PCF Finistère

Author's posts

100 ans d’engagements communistes en Finistère:  Jean Le Coz (1903-1990), élu de Tréffiagat, résistant FTPF du pays bigouden

100 ans d’engagements communistes en Finistère

 Jean Le Coz (1903-1990)

Source: Le Travailleur Bigouden et Le Blog d’histoire sociale et ouvrière du Pays Bigouden de Gaston Balliot:

https://bigouden1944.wordpress.com/2016/11/08/jeanlecoz2602/

 

Né à l’aube de ce siècle, le 23 février 1903 à Tréffiagat, dans une famille de modestes cultivateurs, Jean Le Coz embrasse très jeune la profession de menuisier.

Premier acte d’une longue vie de militant, il adhère à la C.G.T.U. à Saint-Quentin dans l’Aisne où il travaille à la reconstruction des régions dévastées par la guerre de 14-18. Revenu au Pays Bigouden en 1935, il adhère aussitôt au P.C.F. Élu conseiller municipal de Treffiagat aux côtés de Jean-Désiré Larnicol, il est, comme tous les élus communis­tes, « déchu » de ce poste en 1939, lors de l’interdiction du Parti Communiste Français par le Gouvernement Daladier. Il sera réélu en 1971.

En 1935, Jean a la lourde charge d’administrer le journal régional du PCF,  » La Bretagne ouvrière, paysanne et maritime ». En 1938, il est Secrétaire de la Cellule de Treffiagat-Lechiagat. Mobilisé en 1939, prisonnier de guerre, il s’évade et rejoint le pays, maintenant occupé par les allemands   Propagandiste de la Résistance à l’occupation nazie, Jean Le Coz diffuse les publications du PCF, du Front National, des Francs-tireurs et partisans français, matériel très souvent rédigé et reproduit par lui-même avec des moyens de fortune. Versé aux F.T.P. en 1942, il devient l’adjoint au responsable départemental, chargé plus particulièrement du transfert et de la répartition de l’armement: à cet égard, avec J. D. Larnicol et quelques autres camarades, il figure parmi les principaux acteurs de l’un des plus brillants faits d’armes de la Résistance finistérienne, à savoir la récupération d’armes en provenance d’Angleterre, déposées aux Glénan par le navire « l’Audacieux» de Michel Bolloré et ramenées, en grande partie, à Léchiagat par Guillaume Bodéré et Jean Baudry – qui sera, quant à lui, fusillé un peu plus tard au Mont Valérien. Cet armement est alors livré aux FTPF qui en manquaient cruellement.

Jean est arrêté par des policiers français en septembre 1942. Il a subi ces longs mois de détention précédant généralement la déportation vers les camps de la mort nazis ou le peloton d’exécution. Mais encore une fois, il réussit à s’évader. En mai 1944, il participe, en effet, à l’une des plus spectaculaires évasions de l’histoire de la Résistance Française: avec 42 autres détenus, communistes pour la plupart, il s’échappe du Camp de Voves en Eure-et-Loir par un tunnel de plus d’une centaine de mètres de longueur, creusé cm par cm, avec des moyens de fortune et au prix – on le devine aisément- d’efforts surhumains.

Jean rejoint alors le PCF clandestin dans l’Indre-et-Loire, passe ensuite au nord de la Loire, à Château-Renaud où il devient l’adjoint du Capitaine « Michel », commandant les FTPF de ce secteur.

Jean Le Coz participe à l’insurrection nationale et à la Libération dans cette région. La guerre terminée, il revint au Pays Bigouden. Pendant de longues années encore, Jean déploiera une grande activité de militant au sein de la Section du PCF du Pays bigouden. Jean Le Coz décède le 2 décembre 1990.

« Travailleur Bigouden » N° 140 . 4e trimestre 1990.(extraits)*

100 ans d’engagements communistes en Finistère: Alain Cariou (1915-1998)

100 ans d’engagements communistes en Finistère

Alain Cariou (1915-1998)

Alain Cariou est le père de nos camarades Jean-Claude Cariou, militant du PCF et de l’ANACR, et Alain Cariou de Plougonvelin, élu municipal pendant 3 mandats (adjoint au maire de 2008 à 2014) et membre du PCF depuis 54 ans.

Son père Alain alla travailler comme terrassier à Paris sur les chantiers du métro après son mariage à Plogonnec. Sa mère fut concierge à Paris. Après la guerre 14-18 dont il sort indemne, le père d’Alain Cariou vint avec ses indemnités s’acheter une petite ferme à Plogonnec près de Quimper, avec de la polyculture, 5 vaches, 4 cochons, des poules et des lapins. Sa femme, avec leur seul cheval, allait vendre leur lait, leur beurre et surtout leurs œufs une fois par semaine au marché de Quimper, à 9 km.

Alain Cariou est né à Plogonnec, entre Quimper et Locronan, le 9 avril 1915.

Les enfants de la famille devinrent instituteurs, Alain et sa sœur.

Élève de l’école primaire supérieure de Quimperlé de 1927 à 1932, entra à l’École normale d’instituteurs de Quimper en 1932 et obtint le brevet supérieur en 1935.

Il adhère au PCF en juillet 1938 durant son service militaire. Grièvement blessé en service commandé, il est réformé et ne sera pas mobilisé en 1939.

Après avoir enseigné comme intérimaire à partir de février 1939 à Audierne, puis un trimestre à Esquibien (octobre 1939-décembre 1940), il dirigea l’école de garçons de Goulien de janvier 1941 à la fin de l’année scolaire 1945-1946.

Il arrive à un contact avec les résistants clandestins du Parti communiste en octobre 1941 dans la région d’Audierne Pont-Croix et entre au Front National. Versé plus tard aux FTP, il participe à diverses opérations menées par leurs groupes de combats.

Des connaissances de la résistance d’Alain Cariou vont participer à cacher un groupe de résistants transportés depuis Concarneau à destination de l’Angleterre et dont le bateau s’était échoué sur la côte près du port de Bestrée: et parmi eux Pierre Brossolette. Guillaume Le Brun, cafetier et résistant de Plogoff, Aimé Kerisit de Goulien et d’autres sont venus leur prêter secours.

En septembre 1943, il organise le départ de patriotes pour le maquis de Scaër, il crée le groupe de résistants de Goulien qui deviendra l’ossature de la Compagnie « Catroux » forte de 103 hommes en juillet 1944. En 1944, les Allemands occupent une partie de l’école de Goulien.

Il assure le transport d’armes anglaises venant de l’île de Sein à la baie des Trépassés.  Stockées dans le jardin de l’école de Goulien, ces armes seront reparties dans les unités combattantes. En septembre 1944, Alain Cariou prend part aux combats pour la Libération du Cap-Sizun (Audierne – Lesven). Il est alors lieutenant FFI. Il représente le PCF au Comité Départemental de Libération, émanation du C.N.L, dont il deviendra vice-président. Alain Cariou, nommé par le préfet en tant que résistant communiste au C.N.L, y siégera pendant deux ans, pendant lesquels il n’enseigna pas. Quand il reprendra son métier, Alain Cariou remplacera d’abord M Dargorn, en soins au sanatorium de Sainte Feyre dans La Creuse, à l’école publique de Ploëven.

Son épouse depuis août 1939, institutrice elle aussi, Marie-Anne Cariou, née Le Roy, née le 24 février 1915 à Ploëven, au sud de Plomodiern sur la baie de Douarnenez a participé à ses activités de résistance et on la retrouve en 1945 au bureau de l’Union des Femmes Françaises à Quimper et déléguée au congrès national de l’U.F.F (Union des Femmes Françaises, une organisation de rassemblement créée par le PCF).

Marie-Anne Cariou participait à la réception des armes qui devaient être larguées par des aviateurs pendant les temps de la Libération sur des terrains que Alain Cariou se fait prêter par des cultivateurs.

Démobilisé, Alain Cariou est appelé à la direction fédérale du PCF à Quimper. Désigné comme secrétaire à la propagande de la fédération du Parti communiste français à la Libération, il suivit l’école centrale au début de 1946 et fut réélu secrétaire fédéral lors de la IXe conférence fédérale (10-11 août 1946). Permanent d’octobre 1946, il quitta cette responsabilité dans le courant 1947 et fut remplacé par Marie Lambert.

Il est élu délégué au congrès national de Strasbourg en 1947, avec Daniel Trellu , Gabriel Paul ,Pierre Le Rose, Marie Lambert. 
Dans ses souvenirs (1920-1980, 60 ans de vie militante dans le Finistère, Jean Nédélec), Jean Nédélec dressa un portrait chaleureux d’Alain Cariou qui l’avait fait adhérer au PCF dans l’école de Collorec:

« C’était un formidable débatteur, alliant le breton au français ».

Il décrit en particulier la contradiction que Cariou porta à un député de droite, Monteil, député MRP, professeur de lettres à Quimper, lors d’une réunion électorale à Plouyé. Alain Cariou monta sur scène et se mit à interpeller, avec humour, la salle en breton. Monteil, à son grand dam, n’y comprenait rien et ne savait plus quoi dire. Il se retira assez honteusement, laissant la place au communiste Alain Cariou. »

Il s’occupe de la propagande, des questions paysannes, et parcourt le département en prenant la parole en français et en breton.
Jean Nedelec ajoutait « Je dois dire combien Alain Cariou m’a ouvert d’horizons, lors d’une École fédérale qu’il dirigeait à Tal-Ar-Groas en Crozon, dans les années 1950.

Marie-Anne Cariou, sa femme, raconte en 2005 les activités de son mari Alain Cariou à cette époque où il est permanent du PCF à Brest:

« Le Parti communiste occupait une baraque près de la place de la Liberté à Brest et possédait une petite camionnette blanche que mon mari utilisait pour son travail de « permanent ». Il sillonnait toutes les routes du Finistère. Parfois, Jean-Claude (leur fils) et moi l’accompagnions. J’ai assisté à des situations cocasses.

Un jour du côté de Plouguerneau, dans le Léon profond, il avait trouvé un local pour tenir sa réunion. Il commençait à parler. Soudain, entre un individu et à sa suite une douzaine de personnes chahutant pour empêcher Alain de parler. Mais, mon mari reconnaît un des perturbateurs, et goguenard, l’apostrophe: « Mais dis donc, je te connais… ! Nous avons été ensemble sur les bancs de l’école publique de Plogonnec… Tu es un fils Lozachmeur. Tu es curé! ». L’assaut a été stoppé net. Plus un perturbateur ne bronchait. Et mon mari de continuer dans un silence impressionnant: « Tu ne te souviens pas de moi?… Tu te rappelles quand même qu’un jour tu as pissé dans ton encrier!…?  » Et toute l’assemblée de rire et les gros bras de repartir calmés. Mon mari a pu reprendre le fil de ses idées. Ces gens du Léon étaient vraiment très durs.

Un autre fois, c’était à Plabennec… A l’époque, il n’y avait pas d’école publique, pas de préau. Qu’à cela ne tienne! Le parvis de l’église à la sortie de la messe ferait l’affaire… A peine a t-il prononcé quelques phrases que les cloches se sont mises à carillonner à toute volée… C’était fini. Il pouvait rebrousser chemin ».


En 1954, à Plogoff, Cariou, qui n’était plus membre du comité fédéral, participait à l’activité communiste.
Au conseil d’administration du Comité d’action laïque du Finistère, le 9 décembre 1948, lors de l’élection du bureau, Jean Le Pemp, secrétaire général sortant, proposa de reconduire le bureau précédent. Alain Cariou prit la parole : « Mon cher Le Pemp, tu as beaucoup de responsabilités dans le mouvement laïque, au CAL, aux parents d’élèves, au SNI… c’est pourquoi je suis candidat au poste de secrétaire général du Comité d’Action Laïque. » Étonnement de Le Pemp qui ne s’attendait certes pas à cette candidature. Force fut de mettre aux voix cette demande d’Alain Cariou. Vote à mains levées et résultat : Même nombre de voix pour chaque candidat. Le Pemp ayant remarqué qu’un membre du conseil d’administration n’avait pas pris part au vote, l’interpella. Il s’agissait de Francis Madec, Secrétaire Général de la Fédération des Œuvres Laïques depuis 1930, date de la naissance de cette fédération. Pressé de prendre une décision, Francis Madec déclara : « Je vote pour Alain Cariou. » Cette élection témoignait des progrès rapides des communistes dans les milieux de l’enseignement primaire du Finistère.

Comme instituteur, Alain Cariou milite au sein du SNI et du Comité d’Action Laïque du Finistère dont il assumera le secrétariat. Directeur du cours complémentaire à Plogoff puis muté sur sa demande à Brest où il enseignera successivement au lycée technique et au collège de Kérichen, pendant que sa femme Marie-Anne est en poste dans les écoles primaires de Vauban, Proud’hon, et Kerichen, après ses expériences d’institutrice à Plonevez Porzay et Plogoff.

Alain Cariou fut à Brest trésorier de cellule du PCF, pratiquement jusqu’à sa mort , des cellules qui n’existent plus maintenant, Jean-Jaurès au centre ville (1955/60) puis Julian-Grimau (1960 /1998)  dans le quartier Kérichen/Kérinou après leur déménagement. Et il faisait toutes les campagnes électorales, en étant aussi présent pour le Parti communiste comme scrutateur.

Alain Cariou est mort à trois semaines d’intervalle avec son ami Daniel Trellu en 1998.

Sources:

-Eugène Kerbaul, 1485 militants du Finistère (1918-1945) – Dictionnaire biographique de militants ouvriers du Finistère élargi à des combattants de mouvements populaires de la Résistance

– http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article18685, notice CARIOU Alain par Jacques Girault, Claude Pennetier, Jocelyne Prézeau, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 8 décembre 2018.

– archives de la famille Cariou transmises par Jean-Claude Cariou

 

Une photo prise au milieu de la foule sur le stade de Carhaix en 1945, près de l’emplacement actuelle des « Vieilles Charrues ». Cette photo appartient à la collection privée de Jean-Claude Cariou. Au dos, on y trouve un tampon du service du ministère de l’Air. De gauche à droite, on peut voir avançant au milieu de la foule un officier de l’armée de l’air, Charles Tillon, Alain Cariou, résistant communiste, vice-président du Comité Départemental de Libération, chargé de l’épuration des fonctionnaires, permanent du PCF jusqu’en 1947 avant de reprendre ses fonctions d’instituteur, Gaby Paul, député PCF de Brest, membre du Comité Départemental de Libération, un élu (le maire de Carhaix), et sans doute le secrétaire de Charles Tillon et un membre du cabinet (légende Jean-Claude Cariou)

100 ans d’engagements communistes en Finistère: Jean Nédelec (1920-2017)

100 ans d’engagements communistes en Finistère: Jean Nédelec (1920-2017)

Notre camarade Jean Nédélec s’est éteint à 97 ans en 2017. Il est né le 1er mars 1920 dans la commune du Faou. Quand il a six ou sept ans, ses parents quittent le Faou pour rejoindre Brest.

Son père, Alexis Nédelec, était un ancien de la Marine militaire où il avait passé 15 ans de service. Il devient ami à l’école avec un fils de cheminot communiste, Georges Bozec, futur agrégé de Lettres.C’est Georges qui l’initie à la musique, à la politique, et fortifie en lui le goût des études. Le père de Jean Nédelec, alors ouvrier à l’arsenal, est adhérent de la SFIO et de la CGT au moment du Front Populaire, quand Jean Nédelec étudie au lycée en tant que boursier (le lycée était payant et accessible à très peu de jeunes à cette époque). Il a eu comme notamment Marcel Hamon, futur député communiste des Côtes-du-Nord (de 1945 à 1951 et de 56 à 58) et maire de Plestin-les-Grèves. En 1939, Jean Nédelec devient instituteur, nommé à Plogoff. Il est mobilisé, puis, après l’armistice, il est envoyé quelques temps dans un camp en Dordogne où il fait la connaissance du futur responsable communiste et résistant breton Daniel Trellu, autre instituteur.

En janvier 1941, Jean Nédelec revient à Brest, où il retrouve en 1942 une affectation d’instituteur. Son père est arrêté par la Gestapo en 1942, puis relâché, soupçonné un temps d’être un espion et un résistant à l’arsenal pour avoir fait un dessin assis face à la rade. Son père écoute la BBC. En 1943, Jean Nédelec est muté à Landeleau. Il se marie avec Marguerite le 27 septembre 1943. Jean Nédelec entre dans un groupe de résistance en 1944 avant le débarquement. Il est ensuite envoyé en poste à Loqueffret et c’est là qu’il vit la libération de la Bretagne.

Il est à nouveau mobilisé pour protéger et surveiller des prisonniers Allemands à Erquy en mai 1945, puis envoyé en poste à Collorec comme directeur d’école. « C’est dans cette commune de Collorec, écrit-il dans ses mémoires (1920-1980, 60 ans de vie militante dans le Finistère), qu’il allait vivre sept années de combat qui ont fait de lui un militant laïque, un militant politique ». Il adhère dans l’immédiate après-guerre au Parti Communiste.

Le responsable communiste, Alain Cariou, permanent à la fédération du Parti Communiste à partir de l’été 1944 (et aussi vice-président du comité départemental de Libération, à Quimper, pour le PCF) ridiculise André Monteil, député du MRP, en créant une connivence avec le public d’une réunion publique contradictoire en lui parlant et plaisantant avec lui en breton, langue que ne comprend pas Monteil.

Jean Nédelec crée l’amicale laïque de Collorec et commence à militer à la Fédération des œuvres laïques tout en devenant ami avec un abbé progressiste, l’abbé Dolou, à qui il se plaint qu’on ait labouré le terrain de foot des jeunes laïques de l’Union sportive de Collorec en forme d’attentat clérical. Abonné de la rue Ar Falz, il organise avec Armand Kéravel, son président, la représentation du pièce de théâtre en breton à Collorec.

Après son adhésion sous l’influence d’Alain Cariou, les 10 et 11 août 1946, Jean Nédelec assiste à neuvième conférence fédérale du Parti Communiste en présente de Jeannette Vermeesch, femme de Maurice Thorez.

Le militant communiste du centre-Finistère, Alain Cariou, proche de Charles Tillon, y est la cible de Jeannette Vermeersch, puis quatre ans plus tard à la conférence fédérale de Douarnenez de Jacques Duclos.

Jean Nédelec goûte peu les critiques infligés à Alain Cariou, les injonctions à l’auto-critique, et l’autoritarisme de certains dirigeants. C’est un militant communiste ouvert, d’esprit unitaire et sans sectarisme, critique vis-à-vis de certains réflexes politiques staliniens.

Au début des années 50, il s’implique beaucoup au SNI- FEN/CGT et à l’Union départementale CGT. A la fin des années 50 et jusqu’en 1961, Jean Nédelec s’implique ardemment pour la Paix en Algérie. Il luttera toute sa vie pour la paix, y compris pendant la première guerre du golfe en 1991, en créant un Comité Pour la Paix à Brest. Un des grands moments de combat pour la paix pour lui a été la mobilisation autour du procès d’Henri Martin (1950-1953), qui avait dénoncé la guerre coloniale en Indochine par des distributions de tracts aux marins à Toulon en 47.  D’abord jugé à Toulon par un tribunal militaire, il est condamné à 5 ans de prison puis, après deux ans d’emprisonnement à la centrale de Melun, il est rejugé à Brest le 2 juillet 1951. A cette époque, le Parti Communiste, dont le responsable finistérien est Daniel Trellu, « ancien Colonel Chevalier de la Résistance qui n’était pas homme de demi-mesure », milite avec ardeur pour la libération d’Henri Martin et Brest est envahi par les CRS. Le tribunal de Brest confirma le jugement de Toulon mais Henri Martin fut finalement libéré le dimanche 2 août 1953.

En 1963, Jean Nédelec se porte volontaire pour récupérer en Algérie des dossiers d’enseignants ayant servi pendant l’occupation française. Il écrit des billets politiques élogieux et optimistes sur la construction du socialisme en Algérie pour sa revue syndicale.

Jean Nédelec participe avec passion aux travaux du Comité d’action Laïque, au côté du socialiste Charles Drapier, partisan d’une ligne très anti-cléricale qui n’est pas la ligne majoritaire, de Jean Kervizion, d’Alain Cariou et de Louis Le Roux. Il dénonce avec des camarades d’Ecole Emancipée la loi Debré adoptée en 1959 accordant des subventions aux établissements privés. 170 000 signatures contre la loi Debré sont récoltées à cette époque dans le Finistère.

Sa première responsabilité à la Fédération des oeuvres laïques date de 1961. Il enseigne alors à l’école primaire des Quatre-Moulins à Brest, dans un cours préparatoire de 48 élèves! Il va aussi s’impliquer fortement au Patronage Laïque de Saint-Pierre et des Quatre moulins. De 1964 à 1967, il est responsable du service culturel de la F.O.L. Et de 1967 à 1979, Jean Nédelec exerce les fonctions de secrétaire général de la Fédération des Oeuvres Laïques du Finistère.

Quand il écrit ses mémoires, en 2002, à déjà 82 ans, Jean Nédelec les conclut avec ces paroles si belles et si sages:

« J’ai pris des responsabilités, je les ai assumées de mon mieux, conscient d’avoir été un maillon de la chaîne de solidarité qui unit entre eux les femmes et les hommes de bonne volonté, d’avoir apporté ma pierre à la construction d’un monde meilleur, d’une France Laïque, tolérante, luttant contre le racisme, pour la paix dans le monde, essayant d’établir une égalité des citoyens et des citoyennes en tous domaines, ce qui est hélas loin d’être réalisé, mais pourquoi pas…

VIVE L’UTOPIE! »

100 ans d’engagements communistes en Finistère: Alain Le Lay (1909-1942) de Lesconil, cadre de la résistance communiste, mort à Auschwitz

Alain Le Lay (1909, Plobannalec Lesconil, 1942, Auschwitz)

100 ans d’engagements communistes en Finistère

Photo Gaston Balliot – cimetière de Lesconil

Alain Le Lay est né le 22 septembre 1909 à Plobannalec, commune de Lesconil (Finistère). Il est le fils de Marie Anne Larnicol, ménagère et de Jacques Le Lay, marin pêcheur, son époux. Il habite au 12, rue Laënnec à Concarneau (Finistère), au moment de son arrestation.
Il est célibataire. Alain Le Lay, élève-maître à l’Ecole Normale de Quimper, participe avec Alain Signor (en 1928 ou 1929) à la création d’un groupe de l’Union générale des étudiants pour l’enseignement affilié à l’Union fédérale des étudiants fortement influencée par le Parti communiste. Il est exclu de l’Ecole normale pour avoir participé à la grève menée contre l’obligation de suivre la préparation militaire supérieure («l’affaire des Normaliens de Quimper»). Il travaille alors à Concarneau comme employé de mairie, à l’Office juridique de renseignements gratuits. Le 5 février 1936 la municipalité à direction communiste le nomme directeur de l’Office municipal de placement.
Militant communiste, il est membre du bureau de la Région bretonne Finistère-Morbihan, de 1934 à septembre 1939. Entre 1936 et septembre 1939, il est également secrétaire de la section du Parti communiste de Concarneau-Ville.

Il est l’un des premiers mobilisés parmi les responsables finistériens du Parti communiste. Alain Le Lay et un de ses compagnons d’armes réussissent à s’échapper lors de l’encerclement de leur régiment par les forces allemandes dans l’Est de la France en 1940 (Christian Larnicol).

Après sa démobilisation, fin 1940, Alain Le Lay va jouer un rôle important dans la Résistance. Il est contacté par Robert Ballanger et son adjoint Venise Gosnat, responsables interrégionaux pour toute la Bretagne du Parti communiste clandestin. Il anime l’Organisation spéciale sous le pseudonyme de « Jacques ». Il est en liaison avec Paris par l’intermédiaire de Venise Gosnat dont le nom de guerre est « Père Georges ».

Voir aussi:

La Résistance et les communistes à Concarneau (à partir des notes et archives de Pierre Le Rose)

Venise Gosnat, alias Georges, inter-régional responsable de la résistance communiste en Bretagne (décembre 1940- décembre 1942)

Alain Le Lay va et vient, organise les groupes de l' »Organisation Spéciale » (O.S) dans le département. La liaison avec le Centre est assurée par le « Père Georges » (Venise Gosnat, adjoint au maire d’Ivry). A une réunion de direction à Kerviniou, Alain Le Lay donne des indications sur l’organisation du travail clandestin.

Venise Gosnat: Les responsables du Parti Communiste réorganisé clandestinement sont …

 » Dans le Morbihan, le camarade Le Lay, ancien secrétaire de la mairie de Concarneau que nous avions affecté dans le Morbihan par mesure de sécurité, et qui fut reconnu et arrêté par l’ancien commissaire de police de Concarneau, lui aussi muté dans ce département; le camarade Conan, cheminot d’Auray, arrêté à la suite d’une fouille dans les placards du dépôt, fusillé; Marie Le Fur, d’Hennebont, un autre cheminot d’Auray, mari d’une institutrice d’un village voisin, un imprimeur de Pontivy et de nombreux inconnus.

Dans le Finistère, le camarade Larnicol, ancien maire de Léchiagat, resté fidèle au Parti, le jeune et courageux Albert Abalain, fusillé, sa tante Jeanne Goasguen, adjointe au maire de Brest après la Libération, Pierre Corre, ouvrier de l’arsenal de Brest et organisateur de la lutte au sein de l’Etablissement, mort au combat par la suite, la camarade Salou, déportée; Le Nedelec; Georges Abalain; Cadiou (Charlot); le camarade et la camarade Lijour (déportée) de Concarneau; David, de Huelgoat, mort au combat; Guyomarch, aujourd’hui capitaine, qui faussa compagnie aux gendarmes alors qu’il avait les menottes aux mains; François et sa mère, bouchers à Scaër, les frères Le Pape, de Pont de Buis, Jojo (?), pêcheur de Douarnenez, une sabotière de Rosporden, Bernard, de Quimper, et sa mère, le cheminot Halle (je crois) de Quimper, fusillé, et beaucoup d’autres… ».

 

Eugène Kerbaul écrit : «Robert Ballanger le charge tout spécialement en début de 1941 de sortir un journal de l’inter région. Alain Le Lay insiste pour que cette publication soit la continuation de «La Bretagne Ouvrière, Paysanne et Maritime» créée en 1935, mais à paraître en petit format. Ce qui fut fait dès mars 1941. Ce journal est alors imprimé clandestinement à Nantes et reproduit sur une ronéo, (machine à imprimer de bureau), installée chez les parents de Jean Le Coz à Lehan. Alain  Le Lay est responsable de la rédaction de cette publication clandestine et c’est à lui que l’on doit la «bretonnisation » de l’appel du P.C.F. « pour un Front National de lutte pour le salut et l’indépendance de la France », lancé en mai 1941 et qui paraîtra dans «La Bretagne Ouvrière Paysanne et Maritime» avec, en tête, du texte, «Bretons, Bretonnes» au lieu de «Français, Françaises», comme dans le texte original, le reste restant inchangé. L’idée d’utiliser le sentiment national des Bretons pour la défense de l’indépendance de la nation française, face aux séparatistes bretons collaborateurs sera très appréciée des militants du P.C.F. en Bretagne. Alain Le Lay, tout en faisant partie du collectif interrégional, recevra la responsabilité politique du Morbihan ».
Son rôle était de retrouver la liaison avec des militants partout où le parti était organisé avant la guerre, c’est-à-dire, en ce qui concerne le Morbihan, à Lorient, Vannes, Pontivy, Auray, Lanester, Hennebont, Ploérmel, Lambel-Camors, Quiberon.
Alain Le Lay était hébergé le plus souvent chez Guillaume Péron, cheminot à Auray, et chez Louis Larnicol, son cousin, instituteur à Berné, qui y avait été déplacé en raison de son activité politique.
Alain Le Lay sait pertinemment qu’il ne va pas tarder à être arrêté. Il s’est confié à Brest à Charles de Bortoli à son épouse Anne De Bortoli et à son mentor en politique son compatriote Bigouden de Pont-l’Abbé, Alain Signor. Il leur répète souvent : « Ils nous connaissent toutes et tous et nous sommes fichés, nous tomberons les uns après les autres … » (témoignage recueilli à Lesconil par M. Christian Larnicol auprès de Madame Anne De Bortoli, alors presque centenaire).
Alain Le Lay est arrêté (1) le 12 novembre 1941 à Landévant (Morbihan) au lieu-dit Mané Lan Vras (in « Le Nouvelliste du Morbihan » du 19 novembre 1941, recherches de Christian Larnicol).
Alain Le Lay avait rendez-vous avec le « Vieux Georges » et non pas le « Père Georges » alias Venise Gosnat qui lui, arrivait de Nantes  et voyageait à bord d’une micheline. Le rendez-vous était programmé ce 12 novembre 1941 en gare de Landévant. Hélas ! alors qu’Alain Le Lay approchait du bourg de Landévant, un sous-officier de gendarmerie en poste à la brigade de Landévant va le reconnaître et l’arrêter immédiatement (…). Alain Le Lay, menotté et accompagné par deux sous-officiers de la Gendarmerie de Landévant embarque à bord de ce train qui vient du Croisic et se dirige vers Quimper en terminus. Il est totalement méconnaissable et présente un visage tuméfié suite aux différents interrogatoires qu’il a subi depuis son arrestation…Il reconnaît deux jeunes Bigoudènnes et demandent à ses geôliers de bien vouloir lui enlever ses menottes afin d’aller aux toilettes. En revenant, Alain se dirige vers les filles de Lesconil et leur dit : « dès votre arrivée à Lesconil, allez tout de suite prévenir mon père, Jacques Le Lay, au Menez-Veil, les gendarmes savent que je suis un militant communiste recherché activement et ils vont me remettre aux Allemands, c’est fini pour moi je ne rentrerai jamais plus à Lesconil » (Témoignage oral de deux jeunes Bigoudennes de Lesconil qui voyageaient à bord du train le 13 novembre 1941. Ces deux Demoiselles en costume Bigouden étaient Mesdemoiselles Marianne Lucas et Anita Charlot, aujourd’hui disparues (mel de Christian Larnicol) …
Alain Le Lay est conduit à Quimper, puis incarcéré à la prison de Brest (Le Bouguen).
Le 20 avril 1942, son nom est inscrit sur une des 2 listes de 36 et 20 otages envoyés par les services des districts militaires d’Angers et Dijon au Militärbefehlshaber in Frankreich (MbF), à la suite de l’attentat contre le train militaire 906 et suite au télégramme du MBF daté du 18/04/1942… Le Lieutenant-Général à Angers suggère de fusiller les otages dans l’ordre indiqué (extraits XLV-33 / C.D.J.C). Les noms de cinq militants qui seront déportés avec Alain Le lay à Auschwitz (Alfonse Braud, Jacques Hirtz, André Flageolet, René Paillole, André Seigneur) figurent également sur ces 2 listes. Il est transféré après cette date au camp allemand de Compiègne (Frontstalag 122) à la demande des autorités allemandes.
Alain Le Lay est déporté à Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des «45000». Ce convoi d’otages composé, pour l’essentiel, d’un millier de communistes (responsables politiques du parti et syndicalistes de la CGT) et d’une cinquantaine d’otages juifs (1170 hommes au moment de leur enregistrement à Auschwitz) faisait partie des mesures de représailles allemandes destinées à combattre, en France, les Judéo-bolcheviks responsables, aux yeux de Hitler, des actions armées organisées par le parti communiste clandestin contre des officiers et des soldats de la Wehrmacht, à partir d’août 1941. Lire dans le blog le récit des deux jours du transport : Compiègne-Auschwitz : 6, 7, 8 juillet 1942.

Son numéro d’immatriculation lors de son arrivée à Auschwitz le 8 juillet 1942 est inconnu. Lire dans le blog le récit de leur premier jour à Auschshwitz : L’arrivée au camp principal, 8 juillet 1942. Le numéro « 46246 ? » figurant dans mes deux premiers ouvrages sur le convoi du 6 juillet 1942 correspondait à une tentative de reconstitution de la liste du convoi par matricules. Ce numéro, quoique plausible, ne saurait être considéré comme sûr en raison de l’existence de quatre listes alphabétiques successives, de la persistance de lacunes pour plus d’une dizaine de noms et d’incertitudes sur plusieurs centaines de numéros matricules. Il ne figure plus dans mon ouvrage Triangles rouges à Auschwitz.

Après l’enregistrement, il passe la nuit au Block 13 (les 1170 déportés du convoi y sont entassés dans deux pièces). Le 9 juillet tous sont conduits à pied au camp annexe de Birkenau, situé à 4 km du camp principal. Le 13 juillet il est interrogé sur sa profession. Les spécialistes dont les SS ont besoin pour leurs ateliers sont sélectionnés et vont retourner à Auschwitz I (approximativement la moitié du convoi. Les autres, restent à Birkenau, employés au terrassement et à la construction des Blocks.
Alain Le Lay est affecté au camp de Birkenau.
Il meurt le 4 octobre 1942 d’épuisement à Birkenau, d’après le certificat de décès établi au camp d’Auschwitz (in Death Books from Auschwitz Tome 2 page 699).

Sources:

Essentiellement article de l’historienne Claudine Cardon-Hamet dans le cadre d’une thèse de doctorat (blog  : https://politique-auschwitz.blogspot.com/2012/07/le-lay-alain.html), lequel s’appuie aussi sur un Article de Jean-Pierre Besse dans le Maitron en ligne: http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article117536

Et le blog animé par Gaston Balliot: https://bigouden1944.wordpress.com/2016/11/08/alain-le-lay/

Alain Le Lay (1909-1942) Photo blog https://politique-auschwitz.blogspot.com

100 ans d’engagements communistes en Finistère: Pierre Berthelot (1924-1986): résistant, déporté au camp de concentration de Oranienbourg  Sachsenhausen

Pierre Berthelot (1924-1986)
100 ans d’engagements communistes en Finistère
Pierre Berthelot (document sur le site internet de l’ANACR 29: site des amis de la résistance du Finistère: http://www.lesamisdelaresistancedufinistere.com)
Pendant la Deuxième guerre mondiale, notre camarade Pierre Berthelot a eu un rôle important dans la Résistance. Il est né le 16 janvier 1920 à St Ségal dans le Finistère.
Il a été adopté par la Nation le 23 janvier 1924 suivant jugement du Tribunal civil de Châteaulin, en tant que fils d’un grand blessé de guerre. Son père Louis Berthelot, Officier de la Légion d’Honneur,  Médaille Militaire, Croix de Guerre 1914/1918, Croix de Guerre 1939/1945 , était revenu du front  amputé d’une jambe.
Pierre est entré à l’Arsenal de Brest en 1935.
Il est engagé volontaire pour la durée de la guerre le 17 JUIN 1940 à Brest.
Embarqué le 18 JUIN 1940 à Brest à bord du pétrolier ravitailleur rapide  » le Tarn », avec toute la Flotte de Guerre, il prend la mer direction l’Angleterre. Sous la mitraille des avions allemands, au milieu des mines flottantes, près du Conquet, il voit l’aviso « le Vauquois » exploser, se couper en deux au contact d’une mine dérivante lâchée la veille par des avions allemands. Plusieurs de ses camarades travaillant avec lui à l’Arsenal de Brest périrent avec environ 132 autres marins. Ordre fût donné de changer de cap ! Direction le Maroc !
Devant St Nazaire , le cuirassé « Jean Bart « rejoint la Flotte. Son Commandant , le Capitaine de Vaisseau Ronac’h avait réussi l’exploit de faire sortir le cuirassé du fin fond de l’arsenal.
Malgré les tirs de l’aviation ennemie le « Tarn  » ravitailla en munitions, en mazout  et en eau le  « Jean Bart « .
Après  Casablanca avec Georges Abalain , frère de Albert , tous les deux du Pont de Buis comme Pierre Berthelot , Toulon et les Camps de Jeunesse du côté de Aix en Provence, à Meyrargues, puis à Gap,
en janvier 1941, Albert Abalain vint du Pont de Buis en Finistère  jusqu’à Gap dans les Hautes Alpes (près de 1200 kms ), contacter son frère Georges Abalain et Pierre Berthelot pour qu’ils quittent leur camp de jeunesse.
Ils se firent libérés le 30 janvier 1941 et rejoignirent le Finistère pour combattre l’occupant nazi et ses collaborateurs français.
Au Pont de Buis, son père Louis Berthelot et Albert Abalain (fusillé au Mont Valérien avec 18  de ses camarades le 17 septembre 1943 ) avait créé un groupe de Résistance du Parti Communiste Français,les futurs Francs Tireurs et Partisans (FTPF ) .
Après de nombreuses actions offensives avec ses camarades, Venise Gosnat Responsable inter régional des FTPF pour la Bretagne le nomma  responsable de la direction des opérations armées des Francs Tireurs et Partisans  (FTPF ) pour le Sud Finistère, avec Jean Louis Prima et Pierre Corre (fusillés en 1943).
Organisateur de nombreux attentats ….
Vol d’explosifs à la Poudrerie nationale de Pont de Buis, dans les entreprises de carrière … Destruction par explosifs du téléphérique de la poudrerie nationale du pont de Buis . Envoi de valises d’explosifs à ses camarades dans tout le Finistère, le Morbihan et les Côtes du Nord. Vol de métaux pour la revente.
Destructions de dépôts de fourrage de l’armée allemande dans les gares.
Attaques de perceptions , bureaux de poste, pour se procurer de l’argent, des tickets d’alimentation afin de subvenir aux besoins de son organisation de Résistance et  acheter du ravitaillement pour nourrir les  camarades entrés dans l’illégalité et les familles des emprisonnés. Fabrication , distribution de tracts ,et inscriptions murales contre le gouvernement de Pétain et l’armée d’Occupation….
C’est Pierre Berthelot qui approvisionnait  en  explosifs  ses camarades brestois. A chaque envoi , 50 kilos de dynamite, 2 valises de 25 kilos .
Les FTP ont fait la plupart de leurs attentats avec cette dynamite.
Arrêté le 21 octobre 1942 à Landévénnec, transféré à la gendarmerie de Argol , puis  au commissariat de St Martin à Brest, il est incarcéré à la prison de Pontaniou. Torturé par des policiers français sous le portrait de Pétain, en présence et sous l’autorité du juge Piton du tribunal de Rennes, il nia farouchement toute participation à la Résistance.
Le 20 janvier 1943 il est transféré de Brest au camp de Royalieu à Compiègne au Front Stalag 122 sous administration allemande.
Le 24 janvier 1943 il est déporté au camp de concentration de Oranienbourg  Sachsenhausen dans le même train que 230 femmes venant du camp de Romainville: Danielle Casanova, Marie Claude Vaillant Couturier qui témoigna au procès des criminels de guerre nazis à Nuremberg,  Hélène Langevin , fille du Professeur  Paul Langevin, épouse de Jacques Solomon, Maï Politzer ,épouse de Georges Politzer (Jacques Solomon et Georges Politzer ont été fusillés le 23 mai 1942 au Mont Valérien), Charlotte Delbo, Suzanne Momon ,la mère de Gilbert Brustlein, qui avec Pierre Georges (plus connu sous le nom de Fabien ) participa à l’attentat du métro Barbès, puis à l’exécution de Karl Hotz Feld Kommandant de la place de Nantes avec 2 autres militants communistes ,Marcel Bourdarias et Spartaco Guisco.
Les 4 wagons des femmes furent détachés à Halle et dirigés vers Auschwitz .
Le train des 1600 hommes continua vers Berlin et le sinistre camp de Oranienbourg Sachsenhausen .
Pierre Berthelot a été transféré au camp de Dachau le 18 juillet 1944.
Libéré le 27 mai 1945, il est rapatrié le 28 mai 1945 à Paris hôtel  » Lutétia  » .
Pierre Berthelot en raison de sa bravoure a reçu de nombreuses distinctions et décorations:
Chevalier de la Légion d’Honneur
Croix de Guerre avec Palme et Citation à l’Ordre de l’Armée
Croix du Combattant Volontaire
Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
Croix du Combattant
Médaille de la Déportation et de l’Internement pour faits de Résistance
Médaille de la France Libérée
Médaille des Bléssés Militaires
Médaille Commémorative de la Guerre 1939/1945 avec Barrette  « Engagé volontaire »
Il est mort pour la France le 7 avril 1986 à Brest  des séquelles de sa Déportation.
Pierre Berthelot est revenu des camps  Grand Invalide de Guerre à la suite des privations et des sévices subis.

100 ans d’engagements communistes en Finistère: Albert Abalain, résistant de Pont-de-Buis-les-Quimerc’h fusillé le 17 septembre 1943

 

Albert Abalain (1915 – 1943)

100 ans d’engagements communistes en Finistère

Né le 13 janvier 1915 à Quimerch (Finistère), fusillé le 17 septembre 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; pensionné, réformé de la marine ; communiste ; résistant FTPF dans le Finistère.

Article de Jean-Pierre Besse pour le Maitron des fusillés de la seconde guerre mondiale en ligne: http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr

Fils d’un poudrier et d’une ménagère, Albert Abalain était pensionné à 100 % de la Marine et domicilié à Pont-de-Buis-lès-Quimerch (Finistère). Il adhéra au Parti communiste français (PCF) en 1936, milita à la Confédération générale des travailleurs (CGT) et participa à la reconstruction du PCF clandestin ainsi qu’à des actions menées à l’Arsenal de Brest (Finistère). Il entra très tôt dans la résistance armée communiste et selon certaines attestations contenues dans son dossier à Caen, il aurait été chef départemental des FTP du Finistère et membre de l’état-major FTP. Il fut arrêté le 1er octobre 1942 en gare de Châteaulin (Finistère) par la police française après le démantèlement du groupe FTP de Lorient (Morbihan). Le rapport de la gendarmerie de Châteaulin, en date du 1er octobre, signalait : « Suite à l’attentat dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 1942 contre la caserne Frébaud à Lorient des renseignements reçus du commandant de section de Lorient, Abalain réformé 100 % de la marine et domicilié chez ses parents ne serait pas étranger à cette affaire. Sur le quai nous remarquons un individu correspondant au signalement. » Il fut arrêté en possession de papiers qui le domiciliaient à Hauteville (Ain), d’une somme d’argent et de faux-papiers. Il réussit à s’évader mais fut repris au petit matin du 2 octobre près du pont SNCF à Pont-de-Buis. Incarcéré au château de Brest puis détenu par le Service de police anticommuniste (SPAC) à Lorient du 8 au 12 octobre 1942, il fut à nouveau enfermé au château de Brest puis à la prison Jacques-Cartier de Rennes (Ille-et-Vilaine) à partir de janvier 1943 avant d’être transféré à Fresnes (Seine, Val-de-Marne) le 28 juillet 1943. Il fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand Gross Paris (Abt B) le 28 août 1943 pour « sabotages par explosifs et attaques à l’armée allemande ». Le rapport de gendarmerie déjà cité nous donne le signalement suivant : « 1 m 70, cheveux blonds, yeux bleus, nez rectiligne, visage ovale. » Il a été fusillé le 17 septembre 1943 au Mont-Valérien.
Abalain figure sur le monument aux morts de Pont-de-Buis-lès-Quimerch, ville où vivaient, après la guerre, sa mère, Jeanne née Veignant (veuve), et ses frères. Le site des plaques commémoratives le dit « fusillé au Mont-Valérien avec dix-huit autres militants communistes de Brest ». Le fichier départemental du Finistère le donne bien comme fusillé au Mont-Valérien le 28 septembre et la presse locale donne la même information.
Homologué à titre posthume au grade de capitaine FFI en décembre 1947 avec attribution de la Croix de guerre et de la Médaille de la Résistance en 1948, il eut, à titre, la carte de Combattant volontaire de la Résistance (CVR) en décembre 1953 et la Légion d’honneur en juin 1955.

 

 

Abalain Albert

Albert Abalain participe à la restructuration du PCF clandestin (rédaction et distribution de tracts, transport d’armes) et à des actions de propagande à l’arsenal de Brest. Il est arrêté par la police française, le 2 octobre 1942 à Châteaulin (Finistère), pour sabotages à l’explosif et attaques contre l’armée allemande. Il parvient à s’évader mais est repris dès le lendemain près de Pont-de-Buis. Abalain est transféré à Fresnes et condamné à mort par le tribunal militaire allemand de Paris, le 28 août 1943, pour activité de franc-tireur. Albert Abalain est fusillé au Mont-Valérien.

La dernière lettre d’Albert Abalain – http://www.mont-valerien.fr/ressources-historiques/le-mont-valerien-pendant-la-seconde-guerre-mondiale/lettres-de-fusilles/detail-lettres-fusiles/lettres-de-fusilles/abalain-albert/

Extraits de missive de juillet 1943, quelques jours avant son exécution. « Je n’ai aucun espoir de sauver ma vie, l’officier instructeur m’a déclaré que je serais fusillé. Cela ne m’effraie pas, je mourrai brave en communiste, je suis fier d’avoir lutté pour l’indépendance de mon pays et de sauver de l’esclavage le peuple de France. Ceux qui m’ont livré aux Allemands, des policiers français ou soi-disant tels, ceux qui se sont fait les pourvoyeurs de cours martiales, auront à rendre des comptes, un jour, de leur conduite répugnante. Ce que j’ai pu souffrir par eux, vous ne le saurez jamais. Impossible d’imaginer le sadisme de ces chiens de garde du capitalisme. Privés de soins, de nourriture, cravaché jour et nuit, exposé durant des nuits durant aux courants d’air du mois de novembre, sans paillasse et sans couverture, dans une cellule si petite qu’il n’est pas possible de remuer pour tenter de se réchauffer. J’imaginais mal, avant mon arrestation, que les Français puissent se conduire ainsi avec les bons patriotes. La justice est en marche, là-bas du côté de l’Est de l’Europe où les héros de l’Armée Rouge infligent aux fauteurs de guerres capitalistes de sévères pertes. »

Lettre recopiée par les soins de l’ANACR 29

 

Cérémonie d’hommage à Albert Abalain en 2011

Voir aussi:

Albert Rannou: Lettres de prison d’un résistant communiste brestois né à Guimiliau fusillé le 17 septembre 1943 au Mont-Valérien

Dernière lettre de Paul Monot, résistant brestois fusillé au Mont-Valérien le 17 septembre 1943 avec Albert Rannou et 17 autres résistants brestois dont André Berger et Henri Moreau

Dernière lettre à sa femme de Jules Lesven, dirigeant de la résistance communiste brestoise, ouvrier et syndicaliste à l’Arsenal, fusillé le 1er juin 1943,

100 ans d’engagements communistes en Finistère: Andrée Moat (1920-1996)

 Andrée Moat (1920-1996)

UNE CITOYENNE ENGAGÉE DANS LE MILITANTISME

Cent ans d’engagements communistes en Finistère

André Moat à la tribune d’un meeting de la CGT en 1978 ou 1979 (fonds A. Moat, CRBC) – Photo présentée dans le Maitron en ligne

 Andrée Moat (1920-1996)

UNE CITOYENNE ENGAGÉE DANS LE MILITANTISME

Il est de bon ton aujourd’hui dans certains milieux d’opposer citoyenneté et engagement politique et syndical. Andrée MOAT, au contraire fut une immense citoyenne militante communiste, CGT et culturelle.

1 – SYNDICAL

La première fois que j’ai vu Dédée MOAT c’est en 1968. Jeune enseignant je venais de prendre ma carte au Parti à la cellule de St Martin-des-Champs. Avec la fougue des néophytes je ne ratais pas une des nombreuses réunions. En alternance avec Emile LE FOLL, responsable cheminot, Dédée assurait la prise de parole de la CGT. Avec un talent d’oratrice certain nourri de la culture et de son expérience politique et syndicale. Il fallait voir comment elle enflammait les salles. Plus tard je la croiserai dans bien des manifs avec ses camarades de la CGT de Saint-Pol.

2 – POLITIQUE

Dès 1945 elle adhère au parti communiste et en sera membre jusqu’à sa disparition. Je la retrouverai au comité fédéral puis au bureau fédéral du Finistère Nord où le jeune responsable que j’étais,  apprit beaucoup de sa participation à la réflexion collective, de sa capacité à prendre du recul et de la hauteur sans jamais oublier ni les enjeux ni la réalité concrète. Mais l’apport de Dédée dépassait largement cette dimension « institutionnelle ». Sa porte était toujours ouverte et ses oreilles attentives aux réflexions et aux interrogations face à des situations politiques toujours plus complexes. Je sais que, comme moi, nombreux furent les dirigeants qui bénéficièrent de ses réflexions et de ses conseils.

Dirigeante de premier ordre donc mais aussi militante de terrain. Il faut avoir participé avec elle à des campagnes électorales dans ce Léon si fermé aux idées communistes pour savoir ce que cela impliquait comme engagement et comme énergie. Que ce soit pour assurer les réunions , pour distribuer des tracts ou pour vendre la presse, elle était toujours présente et active.

Sans parler évidemment de son immense  activité autour des livres, Dédée fut vraiment de celles et de ceux qui contribuèrent à faire du PCF et de son entourage un incomparable intellectuel collectif.

3 – CULTUREL

En plus de sa passion pour les livres pour laquelle elle sillonna au volant de sa 2CV les routes du Finistère, d’une fête ou d’une réunion à l’autre, embauchant un camarade chauffeur lorsque la conduite devenait plus difficile pour elle. Dédée s’investissait dans la vie culturelle et associative locale que ce soit le cinéma, l’amicale laïque  ou la défense de l’école. Sa forte personnalité, ancrée au milieu de camarades très soudés de sa cellule/section de Saint-Pol/Roscoff, ont fortement marqué la vie sociale et politique de ce coin de Léon. En témoigne la popularité qui fut la sienne dans toute la population , dans tous les milieux des chercheurs en biologie marine comme des emballeurs de Saint Pol , des élus roscovites comme des dockers du port .

C’est un cadeau de la vie pour moi que d’avoir pu connaître et militer avec quelqu’un de la qualité de Dédée.

Alain DAVID

 

***

 » Dédée Moat était une femme d’une grande culture et d’une grande simplicité, avec son éternel pantalon bleu (plus un pantalon de pêche pour cette passionnée de la mer qu’un bleu de travail!) ses pieds nus
dans ses sandales par tous les temps, même dans la neige, je l’ai vue, et sa 2 chevaux…Et son rire et son humour. Parmi les activités militantes qui comptaient pour elle, il y avait la diffusion de l’Huma,
elle faisait un tabac lors des ventes de masse, et ce dans le Léon ! Mais elle ne dédaignait pas les tâches les plus humbles par exemple confectionner des articles pour les stands de la fête de l’Huma, comme
ces cartes avec des algues séchées …Dédée c’était aussi l’amitié, toujours disponible pour les copains qui avaient besoin de réconfort ».

Yvonne Rainero

***

Article du Maitron en ligne – établi par Paul Boulland

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article158608, notice MOAT Andrée, Françoise par Paul Boulland, version mise en ligne le 4 mai 2014, dernière modification le 12 novembre 2019.

 

Née le 5 octobre 1920 à Paris (XVIIe arr.), morte le 12 novembre 1996 à Morlaix (Finistère) ; bibliothécaire CNRS à Paris puis à Roscoff (Finistère) ; militante communiste et syndicaliste CGT ; membre du conseil national du syndicat CGT du CNRS, membre du bureau de l’UD-CGT du Finistère (1971-1972) ; membre du comité (1959-1985) et du bureau (1965-1979) des fédérations communistes du Finistère, puis Finistère Nord.

Son père, Jean Moat, ingénieur à la Thomson-Houston, mourut en 1941. Sa mère, Marie-Louise Moat, née Daroque, fut secrétaire de direction avant son mariage puis sous-économe du centre d’apprentissage de Clamart (Seine, Hauts-de-Seine) après la mort de son mari.

Andrée Moat était l’aînée de trois filles. Sa sœur cadette, Colette Moat, épouse Privat, professeure de lettres puis enseignante à l’Université de Rouen, fut député communiste de Seine-Maritime.

La benjamine, Sylvie Moat, épouse Blanc, fut monteuse de cinéma, notamment pour René Allio.

André Moat poursuivit des études supérieures et fut licenciée ès lettres. Elle fut un temps enseignante, dans un lycée de Villeurbanne (Rhône) selon Gabriel Le Gall, un de ses anciens camarades du PCF à Roscoff. Elle intégra ensuite le CNRS, comme bibliothécaire. À la fin des années 1940, elle participa notamment à l’établissement de deux volumes de l’Inventaire des périodiques scientifiques et techniques reçus depuis 1938 par les bibliothèques de Paris.

Adhérente du PCF et des Jeunesses communistes en 1945, elle fut secrétaire de la cellule communiste du Muséum d’histoire naturelle (Ve arr.) en 1946-1947. Elle épousa Walter Küffer, le 27 décembre 1947 à Paris (Ve arr.) et s’établit avec lui en Suisse, dans la région de Berne, où elle adhéra au Parti suisse du Travail, et fut secrétaire de la section Berne Romande, entre 1948 et 1950. Un fils, prénommé Hans, naquit de cette union, en 1949. Revenue en France, séparée de son mari, elle revint s’établir avec son fils à Clamart, où elle fut secrétaire de la cellule locale Saint-Étienne à partir de 1951.

En 1954, Andrée Moat travaillait au centre de documentation du CNRS, situé à Paris, dans le Ve arrondissement. Entre 1952 et 1956, elle siégea au secrétariat de la section Clamart, comme responsable à la propagande. En 1953, elle fut candidate aux élections municipales sur la liste conduite par Roger Dumagny, premier secrétaire de la section. Déjà élève d’une école fédérale au cours de l’année 1954, elle fut candidate à une école centrale d’un mois du PCF destinée aux rédacteurs. Sa candidature fut écartée par la Section de montée des cadres qui souhaitait des éclaircissements sur ses séjours en Suisse. Entre 1953 et 1956, elle fut également membre du bureau puis secrétaire générale adjointe du syndicat national des techniciens du CNRS.

En 1956, Andrée Moat vint travailler à Roscoff, comme bibliothécaire de la station de biologie marine du CNRS, et assuma de nouvelles responsabilités militantes. Secrétaire de la section de Saint-Pol-de-Léon (Finistère), elle siégea au comité (1959-1965) et au bureau (1965-1979) de la fédération du Finistère puis du Finistère Nord, créée en 1972. Elle y fut à nouveau chargée de la propagande. Elle quitta le bureau fédéral en 1979 et siégea au comité fédéral jusqu’en 1985. Elle fut candidate du PCF aux élections cantonales (canton de Saint-Pol-de-Léon) en 1967, 1973 et 1979.

En 1967, elle obtint 566 voix, soit 5,61% des suffrages exprimés.

Toujours militante syndicale, responsable de la section CGT de la station biologique de Roscoff, Andrée Moat fut élue au comité national du syndicat CGT du CNRS (1959-1961). Elle participa également à la section départementale de l’Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires (UGFF). Sur le plan interprofessionnel, elle siégea à la commission exécutive (1960-1983) et au bureau (1971-1972) de l’UD-CGT du Finistère. Elle fut également trésorière de l’UL-CGT de Saint-Pol-de-Léon.

Guy Jacques, océanographe au CNRS qui fut son collègue à la station biologique de Roscoff, évoque dans ses souvenirs, « une bibliothécaire, Andrée Moat, toujours en bleu de travail pour rappeler son appartenance au Parti communiste et à la CGT. »

Gabriel Le Gall témoigne lui aussi de son éternel « bleu de chauffe ».

Secrétaire adjointe du ciné-club de Saint-Pol-de-Léon/Roscoff, elle siégea au comité national de la Fédération française des ciné-clubs dans les années 1960.

Durant de longues années, Andrée Moat fut responsable de la librairie dans les rassemblements locaux ou départementaux de la CGT et du PCF. Selon ses anciens camarades, elle se refusait à y vendre des ouvrages qu’elle n’avait pas lu elle-même.

Figure de la ville de Roscoff, tant par son activité professionnelle que par ses engagements, Andrée Moat reçut la médaille de la ville à l’occasion de son départ en retraite, en 1985. Elle continua de militer au sein de la section CGT des retraités de l’UL-CGT de Saint-Pol-de-Léon.

Son fils Hans Küffer devint architecte en région parisienne. Il fut lui-même militant communiste.

Après son décès, ses archives personnelles furent confiées à Denise Roudot, puis déposée par Yves Le Berre au Centre de Recherche Bretonne et Celtique (CRBC) de l’Université de Bretagne occidentale (UBO), à Brest (Finistère). S’y ajoutèrent, en 2016, deux boîtes rendant compte de son activité à Clamart (1953-1954), conservées originellement au Centre d’Histoire sociale du XXe siècle. Ce fonds documente, presque au jour le jour, de plus de quarante ans d’activités militantes.

100 ans d’engagements communistes en Finistère: Jean Le Brun (1905-1983): grand résistant et maire du Guilvinec

 

Jean Le Brun (1905-1983): grand résistant et maire du Guilvinec

Cent ans d’engagements communistes en Finistère

Source: essentiellement la page consacrée à Jean Le Brun par Alain Prigent dans le Maitron.

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article136587&id_mot=

Né le 1er mars 1905 et mort le 2 décembre 1983 au Guilvinec (Finistère) ; officier de marine marchande ; résistant et déporté ; conseiller municipal (1947-1965) puis maire du Guilvinec (1965-1983) ; candidat suppléant du PCF aux élections législatives de juin 1968 dans la circonscription de Quimper.

Son père Jean Marie Le Brun, marin, épousa Marie Maréchal, ménagère. Ayant reçu une formation de radio à L’Abri du Marin, puis à l’école des radios de la marine, Jean Le Brun quitta Le Guilvinec en 1935 et s’engagea à la pêche à Boulogne-sur-Mer à bord des grands chalutiers. Il se maria le 30 janvier 1935 à Boulogne-sur-Mer avec Madeleine Geneau. Le couple eut eu six enfants ; les deux aînés nés à Boulogne-sur-Mer, les suivants au Guilvinec.

Membre du Parti communiste boulonnais dès 1935, il fut officier radio en 1937-1938 à la compagnie France-Navigation créée par le PCF pour assurer le ravitaillement en armes des républicains espagnols. Après la débâcle de 1940 il revint en Bretagne recevant l’ordre du PC clandestin de ne pas reprendre contact avec les communistes du Guilvinec.

Quand la direction clandestine nationale réorganisa son réseau de radios décimé par la Gestapo, elle se tourna vers les officiers radios de France-Navigation et contacta secrètement Jean Le Brun. Tous se retrouvèrent à Paris pour mettre au point leur méthode et prendre livraison de matériel. L’épouse de Jean et leur dernier né furent du voyage malgré les difficultés de déplacement de l’époque. Le matériel radio prit place au retour parmi les affaires du bébé, Maxime Le Brun. Jean Le Brun reprit la pêche à la sardine au Guilvinec puis obtint un poste de répartiteur du poissons auprès des mareyeurs. Il appartenait au réseau le plus secret de toute la guerre, le Service B, assurant les liaisons radios avec Londres.
Les services goniométriques de l’armée d’occupation repérant les émissions venant du Guilvinec, il fut arrêté le 12 janvier 1943 par la Gestapo et condamné à quinze mois de prison par la cour spéciale de Paris pour faits de résistance. Incarcéré à la Santé, à Poissy, à Melun, à Chalons-sur Marne, puis à Compiègne, il fut déporté le 14 mai 1944 par les nazis au camp de concentration de Buchenwald où il devient un matricule, le N° 51801, dans le block 19. Les 2055 prisonniers de ce convoi portèrent les matricules à partir de 50000. Il fit partie du groupe de protections des détenus organisés clandestinement sous la direction de Marcel Paul.
Il a reçu la médaille de la Résistance par décret du 3 août 1946 (JO du 31 octobre 46, p. 96), en même temps que trois autres résistants, dont Roger Arnould, également déporté à Buchenwald. Jean Le Brun et Roger Arnould ont en commun d’avoir sauvé la vie de Marcel Bloch (qui deviendra Dassault), qu’ils exfiltrèrent des convois de la mort le 8 avril 1945, quelques jours avant la libération du camp (qui a eu lieu le 11 avril 1945).

Revenu de l’enfer concentrationnaire, il reprit ses activités militantes et fut élu en 1947 au conseil municipal du Guilvinec. Il devint maire de la commune en 1965, succédant à Marc Scouarnec qui conduisit en 1935 la liste d’union conduite enlevant 19 sièges sur 23. Jean Le Brun dirigea la commune pendant trois mandats jusqu’en mars 1983. Pendant cette période, la municipalité œuvra au développement de la commune (école maternelle, ateliers municipaux, salle omnisports, aménagement du collège Paul Langevin et de l’arrière-port).
Jean Le Brun fut candidat suppléant du PCF aux élections législatives de juin 1968 dans la circonscription de Quimper avec Jean-François Hamon. Arrivés en tête au premier tour ils représentèrent la gauche au second tour.

Louis Péron de l’Association Nationale des anciens Combattants de la Résistance, Mme Yvonne Kervarec de la FNDIRP et Jean Kervision pour le PCF prononcèrent son éloge funèbre.

 

Jean Le Brun grand résistant, maire du Guilvinec (Photo Jean Le Brun – Maitron)


 100 ans d’engagements communistes en Finistère:  Angèle Le Nedellec (1910-2006)

 100 ans d’engagements communistes en Finistère:  Angèle Le Nedellec (1910-2006).

Informations reprises au site internet:  https://www.resistance-brest.net

Et à Eugène Kerbaul – « 1001 militants du Finistère ».

Angèle Kerlirzin est née le 08 juin 1910 à Scrignac. Fille de cultivateurs, elle est mariée à Jean Le Nédellec et a deux enfants. Elle adhère au Parti Communiste Français (P.C.F) en 1938 et y fait adhérer son mari, cas unique alors à Brest où l’adhésion du mari avait toujours précédé celle de sa femme. À la fin de 1939, elle participe au passage à la clandestinité du P.C.F, interdit par le gouvernement Daladier. Angèle est ménagère quand le conflit éclate.

Elle entre en résistance le 17 juin 1940, en cachant des armes et munitions anglaises que son mari, Jean Le Nédellec récupère avec l’aide de quelques camarades résistants dont Pierre Corre et Jules Lesven, du côté du fort du Bouguen. Avec son mari, elle entrepose ce stock d’armes (bombes, matières explosives et munitions) dans la cabane de leur jardin située sur la plateau du Bouguen tout près de l’arsenal. Sans cela, ces armes seraient tombées aux mains des Allemands qui avançaient rapidement sur Brest. Une partie du stock est acheminée vers Trédudon-le-Moine par Jean Le Nédellec, Jules Lesven et Pierre Corre.

À partir du 1er juillet 1940, elle colle fréquemment des affiches anti-nazis. Elle diffuse également des journaux de propagande résistante, tracts du P.C.F et du Front National. Son frère, Pierre Kerlirzin est aussi dans la Résistance.

Le 28 avril 1942, elle participe à l’organisation et à la manifestation de femmes contre l’occupant . Avec ses compatriotes, elles se rassemblent devant l’annexe de la mairie située rue Danton à Brest. Elles veulent obtenir un meilleur ravitaillement alimentaire. Ce groupe de femmes agit clandestinement sous le nom de Comité des Femmes Patriotes. Parmi ces militantes se trouvent Jeanne Goasguen-Cariou, Marie Salou, Raymonde Vadaime, Angèle Le Nédellec, Yvette Richard-Castel, Aline de Bortoli, Simone Moreau. La police intervient pour disperser ce rassemblement mais à 14h30, le mouvement des ménagères prend de l’ampleur : ce sont 200 femmes qui se retrouvent place Guérin. Angèle est Interpellée par la police française mais elle est relâchée faute de preuves et d’aveux.

Le 14 juillet de la même année, elle participe à la tentative de manifestation patriotique qu’un exceptionnel quadrillage policier empêchera de se développer dans la ville.

Lors de la tentative d’interpellation de son mari le 1er octobre 1942, elle fait preuve d’un sang froid admirable, notamment lors de la perquisition de leur domicile où elle réussit à camoufler un important stock d’armes , de bombes et d’explosifs que détenait son mari ce qui lui sauva la vie ainsi qu’à plusieurs résistants.

Le lundi 5 octobre 1942, en compagnie de Jean-Louis Primas et Roland Le Nédellec , elle sauve ces armes, bombes et explosifs, dont une partie a probablement été transporté dans les Côtes-du-Nord dans la dépendances de la Famille Le Nédellec à Plusquellec par le biais de Roland Le Nédellec, en les mettant en sécurité et cela malgré une garde vigilante des lieux par les troupes allemandes et la police française.

Agent de liaison entre les principaux responsables de la Résistance de Brest, elle héberge avec son mari, des résistants traqués par l’occupant.

Le 27 octobre 1942, elle est arrêté à Brest au plateau du Bouguen par la police française. Elle est internée à la prison du château de Brest, puis elle est transférée à Jacques Cartier à Rennes et enfin à Vitré. Elle est jugée par le tribunal spécial de Rennes le 11 décembre 1942 qui la condamne à un an de réclusion pour faits de résistance.

Elle est libérée le 2 novembre 1943, puis gagne les Côtes-du-Nord et reprends aussitôt contact avec les Francs-Tireurs et Partisans Français. A partir du 6 juin 1944, elle est incorporée dans le Bataillon Giloux sous les ordres d’Albert Yvinec, dit Capitaine Callac. Elle participe aux luttes de la libération de son secteur (jusqu’au 10.08.1944) en servant d’agent de liaison entre Brest et le maquis des environs de Scrignac où se trouvait son bataillon. Angèle est est démobilisée le 1er octobre 1944. Elle obtient de par son son certificat de la Résistance intérieure française en 1950 le grade de sergent.

Aussitôt après, elle retourne habiter rue Danton à Brest et y continue longtemps une vie militante auprès de son mari. Elle possède la C.V.R n°2076, la carte d’interné et déporté de la Résistance n°220401910, le certificat d’appartenance à la Résistance Intérieure Française n°19648 (grade fictif de sergent).

Angèle Kerlirizin-Le Nédellec s’éteint à Brest le 5 juin 2006 à l’âge de 96 ans.

Le 27 avril 1975, au château de Brest, une plaque est inaugurée en mémoire des résistants et otages arrêtés et incarcérés en ce lieu avant d’être déportés ou fusillés.

Sur la photo, trois résistantes que nous avons décidé de mettre à l’honneur en cette journée.

De gauche à droite: Yvette Castel-Richard, née en 1913 à Brest, membre du P.C.F clandestin, intègre les F.T.P en 1942 comme agente de liaison. Organise la manifestation des brestois du 28 avril 1942 pour demander plus de nourritures aux autorités civiles. Arrêtée en octobre 1942, internée à Brest, Vitré et Rennes. Sera libérée en Novembre 1943. Mais la prison ne l’a pas démoralisé, elle reprend ses activités de résistante jusqu’à la libération.
—–
Marie Le Cam-Salou, née en 1914 à Saint-Marc. Membre du P.C.F clandestin, elle héberge les résistants recherchés par la police ou les allemands. Début 1942 elle aide plusieurs prisonniers républicains espagnols à fuir la ville. Elle participe à la manifestation du 28 avril 1942. En Août 1942 elle saccage avec une amie la vitrine de la L.V.F rue de Siam. Arrêtée en octobre 1942 par des policiers français, elle est brutalisée. Internée, elle est finalement remise aux allemands qui la juge à Fresnes en 1943. Déportée, elle revient en 1945 très affaiblie.
—–
Angèle Kerlirzin-Le Nédelec, née en 1910 à Scrignac. Membre du P.C.F clandestin. A la débâcle elle cache des armes récupérés par son mari. Participe à la diffusion des tracts du P.C.F et F.N. Elle participe à la manifestation du 28 avril 1942 et à la tentative de manifestation patriotique du 14 juillet 1942. Arrêtée en octobre, elle est également internée à Brest, Vitré et Rennes. Libérée en Novembre 1943, elle gagne les Côtes-du-Nord et intègre les F.T.P. A la fin de la guerre elle revient à Brest.

 

Avortement – Un droit inaliénable qui doit être constitutionnalisé (PCF Brest) – Mobilisation le 28 septembre à 18h place de la Liberté à Brest

Avortement – Un droit inaliénable qui doit être constitutionnalisé

Le droit à l’interruption volontaire de grossesse est l’une des grandes conquêtes de notre monde moderne, l’un des symboles de liberté et d’émancipation des femmes. Mais c’est aussi un droit particulièrement attaqué et de manière récurrente !

Acquis de haute lutte en France en 1975, il est sans cesse remis en cause par le système patriarcal, fondé sur la prise de pouvoir et donc le contrôle du corps des femmes. Cette réaction conservatrice touche tous les pays.

En Europe, ce droit est loin d’être acquis et là aussi des forces réactionnaires agissent pour le remettre en cause. Ainsi, la Pologne n’autorise toujours pas l’IVG, sauf « circonstances exceptionnelles ». Souvenons-nous, en 2016 des millions de femmes polonaises sont descendues dans la rue pour défendre ce droit. Malte, par exemple, connait une législation encore plus restrictive puisque l’avortement y est totalement interdit.

Notre vigilance, notre engagement pour défendre ce droit doit être constante. Comment oublier qu’en 2013, en Espagne, le gouvernement Rajoy a tenté de faire passer un projet de loi remettant en cause ce droit, sans succès heureusement grâce à une mobilisation extraordinaire !

Si nous quittons l’Europe pour nous rendre aux États-Unis, l’élection de Donald Trump a été dans ce domaine, comme dans d’autres, une régression totale, avec aussi la fin de l’aide aux associations qui soutiennent l’avortement. Et maintenant la Cour suprême décide de supprimer ce droit protecteur. Conséquence : la moitié des États s’apprêtent à restreindre voire à l’interdire tout court. Ces exemples, auxquels il faut ajouter également l’interdiction dans de nombreux pays arabes, d’Asie ou d’Amérique latine… montrent bien qu’en 2022, les femmes ne peuvent être totalement libres de choisir d’avoir ou non un enfant, de prendre des décisions qui concernent leur propre corps.

L’avortement continue de soulever des débats violents, houleux, sous l’influence des milieux les plus réactionnaires, masculinistes, du RN qui est maintenant renforcé à l’Assemblée nationale, et toujours sous le poids des fanatiques religieux.

En France nous ne pouvons qu’être inquiètes de la fermeture de 130 centres IVG en 10 ans. Nous ne pouvons qu’être inquiètes des politiques austéritaires imposées à notre système de santé qui participent à l’allongement des délais d’attente, à la raréfaction des médecins, l’éloignement des CIVG, contraignant de plus en plus de femmes à aller à l’étranger pour réaliser une IVG.

Il faut obtenir la suppression de la double clause de conscience, qui est totalement superfétatoire et discriminatoire.

La Nupes, le PCF continueront de se battre pour que ce droit comme celui de la non–marchandisation du corps, soient constitutionnalisés en France ! D’ailleurs c’est inscrit en bonne place dans nos programmes :

Celui des « jours heureux », objectif 5, engagement 77 : Le droit à L’IVG sera inscrit dans la Constitution comme un droit fondamental avec des moyens associés. L’accès libre et gratuit à la contraception, sous toutes ses formes et sur tout le territoire, sera garanti. Sur le délai de recours à l’IVG, comme le recommande le Planning familial, la France s’alignera avec les pays européens les plus progressistes, en vertu de la « clause de l’Européenne la plus favorisée ». Les femmes ne pourront se voir refuser d’exercer leur droit de façon égale sur l’ensemble du territoire par des délais d’accès à l’IVG qui les en empêcheraient.

Et dans le programme Nupes, chapitre 7, nous nous engageons à :

• Renforcer le réseau des centres IVG en ouvrant un centre par hôpital et supprimer la double clause de conscience des médecins.

• Constitutionnaliser la non-marchandisation du corps humain et le droit fondamental de disposer de soi en toutes circonstances.

• Ajouter dans la Constitution le droit à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Avec le PCF nous continuons à unir nos voix à celles des associations féministes avec le collectif : « Avortement en Europe, les femmes décident » : Nous dénonçons cette horrible décision de la Cour suprême des États-Unis sur l’avortement qui est une atteinte historique aux droits des femmes.

Nous sommes solidaires des femmes aux États-Unis, en Ukraine, en Pologne, en Afghanistan… et  en Italie ! et appelons toutes et tous les progressistes pour que ce droit fondamental à disposer de son corps soit reconnu pour TOUTES les femmes de par le monde.

La section du pays de Brest du PCF soutient soutient le rassemblement organisé par la Planning Familial pour défendre le droit à l’IVG, à l’occasion de la journée internationale, rendez-vous mercredi 28 septembre à 18h, place de la Liberté à Brest.

Attention, nouvelle adresse mail de la section : pcf.sectionbrest@gmail.com

La catastrophe italienne doit provoquer un sursaut à gauche en Europe (Fabien Roussel)

Les premiers résultats qui proviennent d’Italie indiquent que la coalition d’extrême-droite et de droite dominée par les néofascistes arrive en tête avec plus de 44 % des voix et pourra ainsi constituer une majorité au Parlement.
Presque 100 ans jour pour jour après l’arrivée au pouvoir de Mussolini, la droite fasciste italienne remporte les élections.
Ce résultat, dans un des pays fondateurs de l’UE, est un tournant politique pour toute l’Europe. Il montre l’ampleur de la crise européenne et italienne, tant sociale que politique et démocratique, et la profondeur des inégalités sociales et territoriales.
Par ailleurs, la droite conservatrice, en faisant le choix de s’allier avec l’extrême-droite, et en étant soutenue par la Confindistria, le patronat italien, porte une responsabilité historique dans cette catastrophe.
Ce bloc droitier a exacerbé le racisme et la xénophobie et dévoyé les colères. La situation difficile de la gauche depuis plusieurs années n’a pas permis l’émergence d’un bloc social et politique capable de s’opposer à la recomposition de la droite italienne sur des bases d’extrême-droite. Cela résonne tout particulièrement venant d’un pays tel que l’Italie, qui est depuis plusieurs décennies un laboratoire pour l’émergence d’un bloc droitier autoritaire, libéral, anti-démocratique et xénophobe partout en Europe.
Je réaffirme la solidarité des communistes français avec les forces de gauche et communistes, les syndicats, le mouvement social, le mouvement féministe, les défenseurs des droits des migrants et avec tous ceux qui en Italie s’apprêtent à lutter, pied à pied, contre cette majorité dominée par l’extrême-droite.
En Italie comme dans tous les autres pays européens où l’extrême-droite est en position de prendre le pouvoir, il est urgent de reconstruire la gauche, en lien avec le mouvement social et les revendications populaires, pour construire de nouvelles majorités sociales et politiques.
Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, député du Nord

Le 29 septembre manifestons pour les  SALAIRES, L’EMPLOI, LE POUVOIR D’ACHAT, LA RETRAITE À 60 ANS ! – Communiqué de la fédération PCF du Finistère (27 septembre 2022)

Le 29 septembre manifestons pour les  SALAIRES, L’EMPLOI, LE POUVOIR D’ACHAT, LA RETRAITE À 60 ANS !

Pour une grande partie des Français·es, ce n’est pas l’abondance,c’est le frigo vide, les fins de mois difficiles, les factures qui explosent.

– 6 millions de privé·es d’emploi, la précarité, les salaires et les pensions qui stagnent.

– Une hausse sans précédent des tarifs de l’énergie qui va conduire bon nombre de Français·es à choisir entre se chauffer, se nourrir correctement ou se déplacer cet hiver, et qui menace aussi de causer une crise économique et sociale en percutant de plein fouet les collectivités locales et les entreprises qui ne pourront plus investir et devront renoncer à des activités si rien n’est fait, hausse des prix de l’énergie qui est liée aux logiques de spéculation créées par le démantèlement des prix administrés, du service public du gaz et d’électricité, et par les logiques de mise en concurrence, de financiarisation, et de privatisation du secteur de l’énergie, comme par les retards d’investissement dans le domaine du nucléaire et des énergies renouvelables.

– Une inflation galopante qui atteint 5,9% en août qui contraint nos concitoyen·nes à se serrer la ceinture.


Et pendant ce temps-là, les groupes du CAC 40 se gavent. 160 milliards d’euros de profits en 2021, 71 milliards d’euros de profits au 1er semestre en 2022. Et un gouvernement qui ne veut pas taxer ces super-profits comme le demandent les députés de la NUPES.


La politique de Macron aggrave la crise que subissent les Françaises et les Français. (Réforme des retraites, de l’assurance-chômage, budgets d’austérité, libéralisation de l’énergie), le pouvoir fait le choix de la régression sociale. Nous appelons à une large riposte du monde du travail, de la jeunesse et des retraités.


La fédération du Finistère du Parti Communiste Français appelle à faire grève et à rejoindre les manifestations syndicales du département le jeudi 29 septembre  pour exiger des augmentations de salaires, une sécurité de l’emploi et de la formation, la retraite à 60 ans à taux plein:

– à Brest 11h place de la Liberté

–à  Quimper 11h place de la Résistance

– à  Morlaix – au Roudour de St Martin des Champs à 11H

– à Carhaix 11h30 maison des syndicats

– à Quimperlé 10h30 en face du centre Guehenno

Les communistes proposent:

– Une sécurité de l’emploi et de la formation qui permette d’alterner périodes d’emploi et de formation, sans perte de revenus, ni de droits acquis au travail.
– Des pouvoirs nouveaux pour les salarié·es dans la gestion des entreprises et sur la finalité de leur travail.
– Le blocage et la baisse des prix de l’énergie, la renationalisation totale d’EDF et GDF, sous maîtrise publique et sociale, l’investissement dans le mix nucléaire-renouvelables et le retour à un tarif réglementé.
–  L’augmentation des salaires et du Smic à 1600 € net (2000 €brut) et des pensions, augmentation de 10 % du point d’indice et la stricte égalité salariale femmes-hommes.

Pour financer ces mesures le PCF  propose de s’attaquer aux profits des grands groupes, de conditionner les aides publiques aux entreprises en fonction de critères écologiques et sociaux, d’utiliser l’argent de la Banque Centrale Européenne pour la création d’emplois et des investissements utiles.

18 septembre 2022- Interview de Fabien Roussel au Ouest-France

22 août 2022 – 80 ans après son exécution au stand de tir de Balard à Paris par les Allemands, poignant hommage à notre camarade résistant communiste brestois Carlo de Bortoli au cimetière de Kerfautras à Brest

22 août 2022 – 80 ans après son exécution au stand de tir de Balard à Paris par les Allemands, poignant hommage à notre camarade résistant communiste brestois Carlo de Bortoli au cimetière de Kerfautras à Brest

80 ans après, au moment où les héritiers du fascisme et de la collaboration sont extrêmement forts en Italie et en France, le devoir de mémoire –
22 août 2022- cimetière de Kerfautras à Brest, en présence de plusieurs camarades du PCF et notamment de la section de Brest, de son secrétaire de section Jean-Paul Cam, secrétaire départemental du PCF, tout près de la tombe d’Édouard Mazé (« Un homme est mort » … L’ouvrier cégétiste tué lors de la répression de la manifestation du 17 avril 1950 par les gardes mobiles et les gendarmes qui avait fait en outre une vingtaine de blessés), très émouvant hommage à Carlo de Bortoli, résistant communiste brestois fusillé à 33 ans le 22 août 1942 par les Allemands au stand de tir de Balard dans le 15e arrondissement de Paris, après avoir été arrêté et torturé par la police française à Brest, « chargé » par elle en tant que militant communiste pris avec des tracts, emprisonné à la prison de Pontaniou de Brest et à Quimper, où sont venus le voir son épouse et ses enfants, puis à Fresnes, et un hommage aussi à sa femme, Aline de Bortoli, militante communiste elle aussi, qui résistait avec lui, et a continué à le faire après sa mort a Brest et dans les Côtes d’Armor, poursuivant ses engagements après guerre, notamment à la CGT, au PCF et à l’ANACR.
L’historien et chercheur Gildas Priol qui avait été a l’initiative de la cérémonie et de son organisation a introduit l’hommage en présentant le rôle des FTP et de l’OS du PCF au sein du tableau global de la résistance brestoise, qui avait de nombreux réseaux et composantes, suivi des enfants de Carlo et Aline de Bortoli, Sonia et Edgar, présents au côté des petits-enfants et arrière petits-enfants, et de Anne Friant Mendres, présidente de l’ANACR 29 et fille du résistant Jacob Mendres, ami et camarade de Carlo de Bortoli.
Eric Guellec, adjoint PCF de Brest, aux anciens combattants et cérémonies patriotiques, et Anne Friant, ont ensuite remis une gerbe de fleurs devant la tombe d’Edgar et d’Aline, décédée dans le pays bigouden, ainsi que Edgar et Sonia les enfants, devant le porte-drapeau de l’ANACR, Roger Berthelot.
Sonia, la fille de Carlo et Aline de Bortoli, a rappelé l’importance de se mobiliser aujourd’hui comme hier et demain pour la Paix.
Photos et commentaire Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère, présent à la cérémonie pour rendre hommage à l’engagement dans la résistance de nos camarades Carlo et Aline de Bortoli.

***

Pour en savoir plus sur Carlo de Bortoli, la notice de Gildas Priol: https://www.resistance-brest.net/article1108.html
Carlo (Charles) Antonio De Bortoli, émigré italien en 1925, est mosaïste à Paris. Il y rencontre une bretonne, Aline Morin qu’il épouse en 1931. Quelques années plus tard, la famille s’installe à Saint-Brieuc où naît leur fille Sonia en 1934. Toujours plus à l’ouest, on retrouve les De Bortoli à Brest en 1935. Ils s’installent à Lambézellec au 48 rue Jean Jaurès. Impliqué dans le militantisme, Carlo est l’un des responsables de l’Union Populaire Italienne (U.P.I) de Bretagne, qui regroupe les antifascistes transalpins. Il y rencontre Luigi Pezziga et tous deux adhèrent au Parti Communiste Français en 1936. L’année suivante, Carlo se spécialise dans les devantures et monuments funéraires. En 1938, il se rend au commissariat de Police de Lambézellec pour faire une demande de naturalisation et son second enfant, Edgard, voit le jour. Peu après la famille s’installe définitivement au 47 rue François Rivière. En 1939, il fait voter par les Italiens de l’U.L.P une motion où ils s’engagent à défendre la France contre toute attaque fasciste, y compris de l’Italie mussolinienne. A la déclaration de guerre, il souhaite incorporer l’armée française mais trop suspect, cela le lui est refusé.
Au lendemain de l’entrée des allemands à Brest, le 20 juin 1940, plusieurs réunions du P.C.F sont organisées à Brest. Carlo et Aline De Bortoli assistent à celle de chez les Goasguen, en présence de Raymonde et André Vadaine ainsi que Jules Lesven. Tous sont partants pour continuer le militantisme clandestin pour le parti. Au début 1941, il devient l’un des responsables du Triangle de direction du P.C.F pour le secteur du Bâtiment. Comme tous les français occupés, qui plus est dans le bâtiment, il est contraint de travailler pour l’occupant. Il participe cependant à la formation et à l’organisation de la résistance communiste parmi les ouvriers, avec Pierre Corre. Il intègre à sa création, l’Organisation Spéciale (O.S) au début 1941 et effectue des sabotages, notamment à l’École Navale où il est employé en février 1941. Carlo diffuse la presse clandestine du mouvement ainsi que les tracts. En mars 1941, il aurait participé avec Jules Lesven à l’immersion dans la rade de trois ou cinq corps de soldats allemands, abattus par l’O.S dans une embuscade au port de commerce.
Alors qu’il se rend chez Henri Moreau avec Yves Prigent, Charles Cadiou et Mathurin Le Gof, Carlo est arrêté le 28 avril 1942 par deux policiers brestois. Carlo subit un interrogatoire musclé par la police française qui tente de lui arracher des informations. Après quoi, il est livré à l’armée allemande avec ses camarades. Interné dans un premier temps à Pontaniou, il est traduit devant le Conseil de Guerre allemand de Brest. La déposition du policier français responsable de son arrestation accable Carlo qui était porteur d’une valise avec du papier destiné à l’imprimerie clandestine des communistes. De Bortoli, lucide sur son sort, endosse la responsabilité des divers actes de la résistance locale pour clore les enquêtes ou lever des soupçons. Il est alors condamné à mort le 14 mai 1942.
Il est ensuite interné à Quimper et Rennes, du 25 juin au 24 juillet, et enfin à Fresnes du 27 juin au 22 août 1942. Carlo De Bortoli est fusillé à Paris le 22 août 1942 au stand de tir de Balard dans le 15e arrondissement de Paris. Sa dépouille est jetée dans une fosse commune du cimetière parisien d’Ivry le jour même
. En 1948, son épouse fait rapatrier sa dépouille à Brest. Une cérémonie civile et militaire se déroule dans la chapelle ardente du cimetière de Saint-Martin avant qu’il soit inhumé, le 7 févier au cimetière de Kerfautras.
À titre posthume, pour son engagement dans la clandestinité, il reçoit la Croix de Guerre 1939-1945, avec étoile d’argent le 24 avril 1947 puis la médaille de la Résistance le 24 septembre 2014. En sa mémoire, une rue de Brest porte son nom depuis le 22 mars 1997.
La sépulture de Carlo De Bortoli se trouve dans le cimetière de Kerfautras à Brest
Publiée le mercredi 4 mars 2020, par Edgard De Bortoli, Gildas Priol, mise à jour vendredi 22 juillet 2022
***
Aline de Bortoli:
Née le 15 juillet 1908 à Bréhand (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor), morte le 21 avril 2004 à Lesconil (Finistère) ; aide-soignante ; militante communiste, résistante FTPF, vice-présidence de l’ANACR du Finistère ; femme de fusillé.
Aline Morin naquit à Bréhand (Côtes-du-Nord), petit village situé entre Moncontour et Lamballe, de parents agriculteurs, Pierre Morin et Marie Glâtre. Le couple avait six enfants dont deux moururent en bas âge. Ses parents louaient leurs bras, lui tantôt pour tenir une petite ferme, tantôt comme cantonnier, ouvrier agricole ou docker au déchargement du charbon au port du Légué à Saint-Brieuc Sa mère se rendait souvent à Paris comme employée de maison.
En 1925, à dix-sept ans, pour aider ses parents à construire leur petite maison, Aline Morin monta à Paris rejoindre sa sœur Marie. Elles travaillaient toutes les deux dans les hôtels, les restaurants, les cliniques. En deux ans, la maison fut payée intégralement. Quatre ans après son arrivée dans la capitale, elle fit la connaissance de Carlo de Bortoli fils de paysans pauvres ayant cinq frères et sœurs. Il était venu à Paris à quinze ans avec son père Angelo, militant socialiste antifasciste italien, conseiller municipal « bousculé » et menacé par ses collègues car il ne saluait pas le portrait de Mussolini à la fin du Conseil municipal, emprisonné sous Mussolini pour ses idées, fuyant le régime fasciste et la misère pour faire vivre la famille restée au pays. Ils se marièrent le 23 mai 1931 à Paris VIIIe arr. et eurent deux enfants : Sonia le 8 décembre 1934 à Saint-Brieuc, et Edgard le 7 juillet 1938 à Brest. Le couple s’était installé en Bretagne, en septembre 1935 à Brest où Carlo travaillait comme artisan mosaïste-carreleur,
Ils militèrent dans de nombreuses organisations : l’Union Populaire Italienne, la Ligue des Droits de l’Homme, le Parti Communiste Français, le Secours Populaire Français, la CGT, la Ligue Antifasciste, le Comité Mondial pour la Paix, le Soutien de l’Enfance.
Elle entre au PCF en octobre 1939 alors qu’il vient d’être interdit par le gouvernement Daladier après avoir commencé à militer dans la solidarité avec l’Espagne Républicaine de 1936 à 1939.
Le 6 septembre 1939, Carlo tenta de s’engager dans l’Armée Française mais il fut refusé car il avait conservé sa nationalité italienne. Il liquida alors sa petite entreprise, redevint ouvrier pour être plus libre de ses mouvements.
Après la guerre éclair de mai-juin 1940, Aline et son mari entrèrent dans la Résistance. Leurs premières actions furent d’ empêcher les militants de rejoindre l’Angleterre, puis, plus tard, de convaincre les hommes de ne pas partir travailler en Allemagne.
Aline commença sa propagande de résistance par une distribution de tracts du PCF en juillet 1940, tract dénonçant la trahison du gouvernement Pétain à Vichy et la collusion du vieux maréchal avec l’occupant allemand et ses chefs nazis.
Aline De Bortoli se fit embaucher à l’Arsenal de Brest et Carlo à l’École navale, pour faire des sabotages. Aline animait des groupes de femmes, organisait des manifestations devant la mairie pour réclamer du pain, du beurre, de la viande pour les enfants, distribuait des tracts, parfois avec sa fille, à la sortie des cinéma, tracts dénonçant la collaboration. Elle hébergeait des responsables de la Résistance, dont Robert Ballanger, inter-régional du PCF pour la Bretagne, et Alain Le Lay, responsable régional quelques mois pour le Finistère, mort en déportation à Auschwitz, et assurait d’importantes liaisons entre les groupes FTP. Les réunions de femmes étaient de plus en plus réprimées
Carlo De Bortoli fut arrêté dans la rue le soir du 28 avril 1942, avec trois camarades alors qu’il portait une valise pleine de papier blanc pour imprimer les tracts du 1er mai. Carlo fut condamné à mort par un tribunal allemand sur les témoignages de policiers français, pour faits de Résistance et pour propagande communiste. Aline essaya de le faire évader, en vain. Le 22 août 1942, il a été fusillé au stand de tir place Balard, puis enterré au cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine, dans le Carré des Fusillés.
Aline De Bortoli resta trois ans sans nouvelles de son mari, elle n’apprit son exécution qu’à la Libération.
Dans un premier temps, après l’arrestation de Carlo de Bortoli, Aline dût chercher du travail et en trouva à l’arsenal, près de la prison allemande de Pontaniou où était détenu son mari. Elle effectua là des sabotages de camions allemands par des coupures de pneus notamment. Elle tenta de faire évader son époux, et, selon Eugène Kerbaul, manquera de peu d’y réussir. Charles restera emprisonné à Pontaniou du 15 mai au 1er juillet 1942… (1918-1945, 1640 militants du Finistère, Dictionnaire biographique de militants ouvriers du Finistère élargi à des combattants de mouvements populaires de Résistance – Eugène Kerbaul)
Elle continua la lutte sous le pseudonyme de « Térésa » prénom de sa belle-mère et devint responsable du « Comité des Femmes Patriotes » de Brest, alors composé exclusivement de femmes communistes qui en avaient pris l’initiative. Elle continue sur ces périodes, jusqu’au 9 février 1943, d’importantes liaisons PCF-FTP, mais, devant la menace d’être arrêtée, elle se réfugia chez sa marraine, dans son village natal de Bréhand, en février 1943. La police allemande la recherchait à Saint-Brieuc, où vivait sa mère.
Elle y resta jusqu’en octobre 1945, travaillant dans les fermes pour vivre, poursuivant son activité comme agent de liaison entre les maquis FTP (Bréhal et Montoncour), leur fournissant des renseignements sur l’ennemi, du ravitaillement, des vêtements, diffusant tracts et journaux du PCF, du Front National de Libéation, et des FTP à la population. Son rôle était aussi d’aller chercher à pied et de raccompagner des résistants à la gare de Lamballe, à sept kilomètres et de nuit, et d’organiser des réunions clandestines de la Résistance.
A la Libération, Aline de Bortoli a le grade de adjudant F.T.P.
De retour à Brest, elle retrouva son appartement, intact malgré les ravages dus aux bombardements alliés sur la ville. Aline vécut de petits emplois jusqu’à ce qu’elle entre à l’hôpital Ponchelet de Brest comme employée d’abord puis ensuite comme aide-soignante. Elle fit le choix de ne pas se remarier pour se consacrer à ses enfants et ses activités militantes. En 1946, elle fit la connaissance de ses beaux-parents.
Elle devint responsable de l’Association Nationale des Familles de Fusillés et Massacrés de la Résistance pour le Finistère, à l’Union des Femmes Françaises, milita activement au syndicat CGT des Hospitaliers et à l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance – ANACR – dont elle était encore Vice-présidente jusqu’à son décès. Elle était « combattant volontaire de la Résistance ».
En 1950, elle s’installa à Lesconil où elle fit construire une petite maison, pour sa retraite et sa famille.
Son dernier combat, elle le mena pour le maintien du nom de Jean Moulin au fronton du Lycée Professionnel de Plouhinec.
Inhumée au cimetière de Lesconil le 24 avril 2004, Louis Le Pape lui rendit hommage en retraçant le parcours de sa vie militante.
Sources:
Maitron – Article de Annie Pennetier Pour citer cet article :=AT0WqUphvt-LMoOerSLr6VTQ-EfIJQNxwLk02JVcezgV7u4ETY9mSk3nsKivXQrEaOIP7PCK7qZkJ4eSps5fw1gWZPriQALMhT1nyAGWW3Db-9agn8SFFsacE--OawVZqgnB27AEY2A97LbGzU1-GYcLbKQSxXeCnFLgG1a2SR5NUelp_fNo" target="_blank" rel="nofollow noopener" data-cke-saved-href="https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fmaitron.fr%2Fspip.php%3Farticle206871%26fbclid%3DIwAR1UxNMikpM-m1FOGgnL5jV6zBe1nOsKXoou1NGFU-EARpZjcpI9SoExOL4&h=AT0lOzTtcH5R7zFThuW5Be1KMKVqdIerkrjsG7nm6SkTDqA_IY8aZj_h8ZCxju1ygzrxjWFtOdkE6hlH4XviSaymeSa84oym-_VfDrhzvOZaS3OQY1l806fsKeQCdYEJwMhKgtyBqLiMFNnI_SBX&__tn__=-UK-R&c=AT0WqUphvt-LMoOerSLr6VTQ-EfIJQNxwLk02JVcezgV7u4ETY9mSk3nsKivXQrEaOIP7PCK7qZkJ4eSps5fw1gWZPriQALMhT1nyAGWW3Db-9agn8SFFsacE--OawVZqgnB27AEY2A97LbGzU1-GYcLbKQSxXeCnFLgG1a2SR5NUelp_fNo">https://maitron.fr/spip.php?article206871, notice DE BORTOLI Aline, née MORIN par Annie Pennetier, version mise en ligne le 8 octobre 2018, dernière modification le 10 octobre 2018. SOURCES : Louis le Pape : ancien maire de Plobannalec-Lesconil, Président du Comité Bigouden le l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance, ANACR, texte d’hommage auquel cette notice doit beaucoup . — Témoignage de son fils Edgard De Bortoli, 2018.
Eugène Kerbaul 1918-1945, 1640 militants du Finistère, Dictionnaire biographique de militants ouvriers du Finistère élargi à des combattants de mouvements populaires de Résistance.

5 camarades du PCF Finistère à l’Université d’été du PCF à Strasbourg les 26, 27, 28 août 2022

5 camarades du PCF Finistère ont participé cette année à l’université d’été du PCF à Strasbourg dans un climat très fraternel et joyeux, avec des conférences et débats passionnants: Gladys Grelaud, Taran Marec, Enzo de Gregorio, Marion Francès, et Ismaël Dupont – Merci à nos camarades du Bas-Rhin pour la qualité de leur accueil. Un gros défi d’organiser cet évènement politique de haute volée avec 650 participants.

Espace Bretagne de la fête de l’Humanité 2022 – Débat santé du dimanche 11 septembre sur la T2A – Rendre le soin aux soignants – avec Fabien Cohen et Hamama Bourabaa

Quelques photos du débat sur les effets dévastateurs de la T2A (tarification à l’activité) et des réformes neo-libérales de l’hôpital, de la santé et de la sécurité sociale avec Hamama Bourabaa, ancienne directrice d’hôpital et présidente d’une association pour un système de santé plus humain pour les patients et les soignants et Fabien Cohen, co-responsable du secteur santé du PCF.

Merci a Fabien Caro pour ses photos, aux intervenants passionnants et a tous les participants de ce débat qui poursuit le travail de réflexion et d’analyse, d’éducation populaire sur les questions de santé, de proposition et de lutte de l’atelier citoyen santé Bretagne du PCF.

Bientôt la vidéo du débat sera disponible sur le blog Ambroise Croizat santé PCF Bretagne: http://croizat-pcf.blogspot.com/

Inauguration de l’espace Bretagne à la fête de l’Humanité le 10 septembre 2022

Inauguration de l’espace PCF Bretagne de débat et de concerts le samedi 10 septembre à 12h avec Gladys Grelaud, une des quatre conseillères régionales PCF de Bretagne, Philippe Jumeau, porte-parole du comité régional PCF, Enzo de Gregorio, responsable de la JC Finistère.

Inauguration de l’espace PCF Bretagne de débat et de concerts le samedi 10 septembre à 12h avec Gladys Grelaud, une des quatre conseillères régionales PCF de Bretagne, Philippe Jumeau, porte-parole du comité régional PCF, Enzo de Gregorio, responsable de la JC Finistère.

« J’assume défendre le parti du travail » – Tribune de Fabien Roussel dans Le Monde

Fabien ROUSSEL, secrétaire national du PCF, dans une tribune au « Monde », affirme que le défi de la gauche est de « travailler à une société qui garantit à chacun d’avoir un emploi, une formation et un salaire tout au long de sa vie ».

En déclarant préférer le travail au chômage, je n’imaginais pas provoquer pareille polémique. Que n’avais-je dit ? Certains ont pris leurs plus beaux airs indignés et y ont vu une saillie inspirée des pires discours de la droite réactionnaire. D’autres sont allés jusqu’à s’élever contre un racisme à peine larvé. Quel délire !

Quand on parle des autres, on parle d’abord de soi. En s’indignant ainsi, que disent-ils d’eux-mêmes ? Qu’ils ont démissionné. Qu’ils ont renoncé à la grande ambition qui devrait rassembler la gauche : celle d’éradiquer le chômage. Si l’esclavagisme revenait demain, ils négocieraient avec le Medef le poids des chaînes. Pas moi. Car le chômage tue, il bousille des vies. Il fait basculer des familles entières dans la pauvreté. Il instille partout le venin de la division entre ceux qui ont un emploi et ceux qui en sont privés. De là où je vous parle, dans ce Nord ouvrier depuis si longtemps fier de ses usines et du savoir-faire de ses travailleurs, on sait la dureté du travail et le coût du chômage. On sait intuitivement que le chômage est « l’armée de réserve » du capital, comme le disait si bien Marx.

Remettre en cause la logique libérale du chômage

C’est la menace du chômage qui permet au Medef et aux libéraux d’imposer les bas salaires, les horaires élargis sans supplément de rémunération, le quotidien infernal d’une vie sans pause et sans plaisirs. Et nous devrions accepter le chômage de masse et nous contenter de garantir un revenu d’existence ? Il est temps, au contraire, de remettre en cause les logiques libérales qui ont toujours entretenu le chômage plutôt que de l’éradiquer, qui ont préféré l’accompagner plutôt que d’empêcher le déménagement de pans entiers de notre industrie.

Ouvrons les yeux. L’industrie représentait 24 % de notre PIB en 1980 et seulement 10 % en 2019. Notre flotte de pêche est passée de 11 500 bateaux, en 1983, à 4 500, aujourd’hui. Quant à la saignée paysanne, elle nous a fait passer de 1 263 000 exploitations agricoles, en 1979, à 429 000, en 2017. Résultat : 5 millions de privés d’emplois, 2 millions de bénéficiaires du RSA, 4,5 millions de primes d’activité versées par la CAF. Et 10 millions de Français sous le seuil de pauvreté. Beau succès.

Alors, j’assume. Je me bats pour une société qui se fixe comme horizon de garantir un emploi, une formation, un salaire à chacun de ses concitoyens. Et je m’inscris en faux contre ceux qui théorisent la « fin du travail ». Ce discours passe totalement à côté des réalités qui se font jour. Ayons de l’ambition pour notre pays.

Tant de besoins mériteraient d’être satisfaits. De quoi permettre à chacun de trouver sa place dans la société et de retrouver sa dignité par le travail.

Redonner du sens au travail

Regardez ces classes sans professeurs, ces trains qui ne circulent pas faute de conducteurs, ces services d’urgences fermés faute de personnels. Qui peut croire que nous relèverons le service public sans fonctionnaires en plus ? Qui peut imaginer que nous conduirons la transition écologique sans créer d’emplois ? Qui peut penser que nous pourrons reconquérir notre souveraineté énergétique, industrielle, alimentaire sans millions d’emplois supplémentaires ni formations massives ?

Bien sûr, à titre transitoire, les salariés ont besoin de protections, d’accompagnement et je serai à leur côté pour dénoncer toutes les attaques du gouvernement contre eux, avec cette réforme de l’assurance-chômage ou encore le projet de travail obligatoire en échange du RSA.

Mais quel beau défi pour un pays, pour la gauche, que de travailler à une société qui garantit à chacun d’avoir un emploi, une formation et un salaire tout au long de sa vie professionnelle. Un projet révolutionnaire qui va de pair avec l’amélioration des conditions de travail, la hausse des salaires, la réduction du temps de travail et le rétablissement de la retraite à 60 ans et vise à sécuriser tous les âges de la vie. Redonnons du sens au travail en l’émancipant de la puissance aveugle du marché et en se posant partout la question : comment produire et répondre à nos besoins, en respectant autant les êtres humains que la planète ? C’est l’ambition qui m’anime. Ni plus ni moins.

Fabien Roussel

Secrétaire national du PCF

Fabien Roussel marie symboliquement un Finistérien à son compagnon lors de la fête de l’Huma (Ouest-France, 11 septembre 2022)

Fabien Roussel marie symboliquement un Finistérien à son compagnon lors de la fête de l’Huma

Ouest-France, 11 septembre 2022

​Il se souviendra longtemps de l’édition 2022 de la fête de l’Huma, à Paris. Samedi 10 septembre, Enzo de Gregorio, secrétaire départemental du Finistère du Mouvement jeunes communistes de France, a été marié symboliquement à son compagnon, Paul Mongault-Girard, par Fabien Roussel, le secrétaire national du PCF, devant plusieurs milliers de personnes.

C’est une scène insolite, mais touchante, à laquelle les spectateurs de la fête de l’Huma, à Paris, ont pu assister, samedi 10 septembre 2022. Alors que Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), candidat à la présidentielle de 2022, achevait son meeting sur la scène Angela Davis, il a décidé de marier symboliquement deux jeunes militants de 19 ans : Paul Mongault-Girard et Enzo de Gregorio.

C’est une scène insolite, mais touchante, à laquelle les spectateurs de la fête de l’Huma, à Paris, ont pu assister, samedi 10 septembre 2022. Alors que Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), candidat à la présidentielle de 2022, achevait son meeting sur la scène Angela Davis, il a décidé de marier symboliquement deux jeunes militants de 19 ans : Paul Mongault-Girard et Enzo de Gregorio.

">

« Nous nous sommes mis en couple il y a un an, à la fête de l’Huma »

Tous deux sont membres du Mouvement Jeunes communistes de France (MJCF). Paul Mongault-Girard est secrétaire à l’organisation à Paris, Enzo de Gregorio, secrétaire départemental du MJCF, et originaire de Carantec. Contactés par téléphone, les deux jeunes hommes racontent : « C’est symbolique pour nous, nous nous sommes mis en couple il y a un an, à la fête de l’Huma ». Devant « 5000 à 10 000 personnes », estiment-ils, ils se sont embrassés.

Espace Bretagne de la fête de l’Huma 2022 – Débat sur les mobilités et le transport ferroviaire en Bretagne organisé par Gladys Grelaud avec Gérard Lahellec, Cyril Dallois, Régis Boyer, Roger Hère, Christian Peltais.

Très riche débat sur les mobilités et le ferroviaire breton à la fête de l’humanité, sur l’espace Bretagne de débat et de concerts. 

Merci à Gladys Grelaud, Gérard Lahellec, Cyril Dallois, Régis Boyer, Roger Hère, Christian Peltais, pour l’organisation de ce débat qui nous permet d’avancer dans notre réflexion et notre plateforme de propositions et de revendications sur le sujet.

Prochain épisode, le samedi 8 octobre à Morlaix:

Depuis un an, un travail a été construit sur le droit à la mobilité en Bretagne auquel vous avez participé grâce aux rendez-vous aux quatre coins de la Bretagne avec les usager.e.s, militant.e.s, élu.e.s.  Les droits des classes populaires aux plus fragiles pour le droit à un logement décent, pour le droit à la mobilité, pour le droit de se chauffer, de manger sont remis en cause de toutes parts.

Comme annoncé dans notre courriel de début juillet et à l’initiative du PCF Bretagne, je vous confirme une rencontre régionale sur les mobilités ouverte à tout.e.s, militant.e.s, usager.e.s et élu.e.s, pour :

une rencontre régionale sur le droit à la mobilité pour tout.e.s

Samedi 8 octobre après-midi à Morlaix. Agora Café, derrière la Gare de Morlaix, 11h-17h30

Débat Transports-mobilités dans les villes finistériennes: Roger Héré invité de Bonjour Bretagne sur Tebeo

Mercredi 14 septembre, Roger Heré, élu PCF et vice-président Transports-Mobilités de Morlaix Communauté, était invité par Tébeo, à l’émission du journal du soir « Bonjour Bretagne », animée par les journalistes Pauline Fercot et Frédéric Lorenzon, pour débattre avec Yohann Nedelec, vice-président de Brest métropole – Mobilités, grands projets, Rade, et Marie-Pierre Jean-Jacques, Vice-Présidente de la communauté d’agglomération Quimper Bretagne Occidentale, pour parler des différentes stratégies des agglomérations finistériennes – Morlaix, Brest, Quimper – pour faire évoluer nos déplacements en fonction des enjeux sociaux et écologiques.

Une émission très intéressante à revoir sur ce lien, à partir de la 11ème minute de l’émission:

https://www.tebeo.bzh/player.php?idprogramme=11559604…

Plus de 70 personnes prévues pour la visite commentée de l’exposition Ernest Pignon Ernest à Landerneau et la conférence de Renaud Faroux

 

VISITE COMMENTEE DE L’EXPO ERNEST PIGNON ERNEST

DEUX OU TROIS CHOSES QU’IL FAUT AVOIR EN TÊTE

Nous avons donc rendez vous le samedi 1er octobre à 9h50 devant le Fonds Hélène et Edouard Leclerc aux Capucins, à Landerneau.

Deux groupes de 30 personnes seront accueillis par les médiateurs culturels et les médiatrices culturelles de l’exposition consacrée à Ernest Pignon Ernest. Le premier commencera la visite à 10h et le second à 10h15. D’autres seront en visite libre.

En tout 74 personnes sont attendus à l’invitation du PCF Finistère, avec un groupe de la fédération d’action laîque du Pays Bigouden et du Secours Populaire.

On se retrouvera à 12h dans la  cour du musée et l’on rejoindra  les bords de l’Elorn plus exactement au « Mille Club , rue du Calvaire à Lanterneau où nous attendra Renaud Faroux, historien de l’art.

Renaud Faroux, co-commissaire de l’exposition « Libres comme l’art » commandée par le PCF à l’occasion de son centenaire nous accompagne depuis le début dans nos aventures.

Cette visite de l’exposition consacrée à Ernest Pignon Ernest est la 6éme que la Fédération du Finistère organise depuis 2017. (entre temps le COVD est passé par là.)  Le 6éme après Picasso, Riopelle, Moore, Tal Coat , Libres figurations. Elle connaît comme les autres un vif sucés.

Renaud Faroux tiendra à la suite de la visite une de ses  conférences dont l’intérêt ne s’est jamais démenti.

Avant, pendant ou après la conférence de Renaud nous pique-niquerons ensemble et chacune et chacun est invité apporter ce dont il a envie, salade, boisson, fromage, chips, charcuterie, desserts…et toute cette sorte de chose.

On amène ses couverts et on se munit de 10 euros.

Au samedi 1er octobre donc !

Les inscriptions sont closes désormais.

Communiqué du PCF Finistère – Soutien à la manifestation pour la santé et le médico-social à Carhaix le 22 septembre 2022

 

Il nous faut des lits, du personnel et des augmentations de salaire! 
Ce cri d’alarme des personnels hospitaliers, de ceux des Ehpad, du social et du médico-social résonne maintenant depuis de trop nombreuses années sans réelle prise en compte par les gouvernements successifs alors que les rapports alarmants s’accumulent dans les tiroirs ministériels depuis 20 ans.
-Le dernier en date, «la mission flash» représente avec ses propositions une nouvelle étape d’abandon de l’hôpital public, une remise en cause sans précédent du service public au profit de la médecine libérale et des établissements privés lucratifs.
Bien décidé à laisser étouffer l’hôpital public dans le chaos ambiant, le ministre de la santé F.Braun du nouveau gouvernement Macron, a l’intention de pérenniser les mesures de régulation des urgences d’ici la fin de l’année, réduisant ainsi l’accès au droit à la santé pour toutes et tous.
Et comble du machiavélisme, il propose à la rentrée, une «grande conférence de la santé» promise par le candidat Macron. Quel mépris pour tous les acteurs de notre système de santé qui dénoncent, preuves à l’appui, une crise sans précédent de l’hôpital public à l’échelle nationale et porteurs de propositions et de mesures immédiates. Il n’y a pas besoin d’une consultation citoyenne pour savoir qu’il faut augmenter tous les quotas de formation et, comme le propose le PCF, on pourrait salarier les jeunes pendant leur formation en échange d’un engagement de service public.
D’autant plus perfide, que pas un seul mot n’est prononcé sur un financement à la hauteur du désastre, alors que fin octobre doit être discuté par les parlementaires le nouveau Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2023, PLFSS qui se voudrait exceptionnellement ambitieux pour répondre aux attentes fortes des professionnel-es et de la population.
– Le plan d’urgence proposé par le PCF, le travail de propositions de ses parlementaires suite à leur tour de France des hôpitaux, sont plus que jamais d’actualité. Avec les élu·e·s au plan local et national, les syndicats, les collectifs de défense citoyens et professionnels, la population, nous pouvons être en capacité d’exiger un système de santé et de protection sociale à la hauteur des besoins de ce 21e siècle
La fédération du Finistère du PCF appelle à participer au rassemblement des hospitaliers et de l’action sociale  jeudi 22 septembre à Carhaix, Place du Champ de Foire, à partir de 12h00

Locaux du PCF Finistère et de la section de Brest tagués à Brest après la fête de l’Humanité: le Parti communiste dénonce!

Après l’extrême-droite à deux reprises cette année (croix gammées, menaces contre les « gauchistes » que nous serions, inscriptions et autocollants pro-Zemmour, dont certains avec des armes) qui a dégradé et tagué les locaux du PCF Finistère à Brest ces derniers mois, c’est le tour d’autres hurluberlus qui après la Fête de l’humanité – la plus grande fête populaire de France avec la participation de 400 000 personnes pendant 3 jours – ont cru bon dans leur petite ou grosse tête mal faite d’insulter les communistes et de dégrader le bien acquis par le travail des militants du parti qui s’est battu pour une très grande partie des conquêtes sociales et politiques en France: le mot « MEDEF » recouvrant la porte du local de la fédération PCF et de la section de Brest, 5, rue Henri Moreau, du nom d’un ouvrier résistant communiste brestois exécuté par les nazis au mont Valérien en 43, la phrase inepte « la France des allocs vous chie dessus » bariolant le mur de la fédé rue André Berger, du nom d’un autre jeune résistant communiste tué au Mont Valérien.

Des provocations qui visent bien sûr encore et encore, jusqu’à plus soif, à détourner le sens des propos de Fabien Roussel défendant le refus de l’organisation capitaliste du chômage, et la défense du travail pour tous, comme élément structurant de la vie personnelle et sociale, et à porter le soupçon et le discrédit sur une prétendue dérive droitière du PCF qui subitement emboîterait le pas d’une politique et d’une idéologie du Medef qu’il a toujours combattu, et parfois tellement seul… Bien évidemment Fabien Roussel et les communistes défendent l’augmentation des minima sociaux et du RSA autant que celles des salaires, des retraites, et une sécurité sociale couvrant à 100% les dépenses de santé, comme nous promouvons l’extension et la défense du logement social, de la gratuité du service public, pour garantir l’accès universel – c’est dans nos programmes électoraux et dans nos propositions parlementaires en continu depuis des années – et nous avons toujours lutté contre la pauvreté et les inégalités dans la lutte parlementaire, au niveau des collectivités, de la lutte politique et sociale.

Mais nous défendons aussi une société où tout le monde aurait accès à un travail bien payé et non exploité ou aliéné, car le travail finance la sécurité sociale et les solidarités, et est un élément nécessaire de la satisfaction des besoins sociaux. Nous ne croyons pas à la fin du travail, nous ne voulons pas de la disparition des industries, de la destruction de l’agriculture.

Nous continuerons à le faire, avec la fierté des valeurs que nous portons, sans nous laisser intimider par quiconque, et surtout pas par le harcèlement bien orchestré venu d’une certaine gauche qui donne libre cours régulièrement à son anti-communisme.

Il y a quelques mois, suite aux présidentielles, les locaux du PCF Ille-et-Vilaine et ceux de bien d’autres sections et fédérations encore avaient été dégradés. Nous avions retrouvé des pancartes insultantes devant le local du PCF Morlaix nous accusant de favoriser Macron et la droite en ayant présenté la candidature de Fabien Roussel. Tout ça bien sûr sous couvert d’anonymat mais avec des messages quasi signés. Ça suffit maintenant!

La fédération du Parti communiste du Finistère remercie chaleureusement Brest-Métropole et ses agents pour le nettoyage rapide des tags insultants en début de semaine.

La fédération du Parti communiste du Finistère.

 

 Jeudi 29 septembre on est en grève et on manifeste notre colère dans le Finistère

 Jeudi 29 septembre on est en grève et on manifeste notre colère.

Rappel des rassemblements :

– Brest 11h place de la Liberté

– Quimper 11h place de la Résistance

– Morlaix 11h place des Otages

– Carhaix 11h30 maison des syndicats

– Quimperlé 10h30 en face du centre Guehenno

Alors, jeudi on est en grève, on se bouge et on proteste dans la rue contre cette politique macronienne, et pour de meilleurs salaires, pour nos retraites.

Samedi 29 octobre, 14h à Morlaix: Manif pour l’accès au logement pour tous et toutes! Communiqué du PCF Finistère

Mobilisons-nous pour le droit au logement en Bretagne, et contre l’inflation des prix des logements.
Après les manifs du 10 septembre à Lannion et Douarnenez, le PCF Finistère et le PCF Pays de Morlaix appellent à manifester pour l’accès au logement pour tous et toutes le samedi 29 octobre à Morlaix à 14h.
avec pour mot d’ordre la régulation des locations de courte durée, la taxation des résidences secondaires, l’encadrement des loyers, le refus de l’habitat indigne, l’effort financier pour le logement social et public à loyer modéré et sa présence sur tous les territoires.
Quand on parle de pouvoir d’achat, on parle bien de logement, c’est le premier poste de dépenses des ménages français et bretons. Intervenir pour le réguler est incontournable car ce sont les étudiants, les jeunes ménages, les familles monoparentales, en somme les classes populaires qui sont les plus touchées.
La question du logement est cruciale en ce moment. De nombreux besoins sont insatisfaits et elle est au cœur aussi des inégalités sociales qui vont en s’amplifiant avec l’inflation actuelle, produite par de nombreuses spéculations imbriquées.
On ressent comme jamais auparavant en Bretagne les conséquences désastreuses pour la majorité des habitants de la spéculation foncière et immobilière, de la spécialisation des territoires, du poids des résidences secondaires dans certaines communes. Ce phénomène n’est pas particulier à la Bretagne et ne se limite pas d’ailleurs aux secteurs touristiques mais à l’ensemble des zones à forte valeur spéculative. On y trouve évidemment une partie de la frange littorale mais également des villes comme Rennes,ou Brest et leurs abords résidentiels.
Les constats que tout un chacun peut faire – gentrification du centre des grandes villes, gentrification des zones côtières à vocation touristique, développement de locations touristiques de courte durée, éloignement des salariés des zones d’emplois ou des secteurs bien pourvus en équipements etc – ne sont que le résultat des effets pervers du marché du logement laissé hors de toute régulation publique.
Chacun peut aujourd’hui mesurer les dégâts d’une politique totalement tournée vers le « laisser faire », le « fil de l’eau » la réduction de l’action publique et la transformation du logement social conçu pratiquement à son origine comme un logement de service public en logement des plus démunis.
On peut ensuite venir nous parler de mixité sociale, de cohérence entre le lieu de travail et le domicile, de bonne gestion des mobilités, d’indispensables transitions énergétiques, sociales, environnementales, dans la réalité , on est très loin du compte.
Si nous voulons une société inclusive, qui respecte de droit de tous les citoyens en matière de logement et de lieux de résidence nous ne pouvons en rester là.
Il y a des leviers qui existent. Il faut les utiliser.
Il y a des batailles à gagner. Il faut les mener.
Il y a des objectifs à atteindre. Il faut les désigner.
Le Parti communiste s’est toujours battu pour le droit au logement et le droit au territoire, en témoigne par exemple, et il y en a bien d’autres, le travail de Ian Brossat à Paris pour la défense du logement social et la lutte pour encadrer airbnb et d’autres plateformes de location touristique. Les communistes se sont aussi battus à l’origine de la loi SRU pour l’obligation d’avoir une proportion minimale de logement social dans toutes les communes et des pénalités en cas de retard sur ce plan de la mixité sociale.
Il est grand temps de redonner toute sa place stratégique au logement de service public, au logement pour tous. Car ce qu’il est convenu d’appeler le logement social c’est d’abord le logement pour tous. On ne peut donc détourner sa mission en le limitant au logement des plus démunis. En fait le logement de service public attribué sous conditions de ressources qu’il s’agisse du logement locatif ou en accession à la propriété intéresse la grande majorité des habitants de la région et 70% d’entre y sont éligibles. C’est donc un élément majeur du droit au logement et au territoire.
Il faut encourager les communes les communauté des communes et d’agglomération, à utiliser tous les moyens qui sont d’ores et déjà à leur disposition pour maîtriser le foncier et les opportunités immobilières, notamment dans les secteurs où l’exclusion des couches populaires est la plus marquée ou en voie de gentrification. En gardant pour ligne de conduite l’intérêt collectif et le bien commun.
Les organismes du logement de service public locaux, départementaux sont des partenaires essentiels avec lesquels il convient de conclure des conventions pour des interventions ciblées destinées à promouvoir la mixité sociologique.
Il est temps aussi d’expérimenter des solutions nouvelles comme l’Office Foncier Solidaire qui a déjà fait ses preuves à Paris et à Rennes, l’acquisition par bail emphytéotique, l’acquisition du logement sans le terrain, offrant la possibilité aux classes moyennes et populaires de vivre dans des zones qui leur sont de fait interdites.

Stand du PCF Finistère à la fête de l’Humanité 2022, 9, 10, 11 septembre – Une première édition réussie au Plessy-Paté/ Brétigny-sur-Orge dans l’Essonne

Déplacer une Fête, la plus grande de France, une Fête unique en son genre car elle mêle politique, culture, gastronomie et solidarité internationale, était un défi titanesque. La Fête de l’Humanité fait partie de notre patrimoine national. Pour autant, après 50 ans passés en Seine-Saint-Denis, les craintes étaient nombreuses : le public allait-il nous suivre sur les pistes de La Base 217 qui ont vu les essais du Concorde ? Après deux années de préparation et grâce au soutien de nos souscripteurs, la 87 e édition a réussi son envol au-delà de toutes nos attentes ! 400 000 personnes… Mille mercis à chacune et chacun pour son engagement, et au public chaleureux et fraternel.

Sur le stand du Finistère, 67 bénévoles ont accueilli plusieurs centaines de personnes tout au long des 3 jours de la fête, du vendredi 9 septembre au dimanche 11 septembre. Le stand avait été préparé et installé dans des conditions difficiles par une douzaine valeureux monteurs et bâtisseurs du lundi au jeudi. Merci à eux: Kaltouma, Anne-Marie, Armand, Patrick, Roger, Claude, Fannie, Melissa, Joachim, Jeannine, Enzo, Alexandra, Jean-Philippe, Bruno, Ismaël, Nina, Aloys, Floriane, Catherine, Marion, Christian, Jacky, Aurélien, Mattéo, Gladys, Soazig, Roger, Denis, Daniel, Juliette, Jeremy, Enora, Diane, Mattéo, Hugues, Cécile, Serge, Colette, Glenn, Sébastien, Romaric, Charaffedine, Taran, Amaury, Adèle, Paul, Daniel, Nimir, Jean-Marie, Adrien, Lionel, Honorine, Pascal, Cindy, Michel, Steven, Larry, Meven, Pascal, Ronan, Julia, Fabien, Michel, Louise, Odette, Valérie, Tracy, etc.

Merci aussi à tous ceux qui ont fréquenté notre stand, goûté nos plats succulents et nos boissons, et mis une si belle ambiance sur le stand.

Un Kig-ha-Farz tellement délicieux sur le stand du Finistère de la fête de l’huma 2022 qu’il n’en restait plus le samedi soir et qu’un restaurateur du 15e arrondissement de Paris qui en fait régulièrement dans son restaurant a dit a Ronan qu’il en avait rarement mange d’aussi bon, lui demandant la recette derechef. Chapeau l’artiste et sa vaillante équipe en cuisine, Catherine, Christian, Gladys, etc.

A partir du vendredi soir, le stand a très bien marché au bar et au restaurant, avec une très belle affluence et une magnifique ambiance. Il n’y avait plus de Kig-Ha-Farz dès le samedi soir et plus de saucisses de Molène-Pommes de Terre grenailles dès le dimanche à 13h. Tout le vin du pays nantais est parti, et on ne parle pas du chouchen, du lambig, du karambig, etc.

+ 200 tee-shirts originaux finistériens « Campagne de Fabien Roussel – Jours heureux 2022 » vendus avec le tee-shirt du dessinateur brestois Éric Apperé à cette fête de l’humanité 2022 devant le stand. Une réussite! Il ne nous en restait que quelques unités en XL et XXL. Bravo a Ronan Tanguy pour l’idée du tee-shirt, au dessinateur Eric Appéré pour la réalisation et à notre équipe de vendeurs du stand du PCF Finistère.

Il restait quelques bourriches d’huîtres et on a vendu des huîtres au détail à la fin de la fête, notamment au mathématicien à la médaille Fields et député Cédric Villani, dont on a découvert à la fête qu’il était abonné à « Progressistes », la revue de débat et de réflexion scientifique du PCF, dirigée par Amar Bellal.

Un immense merci à tous nos bénévoles pour leur investissement sur le stand.

Merci en particulier, et à tous ceux qui ont contribué à préparer la fête en amont (achat, préparation logistique, chargement et déchargement) sans pouvoir forcément monter à Plessy-Paté.

Photos Ismaël Dupont,  Claude Bellec, Jacqueline Héré, Gilles Dussautiez, Daniel Laporte, Gladys Grelaud, etc.

A cœur ouvert – Journal santé du PCF, octobre 2022

1500 exemplaires de ce « A cœur ouvert » d’octobre 2022 seront bientôt distribués par les militants communistes dans le Finistère, auprès des professionnels et usagers de la santé, des hôpitaux, des Ehpad, etc.

Pour en savoir plus, le blog de l’Atelier Santé PCF Bretagne:

http://croizat-pcf.blogspot.com/

Fête de l’Humanité Bretagne des 22 et 23 octobre – demandez le programme, inscrivez-vous comme bénévoles!

C’est le retour de la fête de l’Humanité Bretagne au parc des Expositions du pays de Lorient à Lanester, cette fois-ci avancée au mois d’octobre, plutôt que fin-novembre/ début décembre les années précédentes, les samedi 22 octobre et dimanche 23 octobre, en raison de la disponibilité du parc des Expositions.

FÊTE DE L’HUMANITÉ BRETAGNE
SAM. 22 ET DIM. 23 OCT. 2022
PARC DES EXPOS – LORIENT AGGLOMÉRATION 
La Fête de l’Humanité Bretagne organise des événements populaires et culturels, avec la volonté de promouvoir le spectacle vivant, de favoriser les rencontres autour des valeurs de solidarité et de partage.
Concerts/Débats/Expositions/Librairie/Cinéma/Restauration
Pour la fête de l’Humanité Bretagne de Lorient des 22 et 23 octobre, avec en programmation musicale Gauvain Sers, Les Wampas, La ruse du père Lafeinte, Les Bigorneaux de Lavoir, Chokao, la fédération PCF Finistère et les sections PCF du Finistère ont 400 vignettes bon de soutien à vendre, ouvrant droit à l’entrée à la fête sur les deux jours, au tarif unique de 18€ pour un jour ou pour deux jours. Cette vignette peut aussi s’acheter comme bon de soutien à la fête bien entendu.
N’hésitez pas à contacter les camarades des sections communistes pour acheter votre vignette.
Seront présents à la fête de l’Humanité Bretagne Fabien Gay, le nouveau directeur de l’Humanité et le plus jeune sénateur et parlementaire du parti, pour le meeting, probablement le samedi à 18h (il sera à Châteaubriant le lendemain pour la commémoration de l’exécution des otages communistes et cégétistes le 22 octobre 1941), Elsa Faucillon (pour le débat sur la NUPES du samedi, 16h), Philippe Rio, le maire de Grigny, élu meilleur maire du monde, le dimanche. Et le samedi matin aura lieu une formation CIDEFE ouverte aux élus communistes et progressistes bretons comme à tous les élus qui souhaiteraient la rejoindre (avec un mandat de leur collectivité pour financer la formation) avec Stephane Peu et Gladys Grelaud sur le logement. Entre 9h et 12h30 probablement.
***
Le Stand Restaurant et Bar du PCF Finistère sera cette année encore à la fête de l’Humanité Bretagne.
Huîtres et crevettes – Saucisses de Molène/pommes de terre grenailles – Encornets à l’Armoricaine – Fromages et desserts (Fars maison du pays bigouden, gâteaux bretons).
Nous avons besoin de bénévoles.
Pour la mise en place des tables du restaurant, l’ouverture des huîtres, la préparation cuisine, la cuisine, la préparation des assiettes, le service, la plonge, le bar, et de bénévoles mutualisés pour les 4 fédés bretonnes pour l’accueil sur le site.
Inscrivez-vous pour travailler sur le stand le samedi ou le dimanche, le matin, le midi, l’après-midi et le soir.
Et pour le démontage dimanche soir et lundi matin.
Inscription pour être bénévoles:
federation@29.pcf.fr/ 02 98 43 47 78
Il existe des possibilités d’hébergement à bon marché, en nombre limité, pour les bénévoles, à l’auberge de jeunesse de Lorient à 23€ la nuit, petit-dej inclus (besoin d’un véhicule). Réservations à prévoir à federation@29.pcf.fr/ 02 98 43 47 78  avant le 1er octobre 2022 pour transmettre à la direction de la fête de l’Humanité.
Samedi 22 octobre, en déambulation l’après-midi, les Bigorneaux de Lavoir
Samedi 22 octobre, 19h30: La Ruse du Père Lafeinte
Samedi 22 octobre, 21h30: Les Wampas
Dimanche 23 octobre, 14h30: Chokao
Dimanche 23 octobre, 17h: Gauvain Sers
***
Programme politique et culturel de la fête de l’Humanité Bretagne à affiner:
Samedi 22 octobre:

15h Conférence-débat avec Bernard Vasseur autour de son livre « Le communisme a de l’avenir si on le libère du passé »

Samedi 16h. Débat sur la NUPES avec Elsa Faucillon et des députés ou représentants des autres partis de la NUPES (EELV, FI, PS)

Samedi 18h – Meeting de Fabien Gay, Parlementaire communiste, directeur du Journal L’Humanité, sur la grande scène

Dimanche 23 octobre:

Forum

11h Atelier citoyen Santé PCF Bretagne – Débat T2A Rendez le soin aux soignants avec:

-Hamama Bourabaa, fondatrice et présidente de l’association « Rendez le soin aux soignants », ancienne directrice adjointe d’hôpital

– Christian Brice, praticien hospitalier, SAU-SAMU Saint-Brieuc, délégué régional AMUF

– Fabien Cohen, commission santé et protection sociale du PCF

Débat animé par Christiane Caro,

Animatrice de l’Atelier Santé PCF Bretagne

Membre de la commission Nationale santé PCF

http://croizat-pcf.blogspot.com/

***

Les expositions: Véronique Cougoulat-Breitel, Claude Bouvier, François Lechartier, Catherine Raoulas
=AT0Xg-xA4WCQqCY3J90YPPwMzfJfu3qfAepVWo352X_EDh9kFYIOq8Z5ftrXNKidUmt5lm9XXEi1RNcZQFuN4zxfILEJbsiH7Yx6iHmkOyQY-mUp8w5V8-uZ42LHbzJzkvUyOSeT6dALRExpQn7XRRv7jjy74SQVMaZOB-wYTKTriheYnI6Ds61LljsIiJHY-EycIHL8PrPgtMlGVwJ_GwNk7MywVCncnW3tx4itwHQ" target="_blank" rel="nofollow noopener">https://pcfpondi.wixsite.com/fetehumanitebretagne/about-1-1

Agora / Librairie / Espace Cinéma (samedi/ dimanche) – programme à préciser sur les horaires et les jours

– Espace cinéma / autour de l’œuvre de René Vautier

– Espace Librairie: Rencontre avec Tanguy Perron

– Espace Librairie: présentation de Femmes d’Alep – Maha Hassan et Ismaël Dupont

– Espace Librairie : présentation de l’Huma Hebdo spécial 60 ans indépendance Algérie

***

La Section PCF du  » PAYS DE LANMEUR «  et la Section PCF du  » PAYS DE
MORLAIX « , organisent un car pour se rendre à  » la Fête de L’Huma Bretagne « : Le dimanche 23 octobre 2022 à Lanester, (Parc expo du pays de Lorient 286 RUE ROUGET DE L’ISLE, 56600 LANESTER).
Départ :
Trajet aller :
–  7H30 PLESTIN LES GREVES (Parking du collège. Parking du Penker)
8H00 LANMEUR (Sur la place)
–  8H30 MORLAIX (Parking Géant)
–  9H15 HUELGOAT (A coté Hôtel du lac)
10H45/11H00 LANESTER (Parc expo du pays de Lorient). (L’arrivée à 11H00
est impératif).
Retour : Départ de LANESTER : Après le spectacle.
(Retour à PLESTIN avec les même arrêts.)
Participation pour le car : 12 €

Programme rencontre régionale sur les mobilités samedi 8 octobre – Morlaix (organisé par le PCF Bretagne à l’Agora Café – 11h/17h)

Au vu de l’explosion du prix des carburants, de la crise énergétique actuelle et climatique qui a frappé la Bretagne cet été, des difficultés d’’accès au logement, aux transports et au travail, nous vous informons de l’organisation d’une réunion régionale d’informations et d’échanges sur le droit et l’accès à la mobilité en Bretagne :

Le samedi 8 octobre à partir de 11h00

à Morlaix à l’Agora Café (proximité de la gare)

Faisant suite à plusieurs rencontres et échanges construits depuis un an sur l’accès à la mobilité avec des usagers, des cheminots et élus locaux, cette réunion se déroulera également pour abonder la préparation du prochain Contrat de Plan Etat Région (CPER).

Plusieurs intervenants y sont invités et prendront la parole autour de deux tables rondes, débats entrecoupés d’une pause repas.

Pour des raisons d’organisations, nous vous serions reconnaissant de nous faire part de votre présence à l’adresse suivante : federation@29.pcf.fr

 

Philippe JUMEAU Secrétaire fédéral PCF 56 – Comité Régional d’Action et de Concertation, issu des 4 fédérations PCF Bretagne

Gladys GRELAUD Conseillère régionale groupe communistes et progressistes

Programme rencontre régionale sur les mobilités

samedi 8 octobre – Morlaix

Agora Café, derrière la passerelle de la Gare

11:15 : Accueil des participants et Mot d’accueil

11h45 : Première table ronde : vers un droit à la mobilité pour tout.e.s en Bretagne

Bilan état du réseau ferroviaire breton intervenant

Xavier BOSSER ou Emmanuel Briand Cheminots secteur Bretagne CGT

Besoins des Usagers sur le territoire Breton

Stéphanie GREVET Porte-parole de l’association des usagers de la Bretagne

Le train du quotidien pour «  les cols blancs et les cols bleus »

Rolland le SAUCE PCF Morbihan

Vers des transports publics locaux accessibles : la question de la Gratuité

Roger HERE Vice-président mobilité EPCI Morlaix

Echanges avec la salle

13h15 – 14:15 : Pause casse croûte

14H15: Deuxième table ronde : Le développement du Fret , un enjeu climatique :

Expérience de la réouverture du train des primeurs FRET Perpignan, Rungis

Alexandre BOYER  Représentant Fédération CGT des cheminots

La ligne Morlaix – Roscoff,

Intervenant Cyril DALLOIS PCF Ile et Vilaine

Modernisation de la ligne Auray –Pontivy- Saint Brieuc

Simon BRUNET St Brieuc Collectif centre Bretagne en train

La modernisation de la ligne Quimper-Brest

Jean-Christophe HAMON et Gabriel ANDRE cheminots Brest et Quimper

Création d’une seconde gare à Rennes

Yannick TIZON PCF Ile et Vilaine

Une politique des transports publics ambitieuse et efficace

Jacques Baudrier PCF conseiller de Paris, administrateur d’Île de France Mobilités

Echanges avec la salle

16H30 Clôture des débats

Manifestation du personnel de santé à Carhaix le 22 septembre

 

Le rassemblement des personnels de la santé et de l’action sociale a battu son plein à Carhaix, ce jeudi 22 septembre.

La manifestation lancée à l’appel de l’USD 29 (Union syndicale départementale de la santé et de l’action sociale), de l’Union départemental CGT, de Sud Santé et Solidaires ainsi que du PCF Carhaix et de la Fédération départementale du PCF, a rassemblé plus de 500 personnes. 

Après un pique-nique festif et musical le cortège est parti de la place du Champ-de-Foire et a poussé, symboliquement, jusqu’à l’hôpital de Carhaix.

Le personnel présent revendiquait l’application du Ségur et une revalorisation des salaires. En effet les négociations par services ou par catégories ont créé des disparités alors que tous les salariés effectuent le même travail.

La fédération départementale du PCF du Finistère se félicite de la réussite de cette manifestation du 22 septembre et rappelle qu’elle est un point d’appui important pour la  manifestation Interprofessionnelle nationale du jeudi 29 septembre 2022 ainsi que des mobilisations suivantes.

Nous vous rappelons que des manifestations auront lieu à Brest, à Carhaix, à Quimper, à Quimperlé et à Morlaix

Nos comptons sur votre présence nombreuse dans tous ces manifestations.

 

Tournoi de Pétanque le 02/07 au Relecq Kerhuon

Ce samedi le PCF du Relecq Kerhuon organise, comme tous les ans, son tournoi de pétanque.

N’hésitez pas à vous inscrire ou à aller soutenir les camarades par ce beau week-end.

Morlaix Communauté vote la gratuité des transports

Réuni ce lundi 27 juin 2022, le conseil d’agglomération de Morlaix Communauté, sur proposition de Roger Héré, Vice-Président en charge du transport et des mobilités a voté la gratuité totale des transports dépendant de Morlaix Communauté.
Un vote historique, voté à l’unanimité par les conseillers communautaires !

Il s’agit d’un acte fort pour les habitants, une mesure écologique mais aussi sociale car elle permettra dès le 1er septembre à chaque famille d’économiser : 190 euros pour un enfant à l’année, 350 euros pour 2 enfants, ect…

 

Un grand bravo à notre camarade Roger Héré, qui a, avec sa force de conviction et de travail, a su défendre, initier et mettre en œuvre cette politique réclamé localement et nationalement par les communistes depuis des années.

En effet, entre 2014 et 2020, sous la précédente mandature, Ismaël Dupont a ainsi défendu et argumenté comme élu PCF à de très nombreuses reprises en assemblée communautaire et réunion de projet de territoire la gratuité du transport en commun sur le territoire de Morlaix Communauté.

 

Nous espérons que ce vote inspirera d’autres collectivités à suivre ce chemin écologique et sociale.

Législatives. Le PCF en lice pour 32 seconds tours

Législatives. Le PCF en lice pour 32 seconds tours

Avec plus de candidats qualifiés qu’en 2017, les communistes pourraient voir leur groupe se renforcer à l’Assemblée nationale.

Publié le Mardi 14 Juin 2022 – L’Humanité
Dans le Puy-de-Dôme, c’est le président sortant du groupe GDR, André Chassaigne, qui, face à un candidat du RN, est favori après ses 49,13 % du premier tour.

Sur les 50 candidats présentés aux législatives par le PCF, dans le cadre de la Nupes, pas moins de 32 disputeront le second tour le 19 juin. Un chiffre en nette progression par rapport à 2017, où 12 de ses prétendants s’étaient qualifiés. Parmi ces communistes en lice dimanche prochain figurent ceux des 11 circonscriptions sortantes du PCF, soit 9 députés qui sollicitent un nouveau mandat, et 2 passages de relais. Le premier en Seine-Saint-Denis : Soumya Bourouaha remplace Marie-George Buffet, devenue sa suppléante, et est arrivée avec 36,13 % devant le dissident Azzédine Taïbi (21,43 %). Le second dans l’Allier : Jean-Paul Dufrègne, élu en 2017, a laissé sa place de titulaire à Yannick Monnet, qui, fort de 30,57 % des voix, affrontera Michel Barbarin (LaREM, 19,44 %). Dans le département voisin, c’est le président sortant du groupe GDR, André Chassaigne, qui, face à un candidat du RN, est favori après ses 49,13 %. Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, réalise également un bon score dans sa circonscription du Nord, avec 34,13 %, face au RN (32,64 %). Soit un bond de près de 11 points par rapport au premier tour de 2017 (23,61 %).

Des surprises ne sont pas exclues

« Le PCF peut espérer en conquérir 4 ou 5 de plus », selon Adrien Tiberti, l’un de ses dirigeants nationaux qui n’exclut pas d’autres surprises. Il cite notamment la circonscription de Vierzon, où Nicolas Sansu est en bonne position pour faire son retour à l’Assemblée nationale (lire notre entretien). Il a rassemblé 32,36 % des voix au premier tour, tandis que la députée sortante du Modem, Nadia Essayan, a été éliminée. Il affrontera la candidate du RN (22,99 %). Jean-Marc Lespade, maire de Tarnos, dans les Landes, est également qualifié au second tour avec 30,24 %, et ambitionne de l’emporter face au député macroniste sortant, Lionel Causse (33,78 %). Le PCF place également ses espoirs à Sète, dans l’Hérault, où le député sortant Christophe Euzet (LaREM) a été éliminé. Son candidat Gabriel Blasco (21,75 %) compte battre celui du RN (31,01 %) dimanche prochain. À Lens-Avion, dans le Pas-de-Calais, Jean-Marc Tellier (PCF) est au second tour avec 35,37 %, face au candidat du RN (38,35 %).

André Chassaigne s’est réjoui des résultats de la gauche. « Si la dynamique électorale initiée dimanche se poursuit, le groupe de la Gauche démocrate et républicaine, qui comprend deux composantes – celle des députés communistes et celle des députés des outre-mer –, aura vocation à s’exprimer au sein de la gauche unie à l’Assemblée nationale, en toute indépendance, et dans le respect de la singularité politique de chacun de ses membres », a-t-il réagi.

***

Les candidats de la NUPES réalisent selon les comptages entre 25,6% des voix et 26,8% (comptage FI).

Nombre de circonscriptions en tête par force
Ensemble : 203 ; Nupes : 194 ; RN : 110 ; LR-UDI : 42 ; DVG : 9 ; DVD : 8 ; REG : 7 ; EXD : 2 ; Centre : 2
Nombre de second tours par force
Ensemble : 419 (contre 513 en 2017)
Nupes : 386 (contre 142 pour la gauche en 2017)
RN : 208 (contre 118 en 2017) ; Reconquête : 0

Focus sur le PCF
522 429 voix pour les 50 candidats PCF- Nupes (25,4% de moyenne) et 4921 pour les 4 candidats de la Corse, soit 527 350 voix pour nos 54 candidats (contre 620 272 voix pour 462 candidats en 2017)
32 qualifiés au second tour (contre 12 en 2017):

dont au moins 15 chances sérieuses de victoire:

Yannick Monnet (30% à Moulins) dans la circonscription d’un député sortant communiste Jean-Paul Dufrègne (Allier)

Pierre Dharreville (35% à Martigues-Istres), député sortant en tête

Nicolas Sansu (32% à Bourges)

Jean-Marc Lespade (30% à Dax-Tarnos)

Véronique Mahé (en tête avec 24% à La Baule-Guérande)

Alain Bruneel, député sortant (33% à Marchiennes- Aniche)

Fabien Roussel, député sortant (34% à Saint-Amand-les-Eaux)

Loïc Pen (26% à Creil)

Jean-Marc Tellier (35,5% à Lens-Avion)

André Chassaigne, député sortant (49% à Ambert-Thiers)

Hubert Wulfranc, député sortant (44% à Sotteville-les-Rouen)

Sébastien Jumel, député sortant (37,6% à Dieppe)

Jean-Paul Lecoq, député sortant (48,7% au Havre)

Amadou Deme (27% à Limours-Montjumeau)

Elsa Faucillon (54% à Colombes-Gennevilliers)

Stephane Peu, député sortant (62% à Saint-Denis – Pierrefitte)

Soumya Bourouha et Marie-Georges Buffet, députée sortante (36% à Stains face à un dissident communiste qui s’est retiré depuis)

Julien Léger (en tête, 31% à Champigny-Leperreux, Val-de-Marne)

***

1er tour des élections législatives – déclaration du CEN – 13 juin 2022

Les résultats des élections législatives témoignent de la crise politique profonde que traverse notre pays, notamment du rejet de la politique d’Emmanuel Macron. Face à cette crise de régime, l’enjeu du second tour est désormais l’élection de nombreux député·es de gauche et écologistes pour commencer à ouvrir un autre avenir à la France.

La bonne nouvelle de ce premier tour vient du résultat des candidat·es de la Nupes, et parmi eux des candidat·es communistes dans le prolongement de la campagne présidentielle de notre candidat Fabien Roussel qui arrive en tête dans sa circonscription.

L’alliance des partis soutenant le président de la République, avec 25,8 %, obtient le plus faible résultat pour une coalition présidentielle. Les Français·es ont ainsi sévèrement sanctionné le bilan des cinq années précédentes et affirmé leur opposition aux projets de régression sociale annoncés, tel le report de l’âge de départ en retraite à 65 ans.

Avec 52,49 %, l’abstention atteint un nouveau record historique pour ce scrutin : plus de 25 millions de nos concitoyennes et concitoyens se sont abstenu·es. Elle progresse donc de 10 points en dix ans. Une majorité du pays a ainsi exprimé sa rupture avec la représentation politique qui leur apparaît ne pas répondre à leurs attentes et à leurs besoins. C’est le résultat du rejet des politiques conduites par les pouvoirs successifs, singulièrement sous le quinquennat d’Emmanuel Macron, qui aura de surcroît tout fait pour minorer les enjeux de ce scrutin, aggravant encore la présidentialisation du régime qui mine notre démocratie et la dévitalisation du débat public.

Dimanche prochain, le président de la République peut et doit être mis en minorité à l’Assemblée nationale.

Avec 26,8%, la Nupes arrive en tête du scrutin.
Le PCF remercie les plus de 6 millions d’électrices et d’électeurs qui ont porté leurs voix sur les candidates et candidats de notre union.

C’est le résultat d’engagements partagés sur des mesures concrètes pour améliorer la vie des Français·es, tels l’augmentation du SMIC à 1 500 euros et des salaires ou encore la retraite à 60 ans, ainsi que de la richesse de la diversité des forces de notre coalition. Les Français·es viennent d’envoyer un message fort au président : ils ne veulent pas lui laisser cinq années de plus les mains libres pour poursuivre sa politique en faveur des plus riches et du capital.

Contrairement à ce qu’affirment le président et les dirigeants de son mouvement, l’arrivée de nombreux députés de gauche à l’Assemblée ne serait en rien le chaos mais bien un levier décisif pour sortir des difficultés actuelles, réparer la France des dégâts de leur politique et affronter les défis du siècle. Un tel changement nécessitera en outre une toute autre utilisation de l’argent et de nouveaux pouvoirs aux salarié·es.

Les 54 candidat·es communistes, avec nos camarades candidat·es en Corse, totalisent quant à eux 527 350 voix. Parmi eux, 32 sont qualifié·es au second tour. Nos députés sortants sont tous qualifiés et réalisent de très bons résultats qui témoignent de la reconnaissance de nos concitoyen·nes de leur action offensive à l’Assemblée pour obtenir des avancées concrètes tout au long du précédent quinquennat. Le PCF félicite l’ensemble de ses candidates et candidats et remercie les militantes et militants communistes et des autres forces de notre union pour ces résultats. Il appelle à la mobilisation maximale pour la réélection des députés sortants et le maximum de conquêtes.

Le bon résultat des candidates et candidats de la gauche unie est d’autant plus important que l’extrême droite voit, dans ce premier tour des législatives, renforcé son poids menaçant pour notre République. En obtenant 24 % et plus de 5,4 millions de voix, elle atteint son plus haut niveau pour un scrutin législatif depuis la Libération. Alors que plusieurs dizaines de ses candidat·es sont aux portes de l’Assemblée, tout doit être fait pour leur barrer la route.

Dans ces circonscriptions, le PCF appelle à utiliser les bulletins de vote qui permettront de les battre dimanche prochain. Et alors que le président de la République a été élu grâce aux voix de millions de Français·es qui ne voulaient pas de la candidate de l’extrême droite à l’Élysée, son refus à cette heure d’appeler clairement à battre les candidats de l’extrême droite est consternant et fait peser un grave danger sur le pays.

Dans cette situation d’une grande gravité pour la France, l’heure est à la mobilisation la plus large, dimanche prochain, pour confirmer et amplifier le résultat de ce premier tour, faire élire le maximum de député·es de gauche, et permettre l’élection d’une majorité de gauche à l’Assemblée nationale, avec en son sein un groupe de la Gauche démocrate et républicaine renforcé, avec de nombreux·ses député·es communistes et d’Outre-mer.

C’est possible si des millions d’hommes et de femmes qui se sont abstenu·es ce dimanche utilisent cette fois le bulletin Nupes pour s’assurer de la défaite des représentant·es du pouvoir en place.

C’est l’appel que lance le Parti communiste français aux électeurs et électrices de gauche, à la jeunesse, aux abstentionnistes : dans les jours qui viennent, élargissons encore l’influence de la gauche, en développant ensemble un projet ambitieux, à même de répondre aux aspirations populaires et du monde du travail et de la création, d’affronter les défis auxquels le pays et la planète se trouvent confrontés, de relever le défi de paix, de mettre fin à la toute-puissance du capital sur nos vies.

Le PCF appelle également à créer les conditions de la mobilisation populaire et sociale dès le lendemain du scrutin pour créer les conditions de nouvelles conquêtes sociales, écologistes et démocratiques. De nombreux député·es de gauche en métropole et en outre-mer, avec un plus grand nombre de député·es communistes et des luttes sociales puissantes seront déterminant·es pour agir pour les salaires, l’emploi, la justice sociale et permettre la prise du pouvoir sur l’argent et de nouveaux pouvoirs des citoyen·nes et des salarié·es.

Luttons, résistons et faisons demain advenir le temps des réformes heureuses pour notre peuple !

Appel à voter Pierre-Yves Cadalen, Pierre Smolarz, Nathalie Sarrabezolles, Mélanie Thomin du PCF Pays de Brest et des élus communistes du Pays de Brest

Appel à voter

La section du Pays de Brest du PCF et le groupe des élues et élus communistes se félicitent des scores réalisés par les candidates et les candidats de la NUPES le 12 juin et appellent les électeurs et les électrices des 4 circonscriptions du Pays de Brest à voter massivement pour Pierre-Yves Cadalen, Pierre Smolarz, Nathalie Sarrabezolles et Mélanie Thomin, le 19 juin.

Faire gagner la gauche à l’Assemblée nationale permettra de changer réellement la vie des gens. Avec une majorité de gauche, nous pouvons obtenir l’augmentation des salaires et des pensions, le relèvement du SMIC à 1500 euros net, le retour de la retraite à 60 ans, le blocage des prix des produits de première nécessité, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, ainsi que les investissements nécessaires pour répondre à la fois au défi climatique et à l’urgence sociale.

Un autre monde est possible. Les communistes en appellent à la mobilisation populaire. Dimanche 19 juin, transformons l’essai, votons toutes et tous pour les candidates et les candidats de la NUPES !

 

Jean Paul CAM, secrétaire de la section du Pays de Brest du Parti Communiste Français.

Eric GUELLEC, président du groupe des élues et élus communistes – Ville de Brest & Brest métropole.

Circonscription de Quimper: dimanche 19 juin, le bulletin V de la Victoire avec Grégory Lebert (PCF Quimper)

Dimanche, le bulletin avec le V de la Victoire !
PCF Quimper, le 13 juin 2022
La section du PCF et les élus communistes du pays de Quimper saluent les bons résultats des candidats de rassemblement de la gauche sous l’étiquette de la Nupès qui, dans tout le Finistère, vont se trouver au second tour des élections législatives porteurs des espoirs populaires face aux sortants de la majorité présidentielle.
Ces derniers auront dimanche prochain à répondre devant les électeurs de leur bilan de mandat désastreux et de leur soutien inconditionnel aux politiques de régression sociale et démocratique, d’inaction climatique du président des riches.
Telle Annaïg Le Meur qui n’a pas eu le moindre état d’âme pour voter la suppression de l’impôt sur la fortune, les budgets austéritaires, les cadeaux fiscaux aux plus riches, les ponctions sur le logement social, les lois de financement de la Sécurité sociale qui ont réduit à la misère nos hôpitaux publics et restreint l’accès aux soins pour le plus grand nombre. Annaïg Le Meur qui a soutenu la casse de notre système public d’éducation par Blanquer, celle du service public ferroviaire ou de l’assurance chômage par Elisabeth Borne, et tant d’autres contre-réformes macroniennes. Comme elle soutient la retraite à 65 ans promise par Emmanuel Macron !
Dimanche, dans notre circonscription de Quimper-Briec-Fouesnant, nous voterons et appelons à voter pour Gregory Lebert candidat de la Nupès, afin de donner toutes ses chances à une politique de justice sociale, de solidarité, de progrès humain, de renouveau démocratique, d’engagement climatique.
Et partout en France envoyons à l’Assemblée dimanche prochain des députés communistes, insoumis, écologistes, socialistes porteurs des couleurs de la Nupès.
Le SMIC à 1500 € net et la hausse des salaires, la retraite à 60 ans, une allocation d’autonomie à 1063 € pour les jeunes, 100 000 emplois créés tout de suite dans les hôpitaux, et tant d’autres mesures positives, cela peut dès demain entrer dans la vie à condition de s’attaquer véritablement à la domination de la finance.
Cela dépend de nous !
=AZWqjCLKwauUgKIp1xtcLNDFiOcFuwqETXSOKclWr9OSxNy-S_3r12RX8Z-_712_qPT5H3kSpD7FKXMadlw6RIg-n413rpSAy-UG_iqJSoudt92dsdnqoJ4hci5ZX1hh5peDPpIJGrv4V2yPWROQZ4MW6QjrI25TJ3c42c1xX5GHF0Jw1IKXKqdnRfxErsMgvW8&__tn__=*NK-y-R">#gregorylebert
=AZWqjCLKwauUgKIp1xtcLNDFiOcFuwqETXSOKclWr9OSxNy-S_3r12RX8Z-_712_qPT5H3kSpD7FKXMadlw6RIg-n413rpSAy-UG_iqJSoudt92dsdnqoJ4hci5ZX1hh5peDPpIJGrv4V2yPWROQZ4MW6QjrI25TJ3c42c1xX5GHF0Jw1IKXKqdnRfxErsMgvW8&__tn__=*NK-y-R">#Nupes

Mobilisés au second tour des législatives pour des victoires de la gauche rassemblée dans les circonscriptions du Finistère – Communiqué du PCF Finistère, 13 juin 2022


Mobilisés au second tour des législatives pour des victoires de la gauche rassemblée dans les circonscriptions du Finistère
Communiqué du PCF Finistère, 13 juin 2022
La Fédération du Parti Communiste Français du Finistère félicite les huit binômes d’union de la gauche candidats de la NUPES du Finistère pour leur qualification au second tour des élections législatives et remercie les électeurs du premier tour qui ont mis la gauche rassemblée avec la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (dont le Parti communiste est partie prenante) en position de regagner pour la gauche plusieurs circonscriptions finistériennes si la dynamique de mobilisation de second tour est favorable.
L’option du rassemblement à gauche attendu par l’électorat a déjà porté ses fruits, l’alliance de gauche faisant jeu égal avec le bloc de droite du président sortant. Elle était nécessaire face au danger projet macroniste et de la progression de l’extrême-droite et du .
Dans le Finistère, nous appelons à voter le 19 juin prochain, encore plus nombreux qu’au premier tour, pour :
– Pierre-Yves Cadalen, largement en tête avec 31,9 % à Brest-Centre (circonscription 1) face au député sortant LREM (15%) qui lui sera opposé au second tour et qui est passé devant le candidat Ensemble ! intronisé par Macron et Ferrand (l’ex secrétaire départemental du PS Coatanéa)
– Mélanie Thomin (6e circonscription) qui avec ses 31,16 % du premier tour peut battre Richard Ferrand (33,56%), ce qui serait une victoire très importante face à un des symboles et des piliers de la macronie au niveau national
– Sylvaine Vulpiani (4e circonscription de Morlaix, 31 % contre 34,78 % à la candidate Ensemble !- majorité présidentielle, députée sortante)
– Grégory Lebert (1ère circonscription Quimper, 32% contre 35,4 % à la candidate Ensemble !- majorité présidentielle, députée sortante)
– Youenn Le Flao (8e circonscription Concarneau : 31,6% contre 34,8 % au candidat Ensemble !- majorité présidentielle, député sortant)
– Yolande Bouin (7e circonscription : 29,99%, contre 31,23 % à la candidate Ensemble ! – majorité présidentielle, députée sortante)
– Nathalie Sarrabezolles (29 % contre 31,2 % à la candidate Ensemble ! – majorité présidentielle, députée sortante)
– Pierre Smolarz (3e circonscription, Brest-Rural, 29,18 %, contre 41 % au candidat Ensemble ! – majorité présidentielle, député sortant).
Le Parti communiste appelle à ce que pas une voix de gauche ne manque au second tour aux candidats de la NUPES et encourage tous ceux qui veulent mettre fin à la politique inégalitaire et néo-libérale de Macron, qui détruit et fragilise les services publics, la démocratie, les droits sociaux et les droits des travailleurs, à se mobiliser bien plus fortement au second tour qu’au premier tour afin qu’un maximum de circonscriptions du Finistère comme partout en France passent à gauche. Nous pouvons enlever à Macron sa majorité au Parlement, nous donner les moyens de résister à sa politique.
Soyons mobilisés toute cette semaine pour faire gagner la gauche dans toutes les circonscriptions finistériennes ! Les communistes seront concentrés sur cet objectif à portée de main, dans l’intérêt du peuple, des catégories populaires, de tous ceux qui ont intérêt au changement et au progrès social. La retraite à 60 ans, le SMIC à 1500€, le blocage des prix, l’allocation autonomie jeunesse, la titularisation des contractuels de la fonction publique, l’augmentation des salaires dans la fonction publique, le recrutement de 100 000 soignants, le partage des richesses et une fiscalité plus juste et progressive, la fin des mesures contre l’assurance chômage et les allocataires du RSA, c’est un tout autre programme que celui de la régression sociale continuée que nous propose Macron !
Le PCF Finistère se félicite aussi que sur 50 candidats PCF-NUPES présents en France, 32 sont qualifiés pour le second tour, avec un résultat moyen de 26,45% permis grâce à l’implantation de nos candidats et à cette dynamique d’union populaire de gauche. Avec plusieurs qui ont frôlé de près l’élection des le premier tour: Elsa Faucillon à 54%,  Stéphane Peu à 62%, non élus au 1er tour en raison du poids de l’abstention, Jean-Paul Lecoq à 48,5 %, André Chassaigne à 49 %, et Fabien Roussel (34%) est en tête dans sa circonscription face au RN, avec 12 points de plus qu’au premier tour de 2017, malgré la présence d’un dissident face à lui.
Hubert Wulfranc (47,21 % contre le RN à 17%) Pierre Dharréville (+6 % par rapport à 2017, 35,8 %, devant le RN à 31 %) Yannick Monnet, Nicolas Sansu, Sébastien Jumel (assez largement en tête), Alain Bruneel (duel serré face au RN), Soumya Bourouaha (avec Marie-George Buffet),) sont aussi en bonne position pour l’emporter et Véronique Mahé en Loire-Atlantique et Loïc Pen, en tête dans leurs circonscriptions, peuvent aussi créer la surprise.
Le PCF est en bonne position pour constituer un groupe indépendant d’au moins 15 députés, complété par les députés de gauche ultra-marin qui constituaient avec nous le groupe GDR sous le précédent mandat, ce qui serait une excellent nouvelle pour le monde du travail et la population car les députés communistes ont fait la preuve à l’Assemblée nationale de leur excellent travail parlementaire et de leur capacité à porter dans les débats les idées d’émancipation et de justice sociale.
La victoire est à portée de bulletin!
Dimanche 19 juin, donnons-nous le moyen de faire élire un maximum de députés de gauche avec la NUPES !
Fédération du Parti communiste du Finistère, 13 juin 2022

Le PCF Finistère appelle à voter pour les candidats de la NUPES: pour des réformes heureuses, faire gagner la NUPES!

Pour des réformes heureuses . Faire gagner la NUPES

Pour les élections législatives des 12 et 19 juin prochains, le PCF s’est allié avec la France Insoumise, EELV et le Parti socialiste au sein de la NOUVELLE UNION POPULAIRE ÉCOLOGIQUE ET SOCIALE avec pour ambition de faire élire une majorité de gauche à l’Assemblée nationale et mettre en œuvre des réformes heureuses.Ce rassemblement s’est construit sur un programme qui permet de répondre aux préoccupations populaires

La perspective d’une victoire de la gauche aux élections législatives éveille un immense espoir dans une partie de notre peuple : priver Emmanuel Macron d’une majorité parlementaire, porter un coup d’arrêt à son autoritarisme, à ses assauts contre nos retraites et contre nos services publics (santé, école, justice, …), et répondre aux attentes populaires qu’il n’a cessé de bafouer pendant cinq ans :l’augmentation des salaires et des pensions, le relèvement du SMIC à 1500 euros net, le retour de la retraite à 60 ans, le blocage des prix des produits de première nécessité , égalité salariale entre les femmes et les hommes, investissements et créations massives d’emplois pour faire face, enfin ! au péril climatique et à l’urgence sociale.

Nous sommes fier.e.s, avec cet accord, de pouvoir faire porter par toute la gauche nos propositions telles que : la renationalisation d’EDF et d’Engie, des autoroutes et aéroports ; la création d’un pôle public bancaire avec la nationalisation des grandes banques ; de nouveaux droits d’intervention pour les salarié.e.s dans les entreprises ; la mise à contribution du capital…

La majorité est plus qu’accessible .Les premiers résultats de la coalition de gauche, avec 10 candidats qualifiés au second tour sur les 11 circonscriptions des Français de l’étranger, sont de bon augure.Comme le dit Fabien Roussel dans l’Humanité , il n’en faut pas moins « mener campagne tous azimuts », pour transformer l’essai et imposer une majorité de gauche à Emmanuel Macron.

Nous savons bien sûr qu’il ne suffira pas de remporter une élection pour gagner les conquêtes sociales que nous voulons. Réussir ces changements impliquera un puissant mouvement social, populaire, qui doit se construire dès maintenant partout en France mais la page du quinquennat Macron, et de sa nouvelle Première ministre Élisabeth Borne, doit être tournée : la violence sociale qu’ils ont fait subir et qu’ils prévoient est inacceptable.

Chacun de nous parmi ses proches, ses collègues ses amis peut amener les plus hésitants à aller déposer un bulletin pour le candidat ou la candidate de la NUPES de sa circonscription . C’est primordial Olivier Véran a raison pour une fois « L’élection va se décider dans les derniers jours. ».

La fédération du Finistère appelle à voter pour les candidats d’union de la gauche de la NUPES dans les 8 circonscriptions du département.

Ensemble nous pouvons gagner à gauche et faire échec à Macron et à son projet de société.

Elections Législatives des 12 et 19 juin

Vidéo officielle de campagne pour les législatives des 12 et 19 juin 2022. Faisons élire le plus de députés de gauche, le plus de députés communistes pour nous opposer à la politique de Macron.

Liens

PCF Pays Bigouden : pcbigouden.fr

PCF Centre : pcf29centre.org

PCF Morlaix :le-chiffon-rouge-morlaix.fr

Groupe des élus Brest : eluscommunistes-brestmetropole.fr

PCF : pcf.fr

MJCF : jeunes-communistes.fr

UEC : www.etudiants-communistes.fr