image_pdfimage_print

Archives du Mois : mai 2018

Mai 29 2018

Retour sur le 26 mai dans le Finistère

Marée Humaine on continue !

À l’appel de plus de 60 organisations associatives, syndicales et politiques, 190 manifestations ont eu lieu ce samedi partout en France contre la politique d’Emmanuel Macron et pour « l’égalité, la justice sociale et la solidarité ». Elles ont réuni 280 000 personnes dont 80 000 à Paris.

Environ 2 200 personnes à manifester en tout dans le Finistère sur 4 lieux de manifestations (Quimper, Brest, Quimperlé, Morlaix).

1000 personnes à Brest (700 comptabilisées par la presse), 300 à Morlaix (250 comptabilisées par la presse), 250 à Quimperlé, 700 à Quimper. 

Une mobilisation moyenne, surtout de militants du premier et deuxième cercle, sans beaucoup de jeunes malheureusement, ni de syndiqués de base (comparer les 1000 manifestants à Brest aux 4000 de la manif de la fonction publique le 22 mai quatre jours avant) mais qui a eu le mérite d’entretenir la flamme.

A Morlaix, c’est le PCF qui a pris l’initiative de rassembler les organisations signataires de l’appel et représentées localement, 15 sont venues dans notre local mardi dernier, c’est nous qui avons pris la parole pendant la conférence de presse et nos idées ont été reprises pour le rassemblement initial et le défilé (de la place de la gare Rol Tanguy à l’hôpital).  Les militants communistes ont dialogué et dit leurs quatre vérités au suppléant de la députée En marche. L e discours de Martine Carn, militante communiste et par ailleurs porte-parole du comité de défense de l’hôpital de Morlaix, a été très applaudi.

  marée

A Brest, où France Insoumise est bien implantée comme à Morlaix, la réunion de préparation s’est passée dans un bon climat et le PCF a joué tout son rôle dans l’organisation et le défilé.

A Quimper,  le PCF était  co-organisateur et a participé à la manif.

Vendredi soir, Emmanuel Macron avait tenté, depuis la Russie, de prendre les devants avec un entretien sur BFMTV. «  Mon seul message : ceux qui veulent bloquer le pays n’y arriveront pas. Aucun désordre ne m’arrêtera. Le calme reviendra », a résumé l’équipe du président sur son compte Twitter officiel. Pas de quoi décourager ceux qui, à l’appel de plus de 60 organisations syndicales, politiques et associatives, s’étaient donné rendez-vous samedi pour faire déferler partout dans le pays une « marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité ». Bien au contraire. 190 défilés ont réuni 280 000 manifestants, selon les organisateurs.

Après la manifestation du jour, ce rassemblement a-t-il vocation à se poursuivre ? « L’avenir nous le dira », répond Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT derrière la banderole de son syndicat, estimant important le message envoyé aux citoyens : «il y a la possibilité de faire autrement que de toujours gagner moins, toujours travailler plus au profit de quelques uns», résume-t-il. Si tous les organisateurs ont rendez-vous lundi soir pour tirer le bilan du week-end, certains estiment d’ores et déjà qu’il faudrait donner des suites à ces « marées populaires ». « A la mesure que la colère grandit, l’espoir grandit aussi.