PCF Finistère

Author's posts

Communiqué de presse de la section PCF du Pays de Brest – Venez échanger avec Gladys Grelaud, candidate du Front Populaire avec Laurent Peron sur la 5e circonscription du Finistère – Samedi 15 juin à 18h30/ Landerneau

Communiqué de presse

Communiqué de presse de la section PCF du Pays de Brest

Suite à la dissolution de l’Assemblée Nationale décidée par le Président de la République, des élections législatives anticipées se tiendront les 30 juin et 7 juillet prochains.

Face au danger que représente l’extrême droite, face à l’échec de la Macronie, la Section PCF du Pays de Brest appelle à un rassemblement large des forces de gauche, dans la dynamique initiée par le Nouveau Front Populaire.

En effet, plus que jamais nos concitoyennes et nos concitoyens expriment leurs besoins de services publics renforcés, accessibles partout à toutes et à tous. Ils expriment la nécessité d’une augmentation de leur pouvoir d’achat, de leurs salaires et de leurs pensions de retraite. Ils expriment leur volonté d’une baisse de l’âge du départ à la retraite.

Dans le respect des discussions qui sont encore en cours au plan national et que nous souhaitons voir aboutir, nous proposons la candidature de Gladys Grelaud sur la 5ème circonscription du Finistère. Elle devrait se voir associer en suppléant Laurent Péron, maire socialiste du Relecq-Kerhuon.

Dans l’espoir de voir la 5ème circonscription basculer à gauche, nous vous appelons d’ores et déjà à participer aux mobilisations de ce samedi, à Landerneau puis à Brest, contre l’extrême droite. Retrouvons-nous également toutes et tous pour échanger avec Gladys Grelaud, à la salle Toull Kog à 18h30, samedi à Landerneau.

Attention, nouvelle adresse mail de la section : pcf.sectionbrest@gmail.com

Commémoration, 15 juin 2024: il y a 80, les fusillés de Lesconil

1944 le fascisme est là.
2024 : 80 ans après coupons lui la route : Front Populaire !
N’oublions pas.

Gaston Balliot

 

Plusieurs résistants communistes de Quimper ont été retrouvés dans la fosse commune des dunes du Poulguen à Penmarc’h, fusillés dans le pays bigouden ou à Quimper – après être passés parfois par la prison St Charles de Quimper. Leurs corps furent retrouvés à l’ouverture de la fosse en août 1944.
Marcel Kergonna d’Ergué-Armel (aujourd’hui quartier de Quimper), était sergent-chef dans la 1ère compagnie « Sous-Marin Curie » du bataillon FTP La Tour D’Auvergne. Il fut arrêté en avril 44 avec plusieurs membres de son groupe, lors d’une opération militaire sur la route de Quimper à Plomelin, fusillé en mai près de Penmarc’h, son corps jeté dans la fosse de Poulguen. Il avait 24 ans.
Arthur Quéinec, Quimpérois dont une cellule d’Ergué-Armel a porté le nom, militaire de carrière démobilisé devenu ferblantier à Quimper, marié à Penhars (ancienne commune intégrée à Quimper en 1960), ayant rejoint les FTP en 1943, recherché à la suite d’une opération de sabotage à Briec, arrêté à Pouldreuzic, détenu à la prison St Charles, condamné à mort par le tribunal militaire allemand de Quimper, fusillé le même jour à Toulven le 21 avril 44 et enterré sur place dans le sable. Lui aussi avait 24 ans.
Charles Le Port, cheminot quimpérois d’Ergué-Armel, déporté du travail en Allemagne il s’évade et rejoint à son retour le bataillon FTP La Tour d’Auvergne en 1943. Arrêté en février 44 à Quimper, détenu à la prison St Charles, comme Arthur Quéinec il est condamné à mort le 21 avril 44 par le tribunal militaire allemand de Quimper pour activités communistes, fusillé le même jour au Poulguen et enseveli dans la fosse commune. 24 ans lui aussi. La cellule des cheminots de Quimper portait son nom.
Et encore Marcel Volant, né à Quimper, père de 2 enfants, domicilié à Pont L’Abbé, postier auxiliaire, qui rejoint lui aussi le bataillon FTP La Tour d’Auvergne en 44, il prend part à plusieurs déraillements. Arrêté en avril 44 avec Marcel Volant lors d’une action de nuit par la police allemande, interné à St Charles, fusillé en mai au Poulguen sans jugement, enseveli sur place dans la fosse. Il avait 27 ans.
Et Pierre Plouzennec, né à Plogastel St Germain, lui aussi membre des FTP, qui fit partie d’un groupe de 12 hommes qui attaqua la prison St Charles de Quimper le 9 avril 44 pour tenter de libérer les résistants qui y étaient internés (et torturés). Arrêté peu après sans lien avec cette action, il fut exécuté par les Allemands au champ de manœuvre de La Tourelle à Ergué-Armel (Quimper) et lui aussi jeté dans la fosse de Poulguen le 24 avril 44. Tl avait 23 ans.
A noter que c’est au champ de tir de La Tourelle qu’eut lieu la première exécution par l’occupant de résistants quimpérois en 1942. C’étaient deux jeunes postiers auxiliaires communistes FTPF de 20 et 19 ans, Pierre Jolivet et Emile Le Page, résistants de la 1ère heure. Militants de la Jeunesse communiste, ils avaient adhèré au parti communiste en 1939. Ils ont fait partie des premiers groupes résistants du parti communiste dans l’Organisation Spéciale (O.S.) reconnue comme unité combattante dès octobre 1940 et mise en place en Bretagne par Robert Ballanger, puis dans les FTPF, qui ont pris la suite de l’O.S. Avec leur groupe, Émile Le Page et Pierre Jolivet participaient aux distributions de tracts et journaux clandestins et dès janvier 1941 aux premières actions directes contre l’occupant : sabotages, attentats contre la caserne de la Wehrmacht, contre le Soldatenheim, foyer du soldat allemand, de Quimper.
Ils préparèrent l’attentat contre le siège de la LVF, leur groupe l’exécuta sans eux en juin 1942.
Car entretemps ils avaient été repérés, sur dénonciation, lors d’une distribution de tracts appelant à manifester le 1er mai 1942.
Arrêtés par des policiers français et torturés à la prison de Mesgloaguen à Quimper, ils furent remis par la police française aux Allemands, condamnés à mort et fusillés, Pierre Jolivet le 5 juin 1942, Émile Le Page, le chef de groupe, le 8 juillet.
Le 14 juillet 1942 un rassemblement se tint au cimetière d’Ergué-Armel près de la fosse commune où leurs corps avaient été jetés.
Une foule immense suivit leurs obsèques à la Libération quand leurs corps furent rendus à leurs familles.
Et tant d’autres résistants communistes de notre pays de Quimper dont on pourrait évoquer le souvenir.
Exécutés, morts en déportation.
J’ai connu certains des survivants si discrets sur leur passé, comme notre camarade Denise Larzul, véritable héroïne de la Résistance et de la Libération de Quimper et du Sud-Finistère dont je garde le souvenir ému.
Employée à la Sécurité Sociale de Quimper, elle s’engagea dans la Résistance à 21 ans. Menacée d’être arrêtée, elle rejoignit le maquis, puis la compagnie « Sous-Marin Curie » du bataillon FTP La Tour d’Auvergne; infirmière de la compagnie et combattante, elle remplaça même son chef de corps quand il fut incarcéré à la prison St Charles. Participant les armes à la main à la Libération de Quimper puis à celle du Sud-Finistère jusqu’à la presqu’île de Crozon, elle fut décorée de la Croix de guerre, et la ville de Quimper lui a rendu hommage après sa mort en donnant son nom à une salle municipale à Ergué-Armel.
1944 -2024, tirons les leçons de l’histoire, barrons la route au fascisme, Front Populaire !
Yvonne Rainero

Communiqué du PCF Finistère – jeudi 13 juin 2024: Ensemble, faisons gagner la gauche et le Front populaire

Communiqué du PCF Finistère – jeudi 13 juin 2024:
Ensemble, faisons gagner la gauche et le Front populaire aux élections législatives des 30 juin et 7 juillet !
Le PCF remercie les 10 400 finistériennes et finistériens qui ont voté pour la liste de la Gauche unie pour le monde du travail de Léon Deffontaines, et les 583 000 électeurs de notre liste partout en France.
Le résultat des élections européennes du 9 juin suscite une profonde inquiétude devant l’ampleur de la progression de l’extrême-droite. Pour construire l’alternative à Macron et au rassemblement national, le PCF appelle la population attachée aux valeurs de progrès et à la République sociale à investir avec détermination le nouveau Front Populaire.
Ces élections européennes ont montré l’ampleur de la crise du capitalisme, à quel point les politiques européennes néolibérales au service du capital, le recul des services publics et l’austérité, la baisse du pouvoir d’achat, ont alimenté la progression de l’extrême droite.
Les électeurs et électrices ont décidé de sanctionner massivement Emmanuel Macron. Ces élections sont une nouvelle démonstration de la catastrophe démocratique en cours à laquelle ont conduit l’autoritarisme du pouvoir et une Vème République présidentialiste qui ne cesse de bafouer le Parlement et la démocratie sociale, les droits des citoyens et les libertés publiques.
Dans une telle situation, l’annonce par le Président de la République de la dissolution de l’Assemblée nationale place l’extrême droite aux portes du pouvoir. Le Parti communiste français mesure avec une extrême gravité cette situation et appelle à un sursaut national, fort de son implication dans les grandes luttes progressistes de notre histoire pour des conquis sociaux et dans la résistance au fascisme.
Au lendemain des élections européennes, l’Europe et la France se retrouvent devant un défi historique. Dans de nombreux pays de l’Union européenne, l’extrême droite arrive en tête ou en seconde position et obtiendra près de 200 élu⸱es, pesant ainsi plus fortement que jamais au Parlement européen.
En France, l’extrême droite, avec 36,93% des suffrages, obtient un résultat sans précédent dans notre histoire. Cette progression funeste s’accompagne d’ores et déjà d’une montée de la xénophobie, du racisme et de l’antisémitisme, de la multiplication des discriminations, de la mise en cause des principes les plus fondamentaux de notre République. Nous ne laisserons pas l’extrême droite diviser la nation par sa politique de haine.
Dans le Finistère nous n’avons malheureusement pas dérogé à la règle nationale avec un Rassemblement national qui obtient plus de 98 000 voix et près de 25%, arrivant en 1ère position dans notre département pour la première fois dans l’histoire.
C’est la confirmation de la profonde crise politique que nous traversons en raison de décennies de politiques néo-libérales et capitalistes, et de l’approfondissement des inégalités, de la pauvreté, et de la perte de confiance politique, mais aussi l’effet d’une banalisation des idées d’extrême-droite dans certains médias qui leur servent la soupe et dans la société.
Dans le Finistère, la déception légitime que nous ressentons devant le résultat de la liste de Léon Deffontaines, suite à la belle campagne de Léon Deffontaines, de notre collectif militant et de notre jeune candidat et porte-parole finistérien Taran Marec, doit être pondérée par le constat de la progression de nos résultats en nombre de voix et pourcentages depuis les Européennes de 2019 et la campagne de Ian Brossat : + 2 400 voix avec 10 470 voix contre 8 068 en 2019, et + 0,4%, avec 2,65% contre 2,26% en 2019.
Dans la grande majorité des communes du Finistère, notre score aux Européennes progresse en 2024 par rapport à celui de la liste Ian Brossat en 2019, et tout particulièrement pour ce qui concerne le nombre de voix dans les communes rurales.
Maintenant nous allons nous retrousser les manches pour gagner les élections législatives du 30 juin et du 7 juillet en jouant tout notre rôle au sein des campagnes unitaires de la gauche et des écologistes réunis dans le Front Populaire.
Le score global de la gauche dans le Finistère, de + 36,5% (PS + LFI + EELV + PCF) , est supérieur à celui de l’extrême-droite (29%: RN + Reconquête), et à celui de la droite (24%: Renaissance + LR). Le grand chelem pour la gauche dans le Finistère est possible avec un sursaut des forces progressistes et démocratiques et une campagne unitaire de haute intensité dans cette situation d’extrême danger pour la République.
Nous aurons besoin de tous ces députés de gauche finistériens en plus, pour conquérir une majorité parlementaire sur un contenu politique et un programme de gouvernement ambitieux socialement, ou bien pour résister. Le Parti communiste qui soutient cette logique d’union absolument nécessaire et entend proposer une candidate pour représenter le Front Populaire dans le Finistère aux élections législatives du 30 juin et du 7 juillet dans une circonscription ainsi que des suppléants.
Il sera au côté de tous les candidats communs désignés du Front populaire pour aller à la victoire dans les 8 circonscriptions du Finistère, une union qui a vocation à agréger les forces citoyennes, associatives, syndicales qui veulent d’une politique de progrès social et humain dans le pays, et non d’une grande régression raciste et réactionnaire.
Initiées dans l’urgence par une large intersyndicale, le succès populaire des manifestations citoyennes pour redire le caractère inimaginable d’une prise de pouvoir de l’extrême-droite et poser l’exigence d’unité de la gauche et humanistes et progressistes face à l’extrême-droite au machiavélique président Macron et sa majorité conduisant une politique antisociale qui mène à l’abîme, nous montrent la voie.
Nous appelons de nouveau les Finistériennes et Finistériens à se mobiliser massivement dans toutes les initiatives de manifestations unitaires pour le social et la démocratie, contre la haine et l’extrême droite à Carhaix devant la mairie vendredi soir à 18h, à Brest samedi à 14 h place de la Liberté, à Quimper samedi à 11 h place de la Resistance, à Morlaix samedi 14 h parvis de la Mairie

Avec Taran Marec: + 80 personnes au débat sur les propositions des candidats et listes de gauche aux Européennes sur la Palestine ce mardi 4 juin à Plourin-les-Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard)

Photos de Pierre-Yvon Boisnard du débat sur l’Europe et la situation en Palestine et à Gaza organisé par l’AFPS du Pays de Morlaix ce mardi 4 juin avec plus de 80 participants à la salle du Cheval Blanc de Plourin-les-Morlaix. Bravo à notre camarade candidat communiste aux élections européennes, Taran Marec, qui a été très bon et complet et dont les interventions ont été saluées – une fierté d’avoir un jeune camarade de 25 ans qui puisse si bien représenter notre liste dans le Finistère et en Bretagne – ainsi qu’à tous autres les intervenants de ce débat pour lequel seuls les partis de gauche avaient répondu à l’invitation de l’AFPS – Christine Prigent (EELV), Pierre-Yves Cadalen (FI), Christine Bonnard Le Floch (PS), Michel Beaupré (UDB) – dont les interventions étaient assez convergentes sur le fond sans être redondantes car elles se sont complétées les unes les autres. Les camarades du PCF étaient 25 présents dans la salle pour ce débat important des candidats européennes, le seul équivalent dans les régions françaises, dont tout le mérite est à l’AFPS Pays de Morlaix qui fait un énorme boulot depuis 7 mois, et bien plus que ça. François Rippe a conclu la soirée avec un pot fraternel.

Le PCF soutient l’appel du syndicat CGT des cheminots de Cornouaille qui appelle à un rassemblement devant la gare de Quimper le Mercredi 5 Juin à partir de 12h15 jusqu’à 13h45

Le PCF soutient l’appel du syndicat CGT des cheminots de Cornouaille qui appelle à un rassemblement devant la gare de Quimper le Mercredi 05 Juin à partir de 12h15 jusqu’à 13h45. Pour la défense du service public ferroviaire de qualité, pour le respect des représentants des usagers et des salariés. Les salariés de la gare routière participeront aussi à cette action. Un point presse sera organisé entre 12h45 et 13h15.

Depuis plusieurs années, nous alertons sur la dégradation du service public et notamment pour notre champs d’action le service public ferroviaire et depuis peu celui de la gare routière.  Nous demandons une « bulle » accueil pour accueillir sur notre beau pays de Cornouaille, les voyageurs qui vont dépasser les 1.5 millions/an contre 745 000 en 2019 et des guichets en nombre suffisant pour répondre aux besoins des usagers tant en vente billet qu’en après vente, pour se faire nous demandons toujours un 5ème guichet (3 SNCF et 2 Gare routière), la sécurisation de ceux-ci avec des vitres. Le mépris de l’autorité organisatrice pour les représentants des personnels en refusant de répondre à leurs demandes légitimes, un courrier a été envoyé par le syndicat CGT des cheminots de Cornouaille co-signé par l’Union local CGT de Quimper , la représentante CSE de la gare routière et du secteur fédéral CGT des cheminots, nous avons transmis ce courrier aussi au collectif des usagers de la ligne sud qui est nos côtés depuis le début, nous l’en remercions.

Nous invitons le collectif d’usagers de la ligne sud, les unions locales CGT, l’Union Départementale CGT du Finistère (29), les partis politiques progressistes et les syndicats CGT des cheminots de Bretagne.

Le Handala, un bateau pour Gaza dans le port de Brest du 12 juin au 15 juin 2024

‌Parti d’Oslo le 1er mai 2024, le vieux bateau de pêcheur norvégien fera escale au port de Brest  quai Malbert  le 12 juin jusqu’au 15 juin.
A cette occasion, accueil, conférence, débats, musique en soutien à la démarche humanitaire du bateau nommé Handala auront lieu sur le port de Brest.
Des informations plus précises vous seront communiquées prochainement.
Ce bateau, porteur du message de cessez le feu et de Paix, transporte 5000 tonnes d’aide humanitaire et fera escale dans de nombreux ports avant d’atteindre Gaza prévu en août si l’armée israélienne le laisse passer.

Européennes du 9 juin 2024 – Taran Marec est intervenu à la Fête du Bol d’Air à Lanester avec Delphine Alexandre et Guenola Le Huec

« Dimanche 2 juin -Lanester
70 eme fête du bol d’air et très heureuse d’avoir pu intervenir sur la politique de l’eau, inscrite sur des valeurs et principes essentiels : solidarité, cohérence des politiques publiques, démocratie et bien commun. J’ai également pu présenter le travail réalisé par la commission écologie du PCF face au dérèglement climatique et les propositions d’« Empreinte 2050 ».
Le 9 juin je voterai et j’appelle à voter la liste PCF par Léon Deffontaines « la gauche unie ».
Guenola Le Huec est intervenue sur le féminisme et l’extrême-droite.
Taran Marec
candidat sur la liste de Léon Deffontaines a présenté quelques grandes lignes du programme, insisté sur les problématiques particulièrement prégnantes de la jeunesse ( mais pas seulement): santé mentale, logement, emploi, mois des fiertés…
Puis place à l’association kanak de Bretagne sud: le PCF s’est toujours positionné sur la liberté des peuples et l’anticolonialisme.
Plaisir de retrouver les camarades et amis ( et la famille), de défendre des idées justes et de danser au soleil… Belle journée sous le signe de la fraternité
Delphine Alexandre, conseillère régionale communiste du Morbihan, vice-présidente à la région Bretagne »

Européennes – Les communistes quimpérois sur le marché du Braden ce dimanche 2 juin

Mobilisés pour la liste Deffontaines sur le marché du Braden à Quimper ce dimanche 2 juin, dernier dimanche de campagne.
Danielle, Bénédicte, Bernard, Jean, Yvonne et Piero.

Mardi 4 juin, Plourin-les-Morlaix: débat sur la situation en Palestine avec Taran Marec dans le cadre des élections européennes à l’initiative de l’AFPS Pays de Morlaix

ISRAËL/PALESTINE : QUELLE PLACE POUR LE DROIT INTERNATIONAL
DANS LA POLITIQUE EUROPÉENNE?
Ils débattront mardi 4 juin à la salle du Cheval Blanc de Plourin-les-Morlaix.
Taran MAREC (liste Gauche unie pour le monde du travail – Parti communiste français)
Pierre-Yves CADALEN (liste La France insoumise – Union populaire)
Frédérique BONNARD (liste Réveiller l’Europe – Parti socialiste-Place publique)
Christine PRIGENT (conseillère régionale pour la liste Les Écologistes-EELV)
Michel BEAUPRÉ (liste Europe Territoires Écologie – Régions et peuples solidaires-UDB)

Hôpital public: les communistes fustigent les propos de Roselyne Bachelot sur les petites maternités (Le Télégramme, 3 juin 2024)

Mardi 4 Juin: Gladys Grelaud invitée du 19/20 de France 3 Bretagne

Ce mardi 4 juin dans le cadre des élections européennes Gladys Grelaud, conseillère régionale communiste, dirigeante nationale du Parti communiste et porte-parole des communistes bretons, landernéenne, sera l’invitée du 19/20 de France 3 Bretagne.

MARDI 04 juin : Léon DEFFONTAINES participera au débat des huit têtes de listes sur France 2, en direct, en plateau, de 20h30 à 23h00

MARDI 04 juin : Léon DEFFONTAINES participera au débat des huit têtes de listes sur France 2, en direct, en plateau, de 20h30 à 23h00

 

Photo Meeting de Léon Deffontaines à Marseille.

Léon Deffontaines : « Mon adversaire, c’est Jordan Bardella » – L’Humanité, 31 mai 2024

 

Léon Deffontaines : « Mon adversaire, c’est Jordan Bardella »

À une semaine des européennes, la tête de liste du PCF, Léon Deffontaines, revient sur les enjeux de la campagne, la situation à gauche, l’urgence climatique et le combat à mener contre l’extrême droite.

Le candidat des communistes pour le 9 juin, Léon Deffontaines, a réalisé une percée médiatique en mettant le RN face à la réalité de ses votes contre l’intérêt général. Il entend déjouer les pronostics le jour du scrutin et appelle la gauche à se rassembler sur la question sociale, en plus de défendre une « écologie populaire et rationnelle ».

Quel est votre principal adversaire pour ces européennes ?

C’est Jordan Bardella. Nous avons tous les deux 28 ans, et le duel pourrait s’installer dans la durée. Je veux montrer ses contradictions. Chaque fois qu’il peut défendre les travailleurs français, le RN vote contre leurs intérêts.

L’extrême droite a refusé l’indexation des salaires sur l’inflation, le rétablissement de l’ISF, et ce parti qui se dit défenseur de la ruralité s’oppose aux lois contre les déserts médicaux. Déconstruire le mythe du RN, défenseur des travailleurs français, est l’un des enjeux de cette campagne.

« À gauche, nous devons refaire de la question sociale notre priorité. »

Que répondez-vous à ceux disent qu’on n’a jamais essayé le RN ?

Que l’on est en réalité en train de l’essayer sur le plan économique et social. À l’Assemblée, la coalition gouvernementale et le RN votent systématiquement contre toute avancée pour les travailleurs. Leur projet est identique en la matière. Et le RN au Parlement européen vote majoritairement pour les traités de libre-échange.

Il faut bien sûr attaquer ce parti sur le caractère xénophobe, fasciste même, de son programme. Mais on s’évertue à le faire depuis quarante ans, et ce n’est pas suffisant. Le RN se dédiabolise sur la question sociale, et c’est sur cette supercherie qu’il faut l’attaquer.

Comment expliquer son niveau dans les sondages ?

L’extrême droite est épargnée. Le débat sur LCI (le 21 mai – NDLR) a été symptomatique. Les autres candidats avaient l’air tétanisés par Bardella. Personne n’osait l’attaquer. Il ne faut pas le laisser dérouler ses mensonges. Allons à l’affrontement ! D’autre part, nous n’avons pas été à la hauteur à gauche. Nous nous écharpons sur des questions de société et des sujets internationaux qui devraient nous rassembler. Nous devons refaire de la question sociale notre priorité.

Bardella n’avait rien d’autre à vous répondre que « vous êtes communiste », lorsque vous l’avez attaqué dans ce débat. Est-ce un problème d’être communiste ?

Quand on l’attrape sur le fond, Bardella est incapable de répondre. Il me renvoie donc à mon communisme comme s’il s’agissait d’une insulte. C’est révélateur de son absence de projet social. Mais si on veut nous renvoyer au passé, je suis fier d’être membre du parti de Missak Manouchian, panthéonisé cette année. L’histoire de mon parti, c’est la Résistance, le CNR, la Sécurité sociale.

L’héritage du RN, cofondé par un Waffen-SS, c’est la collaboration et Vichy. Le communisme aujourd’hui est synonyme d’espoir, de rupture avec une société capitaliste incapable de répondre à l’impératif environnemental et à nos aspirations à vivre mieux. Il s’agit d’aider chaque individu à s’épanouir pleinement, quelle que soit son origine sociale ou géographique. C’est le projet que je porte.

« Lorsque la gauche est capable de rassembler sur la question sociale, elle peut battre les lepénistes. »

Vous étiez en meeting à Avion (Pas-de-Calais), il y a une semaine, seule circonscription perdue par le RN aux législatives 2022, au profit du PCF…

Nous sommes la seule force politique qui a fait reculer l’extrême droite. Dans le Pas-de-Calais, nous avons aussi fait perdre trois cantons au RN. Lorsque la gauche est capable de rassembler sur la question sociale, elle peut battre les lepénistes. C’est mon ambition pour les européennes et au-delà.

Qu’avez-vous appris dans cette campagne au cours de laquelle vous avez sillonné toute la France ?

J’en retiens la beauté des paysages et la richesse de la population. Une campagne, c’est l’occasion de parler, de reconstruire du lien social. Depuis quinze ans, la gauche est captive de deux offres politiques : l’une outrancière et polémiste, l’autre libérale. C’est ce qui l’empêche d’aller à la reconquête de l’électorat populaire et de progresser.

On nous renvoie toujours à François Hollande et à Jean-Luc Mélenchon, sur les marchés. Ce sont les deux cailloux dans nos chaussures. Nous devons écrire une nouvelle page. C’est avec une gauche du travail rassemblée que l’on retrouvera un électorat populaire et que nous redeviendrons majoritaires dans le pays.

Vous avez 23 syndicalistes sur votre liste, un record. En quoi est-ce une force ?

C’est une chose de défendre le monde du travail. C’en est une autre de faire élire au Parlement celles et ceux qui en sont les premiers représentants. Sigrid Gérardin et Fabien Gâche, en 2e et 7e position sur ma liste, incarnent au quotidien ceux qui luttent contre les effets dévastateurs des politiques européennes libérales. Les élire, c’est les faire entrer dans l’institution probablement la plus antisociale de notre système politique. Ils peuvent y être le fer de lance de la lutte contre la destruction des droits sociaux.

Dans vos meetings, on vous entend dire : « Cette Europe, qu’elle crève ! » N’est-ce pas contradictoire ?

Les institutions européennes se sont construites avec le dogme néolibéral. Elles sont une machine à broyer l’avenir des jeunes, à détruire l’emploi. Si nous y envoyons des députés européens, ils seront un appui pour résister à la marche forcée du néolibéralisme. Je ne crois pas que l’UE sera, demain, un levier pour l’émancipation des peuples, parce qu’elle sera dominée par la droite et l’extrême droite. Mais, y envoyer des représentants du peuple sera un moyen de mener la résistance dans les travées du Parlement.

Vous êtes donné entre 2 et 3 % des intentions de vote dans les sondages. Que comptez-vous faire pour y remédier dans la dernière ligne droite ?

Il fallait que nous tracions notre sillon dans cette campagne, peu importent les sondages. Lors de la campagne de 2019, ils se sont lamentablement plantés. J’ai donc peu confiance dans ces enquêtes. Les Français font leur choix au dernier moment, et c’est encore plus vrai dans une européenne. Le niveau de participation peut tout changer.

70 % des 18 à 29 ans prévoient de ne pas aller voter le 9 juin. Que leur dites-vous ?

J’observe le décalage entre ce que nous vivons, nous, les jeunes, et les discours sur l’Europe. L’exemple le plus édifiant, c’est Erasmus, que l’on nous vante comme merveilleux. Mais seulement 5 % d’une classe d’âge participent à ce programme. C’est quoi, l’Europe, pour les 95 % restants ? C’est l’impasse écologique à laquelle l’UE est incapable de répondre en nous enfermant dans les énergies fossiles.

C’est la baisse du pouvoir d’achat, avec des jeunes particulièrement touchés, qui se tournent vers l’aide alimentaire. Que fait l’UE ? Les contrats précaires, la mise en concurrence des travailleurs, la difficulté à faire des études… Culpabiliser les jeunes pour les envoyer voter revient à les mépriser. Ce ne sont pas les jeunes qui se désintéressent de l’Europe, mais l’UE et les candidats qui se détournent d’eux. Moi, je veux parler de leur réalité, de leur quotidien.

Communiqué du PCF Finistère – 1er juin 2024 – La France doit reconnaître l’État de Palestine immédiatement !

Communiqué du PCF Finistère – 1er juin 2024 – La France doit reconnaître l’État de Palestine immédiatement !
Depuis 7 mois, les militants et élu.e.s du Parti communiste dans le Finistère participent à toutes les manifestations pour l’arrêt des massacres en Palestine, à Gaza, pour des initiatives de paix entre Israéliens et Palestiniens, devant s’accompagner forcement par la reconnaissance de deux États, la fin de l’oppression coloniale des palestiniens de Gaza et de Cisjordanie, et de l’apartheid auquel les palestiniens sont soumis aussi bien à Gaza et en Cisjordanie qu’en Israël. La France par la voix du président Emmanuel Macron doit désormais clairement se démarquer de la politique de l’État d’Israël qui viole le droit international et installe une logique génocidaire contre les Palestiniens avec une véritable fuite en avant de son gouvernement, de sa classe politique, et de certains chefs d’état major d’extrême-droite, suprématistes, racistes, colonialistes. Notre candidat finistérien aux Européennes Taran Marec participera d’ailleurs au grand débat des candidats aux Européennes sur la situation en Palestine organisé par l’AFPS le mardi 4 juin à Plourin-les-Morlaix, à 20h.
Le journal communiste « L’Humanité » a de son côté publié une tribune pour la reconnaissance immédiate par la France de l’État de Palestine signée par 500 personnalités de tous bords.
Trois pays européens, l’Espagne, l’Irlande et la Norvège, ont choisi de reconnaître officiellement l’État de Palestine. Désormais, au total, 147 pays dans le monde auront reconnu l’État de Palestine.
Le silence et l’immobilisme de la France sont incompréhensibles et honteux. Ils brouillent et décrédibilisent l’action de notre pays. Après avoir voté en faveur de l’adhésion pleine et entière de la Palestine à l’ONU au Conseil de sécurité le 18 avril dernier, puis à l’Assemblée générale de l’ONU le 10 mai dernier, la France doit appliquer à elle-même ses propres votes.
Il est totalement hypocrite de la part du gouvernement français de prétendre que les conditions ne seraient pas réunies. Assez de discours ! Une action concrète est urgente.
La France doit reconnaître immédiatement l’État de Palestine, aux côtés de l’État d’Israël, sur la base des frontières de 1967. Cela serait un geste hautement politique, et concret, un engagement fort pour une paix juste et durable reposant sur une solution à deux États. Toutes les grandes voix pour la paix, en Palestine et en Israël, portent cette exigence.
La France dont la voix a longtemps compté au Proche-Orient ne peut pas rester à côté de l’Histoire. La résolution votée en 2014 par l’Assemblée nationale doit être appliquée.
Sa politique étrangère en serait d’autant plus grandie que cela représenterait une forte pression politique sur le gouvernement d’extrême droite de B. Netanyahou pour un cessez-le-feu immédiat et permanent à Gaza, alors que le procureur de la CPI vient de demander un mandat d’arrêt pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité contre deux dirigeants israéliens et trois dirigeants du Hamas. Ce serait également un engagement de la France à agir pour la fin de la colonisation et de l’occupation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, en conformité avec les résolutions de l’ONU. Alors qu’Emmanuel Macron brandit l’autonomie stratégique dans les discours et sur le papier, cela serait une réelle autonomisation vis-à-vis de la politique des États-Unis.
Assez d’hypocrisie ! Assez d’effacement !

31 mai 2024 – Taran Marec en campagne à Quimper avec les camarades de la JC, du parti communiste et du comité de soutien pour la liste de la Gauche unie pour le monde du travail conduite par Léon Deffontaines

En campagne pour la liste conduite par Léon Deffontaines devant la gare de Quimper ce vendredi 31 mai 2024. Gare en rénovation avec tout son quartier. Temps magnifique, gare très fréquentée en ce vendredi soir. Une douzaine de militants communistes et de JC de Quimper autour de Taran Marec, 25 ans, élu communiste de Brest en charge de la langue bretonne, candidat sur la liste Gauche unie pour le monde du travail. Présence aussi de Nicolas, secrétaire du syndicat des cheminots de Cornouaille, en lutte pour le maintien des accueils physiques de la gare SNCF et de la gare routière de Quimper.
Et Roberte, Jacqueline, Yvonne, Bernard, Piero, Gilbert…..
Yvonne Rainero.

Carhaix: un rassemblement spontané pour le camp de réfugiés palestinien d’El Arroub avec la section PCF Carhaix-Huelgoat

Jeudi 30 mai sur Morlaix à 19h: Réunion publique de Taran Marec, candidat finistérien sur la liste européenne de Léon Deffontaines à la salle d’audience de l’ancien lycée de Kernéguès

 

Jeudi 30 mai sur Morlaix à 19h:

Réunion publique de Taran Marec, candidat finistérien sur la liste européenne de Léon Deffontaines

à la salle d’audience de l’ancien lycée de Kernéguès

Le Comité des Jours Heureux, comité de soutien de la liste de « La Gauche unie pour le monde du travail » conduite par Léon Deffontaines, avec le soutien de plusieurs organisations de gauche (le Parti communiste Français, L’engagement d’Arnaud Montebourg, République et socialisme d’Emmanuel Maurel, Les radicaux de gauche, le Mouvement Républicain et Citoyen) invite les habitants du Pays de Morlaix à:

Une réunion publique conviviale autour d’un apéritif et d’un échange participatif sur les enjeux de l’élection européenne du 9 juin 2024 autour du thème:

« Quelle Europe voulons-nous? État des lieux et perspectives pour une Europe plus sociale et plus démocratique ».

Réunion publique participative animée par Taran Marec, candidat finistérien sur la liste de Léon Deffontaines, 25 ans, responsable des Jeunesses Communistes et élu à Brest, délégué à la langue bretonne et plus jeune élu du conseil municipal de Brest.

Cette réunion est ouverte à toutes les personnes intéressées pour rencontrer notre candidat et découvrir nos propositions, amener leurs questionnements et leurs demandes.

Les militants de la section PCF de Morlaix, les élu.e.s communistes et sympathisants du territoire, seront présents au côté de Taran Marec et du comité de soutien de la liste de « La gauche unie pour le monde du travail ».

 

Taran Marec sera à la gare de Quimper vendredi après-midi, 31 mai, à partir de 14h30, pour dialoguer avec les usagers (Le Télégramme, 28.05.2024).

Candidat finistérien sur la liste de Léon Deffontaines et de la Gauche Unie pour le monde du Travail, Taran Marec sera à la gare de Quimper vendredi après-midi, 31 mai, à partir de 14h30, pour dialoguer avec les usagers. Le télégramme.

26 mai – Vente de L’Humanité Magazine et distribution de tracts pour la liste de Léon Deffontaines sur le marché de Saint-Martin-des-Champs

 

Vente de L’Humanité Magazine sur le marché de Saint-Martin-des-Champs et distribution de tracts de la liste de la Gauche Unie pour le Monde du Travail conduite par Léon Deffontaines avec mes camarades Michel Lespagnol et Serge Bazin. 2 semaines de mobilisation intense pour permettre de faire élire 5 députés européens de notre liste, dont 4 députés européens communistes, garantie de la prise en compte des intérêts populaires et d’un travail commun avec les forces européennes de la gauche humaniste, opposée au néo-libéralisme, et progressiste.

200 personnes manifestent à Brest contre le « choc des savoirs » à Brest (Ouest-France)

Photo Ouest-France, 25 mai
200 personnes manifestent à Brest contre le « choc des savoirs »
200 personnes se sont rassemblées, place de la Liberté, à Brest, ce samedi 25 mai 2024, avant une courte déambulation dans les rues de la ville. Ils dénoncent la réforme dite du « choc des savoirs », portée par le gouvernement et visant à créer des groupes de niveaux dans les collèges.
À Brest, 200 personnes ont manifesté contre la réforme dite du « choc des savoirs », ce samedi 25 mai 2024.
À Brest, 200 personnes ont manifesté contre la réforme dite du « choc des savoirs », ce samedi 25 mai 2024. | OUEST FRANCE
Mickaël LOUÉDEC. Publié le 25/05/2024
C’est en fustigeant « le tri généralisé des élèves dès le plus jeune âge » et en dénonçant « une attaque frontale contre l’école publique », qu’un peu plus de 200 personnes ont manifesté ce samedi 25 mai 2024, à Brest (Finistère).
Lire aussi : Des manifestations dans toute la France contre la réforme du « choc des savoirs »
Dans le viseur des manifestants, majoritairement des enseignants à en juger les drapeaux brandis le long du parcours, la fameuse réforme dite du « choc des savoirs ». À savoir, plusieurs mesures censées élever le niveau des élèves. L’une d’elles consiste à l’instauration de groupes de niveaux, en français et en mathématiques au collège.
« Un fossé va se creuser »
Les manifestants présents à Brest y voient « du tri » et de « l’assignation sociale ». Ismaël Dupont, conseiller départemental, présent pour le PCF, craint aussi que « les élèves ayant un niveau plus fragile » ne soient « stigmatisés ». Il reprend : « La mixité sociale à l’école profite aux élèves qui viennent des milieux défavorisés et ne désavantage pas les autres. Là, un fossé va se creuser entre les bons et les moins bons élèves. »
Sur le court parcours emprunté par le cortège, les manifestants ont aussi dénoncé l’obligation d’avoir le DNB (ex-Brevet des collèges) pour passer en seconde. Une mesure jugée « catastrophique ».
Les « groupes » entreront en vigueur à compter de la rentrée scolaire 2024 pour les classes de sixième et de cinquième, et à partir de la rentrée scolaire 2025 pour les classes de quatrième et de troisième.

Section de Crozon-Châteaulin-Pont-de-Buis: De Saint-Nic au marché de Crozon en passant par Lanvéoc – Une semaine de campagne européenne bien remplie

 

Une section communiste du Finistère pleinement mobilisée pour la campagne de Léon Deffontaines: chaque jour un point de distribution et de rencontres avec les habitants. Ce matin, après la distribution de 400 tracts pour Léon Deffontaines à la base aéronavale de Lanvéoc et une présence au marché de Lanvéoc le vendredi 24 mai, la distribution de 200 tracts au marché de St Nic le mardi 21 mai, les communistes de la section de Crozon-Châteaulin-Pont-de-Buis ont continué le tour des marchés de leur grand secteur d’activité militante avec celui de Crozon et ils ont eu la bonne surprise d’avoir à leurs côtés le vétéran François Lucas venu les aider pour la distribution.

550 Lycéens étaient présents hier matin à Quimper à l’initiative des jeunes communistes pour défendre plus de moyen pour l’éducation nationale, contre Parcoursup et contre le SNU

550 Lycéens étaient présents vendredi matin, 24 mai 2024, à Quimper à l’initiative des jeunes communistes pour défendre plus de moyen pour l’éducation nationale, contre Parcoursup et contre le SNU
Oui à l’éducation !
Non à la sélection !
MJCF Finistère

25 mai – La Redadeg passait à Brest et Taran Marec y a couru et pris la parole

Brezhoneg yezh ofisiel !
J’ai couru hier les kilomètres de la ville de Brest pour Ar Redadeg, la course pour la langue Bretonne.
Brest est une ville où l’on apprend, on parle on lit Le Breton. La ville de Brest est engagée pour défendre la langue Bretonne.
Taran Marec, élu communiste à Brest, conseiller municipal délégué à la langue bretonne

Les communistes en campagne sur le marché de Fouesnant pour la liste de Léon Deffontaines

En campagne sur le marché de Fouesnant pour la liste conduite par Léon Deffontaines, Roberte, Daniel, Piero, Sylvain absent sur la photo, et moi.
Bon accueil, des contacts intéressants.
Y compris des électeurs communistes en vacances.
Et une adhésion, celle de Bénédicte.
Les représentants de la liste Macron et de celle des Républicains présents sur le marché étaient moins nombreux et moins motivés…
Yvonne Rainero

Débat sur la Paix de l’Université Européenne de la Paix à Brest – Taran Marec représente la liste de la Gauche Unie pour le monde du travail et du PCF (Maison des syndicats, 23 mai 2024)

J’ai représenté hier la liste de la Gauche unie pour le monde du travail lors du débat organisé par l’université européen de la paix.
Merci à eux d’organisé ce débat nécessaire alors que la guerre fait rage au porte de l’Europe et que le peuple palestinien subi un génocide.
Taran Marec

Manifestation contre le choc des savoirs à Brest, place de la liberté, ce samedi 25 mai – article Ouest-France, Mickaël Louedec

200 personnes manifestent à Brest contre le « choc des savoirs »
200 personnes se sont rassemblées, place de la Liberté, à Brest, ce samedi 25 mai 2024, avant une courte déambulation dans les rues de la ville. Ils dénoncent la réforme dite du « choc des savoirs », portée par le gouvernement et visant à créer des groupes de niveaux dans les collèges.
À Brest, 200 personnes ont manifesté contre la réforme dite du « choc des savoirs », ce samedi 25 mai 2024.
À Brest, 200 personnes ont manifesté contre la réforme dite du « choc des savoirs », ce samedi 25 mai 2024. | OUEST FRANCE
Mickaël LOUÉDEC. Publié le 25/05/2024
C’est en fustigeant « le tri généralisé des élèves dès le plus jeune âge » et en dénonçant « une attaque frontale contre l’école publique », qu’un peu plus de 200 personnes ont manifesté ce samedi 25 mai 2024, à Brest (Finistère).
Lire aussi : Des manifestations dans toute la France contre la réforme du « choc des savoirs »
Dans le viseur des manifestants, majoritairement des enseignants à en juger les drapeaux brandis le long du parcours, la fameuse réforme dite du « choc des savoirs ». À savoir, plusieurs mesures censées élever le niveau des élèves. L’une d’elles consiste à l’instauration de groupes de niveaux, en français et en mathématiques au collège.
« Un fossé va se creuser »
Les manifestants présents à Brest y voient « du tri » et de « l’assignation sociale ». Ismaël Dupont, conseiller départemental, présent pour le PCF, craint aussi que « les élèves ayant un niveau plus fragile » ne soient « stigmatisés ». Il reprend : « La mixité sociale à l’école profite aux élèves qui viennent des milieux défavorisés et ne désavantage pas les autres. Là, un fossé va se creuser entre les bons et les moins bons élèves. »
Sur le court parcours emprunté par le cortège, les manifestants ont aussi dénoncé l’obligation d’avoir le DNB (ex-Brevet des collèges) pour passer en seconde. Une mesure jugée « catastrophique ».
Les « groupes » entreront en vigueur à compter de la rentrée scolaire 2024 pour les classes de sixième et de cinquième, et à partir de la rentrée scolaire 2025 pour les classes de quatrième et de troisième.

Taran Marec, candidat du PCF aux élections Européennes rencontre les jeunes de la Mission Locale de Brest avec Fréderique Bonnard Le Floc’h (PS)

J’ai rencontré cette après midi les jeunes de la =AZXFZ8T7p09ULhHH2_cN3PrrYRdFHHVFzG7OzMZx4N7uqONQv_qeBj1U5IR_6kX93HHUtT3erqMCdx1DjTss5yriB4c-HI6ak_Vh14HbNYA5TBJtMK2wauiFAPonvAiV9-_YZ8dGf-lIL-TO4xuBC3ffwElmRHnriLDd6I6IRutJD1zAnaZCtG60nBQGNPWD9rM&__tn__=-]K-R">Mission Locale du Pays de Brest
Nous avons présenté les élections européennes, le vote et les spécificités de notre camp politique. Nous avons pu répondre à leurs questions. C’était très enrichissant
Face à l’abstention des jeunes, nous devons aller vers ceux qui sont le plus éloigné du vote !
Taran Marec

PCF Brest – Appel à participer à la manifestation contre l’école du « choc des savoirs » le samedi 25 mai à Brest

La section du Pays de Brest du PCF apporte son soutien au mouvement des enseignants.

Elle appelle les familles, enseignants, personnels éducatifs, bénévoles et militants des associations d’éducation populaire, lycéens, et toutes celles et ceux qui se retrouvent dans le projet d’une École publique, laïque et émancipatrice à manifester le samedi 25 mai à 11h à Brest, place de la Liberté.

Avec son prétendu « choc des savoirs », Gabriel Attal prétend mieux faire réussir les élèves.
Qui peut croire qu’isoler les élèves les plus faibles des autres, avec des objectifs d’apprentissage réduits, sera bénéfique ?
Qui peut croire que des coupes drastiques dans les budgets ne vont pas dégrader les conditions d’études des élèves et de travail des personnels ?

Notre société a mis un siècle à organiser un système scolaire capable d’accueillir tous les enfants dans un parcours commun jusqu’à 16 ans. Le gouvernement Attal s’apprête à le détruire !

Avec sa réforme, il renonce à l’élévation générale du niveau de connaissances et de diplôme.Il organise l’orientation précoce des jeunes qui n’ont que l’école pour réussir. Il réduit les moyens pour trier les élèves en s’alignant sur les orientations de « l’espace européen de l’éducation » et en imposant l’austérité budgétaire.
Le collège unique d’aujourd’hui est loin de réaliser l’égalité et de permettre l’émancipation de tous et toutes.
L’améliorer, c’est lui donner les moyens de cette ambition et non y renoncer !

Le service public, s’il n’est pas sabordé, c’est la garantie de qualité et d’exigence dans tous les territoires et pour toutes les familles. Les personnels doivent retrouver les moyens d’installer une culture commune dans leurs classes pour garantir aux élèves, futurs citoyens et citoyennes, un avenir scolaire serein.
L’école est un bien commun précieux pour la démocratie de notre pays.
L’école est centrale pour faire vivre nos valeurs d’égalité, de justice sociale et de liberté.
L’école n’est pas un coût mais un investissement pour l’avenir de notre société.

STOP à l’école « low-cost » avec une ambition minimale et des moyens réduits pour les familles populaires afin de pourvoir demain les emplois précaires exigés par le capital !
STOP au mépris et à l’injustice !


NOS PROPOSITIONS

ll faut augmenter les salaires des agent·es et en finir avec l’austérité en France et en Europe.
Des moyens humains et matériels.
L’augmentation du temps de classe des élèves.
Le recrutement de fonctionnaires pour renforcer les équipes pluri-professionnelles (médecins, psychologues, infirmières, assistantes sociales, aides-éducateurs, AESH … )

Attention, nouvelle adresse mail de la section : pcf.sectionbrest@gmail.com

PCF Quimper: Stop à l’école low-cost et au tri social, pour une école de l’émancipation. Toutes et tous place de la Résistance samedi 25 mai à 11h !

Stop à l’école low-cost et au tri social, pour une école de l’émancipation.

Toutes et tous place de la Résistance samedi 25 mai à 11h !

La section PCF et les élu-es communistes du pays de Quimper apportent leur soutien au mouvement des enseignants, des parents d’élèves, des lycéens contre la politique de casse scolaire et de tri social d’Emmanuel Macron et Gabriel Attal, et appellent à se joindre à la manifestation unitaire samedi 25 mai à 11 h place de la Résistance à Quimper pour une école publique au service de la réussite de chacun, chacune, une école forte de ses valeurs d’égalité, de justice sociale, d’émancipation.

Avec son prétendu « choc des savoirs », Gabriel Attal prétend mieux faire réussir les élèves.

Mais qui peut croire que des coupes drastiques dans les budgets vont améliorer les conditions d’étude des élèves et de travail des personnels ?

Qui peut croire qu’isoler les élèves en difficulté, avec des objectifs d’apprentissage réduits, sera bénéfique pour eux ?

Certes le collège unique d’aujourd’hui est loin de réaliser l’égalité et de permettre l’émancipation de tous et toutes, mais au lieu de travailler à l’améliorer, de lui donner les moyens de cette ambition, le gouvernement Attal tourne le dos à l’objectif d’un système scolaire capable d’accueillir tous les enfants dans un parcours commun jusqu’à 16 ans.

Avec sa réforme il renonce à l’élévation générale du niveau de connaissances et de diplôme, il organise l’orientation précoce des jeunes qui n’ont que l’école pour réussir.

La réduction des moyens va de pair avec le tri des élèves.

Stop à l’école low cost avec des ambitions minimales et des moyens réduits pour les enfants de familles populaires, visant à pourvoir demain les emplois précaires exigés par le capital.

Stop au mépris et à l’injustice sociale.

Exigeons ensemble pour l’école, ses personnels, ses élèves, des moyens humains et matériels, le recrutement d’enseignants mais aussi de médecins, psychologues, infirmières, assistantes sociales, AESH…

Dans un pays où l’accumulation de richesses entre les mains de quelques-uns atteint des sommets historiques, où la capitalisation des plus grandes entreprises du CAC 40 égale le niveau du PIB, les moyens existent pour relever les défis d’une école de notre temps.

Ensemble faisons société autour de l’école !

Les prochains passages médias de Léon Deffontaines: du 27 mai au 4 juin, interviews, débats

– Lundi 27 mai : Léon participera au débat des huit têtes de listes sur BFMTV, en direct, en plateau, de 20h30 à 23h00
– Mardi 28 mai : Léon invité de Touche pas à mon poste sur C8, en direct, en plateau, de 19h10 à 19h35
– Mardi 28 mai : Léon invité de LCI pour le grand oral des têtes de listes, en direct, en plateau, de 21h45 à 22h00
– Mercredi 29 mai : Léon invité de la matinale de CNEWS, en direct, en plateau, de 08h30 à 08h55
– Jeudi 30 mai : Léon participera au débat des six têtes de listes sur CNEWS, en direct, en plateau, de 21h00 à 23h00
– Samedi 1er juin : Léon invité du 13h de TF1 présenté par Anne-Claire Coudray, en direct, en plateau, vers 13h20
– Dimanche 2 juin : Léon invité de BFMTV pour le grand oral des têtes de liste, en direct, en duplex depuis Marseille, à 12h45
– Mardi 04 juin : Léon participera au débat des huit têtes de listes sur France 2, en direct, en plateau, de 20h30 à 23h00

Distribution de tract ce 16 mai à Brest avec le MJCF Finistère pour la gauche unie pour le monde du travail

Distribution de tract ce 16 mai à Brest avec le =AZW7ywpH1uh0LHoacG6_WO_TlysFr5BGMkvZK25V3hHMqOoFlUusb49hfZzIXwGOjMoFQDyHDUloG01LvrRNQwRg0Nd_w2CmiNHqrcQ09JRc5bF7Iz8IkpMee81wlAhhaLrhmOZ-qeT2VryXkMlUhzAg1gU3ylchwrk7dCvV7TVumRWHTZNUHwZT4ADQQTw1C0QbOPYOnAEDO1rJyatDMjW2&__tn__=-]K-y-R">MJCF Finistère pour la gauche unie pour le monde du travail

Européennes – 17 mai 2024 – les militants communistes sur le marché de Pont de Buis avec Taran Marec

Marché de Pont de Buis, à la rencontre des habitants, =AZU9M_cW9Yb2big78HuzKhuWjQVVgI7qSPy6movTP2HL5ekmHe_kT3aMDzszl06n1BmDwiKaWTrEOmW8n-8M95x6TR6HoSVlwe5vAEra_oauFG69nfl24QsrF0LFuT6-cAKuRWF5TrIhVINiJtmUahEjeZDM6HsIBoBuNcWahnAzlw&__tn__=-]K*F">Taran Marec notre candidat finisterien sur la liste de Léon Deffontaines, entouré des militants du comité de campagne de la liste sur le secteur de Crozon-Chateaulin-Pont de Buis.

Samedi 18 mai: européennes – Taran Marec et la section de Morlaix à la rencontre des habitants pour la campagne de la gauche unie pour le monde du travail

Ce samedi 18 mai comme tous ces jours-ci, une section du PCF Morlaix mobilisée pour les Européennes avec Taran Marec, Jean-Claude Postic, Michel Lespagnol, Annie Le Calvez, Marie-France Monery, Jean-Rolland Bagnis, Jean-Luc Le Calvez, Patrick Gambache, Colette Loiseau, Martine Carn, Ismaël Dupont, Lucienne Nayet. Photos de Jean-Luc Le Calvez – Marché de Morlaix, 18 mai 2024, en dynamique pour les Elections Européennes du 9 juin – Liste de Léon Deffontaines et de la Gauche unie pour le monde du travail.

 

 

Semaine de la Résistance à Morlaix: exposition en mairie sur les Fusillés FTP MOI de l’affiche rouge (du 27 au 31 mai)

A voir absolument en mairie de Morlaix du 27 au 31 mai 2024 – L’exposition de la semaine de la Résistance sur les Fusillés de l’affiche rouge, avec le Musée de la Résistance Nationale et notre amie Lucienne Nayet pour accueillir.

Candidat communiste aux Européennes, Taran Marec a rencontré les habitants de Carhaix (Le Télégramme, 18 mai 2024)

18-19 mai: les camarades du Pays Bigouden sur le marché pour distribuer des tracts sur la politique du logement

 

 

Les militants communistes quimpérois sur le marché ce 18 mai pour distribuer les tracts de la liste de Léon Deffontaines.

Matinée bien remplie ce samedi 18 mai à Quimper qui a commencé par la distribution de tracts de la liste de la gauche unie pour le monde du travail conduite par Léon Deffontaines avant de se poursuivre par la manifestation pour un cessez-le-feu à Gaza.
Sur la photo, Bernard, Daniel, Piero et moi-même.
A noter que la liste de la gauche unie est soutenue à Quimper par 4 élus municipaux, 3 communistes et un adjoint des Radicaux de gauche 29.
Yvonne Rainero

Fête des Jours heureux du PCF du Pays de Brest et des Amis de l’Humanité au PL Sanquer

Fête des Jours heureux du PCF du Pays de Brest et des Amis de l’Humanité au PL Sanquer , Taran Marec candidat sur la liste de la Gauche unie pour le monde du travail y participait .

Jacqueline Héré

Européennes – Tractage pour les Européennes et la liste de Léon Deffontaines ce samedi 18 mai

Tractage pour les Européennes au marché du Faou samedi matin dernier avec les camarades.

Christian Beaumanoir, Morgane Le Guyader, Isabelle Maugeais, Daniel Boudin, Catherine Flageul, Michèle Lemesle

 

Oui ! À l’éducation Non ! À la sélection – Manifestation lycéenne à Quimper avec les Jeunesses Communistes

Oui ! À l’éducation Non ! À la sélection
Les jeunes communistes étaient la semaine dernière à l’initiative d’un rassemblement de 350 lycéens à Quimper contre ParcourSup et la sélection
84.000 Bacheliers ont quittés ParcourSup sans formation
MJCF Finistère