PCF Finistère

Author's posts

1er mai : confiné.e.s, mobilisé.e.s et en colère ! Déclaration du PCF Finistère- 29 avril 2020.

Parti communiste – 1er mai : confiné.e.s, mobilisé.e.s et en colère !

Déclaration du PCF Finistère- 29 avril 2020

Nous allons vivre un 1er mai inédit, avec l’impossibilité d’organiser les manifestations et rassemblements syndicaux et politiques (les fêtes du parti communiste à Brest et Morlaix). Les 900 adhérents de notre parti dans le Finistère et ses sympathisants étaient évidemment très impliqués dans les initiatives de cette journée et le seront encore, sous une autre forme, cette année.

Cette journée est, rappelons-le, avant d’être un férié, d’abord une journée de grève et de mobilisation, pour les droits sociaux et politiques des travailleuses et travailleurs, pour la limitation de la durée du travail et un meilleur partage des richesses. En France, la mystification de la « fête du Travail » sous Pétain est redevenu le jour férié de défense des droits des travailleurs en 1947, alors que le ministre du travail communiste était Ambroise Croizat, l’initiateur de la Sécurité Sociale et du système de retraite par répartition.

Même confiné.e.s, nous pouvons être actifs et actives, utiles à nos idées de justice sociale. Le 1er mai, contre Macron et son monde, celui du capitalisme, faisons-nous entendre sur les réseaux sociaux et à nos fenêtres avec nos revendications, nos colères, nos propositions !

Le covid-19 n’est pas, comme beaucoup voudraient nous le faire croire, le déclencheur de tous les maux auxquels nous sommes confrontés actuellement et que nous devrions subir demain, il n’en est que le révélateur. Si le nombre de malades et de morts a été si grand en France, et la crise si compliquée à gérer, c’est en grande partie la responsabilité d’un libéralisme économique aveugle qui a fragilisé les hôpitaux, les EHPAD, empêché la construction d’une réponse de santé publique organisée, rationnelle, efficace, avec des tests, des médicaments, du matériel de soins et de protection adaptés, une transparence et une cohérence de la politique de l’État.

Il ne fait que mettre en exergue les inégalités et l’importance des professions très féminisées et pour cela socialement et économiquement injustement dévalorisées : infirmières (87 % de femmes) et aides-soignantes (91 % de femmes), mais aussi des aides à domicile et des aides ménagères (97 % de femmes), des agentes d’entretien (73 % de femmes), des caissières et des vendeuses (76 % de femmes).

Les néo-libéraux au pouvoir en France et dans la plupart des pays voudront faire payer l’ardoise de la crise économique liée au Covid-19 aux travailleurs et aux travailleuses, à ceux et celles là-même qui ont été en première ligne pendant la crise du Covid-19 et qui ont été fragilisé.e.s par des décennies de casse des services publics, de la Sécu, des droits sociaux.

Lucides sur la « statégie du choc » des capitalistes pour continuer à imposer leur agenda par un discours de sacrifices nécessaires liés à la crise et à une « économie de guerre », nous ne voulons pas pour autant revenir au « monde d’avant », qui est le monde d’injustices intolérables d’aujourd’hui!

8 milliardaires qui détiennent autant de patrimoine que 3,6 milliards de femmes et d’hommes, des millions de pauvres dans la cinquième puissance mondiale, la France, des milliards de dividendes versés aux actionnaires en échange de la pression grandissante exercée sur les salarié.e.s, les salaires, la démocratie et le mouvement social muselés, ça ne peut plus durer !

La Sociale, la lutte des classes, le combat international pour la défense des travailleurs sont toujours à l’ordre du jour!

Le plan de déconfinement  annoncé le 28 avril par le premier ministre, sans consultation et construction démocratique préalable, et voté dans la foulée, juste après avoir été découvert par les parlementaires, avec la majorité étriquée constituée par les seules voix des groupes LREM et Modem est à la fois flou et dangereux.

Il ne comporte aucune mesure forte sur les moyens financiers à mobiliser: lutte contre l’évasion fiscale, rétablissement de l’ISF, taxation des revenus financiers. Alors que le nombre de personnes en-dessous du seuil de pauvreté dans notre pays pourrait augmenter de 9 millions à 12 ou 13 millions dans ce contexte de crise du Covid-19, qui voit le retour intolérable de la faim, le plan du gouvernement ne comprend aucun plan de lutte contre la pauvreté.

Dans une sorte de fausse décentralisation imposée par l’incompétence, l’État se défausse sur les mairies, les collectivités, les entreprises, les associations, les écoles, d’une grande partie des responsabilités qu’il n’assume plus, en termes de santé publique, de normes et de moyens d’une reprise d’activité dans des conditions minimales de sécurité.

C’est le grand flou sur l’accès aux tests, aux masques, sur les conditions effectives de la reprise de la scolarité. L’école « facultative » et « à la carte » met les parents, les enseignants et les communes et collectivités de référence devant des responsabilités difficiles à assumer sur le retour ou non de leurs enfants à l’école, alors qu’ils ne connaissent toujours pas les conditions effectives qui seront celles de la reprise après le 11 mai, ni le rôle qu’y jouera l’Etat.

L’exécutif étale ses défaillances dans tous les domaines tout en continuant à avancer sur son agenda de restriction des libertés publiques (prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’à mi-juillet) et de maintien dans le temps des dispositifs dérogatoires au droit social.

Les Français sont nombreux à ne pas faire confiance à ce gouvernement pour gérer la crise et ils ont raison.

Le PCF a porté des propositions précises à l’exécutif par la voix de ses députés :

– Le rétablissement de l’ISF, un grand plan de lutte contre l’évasion fiscale et le refus d’aider des grosses entreprises qui déclarent leurs bénéfices dans des paradis fiscaux.

– Le blocage des prix : produits de première nécessité en grande distribution, eau, électricité, gaz, télécommunications et assurances.

– Une loi de finance rectificative pour soutenir financièrement les collectivités qui sont en première ligne dans la gestion de la crise du Covid-19

– Un grand plan de lutte contre la pauvreté (gel des loyers, aides aux organismes HLM, aux associations de solidarité, aide directe aux familles les plus démunies, aux étudiants salariés précaires, soutien au PME en difficulté et aux auto-entrepreneurs).

– Un chômage partiel financé à 100 % de la rémunération, l’abandon de la réforme de l’assurance chômage, le maintien des droits et des allocations des chômeurs, l’abrogation de la réforme des retraites. L’augmentation du SMIC et des minima sociaux.

– Un plan massif d’embauches à l’hôpital et les EHPAD et la revalorisation des métiers, la mise en chantier d’une loi de santé publique et l’annulation de la dette des hôpitaux.


La crise sanitaire conduit à l’interdiction de la vente du muguet et des des fêtes du Parti communiste qui permettent, en plus d’être de beaux moments festifs de fraternité, de débats politiques, de financer une partie de l’activité politique.

Pour tenter de compenser en partie cette perte financière le Parti communiste a donc réalisé un visuel symbolique, un brin de muguet virtuel, associé à une souscription.

Cette souscription est ouverte entre le 1er mai et le 11 mai.

Pour une participation à la souscription et un paiement par chèque, libellez le chèque à l’ordre de l’ADF PCF 29, et indiquez l’adresse de la fédération: PCF Finistère – 5 rue Henri Moreau – 29 200 Brest.

Le PCF Finistère.

A Brest, le 29 avril 2020.

Cocos, confinés et actifs: Annie Bergot Le Calvez à Morlaix.

ANNIE BERGOT LE CALVEZ MORLAIX

Avec toute la générosité de son caractère, Annie Bergot Le Calvez n’est pas du genre à rester inactive.

Notre amie et camarade, retraitée des Finances publiques, militante de la CGT puis du Parti communiste, venait de passer cinq mois intenses de campagne électorale avec « Morlaix Ensemble » au moment où la crise du Covid-19 a fait pleine irruption dans nos consciences et nos vies avec le début du confinement imposé à toutes et tous. C’est elle avec Hervé Gouédard et Yvon Laurans qui avait organisé les tours de présence des assesseurs de « Morlaix Ensemble » dans les bureaux de vote le 15 mars, élection qui s’est déroulé dans un contexte inédit, étrange et anxiogène.

Bien que non éligible sur la liste (elle qui a déjà fait plusieurs mandats dans la majorité PS-PCF et l’opposition à Morlaix), Annie apportait, comme Hervé Gouédard, son expérience et son pragmatisme, son dynamisme et son franc-parler, à tel point qu’elle est devenue clairement un pilier et un repère de notre collectif uni par une belle fraternité, une sympathie et une complémentarité entre des personnalités différentes aux expériences et formations très diverses. Elle continue pendant ce mois et demi de confinement à beaucoup soutenir les uns et les autres, à réagir aux expressions de chacun et à témoigner des ressentis qui s’expriment chez les Morlaisiens sur la messagerie interne du groupe.

Mais surtout Annie s’investit comme tout au long de l’année pour la Ligue contre le Cancer, où elle milite comme bénévole depuis 11 ans, en tant qu’écoutante et bénévole à l’atelier travaux manuels.

Tous les jours, elle appelle des gens pour rompre l’isolement, discuter, elle garde le lien avec eux dans cette période angoissante où parfois on a l’impression qu’on ne meurt plus que du coronavirus et qu’il n’y a plus que ça qui existe.

Elle fait des courses aussi régulièrement pour une dame de 93 ans. Elle continue à militer pour la défense de l’hôpital public du pays de Morlaix et le comité des usagers dont elle est la trésorière adjointe en relayant des informations, allant les chercher à la source, en frappant les casseroles tous les soirs à vingt heures dans son quartier avec ses voisins, en confectionnant des banderoles pour soutenir l’hôpital public avec Jean-Luc, son mari. Elle s’occupe aussi de maintenir le lien avec ses enfants et petits-enfants, avec sa tante de Ploujean, personne âgée isolée, et, avec David Guyomar, autre colistier de Morlaix Ensemble, son voisin du quartier Penlan, ils discutent beaucoup et prennent les contacts avec les voisins pour créer les bases d’une association de quartier regroupant Coat Congar, l’Orée du Bois et Penlan, avec plein d’idées d’animations et de temps de vie sociaux pour faire vivre le quartier après le déconfinement.

Voici une expression d’Annie Bergot Le Calvez datant de ce jour qui dit la nécessité d’un engagement social durable et du bénévolat bien au-delà de l’urgence de la crise du Covid-19, à quoi l’on ne peut pas ramener non plus tous les défis sociaux du moment:

« Le début de l’annonce du Covid 19, aura vu surgir un grand élan de solidarité autour et parmi nous.

Des personnes se mettant tout de suite à la disposition des associations caritatives, pour venir en aide aux plus vulnérables et aux plus démunis. C’est beau, c’est généreux, c’est indispensable dans l’instant, mais n’oublions pas l’après.

Bénévole depuis plus de 10 ans, auprès de personnes atteintes du cancer ou de leurs proches, force est de constater que nous avons toujours de plus en plus de mal à trouver des personnes souhaitant donner un peu de leur temps, de leur bonne volonté et de l’écoute.

Confinée, je pense à Vous, que nous n’avons pas vues depuis bientôt 2 mois. Vous qui subissez la double peine, la maladie et le confinement. Vous qui souffrez de ne pouvoir nous rencontrer, d’échanger entre vous vos espoirs et vos angoisses, avec nous bénévoles de toujours, avant, pendant et après le confinement.

Des bénévoles, il y en a toujours eu et il en faudra encore plus. Dans tous les domaines, caritatif, culturel, sportif, social, scolaire…

Nous bénévoles sommes et seront toujours là, après que cette grave épidémie soit passée. Nous retrouverons la liberté , le droit et le pouvoir de se retrouver ensemble.

ANNIE BERGOT LE CALVEZ MORLAIX »

 

 

 

Vidéo : « La Bretagne en vrai au delà des cartes postales » une conférence de Florence Gourlay.

Jeudis Rouges – Florence Gourlay

« La Bretagne en vrai au delà des cartes postales »

 

Comprendre, Agir, Riposter !

Saison 2019/2020 et second du cycle La Bretagne en vrai.

Conférence de Florence Gourlay maître de conférence à l’université de Bretagne Sud de Lorient.

Le 25 août dernier dans son numéro dominical un quotidien Breton, présentait le diagnostic et les analyses de quatre chercheurs, géographes et urbanistes, sur la réalité des territoires à partir de la répartition de la richesse et de la fiscalité.

On découvre une Bretagne tiraillée, loin des cartes postales et des clichés par trop lisses, une Bretagne des inégalités, de la mise en concurrence, de la course à l’excellence policée. Une Bretagne pour partie interdite aux salariés, aux catégories populaires. Une Bretagne de l’étalement urbain, de long trajets domicile /travail.

Est-ce une fatalité ? Comment faire autrement ? Est-ce possible? Est-ce souhaitable ?

 

Plus d’information contactez : pcfpaysdequimperle@gmail.com

Organisé par le réseau d’initiatives « partage des savoirs » du PCF en Bretagne sud.

 

 

25 avril 1975 – Mort de Jacques Duclos – en 1972, le dirigeant communiste était à Quimper par Piero Rainero.

1972 – Jacques Duclos, Jean-Franois Hamon, secrétaire de section de Quimper, et Piero Rainero

Le 25 avril 1975 disparaissait l’une des grandes figures du mouvement communiste français et international : Jacques Duclos.

Ci-joint une photo de l’un de ses passages dans le Finistère en 1972 pour un meeting au théâtre de Quimper devant une salle archi-comble, et il y avait autant de monde dehors qui suivait son propos car nous avions sonorisé l’extérieur. Je me souviens qu’un ancien député de droite du Finistère, Hervé Nader qui avait connu Jacques Duclos à l’Assemblée, était venu au meeting pour rencontrer son ancien collègue qu’il avait interpellé publiquement à cette occasion de façon fort civile, ce qui avait conduit à un échange sans concession mais très courtois avec Jacques Duclos sous les applaudissements d’une salle enthousiaste.

La photo où l’on voit aux côtés de Jacques Duclos, Jean-François Hamon secrétaire de la section de Quimper et moi-même a été prise à l’Hôtel Pascal de Quimper lors du point de presse. Les propriétaires, Rosa et Jean Quéré, des amis que nous connaissions très bien gardèrent longtemps le souvenir de cette rencontre et ne manquaient jamais de rappeler combien ils avaient été honorés d’avoir accueilli Jacques Duclos en montrant le livre d’or portant sa signature aux côtés de bien d’autres prestigieuses.

Pour mémoire à l’élection présidentielle de 1969 Jacques Duclos avait obtenu 67 141 suffrages, 17% dans notre département.

Il y avait alors 2 926 adhérents à notre parti (1 202 dans ce qui allait devenir la Fédé-Nord l’année suivante et 1 724 ans la partie du Sud-Finistère) répartie en 190 cellules, 32 sections, 27 cellules isolées (localisées en secteur rural) et 282 adhésions avaient réalisées dans le département cette année là.

La JC et l’UEC étaient alors aussi des mouvements importants car pour le grand meeting national de jeunes qui s’était tenu à Saint-Ouen en mai 1969 dans le cadre de la campagne électorale de notre candidat nous avions organisé le déplacement de 7 cars, bien remplis, de jeunes finistériens pour s’y rendre au départ de Brest, Morlaix, du centre Finistère, de Quimper, du Pays Bigouden, de Concarneau et de Scaër-Roporden.

Cela ravivera sans doute de bons souvenirs aux camarades ayant participé à ces grands moments de la vie politique dans notre pays.

Piero Rainero

Adhérer au PCF, le choix du combat, de la solidarité et de l’Humain d’abord  !

Adhérer au PCF, le choix du combat, de la solidarité et de l’Humain d’abord  !

En 2019, 60 nouveaux adhérents ont rejoint le PCF dans le Finistère et une dizaine de jeunes ont rejoint la JC dans notre département parallèlement. Parce que les enjeux sociaux et politiques du moment sont cruciaux, nous voulons faire au moins aussi bien en 2020, année du centenaire du PCF.

Les enjeux sont énormes: on le voit avec la casse de l’hôpital public, les conséquences des ravages environnementaux sur la santé et la qualité de vie, la domination des logiques de privatisation et de rentabilité financière sur le secteur du médicament, l’aide sélective aux entreprises pour les gros du CAC 40, le niveau d’absence de planification des mesures de prévention et de protection sur la crise du coronavirus, l’incurie de l’État pour sauver nos vies, après qu’il soit passé en force pour les durcir considérablement avec la réforme des retraites, de l’assurance chômage, du droit du travail.

Combattre Macron et les forces capitalistes qu’il représente, opposer une alternative à la progression des idées de l’extrême-droite et au rejet de la politique, exigent un parti communiste fort, plus fort, actif, plus actif, en prise avec les attentes de la population.

Dans le Finistère, nous comptons environ 850 adhérents, dont près de 600 à jour de cotisation, une vingtaine de sections, et sans doute au moins une quarantaine d’élus au sortir des prochaines municipales.

Nous avons un lien avec le monde syndical et le monde associatif, et nous essayons d’être présents au maximum de nos possibilités dans les luttes pour la défense des services publics, des salariés, des déshérités, tout en offrant des perspectives en terme de solutions de long terme pour construire des alternatives, en tenant aussi une ligne de rassemblement dans la diversité de la gauche sur des objectifs de progrès sociaux et démocratiques.

Notre parti va fêter ses cent ans à la fin de l’année, c’est un parti bien vivant et démocratique que beaucoup de jeunes rejoignent pour agir contre la domination capitaliste et patriarcale, contre le racisme et la xénophobie, pour le paix, parce que le communisme est la jeunesse du monde.

L’humain d’abord est inscrit dans notre culture politique à travers nos fêtes de la fraternité comme nos actions concrètes. Des initiatives rassembleuses et porteuses politiquement qui sont progressivement suspendues malheureusement pendant la crise du Covid-19.

Nous avons la culture du militantisme au quotidien et du débat et refusons aussi bien la politique opportuniste, les dérives présidentialistes de personnalisation et de délégation du pouvoir que les stratégies populistes qui cherchent à diviser plutôt qu’à rassembler le camp de ceux qui ont intérêt à un vrai changement de système pour combattre et dépasser le capitalisme.

C’est donner de la force à nos élu.e.s. locaux et à nos parlementaires, qui dans les deux groupes à l’Assemblée et au Sénat,  proposent des alternatives aux politiques néo-libérales, luttent contre elles d’arrache-pied, construire aussi des propositions concrètes, dans un très grand respect de la dignité de leur fonction et des citoyens, se faisant bien souvent les porte-voix des attentes des classes populaires, des organisations syndicales, des partisans de la paix et de la solidarité internationale.

Adhérer au PCF, c’est se rendre acteur pour changer la société. C’est convertir sa révolte et son refus en action collective, c’est rejoindre le camp des gens qui se mettent debout contre l’injustice !

 https://www.pcf.fr/mon_pcf_adhesion

Fédération du Parti communiste français du Finistère – 5 rue Henri Moreau – 29 200 BREST

federation@29.pcf.fr

http://pcf29.org/

Le manque de masques et la casse de l’outil industriel – Par Christine Prunaud Sénatrice PCF des Côtes d’Armor (L’Humanité, 21 avril 2020)

Mardi, 21 Avril, 2020 – L’Humanité
Le manque de masques et la casse de l’outil industriel

Par Christine Prunaud Sénatrice PCF des Côtes d’Armor

Cette crise sanitaire illustre malheureusement les conséquences du déclin industriel de notre pays. Exemple le plus saisissant avec l’usine Honeywell de fabrique de masques à Plaintel (Côtes-d’Armor) pourtant rentable mais fermée en 2018.

200 millions de masques étaient produits dans cette entreprise qui a changé plusieurs fois de propriétaires mais qui ont toujours bénéficié des différentes aides publiques de l’état via le CIR ou le CICE pour laisser au final 300 salariés sur la touche.

La production a été délocalisée en Tunisie et en Chine et les outils de production ont été démantelés par un ferrailleur en février dernier alors que les signes d’une pandémie mondiale étaient plus que pressants.

Le syndicat Solidaires par son secrétaire général des Côtes d’Armor Serge Lequeau pointe très justement avec cette usine, « un condensé édifiant de tout ce que le capitalisme financier international, soutenu par des politiques néolibérales peut produire comme horreur, comme absurdité, comme aveuglement ».

En effet, des deniers publics ont servi à casser un outil industriel dont on ressent aujourd’hui l’impériosité. Ils ont aussi broyé des hommes et des femmes avec un savoir faire technique de haut niveau dans un domaine touchant à la sécurité sanitaire de tous.

Le gouvernement actuel disait encore au sujet des délocalisations il y a quelques mois : « Garder ces usines n’est pas un enjeu d’intérêt public. Laissons faire les lois du marché ! Si, un jour, nous avons des besoins, nous les importerons de Chine ! ». Mais aujourd’hui nous payons toutes et tous les prix de cette confiance aveugle dans le seul marché mondial. La France manque toujours de masques, plus de deux mois après le début de la crise. Les soignants manquent de tout et nos ministres nous demandent de faire preuve de solidarité en fabriquant des masques maison ou en faisant appel à des dons pour aider nos hôpitaux.

Comme toujours face à ce scandale, la solidarité prime avec le projet de créationd’une société coopérative industrielle qui reprendrait les activités. Cette structure reste la plus adaptée à la situation puisqu’elle permet d’associer tous les acteurs du territoire régional, à commencer par les salarié.es, mais aussi d’autres acteurs comme les structures sanitaires et médico-sociaux, ou tout collectif citoyen régionaux…. Le Conseil Départemental des Côtes d’Armor et le Conseil Régional de Bretagne ont fait part de tout leur soutien à ce projet de relance.

Mais le gouvernement par la voie de sa secrétaire d’état à l’industrie vient de doucher les espoirs en indiquant cyniquement « je sais que l’équipe est motivée. Le projet est peut-être une bonne idée mais il ya des alternatives ». Or nous constatons tous au quotidien les effets désastreux de ces alternatives.

Ainsi face au dogme néolibéral du gouvernement, c’est mon rôle de parlementaire d’accompagner cette appropriation collective des moyens de production. L’avenir est là, notre présent confiné nous le prouve bien.

https://www.humanite.fr/le-manque-de-masques-et-la-casse-de-loutil-industriel-688126

 

À propos de la réouverture de l’usine de fabrication de masques de Plaintel

Le contexte d’urgence sanitaire que nous connaissons au plan mondial met, aujourd’hui, particulièrement en lumière les responsabilités des décisions prises sur le plan économique et social par les États.

A l’instar de l’entreprise Luxfer dans le Puy de Dôme, unique fabricant de bouteilles d’oxygène médical en Europe, aujourd’hui en cessation d’activité, la fermeture de l’usine de fabrication de masques de Plaintel (Giffard, Dalloz puis Honeywell) en 2018 montre aujourd’hui les conséquences d’un abandon des savoir-faire et des outils industriels.

Comme pour d’autres entreprises malheureusement, ces abandons tiennent toujours à deux causes essentielles :
– la non-prise en compte des alertes des salarié·e·s et la non-anticipation des besoins industriels en matière médicale et sanitaire,
– la recherche du profit maximum et la loi du marché.

À ces causes, il faut ajouter le désengagement de l’État et des gouvernements successifs causant
irrémédiablement la chute de l’entreprise liée au marché sanitaire.

En effet, selon un article signé de Benoît Collombat et de la Cellule investigation de Radio France (1), « l’activité d’Honeywell de masques respiratoires jetables en Europe, dont celle de HSP (Honeywell Safety Products) Armor, est une activité rentable. » est-il écrit dans un rapport d’audit du groupe qui conclut : « la rentabilité économique est avérée mais trop faible pour les standards du groupe Honeywell ». D’où la délocalisation vers la Tunisie et la Chine. C’est à la lumière de ces causes et de ces responsabilités qu’il est nécessaire d’envisager la reprise d’une activité industrielle sur ce secteur d’activité.

– L’outil industriel est aujourd’hui cassé et inexistant. Certes, mais l’expérience montre la nécessité de « relocaliser » certaines productions « décisives » et « vitales » afin d’en garantir la maîtrise. Le savoir-faire détenu par les salariés de Plaintel est, de ce point de vue, un atout sur lequel il faut s’appuyer.

– Il est donc également nécessaire de penser un « modèle économique » qui ne soit pas sous la coupe de la seule « concurrence libre et non faussée » et de la loi du seul profit ainsi que la garantie d’une gestion des commandes et des stocks qui permettent la viabilité du projet.

– Enfin, l’expérience le montre avec une particulière acuité : cette production doit être mise sous « surveillance » démocratique afin que de telles situations ne puissent se reproduire. Cette surveillance devra être conférée aux salariés en tout premier lieu (si on les avait écoutés, nous n’en serions pas là…), mais également à la population et ses représentants au plan local (les réponses du ministère de l’Économie sur le caractère « non stratégique » de l’entreprise sont lourds de conséquences).

La relance de l’activité engage la responsabilité de l’État à qui une part essentielle des productions de la nouvelle entreprise sera destinée. Il doit veiller à la mise à disposition des financements nécessaires à la reprise de l’activité, par l’intermédiaire de Banque Publique d’Investissement France. La Banque de France doit déclarer cette avance de fonds éligible au refinancement de la Banque Centrale Européenne au taux de – 0,75 %, actuellement pratiqué pour ses refinancements de long terme ciblés.

Nous sommes déterminés à nous associer à la recherche de solutions avec toutes les parties qui s’engagent pour construire un projet répondant aux besoins sanitaires en France.

Christine Prunaud – Sénatrice des Côtes d’Armor
Cinderella Bernard – Présidente du groupe des élus communistes au Conseil départementall
Christiane Caro – Membre de la commission nationale santé du PCF
Yannick Le Cam – Secrétaire de la fédération du PCF des Côtes d’Armor

Saint-Brieuc, le 13 avril 2020

Cocos, confinés, et actifs: Jean Dréan, le militant infatigable d’une société plus humaine avec les personnes âgées et les EHPAD

Jean Dréan, le militant infatigable d’une société plus humaine avec les personnes âgées et les EHPAD

 

– par Ismaël Dupont

Jean Dréan – Photo Le Télégramme

La crise du Covid, c’est l’annulation des rendez-vous médicaux pour les personnes âgées et certains malades: pour Jean, endoscopie reportée, kiné vestibulaire annulée, opération de la hanche reportée, achalasie reportée… La santé de la personne âgée, ce n’est pourtant pas que la protection contre le Covid-19… A croire que l’on ne meurt plus que de ça!!!

Confiné, il l’est toujours depuis quatre ans… Coco et actif, il le sera toujours, jusqu’à ses dernières forces, il l’est en tout cas depuis cinq ans qu’il est « enfermé » en EHPAD, et maintenant que les personnes âgées résidant en EHPAD vivent avec des règles de confinement (absence de visites, de déplacements, annulations des rendez-vous médicaux importants) encore plus sévère, et l’angoisse d’une propagation du virus dans l’EHPAD, Jean plaide plus que jamais pour que le PCF soit à l’initiative d’un projet de loi complet pour que le « jour d’après » ne soit plus comme avant, que l’on abandonne plus les « vieux » à des conditions de vie indignes d’une société développée, qu’on s’intéresse au temps disponible des personnels à leur côté, aux temps de toilette, de douche, pour manger, à la qualité des repas. Jean le coco confiné et actif est le président du conseil de vie sociale de sa maison de retraite confessionnelle et mène la bataille pour l’amélioration de la qualité de l’alimentation en EHPAD, lui qui ne cesse de donner des coups de main à ses camarades d' »infortune » moins bien lotis que lui. J’ai pu le constater en allant le voir à la sortie de leur cantine collective l’an passé.

Il peut être surprenant de consacrer une page de cette rubrique à notre ami et camarade de Plouigneau et de la section PCF de Morlaix, Jean Dréan, dans un EHPAD associatif confessionnel à but non lucratif à Quimper depuis des années. Peut-on être actif dans un EHPAD? N’est-ce pas l’antichambre de la mort, le refuge de la sénilité et de la déchéance de la personne? Et bien non, on peut être militant, on peut être citoyen dans un EHPAD, et les résidents des EHPAD sont des femmes et des hommes avec les mêmes droits que les autres, c’est ce que s’évertue à clamer Jean Dréan depuis des années, alertant sa CGT, son Parti communiste, son Humanité, les ministres successifs de la santé, sur la situation intolérable qui est faite aux personnes âgées en perte d’autonomie dans notre pays, riche et dit civilisé, mais où le secteur de la « dépendance », un mot qu’il n’aime pas, ou de la « perte d’autonomie », souffre d’un énorme déficit de financement public et solidaire pour pouvoir assurer des conditions de vie dignes et épanouissantes à tous les âges de la vie, y compris au dernier. On pourrait en dire autant de manière générale avec la manière dont notre société traite les handicapés, physiques et mentaux…

Aujourd’hui, les personnes âgées en EHPAD sont nombreuses à décéder chaque jour du Covid-19. On ne les amène même pas à l’hôpital, on n’envisage pas de soins, jugés inutiles ou fatals pour eux… On n’a pas assez de médicaments pour soulager leur souffrance, de masques pour les empêcher d’être contaminés! Cette crise du Coronavirus qui braque les projecteurs sur les maisons de retraite et les EHPAD révèle sous une lumière crue l’inhumanité de notre société vis-à-vis des personnes âgées et du grand âge, et l’état de sous-investissement, d’insuffisance d’effectifs dans les EHPAD. La presse s’y intéresse, les politiques néo-libéraux au pouvoir font mine de découvrir et de s’en émouvoir alors qu’ils ont tout fait pour mettre le problème sous le tapis et reculer le temps de construire une vraie loi de prise en charge financière de la question de la perte d’autonomie, dans le cadre de la solidarité nationale et de la Sécurité sociale universelle, avec des normes contraignantes pour le ratio personnel-résidents comme en Suisse ou dans d’autres pays.

Il faut pour construire une société civilisée pour tous les âges un effort de rassemblement et d’inventivité, de prélèvement des richesses là où elles « fuient » – profits mirifiques des actionnaires et du capital, paradis fiscaux – qui soit digne de ce que le CNR a entrepris avec la création de la Sécu, du système de retraite, des Grandes nationalisations, des bases du droit du travail et d’une République rénovée. C’est cet exemple qui inspire Jean, le résistant.   Pour Jean Dréan, qui reconnaît et salue les efforts de Christiane Caro et de l’atelier citoyen santé Bretagne du PCF (http://croizat-pcf.blogspot.com/) pour inscrire la question des Ehpad, du vieillissement, des personnes âgées, des conditions de travail des « professionnelles » qui souvent travaillent avec elles, de l’aide à domicile, de l’âgisme, au cœur de notre travail de proposition et de documentation et dénonciation du réel existant, notre parti, le PCF, n’a pas encore mis assez cette question en exergue à un niveau de volontarisme, de priorité et de proposition suffisant. Il nous faut être digne, à gauche et au parti communiste, du souffle créateur et humaniste du C.N.R. C’est en parlant aussi avec sérieux et des propositions de changement du quotidien de millions de gens qui vivent le vieillissement que l’on pourra être écoutés davantage. Jean n’est pas oublié: Laurent Brun, le responsable de la CGT Cheminots, membre de la direction du PCF, est venu le voir dans son EHPAD à Quimper en marge d’une réunion publique pour les Européennes et a passé deux heures en sa compagnie, Christiane Caro, membre de la commission nationale santé, des Côtes d’Armor, est venue le voir aussi, Patrick Le Hyaric lui répond régulièrement, c’est le cas aussi d’autres dirigeants du PCF, et des cabinets du ministère de la santé, etc.

Mais quel effet concret jusqu’à présent? Il semble au contraire que la situation ne cesse de s’aggraver pour les personnes âgées en EHPAD et les personnels. L’état d’impréparation et d’abandon des EHPAD face au Covid-19 est à la limite de l’irresponsabilité criminelle. Depuis 5 ans en EHPAD, Jean Dréan n’a pas constaté la moindre progression dans la situation faite aux vieux, il me l’a rappelé dans un courrier pas plus tard qu’hier:

« Dans la presse de ce jour, les voilà qui se réveillent. Tous de la même équipe. Sarkozy a trahi la parole donnée aux vieux sur la dépendance. Hollande le défroqué et son équipe disloquée ont pondu une coquille vide. Compter sur la Macronie serait une profonde erreur. Ils se soucient peu de mettre en place la civilisation du grand âge. Cependant, concernant l’Humain d’abord, il y a urgence à avoir de l’audace. Vous êtes sur de bons rails. Le TGV peut rouler contre le virus. Il doit rouler pour donner sens à la retraite ».

Quand je suis arrivé à Morlaix, Annick, la femme de Jean, ancienne institutrice à l’école Jean Piaget de Kerfraval, était gravement malade déjà. Elle restait à domicile, lourdement handicapée, dans leur maison de Saint Didy, sous la protection aimante de Jean, qui m’interpellait sans cesse par courrier, en me remettant des brochures de presse, sur le scandale constituée par les retraits de financement du Conseil Départemental, pour les personnes reconnues dépendant et ayant besoin d’aides et de soins à domicile, liée à l’austérité imposée par Sarkozy, puis par Hollande.

Ensuite, par amour, quand Annick n’a plus été capable de rester à la maison, son état de santé et de perte d’autonomie nécessitant d’aller en maison de retraite médicalisée, Jean a fait le choix difficile, alors qu’il était encore très vaillant physiquement et intellectuellement, qu’il était très sociable et militant, d’accompagner son épouse en maison de retraite non loin de la maison d’une de leur fille à Quimper. Finalement, Annick est décédée il y a un peu moins de deux ans en août 2018 à Quimper, et Jean a eu beaucoup de mal à surmonter son départ.  Alain David, pour les obsèques d’Annick, avait écrit un très beau texte qui retraçait sa vie:

Le chiffon rouge de Moralix, 25 août 2018 : ALAIN DAVID : ANNICK S’EST ETEINTE

A son arrivée à la maison de retraite Thérèse Rondeau allée de Kernisy à Quimper, l’aumônier, Louis Biannic, est venu le saluer au bout de deux jours. « Tu es communiste, j’ai été curé à Huelgoat. Mon meilleur ami était le maire communiste Alphonse Penven, député-maire à la Libération. Une page d’histoire ».

En 2019, la mère supérieure de l’EHPAD remet à Jean, qui reçoit l’Humanité et le journal de la CGT, comme les lettres du Parti communiste, chez les religieuses, le journal du diocèse, sous l’égide de l’épiscopat, avec un entretien avec le père Louis Biannic, en EHPAD, sous le titre: « Je vis mon ministère avec le handicap ».

L’aumônier rend à Jean un vibrant hommage:

 » Comment votre ministère de prêtre a t-il évolué avec votre situation dans un EHPAD?

Jusqu’à présent, j’étais reconnu comme l’aumônier, je pouvais parler avec les gens, même ceux qui n’étaient pas chrétiens. Maintenant, je suis pensionnaire, je vis mon ministère avec le handicap. C’est d’abord une fraternité de misère. Ceux qui sont un peu plus valides viennent en aide. Mon grand copain est un ancien Cégétiste qui est là (* Jean note sur l’article du diocèse qu’il m’a envoyé: il est toujours cégétiste et communiste). Il est toujours attentif à la moindre personne qui a besoin. C’est lui qui apporte mon chariot jusqu’à ma chambre. Il est formidable. On découvre les gens quand on est soi-même atteint, on découvre des richesses qui passaient inaperçues avant » (le prêtre Louis Biannic).

C’est Louis Biannic qui a assuré les obsèques religieuses d’Annick en 2018, de belle façon. Il savait qu’elle était catholique, quoique également adhérente communiste.

Pour moi, Jean Dréan est un « Working class hero ». Quelqu’un qui ne s’est jamais arrêté de chercher, de lutter, d’agir pour contribuer à créer une société meilleure, et qui incarne aussi cet idéal dans des gestes de solidarité, d’humanité, de fraternité, ici et maintenant. Quelqu’un qui par son humanité, sa gouaille et son humour pouvait faire tomber toutes les barrières et être reconnu par des gens qui n’étaient pas forcément de son bord. Et pourtant, en tant que cheminot cégétiste et communiste, c’était un vrai lutteur, prêt à mettre en boîte les briseurs de grève, à jouer des mauvais tours aux directions pour affirmer le droit syndical et la défense du service public et des droits des salariés. Comme sur la perte d’autonomie et les EHPAD, Jean m’a envoyé des centaines d’articles par courrier, même une fois reclus en EHPAD, sur la nécessité de défendre le réseau ferroviaire français contre le démantèlement, la privatisation, la vente à la découpe, de promouvoir le ferroutage, la plateforme rail-route de St Martin, de défendre la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff. Ce n’est pas du passé, Jean continue à s’intéresser à toutes ces questions, à faire des revues de presse pour documenter ses indignations.

Depuis cinq ans au moins, les appels, les signaux d’alarme se sont multipliés, de la part des personnels des EHPAD, des directeurs d’EHPAD et de leurs associations et syndicats représentatifs, de personnalités morales, d’anciens employés, des familles et de certains usagers, mais les gouvernements restent obstinément sourds à la souffrance et à la colère des personnels et des usagers des EHPAD, mais plus largement, de toute la filière de la prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie: l’aide à domicile, etc. Insuffisance de moyens financiers et humains, bas salaires, précarité, absence de temps à accorder aux personnes âgées reviennent dans tous les témoignages.

En janvier 2018, Jean Dréan lançait lui aussi un appel, qui a même fait l’objet d’une pétition sur change.org:

Le Chiffon Rouge de Morlaix,13 janvier 2018: Appel de Jean Dréan: pour le droit à bien vieillir, stop à la maltraitance institutionnelle vis-à-vis des personnels et des usagers des maisons de retraite!

« L’enjeu d’accompagner avec des moyens de solidarité pour bien vivre à tous les âges le vieillissement de la population devrait être une grande cause nationale. Au lieu de ça, aucune prise en compte sérieuse de l’enjeu du vieillissement et des conditions de vie des personnes âgées de la part des politiques au pouvoir depuis des années, et des politiques libérales et d’austérité qui fragilisent encore des structures et des dispositifs déjà insuffisants par le passé.

Au lieu de ça, le secteur de l’aide à domicile est un lieu bien souvent de précarité, de bas salaire et d’exploitation pour les personnels, les financements par les départements sont fragilisés, il manque des places dans les maisons de retraite, leur financement, notamment celui des maisons de retraite publiques, est remis en cause par les nouvelles règles de tarification, et le personnel travaille bien souvent dans des conditions de sous-effectif dramatique, qui se répercutent sur les conditions d’accompagnement des personnes âgées.

La loi d’adaptation de la société au vieillissement de 2015 a fragilisé les EHPAD publics qui constituent 43% des maisons de retraite mais accueillent 70% des résidents. Les groupes financiers s’en frottent les mains, eux qui veulent se positionner sur le marché de l’or gris sans considération sociale autre que leurs profits: les Korian, Orpea, DomusVi, Colisée, Domidep, le Noble Age, Emera.

Le risque de la réforme du financement des établissements de santé et des maisons de retraite est de voir des départements fermer des lits dans les maisons de retraite publiques, faisant par là même des économies sur l’habilitation des Ehpad à l’aide sociale assurée par les conseils départementaux.

Gagner partout et pour tous le droit bien vieillir en rassemblant sur la base d’une considération du besoin humain primant sur les logiques de rentabilité les différents maillons de la chaîne de vie de la personne âgée dans une action, une réflexion, un service public et un financement solidaire communs, est une priorité: Maintien à domicile, Accueil en EHPAD, Prévention santé, Education continue et accès aux droits des personnes âgées (mobilité, culture, …).

La presse nationale et régionale se fait écho presque tous les jours du malaise et de la détresse des personnels des maisons de retraite, de leur sentiment de ne pas pouvoir faire leur travail dans des bonnes conditions, soucieuses de la dignité et du bien-être des personnes âgées. Il est temps de prendre au sérieux leurs cris d’alarme.

La situation est déjà mauvaise, quasi intenable: si les structures pour personnes âgées réduisent encore leur personnel, ce sera la catastrophe.

Le degré de civilisation d’une société se juge à la manière dont elle traite les plus vulnérables et les plus fragiles: le quasi abandon actuel du grand âge, absent des préoccupations des décideurs politiques, est inacceptable. Depuis quelques mois, il y a eu 14 suicides d’aide soignante, et personne ne semble s’en émouvoir.

Je suis bien placé, résidant par contrainte avec mon épouse handicapée en EHPAD dans une maison de retraite associative privée à but non lucratif, pour constater:

– que le service de semaine, c’est la course permanente

– le samedi et le dimanche, réduction du personnel oblige, c’est le marathon. Et l’épuisement en fin de journée pour les personnels.

– pas d’infirmier ou d’infirmière de nuit. Ne pas compter sur le somnifère

– le médecin coordinateur est contraint à la présence allégée

– il n’est pas évident que les urgences hospitalières nous réservent un accueil particulier

– qui s’inquiète du plaisir de manger ces résidents en maison de retraite? A quand le bio, les produits frais?

– qui s’inquiète de la malnutrition de certaines personnes âgées qui ne peuvent se nourrir qu’avec un encouragement patient, de l’aide et de la présence humaine?

– des douches qu’on ne fait qu’une fois la semaine ou tous les 15 jours?

Il est urgent de réagir, de se remettre à porter des solutions d’égalité et de solidarité pour garantir aux personnes âgées leur droit à être traités dignement, avec bienveillance, patience, professionnalisme, et une présence humaine à la hauteur.

La France est riche, on trouve des milliards pour supprimer l’ISF, faire des cadeaux aux actionnaires des grandes entreprises, aux sociétés d’autoroute, pour les bombes nucléaires, et on n’aurait pas les moyens de financer des conditions de prise en charge simplement humaine et digne pour les personnes âgées?

Jean Dréan, retraité Cheminot et CGT, militant communiste, résident en maison de retraite à Quimper »

 

Mais les pouvoirs publics, le gouvernement regardait ailleurs.

Comme en 2015, alors que Hollande était au pouvoir et que Marisol Touraine, comme sur l’hôpital public, a raté complètement le rendez-vous d’une réorientation de la politique de santé et vis-à-vis des personnes âgées dans le sens d’une véritable prise en compte de l’effort de solidarité à fournir. 

Sur une loi pas à la hauteur – contestée: adaptation de la société au vieillissement.

Pour la majorité des citoyens, cette loi passe à côté d’une ATTENTE MAJEURE: une prise en charge par la solidarité nationale.

Il y a urgence à remettre à l’ordre du jour les exigences exprimées sur un problème sociétal majeur que le pays doit affronter: le vieillissement.

En effet malgré les orientations politiques et les opérations d’enfumage, les Français ne voient rien venir. Il en est ainsi d’une loi qualifiée fourre-tout dite loi Macron, imposée par la force du 49/3

– Des chiffres du chômage: triturant les statistiques de pôle emploi. Voilà la nouvelle technique gouvernementale pour faire baisser le chômage.

Il risque d’en être ainsi de cette loi en gestation de longue date. Alors qu’il y a une extrême urgence: comme le clame sur les chaînes publiques le Président des Associations des Directeurs d’Etablissement, « la situation est dramatique et va devenir catastrophique ».

Il faut un plan d’urgence.

Par exemple sur le Finistère l’agitation des personnels en charge des 4 maillons de la chaîne de vie des personnes âgées a trouvé large écho dans la presse. Une multitude d’appels au secours et de témoignages souvent poignants.

Pour rappel les deux les plus significatifs pleins de conviction et de dignité.

– Ceux sous les propres fenêtres de l’ex- Président du Conseil Général Maille: « dignité pour les vieux – respect, considération pour les personnels, halte à la maltraitance institutionnelle qui s’installe ».

– Ceux de Morlaix: 800 personnes s’époumonant « Halte au travail à la chaîne. Néfaste pour la qualité de vie de la personne âgée, néfaste pour la sérénité, l’équilibre des personnels ».

Par le plus malheureux des hasards, Monsieur le Préfet du Finistère confirmait la nécessité, la justification de ce vent de révolte « avec la réduction des dépenses publiques nous aurons des choix douloureux à faire pour les personnes, les familles ».

Et voilà qu’en période estivale le calme serait revenu dans le monde du silence. N’est-on pas en droit de s’interroger sur ce « calme artificiel »?

Qu’en est-il de la rotation des personnels (service -aide-soignant) embauchés en remplacement des congés statutaires: sont-ils formés? Quel statut? Quelle expérience confirmée de la personne âgée? Pourquoi un service réduit les samedis, les dimanches? Quels moyens pour pallier aux incidents, aux accidents de la vie courante?

L’humain aurai-il des temps de relâche? Quelle réserve de personnels compétents?

A l’occasion de la canicule n’a t-on pas entendu des propos contradictoires confirmant la nécessité d’une vigilance absolue. Une situation à risques qui ne fera que s’aggraver. Pour confirmation s’imprégner des directives de Pierre Maille aux gestionnaires: « avec moins, faites plus ».

Pour décider d’une réflexion concertée devant conduire à l’action, « pour une loi de progrès social » analysons quelques propos de presse provoqués par le coup de chaleur de nos aînés. Et ceci malgré les « opérations d’enfumage » de Mmes Touraine et Rossignol.

– Dans les résidences on n’a pas un moment de répit. Avec un ratio de personnel médiocre on travaille à la chaîne.

– Madame la Ministre se veut rassurante: « situation maîtrisée »

– Le Président de Samu-Urgence n’est pas de cet avis: « situation critique, alarmante ».

– Le Président de A.D.P.A: L’essentiel des leçons du drame de 2003 n’a pas été tiré: l’inertie des pouvoirs publics face à la crise.

– VALLS dans sa superbe en appelle à la solidarité

– A.D.P.A l’a pris au mot et réitère la proposition de la création de 200 000 emplois. C’est un impératif éthique et ce serait en même temps une réponse à la crise économique.

La presse nous apprend qu’un délégué de A.D.P.A entamait « à pied » un tour de France de l’aide aux personnes âgées. Pour défendre leur cause. Faire émerger des points de convergence et de divergence. Tout en rappelant l’urgente nécessité de créer 200 000 emplois!

Il y a donc urgence à se rassembler, à travailler ensemble, à situer clairement les responsabilités d’une situation intolérable. Faisons notre coup de colère du président Chanvert: les politiques n’ont pas su ou voulu anticiper le vieillissement.

Ensemble, imposons-leur de voter enfin une loi de progrès social.

‘Gagner partout et pour tous le bien vieillir dignement en citoyen à part entière ».

Pour raison de santé de mon épouse nous avons rejoint une EHPAD en connaissance de cause. Je salue le courage de tous les personnels, leur engagement, leur dévouement pour un salaire qui n’est pas à la hauteur des exigences.

ENSEMBLE, USAGERS, FAMILLES, PERSONNELS, GENS DE PROGRES

TRAVAILLONS A L’ELABORATION D’UNE VERITABLE CIVILISATION DE LA PERSONNE AGEE, ou selon dernier congrès de la Gériatrie tout ou presque reste à inventer.

Jean Dréan (UL CGT Quimper – 9, allée Samuel Piriou, 29000 Quimper)

APPEL DU 27 AOUT 2015, toujours valable! 

 

 

 

 

 

Cocos, confinés et actifs: Fréderic L’aminot, morlaisien, élu CGT pour le groupe Celtys-Queguiner à Landivisiau.

Jusqu’au 15 mars, Fréderic L’aminot, militant du PCF et de l’UL CGT sur Morlaix, menait la campagne activement pour la liste d’union de la gauche « Morlaix Ensemble » (Génération.s, PCF, PS, Citoyens engagés morlaisiens) conduite par Jean-Paul Vermot qui est arrivée en tête du premier tour des élections Municipales, avec 37%, devant la liste de droite de la maire sortante Agnès Le Brun. Une campagne intense, avec une douzaine de réunions publiques organisées sous forme d’échanges participatifs (ateliers et forums participatifs) sur plusieurs thématiques (jeunesse, santé-social, vie des quartiers, monde associatif, économie, centre-ville, etc) puis dans les deux dernières semaines sous une forme plus classique, et des visites de quartiers avec une consultation des Morlaisiens.

Fréderic L’aminot aura des responsabilités dans la municipalité si notre liste arrive en tête au second tour quand les élections auront lieu à nouveau, soit fin juin, soit en septembre ou octobre prochain.

Fréderic a été membre de l’association des Anciens élèves et amis du Lycée Tristan Corbière, président de l’APE de l’école Jean Piaget à Kerfraval, membre du Conseil d’administration du collège Mendès France et de l’association de l’APE du collège Mendès France, et est toujours trésorier de l’association des Jardins Familiaux.

Des engagements nombreux dans l’associatif, le syndical, et le politique pour cet ouvrier travaillant à Celtys à Landivisiau depuis des années, habitant de le quartier de Kerfraval à Morlaix, et qui nous raconte ici la manière dont il a vécu depuis un mois et demi la crise du Covid-19 et le confinement imposé aux salariés en tant trésorier CSE chez Celtys, et représentant CGT (la CGT est ultra-majoritaire chez Celtys, où travaille Fréderic, 260 salariés) dans le comité de groupe Queguiner (1200 salariés) responsable de la mise en sécurité des salariés mais également des négociations avec la direction d’entreprise pour les conditions d’indemnisation, de reprise.

 

Propos recueillis par Ismaël Dupont

Fréderic, en tant que élu CGT pour CELTYS (groupe Quéguiner), quel a été ton rôle dans l’adaptation de ton entreprise à la crise du Covid-19? 

Depuis le début de la crise sanitaire, les élus de la société ont été associés à la fermeture de l’entreprise. Le PDG voulait mettre les salariés en confinement dès le 16 mars. Il a fallu expliquer à nos collègues la situation, le chômage partiel, les indemnités… Ça a été très particulier car on n’était pas préparé à cela. 

Il y a t-il eu des sujets de négociation particuliers pour négocier le chômage partiel, les congés, les conditions du retour à l’activité?

Pour le chômage partiel ça a été un peu compliqué car le gouvernement change régulièrement les règles.

Au départ, le gouvernement annonçait un chômage partiel a 100 %, puis on est passé à 84 % du net.

Puis le gouvernement, par le biais du préfet du Finistère, a mis la pression sur les entreprises du bâtiment pour éviter la mise au chômage des salariés.

Pour éviter un refus, l’entreprise a demandé aux salariés de prendre leurs congés qui leurs restaient et leurs heures supplémentaires.

Puis il a fallu rouvrir des dépôts pour alimenter les entreprises qui travaillaient encore.

Par contre, nous n’avons pas été d’accord sur le fait que la direction nous propose un accord sur une prise de congés anticipée.

Nous avons une à deux réunions de CSE par semaine. Les élus CGT se concertent régulièrement pour faire des propositions à la direction.

En ce moment, nous sommes consultés au sujet d’une reprise partielle de l’activité. Nous avons plusieurs réunions pour que les salariés reprennent en toute sécurité.
Comment allez-vous adapter les postes et conditions de travail pour mettre les salariés en sécurité, respecter les distances qui protègent?

Après un travail coopératif du responsable de l’hygiène et de la sécurité, des responsables et des membres du CSE, les membres de la CSSCT se sont rendus sur place pour faire le point, atelier par atelier, et régler les mesures de distanciation sociale, les approvisionnement en matériel sanitaire, les heures différées de début et fin de journée…

 

Tu es en lien quotidien avec les salariés du groupe, quel est l’état d’esprit de tes collègues? Quelles sont leurs craintes dans le contexte de crise du Covid et de la reprise d’activité?

Au départ, personne ne pouvait savoir combien de temps cela pourrait durer. Donc, j’ai commencé à donner des nouvelles aux adhérents, mais j’ai vite compris qu’il y avait une demande des salariés.

Donc, avec le secrétaire du CSE, nous donnons des nouvelles à tous les salariés qui ont bien voulu nous communiquer leurs adresses mails. Au début, ce virus ne faisait pas très peur, mais au fil des semaines beaucoup de salariés ont commencé à craindre l’agressivité de celui-ci. Les changements de cap quasi journaliers du gouvernement n’étaient pas non plus pour les rassurer.

Il est toujours nécessaire de continuer à soutenir nos collègues et nous les informons également de l’état d’esprit de notre direction.

 

Quel temps quotidien tes activités syndicales t’ont pris pendant le quotidien?

Au départ, il y avait pas mal de réunions en visioconférence, des réunion avec les élus de notre syndicat, des réunions téléphoniques avec le secrétaire du CSE qui a été également très sollicité durant cette période. Entre le CSE et mon rôle de délégué syndical, je passe à peu près 3 à 4 heures par jour avec des pics à 8 heures les jours de réunions car les salariés me téléphonent pour prendre des nouvelles.

 

As-tu eu d’autres gestes de solidarité pendant la période avec ton voisinage ?

Pendant le confinement, j’ai aussi fait les courses de personnes qui ne voulaient pas sortir de chez elles.

J’aurais voulu en faire plus, mais j’ai été très sollicité par mes collègues de travail.

 

Le 23 avril 2020

Emmanuel Macron bat la campagne ! -Déclaration du PCF Finistère – 23 avril 2020

Déclaration du PCF Finistère – 23 avril 2020

Emmanuel Macron bat la campagne !

On est prié de battre des mains et de s’esbaudir, le Président de la République a rencontré dans notre département un vaillant agriculteur et un courageux commerçant.

On aurait pu imaginer que l’homme de l’avenir- c’est ainsi qu’il se présente ,détourne ses attentions de l’ancien monde pour se projeter dans la monde d’après la crise que nous traversons.

Il n’en est rien. En guise de paysan, présenté par certains comme un maraîcher, il adoube un des plus grands patrons de agro-industrie, M.Roué, et le commerçant en question est à la tête d’une des plus importantes chaînes de distribution française : SUPER U.

Celui-ci et celui là n’auraient ils rien à voir avec la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui ?

On attendait du Président qu’il vienne soutenir une vision novatrice de la société  et notamment de l’agriculture et du commerce.

On attendait du Président qu’il appuie l’agriculture de proximité, de qualité, libérée des pesticides, de la main prétendument invisible du marché, respectueuse de l’environnement et des hommes.

On espérait qu’il annonce la fin de la concurrence exacerbée, du tous contre tous, qu’il la remplace par une politique de coopération nationale, européenne, internationale, qu’il dénonce les traités du type CETA ou Mercosur.

On espérait qu’il affirme ces principes alors que s’annonce la négociation de la PAC (Politique Agricole Commune) et qu’il s’engage à défendre une agriculture relocalisée et des pratiques agronomiques réduisant le bilan carbone des chaque tonne de nourriture produite. On espérait qu’il se mobilise pour permettre à chaque agriculteur de vivre décemment de son travail.

On pouvait croire qu’il mette fin au rapport de force disproportionné entre la grande distribution et ses quatre centrales d’achat qui étranglent les paysans en toute impunité.

Enfin on aurait aimé qu’il s’intéresse de près aux conditions de travail, aux rémunérations des salarié.e.s de la grande distribution.

De tout cela il n’en a pas été question.

Il est vrai qu’il a semblé découvrir que si la France tient ce n’est pas grâce aux actionnaires. Il a mis de côté ses insultes et ses persiflages sur « ceux qui ne sont rien », « ceux qui ne sont pas premiers de cordée » autoproclamés. C’est toujours ça de pris.

Mais le soutien affiché qu’il a tenu à apporter aux tenants de l’agro-industrie et de la grande distribution qui ont une part non négligeable dans la crise multiforme que nous subissons est un signal inquiétant pour l’avenir.

On l’aura compris , mais on s’en doutait un peu, que l’évolution du modèle agricole que la société attend, la relocalisation des productions, les circuits courts, le respect et la reconnaissance du travail des agriculteurs et des salariés de la grande distribution ne passeront pas par les fondés du pouvoir du capitalisme.

Nous ne l’oublierons pas.

Brest le 23 04 2020

Fédération du Parti communiste français du Finistère – 5 rue Henri Moreau – 29 200 BREST

federation@29.pcf.fr

http://pcf29.org/

Appel à souscription de la fédération du Finistère du Parti communiste – pour se donner les moyens de nos luttes!

Appel à souscription – PCF Finistère

le 19 avril 2020

Cher-e-s camarades, cher-e-s sympathisant-e-s,

Tout d’abord, au nom de la fédération du PCF du Finistère, nous voulons témoigner de notre soutien et de notre solidarité à tous ceux pour qui cette période est difficile au plan matériel, au plan humain, ou des conditions de travail. Tout le monde, à un titre ou un autre, est touché et inquiet sur les conséquences de cette crise du coronavirus. Nous pensons en particulier à ceux qui vivent seuls, à ceux qui sont âgés, malades, à ceux qui se font du souci pour leurs proches, et aussi au plan financier, car certains ont des revenus amoindris voire pas de revenus du tout et des soucis pour l’avenir.

Le Parti communiste lance depuis quelques jours au niveau du Finistère un appel à souscription exceptionnelle pour faire face à trois défis majeurs :

– Le financement des élections : Le décalage du second tour ou l’obligation possible de rejouer le 1er tour, au moins dans les villes et communes où le 1er tour du 15 mars n’a pas suffi à faire élire un conseil municipal, pourrait avoir un impact financier supplémentaire pour le PCF. Pour l’instant, l’apport de la fédération du Finistère pour soutenir les campagnes de nos candidats sur différentes communes où les communistes étaient engagés avec d’autres forces et sensibilités dans des élections municipales est déjà significatif et la contribution pourrait encore augmenter avec le report des élections liée à la crise du COVID-19. Il nous faut donc assurer le financement de ces élections municipales, après le financement des élections européennes l’an passé où la contribution du PCF Finistère a dépassé les 20 000€. A moyen terme nous aurons d’autres rendez-vous électoraux à préparer en 2021: sénatoriales, départementales et régionales. Le Parti communiste est un des partis qui dépend le moins de l’aide public et dont le financement des activités repose essentiellement sur la cotisation des adhérents (le plus grand parti de France en nombre d’adhérents), le reversement des indemnités de ses élus (qui ne gagnent pas d’argent avec leur mandat), et les dons, nombreux et importants chaque année.

– Faire face au manque à gagner pour certaines sections lié à l’impossibilité, du fait du confinement et de la crise sanitaire, d’organiser des initiatives politiques traditionnelles qui faisaient aussi, en plus de leur intérêt festif et politique, rentrer de l’argent pour l’activité politique (banquets, fêtes et repas du 1er mai, …etc). Pour les fêtes et initiatives d’été, nous sommes encore dans le brouillard sur notre capacité ou non à les maintenir. Sans doute que celles du mois de juillet dans le Pays Bigouden devraient être annulées, ce qui aura des conséquences financières. Comme beaucoup d’autres associations, le PCF est fragilisé dans son financement par cette crise du Covid.

– Soutenir la direction nationale du PCF et financer les initiatives engagées dans le cadre du centenaire du PCF . C’est pourquoi nous demandons aux adhérents et sympathisants qui le souhaitent et le peuvent de nous aider à contribuer à cet effort pour financer nos actions afin de faire connaître et célébrer la belle histoire de 100 ans de combats pour l’émancipation humaine du Parti communiste français, une histoire qui continue bien sûr, et des batailles qui ont besoin de moyens financiers pour se déployer dans un contexte de lutte de classes toujours bien présent.

Notre parti à l’échelle départementale n’a plus de salariés, de permanents, mais nous avons des locaux à entretenir et dont les charges doivent être financés, et des frais liés à nos activités politiques (journaux, tracts, formations militantes, conférences d’éducation populaire, initiatives).

Nous vous rappelons que vos dons à l’ADF PCF 29, sont à envoyer au siège de la fédération – Fédération du Parti communiste du Finistère, 5 rue Henri Moreau, 29 200 BREST – et sont déductibles à 66 % de vos impôts.

 

Nous comptons sur vous! Cet engagement est d’autant plus important que, pour la bataille du jour d’après, le Parti communiste devra continuer à être à l’offensive pour peser afin que l’affrontement de classe intense qui devrait accompagner la crise sociale et économique liée au Coronavirus permette réellement de remettre en cause les orientations poursuivies depuis des décennies, de remises en cause de l’hôpital public, de la Sécurité Sociale, des services publics et solidarités. Pour que les défenseurs du capitalisme ne fassent pas payer à ceux qui sont en première ligne aujourd’hui, les travailleurs, l’addition de la crise, ce qui pourrait se traduire par une nouvelle dégradation des droits sociaux et syndicaux. Au contraire, cette période critique, qui montre l’épuisement d’un système qui nous mène dans le mur et amplifie les conséquences de l’épidémie, peut être propice pour construire un front majoritaire nouveau afin de bâtir une politique de développement humain et de progrès social remettant en cause les directives néo-libérales et capitalistes et les intérêts de la finance au niveau français, européen et mondial. Plus que jamais, nous avons besoin du Parti communiste pour mener avec d’autres ces combats. C’est pourquoi il nous faut aussi continuer à poser la question autour de nous, et c’est possible même en temps de confinement, d’une adhésion au Parti communiste.Depuis le 1er janvier 2020, nous comptons 12 nouveaux adhérents dans la fédération, sans compter les adhésions à la JC. L’objectif départemental est d’ici la fin de l’année du centenaire de faire aussi bien que en 2019, c’est à dire de faire adhérer au moins 60 nouveaux camarades de plus dans le département.

Portez-vous bien. Prenez soin de vous.

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère

Ronan Tanguy, trésorier du PCF Finistère

 

 Vos dons à l’ADF PCF 29, sont à envoyer au siège de la fédération – Fédération du Parti communiste du Finistère, 5 rue Henri Moreau, 29 200 BREST – et sont déductibles à 66 % de vos impôts.

Carte scolaire à Brest : la section PCF du pays de Brest demande un moratoire sur toutes les fermetures de classes et les suppressions de postes dans les écoles publiques de la ville.

Carte scolaire à Brest : la section PCF du pays de Brest demande un moratoire sur toutes les fermetures de classes et les suppressions de postes dans les écoles publiques de la ville.

Le comité technique spécial départemental du Finistère a entériné la nouvelle carte scolaire pour l’année 2020/2021.
Après la fermeture du collège Kerichen en 2016, de l’école Desnos en 2018, et des regroupements d’écoles de ces dernières années, une nouvelle fois, la ville de Brest paie un lourd tribut. 4 fermetures de classe sont prévues dans les écoles Sanquer, Jacquard, Jean Macé et Kérichen. Et aucun moyen supplémentaire pour les enfants en zone REP, ni pour le suivi des élèves allophones (classes UPE2A) ne sont alloués.

Le service public de l’Education nationale est une nouvelle fois fragilisé. Le service public est pourtant la seule richesse de celles et ceux qui ne possèdent rien.

Nous le rappelons, fermer des classes dans l’école publique :
– c’est dégrader les conditions d’apprentissage de nos enfants et mettre en danger leur avenir.
– c’est manquer l’occasion d’améliorer le taux d’encadrement dans toutes les écoles brestoises.
– c’est manquer l’occasion de rétablir la justice en donnant plus de chances aux enfants les plus fragiles.
– c’est faire un cadeau sur mesure aux écoles, collèges et lycées privés qui représentent jusqu’à 50 % des effectifs. En effet, pour la plupart, les enfants qui, suite à ces fermetures, intégreront une école privée, continueront l’ensemble de leur cursus dans le secteur privé, alimentant ainsi une spirale délétère pour l’ensemble du service public d’Education sur notre territoire.
– c’est aussi risquer une baisse d’attractivité de notre ville.

Parce que la qualité de l’éducation n’a pas de prix, les communistes de la section du pays de Brest soutiennent et accompagnent la lutte des parents d’élèves, des personnels, des enseignant.e.s , des brestois.es et des élu.e.s pour la défense des moyens de leurs écoles publiques.

Cocos, confinés et actifs! Témoignage de Pierre-Yves Liziar au Relecq-Kerhuon.


Secrétaire de section du PCF au Relecq-Kerhuon depuis deux ans (une section de 45 adhérents), Pierre-Yves Liziar venait d’achever une campagne de 1er tour dynamique avec « L’union pour le Relecq-Kerhuon » (PS, PCF, UDB, Citoyens) conduite par Laurent Péron, campagne qui a permis à l’équipe renouvelée de la majorité sortante de faire un score de 47%, contre 27% à la LREM, et 26% à la liste soutenue par EELV. Sans l’abstention liée au Coronavirus, la liste serait sans doute passée au 1er tour, avec plus de 50%, ce qui aurait permis d’installer le nouveau conseil municipal fin mai probablement. Là, les cartes sont un peu rebattues mais la liste d’union de la gauche, avec des forces politiques qui gèrent la ville ensemble à gauche depuis plusieurs mandats dans cette belle commune littorale active de 12 000 habitants, limitrophe de Brest, où le PCF est bien implanté – le père de Pierre-Yves, Guy, ayant d’ailleurs lui-même été élu maire du Relecq en 77  devrait être réélue quand les élections seront à nouveau organisées.

Les communistes y auront entre six et huit élus en fonction des scenarii, dont trois adjoints, des conseillers délégués, un mandat communautaire, comme dans le mandat qui se termine.

Cette présence communiste est utile pour consolider la politique sociale, mais aussi associative et culturelle (Isabelle Mazelin à la culture a eu par exemple une action très reconnue depuis plusieurs mandats, avec de nombreuses réalisations). Le Relecq-Kerhuon par exemple, dans cette période de Coronavirus, a décidé assez vite, à l’exemple de Brest, de verser un chèque bon d’achat alimentaire de 150€ par enfant (225€ en comptant mars/avril), pouvant être dépensé dans les magasins locaux du Relecq-Kerhuon, pour faire des courses alimentaires, à destination des familles les moins favorisés qui bénéficiaient de tarifs dégressifs à la cantine.

Pierre-Yves Liziar, 48 ans, exerce par ailleurs la profession d’enseignant. Il est professeur des écoles à Guipavas. Dans ce cadre, dès le 16 mars, il a assuré pendant un mois la continuité pédagogique et l’enseignement à distance avec ses élèves par temps de confinement. Il s’est porté volontaire pour encadrer les enfants de soignants dans son école un jour par semaine et sinon, son temps a été bien occupé, à préparer ses leçons, exercices, révisions, à mettre en ligne pour que les parents et enfants y aient accès, à éviter que l’enseignement à distance n’aggrave les inégalités scolaires, à gérer l’hétérogénéité des élèves, entre ceux qu’il ne faut pas submerger de travail et ceux qui sont demandeurs et ont plus de facilités, à qui il faut donner du grain à moudre. Répondre aux questions des enfants, des familles, communiquer avec les familles des enfants qui allaient moins travailler, ou avaient plus de difficultés, fut son lot quotidien pendant un mois. Le travail sur informatique impose à tous du matériel à disposition, pas évident quand on partage son poste d’ordinateur avec ses enfants, pas évident non plus pour bon nombre de familles qui ne sont pas tous bien équipées (ordinateur, imprimante). Il a fallu s’habituer à un nouveau rythme et à des nouvelles contraintes de travail, avec des préparations différentes, plus de suivi individualisé.

Parallèlement, en tant que conseiller municipal délégué, au handicap, Pierre-Yves a pris contact avec les associations en lien avec le handicap, leur demandant si elles avaient besoin d’une spécifique, et comme ses collègues élus, en lien aussi avec les services municipaux du Relecq-Kerhuon, ils ont organisé la solidarité vis-à-vis des personnes âgées les plus isolées ou les plus fragiles, dans un premier temps celles qui avaient été déjà identifiées lors du plan canicule, puis toutes les personnes âgées volontaires. Concrètement, cela consiste à appeler environ 3 à 4 fois par semaine 2 à 3 personnes pour vérifier qu’elles aillent bien et à faire les courses aussi pour les anciens qui ne peuvent le faire. Pierre-Yves fait ainsi les courses pour deux ou trois personnes tous les vendredis. Il apprécie ce rapport d’élu de terrain et ce lien de proximité avec les personnes âgées et assure qu’avec la majorité municipale, ils réfléchissent à comment garder le lien avec eux après le confinement. Le travail municipal est quelque peu perturbé évidemment par le confinement mais l’équipe se réunit quand même avec les services par viséoconférence toutes les semaines pour s’adapter à l’évolution des directives et aux problématiques de vie quotidienne liées au Covid-19, au confinement et à la continuité du service public.

C’est aussi par viséoconférence que Pierre-Yves Liziar a participé en tant qu’élu de la CGT Educ’action au CTSD le premier mercredi des vacances, le 15 avril, sur la carte scolaire, ne votant pas le projet de la DASEN et se disant très déçu par le peu d’écoute que l’institution a pour la parole des représentants syndicaux, toutes tendances confondues. Une parodie de démocratie sociale, regrette-t-il de constater. La rentrée des élèves le 11 mai? Cela lui parait très problématique. Comment gérer les distances barrières avec une classe entière, comment assurer les distances et les gestes qui protègent contre la propagation du virus à la cantine, à la récré quand il pleut, en maternelle, quand les gamins vont aux toilettes? Pierre-Yves est donc interrogatif sur le bien-fondé et les modalités de la sortie du confinement pour l’école le 11 mai alors que les étudiants ne reprendront qu’en septembre. Évidemment, il fera tout pour que les enfants continuent à apprendre dans des conditions les plus protectrices possibles.

D’ici là, ce sont des vacances scolaires en famille, qui vont continuer à être rythmées par le travail municipal et le lien aux adhérents car la période nécessite beaucoup de communication, de réflexion et d’échanges.
 

 

 

 

 

 

 

 

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère. 13/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère.

13/ Guy Liziar (1937-2010)

Notice biographique du Maitron en ligne – Jacques Girault et Alain Prigent

Né le 7 février 1937 à Quimerch (Finistère), mort le 14 novembre 2010 à Brest (Finistère) ; instituteur ; militant communiste dans le Finistère, maire du Relecq-Kerhuon.

Fils d’un ajusteur mécanicien et d’une future couturière d’opinions communistes, Guy Liziar reçut les premiers sacrements catholiques. Il obtint le baccalauréat « Mathématiques élémentaires » et devint instituteur. Après avoir travaillé comme surveillant dans un collège technique, il enseigna à Treffiagat et à Lesconil, à l’école primaire Kergoat dans la ZUP de Brest, puis à partir de 1970, au Relecq-Kerhuon. Il se maria en août 1963 au Relecq-Kerhuon avec Marie-Louise Léost, assistante sociale, communiste, fille d’un maçon socialiste. Le couple eut trois enfants puis divorça. Liziar se remaria en mai 1992 au Relecq-Kerhuon, avec Marie-Hélène Aubert, fille d’un secrétaire comptable à l’arsenal maritime de Brest.

Membre du Syndicat national de l’enseignement technique en 1958, Liziar devint membre du Syndicat national des instituteurs.

Liziar adhéra au Parti communiste français et aux Jeunesses communistes en mars 1959. Il entra au bureau de la fédération des JC, puis fut membre du secrétariat de la section communiste du Relecq-Kerhuon, chargé de l’organisation et de la commission des fêtes. Responsable de l’organisation départementale de Loisirs et vacances de la Jeunesse, il entra au comité de la fédération communiste en 1966, puis de la fédération Finistère-Nord à partir de 1972, responsable de la commission « vie municipale et cantonale » à la fin des années 1970, et y resta jusqu’en 1987, année où il demanda à être libéré pour s’investir davantage dans les associations.

 

 

Il était en effet membre du conseil d’administration du patronage laïque et militait dans le comité local de l’association de parents d’élèves. Depuis 1964, il avait créé des centres nautiques (Esquibien près d’Audierne, puis Lechiagat-Le Guilvinec, puis du Relecq-Kerhuon et de Camfrout). Il créa en 1977 une association TUL qui se transforma après des difficultés, à partir de 1990, en « Association vacances, évasions, loisirs » qui acheta la « Résidence-club Le Savoy » au Grand-Bornand (Haute-Savoie) dont il s’occupa avec d’autres bénévoles.

Liziar fut le suppléant du candidat communiste Yves Cam aux élections législatives dans la troisième circonscription (Landerneau) en 1967 et en 1968. Candidat aux élections législatives dans cette circonscription (Brest II) en 1973, il obtint 3 392 voix sur 64 760 inscrits (6, 18 % des suffrages exprimés au premier tour). Candidat aux élections législatives de 1978 dans la même circonscription (5 402 voix au premier tour, 77 410 inscrits), au Conseil général en 1970 (canton de Landerneau), en 1973, en 1976 (canton de Brest 2, Guipavas-Kerhuon-Guesnou), en 1982 dans le septième canton de Brest, il fut également candidat aux élections régionales.

Candidat sur la liste présentée par le PCF aux élections municipales de 1971 au Relecq-Kerhuon, chef de file des communistes sur la liste d’union de la gauche en 1977, Liziar fut élu et devint maire de la commune. Pendant son mandat, il réalisa des aménagements de logements sociaux, une maison des associations et une salle des fêtes.

Vice-président de la communauté urbaine de Brest, il fut chargé des questions des eaux, de l’assainissement, de la collecte des déchets et du service public de ramassage. Il présidait aussi le syndicat mixte de l’aménagement hydraulique de l’Elorn et de la rivière de Daoulas (construction du barrage de Drennec). Il fut élu, le 25 novembre 1979 au congrès de Pantin, au conseil national de l’association des élus communistes et républicains. La liste qu’il conduisait fut battue en 1983 par la droite mais il resta conseiller municipal minoritaire jusqu’en 2008. Il apporta son soutien à la liste d’union conduite par un militant socialiste qui l’emporta contre la droite qui administrait la commune depuis 1983.

Liziar mourut à la clinique Pasteur de Brest. La presse régionale et diverses personnalités de tendances politiques différentes lui rendirent hommage.

Sources :

 

Les émissions et journaux en langue bretonne sur France Bleu Breizh Izel doivent reprendre !-PCF Finistère- Communiqué du 19 avril 2020.

 

 

Communiqué du 19 avril 2020

Les émissions et journaux en langue bretonne sur France Bleu Breizh Izel doivent reprendre !

Le service public d’information est un vecteur essentiel pour une information de qualité et une conception démocratique de la culture impliquant sa dimension populaire et vivante, et donc l’existence publique, la promotion des langues et cultures régionales, ainsi que la mise en avant des activités de créations et des activités sociales porteuses de sens sur tout le territoire, en dehors d’une vision uniforme et standardisée de la culture.

C’est pourquoi nous regrettons que France 3, dans le sens d’une recentralisation dictée par des règles d’austérité et d’une réduction des postes, ait réduit sa voilure il y a trois ans dans les territoires et ait moins de moyens et de temps d’information locale pour le Finistère.

C’est pourquoi aussi, aujourd’hui, à l’instar du syndicat SNJ CGT des journalistes, la fédération PCF du Finistère dénonce la suspension des émissions bretonnantes sur France Bleu Breizh Izel depuis le début de la crise du Covid-19.

Pourquoi les émissions et rendez-vous d’information en langue bretonne devraient-ils s’arrêter sur la radio publique régionale dépendant du réseau France Bleu de Radio France? C’est la première fois depuis 1982 que l’on n’entend plus de breton sur le service public. Les locuteurs bretons et les habitués de ces émissions ont-ils disparu pour autant pendant la crise du coronavirus? Veut-on nous habituer à des renoncements plus durables?

Pourtant, le lien aux langues et cultures régionales fait partie des obligations de service public de Radio France depuis la décentralisation. Pourquoi ne plus permettre en Bretagne aux journalistes bilingues de faire leur métier alors que les émissions en langue basque, par exemple, sur France Bleu pays basque, ont été maintenues?

Le PCF Finistère demande un rétablissement rapide des émissions et journaux en langue bretonne sur France Bleu Breizh Izel.

Nous voulons des garanties de long terme sur la représentation des langues et cultures régionales dans le service public d’information qui doit être partiellement décentralisé et avoir les moyens de produire une information et des contenus culturels de qualité. Notre langue bretonne est un patrimoine commun précieux qu’il est du devoir des médias publics de faire entendre et connaître.

PCF – Fédération du Finistère

 

Les grèves de 1950 à Brest, la mort d’Edouard Mazé et l’amputation de Pierre Cauzien – excellent dossier dans la Lettre aux adhérents du collectif finistérien de l’IHS CGT Bretagne

Nous mettons en ligne en pièce jointe le très beau dossier réalisé par le collectif finistérien de l’IHS CGT sur les grèves de 1950 et la répression ayant causé la mort de notre camarade Édouard Mazé, l’amputation de notre camarade Pierre Cauzien.

En complément de ce dossier vous pourrez trouver des articles consacrés à nos camarades publié sur Rouge Finistère.




PDF lettre-aux-adherents-n-11-3

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère. 12/ Pierre Cauzien (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère.

12/ Pierre Cauzien (1922-2009)

 » Pierre Cauzien, figure du militantisme brestois, s’est éteint samedi matin, à l’âge de 86 ans. Lors de la manifestation du 17 avril 1950, Pierre Cauzien avait perdu une jambe. Il avait alors 27 ans, délégué de la CGT, il travaillait à l’arsenal. La manifestation avait coûté la vie à Edouard Mazé. À 86 ans, Pierre Cauzien n’avait oublié aucun détail de cette triste journée où la manifestation d’ouvriers s’était traduite par cette mort par balle. Pierre Cauzien s’est alors beaucoup battu pour faire la lumière sur ce qu’il qualifiait de « drame social ». Il était toujours adhérent du Parti communiste. Il faisait aussi partie de la section CGT des retraités » (Ouest-France, 13 avril 2009)

Notice du Maitron (établie par Claude Pennetier):

Né en 1922 à Lesneven (Finistère), mort le 11 avril 2009 ; ouvrier à l’Arsenal de Brest ; grièvement blessé lors la manifestation du 17 avril 1950.

Le père de Pierre Cauzien mourut peu après sa naissance. Il fut élevé par sa tante au Cléguer, à Plougastel, où il alla à l’école. Une bourse lui a permis de poursuivre ses études et de rentrer à l’arsenal comme traceur de coques. Syndicaliste CGT, il participa à la grève et à la manifestation de soutien aux ouvrièrs du bâtiment le 17 avril 1950. En arrivant à la sous-préfecture les policiers entreprirent de disperser le cortège. Les pavés volèrent et la police tira, tuant l’ouvrier Édouard Mazé et blessant au mollet Cauzien. À l’hôpital, le chirurgien retira la « balle de gradé » qui lui avait coûté la jambe. Une vingtaine d’autre manifestants furent blessés.

Il resta handicapé. L’enquête après ces événements s’était conclue par un non-lieu, estimant impossible d’établir qui avait tiré. Cauzien chercha longtemps à faire reconnaître qu’il n’avait pas été victime d’un accident.

Josiane Mazé, la fille de Pierre Cauzien, raconte: «Il se défendait de la gloire d’avoir fait partie de la Résistance», malgré son rôle de passeur, de porteur de messages… Pour lui, cela n’avait rien à voir avec ceux qui «avaient risqué leur vie». ( photo publié par le Télégramme lors de la mort de Pierre Cauzien, en 2009)

 

 

 

Article Télégramme :

Publié le 29 mai 2007

https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20070529&article=952345&type=ar

Kris, l’un des auteurs de la BD « Un homme est mort » était aux côtés de Pierre Cauzien, lors de la conférence donnée à la médiathèque.

Pierre Cauzien, mémoire de la BD de Kris et Davodeau

En clôture de l’exposition « Un homme est mort », bande dessinée de Kris et Davodeau, relatant une page sombre de la reconstruction de Brest, la médiathèque de Bellevue a organisé, mercredi 23 mai, une rencontre avec Pierre Cauzien, témoin et victime des événements dramatiques évoqués dans la bande dessinée. l’époque des faits, qui aboutirent à la mort d’Édouard Mazé, le 17 avril 1950, Pierre Cauzien était jeune ouvrier de l’arsenal et simple militant CGT. Il a lui-même été blessé par balle et amputé d’une jambe quelques jours plus tard. À 85 ans, Pierre Cauzien a conservé intact dans sa mémoire le souvenir de ces événements dramatiques. Kris et Davodeau ont fait appel à lui pour reproduire les faits, au travers de la bande dessinée « Un homme est mort » qui a, depuis sa sortie en octobre 2006, reçu plusieurs prix.

Une BD de combat

« Je n’aurais jamais imaginé que la BD puisse traiter ce sujet , souligne Pierre Cauzien. Compte tenu des circonstances actuelles, je trouve que les auteurs font preuve d’un grand courage, en se lançant dans une BD de combat. Je les en remercie. Le comportement des années 50 s’explique par ce qui s’est passé quelque temps auparavant, avec la guerre, l’Occupation. Il y a des analogies avec ce qui se passe actuellement. J’en ai connu des trahisons et des changements de vestes. Ce n’est pas une démarche personnelle. Quand la gauche était au pouvoir, j’aurais voulu que l’on en fasse une affaire collective ».

 

 

Source :


 

 

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère. 11/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère:

38/ Edouard Mazé (1924-1950)

Ouvrier du bâtiment ; militant de la CGT à Brest (Finistère).

Frère du secrétaire général du syndicat CGT du bâtiment de Brest (manoeuvre chez Sainrapt et Brice), Édouard Mazé fut tué par les forces de l’ordre d’une balle en pleine tête lors de la manifestation du 17 avril 1950 à Brest.

Presque entièrement détruite en 1944, encore un énorme chantier de reconstruction en 1950, Brest vit de plein fouet les tensions de la guerre froide en pleine guerre d’Indochine.

Au mois de janvier avait déjà eu lieu dans le Finistère la grève des carriers d’Huelgoat, rejoints par les marins-pêcheurs qui protestent contre les importations de poissons puis par les fonctionnaires de Brest qui réclament le maintien de l’indemnité qui leur est versée au titre de « ville sinistrée ».

« Le 19 mars, ce sont plus de 5 000 ouvriers du bâtiment qui entrent à leur tour en grève, afin d’obtenir une augmentation de salaire. Ils sont bientôt suivis par les dockers du port de Brest et, peu à peu, la cité finistérienne prend des allures de forteresse assiégée par la grève générale.  Elle durera plus d’un mois et sera sanglante.

Les manifestations se succèdent devant un impressionnant déploiement de forces de police jusqu’à la tragique journée du 17 avril 1950 : une fusillade éclate et Edouard Mazé, 26 ans, frère du secrétaire du syndicat du bâtiment, affilié à la CGT, s’effondre. Au final, le bilan est très lourd : un mort, de nombreux blessés dont certains gravement, à l’image de Pierre Cauzien, qui est amputé d’une jambe cinq jours plus tard. Edouard Mazé devient instantanément un emblème de la répression policière et se forge autour de lui une mémoire d’autant plus vive que l’enquête diligentée aboutit à un non-lieu » (Erwan Le Gall, site internet En Envor).

Sa mort provoqua un grande émotion et fait partie de la mémoire ouvrier de la ville et de la région. Ses obsèques ont lieu le 19 avril 1950. Un cortège accompagne les proches de l’ouvrier sur la tombe duquel figure l’épitaphe « Mort pour le pain, la paix et la liberté ». L’enquête lancée à la suite de ce drame, au cours duquel un autre militant, Pierre Cauzien, est grièvement blessé, a abouti à un non-lieu.

Le cinéaste finistérien René Vautier, 20 ans, communiste, tout jeune auteur du brûlot anti-colonial « Afrique 50 »,  se rend clandestinement à Brest à la demande de la CGT pour relater cette fin tragique dans son film Un Homme est mort (film disparu, mais à l’époque projeté 88 fois dans les rues de Brest, la 89e projection lui ayant été fatale), dont le titre et l’histoire ont été repris par une belle bande dessinée de Kris et Davodeau (Futuropolis, 2006), base d’un long métrage d’animation de Olivier Cossu sorti en 2017.

Ce titre « Un homme est mort » est emprunté à un poème d’Eluard en hommage au journaliste de L’Humanité et militant communiste Gabriel Péri, fusillé par les Nazis:

Un homme est mort qui n’avait pour défense
Que ses bras ouverts à la vie
Un homme est mort qui n’avait d’autre route
Que celle où l’on hait les fusils
Un homme est mort qui continue la lutte
Contre la mort contre l’oubli

Car tout ce qu’il voulait
Nous le voulions aussi
Nous le voulons aujourd’hui
Que le bonheur soit la lumière
Au fond des yeux au fond du cœur
Et la justice sur la terre

Il y a des mots qui font vivre
Et ce sont des mots innocents
Le mot chaleur le mot confiance
Amour justice et le mot liberté
Le mot enfant et le mot gentillesse
Et certains noms de fleurs et certains noms de fruits
Le mot courage et le mot découvrir
Et le mot frère et le mot camarade
Et certains noms de pays de villages
Et certains noms de femmes et d’amies
Ajoutons-y Péri
Péri est mort pour ce qui nous fait vivre
Tutoyons-le sa poitrine est trouée
Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux
Tutoyons-nous son espoir est vivant.

Paul Éluard

Après les grèves du bâtiment de 1950 et la mort d’Edouard Mazé le 17 avril 1950, le député communiste de Brest Gabriel Paul, ami  de Pierre Cauzien, a accompagné la grande grève des travailleurs de l’Etat en 1951 et joué un rôle décisif à l’Assemblée Nationale pour la promulgation du décret du 22 mai 1951 qui alignait les salaires des travailleurs de l’Etat sur ceux des métallurgistes de la région parisienne. 1950 fut, dans le contexte de la lutte contre la guerre d’Indochine, des mouvements ouvriers et populaires dans un climat d’exaspération sociale liée à la misère, et de guerre froide, une période d’anti-communisme d’État très violent: ainsi les députés communistes du Finistère, Alain Signor et Marie Lambert, furent emprisonnés cette année-là pour avoir manifesté contre la guerre d’Indochine, comme Jacques Duclos, lui-même, pourtant figure de la résistance.

 

Cocos, confinés et actifs ! – Témoignage de Christian Beaumanoir dans la presqu’île de Crozon.

A l’image d’autres militants communistes finistériens, comme Martine Le Nozerh, qui s’occupe d’une jeune réfugiée syrienne à Plozévet, plusieurs autres étant aussi engagés avec le Secours Populaire ou dans d’autres réseaux de solidarité, notre camarade Christian Beaumanoir, secrétaire de section du PCF sur la presqu’île de Crozon, ancien cheminot et responsable de la CGT Cheminots, ancien élu municipal et qui milite toujours à la CGT Finistère ainsi qu’au Secours Populaire, ne chôme pas en ces temps de Corona virus.

Il y a d’abord l’engagement au Secours Populaire pour cet homme qui a bien connu Julien Lauprêtre, « un communiste d’envergure et un mec extraordinaire ».

Un engagement au Secours populaire de Crozon, dont il est le trésorier, plutôt du côté logistique et organisation que distribution alimentaire, même s’il lui arrive de livrer des personnes isolées, et d’aller chercher des aliments. Le comité Secours populaire de Crozon travaille avec 45 bénévoles, dont 20 ou 25 sont actifs régulièrement, les autres s’engageant dans les collectes alimentaires deux fois dans l’année. Il peut compter sur l’apport de deux véhicules, une camionnette et un camion. 110 à 120 familles reçoivent des produits alimentaires.

Le secours populaire de Crozon ne s’est pas arrêté de distribuer des aliments pendant le Covid-19: les usagers viennent à heure fixe, une fois par semaine, mais le Secours populaire est ouvert tous les jours de semaine, le matin. L’équilibre financier est plus précaire en ces temps de corona virus avec la fermeture imposée du vestiaire à vêtements où l’on peut trouver des fringues pas chères dont la vente permet de trouver des recettes pour le Secours pop.

A l’année, pour le secours populaire de Crozon, cela représente 50 000€ de recettes. Le comité ne travaille qu’avec 3000€ de subventions, 5000 à 6000€ de dons annuels, il reçoit l’équivalent de 240 000€ de nourriture à date limite d’un supermarché comme Leclerc qui valorise ensuite ses dons par un procédé de défiscalisation. 4 ou 5 passages au Leclerc sont faits chaque jour pour aller chercher de la nourriture. Les FAED, fonds d’aides européens, représentent des produits de première nécessité comme le sucre, la farine, poisson congelé, etc: c’est à peu près 25% de ce que distribue le comité du secours populaire de Crozon pendant l’année.  Mais on les reçoit de plus en plus tard.

Ces aides européennes menacées et dont le maintien avait été défendu ardemment à l’époque par le député européen communiste Patrick Le Hyaric, devraient être sérieusement amputées dans le cadre de la réforme de la PAC et des orientations libérales de l’UE, sauf virage contraire. Tous les ans, le comité du Secours populaire de Crozon achète aussi pour 7000 ou 8000€ de produits frais à des agriculteurs locaux pour compléter les produits proposés aux usagers. Christian Beaumanoir y travaille comme bénévole au côté de Claude Boulic, l’ancien secrétaire général du comité, devenu aussi adhérent du PCF à la dernière fête de l’Humanité. L’augmentation de la pauvreté sur la presqu’île de Crozon se ressent. « Des gens qu’on avait pas vus depuis des années reviennent. La fréquentation du Secours populaire est aussi tributaire des cycles économiques. Mais on a pas mal de travailleurs pauvres que l’on aide. Des gens qui doivent faire des kilomètres en voiture pour bosser dans l’agro-alimentaire et qui n’ont pas les moyens de faire le plein. Tous les ans, on dépense environ 8000€ pour l’aide aux travailleurs (pleins d’essence, aides pour payer les formations, les déplacements) et pour financer des aides aux sorties des enfants organisées avec le comité départemental du Secours Populaire ».

Comme militant du secours populaire, et en partenariat avec des bénévoles d’un collectif qui regroupe aussi des enseignants, des militants de la LDH, Christian Beaumanoir s’occupe aussi d’une famille tchétchène installée sur la presqu’île de Crozon pour lui livrer de la nourriture, l’aider dans ses déplacements, rencontrer le principal et les profs du collège pour assurer la continuité pédagogique avec les enfants, prendre leurs livres et leurs cours. Il salue à cet égard l’engagement formidable des enseignants et personnels du collège public de Crozon pour assurer la continuité pédagogique et le lien scolaire avec la famille. Avec une copine, il a aussi suivi et porté toute la procédure pour la demande d’asile de cette famille, avec pour l’instant des portes qui ne cessent de se fermer alors que le père est en danger en Tchétchénie: OFPRA, CNDA, et maintenant une OQTF. Malgré tout, 300 personnes soutiennent cette famille sur la presqu’île et continuent à se battre et à travailler pour faire valoir ses droits et la réalité du droit d’asile sur notre territoire français et breton. Ce collectif assure aussi l’aide minimale dans cette période particulière du confinement.

Après avoir suivi de très près la grève des cheminots contre la réforme des retraites et avoir aidé à remplir la caisse de solidarité pour les grévistes, Christian Beaumanoir, même confiné, continue à agir pour les causes qui lui sont chères, à commencer par celle de la solidarité.

 

SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS – COMITE DE LA PRESQU’ILE DE CROZON

APPEL AUX DONS

Depuis l’obligation de confinement pour combattre la propagation du coronavirus, le comité de Crozon ne dispose plus des ressources financières de son boutique solidaire qui lui permettaient de répondre à tous les besoins de solidarité pour les habitants de tous âges de la Presqu’ile.

La solidarité alimentaire n’a jamais été interrompue, les locaux du 38 rue de la Marne sont ouverts de 10H00 à 11H00 tous les jours de la semaine à l’exception du vendredi et du dimanche. De nombreux bénévoles maintiennent leurs engagements pour répondre aux besoins alimentaires et autres, y compris en livrant les colis alimentaires et sanitaires à domicile quand les bénéficiaires ne peuvent pas se déplacer. Nous assurons cette solidarité dans ce contexte difficile en complémentarité des actions du secours catholique et des restaurants du cœur de la presqu’Ile.

Pour continuer à assumer cette solidarité indispensable à de nombreuses familles et personnes en difficulté sur les 7 communes de la Presqu’ile, nous sollicitons votre générosité financière par l’envoi de dons de tout ordre à l’adresse suivante :

Secours populaire Comité de Crozon

38, rue de La Marne 29160 Crozon

Par avance nous vous remercions de votre générosité qui nous permettra de répondre à tous les besoins cruciaux durant la durée de ce confinement.

 

 

 

 

 

le PCF de Carhaix-Huelgoat réclame plus de solidarité nationale (Le Télégramme, Carhaix)

Selon la section du Parti communiste français de Carhaix-Huelgoat, « l’allocution d’Emmanuel Macron de lundi soir n’est pas à la hauteur des attentes des Français et Françaises. Rien sur la solidarité nationale concernant le retour de l’ISF, la taxation des revenus financiers et une politique volontariste pour récupérer les milliards placés dans les paradis fiscaux. Rien sur la demande de paiement à 100 % pour les salariés en chômage dû au confinement ». Dans un communiqué, le porte-parole de la section, Pierre-Yves Thomas, estime aussi que « les activités économiques non essentielles devraient être arrêtées. Il n’est pas possible d’affirmer que l’on veut protéger les populations et laisser en même temps le patronat faire repartir la production dans des secteurs qui ne sont pas immédiatement vitaux pour le pays. Rien ne justifie par ailleurs la poursuite des mesures dérogatoires au droit du travail : elles doivent être abrogées. Les réformes des retraites et de l’assurance chômage définitivement abandonnées.

Toujours pas de distribution de masque à la population ni de tests. Toujours un manque de matériels pour celles et ceux qu’il nomme des héros ! » Le PCF dit par ailleurs son « incompréhension concernant la reprise des cours scolaires à la mi-mai. Comment comprendre que l’on pourra envoyer nos enfants en classe et dans quelles conditions ? Avec ce que cela sous-entend, au-delà des enseignants, réouverture des cantines, mise au travail des Asem, des services de nettoyage, des cars scolaires… Il faut rester confiné ! Et dans le même temps les salariés sont remis au boulot. En cela il répond positivement au vœu du Medef. Le fric avant la vie », conclut-il.

Le Télégramme, 17 avril 2020

https://www.letelegramme.fr/finistere/carhaix/le-pcf-reclame-plus-de-solidarite-nationale-17-04-2020-12540716.php

Carte scolaire: le PCF demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes dans les écoles publiques finistériennes du premier degré. Communiqué du PCF Finistère.

Communiqué du PCF Finistère – 16 avril 2020

Carte scolaire: le PCF demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes dans les écoles publiques finistériennes du premier degré

Nous sommes en guerre, disent-ils… Nous réfutons bien sûr la pertinence de cette sémantique qui vise à étouffer le débat et préparer les sacrifices des libertés et des droits en instrumentalisant la crise, mais une chose est sûre: l’épidémie et les conséquences de la crise sanitaire amplifiée par les politiques libérales menées depuis des années impactent très fortement les enfants et l’éducation. Ce n’est pas à nos enfants d’en faire les frais!

Sortir de cette crise avec un « monde d’après » meilleur, sortir mieux armés contre d’autres catastrophes suppose d’investir avec ambition dans le service public, et en particulier le service public d’éducation et la recherche.

C’est pourquoi, en cette période d’extrême fragilisation du service public d’éducation liée à la crise sanitaire du Covid-19, aux difficultés d’assurer la continuité pédagogique dans le confinement des élèves et enseignants, et pour ne pas réagir par l’indifférence à l’engagement très fort des enseignants du premier degré et des parents pour l’intérêt pédagogique des enfants, la fédération du Finistère du Parti communiste français demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes liées au projet de carte scolaire.

Il ne faut pas fragiliser davantage nos écoles publiques et nos enfants.

Nous remarquons que l’évolution de la démographie scolaire en Bretagne révèle une accentuation des déséquilibres territoriaux au profit de l’est breton et de l’Ille-et-Vilaine, dans une logique de métropolisation, d’attirance vers la capitale et l’axe Rennes-Nantes, attirant l’essentiel des investissements, des emplois et des actifs, au détriment de l’ouest breton. Les annonces d’ouvertures et de fermetures de postes révèlent ce déséquilibre territorial qui s’aggrave: + 36 postes en Ille-et Vilaine,, moins 2 postes dans le Finistère,  moins 5 dans les Côtes d’Armor, moins 1/2 dans le Morbihan.

L’hémorragie des postes qui été initialement programmée a été contenue grâce à la fronde légitime des élus du monde rural qui ont réussi à obtenir des moyens supplémentaires pour qu’il n’y ait pas de fermeture d’écoles en milieu rural sans accord du maire dans les communes de moins de 5000 habitants. La Bretagne devait perdre perdre au départ 41 postes dans le premier degré (et le Finistère 20 postes sur ces 41) mais finalement, les rectifications aux annonces initiales qui ont été faites en mars lui permettent de gagner 30 postes. C’est l’Ille-et-Vilaine qui bénéficie au final exclusivement de ce gain global de postes dans le premier degré, grâce à son plus fort dynamisme démographique.

Dans le Finistère, la DASEN dans sa communication a trop tendance à opposer les filières les unes aux autres en faisant le lien entre les fermetures en filière monolingue et l’ouverture de classes en filière bilingue, ce qui n’est pas un service à rendre au développement de l’enseignement en breton, que nous défendons, tout particulièrement dans le cadre de l’enseignement public bilingue.

Ainsi, la DASEN annonce trois transformations de postes en bilingue. Cette façon de tricher parait grossière, privant ces écoles du moratoire espéré sur les fermetures. C’est mal vécu, et on le comprend, par les écoles en question qui n’ont rien demandé.Cette mauvaise habitude de mettre en concurrence les filières est très dommageable pour le breton car beaucoup d’équipes sont maintenant très rétives aux filières bilingues, ce qui est évidemment très grave pour notre avenir commun à tous en Bretagne. La DASEN du Finistère porte sans scrupule cette énorme responsabilité.

Nous déplorons qu’il n’y ait que 3 ouvertures en monolingue alors qu’il restait des demandes d’écoles, justifiées par les prévisions d’effectifs sur l’année scolaire 2020-2021.

Un refus de création de poste en particulier à l’île Tudy où la DASEN refuse d’entendre que le recrutement s’est beaucoup accéléré (9 PS1 prévus à la rentrée) et les collègues vont se retrouver à 28 ou 29 de moyenne pour 2 classes. C’est inacceptable d’autant que tous les acteurs sont très soudés sur le développement de l’école et que la mairie investit beaucoup en logements sociaux. C’est la fuite sur l’école privée de Combrit assurée.

Nous regrettons surtout que l’approche gouvernementale tende à opposer des moyens sanctuarisés provisoirement dans les écoles de milieu rural tandis qu’on peut continuer à les réduire dans les écoles de quartiers urbains souvent défavorisés.

Il y a ainsi des fermetures de postes et de classes difficiles à admettre.

Brest paie un lourd tribut à ces fermetures de postes avec 4 fermetures dans les écoles Sanquer, Jacquard, Jean Macé, Kérichen.

C’est le cas aussi de Douarnenez, avec une suppression à l’école publique Victor Hugo, école d’un centre ville qui continue une dégringolade qui profite au privé dans un contexte social très difficile. La mairie de Douarnenez porte deux responsabilités : Ne pas avoir défendu l’école publique par principe. Leur mollesse est évidente. Ne pas s’engager suffisamment dans une réflexion sur le centre ville et la mixité sociale.

Les dédoublements promis en Grande Section en REP (Réseau d’éducation prioritaire) se font finalement seulement dans trois écoles mais on y supprime les postes « plus de maitres que de classe ». Il n’y a donc aucun moyen supplémentaire en REP contrairement à ce qui avait été annoncé. Avec Macron et Blanquer, une promesse en chasse une autre et ce n’est que de la com. Nos enfants méritent mieux que des effets de manche.

Le manque de moyens dans les dispositifs d’accompagnement des allophones et des primo-arrivants reste criant. A ce titre on peut regretter et dénoncer la suppression de demi poste d’UPE2A à l’école Gambetta de Morlaix, une école populaire qui a déjà perdu des moyens sur les 4 dernières années, et qui est fortement concurrencée par le privé. Il manque encore des moyens pour faire réussir les enfants dont le français n’est pas la langue maternelle, notamment sur Morlaix et Landivisiau où l’industrie et l’agro-alimentaire recrutent, et sur Brest. C’est le même problème dans le second degré où les moyens pour les allophones et primo-arrivants ne sont clairement pas à la hauteur.

Parce que la qualité de l’éducation n’a pas de prix, le Parti communiste soutient et accompagne la lutte des parents d’élèves, des personnels, des citoyens et des élus pour la défense des moyens de leurs écoles publiques.

Brest, le 16 avril 2020

Décès de camarades et sympathisants de la fédération du PCF Finistère – l’hommage de la Fédération.

Plusieurs camarades et sympathisants du PCF Finistère nous ont quittés ces derniers jours.

– Suzanne Douarinou, membre du Parti depuis 1972 et âgée de 91 ans.

– Bernadette Champon, qui habitait Fouesnant mais était désormais en maison de retraite. Elle avait 96 ans et était adhérente depuis au moins une quarantaine d’années (Denise Blanche l’a connue à son arrivée en 86). Elle était institutrice à Pleuven avant d’être en retraite.

– Jessie Charlot. Ancienne secrétaire de la cellule Alain Le Lay de Lesconil jusqu’en 2010, elle fut conseillère municipale PCF de Plobannalec Lesconil. Elle avait adhéré au PCF en 1955 et était le fer de lance des fêtes d’été du PCF Pays Bigouden, surtout celle du Travailleur de la mer.

– Michel Larzul décédé en mars d’une longue maladie. Michel, médecin psychiatre et avait travaillé notamment à l’hôpital Gourmelen de Quimper, était le fils de Denise et Basile Larzul, le frère de l’avocat Claude Larzul. Il n’était pas adhérent mais avait toujours apporté son soutien au PCF, le parti de ses parents, par des souscriptions tous les ans.

Je voudrais exprimer toute la reconnaissance des communistes du Finistère à ces camarades pour leurs décennies d’engagement pour la cause d’une société plus égalitaire, plus juste et fraternelle.

 

Nous transmettons notre sympathie aux membres des sections du Cap Sizun, de Fouesnant, de Quimper, du Pays Bigouden, aux familles et amis de Suzanne Douarinou, Bernadette Champon, Jessie Charlot, Michel Larzul.

 

Fraternellement,

 

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère.

 

Hommage à Jessie Charlot, militante communiste et cégétiste du Pays Bigouden, décédée début avril 2020 à 87 ans.

Ce matin, jeudi 16 avril 2020, des camarades du PCF Pays Bigouden nous ont informé du décès la semaine dernière, samedi 11 avril, de notre camarade de Plobannalec Lesconil Jessie Charlot, à l’âge de 87 ans.

Elle souffrait d’une maladie et de problèmes respiratoires depuis plusieurs années.
Une cérémonie sera organisée avec la famille et ses camarades du pays bigouden pour un hommage après le confinement à la salle de l’amicale laïque à Lesconil.
 

Jessie Charlot à une réunion du PCF dans le Pays Bigouden au côté de Guy Laurent (photo Patrick Gloaguen)

Ancienne secrétaire de la cellule Alain Le Lay de Lesconil jusqu’en 2010, où elle fut alors remplacée par Patrick Gloaguen, ancien pêcheur, elle fut adjointe et conseillère municipale PCF de Plobannalec Lesconil. C’était « Madame la Rouge » de Lesconil, nous dit Patrick Gloaguen, très connue et reconnue par tout le monde, une combattante.

 

Embauchée à 14 ans à l’usine Billet de Lesconil où l’on « traitait » la langoustine, le thon, le maquereau, le crabe, elle est devenue déléguée syndicale CGT et a participé au congrès national de l’alimentation à Paris en 1951. Elle est restée 7 ans dans cette conserverie jusqu’à ce que des problèmes de santé l’obligent à cesser, à 21 ans. Ensuite, elle a fait de la couture et de la broderie, des poupées de petits marins, des bigoudènes qui étaient ensuite commercialisées.

 

Elle avait adhéré au PCF en 1955 et était le fer de lance des fêtes d’été du PCF Pays Bigouden, surtout celle du Travailleur de la mer. Elle s’occupait aussi de la loterie de la CGT.

 

Toute la reconnaissance des camarades communistes du Finistère pour ses décennies d’engagement, son dévouement à la cause d’une société plus égalitaire et fraternelle.

 

Nous transmettons notre sympathie à Nelly, sa fille, bénévole sur nos fêtes d’été, à nos camarades de la section PCF du Pays Bigouden et de la cellule de Lesconil, aux bénévoles des fêtes d’été du PCF pays bigouden, toutes nos condoléances à sa famille et ses amis.
 

Hommage d’Alain Vigouroux, ancien élu communiste de Plobannalec-Lesconil, à Jessie Charlot, lui qui avait enregistré son témoignage de vie très riche en 2017: Jessie était quelqu’un de très ouvert qui avait fait des émissions avec Roger Gicquel

Carte scolaire: le PCF demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes dans les écoles publiques finistériennes du premier degré. Communiqué du PCF Finistère.

Communiqué du PCF Finistère – 16 avril 2020

Carte scolaire: le PCF demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes dans les écoles publiques finistériennes du premier degré

Nous sommes en guerre, disent-ils… Nous réfutons bien sûr la pertinence de cette sémantique qui vise à étouffer le débat et préparer les sacrifices des libertés et des droits en instrumentalisant la crise, mais une chose est sûre: l’épidémie et les conséquences de la crise sanitaire amplifiée par les politiques libérales menées depuis des années impactent très fortement les enfants et l’éducation. Ce n’est pas à nos enfants d’en faire les frais! 

Sortir de cette crise avec un « monde d’après » meilleur, sortir mieux armés contre d’autres catastrophes suppose d’investir avec ambition dans le service public, et en particulier le service public d’éducation et la recherche.

C’est pourquoi, en cette période d’extrême fragilisation du service public d’éducation liée à la crise sanitaire du Covid-19, aux difficultés d’assurer la continuité pédagogique dans le confinement des élèves et enseignants, et pour ne pas réagir par l’indifférence à l’engagement très fort des enseignants du premier degré et des parents pour l’intérêt pédagogique des enfants, la fédération du Finistère du Parti communiste français demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes liées au projet de carte scolaire.

Il ne faut pas fragiliser davantage nos écoles publiques et nos enfants.

Nous remarquons que l’évolution de la démographie scolaire en Bretagne révèle une accentuation des déséquilibres territoriaux au profit de l’est breton et de l’Ille-et-Vilaine, dans une logique de métropolisation, d’attirance vers la capitale et l’axe Rennes-Nantes, attirant l’essentiel des investissements, des emplois et des actifs, au détriment de l’ouest breton. Les annonces d’ouvertures et de fermetures de postes révèlent ce déséquilibre territorial qui s’aggrave: + 36 postes en Ille-et Vilaine, + 2 dans le Finistère,  moins 5 dans les Côtes d’Armor, moins 1/2 dans le Morbihan. 

L’hémorragie des postes qui été initialement programmée a été contenue grâce à la fronde légitime des élus du monde rural qui ont réussi à obtenir des moyens supplémentaires pour qu’il n’y ait pas de fermeture d’écoles en milieu rural sans accord du maire dans les communes de moins de 5000 habitants. La Bretagne devait perdre perdre au départ 41 postes dans le premier degré (et le Finistère 20 postes sur ces 41) mais finalement, les rectifications aux annonces initiales qui ont été faites en mars lui permettent de gagner 30 postes. C’est l’Ille-et-Vilaine qui bénéficie au final exclusivement de ce gain global de postes dans le premier degré, grâce à son plus fort dynamisme démographique.

Dans le Finistère,  la DASEN dans sa communication a trop tendance à opposer les filières les unes aux autres en faisant le lien entre les fermetures en filière monolingue et l’ouverture de classes en filière bilingue, ce qui n’est pas un service à rendre au développement de l’enseignement en breton, que nous défendons, tout particulièrement dans le cadre de l’enseignement public bilingue. 

Ainsi, la DASEN annonce trois transformations de postes en bilingue. Cette façon de tricher parait grossière, privant ces écoles du moratoire espéré sur les fermetures. C’est mal vécu, et on le comprend, par les écoles en question qui n’ont rien demandé.Cette mauvaise habitude de mettre en concurrence les filières est très dommageable pour le breton car beaucoup d’équipes sont maintenant très rétives aux filières bilingues, ce qui est évidemment très grave pour notre avenir commun à tous en Bretagne. La DASEN du Finistère porte sans scrupule cette énorme responsabilité.

Nous déplorons qu’il n’y ait que 3 ouvertures en monolingue alors qu’il restait des demandes d’écoles, justifiées par les prévisions d’effectifs sur l’année scolaire 2020-2021.

Un refus de création de poste en particulier à l’île Tudy où la DASEN refuse d’entendre que le recrutement s’est beaucoup accéléré (9 PS1 prévus à la rentrée) et les collègues vont se retrouver à 28 ou 29 de moyenne pour 2 classes. C’est inacceptable d’autant que tous les acteurs sont très soudés sur le développement de l’école et que la mairie investit beaucoup en logements sociaux. C’est la fuite sur l’école privée de Combrit assurée.

Nous regrettons surtout que l’approche gouvernementale tende à opposer des moyens sanctuarisés provisoirement dans les écoles de milieu rural tandis qu’on peut continuer à les réduire dans les écoles de quartiers urbains souvent défavorisés. 

Il y a ainsi des fermetures de postes et de classes difficiles à admettre.

Brest paie un lourd tribut à ces fermetures de postes avec 4 fermetures dans les écoles Sanquer, Jacquard, Jean Macé, Kérichen.

C’est le cas aussi de Douarnenez, avec une suppression à l’école publique Victor Hugo, école d’un centre ville qui continue une dégringolade qui profite au privé dans un contexte social très difficile. La mairie de Douarnenez porte deux responsabilités : Ne pas avoir défendu l’école publique par principe. Leur mollesse est évidente. Ne pas s’engager suffisamment dans une réflexion sur le centre ville et la mixité sociale.

Les dédoublements promis en Grande Section en REP (Réseau d’éducation prioritaire) se font finalement seulement dans trois écoles mais on y supprime les postes « plus de maitres que de classe ». Il n’y a donc aucun moyen supplémentaire en REP contrairement à ce qui avait été annoncé. Avec Macron et Blanquer, une promesse en chasse une autre et ce n’est que de la com. Nos enfants méritent mieux que des effets de manche.

Le manque de moyens dans les dispositifs d’accompagnement des allophones et des primo-arrivants reste criant. A ce titre on peut regretter et dénoncer la suppression de demi poste d’UPE2A à l’école Gambetta de Morlaix, une école populaire qui a déjà perdu des moyens sur les 4 dernières années, et qui est fortement concurrencée par le privé. Il manque encore des moyens pour faire réussir les enfants dont le français n’est pas la langue maternelle, notamment sur Morlaix et Landivisiau où l’industrie et l’agro-alimentaire recrutent, et sur Brest. C’est le même problème dans le second degré où les moyens pour les allophones et primo-arrivants ne sont clairement pas à la hauteur.

Parce que la qualité de l’éducation n’a pas de prix, le Parti communiste soutient et accompagne la lutte des parents d’élèves, des personnels, des citoyens et des élus pour la défense des moyens de leurs écoles publiques. 

Brest, le 16 avril 2020

« Agir », le journal des communistes à destination des salarié.e.s et des militants d’entreprises.

« Agir », le journal des communistes à destination des salarié.e.s et des militants d’entreprises.




Téléchargement :

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/11601/attachments/original/1586959129/document_agir.pdf?1586959129

Annulation et report de la fête du Viaduc – communiqué du PCF pays de Morlaix et de l’association des Amis du Viaduc.

Annulation et report de la fête du Viaduc, qui devait se tenir le 1er mai place Allende

Suite aux annonces du Président de la République, l’association des Amis du Viaduc et la section PCF du Pays de Morlaix, organisant traditionnellement leur grande fête du 1er Mai à Morlaix, ne seront pas en mesure, au vu du contexte national lié à la crise sanitaire, d’assurer leur traditionnelle manifestation politique, la fête du Viaduc.

Cette fête devait comporter un banquet (180 personnes), des concerts (Le Théâtre de la Corniche, Claude Couamme et Patricia Paulus, Célestino Lopez, etc), une rétrospective artistique des photos de Jean-Marc Nayet, des stands divers (jeux, librairie, loterie, stand politique, crêperie, associations amies: AFPS, Morlaix-Wavel), une intervention politique d’un jeune dirigeant national du PCF, Guillaume Roubaud-Quashie, animateur des initiatives du centenaire du PCF, et de la maison Aragon et Elsa Triolet.

C’est une lourde décision mais nous n’avions pas le choix : la situation de crise sanitaire et le confinement imposé pour des raisons de santé publique ne nous permettent pas d’organiser l’évènement le 1er mai, le jour de la journée internationale de défense des droits des travailleurs.

Ce sera la première fois depuis 56 ans que la fête du Viaduc ne pourra pas se tenir le 1er mai. Mais beaucoup d’autres événements culturels, artistiques, sportifs ou politiques sont bien évidemment impactés par l’interdiction justifiée des rassemblements dans la période.

Nous tenons également par ce communiqué à remercier les bénévoles, militants et sympathisants, professionnels, habitants de la région de Morlaix, qui permettent chaque année la bonne tenue de cette fête populaire réunissant tous les ans plusieurs centaines de personnes et sans qui cette dernière n’existerait pas.

Nous n’abandonnons pas l’idée qu’une 56e « Fête du Viaduc » sous un autre format puisse se faire après l’été, par exemple à l’automne prochain.

L’association des amis du Viaduc et le PCF Pays de Morlaix souhaitent bon courage à tous dans cette période compliquée d’épidémie du Coronavirus et remercient l’ensemble des habitués de la fête du 1er mai pour leur soutien.

L’association des amis du Viaduc et le PCF Pays de Morlaix.

 

Fête du Viaduc 2019

Fête du Viaduc 2019

Fête du Viaduc 2019


 

 

Vidéo : « Précarité, pauvreté, exclusion un autre visage de nos territoires ».

JEUDIS ROUGES
Comprendre, Agir, Riposter !

Saison 2019/2020 et second du cycle La Bretagne en vrai.

La Bretagne en vrai, loin des cartes postales, d’une région en carton pâte dont on nous rebat les oreilles.
Loin des plages, du farniente,des menhirs, des calvaires…
Tiens au fait en parlant de calvaires qu’en est il des cohortes de travailleurs pauvres, des exclus, des réfugiés, de la misère dans notre département ?

Loin de nous l’idée de dresser un tableau apocalyptique mais d’aborder avec des spécialistes un sujet généralement ignoré ou à tous le moins minimisé.

Nous avons invité pour présenter ce dossier et en débattre des représentants de deux associations reconnues au plan national et départemental, le Secours Populaire Français et le Secours Catholique.

Regards croisés du Secours Populaire Français avec Françoise Le Lann et Yves Guiriec membres du comité départemental et du Secours Catholique avec Isabelle Biseau présidente de la délégation départementale et Ludovic Raulin délégué diocésain.

Plus d’information contactez : pcfpaysdequimperle@gmail.com

Organisé par le réseau d’initiatives « partage des savoirs » du PCF en Bretagne sud.

Liens :

Intervention d’Emmanuel Macron : assez de blabla, les Français veulent des actes. Communiqué du PCF Finistère – 13 avril 2020

Communiqué du PCF Finistère – 13 avril 2020

Intervention d’Emmanuel Macron : assez de blabla, les Français veulent des actes : l’annonce d’une date ne fait pas une politique efficace de réponse à la crise sanitaire et économique !

Pour les communistes finistériens, l’intervention d’Emmanuel Macron ce soir n’est pas à la hauteur.

Au delà de l’annonce d’un déconfinement le 11 mai, dont on peut se demander s’il n’est pas trop précoce, anticipé sans justification sanitaire, pour répondre d’abord à des besoins et pressions économiques, où sont les mesures fortes tant attendues ? Où est la rupture avec les politiques conduites ces dernières décennies ?

Le manque de matériel médical du plus basique au plus perfectionné exige immédiatement une conversion industrielle sous l’autorité de l’État français. Plus largement, un véritable renouveau industriel s’impose pour que ce qui est essentiel à la Nation soit désormais produit en France. Il n’est plus possible de voir des territoires entrer en compétition pour obtenir des masques, des blouses et de l’équipement. C’est à l’État de mettre en œuvre la planification médicale pour sauver davantage de vies et doter sans délai les hôpitaux, les EHPAD, l’aide à domicile, du matériel et des produits dont ils ont besoin.

Derrière les paroles, notre pays, parmi les premières puissances mondiales, ne dispose toujours pas d’une stratégie pour fournir toutes les protections nécessaires à la population et aux salariés. La priorité devrait porter sur la production et la mise à disposition de matériels de protection et de tests en grand nombre, permettant d’engager un processus de déconfinement maîtrisé ainsi qu’une grande politique de prévention.

Les activités économiques non essentielles devraient être arrêtées. Il n’est pas possible d’affirmer que l’on veut protéger les populations et laisser en même temps le patronat faire repartir la production dans des secteurs qui ne sont pas immédiatement vitaux pour le pays. Les activités de construction d’armement, dans notre département, en particulier, ne sont pas des activités vitales, ni celles liées au BTP. Rien ne justifie par ailleurs la poursuite des mesures dérogatoires au droit du travail : elles doivent être abrogées. Les réformes des retraites et de l’assurance chômage définitivement abandonnées.

Alors que notre système de santé a été considérablement fragilisé par trente ans d’une politique de casse de l’hôpital au nom de la rentabilité et de l’austérité qui ont conduit à supprimer 100 000 lits et de nombreux postes nécessaires, les moyens prévus pour le renforcer sont très insuffisants. Quant à l’aide financière annoncée pour les plus précaires, aucun montant précis n’est avancé alors même que les difficultés financières de nos concitoyens s’aggravent chaque jour.

Il faut en finir définitivement avec l’austérité budgétaire en France et en Europe et mettre un terme aux cadeaux sans limites aux actionnaires et aux grandes fortunes. Ce n’est pas à la France qui travaille de payer les conséquences de la crise sanitaire. L’impôt sur la fortune doit être rétabli. Les revenus financiers doivent cotiser à la protection sociale. L’évasion fiscale doit être combattue. L’austérité budgétaire érigée en règle des traités de l’Union européenne doit être définitivement abandonnée et la BCE doit se mettre au service des politiques d’investissements des Etats pour répondre à la crise économique, sociale et sanitaire. Pour ceux dont l’activité s’est arrêtée, le chômage partiel doit être pris en charge par l’Etat à 100%. Les prix des produits de première nécessité (carburant, énergie, alimentation, hygiène,…) doivent être encadrés par le Gouvernement, sans laisser les grandes surfaces augmenter leurs prix.

C’est le moment d’engager de vraies ruptures. En commençant par la mise en débat d’une nouvelle loi de santé publique construite avec les personnels, d’un plan de relance industrielle et de la recherche. Par le développement d’une politique de solidarité et de coopération en Europe et dans le monde pour faire face à l’épidémie mondiale, à ses conséquences sanitaires, sociales et économiques.

Fédération du Finistère du Parti communiste Français, 13 avril 2020.

Vidéo : Pourquoi ont-ils tué Jaurès? Une conférence d’Ismaël Dupont.

Pourquoi ont-ils tué Jaurès? – Mardi de l’éducation populaire à Morlaix – conférence d’Ismaël Dupont, 11 février 2020

« Jean Jaurès, une vie au service de l’émancipation humaine »

– La République, l’humanisme et la lutte des classes

– La révolution socialiste en construction

– Laïcité et combat anti-raciste

– La Paix, l’égalité et la coopération entre les peuples pour visée

Ismaël Dupont, auteur d’une maîtrise de philosophie sur l’œuvre de Jean Jaurès en 2001, a présenté la vie, l’œuvre, et le contexte historique des engagements du grand leader socialiste, idéaliste et marxiste, collectiviste et défenseur au cas par cas du rassemblement de la gauche pour conquérir des avancées d’étape pour les travailleurs, partisan d’un évolutionnisme révolutionnaire, défenseur de la laïcité et d’une politique des droits de l’homme, patriote et internationaliste, défenseur de la Paix. 40 personnes ont assisté à la conférence qui a duré deux heures ce mardi 11 février 2020. Elle s’est terminée par la lecture des comptes rendus féroces par la presse locale de droite catholique et de centre-gauche de la venue de Jaurès à Morlaix, le 5 avril 1900.

 

La foule devant le café du Croissant, à Paris, après l’assassinat de Jean Jaurès, le 31 juillet 1914.

 

Article paru dans l’Humanité :

« JAURÈS ASSASSINÉ »

Un jour dans l’Humanité. Au lendemain de la mort de son directeur-fondateur, le journal est partagé entre hommage, compte-rendu des manifestations pour la paix et appel à l’« Union sacrée »… (4/34)

Terrible nouvelle, reçue ainsi par Paul Desanges, médecin, écrivain et militant : « Le matin vers 7 heures, je me levais pour ramasser sur le paillasson la bouteille de lait et le journal. La première page de l’Humanité s’encadrait d’une large marge noire. Un titre énorme la barrait dans toute sa largeur : Jaurès assassiné.

Je reçus le coup en pleine figure, tellement brusque, inattendu, que je ne ressentis rien, qu’une immense stupeur… Nous lui avions laissé à lui seul, ou presque, la tâche surhumaine de résister aux forces qui précipitaient le monde vers la guerre. Nous n’avions pas su le protéger contre elles, ce qui aurait été nous protéger nous-mêmes… Lui abattu, aucune digue, aucun rempart ne se dressait plus entre nous et la guerre imminente. » (1)

Jean Jaurès a tout tenté pour fédérer les peuples d’Europe, empêcher le grand massacre. Devant la montée du péril, il déploie une intense activité. Le 25 juillet, Jaurès prononce un discours à Lyon-Vaise, presque une oraison funèbre : « Chaque peuple apparaît dans les rues de l’Europe avec sa petite torche à la main, et maintenant voilà l’incendie… Citoyens, je dis ces choses avec une sorte de désespoir, il n’y a plus, au moment où nous sommes menacés de meurtre et de sauvagerie, qu’une chance. C’est que le prolétariat rassemble toutes ses forces… que le battement des cœurs écarte l’horrible cauchemar. » Toujours en juillet, Jaurès est la cible d’appels explicites au meurtre de la part de Maurice de Waleffe dans l’Écho de Paris, de Léon Daudet et de Charles Maurras dans l’Action française.
Le 28 juillet 1914, l’Autriche-Hongrie entre en guerre
Devant ce déferlement de haine, il manifeste prescience et courage, lorsque rencontrant Paul Boncour, il lui confie : « Ah, voyez-vous, tout faire pour empêcher cette tuerie. Ce sera une chose affreuse… D’ailleurs on nous tuera d’abord, on le regrettera peut-être après. »

28 juillet : l’Autriche-Hongrie entre en guerre. Le 29, alors que l’empire tsariste mobilise, Jaurès se rend à Bruxelles à la réunion du Bureau socialiste international pour tenter d’organiser la résistance. De retour à Paris, le 31, paraît dans l’Humanité son dernier article où filtre une mince note d’espoir : « C’est le perpétuel éveil de la pensée et de la conscience ouvrières, là est la vraie sauvegarde, là est la garantie de l’avenir. » Ce même jour, la Belgique inquiète mobilise. Jaurès conduit en fin d’après-midi une délégation socialiste auprès du gouvernement. Abel Ferry, neveu de Jules Ferry et jeune sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères dans le gouvernement Viviani, le reçoit. Jaurès lui dit : « Vous êtes les victimes d’une intrigue russe : nous allons vous dénoncer, ministres à tête légères, dussions-nous être fusillés. » Abel témoigne : « Je mets en fait que si Jaurès avait pu le lendemain matin dans son journal la développer (cette thèse), elle eût eu, en Angleterre, un tel retentissement que peut-être celle-ci, au moins dans les premiers jours, ne se fût pas prononcée pour la France, et qu’elle eût brisé, en France même, cette unité nationale qui allait se faire autour de son cercueil. » (2)

Le 1er août, l’Allemagne décrète la mobilisation générale et déclare la guerre à la Russie. Le 2, la France mobilise. Le 3, l’Allemagne déclare la guerre à la France et ses armées amorcent l’invasion de la Belgique et du Luxembourg. Le 4, le Royaume-Uni, après la violation de la neutralité belge, déclare la guerre à l’Allemagne. La « bataille des Frontières » va commencer.

Dans l’Humanité du 1er août, Marcel Cachin retrace les démarches de Jaurès, mais non sans ambiguïté : « Notre pauvre ami… devait à cette table du journal écrire l’article décisif par lequel aurait été dégagée la responsabilité de notre parti. » Albert Thomas, futur ministre de l’Armement, appelle au calme, tandis que la CGT, emmenée par Léon Jouhaux, abdique ses engagements pacifistes.

Pourtant, toute une rubrique rend compte de « l’agitation contre la guerre ». Meetings et réunions sont annoncés pour nombre de sections socialistes et de comités syndicaux. Le journal cite les manifestations imposantes contre la guerre d’Ivry et de Tarare. Des réunions se tiennent pour imposer la paix : le comité ouvrier de l’alimentation parisienne, les ouvriers coiffeurs syndiqués, la fédération nationale des travailleurs du bâtiment, la 3e section socialiste, celles de Drancy et de Montrouge. Partout des foules se mobilisent. Mais comme l’a écrit Serge Wolikow, « Loin que tout ait été joué dans l’été 1914, l’ancien socialisme est progressivement englouti avec la disparition de l’internationalisme ouvrier, avec la perte d’identité de classe des partis socialistes ». Ainsi, Gustave Hervé, l’homme du drapeau dans le fumier, se métamorphose en superpatriote. La déferlante nationaliste et revancharde, à l’œuvre depuis des années, emporte les serments de grève générale.

Le président du Conseil, le socialiste René Viviani, afin de bien marquer vis-à-vis de l’opinion française et internationale que le kaiser est l’agresseur, a l’habileté de faire reculer les troupes de couverture à 10 kilomètres de la frontière. Et la brutalité des troupes allemandes dans les villages, autour de Longwy comme en Belgique, donne force au sentiment de défense nationale. Il faudra peu de temps pour que les ravages de la Grande Guerre engendrent la révolte.

(1) Récit autobiographique inédit, aimablement communiqué par Paul Recoursé.
(2) Carnets secrets 1914-1918, préfacede Nicolas Offenstadt, texte revu et notes établies par André Loez, éditions Grasset.
Dans l’Humanité du 1er août 1914 par la rédaction:

« À notre directeur, quelque crime toujours précède les grands crimes… L’hécatombe exécrable que préparent à cette heure, dans leurs ténèbres, les partis militaires et les nationalismes de tous les pays aura eu pour prélude un monstrueux assassinat. Le citoyen Jaurès, notre ami, notre père, notre maître… a été assassiné hier… Puisse le sang du juste qui vient de périr à son poste, victime de haines inexpiables, soulever dans le monde une si grande horreur que les peuples… y trouvent la force d’arrêter – il en est temps encore — le bras des égorgeurs. C’est le vœu que, devant le cadavre sanglant de son directeur, la rédaction de l’Humanité formule ici de toute la force de son cœur. »

Nicolas Devers-Dreyfus

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère. 10/ Denise Larzul (1922-2009): une grande résistante du pays quimpérois

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère.

10/ Denise Larzul (1922-2009): une grande résistante du pays quimpérois

Denise Larzul, Goyat de son nom de jeune fille, est née dans l’Orne en 1922 et demeurait à Ergué-Armel (commune rattachée à Quimper en 1960). Elle s’engagea dès sa majorité en 1943 dans la Résistance à l’occupant nazi et à ses collaborateurs. Elle fut intégrée dans la 1ère compagnie « Sous-marin Curie » du bataillon « La Tour d’Auvergne » des FTPF de Quimper et sa région.

Recherchée par la Gestapo, elle entra dans la clandestinité et eut la surprise de retrouver au maquis de Langolen son père Jean-Louis Goyat dont elle ignorait jusqu’alors l’engagement dans la Résistance.

Elle participa aux combats pour la libération du Sud-Finistère, notamment ceux de Concarneau, de la presqu’île de Crozon et de Quimper, sous la direction de Jean Mével son chef de compagnie. Le relevé officiel des actions de résistance de Denise Larzul recense notamment des attentats (au moins à 6 reprises) contre des trains de munitions, de ravitaillement pour les nazis, diverses actions contre les administrations vichystes au service de l’occupant.

C’est en reconnaissance de cette participation active à la lutte contre les nazis et leurs collaborateurs que le Lieutenant-Colonel Berthaud, chef départemental des FFI la nomme au grade d’adjudant en exécution des instructions du Gouvernement français d’Alger.

Dans le rapport qu’il établit le 19 novembre 1944, le capitaine Kervarec commandant du bataillon « la Tour d’Auvergne » notait que mademoiselle Denise Goyat était détentrice des archives secrètes du bataillon qui lui avaient été confiées, avait réalisé des liaisons nécessaires à la bonne marche de la Résistance et participé aux combats pour la Libération. Infirmière bénévole, elle a également soigné, relevait-il, les malades et blessés, tant à l’arrière qu’en 1ère ligne. Il notait enfin dans son rapport qu’elle avait secondé son chef de compagnie et même remplacé celui-ci pendant son internement à la prison Saint-Charles de Quimper, et cela mérite d’être relevé dans des fonctions rarement occupées par une jeune femme à cette époque.

La Croix de Guerre avec étoile d’argent lui a été décernée par les autorités après la Libération.

Denise Goyat se marie après la guerre avec Basile Larzul, instituteur bigouden rencontré dans la Résistance qui fut par la suite directeur au CIO de Quimper.

Elle a par ailleurs été une sportive émérite dans les années d’après guerre. Membre active de l’association gymnique « La Quimpéroise », elle se distinguait dans plusieurs disciplines : les agrès, les barres parallèles notamment, et le basket dont elle fut pendant une longue période capitaine de l’équipe féminine. Elle participa dans ces deux disciplines à des nombreuses compétitions dans la région quimpéroise et en Bretagne.

Denise Larzul avait adhéré au Parti Communiste Français en 1946, elle était membre de la section de Quimper, d’abord à la cellule Ambroise Croizat des organismes sociaux où elle travaillait, puis à la cellule Arthur Quéinec(1) qui rayonnait sur le quartier d’Ergué-Armel La Tourelle.

Elle est décédée le 18 juin 2009.

Une salle municipale porte son nom, « Espace Denise Larzul » dans son ancien quartier d’Ergué-Armel allée Louise Michel à Quimper.

Note biographique établi par Piero Rainero.

(1) résistant quimpérois fusillé par les nazis au Poulguen à Penmac’h en 1944.

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère. 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère.

9/ Pierre Le Rose

Marie-Pierre Le Rose et sa sœur ont fait don à l’hiver 2015-2016 à la Fédération du Parti Communiste Français du Finistère des archives de leur père, ancien résistant et ancien secrétaire départemental du Parti Communiste du Finistère, puis adjoint au maire à Concarneau, un militant exceptionnel qui a consacré sa vie à ses idéaux de justice sociale et de progrès. Un homme que nous admirons beaucoup, d’une grande qualité humaine, en qui nous voyons un exemple et un modèle de rigueur politique et morale et de dévouement.

Ce fut une grande joie et un honneur pour nous de pouvoir explorer pendant plusieurs mois les traces d’un intérêt exceptionnel de ce passé de militant, ses documents issus de la Résistance, du CNR, ses lectures communistes, ses rapports, ses comptes rendus de réunions de cellules et de sections, et à travers cela, de restituer une époque passionnante et inspirante de notre histoire.

Nous avons commencé à lire les compte rendus de réunions de sections, de cellules, de comité de rédaction « d’Ouest-Matin », de comités fédéraux de Pierre Le Rose, alors secrétaire départemental du Parti Communiste, en 1955-1956, dans un contexte de guerre d’Algérie, de réorientation par rapport à l’héritage de Staline suite au XXe congrès, d’effort constant pour renforcer l’audience du parti communiste dans les masses et pour réaliser les conditions d’un rassemblement populaire à gauche.

On y découvre un PCF fort dans le Finistère (2533 adhérents, 2 sièges de députés, le 2e parti en nombre de voix aux élections législatives de début 1956), avec une implantation dans les quartiers, les entreprises. Un Parti qui est relativement serein, avec de forts consensus, sans beaucoup de débats idéologiques et politiques contradictoires, même si parfois on voit des doutes, des désaccords et des contradictions affleurer, mais avec un effort qui est dirigée surtout vers l’action, l’organisation, la « propagande » et l’explication auprès du grand public, et une très forte préoccupation pour les problèmes sociaux quotidiens de la population. Le Parti est organisé en cellules, plus ou moins active, il s’appuie sur une presse importante, y compris avec une dimension départementale et régionale (Ouest-Matin), et un travail collectif considérable, même si comme aujourd’hui, des problèmes d’organisation existent. Il est amusant de découvrir dans ces carnets le fonctionnement du Parti et son quotidien, il y a plus de 60 ans, avec des différences importantes de contexte mais aussi beaucoup de similitudes avec les préoccupations et discours actuels des adhérents du Parti Communiste.

Pierre Le Rose est le fils de Théophile Le Rose, né à Concarneau le 11 février 1900, qui était lui-même un militant communiste.

 

Engagé à 18 ans, Théophile Le Rose était au dépôt de Brest au moment des événements faisant suite aux révoltes de la Mer Noire. Il était ami avec Théo Le Coz qui sera plus tard directeur de La Bretagne ouvrière, paysanne et maritime.

Voilier, Théophile succéda à son père à la tête de la voilerie artisanale et familiale employant cinq ouvriers. Pierre Le Rose est l’un de ses deux fils, qui naît le 10 février 1923 à Concarneau.

Théophile participe au mouvement populaire qui se développe après février 1934. Il adhère au Parti Communiste en 1935 et est présent dans les différentes activités du Front Populaire (campagne électorale de 1934 où Pierre Guéguin entre au Conseil Général, de 1935 avec l’élection aux municipales de la liste de front commun, de 1936 avec la victoire aux législatives).

Il participe au soutien à l’Espagne Républicaine (accueil des réfugiés, organisation des Brigades Internationales).

Il organise la manifestation départementale du Front Populaire le 7 juin 1936 à Concarneau, prépare la première fête de la Bretagne du Parti Communiste à Concarneau en août 1936 avec Marcel Cachin, réceptionne et achemine Jacques Duclos en novembre 1937. Théophile Le Rose développe aussi des relations étroites avec Alain Signor, élu au Comité Central au Congrès d’Arles en 1937. Il décède après la fête de l’Humanité de Garches, le 8 juillet 1938.

Son fils, Pierre Le Rose, commence à s’intéresser à la vie politique à partir des événements de 1934 et de 1936, de la construction du Front Populaire. Il participe aux manifestations comme enfant, lit « l’Huma » à laquelle son père est abonné. Il vend des Bonnets phrygiens, insignes du Front Populaire, à la manifestation du 7 juin 1936: Pierre a alors 13 ans. Son père décède quand Pierre atteint sa quinzième année.

En 1940, à dix-sept ans, il quitte l’école pour prendre la direction de la Voilerie qu’avait conservée sa mère au décès de Théophile. Il conserve un contact avec le Parti, désormais clandestin après les accords germano-soviétiques, et il a connaissance des premiers tracts du Parti Communiste, alors plus que jamais persécuté: l’appel du 10 juillet 1940 notamment.

Au printemps 1943, avec une équipe de jeunes amis, il constitue les premiers groupes de FTP de la région de Concarneau. Parallèlement, en liaison avec Alphonse Duot, secrétaire de la section clandestine du Parti à Concarneau (reconstituée à la suite des arrestations de 1942), il organise les groupes de la J.C, le Front National et plus tard les F.U.J.P et le Front Patriotique de la Jeunesse. Il rédige et confectionne des tracts, des journaux écrits à la main (« L’étincelle », organe du Parti et des J.C, « l’Insurrectionnel », bulletin du Front National). Il participe aux diverses actions des FTP, à la propagande du Parti et des Jeunesses Communistes, au recrutement.

Au Printemps 1944, Pierre Le Rose participe à la création du Comité Local de Libération dont il devient le Secrétaire. Désigné par ses camarades de la Libération (le 15 août 1944 à Quimper, Concarneau n’est pas encore libérée), il devient membre du Comité Départemental de Libération pour représenter les « Forces Unies de la Jeunesse Patriotique ». Il contribue dans ce cadre à la mise en place des délégations spéciales en remplacement des institutions de Vichy et à la réintégration des Conseils Municipaux dissous en 1939 par Daladier: Concarneau, Guilvinec, Léchiagat, etc.

Il devient membre actif du Front National (l’organe unitaire de la Résistance créé par les Communistes pour fédérer largement la résistance intérieure) pour lequel il fait ses premiers meetings (Douarnenez, avec Albert Trévidic), à Concarneau aux rassemblements des J.C dont il est membre du Bureau Régional. Pierre le Rose est coopté au Comité Régional du Parti Communiste mi-décembre 1944.

Il prend la parole au Congrès du Front National présidé par Joliot-Curie en janvier 1945. Il est élu aux Etats généraux de la Renaissance Française le 14 juillet 1945. Pierre Le Rose était dans la délégation du Finistère au Congrès des JC constitutif de l’U.J.R.F début avril 1945.

Délégation du Finistère au Congrès de Strasbourg du PCF en 1947: Daniel Trellu, Gabriel Paul, Pierre Le Rose, Marie Lambert

En mai 1946, Pierre Le Rose est élu au secrétariat fédéral du Parti Communiste (dont Marie Lambert, première députée femme du Finistère à la Libération, devint première secrétaire). Il restera à cette fonction sous la direction de Daniel Trellu (1949-1952) et sera élu secrétaire fédéral en février 1953. En mars 1956, Pierre Le Rose devient permanent d’Ouest Matin à l’agence de Brest et il fait son retour à Concarneau la même année. Il est secrétaire de la section de Concarneau entre 1957 et 1968. Des raisons de santé ne lui permettront pas de militer pendant quelques années et il quittera le Comité fédéral en 1968, pour y revenir en 1970 lors de la division du PCF finistérien en deux fédérations. Il sera élu trésorier fédéral en 1979.

Pierre Le Rose, infatigable militant, s’est aussi investi à la présidence des parents d’élèves du lycée dans le cadre de la FCPE, à l’ANCR, il a été secrétaire du Comité du souvenir de Châteaubriant, secrétaire du comité de jumelage de Concarneau dans lequel il s’est beaucoup investi pour développer, par-delà les souvenirs douloureux de la guerre, la fraternité franco-allemande. En 1977, il devient conseiller municipal de Concarneau et responsable du groupe communiste de 1977 à 1983.

Ismaël Dupont

 

Marcel Cachin à la fête de la Bretagne avec le comité fédéral du Finistère et Pierre Le Rose

 

 

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère. 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère.

8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

Marie Cam-Salou est née en 1914 à Saint-Marc, aujourd’hui un quartier de Brest, jadis une commune indépendante,  d’un père ouvrier à l’Arsenal de Brest (Finistère) et d’une mère travaillant à la Poudrerie de Saint-Nicolas au Le Releq-Kerhuon (Finistère). Marie Cam avait deux sœurs plus âgée qu’elle. Elle se maria le 4 juin 1932 avec Goulven Salou, ajusteur à l’arsenal. Ils eurent deux enfants.

Marie Salou milita au Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme où elle s’occupa notamment de l’aide aux enfants de républicains espagnols.

Elle adhéra au Parti communiste en 1939.

Après la déclaration de guerre et la mobilisation, le couple fut séparé. En 1940, son mari se retrouva à Dakar (Sénégal), puis Casablanca (Maroc), où il entra dans la Résistance. En avril 43 il intégra la 1re DFL et fut envoyé en Tunisie. Il participa à la libération de l’Italie, au débarquement de Provence, et l’avancée sur Marseille, Lyon, et Colmar.

Membre du P.C.F clandestin, elle héberge les résistants recherchés par la police ou les allemands. Début 1942 elle aide plusieurs prisonniers républicains espagnols à fuir la ville. Elle participe à la manifestation du 28 avril 1942. En Août 1942 elle saccage avec une amie la vitrine de la L.V.F rue de Siam. Arrêtée en octobre 1942 par des policiers français, elle est brutalisée. Internée, elle est finalement remise aux allemands qui la juge à Fresnes en 1943. Déportée, elle revient en 1945 très affaiblie. —– Angèle Kerlirzin-Le Nédelec, née en 1910 à Scrignac. Membre du P.C.F clandestin. A la débâcle elle cache des armes récupérés par son mari. Participe à la diffusion des tracts du P.C.F et F.N. Elle participe à la manifestation du 28 avril 1942 et à la tentative de manifestation patriotique du 14 juillet 1942. Arrêtée en octobre, elle est également internée à Brest, Vitré et Rennes. Libérée en Novembre 1943, elle gagne les Côtes-du-Nord et intègre les F.T.P.

Elle fut libérée le 28 avril 1945 à Mauthausen (Allemagne).

Revenue en France, tout en continuant à militer au Parti communiste, elle adhéra et milita, à l’Union des Femmes Française, à la FNDIRP, à l’ARAC.

On la décora de la Médaille de la déportation, de celle du Combattant volontaire de la Résistance, de la Croix de guerre 39-45, de la Médaille militaire. Elle fut fait Chevalier de la légion d’honneur.

Sources :

 

Photo Marie Salou (deuxième en partant de la gauche) provenant des Archives de Brest et vue sur la page Facebook Brest 44 – Journée internationale de lutte des femmes, pour l’égalité des droits] Le 27 avril 1975, au château de Brest, une plaque est inaugurée en mémoire des résistants et otages arrêtés et incarcérés en ce lieu avant d’être déportés ou fusillés. Sur la photo, trois résistantes que nous avons décidé de mettre à l’honneur en cette journée. De gauche à droite: —– Yvette Castel-Richard, née en 1913 à Brest, membre du P.C.F clandestin, intègre les F.T.P en 1942 comme agente de liaison. Organise la manifestation des brestois du 28 avril 1942 pour demander plus de nourritures aux autorités civiles. Arrêtée en octobre 1942, internée à Brest, Vitré et Rennes.

 

 

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère. 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d’engagements communistes en Finistère.

7/ René Vautier (1928-2015)

 

Né le 15 janvier 1928 à Camaret-sur-Mer (Finistère), mort le 4 janvier 2015 à Cancale où il vivait depuis des années, René Vautier est un cinéaste engagé, anticolonialiste, antimilitariste. René Vautier, jeune lycéen résistant dans le sud-Finistère dès 1943, décoré de la croix de guerre à 16 ans en 1945, adhère au PCF dans l’après-guerre.

Ses films et ses documentaires profondément novateurs sur le rapport au réel les plus connus sont « Afrique 50 » (1950), « Un homme est mort » (1950), « Anneau d’or » (1956), « Avoir vingt ans dans les Aurès » (1971), « Frontline » (1976), « Marée Noire, colère rouge » (1978).

Pendant la guerre d’Algérie, René Vautier eut le courage par conviction anti-colonialiste et par goût du témoignage inédit de suivre des fellagas du FLN pendant plusieurs mois à l’insu évidemment des autorités coloniales avant d’être arrêté par le FLN et de passer plus de deux ans dans ses prisons.

Ce fut aussi un adhérent communiste jusqu’à sa mort, et un militant du Mouvement de la Paix.

Dans le livre richement illustré Des enfants dans la Résistance (1939-1945) (édition Ouest-France), Philippe Chapleau nous fait revivre la naissance à l’engagement de René Vautier à Quimper, comme scout résistant, à travers la retranscription d’un interview passionnant.

René Vautier, le porteur de drapeau à droite, en 1945. Le scout de Quimper a effectué de nombreuses « missions », l’année où il préparait son bac: c’était lui qui représentait le clan des Eclaireurs lors des cérémonies officielles (collection René Vautier – repris par Philippe Chapleau et l’équipe du livre « Des enfants dans la Résistance », Ouest-France)

René Vautier revient sur son adolescence de résistant dans le Sud-Finistère et les blessures intimes que cela a engendré pour lui: 

 » Je suis né le 15 janvier 1928 à Camaret. A 9 ans, j’ai quitté Brest pour Quimper, où ma mère était institutrice dans une école de la ville, sur le bord de la route de Pont-l’Abbé. Elle était divorcée. Nous vivions à trois, avec mon frère aîné, Jean, qui avait 16 ans.

En 1939, mon père, que je n’avais pas vu depuis quelques temps, a été mobilisé. Il a été envoyé dans un casernement de Quimper, à 300 mètres de l’école de ma mère. Je suis allé lui rendre visite plusieurs fois; ça a été mon premier contact avec la guerre. Chez nous, on ne parlait pas beaucoup de la Grande Guerre. En revanche, dès que les Allemands sont arrivés, on a eu une réaction immédiate: il fallait faire quelque chose.

Mon frère et quelques-uns de ses copains des Éclaireurs de France ont échafaudé un plan: ils projetaient de quitter la France en allant prendre l’avion à Pluguffan pour gagner l’Angleterre. Nous, les plus jeunes des Éclaireurs, on était six ou sept: il y avait Bob, Jojo… On a décidé de retarder les Allemands en barrant la route et en faisant des barrages. On a commencé à creuser des trous, des tranchées… Il fallait qu’on donne du temps à nos aînés pour qu’ils puissent s’envoler de l’aérodrome de Pluguffan. C’était complètement dingue, mais ça nous a marqués parce qu’on s’est fait tirer dessus par les premiers soldats allemands qui sont arrivés; c’était en juillet 1940. Ils étaient en side-car, avec de grands cirés, un fusil-mitrailleur à l’avant du side-car. Impressionnant! On a quand même décidé de continuer à balancer des cailloux. Quand ils ont vu qu’ils étaient immobilisés par des rochers sur la route et par des gamins qui leur jetaient des pierres, ils ont tiré en l’air. On a couru très vite à l’abri…   Ce fait d’armes n’a guère impressionné les gens du coin qui nous en voulaient d’avoir creusé des tranchées: ça allait attirer les avions allemands. Certains d’entre nous se sont pris des gifles et on été condamnés à reboucher nos trous!

Les adultes n’étant pas d’accord avec nous, nous avons décidé que nous mènerions notre résistance nous-mêmes. Comme le lycée avait été réquisitionné par les Allemands, les élèves de 6e, 5e et 4e, suivaient les cours de l’autre côté de la ville, route de Brest. Tous les matins, il fallait donc que je traverse toute la ville. C’est alors qu’on a eu une idée. Au début, c’était comme une plaisanterie: on déplaçait les poteaux indicateurs mis en place par les Allemands. Mais, quand les Allemands ont placé des sentinelles près des fameux poteaux de signalisation, on s’est pris au jeu et on leur a compliqué la vie autant qu’on pouvait. C’est à cette époque que j’ai trouvé des poèmes de Victor Hugo; je me suis mis à les lire aux copains. C’était des poèmes de résistance, de lutte contre les Prussiens. Je trouvais ça bien.

Quand on partait camper avec le groupe des Éclaireurs de France qui continuait à fonctionner, je lisais aussi ces poèmes. Mon professeur de français m’a appelé un jour; il s’appelait Xavier Trélu. Il m’a demandé pourquoi je lisais ces textes. Je lui ai répondu qu’il fallait qu’on appelle les gens à la résistance contre l’occupant. Il s’est alors arrangé pour que je reçoive les premières éditions de littérature clandestine, des textes des Lettres françaises *. 

*Le journal du Front National pour la Libération de la France, à visée de rassemblement mais à base communiste, dont le responsable était Louis Aragon

Je lisais ça dans la cour. Le groupe des Éclaireurs a ainsi été un petit peu éduqué dans cet esprit. Un jour Xavier Trélu a disparu. On a appris qu’il était parti en Angleterre. C’était en 1942.

On a alors appris que les Allemands avaient tué des parachutistes qui avaient été largués le long de la côte. On n’a jamais su exactement ce qui s’était passé. Toujours est-il qu’on a pensé que ces paras étaient venus pour faire des relevés, dresser des plans de défense côtières, étudier les zones de tir… Pourquoi pas nous?

En tant qu’Éclaireurs, on avait le droit de marcher le long de la côte: on pouvait aussi faire du renseignement. On a commencé à faire des relevés des angles de tir de casemates. Jusqu’au jour où le responsable du groupe nous a convoqués. Il s’appelait Albert Philippot. Il était professeur à l’école Jules-Ferry, c’est-à-dire le cours complémentaire qui était juste en face du lycée. Philippot nous a fait la leçon: « Vous faites des bêtises qui risquent de se retourner contre vous et contre beaucoup de monde ».

On a eu beau expliquer nos activités, ça ne l’a pas convaincu. Il nous a demandé de lui remettre nos relevés. On a tout donné. Mais quinze jours plus tard, il est revenu nous voir: « Bon, vous pouvez continuer; soyez quand même plus discrets ». C’était en 1943. Philippot nous a même fourni du matériel, des compas par exemple. Ce qu’on ne savait pas, c’est qu’il allait devenir le chef des FFI du Sud-Finistère.

Un jour de mai 1944, tout le lycée a été fouillé par les Allemands. J’avais sur moi des relevés que je devais remettre à Philippot. Notre professeur de français, dont on apprendra qu’il était lieutenant dans les FFI, a protesté quand les soldats ont fait irruption dans la classe. Il a entraîné les officiers allemands chez le proviseur. Il est seulement resté un garde dans notre salle de classe, un vieux soldat. Les élèves ont commencé à chahuter. Moi, j’étais au premier rang. Je voulais me débarrasser des trois feuilles de relevés. J’ai plié deux feuilles pour en faire des bateaux et une pour en faire un avion. J’ai engagé la conversation avec le soldat en lui parlant des cuirassés allemands et de la Luftwaffe et en m’expliquant avec mes bateaux de papier. A la fin, j’en ai fait des boulettes que j’ai jetées par terre. Heureusement, car les officiers sont revenus et ont fouillé mon sac et celui d’André, un copain. Ils sont repartis les mains vides.

Nous, à partir de ce jour-là, on n’a plus remis les pieds au lycée. On s’est cachés prs d’Audierne, chez un certain Trividic. Comme on n’avait pas d’armes, on a projeté de piquer les revolvers des gendarmes locaux. A défaut, on a volé celui d’un Feldgendarm dans une salle de bal réservée aux Allemands. Un revolver et six balles qu’on n’a pas gardés longtemps puisque le frère de Jojo nous les a confisqués!

Près des casemates, on avait aussi repéré des dépôts de munitions. On s’est dit alors qu’il devait y en avoir d’autres en ville, que ça pouvait être utile d’avoir des munitions parce qu’on parlait de maquis… Nos aînés, dont Jean, mon frère, apprenaient déjà à se servir de mitraillettes, toujours grâce au fameux Philippot! On a donc commencé à piller des dépôts allemands en 1944. Au début, on piquait cinq ou six grenades; à la fin, on y allait carrément avec des sacs! On a ainsi pu fournir des grenades à Jean et ses copains Éclaireurs et Routiers.  On est devenus des pourvoyeurs pour d’autres groupes de résistants.

Fin 1944, on a failli se faire prendre, mon copain Bob et moi. Des Allemands nous ont pris en chasse, place de la Tour-d’Auvergne. Deux side-cars nous sont tombés dessus et nous ont coursés dans les rues. On a dû se séparer. J’ai réussi à me mettre à l’abri mais je n’avais pas de nouvelles de Bob. C’est alors qu’on m’a dit qu’un jeune homme avait été tué par des Allemands en side-car du côté de la gare. J’ai décidé de le venger.

Il y avait, à Quimper, des convois en transit. Des camions quittaient Concarneau pour se rendre vers Brest ou vers la presqu’île de Crozon. J’ai pris mes grenades et j’ai « marché au canon », vers la sortie de la ville où les résistants tentaient de bloquer ces convois. J’ai attaqué un camion allemand en stationnement. J’ai balancé une grenade dans la cabine par le toit ouvert. Au même moment, un soldat allemand s’est redressé; la grenade l’a touché à la poitrine avant d’exploser. J’ai vu ce que cela donnait… Du coup, je suis reparti.

Après, j’ai appris que Bob n’était pas mort du tout, qu’il me cherchait de son côté. J’avais conscience d’avoir tué. J’en ai parlé à Philippot. Lui et mon prof de français, André Monteil, qui commandait les FFI de Quimper et qui deviendra député MRP (Mouvement républicain populaire) du Finistère, ont décidé que nous, les plus jeunes, nous devions être épargnés, que nous devions éviter de tuer à 16 ans. Ils ont décidé de nous rattacher au commandement. Nous, c’était un groupe de de vingt et un gars des Éclaireurs de France. On a continué comme approvisionneurs. moi, de toute façon, je ne voulais plus du tout me servir d’une arme. Au total, sur les vingt et un jeunes du groupe, sept seront tués.

Je me suis fait coincer pour de bon pendant les combats pour la libération de Quimper. Au retour d’une expédition dans un dépôt, je m’étais réfugié avec un autre garçon dans un bâtiment de la préfecture auquel les Allemands ont mis le feu. On a été capturés. Je me suis retrouvé attaché à un tuyau dans la cave de la Kommandantur, passé à tabac (ils m’ont cassé deux dents) pour me faire taire! J’ai réussi à m’évader pendant mon transfert vers la gare: j’ai sauté du camion et j’ai rejoint les copains qui ont eu du mal à me reconnaître tant mon visage était tuméfié.

Quand Quimper a été libéré, on été rattaché à la 6e compagnie du bataillon FFI de Quimper, comme gardes de l’état-major. Philippot pouvait ainsi nous avoir à l’œil. C’était à l’époque où les combats se poursuivaient entre le Menez Hom et Brest. Les accrochages étaient fréquents entre FFI et Allemands. Un jour, le PC (poste de commandement) a été encerclé et investi. L’état-major a dû se replier. Nous, ce jour-là, on servait de vigies du haut d’un clocher. On est restés là-haut pendant toute une journée. Les copains nous avaient oubliés!

C’est pendant cette période de combat, en août, qu’a eu lieu le bombardement de Telgruc, près de Crozon. Les canons allemands qui tiraient vers l’intérieur des terres devaient être détruits. La mission a été confiée aux FFI, appuyés sur les chars américains. Le 3 septembre, ils ont progressé mais l’aviation américaine ne le savait pas. Il y a donc eu un bombardement de Telgruc. Nous, on était restés bloqués à 5 ou 6 kilomètres, à cause d’une panne de camion. Ce qui nous a sauvé la vie.

Les bombes des B-17 ont tué 52 civils, 25 FFI et 11 soldats américains. Trois éclaireurs, dont Roger Le Braz, le chef du clan, ont été tués ce jour-là au cours du bombardement, qui a fait beaucoup de victimes civiles. A partir de là, le clan des Éclaireurs a changé de nom. Il s’appelait le « clan René-Madec » et il est devenu le clan « Roger-Le Braz ». C’est sous ce nom qu’il a été cité à l’ordre de la Nation.

Pour moi, ce bombardement marque la fin de la guerre. On est rentrés pour enterrer les gars à Quimper. Le chien de Roger Le Braz a suivi le cercueil de son maître.

J’ai alors été démobilisé, cinq jours avant de passer les épreuves du premier bac. J’avais déjà passé deux épreuves, français et latin, le 6 juin 1944; j’ai été reçu avec la mention « bien ». Mon année de philo a été détestable. Je n’aimais pas les cours de philo. Je séchais souvent mais j’avais une bonne raison: j’étais en « mission ». En fait, j’étais le porte-drapeau du clan. On m’appelait dès qu’il y avait une inauguration d’une rue qui portait le nom d’un résistant.

Je suis ensuite entré à l’Institut des hautes études cinématographiques. J’avais passé le concours d’entrée en 1946. Je suis alors parti pour Paris. Sans jamais perdre de vue les copains du clan, j’ai commencé une carrière de cinéaste »

Propos recueillis par Philippe Chapleau, Des enfants dans la Résistance (1939-1945), Ouest-France.    

Retranscrits par Ismaël Dupont qui remercie vivement notre ami France Chapa de St Malo, qui a bien connu René Vautier au sein de la fédé PCF d’Ille-et-Vilaine et lors des fêtes de section, pour nous avoir fait découvrir ce texte.

Témoignage de René Vautier dans « Caméra en dissidence » sur sa Libération et sa résistance en Finistère:

 » Dans les vieilles rues de Quimper, le général de Gaulle a été acclamé par une foule en délires. Il était précédé par le groupe René Madec des éclaireurs de France de Quimper, entourant le drapeau du Clan décoré de la croix de Guerre avec l’étoile d’argent et le coussin sur lequel étaient épinglés les décorations des jeunes morts au combat ». On pouvait lire ces lignes dans « Le Télégramme de Brest et de l’Ouest », en 1944 ou 1945 (je ne me souviens plus très bien de la date de la première visite chez nous du Général, c’est grave?).

Le « Groupe René Madec » ou « corps-franc Vengeance », c’était nous. Le Général de Gaulle s’était fait expliquer les « hauts faits » de ces jeunes décorés en culottes courtes – et, laconiquement – peut-être un peu vexé aussi parce que nous avions été, à Quimper, au moins aussi applaudis que lui! – il avait laissé tomber, saluant le drapeau que tenait Jo Legrand: « Ces jeunes ont suivi avec honneur la pente naturelle qui les menait vers la Résistance ».

Bob, avec un certain irrespect, mais bombant fort la poitrine où brillait sa croix de guerre (je devais bomber tout autant de mon côté), Bob avait sussurré entre les dents: « C’est ça, mon con, on a eu qu’à se laisser glisser sur le cul! » Mais en fait, je crois qu’il avait raison, le Général: dans notre milieu, il y a bien eu « pente naturelle » de la résistance – « pente naturelle » beaucoup plus que choix réfléchi.  » …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’après doit commencer maintenant ! Communiqué section PCF Carhaix-Huelgoat

Communiqué section PCF Carhaix-Huelgoat – 28 mars 2020

En ces temps de confinement et de combat contre un ennemi invisible nous assistons à des discours des plus surprenants de la part de ceux qui depuis tant d’années, prônent le néo-libéralisme.

Tous les jours à son lot de remerciements, de louanges envers celles et ceux qui combattent le virus. Faut-il rappeler que ces femmes et ces hommes, demandent, depuis des années les moyens humains et matériels pour accomplir leur mission de service public.

Il y a encore quelques semaines, Macron et son gouvernement gazaient et faisaient matraquer celles et ceux qu’ils encensent aujourd’hui !

La « guerre » que prétend mener le Président de la République vise-t-elle à lutter contre l’austérité qui a conduit l’hôpital public à l’asphyxie, au cruel manque de masques, de tests et de lits pour les assistances respiratoires.

Cette période confuse saura-t-elle mettre en évidence, pour toutes et tous, que l’action sociale d’un gouvernement ne doit pas être uniquement comptableOn voit chaque jour les effets sur notre système de santé publique, dont les personnels doivent aujourd’hui assumer toutes les carences, comme à travers les difficultés que rencontre notre appareil de production pour répondre au défi de la crise actuelle.

La solidarité nationale doit jouer ! Pourquoi alors avoir refusé le retour de l’ISF, proposé par les parlementaires communistes ? Pourquoi au prétexte de la préservation des entreprises et de l’emploi, les mesures annoncées en conseil des ministres, sécurisent surtout les employeurs avec force de dérogations aux droits du travail ? Sauvegarder le système avant tout !

Le Président Macron et son Premier ministre laissent au patronat le pouvoir de gérer la crise selon ses seuls critères. Ils ne mettent aucune limite de durée aux dispositions annoncées comme dérogatoires, mais dont le risque est qu’elle devienne la règle avec la crise économique qui s’annonce.

Alors que tout appelle à protéger les salariés, du public comme du privé, à confiner les salariés qui risquent la contamination dans des secteurs non indispensables, le gouvernement décide de s’en prendre à leurs droits et à leurs conditions de travail. Il encourage notamment les employeurs à recourir massivement aux heures supplémentaires, à remettre en cause les congés payés, à l’indemnisation partielle du chômage technique.
Nous ne voulons pas crier aux loups en cette période difficile pour toutes et tous. Nous voulons tout simplement dire que le moment venu, il nous faudra analyser les causes et les effets, quand les temps seront plus sereins, de cette politique néo-libérale. L’après doit commencer maintenant.

Covid_19 : les propositions du PCF

La pandémie de coronavirus place notre pays et l’ensemble de l’humanité face à d’immenses défis. A commencer par celui de sauver les vies menacées, de protéger toute la population. Elle révèle aussi une crise de civilisation profonde et les méfaits désastreux de décennies de libéralisme qui ont fragilisé nos services publics et notre industrie, et par conséquence notre capacité d’action face à la crise sanitaire.

La lutte contre le COVID-19 appelle à une mobilisation exceptionnelle immédiate. Elle exige aussi de transformer notre mode de développement, l’utilisation de l’argent et de créer de nouveaux pouvoirs d’intervention pour les travailleurs, afin d’éviter que cette situation ne se répète et de répondre aux immenses défis à relever.

C’est tout le sens des propositions que le Parti communiste français met en débat aujourd’hui.

https://d3n8a8pro7vhmx.cloudfront.net/pcf/pages/11551/attachments/original/1585823347/document_covid.pdf?1585823347

https://www.pcf.fr/contribution_du_pcf

 Communiqué PCF 29 : Violences intrafamiliales – Mise à l’abri des plus vulnérables, garantir la continuité du devoir de protection de l’Etat et des collectivités et de la solidarité pendant la crise du COVID-19

Communiqué : Violences intrafamiliales – Mise à l’abri des plus vulnérables : garantir la continuité du devoir de protection de l’Etat et des collectivités et de la solidarité pendant la crise du COVID-19.

Le PCF 29 demande que l’Etat, la préfecture, et les collectivités (département, communes, communautés de commune) se mobilisent pour garantir la réalité du droit à l’accueil d’urgence et la mise à l’abri des plus vulnérables dans ce contexte de crise sanitaire.

La crise du Covid-19 frappe durement l’ensemble du pays. Il revient aux services de l’Etat de veiller à ce qu’elle ne soit encore plus cruelle avec les personnes et les familles qui sont déjà en situation difficile (problèmes de violences et de conflits familiaux, enfance maltraitée, précarité et difficulté à se loger). Le nécessaire confinement augmente les risques de violences intrafamiliales. Il y a urgence à répondre concrètement à cette situation.

Alors qu’elle évoque elle-même la hausse des signalements annoncée par Monsieur Castaner, la ministre Marlène Schiappa ne semble pas prendre la mesure de la gravité de la situation ! Elle installe une « mission » pour « mesurer la prévalence des violences conjugales » pendant le confinement. Ce n’est pas d’une énième commission Théodule dont les victimes ont besoin mais bien de mesures concrètes, financées ! Or, sur ce point les annonces sont très loin d’être à la hauteur de la situation. De nombreux enfants étaient suivis par l’ASE en lien avec leur scolarité, d’autres étaient visités dans leur famille ou devaient être placés dans des familles d’accueil car ils/elles étaient en danger. La mise en place du confinement complique cet accompagnement indispensable pour protéger l’enfance mise en œuvre par les conseils départementaux. Il faut néanmoins mettre les moyens nécessaires pour que ces enfants puissent continuer à être protégés. Afin de répondre à l’urgence, le PCF demande que toutes les femmes et enfants identifiés par les services sociaux, l’ASE et les associations soient mis à à l’abri et en sécurité par l’Etat.

L’hébergement d’urgence doit aussi être garanti pour tou.tes, et sur tous les secteurs du département, notamment pour les familles, les parents avec des enfants. Le Covid-19 qui fragilise un peu plus les plus précaires ne doit pas s’accompagner d’une fermeture des possibilités d’accueil pour l’hébergement d’urgence. Plus que jamais notre société et notre département ont besoin de solidarité.

Nous sommes inquiets sur l’annonce de la création de 20 000 nuitées d’hôtel au niveau national. La réponse n’est pas à la hauteur des nouveaux besoins, notamment pour les femmes victimes de violences. De plus, quelle sera la mise en œuvre effective ? A quelle échéance sachant qu’actuellement l’offre de logement d’urgence tend à se raréfier ? Rapide calcul : cela correspond à environ 300 nuitées par département. De quoi mettre à l’abri 2 femmes pendant 90 jours. Cela nous semble très insuffisant, d’autant que les dispositifs d’hébergement d’urgence étaient déjà sous tension et ne garantissaient que partiellement le droit d’avoir un toit et la protection des sans-abris, notamment pour les migrant.es et les réfugié.es

Parti communiste français, Fédération du Finistère – Le avril 2020

Pétition : Des milliards pour l’hôpital pas pour le capital !

 

DE L’ARGENT POUR L’HOPITAL, PAS POUR LE CAPITAL !

Par deux fois, le 16 mars lors de son allocution télévisée et le 25 mars à Mulhouse, E Macron a fait les louanges de l’action des personnels de santé, leur annonçant des mesures exceptionnelles ainsi que pour tout l’Hôpital.

Mais à ce jour, les masques restent contingentés, la rallonge budgétaire de crise ne prévoit que 2 milliards pour l’Hôpital et, encore, le fléchage de cette somme demeure des plus obscurs alors qu’en France 300 milliards sont prévus pour garantir les prêts bancaires des entreprises, sans aucune condition sur l’emploi, 35 milliards pour faire face à leur défaillance fiscale et sociale et que l’on débranche tous les garde-fous sur le temps de travail. Au niveau européen 1.000 milliards sont prévus par la BCE pour soutenir la valeur des titres boursiers.

Au plus profond de la crise du coronavirus, les choix du Président Macron, relais du MEDEF et de la «Grande Finance», restent les mêmes : sauver le capital et les profits. A mille lieues de la réponse urgente et nécessaire aux besoins de la population. L’obsession de maintenir la chaîne des profits prévaut sur tout ! En face, conditions de travail et de vie des citoyens, détresse sanitaire et psychologique de masse pèsent bien peu. C’est dès maintenant qu’il faut commencer à faire autrement, sans attendre le « jour d’après ». Alors que droits sociaux et libertés publiques sont mis en cause, nous disons STOP et appelons à des mesures immédiates, précises et concrètes pour les salariés.ées et les populations ouvrant sur une alternative de progrès pour toutes et tous.

Nous exigeons :

  1. L’arrêt immédiat des activités non essentielles, en réaffectant aux hôpitaux les matériels de protection actuellement utilisés pour ces activités, et la mobilisation, la conversion, voire la réquisition de secteurs industriels pour la production massive de masques, de gel hydro-alcoolique, de tests, de matériels respiratoires afin de répondre aux besoins de toute la population.
  2. En urgence, des tests systématiques de dépistage. Il s’agit d’isoler et de soigner les malades pour lutter efficacement contre l’épidémie et permettre aux immunisés de s’impliquer concrètement dans une solidarité active.
  3. Le déblocage immédiat de 10 milliards d’euros pour la santé publique : rouvrir des lits, en les réhabilitant, y compris construire des hôpitaux en urgence, soutien à la création d’un pôle public du médicament afin de reprendre le contrôle de la production des traitements nécessaires, embauches immédiates de personnels soignants et de recherche, reconnaissance de leurs qualifications, et tout de suite une augmentation de salaires.
  4. L’organisation de la mobilisation totale de secteurs-clé comme les laboratoires d’analyse, et le renforcement des services publics d’Etat et locaux pour loger les sans-abri, pour apporter soins, aide, soutien et sécurité aux populations, ainsi que l’armée mais pas pour la répression.
  5. Démocratie sanitaire dans les territoires : des commissions départementales et régionales associant élus, professionnels de santé, représentants syndicaux, d’associations et d’organismes de prévention pour évaluer les besoins, suivre la mise en œuvre des mesures ci-dessus et assurer une prise de décision collective face aux enjeux de santé publique actuels et à venir, notamment en mobilisant tous les moyens financiers nécessaires (cotisations et fiscalité des entreprises et des revenus financiers, trésoreries des grands groupes, banques, assurances, liquidités de la BCE).

Premiers signataires :
Basset  Jean-Pierre, Militant associatif, secteur santé
Bellal Amar, Rédacteur en chef de Progressistes
  Boccara Frédéric, Economiste, membre du CESE, responsable politique
  Bodin Thierry, Syndicaliste, Sanofi
  Bonnery Stéphane, Professeur des universités, sciences de l’éducation
Cailletaud Marie-Claire, Syndicaliste, membre du CESE
Cohen Laurence, Sénatrice, Groupe citoyens, républicains et communistes
  Durand Denis, Economiste, directeur de la revue Economie & Politique
  Durand Jean-Marc, Fiscaliste, élu communal
  Gonçalves Anthony, Professeur de médecine, cancérologue
  Gravouil Denis, Syndicaliste
  Joly Pascal, Syndicaliste
  Lefèbvre Fabienne, Elue municipale, ingénieure en sciences sociales
  Leflon Michèle, Médecin
Limousin Michel, Médecin
Montangon Maryse, Soignante, militante politique
  Prudhomme Christophe, praticien hospitalier, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, Hôpital Avicenne Bobigny
  Rouchy Fabienne, Syndicaliste, Banque de France
  Stivala Mireille, Aide-soignante, Syndicaliste
  Talbot Baptiste, Syndicaliste services publics
  Téjas Patricia, Syndicaliste, finances
  Ternant Evelyne, Economiste, responsable politique

Parmi les signataires, nous relevons les noms suivants (nos excuses aux autres) :
– André Chassaigne, député communiste, président du groupe DGR à l’Assemblée nationale
– Henri Sterdyniak, Economiste, membre des économistes atterrés
– Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité, ancien député communiste européen, groupe GUE
– Pierre Barbancey, journaliste international
– Olivier Coux, chercheur en biologie cellulaire, CNRS
– Monica Passos, Chanteuse
– Jean-Luc Gibelin, directeur d’hôpital honoraire
– Evelyne Zarka, élue 3è arrondissement, Paris
– Romain Marchand, élu communiste, Ivry
– Claude Aufort, Ingénieur CEA retraité
– Alain Obadia, président de la Fondation Gabriel Péri
– Raphaëlle Primet, élue communiste conseil de Paris
– Gilles Alfonsi, Saint-Denis
– Fabienne Haloui, Avignon
– Rabah Balloul, Radio Arts-Mada

Lien pour signer :

http://chng.it/TCr6f4wsk8

 

 

Déclaration des communistes du Pays de Quimperlé : Protéger les salarié.es de la grande distribution.

Communiqué du PCF de Quimperlé

Déclaration des communistes du Pays de Quimperlé

Protéger les salarié.es de la grande distribution

Nos élites auto-proclamées découvrent subitement que si la France tient, dans ce moment de crise sanitaire profonde, c’est grâce à celles et ceux qui se faisaient matraquer, il y a peu ou à ces sans grades « ces gens qui ne sont rien », comme le disait élégamment Macron.

Les communistes tiennent à saluer les professionnels de santé, les forces de sûreté et de secours, les salariés du commerce et de la distribution, ceux de l’agro-alimentaire, ceux des transports, les postiers, les collecteurs de déchets ménagers que nous savons totalement mobilisés pour faire reculer la maladie,assurer la sécurité de tous et qui se battent pour nous permettre de vivre ce confinement dans des conditions les plus humaines possibles.

Les salariés dont l’activité est indispensable doivent bénéficier des mesures de protection les plus strictes et les plus contrôlées.

Et parmi eux celles et ceux qui travaillent dans la grande distribution.

Certaines des enseignes ont pris des mesures aux caisses et aux accueils des magasins. Le parcours des clients est organisé. Nous nous en félicitons.

Cependant peut être faut il aller plus loin pour réduire encore les risques d’exposition du personnel au virus.

Il faut réduire le périmètre des achats aux produits essentiels que sont les produits alimentaires et les produits d’hygiène et fermer temporairement tous les autres rayons.
Il faut réduire les horaires de travail du personnel en les limitant à 5 ou 6 heures par jour, sans diminution de salaire, et réduire les horaires d’ouverture des magasins en semaine et les fermer le dimanche

Quimperlé le 31 mars 2020.

Premiers enseignements des municipales dans le Finistère.

Dans un contexte particulièrement inquiétant et dramatique, avec le maintien du second tour, incertain à l’heure qu’il est du fait de la crise sanitaire particulièrement sérieuse que nous vivons avec la progression du Coronavirus, le 1er tour des élections municipales dans le Finistère a livré certains enseignements, notamment sur les listes où le Parti Communiste était engagé.

A Brest, la liste du maire sortant François Cuillandre « Brest au cœur » dont le PCF (11 candidats sur la liste) est partie prenante avec le PS et BNC est en première position avec 26,57%, contre 18,8% à B. Malgorn (LR), 15,8% à R. Pichon (EELV-Génération-s), 12,5% à Marc Coatanea (LREM).

A Quimper, la droite sortante de Jollivet est en ballotage défavorable, puisque la liste d’Isabelle Assih soutenue par le PCF (5 candidats sur la liste) est en tête avec 32% (contre 30% au maire sortant).

Un excellent résultat pour la liste citoyenne de gauche d’Hugues Tupin à Douarnenez soutenue par le PCF: 44% contre 33% au centre-droit avec des sympathisants LREM et 22,8% au maire sortant LR. 

Un très bon résultat de premier tour pour la liste Morlaix Ensemble (Morlaisiens engagé-e-s, PS-PCF-Génération-s) à Morlaix: 37% contre 36% à la maire sortante Agnès Le Brun (ex LR), et ceci malgré deux listes à gauche.

Au Relecq-Kerhuon, la liste PS-PCF de la majorité sortante est largement en tête avec 47% contre 27% à la LREM, 26% à EELV. Nous avons 12 candidats sur cette liste dont 8 en position éligible.

Nous aurions 8 élus PCF ou sympathisants à Rosporden-Kernevel sur la liste de Michel Loussouarn et Jacques Rannou, maire délégué PCF de Kernevel, qui fait 75% dans sa commune: victoire avec 72% au global.

A Plouigneau, nous nous félicitons de la très belle victoire de la liste d’union de la gauche PS-PCF sous la conduite de  Joëlle Huon et Roger Héré, élus d’opposition sortants, qui ont fait face à une campagne de très bas étage de la droite.

A Guimaëc, dans le pays de Morlaix toujours, nous aurons un élu dans la majorité (Jeremy Lainé), à St Thégonnec-Loc Eguiner aussi (Corentin Derrien, 18 ans). Nous aurons une jeune élue dans l’opposition à Sizun (Amélie Le Calvez).

Nous aurons aussi deux élus dans la majorité à Briec dans le pays de Quimper.

Il y a eu aussi des déceptions du 1er tour pour le PCF dans le Finistère:

A Landerneau, la liste que nous soutenions avec 4 candidats sur cette liste « Landerneau pour tous » a fait 30% et nous n’aurons pas d’élu-e communiste.

A Carhaix, la liste d’union de la gauche face à Troadec et la droite n’a pu faire mieux que 18,5%. Pierre-Yves Thomas, secrétaire de section PCF, n°2 sur la liste, sera élu d’opposition.

Martine Carn, tête de liste communiste d’une liste citoyenne de gauche à Plougonven a fait avec sa liste 42% et sera élue d’opposition.

Daniel Carduner, tête de liste communiste d’une liste d’union de la gauche à Scaër a fait avec sa liste 32% et sera élue d’opposition.

A Loctudy, la liste que nous soutenions a fait 22%.

A Pont L’Abbé, la liste que nous soutenions, avec une tête de liste Génération.s, a fait 17,4%.

A Moëlan, la liste de gauche alternative où se présentaient des camarades a fait 16,8%

Quoiqu’il en soit, à l’issue de ces élections municipales, si les résultats du 1er tour ne tombent pas, il est grandement probable que le PCF compte entre 30 et 42 élus sur le département, selon les résultats du 2nd tour, sans compter les sympathisants, où nous nous réjouissons de manière générale de voir une gauche plutôt dans une situation de résistance et de reconquête.

A l’échelle bretonne, nous nous réjouissons aussi des très bons résultats de nos camarades engagés sur des listes d’union à Saint-Brieuc, Rennes, Lorient, Lanester (élection de la liste d’union de la gauche soutenue par le PCF dès le premier tour).

Nous avons aussi la joie d’avoir un maire communiste qui administra une mairie pour la première fois depuis longtemps en Ille-et-Vilaine, à Pont-Péan, et d’avoir un maire PCF élu contre la droite dès le premier tour à Ploufragan dans les Côtes d’Armor avec 66% des voix, Remy Moulin, et à Callac (22).

Au plan national, 101 maires communistes ont été élus ou réélus dès le 1er tour (5 pertes et 9 conquêtes).

Ismaël Dupont

 

 

Premier tour des élections municipales : déclaration du Parti communiste français

Premier tour des élections municipales : déclaration du Parti communiste français

Le premier tour de ces élections municipales s’est tenu dans la situation exceptionnelle de la crise sanitaire du coronavirus.

Cela a évidemment pesé sur une abstention qui, à plus de 54%, s’avère historique.

Il faut, dans ce contexte particulièrement difficile, saluer l’engagement des élus municipaux et des personnels communaux, qui ont permis la continuité de cet exercice démocratique essentiel.

Cet engagement constitue un atout pour la mobilisation de toute la nation et pour la construction des solidarités populaires indispensables face à la menace pesant sur le pays.

La priorité est à l’amplification de la mobilisation nationale contre la pandémie.

Il appartient dans ce cadre à l’exécutif d’informer, sur la base des estimations des autorités sanitaires, sur l’évolution de la pandémie, et sur les conditions dans lesquelles les opérations de vote du second tour pourront ou non se tenir.

Parce que l’implication de chacun et chacune va être indispensable, les décisions à prendre ne peuvent relever du seul président de la République et de son gouvernement. Elles doivent être prises en concertation avec les partis représentés au Parlement, qui doivent être prochainement réunis.

Au-delà, les premiers résultats du scrutin font apparaître la bonne tenue des listes de large rassemblement à gauche, et tout particulièrement de celles que conduisent des communistes.

Ainsi, à cette heure, alors que l’on ne connaît pas encore tous les résultats, sont notamment remportées au premier tour des villes comme Montreuil-sous-Bois, Stains, Fontenay-sous-Bois, Bonneuil, Nanterre, Gennevilliers, Martigues, Vierzon, Dieppe, Tarnos, Saint-Amand-les-Eaux, Avion etc.

Au Havre, le Premier ministre subit la sanction de la politique de casse sociale et de régression démocratique de son gouvernement. Il perd 8 points sur son résultat de 2014, Jean-Paul Lecocq obtenant face à lui le score de 35 %.

Le Parti communiste français y voit une invitation à défendre les communes, pilier de notre République, et à consolider les politiques publiques qui font de celles-ci des laboratoires de progrès social et écologique au quotidien.

Plus que jamais, l ‘humain et la planète doivent être au cœur des politiques à mettre en œuvre pour répondre aux attentes des Françaises et des Français.

Ce soir, les communistes et leurs élus sont mobilisés pour poursuive la bataille engagée pour le premier tour de ces municipales. Partout où c’est possible, ils appellent au plus large rassemblement des forces de gauche et écologistes pour l’emporter face aux listes soutenues par le gouvernement, la droite et l’extrême droite.

Paris 15 mars 2020
Parti communiste français

8 MARS : Initiatives à Brest.

8 MARS

JOURNEE INTERNATIONALE DES LUTTES FEMINISTES

ON VEUT L’EGALITE !

Commission Féministe du PCF appelant à la mobilisation du 8 Mars.

Vendredi 6 mars

Le Patronage Laïque Le Gouill propose une soirée « cinéma & débat » dans ses locaux le vendredi 6 mars prochain à 20h.

Diffusion du film « Mélancolie ouvrière », réalisé par Gérard Mordillat suivi d’un débat.

Entrée libre et gratuite !

L’image contient peut-être : 9 personnes, personnes debout et plein air

Dimanche 8 mars

A l’appel du collectif “Brestoises pour les droits des femmes”, rendez-vous:

  • À partir de 11h, au marché Saint Louis pour une déambulation revendicative et festive avec la fanfare invisible.
  • À 16h aux Capucins, pour chanter et danser sur des chorégraphies feminists.

Le collectif et ses initiatives sont ouvert·es à tout·e.s. N’hésitez pas à les rejoindre !

Une image contenant texte Description générée automatiquement

Toutes les infos sur la page facebook:

https://www.facebook.com/collectifdesbrestoises/

En 2020, en France et dans le monde, l’ordre patriarcal, continue de prospérer : féminicides, violences sexistes et sexuelles, violences envers les enfants et infanticides, inégalités de salaires et de retraites, recul du droit réel à l’avortement, violences obstétricales, fermeture des services publics comme les maternités…

Tractage devant le Restaurant Universitaire du Bouguen.

Alors, l’égalité au boulot, et à la retraite, c’est pour quand ?

Nous, femmes, avons toujours travaillé, et avons toujours mené des luttes. Malgré 11 lois pour l’égalité professionnelle en France, malgré le fait d’être plus diplômées que les hommes, nous gagnons toujours 20% de salaire de moins que les hommes.

A la retraite, c’est pire, l’écart atteint 40% ! Et la Contre-Réforme « Macron – Philippe » des retraites va encore dégrader notre situation.

Notre travail continue d’être disqualifié : nous sommes souvent assignées à des taches stéréotypées, et nos voix peu entendues, voire raillées. Nous sommes les premières concernées par la précarité : temps partiels contraints, déroulements de carrières moindres, métiers moins valorisés, majoritairement en retrait à l’arrivée des enfants…tout en effectuant l’essentiel des tâches domestiques, des soins aux enfants et aux proches âgé·es !

Nos propositions

UNE RETRAITE DIGNE : garantir à tou·te·s de pouvoir bénéficier, sans exclusion, de cette immense conquête sociale, en bonne santé, et dans des conditions dignes avec la retraite au plus tard à 60 ans pour tou·te·s, un montant de retraite garantissant une vie digne, le maintien des départs pour pénibilité au travail.

Vendredi 6 Mars, centre ville de Brest.

OBTENIR L’ÉGALITÉ SALARIALE par l’application coercitive des lois sur l’égalité ; par une réelle mixité des métiers ; par la mise en place d’un cadre national pour l’équivalence des diplômes ; avec une équivalence des métiers techniques « qualifiés » / métiers administratifs « qualifiés ».

METTRE EN PLACE UN SERVICE PUBLIC DE HAUTE QUALITE DE LA PETITE ENFANCE, développer les crèches, le partage à égalité du congé parental et de l’Education des enfants, pour lever les freins à l’activité et à l’émancipation des femmes, ainsi que des hommes en situation de parentalité.

Contact Commission féministe PCF 29 : femmespcf29@gmail.com

Jeudi 05 Mars, diffusion de l’appel devant Segalen.