initiateur.

https://www.change.org/Non au sabordage de l’UBO

Sans concertation et au mépris des étudiants, des personnels, des départements, le Président et ceux qui l’ont soutenu ont décidé unilatéralement de supprimer 1/12 des heures de cours dans toutes les licences et les masters de l’UBO dés la rentrée prochaine. Sur les trois prochaines années, il souhaite supprimer au total 1/6 du volume horaire dispensé à l’UBO en fermant des options, des parcours, des formations à partir de 2020.

Non au coup de rabot généralisé sur nos formations, et à la suppression d’une semaine d’enseignement sur 12.

Non à cette attaque en règle contre l’université et à la politique d’austérité imposée à l’UBO au travers également des gels et suppressions de postes, et à la précarisation des personnels.

Cette décision aura des conséquences dramatiques :

Pour les 22 000 étudiants qui à terme perdront non seulement des heures d’enseignement, mais très vite des parcours de formation et des options et qui verront leur diplôme dévalorisé ;
Pour la recherche et les laboratoires, avec la baisse du nombre de doctorants, de futurs chercheurs et de chercheurs ;
Pour les personnels universitaires (toutes catégories confondues), avec un blocage des recrutements et une diminution des postes entrainant une charge de travail supplémentaire ;
Pour le territoire et son attractivité et dynamisme.

Nous exigeons le retrait du plan d’austérité du président, et demandons des moyens décents pour un enseignement supérieur public de qualité.




Mardi de l’éducation populaire, l’historien Jean-Paul Sénéchal raconte le Front Populaire dans le Finistère.

Mardi de l’éducation populaire, 14 mai 2019 – au local du PCF Morlaix, l’historien douarneniste Jean-Paul Sénéchal raconte le Front Populaire dans le Finistère et la société finistérienne au temps du Front Populaire

Conférence des mardis de l’éducation populaire du PCF Morlaix ce mardi 14 mai à Morlaix.
L’historien Jean-Paul Sénéchal a décortiqué et raconté avec maestria les logiques de bloc sociaux et politiques du Finistère du Front Populaire (1934-1938), s’inspirant de la méthode marxiste de Gramsci et s’appuyant sur le travail d’années de recherche dans les archives, y compris sur le monde paysan.
Passionnant !
Merci à lui et aux 37 personnes qui ont suivi sa conférence débat!
Mikaël Theng de l’équipe communication du PCF Finistère nous mettra bientôt à disposition une vidéo de cette conférence-débat qui a rencontré un vif succès.




Reportage : Réunion publique de Lassana Bathily.

 

La dernière reunion publique de Glenn le Saout pour les européennes avec Lassana Bathily et Cinderella Bernard.


Juste énorme, à l’image de la magnifique campagne de Ian Brossat et de sa liste avec les camarades du PCF!

70 personnes à la salle du Cheval Blanc de Plourin-les-Morlaix pour participer à la dernière réunion publique d’importance de Glenn le Saout et du PCF pour les européennes dans le Finistère et une ambiance pleine d’espoir et de joie.

Révélation de la campagne européenne saluée par une grande partie des médias et beaucoup de citoyens avec qui nous en parlons, Ian Brossat est en bonne position pour obtenir les 5% avec les candidats de la liste « L’Europe des gens contre l’Europe de l’argent » afin de faire élire 4 députés européens.

 

Une campagne énorme des communistes qu’a salué Lassana Bathily le héros de l’hyper cacher en 2015 en même temps que les valeurs et l’humanisme que portent Ian Brossat et les communistes.

Cinderella Bernard et Glenn le Saout ont exprimé les arguments décisifs pour voter pour la liste de la gauche sociale, anti libérale, sincère, authentique et porteuse de rassemblement.

Glenn Le Saoût nous a fait découvrir les vidéos de soutiens a notre campagne finisteriens et de Arthur Hay, Maryam Madjidi, Marie-Pierre Vieu et Loïc Penn.

Celle de Ian Brossat sera diffusée dans la semaine ainsi que l’album photo de la campagne projeté sur la chanson des Motivés.

 

 




Glenn Le Saoût et Lassana Bathily en réunion publique aux Halles de Quimper à 11h le samedi 18 mai 2019

 

Glenn Le Saoût et Lassana Bathily en réunion publique aux Halles de Quimper à 11h le samedi 18 mai 2019.




Samedi 18 mai, 18h: réunion publique à Plourin-les-Morlaix, salle du Cheval Blanc, avec LASSANA BATHILY, président du comité de soutien de la liste de Ian Brossat, et GLENN LE SAOUT

Nous vous invitons à mettre dans votre agenda la date du samedi 18 mai à 18h pour participer à la dernière réunion publique Européennes du PCF sur le Finistère avec notre jeune et brillant candidat:

Salle du Cheval Blanc à Plourin-les-Morlaix, 18h

GLENN LE SAOUT, 20 ans, étudiant salarié, bénévole en club sportif, ancien président de la FIDL Bretagne

et

LASSANA BATHILY, 28 ans, franco-malien, dont le monde entier a salué l’action courageuse et pleine de sang-froid pour sauver des vies à l’hyper cacher lors du massacre djihadiste de 2015, président du comité de soutien de Ian Brossat et de la liste « ‘Europe des gens contre l’Europe de l’argent » soutenue par le PCF et République et Socialisme.

CINDERELLA BERNARD, la candidate costarmoricaine, présidente du groupe communiste au conseil départemental des Côtes d’Armor, sera aussi présente au côté de GLENN LE SAOUT pour cette dernière réunion publique de campagne

Lassana Bathily sera le midi à Quimper avec Glenn Le Saoût et les soutiens à la liste de Ian Brossat.

Nous vous attendons nombreux pour soutenir Glenn Le Saoût et la liste de Ian Brossat, ou tout simplement pour entendre nos arguments afin de vous faire une idée.




Jeu Vidéo, MHB alliée de Ian The Red contre les Super-Vilains du Capital.

Venez donc combattre dans trois niveaux différents les fachos, les financiers, puis les lobbyistes, pour incarner avec Marie Hélène la lutte des classes ! Pensez à bien récupérer tous les votes afin de faire entrer Marie-Hélène Bourlard au parlement européen. Elle serait la première ouvrière depuis plus de 40 ans à siéger au parlement.

 

http://www.uneouvriereauparlement.fr/




A coeur ouvert édition Bretagne, mai 2019 – avec une interview de notre ami Jean Dréan

Pour nos hôpitaux de proximité et une vraie politique de l’aide à l’autonomie pour les personnes âgées, votons communiste et Ian Brossat: A coeur ouvert édition Bretagne, mai 2019 – avec une interview de notre ami Jean Dréan.

 

 

Ce journal de l’atelier citoyen régional santé du PCF sera diffusé à 20 000 exemplaires juste avant les Européennes partout en Bretagne. Pour plus d’informations:

http://croizat-pcf.blogspot.com/




Ces syndicalistes finistériens qui soutiennent publiquement la liste du PCF et de Ian Brossat aux élections européennes.


Parmi les 200 militants syndicaux du comité de soutien finistérien (565 soutiens en tout à ce jour) à la liste « L’Europe des gens contre l’Europe de l’argent » conduite par Ian Brossat, voici quelques-unes des personnalités emblématiques par leur engagement syndical dans différents milieux professionnels de syndicalistes qui soutiennent la candidature de Ian Brossat et la liste du PCF aux élections européennes du 26 mai dans notre département du Finistère.
Ces syndicalistes, majoritairement CGT, peuvent aussi militer dans d’autres syndicats: FSU, FO, UNSA,… La liste est incomplète.

Allain Sandrine agent des finances publiques syndicaliste Quimper
André Gabriel Cheminot syndicaliste – Quimper
Asselbourg Patrick retraité militant syndical FO AFPA – Plourin les Morlaix
Beaumanoir Christian retraité cheminot militant CGT, fédération CGT des cheminots, USR retraités CGT du Finistère – Lanvéoc
Boillon Ludovic salarié intérimaire santé syndicaliste CGT – Cast
Boudrot Christophe syndicaliste hôpital public de Morlaix – Plouigneau
Canqueteau Gilles Conseiller fédéral à la protection sociale, pour la Fédération Mines Energie Cgt. Président de la CAMIEG, Caisse Nationale d’Assurance Maladie des industries électriques et gazières
Carduner Christian Retraité militant CGT PTT ancien secrétaire Départemental CGT du secteur des activités postales et des télécommunications du Finistère-Sud et secrétaire régional activités postales et communication Bretagne – Scaër
Carquet Philippe ouvrier de l’Etat Arsenal de Brest militant CGT -Gouesnou
Capelle Jean-Luc retraité des finances publiques syndicaliste – St Thégonnec-Loc Eguiner
Clery Jean-Marc enseignant syndicaliste Briec
Coignard Emile militant syndical France Télécom
Corbel Marc Agent territorial responsable CGT agents de Morlaix Communauté Lanmeur
Creach Stephane Ouvrier d’Etat Naval Group Militant syndical Brest
Duigou Norbert salarié de la Sécu militant syndical ex conseiller municipal de Bannalec
Duot Louis métallurgiste militant syndical – Quimper
Faujour Marie-France CGT responsable CGT Seita Morlaix – Taulé
FOUCHER Yann, professeur d’école bilingue, secrétaire départemental FSU – Quimper
Guéguen Françoise Conseillère à l’emploi Adhérente au PCF Brest syndiquée à la CGT
Guéguen Paul ancien secrétaire de la CGT PTT
Gueranger Monique – taxi – syndicaliste – Guilvinec
Guigourese Bruno militant syndical Naval Groupe – Brest
Hamon-Bourles Julie, syndicaliste fonction publique hospitalière – Plouigneau.
Hélary Joël, militant syndical retraité, ancien juge prud’hommes agro-alimentaire – Plourin lès Morlaix
Héré Roger retraité Finances Publique, syndicaliste CGT – Plouigneau
Kerboriou Pascal syndicaliste hôpital public de Morlaix – Plougonven
Kerdraon Jacques syndicaliste CGT du Bâtiment – Brest
Labous Jean-Jacques Retraité manipulateur radio ancien secrétaire de l’union locale cgt st pol de Leon Plouzévédé
Laporte Daniel retraité Orange-France Télecom syndicaliste – Carhaix
Laporte Fanch retraité militant syndical CGT – Carhaix
Le Berre Marie postière en pré-retraite militante syndicale – Châteaulin
Le Brigant Jean-Luc syndicaliste de la construction – Brest
Le Corre Alain postier syndicaliste – Fouesnant
Le Gall Yvan agent territorial syndicaliste – Morlaix
Le Goff Michel salarié dans l’industrie agro-alimentaire délégué national CGT Bigard – Bannalec
Le Guen Marie-Hélène retraitée La Poste Militante syndicale CGT Retraités
Le Saint Sophie conseillère commerciale Orange syndicaliste – Quimper
Le Sann Olivier salarié agro-alimentaire Johnnies CGT Plougoulm
L’Helgoualc’h Yves marin syndicaliste – Concarneau
Morvan Eliane factrice militante syndicale – Saint-Pol-de-Léon
Ollivier Jean-Yvon retraité militant syndical CGT Cheminots et CGT Retraités – Saint-Martin des Champs
Paugam Jacques syndicaliste – Penmarc’h
Pellennec Eric agent communal militant syndical mutualiste et associatif – Brest
Peron Paulette Retraitée Syndicaliste Santé UL CGT St Pol de Léon – Plouénan
Perrot Jean-Claude Retraité de la Poste Militant de la CGT Quimper
Phelep Gilbert responsable syndical CGT Cheminots – Rosporden
Phelepp Patricia CGT Finances Publiques – Brest
Pibouleau Michel agent communal militant associatif et syndical – Brest
Ravasio Daniel Retraité Education Nationale, ancien secrétaire départemental du SNES- FSU Saint Thégonnec Loc-Eguiner
Rivoalan Erwan bibliothécaire et syndicaliste CGT Brest
Salaün Remi Ancien technicien préparateur coque navires à Dcns. Militant syndical
Scattolin Valérie déléguée syndicale Hop! Morlaix
Séverac Marceline syndicaliste de la santé Douarnenez
Sinquin Gilbert cheminot retraité CGT Châteaulin
Sinquin Ronan militant syndical CGT de la Poste, Quimper
Tanguy Ronan ancien responsable syndical CGT du CMB au Relecq-Kerhuon, Plouarzel
Theng Mikaël Chaudronnier-Soudeur Syndiqué CGT Métallurgie Quimper
Trimaille Thierry membre du bureau de la CGT Educ’action 29 Pont L’Abbé
Veschetti Linda prof d’EPS militante syndicale Carhaix




Vidéo : Maryam MADJIDI – conférence et lecture sur » Marx et la Poupée »

Maryam Madjidi auteure de « Marx et la poupée » a obtenu le Prix Goncourt du premier roman 2017, Maryam Madjidi nous propose une rencontre et une lecture de son livre « Marx et la Poupée » (Éditions Le Nouvel Attila).
Du ventre de sa mère en Iran où elle entendait les battements de la révolution islamique jusqu’à son exil en France, l’auteur raconte le glissement de son identité avec humour et tendresse. Un récit poétique, politique, et historique à lire et à écouter absolument !
« Marx et la poupée: devenir écrivain dans l’exil, avec l’héritage du combat communiste en Iran et des blessures de la révolution islamique ».

Maryam Madjidi, écrivaine, professeur de Français Langues Etrangères travaillant avec les réfugiés, fille de militants communistes iraniens contraints à l’exil, militante pour le droit d’asile, auteur de « Marx et la poupée », un magnifique roman sur l’exil, son découverte de la France, son rapport avec l’Orient et les illusions de l’orientalisme, et l’engagement de ses parents qui a reçu le Prix Goncourt du Premier Roman en 2017 et le prix Ouest-France Etonnants Voyageurs en 2017, le prix Soroptimist de la romancière francophone 2018.

Lieu et date de la conférence : Locaux du PCF Morlaix, le 5 Avril 2019.




Vidéo : Fête du Viaduc place Allende à Morlaix, 1er mai 2019 : vidéo des discours d’Ismaël Dupont et de Cindérella Bernard.


 

Discours d’Ismaël DUPONT, secrétaire fédéral du PCF du Finistère, suivi de Cindérella BERNARD, conseillère départementale PCF des Côtes d’Armor et candidate sur la liste de Ian BROSSAT pour les élections Européennes du 26 mai 2019, lors de la fête du Viaduc le 1er mai 2019 du PCF de Morlaix.




Quimper, 14 mai, Elections européennes et PAC : tou·te·s à table pour en débattre ! – débat en présence de Cindérella Bernard, candidate PCF sur la liste de Ian Brossat.

Elections européennes et PAC : tou·te·s à table pour en débattre ! – débat à Quimper le 14 mai en présence de Cindérella Bernard, candidate PCF sur la liste de Ian Brossat

Elections européennes & PAC : tou·te·s à table pour en débattre !

La Politique Agricole Commune est une politique fondatrice de l’Union Européenne, qui conditionne notre alimentation et représente près de 40% du budget de l’Union européenne. Elle nourrit malheureusement aujourd’hui certaines dérives du système agro-alimentaire : problèmes sociaux (faible revenu des paysans, baisse du nombre de fermes, etc.), écologiques (manque d’adaptation de l’agriculture au changement climatique, chute de la biodiversité, etc.) et sanitaire (utilisation de produits chimiques, antibiorésistance, etc.).

Ensemble, nous pouvons exiger des futur.e.s eurodépututé.e.s, nos représentant.e.s au Parlement européen, que la prochaine PAC soit juste, cohérente, durable et saine pour toutes et tous !

Nous recevrons à cette occasion

Cindérella Bernard ( PCF )

Uisant Créquer ( Envie d’Europe )

William Lajeanne ( EELV )

Emmanuelle Trocadéro ( Génération.S )

Rendez-vous le 14 mai aux Halles Saint François à Quimper, de 19 h 45 à 22 h 30, c’est ouvert à tous.tes !

Evénement organisé par ACTES en Cornouaille, Attac Quimper, la Biocoop de Quimper, la Confédération Paysanne 29, Le Groupement des Agriculteurs Biologiques ( GAB 29 ) en partenariat avec @Pour une autre PAC (https://pouruneautrepac.eu/)

https://www.facebook.com/events/353032025568248/?active_tab=about

La plateforme« Pour une autre PAC » rassemble 36 organisations paysannes, environnementales, de bien-être animal, de solidarité internationale et de citoyen.ne.s-consommateur.rices. Depuis plus de deux ans, le collectif porte des propositions concrètes de révision de cette politique et organise des évènements de sensibilisation du grand public à cet enjeu.




Mobilisation générale contre la censure sur France 2 le 22 Mai.

Nous avons appris que France 2 souhaitait organiser, le mercredi 22 mai 2019, deux débats télévisés distincts pour les élections européennes.

Le premier débat comprendrait six personnalités de partis considérés comme « principaux », le second rassemblant en deuxième partie de soirée neuf autres têtes de listes considérées comme « secondaires ».

Les équipes de France TV ont fait le choix de placer la liste du Parti Communiste Français dans la deuxième catégorie.

C’est un véritable scandale démocratique qui fait honte à la mission d’information et d’impartialité du service public, alors même qu’une autre chaîne privée (BFM) a fait le choix d’intégrer la tête de liste du PCF au débat avec les principales têtes de listes et que la première radio publique juge évident d’inviter Ian Brossat parmi les principales personnalités de cette campagne européenne.

Cette décision est doublement inacceptable.

D’abord parce que ces débats interviennent à quatre jours du vote, et présentent donc un caractère crucial pour ces élections aux enjeux insuffisamment connus de nos concitoyens. Dans cette optique, il est particulièrement inacceptable que le service public audiovisuel s’arroge le droit de décider quelles listes figurent « en première division » et d’en reléguer d’autres en « deuxième division ». Nous refusons de nous faire voler une élection politique par un diktat médiatique.

D’autre part, parce que le PCF ne saurait être considéré comme une force secondaire. Le PCF dispose de deux groupes parlementaires à l’Assemblée nationale et au Sénat, de trois eurodéputés sortants et d’un réseau de 7000 élus locaux. Nous sommes en situation de responsabilité dans de nombreuses collectivités

Depuis le premier débat télévisé de France 2, notre campagne est marquée par une véritable dynamique. La presse, toutes tendances confondues, s’est d’ailleurs fait largement l’écho de cette percée…

Il serait donc particulièrement incompréhensible que France 2, chaîne du service public relègue au second plan la seule campagne de gauche ayant créé la surprise. 

Sur la base de ces arguments, nous vous demandons donc une nouvelle fois d’intervenir personnellement auprès de France 2 afin de les faire revenir sur cette décision.

Pour cela, vous pouvez :

envoyer un mail de contestation aux adresses suivantes :

delphine.ernotte@francetv.fr et yannick.letranchant@francetv.fr

saisir le médiateur de France télévision :
https://www.francetvinfo.fr/nous-contacter/mediateur-info

appeler directement le standard de France TV au 01 56 22 60 00 pour faire connaître ton mécontentement.




Clip de campagne officiel de Ian Brossat.

Clip officiel de Ian Brossat avec les voix de Josiane Balasko, Ian Brossat, Marie-Hélène Bourlard, Fabien Roussel, Maryam Madjidi, Nacim Bardi, Loïc Penn, Sophia Hocini, Elina Dumont, Patrick Le Hyaric, Benjamin Amar.




Brest, retour sur le 1er et 6 Mai.



Très chaleureuse fête du 1er Mai au PL Lambézellec avec plus d’une centaine de participants autour d’un repas accompagné musicalement par Matthieu Le Donge et Marc Rigolot.


Discours de Jean-Paul Cam pour les Amis  de l’Humanité rappelant le nécessaire combat pour ce journal, et d’ Eric Guellec pour la section et les élus communistes rendant hommage à Julien Lauprêtre, dénonçant la politique de Macron et rappelant la nécessité du rassemblement à gauche pour faire émerger une alternative au libéralisme. Nous saluons la présence de syndicalistes et de membres des forces politiques de gauche de notre ville et de notre métropole, PS, UDB, BNC.
Nous remercions aussi les associations suivantes d’avoir tenu un stand et permis de nombreux échanges: Mouvement de la Paix, Comité pour l’Interdiction des Armes Nucléaires 29, Association France-Palestine Solidarité, Secours Populaire Français,Université Européenne de la Paix,ANACR.


Une très belle fête fraternelle, populaire et politique.

discours du premier mai 2019

 

6 Mai réunion publique avec Alain Pagano.

Une trentaine de personnes ont pu échanger avec Alain Pagano sur les enjeux écologiques et les propositions du PCF . Gratuité des transports en commun, développement du transport ferroviaire, développement de circuits courts agricole et industriel, rénovation des logements, maintien de biodiversité… Pour le PCF la lutte écologique et la lutte sociale vont de paire. La lutte contre l’évasion fiscale doit permettre de financer une politique européenne de transition écologique et économique.

 




15 Mai, Mobilisation AESH, Lieux et Horaires.


15 Mai 14h30 Mobilisation AESH
Brest : Place de la Liberté
Quimper : DSDEN
Morlaix : Place des otages




Mobilisation du 9 mai, communiqué PCF pays de Brest.

Non à la casse du statut et aux 120 000 suppressions de postes !

Les communistes du Pays de Brest apportent tout leur soutien à la journée de mobilisation du 9 mai pour la défense de la Fonction publique, et appellent les usagers des services publics à participer nombreux aux côtés des agents du secteur public à la manifestation unitaire de ce jeudi 9 mai à 10h30 place de la liberté à Brest.

Les mesures décidées en conseil des ministres vont à l’encontre des revendications exprimées par les organisations syndicales qui les rejettent à l’unanimité et vont à l’encontre des aspirations du mouvement des gilets jaunes et des nombreuses actions menées par les enseignants, les hospitaliers, les agents des finances publiques…

Alors que nos concitoyens demandent des services publics de proximité et une amélioration de leur pouvoir d’achat, comment le gouvernement ose-t-il prétendre qu’il y a trop d’agents de la fonction publique d’État, de personnels de santé, d’agents territoriaux ? Comment peut-il balayer l’exigence de dégel du point d’indice qui, rappelons-le, conduit année après année à une précarisation grandissante des agents ? Le recours massif aux contractuels va aggraver les inégalités d’accès aux emplois publics et mettre à mal les principes de neutralité et d’impartialité des agents, la fusion des instances du personnel va dégrader la sécurité et les conditions de travail, et la suppression des compétences des CAP en matière de promotion et de mobilité va priver les personnels de recours contre l’arbitraire….

Contre la casse du statut et les 120 000 suppressions de postes, élus et militants communistes seront aux côtés des agents en lutte lors de la grande journée de grève et d’actions du 9 mai prochain.




Morlaix, retour sur la 55éme Fête du Viaduc.

Fête du viaduc, grosse ambiance cette année à Morlaix. 400 personnes a l apéro, 200 personnes à manger et on a dû refuser du monde, et 600 personnes au moins en tout a être passé sur la fête.

Le discours de Cinderella Bernard à 15h30 a été très suivi et applaudi, comme celui de Glenn le Saoût, candidat sur la liste de Ian Brossat à 12h30, nos candidats aux Européennes ayant convaincu de nombreuses personnes de voter PCF aux Européennes et de rejoindre le comité de soutien de la liste « L’Europe des gens contre l’Europe de l’argent » conduite par Ian Brossat.





Rejoignez le comité de soutien finistérien à la liste aux élections européennes du PCF conduite par Ian Brossat !

Comité de soutien finistérien à la liste européenne du PCF conduite par Ian Brossat « Pour l’Europe des gens, contre l’Europe de l’argent »

Liste des soutiens déjà enregistrés sous forme d’appel à voter public dans le FINISTÈRE : 557  personnes

 

Au niveau national, notre liste est soutenue notamment par les Pinçon-Charlot, Patrick Pelloux, Mordillat, Costa-Gavras, Robin Renucci, Josiane Balasko, Lassana Bathily, Bernard Thibault, Marie-Christine Vergiat, la n°2 de la liste Unida Podemos en Espagne Sira Rego, Lydie Salvayre, Ernest Pignon-Ernest.

Le 26 mai votez Ian Brossat

appel à voter – élections européennes 26 mai 2019

– Un salaire minimum européen établi à au moins 60% du salaire moyen net d’un pays (1400 euros net en France) et l’égalité professionnelle femme-homme.

– Une clause de non régression sociale et la création d’un fonds social et écologique pour les services publics financé par la BCE.

– Diviser par trois le salaire du Président de la Commission européenne, interdire la fraude fiscale et prélever à la source les multinationales à un taux minimal de 20 %.

–  La refonte totale de la PAC pour assurer des revenus décents aux agriculteurs, relocaliser les productions, harmoniser les normes environnementales vers le haut.

– Organiser un accueil digne et solidaire des migrant.e.s.

votez pour la liste conduite par Ian Brossat

 » Pour l’Europe des gens, contre l’Europe de l’argent! »

– En finir avec l’austérité, les délocalisations, la mise en concurrence par le travail détaché. Il faut harmoniser par le haut les salaires en commençant par un SMIC européen. Toute personne qui travaille en France doit être protégée par un contrat français.

– Non aux directives de libéralisation, oui au développement des services publics. Il faut créer un fonds européen de développement des services publics.

– Stopper la fraude et l’évasion fiscale en France et en Europe. Il faut mettre en place le prélèvement à la source des bénéfices des multinationales.

– Transformer la Banque centrale européenne: l’argent doit servir à financer l’emploi et les services publics et cesser d’alimenter les dividendes des actionnaires.

J’appelle à voter pour la liste conduite par Ian Brossat et soutenue par le PCF aux élections européennes du 26 mai.

Candidatures sur la liste Européennes « Pour l’Europe des gens, contre l’Europe de l’argent » (soutenue par le PCF et République et socialisme):

  1. Ian Brossat (38 ans)

Professeur de français, Maire adjoint de Paris chargé du logement et de l’hébergement d’urgence, auteur de plusieurs livres, dont le dernier sur la nouvelle économie « Airbnb, la ville ubérisée ». Outre son combat pour la régulation des géants du numérique, Ian Brossat a ouvert le premier centre d’hébergement pour sans-abris dans le 16e arrondissement de Paris ».

  1. Marie-Hélène Bourlard (61 ans)

Ouvrière textile pendant 43 ans à Poix dans le Nord et figure du documentaire « Merci Patron! ». Marie-Hélène Bourlard a été à la tête du combat face à Bernard Arnault, première fortune de France (57 milliards de patrimoine) afin d’éviter la délocalisation de son usine. Le 26 mai prochain, elle deviendra la première femme ouvrière à siéger au Parlement européen.

Vidéo

  1. Patrick Le Hyaric (61 ans)

Directeur du journal L’Humanité, député européen sortant et conseiller municipal d’Aubervilliers.

Retrouvez son site internet

  1. Marie-Pierre Vieu (51 ans)

éditrice, mobilisée sur les sujets de culture et engagée dans sa ville de Tarbes, députée européenne.

Retrouvez son site internet

  1. Mamoudou Bassoum (35 ans)

« J’avais pris deux choses en partant: le drapeau français et mon gilet jaune ». Médaillé d’or aux championnats d’Europe de Taekwendo, le 1er décembre dernier, Mamoudou Bassoum est monté sur le podium des championnats d’Europe avec son gilet jaune sur les épaules, en soutien au mouvement qu’il a rejoint dès les premières heures. Ingénieur dans le Loiret.

Vidéo

  1. Julie Pontalba (40 ans)

Enseignante au collège à Saint-Leu (La Réunion), Julie Pontalba est membre du Parti Communiste réunionais (PCR). Elle a été candidate de rassemblement des forces de gauche, et militante pour la paix.

  1. Anthony Gonçalves (47 ans)

Cancérologue et enseignant à la faculté de Médecine de Marseille. Il milite contre les fermetures d’hôpitaux de proximité. A l’échelle européenne, il plaide pour la création d’un pôle public du médicament.

  1. Maryam Madjidi (38 ans)

Prix Goncourt du premier roman (2017) et Prix Ouest-France étonnants voyageurs (2017) pour « Marx et la poupée ». D’origine iranienne, Maryam n’est pas seulement une écrivaine reconnue et nouvelle figure de la littérature française: elle est aussi bénévole dans une association d’apprentissage de la langue française pour les réfugiés.

Vidéo

  1. Benjamin Amar (42 ans)

Professeur d’histoire-géographie au lycée Gutemberg de Creteil, débatteur reconnu sur les plateaux télés, responsable syndical dans le Val-de-Marne

  1. Barbara Filhol (45 ans)

Aide-soignante, secrétaire générale du syndicat des EHPAD du Val-de-Marne, investie pour l’amélioration des de l’accueil de nos aînés et des conditions de travail du personnel soignant. Dans un pays comptant 14 millions de retraités, il s’agit d’un sujet de société majeur.

  1. Arthur Hay (28 ans)

Livreur (Deliveroo), Arthur Hay est à l’initiative du premier syndicat de France des coursiers à vélo. Face à l’ubérisation de la société, il milite pour une régulation à l’échelle européenne et une protection des salariés de la nouvelle économie.

Vidéo

  1. Claire Cemile Renkliçay

Co-présidente du Conseil démocratique kurde de France, militante pour la paix et élue à Grigny.

  1. Michel Jallamion (44 ans)

Président de la Convergence nationale des services publics, conseiller régional d’Ile-de-France. Membre du mouvement République et Socialisme.

  1. Sophia Hocini

Salariée de l’économie sociale et solidaire à Paris, militante associative dans les quartiers populaires.

  1. Stanislas Baugé

Chauffeur routier à La Rochelle (17), Stanislas Baugé s’est mobilisé avec ses collègues devant le Parlement Européen pour défendre les conditions de travail des routiers et éviter le dumping social et le travail détaché.

  1. Manuela Dona (48 ans)

Douanière et syndicaliste au Havre. Militante pour la création d’une Douane européenne.

  1. Michel Branchi

Économiste, élu à l’Assemblée de Martinique, dirigeant du Parti communiste martiniquais, conseiller territorial de Martinique.

  1. Elina Dumont (50 ans)

SDF pendant 15 ans, Elina Dumont est de ceux qui plaident pour le retour de l’ISF et un meilleur partage des richesses en France et en Europe. Désormais comédienne et chroniqueuse régulière aux « Grandes gueules » (RMC), elle soutient le mouvement des Gilets Jaunes.

  1. Franck Saillot

Ouvrier de la papeterie Arjowigins de Wizernes dans le Pas-de-Calais, il a occupé avec ses collègues durant 3 ans, jour et nuit, son usine pour en éviter la fermeture et la délocalisation. Grâce à leur lutte, Franck Saillot et ses collègues ont trouvé un repreneur à l’automne 2018, et sauvé une centaine d’emplois.

  1. Sarah Chaussy

Paysanne, conseillère municipale à Sceautres, petit village de 150 habitants en Ardèche.

  1. Loïc Pen

Médecin à l’hôpital de Creil, il a démissionné de son poste de chef de service des urgences pour protester contre la fermeture de la maternité. Lanceur d’alerte.

Vidéo

  1. Christine Mequignon

Cheminote en Auvergne-Rhônes-Alpes, représentante des salariés à la SNCF.

  1. Pascal Pontac

Grutier au port de Saint-Nazaire, responsable du syndicat des ports et docks.

  1. Michèle Picard (51 ans)

Restauratrice, maire de Vénissieux.

  1. Ralph Blindauer

Avocat au barreau de Metz, il a défendu de nombreux salariés en lutte dans toute la France, comme les 300 salariés marseillais d’une chaîne de fastfood, les métallos dijonnais contre TRW, ou encore les embouteilleurs aux Pennes-Mirabeau. Il a contribué au film « En Guerre » présenté au dernier Festival de Cannes.

  1. Anne Laure Perez

Artiste sculptrice, maire-adjointe à Gennevilliers.

  1. Franck Merouze

Salarié de la grande distribution, il a également accompagné les salariés de la biscuiterie Jeannette dans leur combatr victorieux pour sauvegarder les emplois (Calvados)

  1. Marianne Journiac

Infirmière syndicaliste à l’Assistante publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP). Dirigeante de « République et Socialisme ».

  1. Belaïde Dedreddine

Vice-président du Conseil départemental de Seine St Denis en charge de l’écologie urbaine.

  1. Amandine Miguel

Ancienne porte-parole de l’inter-LGBT, Amandine Miguel est militante féministe engagée contre l’homophobie? Paris.

  1. Nacim Bardi

Ouvrier métallurgiste à Saint-Saulve et représentant syndicaliste.

  1. Cinderella Bernard (40 ans)

éducatrice spécialisée, première adjointe de sa commune, présidente du groupe communiste au Conseil Départemental des Côtes d’Armor, militante associative

  1. Jean Luc Bou

Enseignant, militant Droits Humains à SOS Méditerranée en Occitanie (34).

  1. Isabelle Liron

Salariée à Pôle Emploi en Bourgogne Franche Comté, syndicaliste

  1. Dominique Pani

Employé dans le secteur de l’énergie (26).

  1. Hulliya Turan

Assistante sociale, militante des droits humains à Strasbourg.

  1. Khaled Bouchajra

Employé chez Amazon. Syndicaliste sur le site de Saran dans le Loiret

  1. Katja Krüger (43 ans)

comédienne-chanteuse franco-allemande, ancienne syndicaliste et socialiste ouvrière allemande, élue à la Petite Enfance à Rennes

  1. Pierre Lacaze (53 ans)

Infirmier, élu à la Métropole de Toulouse

  1. Bachiri Nora
  2. Jean Mouzat

Paysan, président du Modef (Mouvement de Défense des Exploitants Familiaux). Elu à Tulle

  1. Delphine Pietu (48 ans)

Directrice de l’école primaire de la commune de Thénioux où elle est maire-adjointe (18)

  1. Denis Lanoy

Metteur en scène de théâtre à Nîmes. militant des droits sociaux des artistes, des écrivains et intermittents du spectacle.

  1. Charlotte Blandiot-Faride (37 ans)

Maire de Mitry-Mory (77)

  1. Arnaud Petit

Ouvrier métallurgiste, maire de Woincourt dans la Somme

  1. Virginie Neumayer (44 ans)

Technicienne, syndicaliste à EDF

  1. Aurélien Gall (36 ans)

Représentant des salariés de l’agriculture. Conseiller prud’homal. Président de la Fédération colombophile de Picardie.

  1. Patricia Tejas

Agent administratif des Finances Publiques. Secrétaire générale d’une fédération des Finances. Militante auprès des sans-papiers (67)

  1. Aurélien Aramini

Professeur de philosophie au Lycée Gustave Courbet à Belfort

  1. Sandrine Macigno

Travailleuse de l’Etat sur la base navale de Cuers dans le Var, syndicaliste (83)

  1. Cyrille Bonnefoy

Infirmier, maire de la Ricamarie (42)

  1. Emilie Lecroq (37 ans)

Militante de l’éducation populaire à Saint-Ouen (93).

  1. Emmanuel Trigo (44 ans)

Enseignant et responsable syndical dans le Var (83

  1. Cathy Apourceau Poly

Attachée territoriale, sénatrice du Pas-de-Calais

  1. Michel Stefani

Conseiller à l’Assemblée de Corse (20)

  1. Lucie Martin (18 ans)

Étudiante syndicaliste à Sciences-Po Grenoble.

  1. Youssef Benamar

éducateur spécialisé, artiste et élu de la ville d’Allonnes (72)

  1. Christelle Dumont

Aide-soignante de l’hôpital Yves Lanco à Belle-Ile-en Mer (Morbihan), syndicaliste, qui a fait une grève de la faim pour protester contre les conditions de travail dans l’hôpital public

  1. Sébastien Nugou

Cheminot dans le Loiret. Secrétaire régional syndicat SNCF

  1. Laëtitia Maure

Aide à domicile dans les Pyrénées-Orientales

  1. David Blaise

Ouvrier métallurgiste et syndicaliste en Meurthe-et-Moselle

  1. Lamya Kirouani

Fonctionnaire territoriale. Vice-présidente du Conseil Départemental du Val-de-Marne (94)

  1. Aurélien Crifo (37 ans)

Auteur et interprète. Gilet Jaune (68)

  1. Maryline Lucas

Maire de Guesnain (59)

  1. Yves Dedevec

Salarié Airbus en Loire-Atlantique

  1. Mina Idir (43 ans)

Responsable d’exploitation dans le transport de marchandise, secrétaire départementale PCF Vaucluse, militante associative

  1. Glenn Le Saout (20 ans)

étudiant, ancien président de la FIDL Bretagne (syndicat lycéen), bénévole dans une association sportive

  1. Geneviève de Gouveia (56 ans)

Militante au Secours Populaire à Montluçon, conseillère départementale de l’Allier

  1. Alain Pagano

Enseignant chercheur en écologie et biologie à l’université d’Angers, conseiller municipal à Angers

  1. Sandra Blaise (45 ans)

Formatrice, syndicaliste (88)

  1. Edmond Baudouin (76 ans)

Dessinateur de BD et écrivain. Alpes-Maritimes

  1. Ghislaine Noirault

Ouvrière retraitée à Trimouille (86)

  1. Florian Monteil

Ingénieur agronome. Syndicaliste agricole du Lot-et-Garonne

  1. Nathalie Fabre (45 ans)

Présidente d’un club de Rugby en Dordogne et du club Agenais. Maire de Beaumont-du-Périgord

  1. Fréderic Boulanger

Psychiatre à Nancy

  1. Cécile Cukierman (42 ans)

Professeur d’histoire-géographie, sénatrice de la Loire, porte-parole du PCF avec Ian Brossat

  1. Gilbert Garrel

Cheminot syndicaliste, président de l’Institut d’Histoire Sociale

  1. Picard-Nilès Carine
  2. André Chassaigne (68 ans)

Principal de collège, président du groupe communiste GDR à l’Assemblée Nationale

 

Liste des soutiens déjà enregistrés sous forme d’appel à voter public dans le FINISTERE : 557 personnes

 

Notre appel à voter finistérien pour la liste « L’Europe des gens contre l’Europe de l’argent », une très belle liste riche et diverse où figure notre jeune camarade finistérien Glenn Le Saoût (20 ans), conduite par Ian Brossat compte actuellement 557 personnes, de très nombreux syndicalistes et responsables associatifs.

 

A ce jour, 39 élus dans le Finistère soutiennent ouvertement la liste Européennes du PCF conduite par Ian Brossat.

 

dont

 

2 maires:

Paul Quemener à Berrien

Jacques Rannou, maire délégué de Kernevel (Rosporden-Kernevel)

 

12 adjoints au maire:

Eric Guellec (Brest)

Jacqueline Héré (Brest)

Isabelle Mazelin (Le Relecq Kerhuon)

Claudie Bournot Gallou (Le Relecq Kerhuon)

Marie-Christine Mahmutovic (Le Relecq Kerhuon)

Karen Le Moal (adjointe aux sports Rosporden/Kernével-Front de Gauche)

Jean-Marie Cloarec (adjoint Communication/culture Rosporden/ Kernével – Front de Gauche)

Marie-Pierre Coant (Berrien)

Thierry Le Guennou (Baye)

Jeremy Lainé (Guimaëc)

Patrick Asselbourg (Plourin les Morlaix)

Jean-François Penven (Huelgoat)

 

25 conseillers municipaux, conseillers délégués, et conseillers communautaires:

 

Claude Bellec (conseiller déléguée) Brest

Jean-Michel Le Lorc’h (conseiller délégué) Brest

Larry Réa conseiller délégué ( Le Relecq-Kerhuon)

Pascal Ségalen (Le Relecq Kerhuon)

Pierre-Yves Liziar (Le Relecq-Kerhuon)

Piero Rainero (Quimper)

Michel Le Goff (Bannalec)

Alain Olivier (Plozévet)

Olivier Coquelin (Plomeur)

Hugues Tupin conseiller municipal et communautaire Douarnenez (opposition Initiatives Citoyennes)

Ludovic Quelennec (Kerlaz)

Anita Richard (également conseillère communautaire Rosporden-Kernevel)

Françoise Nioche (Rosporden Kernevel)

Patrice Porodo (Rosporden Kernevel)

Morvan Pierig (Rosporden Kernevel)

Djelloul BENHENNI Conseiller municipal de Rosporden / Kernével Front de Gauche

Etienne Le Bellec (Guilvinec)

Jean-Michel Le Mieux (Scaër)

André Paulus (La Feuillée)

Ismaël Dupont (également conseiller communautaire Morlaix)

Valèrie Scattolin (Morlaix)

Roger Héré (Plouigneau)

Jean-Claude David (Plourin les Morlaix)

Hervé Penven Conseiller municipal de Locmaria-Berrien-Poullaouen

Patrick Cochennec Conseiller municipal de Cléden-Poher

 

Si on compte les anciens élus sur la liste du Comité de soutien, on arrive à une centaine en les additionnant aux élus actuels.

Pour soutenir à votre tour la liste aux Européennes solidaire et anti-libérale, pour une Europe de gauche, démocratique et sociale, un mail ou un SMS : dupont.ismael@yahoo.fr/ 06 20 90 10 52

 

Abgrall Guy comédien Brest

Abraham Bernard retraité, Plouigneau

Alayse Anne-Marie retraitée de la recherche militante PCF Brest

Allain Sandrine agent des finances publiques syndicaliste Quimper

Andolfatto Yvette retraitée Plougastel-Daoulas

André Catherine  militante PCF retraitée fonction publique Morlaix-Blagnac

Anne Françoise secrétaire médicale Quimperlé

André Gabriel Cheminot syndicaliste Quimper

Anne Serge ingénieur méthodes Quimperlé

Araldi Sylvain retraité Alstom technicien bureau militant PCF La Forêt-Fouesnant

Ardhuin Christian PCF Fouesnant

Asselbourg Patrick retraité militant syndical FO adjoint aux Travaux PCF à Plourin-les-Morlaix  

Audigou Manuel agent de déchetterie adhérent CGT et PCF Morlaix

Audigou Marie-Laure employée de la Poste adhérente PCF Morlaix

Auremerer Catherine retraitée PTT syndiquée CGT Saint-Pol-de-Léon

Avellan Christiane retraitée Brest

Avellan Tony retraité Brest

Bahno Mariano médecin hospitalier retraité Plouézoc’h

Bagnis Françoise  retraitée militante PCF Saint-Pol-de-Léon

Bagnis Roland retraité militant PCF Saint-Pol-de-Léon

Balliot Denise mouvement de la paix Loctudy

Balliot Gaston militant Front de Gauche Loctudy

Barré Guy professeur des écoles en retraite syndicaliste Combrit

Barthélémy Marc retraité de l’enseignement Quimper

Barthès Cyril salarié Brest

Bazin Serge conducteur de pelle et pompier retraité militant PCF Morlaix

Beaumanoir Christian retraité cheminot militant CGT, fédération CGT des cheminots, USR retraités CGT du Finistère, militant du SPF, associatif ancien M/adjoint PCF de Maurepas Yvelines , Exécutif de la fédération PCF du Finistère Lanvéoc

Bellec Cathy retraitée Brest

Bellec Claude conseillère déléguée au logement PCF à Brest

BENHENNI Djelloul Conseiller municipal de Rosporden / Kernével Front de Gauche

Berardan Caroline privée d’emploi syndicaliste et militante communiste Cap Sizun

Béguivin Patrick miroitier chauffeur militant PCF Plouigneau

Bergeot Alain militant République et Socialisme Riec-sur-Belon candidat sur la liste Front de Gauche aux Européennes en 2014

Bergeot Glérent Annie  retraitée de la protection de l’enfance Riec-sur-Belon

Bergot Le Calvez Annie retraitée des Finances. Conseillère municipale durant 3 mandats à Morlaix. Bénévole dans plusieurs associations. Membre du collectif de défense de l’hôpital public du Pays de Morlaix. Morlaix

Bernard André Proviseur retraité Quimper

Bernard Marie-Andrée retraitée des Organismes Sociaux Quimper

Bernard Léa étudiante dans le social, bénévolat à la MJC de Morlaix, création d’évènements (festival des solidarités, festival contre les discriminations) Morlaix

Berthier Bernard militant syndical retraité St Yvi

Berthou Christian Morlaix

Berric Odette ancienne élue militante PCF et CGT St Jean du Doigt

Bertier Gérald marbrier Plomeur

Bescou Alain retraité militant PCF Audierne

Bescou Martine retraitée militante PCF Audierne

Beuzit Jean-Pierre cuisinier PCF Morlaix

Blanche Denise retraitée militante associative, syndicale et politique vétéran du PCF Fouesnant

Blanchet Cécile infirmière Guimaëc

Blanchet Véronique formatrice professionnelle d’adulte AFPA ancienne vice-présidente de la communauté de commune pays Bigouden Sud ancienne adjointe au maire de Pont l’Abbé enfance et affaires scolaires syndiquée CGT

Bloyet Bernard retraité de la RATP militant syndical Motreff

Bodenes André retraité Le Relecq-Kerhuon

Boillon Ludovic salarié intérimaire santé syndicaliste CGT, PCF Finistère, Cast

Boisquillon Mickaël Brest

Bonny Marie retraitée citoyenne communiste Pont L’Abbé

Boranian Sophie employée dans le secteur transport et logistique membre de l’association Crozon Littoral Environnement et de la LDH Crozon

Borgniet-Youénou Anne retraitée militante associative déléguée départementale Education Nationale Brest

Bouard Jeannine CGT Pont L’Abbé

Boudard-Jasserand Sylvie , professeur des écoles retraitée, bénévole dans une association d’aide aux migrants, Quimper.

Boudin Daniel retraité de l’énergie PCF section de Châteaulin

Bouedec Jules retraité de la Poste ancien adjoint PCF à Lanmeur

Boudrot Christophe syndicaliste hôpital public Plouigneau

Boulic Claude retraité cheminot, militant du secours populaire de Crozon, CROZON

Bournot Claudie Employée de banque Adjointe à la mairie du Relecq Kerhuon

Bourson Bernard Plouider

Bourven François cheminot ancien secrétaire départemental de la CGT et du PCF Plougonven

Bourven Guillaume militant PCF Morlaix

Bourven Michèle commerçante et aide-soignante retraitée syndicaliste communiste Morlaix

Braire Jacqueline Section PCF de Pont L’Abbé

Briand René retraité, membre bureau section de Quimper, membre CD  USR CGT, militant associatif Quimper

Buy Jean-Bernard

Caillarec D retraité syndicaliste CGT Scaër

Callens Bernard Fonction publique territoriale Quimperlé

Cadeville Gérard retraité de l’arsenal Brest

Challer Gérard retraité responsable associatif

Cam Denise retraitée Brest

Cam Jean-Paul retraité militant syndical Brest

Canqueteau Gilles  Conseiller fédéral à la protection sociale, pour la Fédération Mines Energie Cgt. Président de la CAMIEG, Caisse Nationale d’Assurance Maladie des industries électriques et gazières.

Carduner Christian Retraité militant CGT PTT ancien secrétaire Départemental CGT  du secteur des activités postales et des télécommunications du Finistère-Sud et secrétaire régional activités postales et communication Bretagne militant PCF Scaër

Carduner Elisabeth Retaitée Scaër

Caradec Maryvonne retraitée de l’enseignement militante associative St Martin des Champs

Cariou Alain professeur retraité ancien adjoint au maire de Plougonvelin

Cariou Alain Marin-pêcheur retraité Loctudy

Cariou Jean-Claude professeur retraité militant associatif ancien responsable syndical Logonna-Daoulas

Cariou Georges retraité Quimper

Cariou Mimi ancienne vendeuse ancienne candidate du PCF aux élections cantonales et législatives bénévole association de solidarité Loctudy

Carn Jean-René aide soignant retraité syndiqué CGT sympathisant PCF Plougonven

Carn Martine retraitée de la fonction publique hospitalière, ancienne élue, 3 mandats d’Adjointe au maire de 1995 à 2008, Conseillaire communautaire de 1999 à 2008. Vice présidente et présidente d’un SIVU au sein du SDIS 29. Présidente du Comité de Défense des usagers du CHP du Pays de Morlaix. Adhérente au PCF.

Carquet Philippe ouvrier de l’Etat Arsenal de Brest militant CGT Gouesnou

Capelle Jean-Luc retraité des finances publiques syndicaliste St Thégonnec-Loc Eguiner

Carriou Alain retraité agro-alimentaire syndicaliste CGT adhérent PCF Scaër

Causeur Jean syndicaliste retraité arsenal Brest

Cazaux Eugénie doctorante en géographie et militante communiste section de Brest

Clery Jean-Marc enseignant syndicaliste Briec

Cloarec Jean-Marie adjoint Communication/culture Rosporden/ Kernével – Front de Gauche

Cloarec Nadine retraitée CGT et PCF Locmaria-Berrien

Clorennec Yves instituteur Quimper

Cochennec Patrick Conseiller municipal à Cléden Poher

Cochon Olivier Morlaix

Coïc Albert syndicaliste CGT membre du secrétariat PCF du Pays bigouden Beuzec-Cap Sizun

Coïc Monique – Treffiagat

Coïc Yves – Treffiagat

Coignard Emile militant syndical France Télécom PCF Quimper

Colin Anne Enseignante Plévin

Coquillon Annick retraitée PCF section de Châteaulin

Coant Marie-Pierre 1ère adjointe à Berrien Retraitée de l’éducation nationale vice-présidente de Monts d’Arrée Communauté

Colimard Christian militant pacifiste Concarneau

Coquelin Olivier enseignant chercheur à l’Université Plomeur

Colpin Isabelle professeur d’art plastique Tregunc

Corbel Jean-Pierre retraité Lannilis

Corbel Marc Agent territorial PCF- CGT Lanmeur

Corentin Derrien Lycéen en terminale St Thégonnec-Loc Eguiner

Corre Christiane section PCF du Relecq-Kerhuon

Corre Jean-Claude adhérent section PCF Moëlan

Corre José section PCF du Relecq-Kerhuon

Corre Patricia section PCF du Relecq-Kerhuon

Corvellec Danielle retraitée section PCF Carhaix-Huelgoat

Corvellec Jean-Pierre retraité Education Nationale syndicaliste Le Guilvinec

Corvellec Joëlle retraitée Education Nationale Le Guilvinec

Couamme Claude chanteur, auteur compositeur interprète Douarnenez

Coz Michel militant syndical Brest

Cren André Retraité militant syndical et Secours Populaire Français. Adhérent PCF. Carhaix

Couic Ronan sympathisant communiste Poullan-sur-Mer

Creach Stephane Ouvrier d’Etat Naval Group Militant syndical Brest

Creignou Michel retraité adjoint au maire à Guisseny

Dagorn Paul Morlaix

Daniel Jeannine retraitée, militante associative Scaër Élue de 2008 à 2014, présidente du Syndicat de Production d Eau Scaër

Daniel Sébastien responsable de magasin adjoint au maire de Guiscriff

Daniel Yoann militant PCF Scaër ancien candidat aux élections européennes de 2014

 

David Alain ancien membre du secrétariat départemental PCF 29 ancien maire adjoint de MorlaixMilitant associatif jeunesse et défense de la santé Morlaix

 

David Jean-Claude conseiller municipal de Plourin-les-Morlaix

 

David Monique retraitée syndicaliste CGT (défense du salarié) militante associative santé Morlaix

 

Daviliers Caradec Eugène étudiant adhérent PCF Brest

 

De Lunardo Claude Retraité Marin-Pêcheur, bateaux « Petit Dahoued », « Mimosa », PCF Lesconil

 

De Lunardo Marie-Thérèse retraitée de la couture Lesconil

 

Debarnod Louis Retraité Arsenal Militant associatif et syndical Brest

Decadi Claude Douarnenez

Decadi Solange Douarnenez

Dejonghe Marie-Hélène retraitée Le Relecq Kerhuon

Dejonghe M retraité Le Relecq Kerhuon

Delannee Christian retraité économiste de la construction ancien adjoint au maire de Concarneau Morlaix

Dennielou Aline retraitée – Le Faou

Demaimay Jean-Pierre Douarnenez

Déroute Liliane PCF militante associative Guimaëc

Derrien Jean-Jacques retraité santé sociaux PCF Brest

Derrien Michel retraité de l’enseignement Morlaix

Devouge Henri 35 ans réparateur naval Concarneau

Dietrich Jacqueline retraitée de l’éducation nationale Quimper

Dizes Michel retraité fonction publique ancien DGA Plougasnou

Dizes Mireille retraitée fonction publique Plougasnou

Doucet Vincent restaurateur St Pol de Léon

Dréan Jean retraité de la SNCF militant CGT et PCF Quimper

Ducourant Christophe sans emploi musicien et chanteur du groupe Kenavo Goodbye Morlaix

Dufour Francis Kernevel

Duigou Norbert salarié de la Sécu militant syndical ex conseiller municipal de Bannalec

Duot Emile retraité des travaux publics syndicaliste Quimper

Duot François retraité de la construction syndicaliste Quimper

Duot Louis métallurgiste militant syndical Quimper

Dupas Roger Retraité RATP  militant CGT (UGICT) et Elu Mutualiste

Dupont Aloys lycéen en terminale Morlaix

Dupont Ismaël Professeur documentaliste Secrétaire départemental du PCF élu à Morlaix et Morlaix-Communauté

Duquenne Jackie retraité adhérent PCF Pont-Croix

Dusautiez Gilles cadre assurance PCF Le Relecq-Kerhuon

Dussoleil Jean auteur compositeur interprète Brest

Edelin Daniel, Retraité Sécurité Sociale, syndicaliste Quimper

Eliès Jean-Louis retraité militant syndical CGT Cléder

Evrard Bernadette retraitée Scaër

Fabre Marie-Josée Le Relecq-Kerhuon

Faujour Marie-France CGT responsable CGT Seita Morlaix Taulé

Felice Pierre retraité Penmarc’h

Fernandes Manuel retraité arsenal de Brest militant syndical CGT militant associatif Lanvéoc

Feyssel Floriane salariée Brest

Fichou Michèle Le Relecq-Kerhuon

Flageul Alain instituteur retraité Rosnoën

Flageul Catherine Retraitée militante de la paix, adhérence PCF Plougastel-Daoulas

Flageul Gaëlle vétérinaire Botmeur

Flegeau Didier

Flouriot Yann retraité de l’Education Nationale militant PCF Brest

Fouché Alain professeur agrégé Clohars Carnoët

FOUCHER Yann, professeur d’école bilingue, secrétaire départemental FSU, Quimper

Fournet-Fayas Pierre Retraité éducation populaire militant associatif et politique Scaër

Francès Marion PCF Scaër

Francillon Anne-Marie Retraitée de l’enseignement membre du PCF Brest

Gagou Christian, salarié construction navale, militant PCF Landerneau

Gadonay Yvonne retraitée conserveries PCF Le Guilvinec

Galataud Fabien Clohars-Carnoët

Gambache Michèle retraitée de l’éducation nationale Morlaix

Gambache Patrick président de CMS conseils Morlaix

Garnier Robert membre PCF militant associatif DDEN

Geoffroy Michelle retraitée Brest

Glevarec Michel retraité Brest

Glidic Camille 32 ans commerciale et mère au foyer Ile de Batz

Gloaguen Joëlle retraitée Fonction Publique militante PCF L’île Tudy

Gloaguen Patrick PCF Pays Bigouden

Glowinski-Pilatte Françoise retraitée de la CPAM du 93 Morlaix

Gontier Camille doctorant en sociologie militant communiste animateur associatif dans un club de sport Douarnenez

Gontier Dominique retraité membre du PCF, membre d’associtations environnementales Moëlan-sur-Mer

Goulian Bruno retraité cheminot syndicaliste Guipavas

Goulm Yvonne retraitée de l’éducation nationale Morlaix

Gourin Valérie  Le Relecq-Kerhuon

Gourmelon Thierry Plounéour-Brignogan Plages

Goussé Marie-France retraitée, engagée en tant que bénévole dans plusieurs associations de Concarneau en autre « Accès à la Santé Pour Tous ».

Grimardias Muriel Retraitée militante associative Lanmeur

Gruat Jean-Victor Retraité, ancien fonctionnaire international Ancien maire de Brennilis Ancien président du Syndicat du personnel de l’Organisation internationale du Travail

Guégaden Denise retraitée éducation nationale Penmarc’h

Guéguen Gilbert PCF Brest

Guéguen Fernande militante syndicale Brest

Guéguen Françoise Conseillère à l’emploi Adhérente au PCF Brest syndiquée à la CGT

Guéguen Paul PCF Brest ancien secrétaire de la CGT PTT

Guéguen Simone  PCF Brest ancienne conseillère municipale et communautaire

Guéguen Sophie retraitée Lannéanou

Guellec Eric Adjoint PCF au maire de Brest Vice-président de Brest Métropole

Gueranger Monique – taxi – syndicaliste  Guilvinec

Guermeur Monique retraitée – Le Faou

Guiavarc’h Malou enseignante militante syndicale Plouvien

Guigourese Bruno militant syndical et associatif cessation activité amiante Naval Groupe

Guillou Denise retraitée Thomson Scaër

Guillou Philippe retraité de la fonction publique PCF Quimper

Guillou Serge ouvrier PCF Scaër

Guivarch Annie retraitée secteur santé Pleyber-Christ

Guivarch Jacques artisan retraité Pleyber-Christ

Guyader Alain enseignant retraité syndicaliste Briec

Guyader Aline enseignante syndicaliste retraités SNUIPPP FSU Briec

Guyomarch Jean retraité de la Poste syndicaliste militant PCF Quimper

Guyon Jean-Pierre retraité militant PCF Concarneau

Hamon Pascal retraité Brest

Hamon Remi retraité Lanmeur

Hedin Dessi enseignante militante franco-suédoise du PCF Finistère

Hélary Joël, militant syndical retraité, Plourin lès Morlaix

Héliès Noël retraité Guipavas

Héré Jacqueline retraitée des Finances Publiques, maire adjointe PCF de Bellevue à Brest

Héré Roger retraité fonction publique, élu municipal PCF-Front de gauche Plouigneau

Hervé Arnaud traducteur Brest

Heurtaux Jean retraité Morlaix

Hisel Denise retraitée Brest

Houziaux Alain retraité militant CGT Concarneau

Hrouda Danielle retraitée agent territorial crèches responsable syndicale CGT Gouesnarc’h

Huellou Pol artiste du spectacle vivant Plougasnou

Huet Denis instituteur en retraite militant syndical FSU et PCF Quimperlé

Huet Pierre-Yves retraité fonction publique Brest

Inizan Joseph retraité Brest

Jaouen Jean-Luc Retraité BTP Responsable associatif départemental

Jaouen Maryvonne enseignante retraitée St Jean du Doigt

Jaouen Robert enseignant retraité St Jean du Doigt

Jan Marianne retraitée conseillère municipale Concarneau

Jasserand Bernard Retraité de l’énergie, militant syndical, adhérent du PCF à Quimper.

Jehanno Gilbert retraité Le Relecq-Kerhuon

Jehanno Geneviève  retraitée Le Relecq-Kerhuon

Jézéquel Michelle retraitée France Télécom syndicaliste Quimper

Jouai Jonathan ingénieur DCNS Brest

Jouannel JB CGT Retraités Brest

Juillière Claude retraité militant PCF et comité de défense de l’hôpital de Concarneau

Kerboriou Christelle Plougonven

Kerboriou Pascal syndicaliste hôpital public ancien adjoint au maire Plougonven militant associatif

Kerdraon Jacques syndicale CGT du Bâtiment Brest

Kerdraon Maie-Claire retraitée Brest

Kerdreux Christine retraitée de la Poste adhérente CGT retraités ancienne conseillère municipale PCF de Quimper

Kergourlay Louis professeur des écoles en retraite ancien élu municipal à Ergué-Gaberic

Kernéis Corentin retraité professeur ancien maire PCF de Scaër

Kervella Olivier retraité de l’enseignement Morlaix

Kervision Annick Enseignante retraitée Treffiagat

Kervision Jean Retraité de l’enseignement – Treffiagat

Kervision Marianne  Retraitée de l’enseignement  Treffiagat

Khalfa Colette retraitée de la Fonction Publique Territoriale Carhaix

Labous Jean-Jacques Retraité manipulateur radio  ancien secretaire de l’union locale cgt st pol de Leon Plouzévédé

Labrousse Jean-Roland retraité Air France syndicaliste Adhérent PCF Orly puis PCF Morlaix Carantec

Labrousse Mariette militante Air France syndicaliste Adhérente PCF Orly puis PCF Morlaix Carantec

Laërou André retraité Fouesnant

Lagadec Yvonne ancienne adjointe au maire de Brest militante associative

Lagadic Jeannine ouvrière à la conserverie en retraite PCF Le Guilvinec

Lagneau Françoise retraitée (service à la personne) à Plabennec

Lainé Jean-Yves  retraité pépiniériste ancien adjoint au maire PCF Lanmeur

Lainé Jeremy Technico-commercial Maire adjoint Guimaëc

Langrené Claude retraitée de l’éducation nationale CGT Retraitées Quimper

Lapeyre Françoise retraitée Brest

Laporte Daniel retraité Orange-France Télecom syndicaliste et PCF Carhaix

Laporte Fanch retraité militant syndical CGT

Lasson Christian  cheminot  militant associatif  PENMARC’H

Larzul Michel médecin psychiatre Quimper

Lavrand Pablo instituteur Diwan Brest

Le Bec Alain retraité militant associatif syndicaliste CGT Quimper

Lebelle Christian PCF Brest

Le Bellec Etienne retraité commercial conseiller municipal PCF Le Guilvinec

Le Bellec Nadine retraitée Pont L’Abbé

Le Bellec Robert retraité ajusteur CGT PCF Pont L’Abbé

Le Bellec Stephane pompier volontaire Pont L’Abbé

Le Bellec Yann Technicien des eaux Le Guilvinec

Le Berre Annie Retraitée de l’éducation nationale Brest

Le Berre Yves professeur émérite des Universités ancien adjoint au maire de Brest chargé de la culture

Le Berre Marie postière en pré-retraite militante syndicale Châteaulin

Le Berre Yvonne militante PCF Pont L’Abbé

Le Bihan Marie-José Saint-Martin-des-Champs

Le Bohec Simone retraitée HLM de Paris PCF Lesconil

Le Bohec Yannick retraité de la RATP- conducteur de RER Lesconil

Le Bohec Yves retraité de la RATP ancien conseiller municipal à Lesconil membre de la FNACA

Le Bras Marie retraitée Beuzec Cap Sizun

Le Brigant Jean-Luc syndicaliste de la construction Brest

Le Brun Bernard syndicaliste Quimper

Le Brun Chantal retraitée ancienne secrétaire de direction de l’ANECR Guilvinec

Le Brun Lucien ancien CDH ancien conseiller municipal , militant syndical QUIMPERLE

Le Brun Maxime éducateur spécialisé retraité, ancien marin-pêcheur au Guilvinec

Le Calvez Amélie 33 ans. Sizun. Membre PCF. Formatrice pour Adultes.

Le Calvez Jean-Luc adhérent PCF, ancien élu à la mairie de Morlaix, ancien militant et responsable CGT manufacture. Membre du collectif défense des usagers de l’hôpital Morlaix

Le Cam Christine retraitée section PCF Carhaix-Huelgoat

Le Cam Hubert retraité section PCF Carhaix-Huelgoat

Le Cam Maxime étudiant entraîneur de foot Pleyber-Christ

Le Cloarec Jacqueline certifiée de maths retraitée CGT Le Guilvinec

Le Cloarec Robert certifié de physique retraité CGT Le Guilvinec

Le Corre Alain postier syndicaliste Fouesnant

Le Corre Jean Roscoff

Le Corre Johann éducateur spécialisé à Brest

Le Coz Chantal secrétaire médicale hospitalière en retraite La Forêt-Fouesnant

Le Coz Sylvie retraitée de l’éducation nationale militante défense de l’hôpital et solidarité migrants Plougoulm

Le Dantec Guy retraité de la Mutualité Brest

Le Deroff Yves retraité Plouézoc’h

Le Doyen Serge retraité des sapeurs pompiers Plouégat-Moysan

Le Duff Suzanne Professeur des Ecoles Retraitée Lanmeur

Le Duff Georges Ingénieur en Bâtiment retraité Lanmeur

Le Fell Jean-Claude retraité Logonna-Daoulas

Le Fell Viviane retraitée Logonna-Daoulas

Le Faou Théo retraité militant associatif Guilvinec

Le Fer Jean-Claude militant PCF et CGT Plouigneau

Le Fief Sergine Lesconil

Le Fur Louis ancien marin-pêcheur, bateau « La Marseillaise », Lesconil

Le Fur Martine assistante maternelle retraitée Lesconil

Le Gall Gabriel ex conseiller municipal PCF de Roscoff

Le Gall Léon agriculteur retraité PCF section de Lanmeur St Jean du Doigt

Le Gall Marie-Pierre retraitée Le Relecq-Kerhuon

Le Gall Yvan agent territorial syndicaliste Morlaix

Le Goff Michel salarié dans l’industrie agro-alimentaire conseiller municipal à Bannalec délégué CGT

Le Goff Christian Bourg-Blanc

Le Goff Jeanne retraitée ATSEM école maternelle Le Guilvinec

Le Goff Valérie secrétaire médicale secours populaire Bourg-Blanc

Le Guen Marie-Hélène retraitée La Poste Militante syndicale et politique Morlaix

Le Guenic Roger Ancien syndicaliste CGT au CHU de Brest

Le Guennou Thierry retraité adjoint au maire commune de Baye

Le Guern Gaëtan professeur dans l’enseignement supérieur à Brest

Le Joncour Jean-Claude retraité de France Télécoms syndicaliste Quimper

Le Lorc’h Jean-Michel retraité Thalès Conseiller municipal à Brest

Lemen Andrée  Guilvinec

Lemen René – Guilvinec

Le Mieux Jean-Michel Conseiller municipal Scaër

Le Mignon Gilles retraité de l’Arsenal Lanrivaroué

Le Moal Karen adjointe aux sports Rosporden/Kernével-Front de Gauche

Le Moal Paul retraité de la fonction publique hospitalière ancien délégué syndical Plouézoc’h

Le Moal Yvette retraitée de la fonction hospitalière ancienne conseillère déléguée de Plouézoc’h ancienne maire adjointe de Plougonven

Le Moal-Perchec Michelle retraitée Quimper

Le Moigne Jacques Cheminot retraité syndicaliste Plouguerneau

Le Naour Jean-Claude PCF Brest ancien adjoint au maire Brest

Le Noac’h Colette aide-soignante en EHPAD Scaër

Le Nozerh Martine militante PCF Plozévet

Le Nozerh Emile Plozévet

Léon Chantal La Roche Maurice

Le Port Roselyne ancienne élue à Plourin-les-Morlaix

Le Roux André retraité, secrétaire de la section PCF du pays bigouden

Le Roux Christine retraitée éducation nationale

Le Roux Francette Retraitée des Douanes, militante communiste.

Le Roux Michel retraité éducation nationale

Le Roy André technicien Brest

Le Roy Annie Adjointe administrative Brest

Le Rumeur Didier retraité SNCF Morlaix

Le Saint Sophie conseillère commerciale Orange syndicaliste Quimper

Le Sann Olivier salarié agro-alimentaire Johnnies Plougoulm

Le Saout Brigitte travailleuse familiale Taulé

Le Saout Glenn, étudiant, responsable régional syndicat lycéen, Morlaix

 

Le Saout Jean-Luc ouvrier traiteur Taulé

 

Le Sech Robert infirmier psy retraité St Martin des Champs

 

Le Stum Léa Pont L’Abbé

 

L’Helgoualc’h Yves marin syndicaliste Concarneau

 

L’Helgoualc’h Marie-Rose retraitée syndicaliste Guilvinec

 

L’Helgoualc’h Yvon retraité syndicaliste militant associatif Guilvinec

L’Henaff Anne Militante pacifiste Lanmeur

L’Henoret Ernestine retraitée Gestionnaire d’un labo de recherche à l’université Paris Orsay Loctudy

Lintanf Gisèle infirmière psy retraitée Saint-Martin des Champs

Liziar Oxana enseignante de français pour les jeunes non francophones Le Relecq-Kerhuon

Liziar Pierre-Yves professeur des écoles conseiller délégué en charge des handicaps PCF Le Relecq-Kerhuon

Loennec Michel section pays PCF Bigouden dessinateur industriel CGT Le Guilvinec

Lozachmeur Christine retraitée Mellac

Lucas Annick retraité Crozon

Lucas François retraité de la chimie ancien secrétaire départemental CGT de l’Eure militant communiste militant associatif Crozon

Lucas Joëlle enseignante militante FSU militante associative caritative Crozon

Mahmutovic Marie-Christine adjointe au Relecq Kerhuon

Maillard Mathilde  médecin généraliste Brest

Manach Paulette retraitée Landivisiau

Marec Marie-Françoise retraitée Morlaix (Ploujean)

Marin Bernadette cadre du ministère de l’écologie en retraite communiste féministe Plougastel-Daoulas

Marlet Alain – syndicaliste – Guilvinec

Marin Georges artisan Brest

Marsac Yann Ouessant

Marzin Marie-Hélène retraitée des hôpitaux de Paris

Masson Alain Retraité cheminots CGT Le Guilvinec

Mazelin Isabelle Professeur Adjointe à la culture PCF au Relecq-Kerhuon

Mazo Jean-Yves retraité PTT Saint Evarzec

Menou Jean-Paul retraité Plestin-les-Grèves

Merlin-Buy Pierreline retraitée

Mest Yvon PCF Brest

Mévellec Danielle section PCF Pays Bigouden CGT Le Guilvinec

Mévellec François retraité mécanique CGT Le Guilvinec

Mévellec-Sithamma Monique retraitée de l’éducation Nationale , syndicaliste FSU, militante dans associations culturelles.

Meyniel Josette retraitée Brest

Mila Alain essayiste

Milin Jean-Pierre retraité Brest

Millet Jeannine militante PCF Mahalon

Moal Gisèle retraitée ancienne adjointe au maire PCF Plourin-les-Morlaix

Moal Marie-Claude infirmière psy retraitée St Martin des Champs

Moalic Clet retraité CGT arsenal Plozévet

Monfort Madeleine retraitée de la fonction publique

Monfort Mireille Retraitée Education nationale Plougasnou

Monot Françoise bénévole Secours Populaire Le Relecq-Kerhuon

Montuelle Denise militante associative solidarité Plougasnou

Moreau Louise retraitée Penmarc’h

Moreau Philippe Retraité, CGT,  AMPB (Accueil Migrants Pays Bigouden) à Penmarc’h

Morin Didier militant syndical CGT Brest

Morvan Eliane factrice militante syndicale Saint-Pol de Léon

Morvan Pierig conseiller municipal PCF Rosporden Kernével

Moysan Michel Concarneau

Mulleman Suzanne retraitée citoyenne Plomeur

Nayet Jean-Marc retraité Air France Locquénolé

Nayet Lucienne retraitée, militante associative, ancienne élue Locquénolé

Nédellec Régine retraitée Le Relecq-Kerhuon

Nioche Robert conseiller consultatif de Kernevel

Nioche Françoise enseignante retraitée, conseillère municipale Rosporden

Noguès Caroline Carantec

Normand Francis retraité Briec

Nuiaouet André retraité des PTT Morlaix

Olivier Alain retraité syndicaliste élu municipal PCF de Plozévet

Olivier Liliane retraitée Plozévet

Ollivier Dominique militante syndicale et associative St Martin des Champs

Ollivier Jean-Yvon retraité militant syndical et associatif St Martin des Champs

Ollivier Laurence retraitée Lannilis

Paimbeni Paul contractuel de la fonction publique Brest

Papin Sylviane enseignante Clohars Carnoet

Pann Pierre retraité des Ponts et Chaussées, ancien conseillé municipal PCF à Châteaulin.

Paret Michèle militante associative PCF Douarnenez

Pascal Jean-Louis dessinateur dans le bâtiment en retraite secrétaire de section PCF Concarneau

Paugam Claude militant éducation populaire Brest

Paugam Jacques syndicaliste Penmarc’h

Paugame Denis retraité, syndicaliste, Quimper

Paugame Françoise, retraitée, Quimper

Paul Maxime Ouvrier d’Etat militant mutualiste Plougastel-Daoulas

Paulus André enseignant retraité conseiller municipal La Feuillée

Paulus Patricia enseignante retraitée La Feuillée

Pellen Christine fonctionnaire Brest

Pellennec Eric militant syndical mutualiste et associatif Brest

Pellennec Sébastien conducteur Kéolis à Plabennec

Pencréach François retraité Brest

Penquerch Nicole retraitée adhérente PCF Kernevel

Penven Hervé Conseiller municipal de Locmaria-Berrien-Poullaouen

Penven Jean-François Adjoint au maire Huelgoat

Penven Jean-Jacques retraité militant PCF et CGT Huelgoat

Peron Paulette Retraitée Syndicaliste Plouénan

Peter Michaël Artisan Rosporden

Perrot Claudine retraitée ex employée de mairie au Guilvinec PCF Le Guilvinec

Perrot Illya Marin de commerce métallurgiste en retraite Quimper

Perrot Jean-Claude Retraité de la POSTE Militant de la CGT Quimper

Perrot Marianne enseignante adhérente PCF Guimaëc

Phelep Gilbert responsable syndical membre du PCF Rosporden

Phelepp Patricia Brest fonctionnaire syndiquée CGT Finances Publiques

Pibouleau Marie-Laure fonctionnaire Brest

Pibouleau Michel agent communal militant associatif et syndical Brest

Pierre Daniel commerçant en retraite Quimperlé

Pierrot Charlot ancien marin-pêcheur, bateau « L’exodus », Lesconil

Pirou Jean syndicaliste PCF Carhaix

Plougastel Maurice militant associatif Brest

Plougonven Pierre retraité Crozon

Pochat Annie – LSR – Treffiagat

Ponthieux Pascal retraité RATP Quimper

Porodo Patrice conseiller municipal de Rosporden Kernevel

Postic Jean-Claude  Staffeur Ornemaniste retraité PCF Morlaix ancien élu Plouégat-Guérand

Pouillet Pascal retraité militant associatif culture et langue bretonnes Locquénolé

Poupon Jacky retraité militant PCF Kernevel

Poupon Philippe – Postier – Hopital Camfrout

Prigent Michel transporteur retraité militant PCF Plouigneau

Prigent Yvette militante PCF Plouigneau

Primet Jean-Paul Retraité de l’enseignement professionnel Roscoff

Priser Jean-Claude Retraité Saint Renan

Puil Serge Demandeur d’emploi Membre du bureau PCF Morlaix Membre du Conseil Départemental PCF Finistère Militant syndical CGT

Quelaudren Patrick militant Front de Gauche Pont L’Abbé

Quelennec Ludovic Sympathisant communiste conseiller municipal à Kerlaz

Quemener Marcella retraitée industrie chimique secteur parfumerie Le Guilvinec

Quemener Paul Maire de Berrien

Quemeneur Fréderic restaurateur Saint Pol de Léon

Quilliot André retraité Morlaix

Rainero Piero Conseiller Municipal PCF de Quimper.

Rainero,Yvonne professeure agrégée ER, militante communiste, militante associative Quimper

Ramonet Roger retraité France Télécom militant CGT Douarnenez

Rannou Jacques Cheminot retraité, Maire-Délégué PCF/ Front de Gauche de Kernével (commune associée de Rosporden), conseiller communautaire de Concarneau-Cornouaille-Agglomération (CCA)

Ravasio Anne retraitée de l’enseignement Saint Thégonnec Loc-Eguiner

Ravasio Daniel Retraité Education Nationale, militant PCFet FSU, militant associatif, Saint Thégonnec Loc-Eguiner

Rea Larry Retraité Conseillé municipal délégué Le Relecq-Kerhuon

Reneaud Gilberte retraitée CAF Lesconil

Reneaud Jacques cheminot retraité Lesconil

Richard Anita professeur des écoles en retraite, conseillère municipale, conseillère communautaire Rosporden

Richard Christiane Kernevel

Riou Philippe postier Pluguffan

Rivière Gilles ancien conseiller municipal PCF de Châteauneuf du Faou

Rivière Guy Retraité de la fonction publique territoriale, militant syndical à Brest Locmaria-Plouzané

Rivoalan Erwan bibliothécaire et syndicaliste Brest

Rossignol Danielle assistante sociale Brest

Rodiere Isabelle  syndicaliste Fouesnant

Roudaut Jean-Claude retraité fonction publique territoriale Landeda

Roue Michel militant syndical Brest

Rousseau Gérard retraité Beuzec Cap Sizun

Rousseau Maryse syndicaliste Plomeur

Rouzier Maryse retraitée Brest

Saint-Jalmes Roberte retraitée militante associative section PCF Quimper

Sait Yasmine  étudiante Quimper

Salaün René retraité des douanes Plougonvelin

Salaün Remi Ancien technicien préparateur coque navires à Dcns. Militant syndical

Salaün Robert syndicaliste, retraité Plougastel-Daoulas

Saout André retraité Brest

Salzenstein Amélie retraitée adhérente PCF Plougonven

Savina Joël  retraité syndiqué CGT Saint Hernin

Scattolin Valérie déléguée syndicale et conseiller municipale Morlaix

Schartz Annie retraitée Brest

Schmitt Gil retraité, Plomodiern

Sechet Gérard retraité Rosporden

Séchet Malika conseillère mutualiste adhérente PCF Rosporden

Ségalen Cécile Le Relecq-Kerhuon

Ségalen Marie-Jo retraitée Le Relecq-Kerhuon

Ségalen Pascal conseiller municipal PCF Le Relecq-Kerhuon

Seillé Mikaël Pleyber-Christ

Sellin Denis membre du PCF et militant associatif commerçant retraité Moëlan-sur-Mer

Serrano William retraité de l’Arsenal Brest

Séverac Marceline syndicaliste de la santé Douarnenez

Seznec Jean-Luc artisan retraité Quimper

Sinquin Gilbert cheminot retraité CGT Châteaulin

Sinquin Ronan militant syndical CGT de la Poste, ER PCF Quimper

Sorholus Janine militante syndicale retraitée militante associative Morlaix

Squividant Gisèle retraitée Quimper

Tandé Guy infirmier psy retraité Saint-Martin des Champs

Tanguy Alain Brest

Tanguy Jacques retraité militant FSU

Tanguy Marianne Brest

Tanguy Michel retraité Brest

Tanguy Ronan, retraité,  élu pendant 25 ans au Relecq-Kerhuon, demeurant à Plouarzel

Tanguy Yasmine employée de banque demeurant à Plouarzel

Thatje Julia Professeur documentaliste Militante associative et culturelle Morlaix

Thépaut Raymond section PCF de Fouesnant

Tahmed Lhouss infirmier indépendant Brest.

Theng Mikaël Chaudronnier-Soudeur Syndiqué CGT Métallurgie Militant Associatif adhérent PCF Quimper

Thoement Denise retraitée bourg de Saint Rivoal

Thomas Céline secrétaire médicale retraitée Le Guilvinec

Thomas Pierre-Yves Membre du CD PCF 29 Retraité de l’Aéronautique, Militant syndical Membre actif dans le secteur associatif Carhaix

Troadec Martine correspondante de presse Guilvinec

Trimaille Thierry professeur à la retraite délégué départemental de l’éducation nationale membre du bureau de la CGT Educ’action 29 Pont L’Abbé

Troboe Emile Le Relecq-Kerhuon

Troboe Yvonne Le Relecq-Kerhuon

Tudo Deler Michel Michel Retraité SNCF, militant CGT et PCF Lanmeur

Tupin Hugues conseiller municipal et communautaire Douarnenez (opposition initiatives citoyennes)

Venditti Marc décorateur franco-italien Brest

Vérant Jean-François Retraité Militant association PCF Morlaix Plougasnou

Veschetti Linda prof d’EPS militante syndicale Carhaix

Voignier Jean-Marie désigner Roscoff

Volant Jean-Claude demandeur d’emploi Quimper

Yaouank Denis militant syndical Elliant




Morlaix 14 Mai, L’historien Jean-Paul Sénéchal raconte le Finistère du Front Populaire.

Mardi de l’éducation populaire de la section de Morlaix.

L’historien Jean-Paul Sénéchal raconte le Finistère du Front Populaire, 1934-1938. A partir des travaux de sa thèse et de son passionnant ouvrage :

Le Finistère du Front Populaire, 1934-1938. Logique de blocs et lutte pour l’hégémonie politique (1938).

Cette conférence sera suivie d’échanges avec l’auteur et historien, d’une dédicace de son livre et d’un apéritif convivial.

Mardi 14 mai, 18h au local du PCF Morlaix.

2 petite rue de Callac derrière le Corto Maltese.

Lien pour préparer la conférence avec un article  sur le front populaire dans le Finistère : Le front populaire dans le Finistère.