«

»

Juin 21 2016

Le 23 et le 28 juin tou-te-s dans la rue contre la loi El Khomri/Medef !

image_pdfimage_print
Manifestation_contre_la_loi_Travail_9_avril_2016_03
Communiqué du PCF Finistère : plus que jamais mobilisés contre la loi El Khomri et la politique autoritaire et anti-sociale du gouvernement les 23 et 28 juin !
L’énorme manifestation du 14 juin a montré que la mobilisation contre la loi travail est plus forte que jamais. Rien de plus normal ! La loi El Khomri est la loi du Medef. C’est aussi une loi directement dictée par les institutions européennes au nom de leurs dogmes néo-libéraux et pro-finance qui, partout en Europe, font monter la précarité, le chômage, les inégalités.
Le refus de voir pulvérisées les protections qu’ont gagnées les salarié-e-s grâce à leurs luttes et aux conquêtes politiques de la gauche continue d’être largement majoritaire dans une opinion publique acquise au soutien de ce mouvement.
C’est que la population, les salarié-e-s, les jeunes n’acceptent pas cette fragilisation massive que l’on veut leur imposer, cette généralisation de la précarité et du dumping social contenues dans la loi El Khomri, dans un pays qui crée plus de richesses que jamais.
Plutôt que de reconnaître la réalité de ce mouvement, le gouvernement et le président de la
République s’enferment dans le déni, le mépris, l’autoritarisme pour faire passer en force leur
projet. Incapables de trouver une majorité parlementaire, ils veulent renouveler l’utilisation du
49-3 pour empêcher le débat, ils mènent campagne contre les syndicats qui luttent et refusent de négocier le poids des chaînes, utilisent la division, le mensonge, la menace.
La mobilisation a déjà payé, elle peut l’emporter.
Le Parti communiste appelle à participer aux mobilisations des 23 et 28 juin prochains et à étendre la solidarité avec le mouvement et les actions des grévistes.
Le jeudi 23 et le mardi 28 juin à 12h à Brest, Morlaix, Quimper, Quimperlé, manifestons nombreux pour le retrait de la loi El Khomri.
La mobilisation sociale en cours contre la destruction du Code du travail est une chance pour notre pays. Face à l’autoritarisme du gouvernement, face à l’instrumentalisation des peurs et de la xénophobie à droite et à l’extrême-droite, elle porte une logique d’espoir pour la défense des principes d’égalité et de solidarité, la reconstruction d’une alternative politique réellement à gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *