Archives du mot-clé : Chateaubriant

image_pdfimage_print

Oct 19 2016

Nous irons nous recueillir à Chateaubriant

Il y a 75 ans, le 22 octobre 1941, à Chateaubriant, 48 otages étaient passés par les armes.

ob_97a08c_affiche-chateaubriant-r-456

Communistes, militants de la CGT, fusillés par l’armée hitlérienne ; ils ont été soigneusement choisis par les autorités françaises collaborationnistes, les représentants des forces de droite et du patronat, en application du décret-loi Serol.

Parmi eux Marc Bourhis, instituteur à Trégunc et Pierre Guéguin maire de Concarneau.

Le 25 octobre le général de Gaulle déclare à la radio de Londres : « En fusillant nos martyrs, l’ennemi a cru qu’il allait faire peur à la France. La France va lui montrer qu’elle n’a pas peur de lui »

Louis Aragon leur dédiera un des ses poèmes les plus célèbres, « La Rose et le Réséda ».

A la Libération, les otages auront des obsèques nationales.

Depuis le souvenir n’a jamais faibli et chaque année et nombreux sont les Concarnoises et les Concarnois qui chaque année se souviennent du combat des résistants de la première heure et tiennent à leur rendre hommage à l’endroit même où ils ont été exécutés.

Cet hommage -au moment où résonne sombrement l’épilogue de la pièce de Bertolt Brecht La résistible ascension d’Arturo Ui : «Vous, apprenez à voir, plutôt que de rester les yeux ronds. Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde »prend une urgence, une importance particulières.

L’actuel maire « Les Républicains » de Concarneau, André Fidelin, ex UMP, rentrera lui aussi dans l’Histoire, par la petite porte, pour avoir supprimé la mise à disposition d’un car municipal à celles et à ceux qui voulaient se rendre à Chateaubriant dimanche 23 octobre pour la cérémonie de mémoire et d’hommage.

chateaubriant

Il y a des décisions lourdes du symbole qu’elles portent.

La section Concarnoise et la fédération du Finistère du PCF s’élèvent avec force contre cette attitude singulièrement révélatrice.

Concarneau. Brest le 19 octobre 2016

PCF Concarneau – PCF Finistère

Cérémonies de Châteaubriant du 22 octobre, rectificatif au communiqué de la Fédération du Parti Communiste. 
 
Chaque année la Ville de Concarneau prévoyait au budget la somme qui permettait la mise à la disposition d’un car pour les participants au déplacement pour la commémoration de la fusillade de Châteaubriant et de l’exécution des Concarnois Marc Bourhis et Pierre Guéguen.
Les services informaient les Concarnois par des communiqués dans la presse locale. 
Nous transmettions l’information autour de nous, recueillions les inscriptions et retenions un restaurant. 
C’était le cas depuis le maire socialiste, Gilbert Le Bris, a répondu d’une manière positive à notre demande et jusque 2015 avec le maire de droite, André Fidelin. Nous avons pris conscience du désengagement de la municipalité le 14 octobre seulement (personnellement le 15). Avant cela, j’ai, plusieurs fois, physiquement ou par téléphone, tenté de joindre la secrétaire du maire sans succès pour avoir des certitudes et faire le travail indiqué ci-dessus. Un élu de l’opposition « A Bâbord Toute » est intervenu au début de la semaine dernière, auprès du maire qui finalement a accepté de financer la location d’un mini-bus. Cet accord n’était pas connu quand le communiqué a été mis sur le blog.                                                                                                                                    
La Ville de Concarneau a un mini-bus qui était déjà réservé à une association le 23. Ce qui, si c’était nécessaire, confirme selon moi le désengagement. Nous ne sommes jamais certains de remplir un car, mais un mini-bus si.
Finalement la ville de Concarneau a bien mis à disposition un véhicule dans les derniers jours avant la commémoration de l’exécution des otages de Concarneau.  
Jean-Louis Pascal, secrétaire de section du PCF Concarneau  
 
Rectificatif de la fédération du Parti Communiste, 26 octobre 2016, paru dans l’Humanité le 27 octobre.  
« A l’occasion de la commémoration de la fusillade de Châteaubriant le dimanche 22 octobre, la fédération du Parti Communiste du Finistère s’est émue le 19 octobre, à partir des informations qui lui avaient été transmises en début de semaine, que la mairie de Concarneau ne mette pas à disposition comme à l’habitude un car pour permettre aux Concarnois qui le désirent d’honorer la mémoire de Pierre Guéguen et de Marc Bourhis, fusillés à Châteaubriant avec 25 autres otages, communistes ou cégétistes après avoir été livrés aux autorités d’occupation allemande par le régime de Vichy. Il se trouve que la réaction était précipitée puisque la mairie de Concarneau a bien finalement financé un déplacement à Châteaubriant pour un petit groupe de Concarnois tandis qu’il leur rendait hommage dans sa ville. 
La Fédération du Parti Communiste du Finistère s’excuse donc auprès d’André Fidelin, maire de Concarneau, pour cette réaction trop précoce, injuste au regard de la décision finale du maire de Concarneau ».