1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère. 12/ Pierre Cauzien (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère.

12/ Pierre Cauzien (1922-2009)

 » Pierre Cauzien, figure du militantisme brestois, s’est éteint samedi matin, à l’âge de 86 ans. Lors de la manifestation du 17 avril 1950, Pierre Cauzien avait perdu une jambe. Il avait alors 27 ans, délégué de la CGT, il travaillait à l’arsenal. La manifestation avait coûté la vie à Edouard Mazé. À 86 ans, Pierre Cauzien n’avait oublié aucun détail de cette triste journée où la manifestation d’ouvriers s’était traduite par cette mort par balle. Pierre Cauzien s’est alors beaucoup battu pour faire la lumière sur ce qu’il qualifiait de « drame social ». Il était toujours adhérent du Parti communiste. Il faisait aussi partie de la section CGT des retraités » (Ouest-France, 13 avril 2009)

Notice du Maitron (établie par Claude Pennetier):

Né en 1922 à Lesneven (Finistère), mort le 11 avril 2009 ; ouvrier à l’Arsenal de Brest ; grièvement blessé lors la manifestation du 17 avril 1950.

Le père de Pierre Cauzien mourut peu après sa naissance. Il fut élevé par sa tante au Cléguer, à Plougastel, où il alla à l’école. Une bourse lui a permis de poursuivre ses études et de rentrer à l’arsenal comme traceur de coques. Syndicaliste CGT, il participa à la grève et à la manifestation de soutien aux ouvrièrs du bâtiment le 17 avril 1950. En arrivant à la sous-préfecture les policiers entreprirent de disperser le cortège. Les pavés volèrent et la police tira, tuant l’ouvrier Édouard Mazé et blessant au mollet Cauzien. À l’hôpital, le chirurgien retira la « balle de gradé » qui lui avait coûté la jambe. Une vingtaine d’autre manifestants furent blessés.

Il resta handicapé. L’enquête après ces événements s’était conclue par un non-lieu, estimant impossible d’établir qui avait tiré. Cauzien chercha longtemps à faire reconnaître qu’il n’avait pas été victime d’un accident.

Josiane Mazé, la fille de Pierre Cauzien, raconte: «Il se défendait de la gloire d’avoir fait partie de la Résistance», malgré son rôle de passeur, de porteur de messages… Pour lui, cela n’avait rien à voir avec ceux qui «avaient risqué leur vie». ( photo publié par le Télégramme lors de la mort de Pierre Cauzien, en 2009)

 

 

 

Article Télégramme :

Publié le 29 mai 2007

https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20070529&article=952345&type=ar

Kris, l’un des auteurs de la BD « Un homme est mort » était aux côtés de Pierre Cauzien, lors de la conférence donnée à la médiathèque.

Pierre Cauzien, mémoire de la BD de Kris et Davodeau

En clôture de l’exposition « Un homme est mort », bande dessinée de Kris et Davodeau, relatant une page sombre de la reconstruction de Brest, la médiathèque de Bellevue a organisé, mercredi 23 mai, une rencontre avec Pierre Cauzien, témoin et victime des événements dramatiques évoqués dans la bande dessinée. l’époque des faits, qui aboutirent à la mort d’Édouard Mazé, le 17 avril 1950, Pierre Cauzien était jeune ouvrier de l’arsenal et simple militant CGT. Il a lui-même été blessé par balle et amputé d’une jambe quelques jours plus tard. À 85 ans, Pierre Cauzien a conservé intact dans sa mémoire le souvenir de ces événements dramatiques. Kris et Davodeau ont fait appel à lui pour reproduire les faits, au travers de la bande dessinée « Un homme est mort » qui a, depuis sa sortie en octobre 2006, reçu plusieurs prix.

Une BD de combat

« Je n’aurais jamais imaginé que la BD puisse traiter ce sujet , souligne Pierre Cauzien. Compte tenu des circonstances actuelles, je trouve que les auteurs font preuve d’un grand courage, en se lançant dans une BD de combat. Je les en remercie. Le comportement des années 50 s’explique par ce qui s’est passé quelque temps auparavant, avec la guerre, l’Occupation. Il y a des analogies avec ce qui se passe actuellement. J’en ai connu des trahisons et des changements de vestes. Ce n’est pas une démarche personnelle. Quand la gauche était au pouvoir, j’aurais voulu que l’on en fasse une affaire collective ».

 

 

Source :


 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :