Cocos, confinés, et actifs: Jean Dréan, le militant infatigable d’une société plus humaine avec les personnes âgées et les EHPAD

Jean Dréan, le militant infatigable d’une société plus humaine avec les personnes âgées et les EHPAD

 

– par Ismaël Dupont

Jean Dréan – Photo Le Télégramme

La crise du Covid, c’est l’annulation des rendez-vous médicaux pour les personnes âgées et certains malades: pour Jean, endoscopie reportée, kiné vestibulaire annulée, opération de la hanche reportée, achalasie reportée… La santé de la personne âgée, ce n’est pourtant pas que la protection contre le Covid-19… A croire que l’on ne meurt plus que de ça!!!

Confiné, il l’est toujours depuis quatre ans… Coco et actif, il le sera toujours, jusqu’à ses dernières forces, il l’est en tout cas depuis cinq ans qu’il est « enfermé » en EHPAD, et maintenant que les personnes âgées résidant en EHPAD vivent avec des règles de confinement (absence de visites, de déplacements, annulations des rendez-vous médicaux importants) encore plus sévère, et l’angoisse d’une propagation du virus dans l’EHPAD, Jean plaide plus que jamais pour que le PCF soit à l’initiative d’un projet de loi complet pour que le « jour d’après » ne soit plus comme avant, que l’on abandonne plus les « vieux » à des conditions de vie indignes d’une société développée, qu’on s’intéresse au temps disponible des personnels à leur côté, aux temps de toilette, de douche, pour manger, à la qualité des repas. Jean le coco confiné et actif est le président du conseil de vie sociale de sa maison de retraite confessionnelle et mène la bataille pour l’amélioration de la qualité de l’alimentation en EHPAD, lui qui ne cesse de donner des coups de main à ses camarades d' »infortune » moins bien lotis que lui. J’ai pu le constater en allant le voir à la sortie de leur cantine collective l’an passé.

Il peut être surprenant de consacrer une page de cette rubrique à notre ami et camarade de Plouigneau et de la section PCF de Morlaix, Jean Dréan, dans un EHPAD associatif confessionnel à but non lucratif à Quimper depuis des années. Peut-on être actif dans un EHPAD? N’est-ce pas l’antichambre de la mort, le refuge de la sénilité et de la déchéance de la personne? Et bien non, on peut être militant, on peut être citoyen dans un EHPAD, et les résidents des EHPAD sont des femmes et des hommes avec les mêmes droits que les autres, c’est ce que s’évertue à clamer Jean Dréan depuis des années, alertant sa CGT, son Parti communiste, son Humanité, les ministres successifs de la santé, sur la situation intolérable qui est faite aux personnes âgées en perte d’autonomie dans notre pays, riche et dit civilisé, mais où le secteur de la « dépendance », un mot qu’il n’aime pas, ou de la « perte d’autonomie », souffre d’un énorme déficit de financement public et solidaire pour pouvoir assurer des conditions de vie dignes et épanouissantes à tous les âges de la vie, y compris au dernier. On pourrait en dire autant de manière générale avec la manière dont notre société traite les handicapés, physiques et mentaux…

Aujourd’hui, les personnes âgées en EHPAD sont nombreuses à décéder chaque jour du Covid-19. On ne les amène même pas à l’hôpital, on n’envisage pas de soins, jugés inutiles ou fatals pour eux… On n’a pas assez de médicaments pour soulager leur souffrance, de masques pour les empêcher d’être contaminés! Cette crise du Coronavirus qui braque les projecteurs sur les maisons de retraite et les EHPAD révèle sous une lumière crue l’inhumanité de notre société vis-à-vis des personnes âgées et du grand âge, et l’état de sous-investissement, d’insuffisance d’effectifs dans les EHPAD. La presse s’y intéresse, les politiques néo-libéraux au pouvoir font mine de découvrir et de s’en émouvoir alors qu’ils ont tout fait pour mettre le problème sous le tapis et reculer le temps de construire une vraie loi de prise en charge financière de la question de la perte d’autonomie, dans le cadre de la solidarité nationale et de la Sécurité sociale universelle, avec des normes contraignantes pour le ratio personnel-résidents comme en Suisse ou dans d’autres pays.

Il faut pour construire une société civilisée pour tous les âges un effort de rassemblement et d’inventivité, de prélèvement des richesses là où elles « fuient » – profits mirifiques des actionnaires et du capital, paradis fiscaux – qui soit digne de ce que le CNR a entrepris avec la création de la Sécu, du système de retraite, des Grandes nationalisations, des bases du droit du travail et d’une République rénovée. C’est cet exemple qui inspire Jean, le résistant.   Pour Jean Dréan, qui reconnaît et salue les efforts de Christiane Caro et de l’atelier citoyen santé Bretagne du PCF (http://croizat-pcf.blogspot.com/) pour inscrire la question des Ehpad, du vieillissement, des personnes âgées, des conditions de travail des « professionnelles » qui souvent travaillent avec elles, de l’aide à domicile, de l’âgisme, au cœur de notre travail de proposition et de documentation et dénonciation du réel existant, notre parti, le PCF, n’a pas encore mis assez cette question en exergue à un niveau de volontarisme, de priorité et de proposition suffisant. Il nous faut être digne, à gauche et au parti communiste, du souffle créateur et humaniste du C.N.R. C’est en parlant aussi avec sérieux et des propositions de changement du quotidien de millions de gens qui vivent le vieillissement que l’on pourra être écoutés davantage. Jean n’est pas oublié: Laurent Brun, le responsable de la CGT Cheminots, membre de la direction du PCF, est venu le voir dans son EHPAD à Quimper en marge d’une réunion publique pour les Européennes et a passé deux heures en sa compagnie, Christiane Caro, membre de la commission nationale santé, des Côtes d’Armor, est venue le voir aussi, Patrick Le Hyaric lui répond régulièrement, c’est le cas aussi d’autres dirigeants du PCF, et des cabinets du ministère de la santé, etc.

Mais quel effet concret jusqu’à présent? Il semble au contraire que la situation ne cesse de s’aggraver pour les personnes âgées en EHPAD et les personnels. L’état d’impréparation et d’abandon des EHPAD face au Covid-19 est à la limite de l’irresponsabilité criminelle. Depuis 5 ans en EHPAD, Jean Dréan n’a pas constaté la moindre progression dans la situation faite aux vieux, il me l’a rappelé dans un courrier pas plus tard qu’hier:

« Dans la presse de ce jour, les voilà qui se réveillent. Tous de la même équipe. Sarkozy a trahi la parole donnée aux vieux sur la dépendance. Hollande le défroqué et son équipe disloquée ont pondu une coquille vide. Compter sur la Macronie serait une profonde erreur. Ils se soucient peu de mettre en place la civilisation du grand âge. Cependant, concernant l’Humain d’abord, il y a urgence à avoir de l’audace. Vous êtes sur de bons rails. Le TGV peut rouler contre le virus. Il doit rouler pour donner sens à la retraite ».

Quand je suis arrivé à Morlaix, Annick, la femme de Jean, ancienne institutrice à l’école Jean Piaget de Kerfraval, était gravement malade déjà. Elle restait à domicile, lourdement handicapée, dans leur maison de Saint Didy, sous la protection aimante de Jean, qui m’interpellait sans cesse par courrier, en me remettant des brochures de presse, sur le scandale constituée par les retraits de financement du Conseil Départemental, pour les personnes reconnues dépendant et ayant besoin d’aides et de soins à domicile, liée à l’austérité imposée par Sarkozy, puis par Hollande.

Ensuite, par amour, quand Annick n’a plus été capable de rester à la maison, son état de santé et de perte d’autonomie nécessitant d’aller en maison de retraite médicalisée, Jean a fait le choix difficile, alors qu’il était encore très vaillant physiquement et intellectuellement, qu’il était très sociable et militant, d’accompagner son épouse en maison de retraite non loin de la maison d’une de leur fille à Quimper. Finalement, Annick est décédée il y a un peu moins de deux ans en août 2018 à Quimper, et Jean a eu beaucoup de mal à surmonter son départ.  Alain David, pour les obsèques d’Annick, avait écrit un très beau texte qui retraçait sa vie:

Le chiffon rouge de Moralix, 25 août 2018 : ALAIN DAVID : ANNICK S’EST ETEINTE

A son arrivée à la maison de retraite Thérèse Rondeau allée de Kernisy à Quimper, l’aumônier, Louis Biannic, est venu le saluer au bout de deux jours. « Tu es communiste, j’ai été curé à Huelgoat. Mon meilleur ami était le maire communiste Alphonse Penven, député-maire à la Libération. Une page d’histoire ».

En 2019, la mère supérieure de l’EHPAD remet à Jean, qui reçoit l’Humanité et le journal de la CGT, comme les lettres du Parti communiste, chez les religieuses, le journal du diocèse, sous l’égide de l’épiscopat, avec un entretien avec le père Louis Biannic, en EHPAD, sous le titre: « Je vis mon ministère avec le handicap ».

L’aumônier rend à Jean un vibrant hommage:

 » Comment votre ministère de prêtre a t-il évolué avec votre situation dans un EHPAD?

Jusqu’à présent, j’étais reconnu comme l’aumônier, je pouvais parler avec les gens, même ceux qui n’étaient pas chrétiens. Maintenant, je suis pensionnaire, je vis mon ministère avec le handicap. C’est d’abord une fraternité de misère. Ceux qui sont un peu plus valides viennent en aide. Mon grand copain est un ancien Cégétiste qui est là (* Jean note sur l’article du diocèse qu’il m’a envoyé: il est toujours cégétiste et communiste). Il est toujours attentif à la moindre personne qui a besoin. C’est lui qui apporte mon chariot jusqu’à ma chambre. Il est formidable. On découvre les gens quand on est soi-même atteint, on découvre des richesses qui passaient inaperçues avant » (le prêtre Louis Biannic).

C’est Louis Biannic qui a assuré les obsèques religieuses d’Annick en 2018, de belle façon. Il savait qu’elle était catholique, quoique également adhérente communiste.

Pour moi, Jean Dréan est un « Working class hero ». Quelqu’un qui ne s’est jamais arrêté de chercher, de lutter, d’agir pour contribuer à créer une société meilleure, et qui incarne aussi cet idéal dans des gestes de solidarité, d’humanité, de fraternité, ici et maintenant. Quelqu’un qui par son humanité, sa gouaille et son humour pouvait faire tomber toutes les barrières et être reconnu par des gens qui n’étaient pas forcément de son bord. Et pourtant, en tant que cheminot cégétiste et communiste, c’était un vrai lutteur, prêt à mettre en boîte les briseurs de grève, à jouer des mauvais tours aux directions pour affirmer le droit syndical et la défense du service public et des droits des salariés. Comme sur la perte d’autonomie et les EHPAD, Jean m’a envoyé des centaines d’articles par courrier, même une fois reclus en EHPAD, sur la nécessité de défendre le réseau ferroviaire français contre le démantèlement, la privatisation, la vente à la découpe, de promouvoir le ferroutage, la plateforme rail-route de St Martin, de défendre la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff. Ce n’est pas du passé, Jean continue à s’intéresser à toutes ces questions, à faire des revues de presse pour documenter ses indignations.

Depuis cinq ans au moins, les appels, les signaux d’alarme se sont multipliés, de la part des personnels des EHPAD, des directeurs d’EHPAD et de leurs associations et syndicats représentatifs, de personnalités morales, d’anciens employés, des familles et de certains usagers, mais les gouvernements restent obstinément sourds à la souffrance et à la colère des personnels et des usagers des EHPAD, mais plus largement, de toute la filière de la prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie: l’aide à domicile, etc. Insuffisance de moyens financiers et humains, bas salaires, précarité, absence de temps à accorder aux personnes âgées reviennent dans tous les témoignages.

En janvier 2018, Jean Dréan lançait lui aussi un appel, qui a même fait l’objet d’une pétition sur change.org:

Le Chiffon Rouge de Morlaix,13 janvier 2018: Appel de Jean Dréan: pour le droit à bien vieillir, stop à la maltraitance institutionnelle vis-à-vis des personnels et des usagers des maisons de retraite!

« L’enjeu d’accompagner avec des moyens de solidarité pour bien vivre à tous les âges le vieillissement de la population devrait être une grande cause nationale. Au lieu de ça, aucune prise en compte sérieuse de l’enjeu du vieillissement et des conditions de vie des personnes âgées de la part des politiques au pouvoir depuis des années, et des politiques libérales et d’austérité qui fragilisent encore des structures et des dispositifs déjà insuffisants par le passé.

Au lieu de ça, le secteur de l’aide à domicile est un lieu bien souvent de précarité, de bas salaire et d’exploitation pour les personnels, les financements par les départements sont fragilisés, il manque des places dans les maisons de retraite, leur financement, notamment celui des maisons de retraite publiques, est remis en cause par les nouvelles règles de tarification, et le personnel travaille bien souvent dans des conditions de sous-effectif dramatique, qui se répercutent sur les conditions d’accompagnement des personnes âgées.

La loi d’adaptation de la société au vieillissement de 2015 a fragilisé les EHPAD publics qui constituent 43% des maisons de retraite mais accueillent 70% des résidents. Les groupes financiers s’en frottent les mains, eux qui veulent se positionner sur le marché de l’or gris sans considération sociale autre que leurs profits: les Korian, Orpea, DomusVi, Colisée, Domidep, le Noble Age, Emera.

Le risque de la réforme du financement des établissements de santé et des maisons de retraite est de voir des départements fermer des lits dans les maisons de retraite publiques, faisant par là même des économies sur l’habilitation des Ehpad à l’aide sociale assurée par les conseils départementaux.

Gagner partout et pour tous le droit bien vieillir en rassemblant sur la base d’une considération du besoin humain primant sur les logiques de rentabilité les différents maillons de la chaîne de vie de la personne âgée dans une action, une réflexion, un service public et un financement solidaire communs, est une priorité: Maintien à domicile, Accueil en EHPAD, Prévention santé, Education continue et accès aux droits des personnes âgées (mobilité, culture, …).

La presse nationale et régionale se fait écho presque tous les jours du malaise et de la détresse des personnels des maisons de retraite, de leur sentiment de ne pas pouvoir faire leur travail dans des bonnes conditions, soucieuses de la dignité et du bien-être des personnes âgées. Il est temps de prendre au sérieux leurs cris d’alarme.

La situation est déjà mauvaise, quasi intenable: si les structures pour personnes âgées réduisent encore leur personnel, ce sera la catastrophe.

Le degré de civilisation d’une société se juge à la manière dont elle traite les plus vulnérables et les plus fragiles: le quasi abandon actuel du grand âge, absent des préoccupations des décideurs politiques, est inacceptable. Depuis quelques mois, il y a eu 14 suicides d’aide soignante, et personne ne semble s’en émouvoir.

Je suis bien placé, résidant par contrainte avec mon épouse handicapée en EHPAD dans une maison de retraite associative privée à but non lucratif, pour constater:

– que le service de semaine, c’est la course permanente

– le samedi et le dimanche, réduction du personnel oblige, c’est le marathon. Et l’épuisement en fin de journée pour les personnels.

– pas d’infirmier ou d’infirmière de nuit. Ne pas compter sur le somnifère

– le médecin coordinateur est contraint à la présence allégée

– il n’est pas évident que les urgences hospitalières nous réservent un accueil particulier

– qui s’inquiète du plaisir de manger ces résidents en maison de retraite? A quand le bio, les produits frais?

– qui s’inquiète de la malnutrition de certaines personnes âgées qui ne peuvent se nourrir qu’avec un encouragement patient, de l’aide et de la présence humaine?

– des douches qu’on ne fait qu’une fois la semaine ou tous les 15 jours?

Il est urgent de réagir, de se remettre à porter des solutions d’égalité et de solidarité pour garantir aux personnes âgées leur droit à être traités dignement, avec bienveillance, patience, professionnalisme, et une présence humaine à la hauteur.

La France est riche, on trouve des milliards pour supprimer l’ISF, faire des cadeaux aux actionnaires des grandes entreprises, aux sociétés d’autoroute, pour les bombes nucléaires, et on n’aurait pas les moyens de financer des conditions de prise en charge simplement humaine et digne pour les personnes âgées?

Jean Dréan, retraité Cheminot et CGT, militant communiste, résident en maison de retraite à Quimper »

 

Mais les pouvoirs publics, le gouvernement regardait ailleurs.

Comme en 2015, alors que Hollande était au pouvoir et que Marisol Touraine, comme sur l’hôpital public, a raté complètement le rendez-vous d’une réorientation de la politique de santé et vis-à-vis des personnes âgées dans le sens d’une véritable prise en compte de l’effort de solidarité à fournir. 

Sur une loi pas à la hauteur – contestée: adaptation de la société au vieillissement.

Pour la majorité des citoyens, cette loi passe à côté d’une ATTENTE MAJEURE: une prise en charge par la solidarité nationale.

Il y a urgence à remettre à l’ordre du jour les exigences exprimées sur un problème sociétal majeur que le pays doit affronter: le vieillissement.

En effet malgré les orientations politiques et les opérations d’enfumage, les Français ne voient rien venir. Il en est ainsi d’une loi qualifiée fourre-tout dite loi Macron, imposée par la force du 49/3

– Des chiffres du chômage: triturant les statistiques de pôle emploi. Voilà la nouvelle technique gouvernementale pour faire baisser le chômage.

Il risque d’en être ainsi de cette loi en gestation de longue date. Alors qu’il y a une extrême urgence: comme le clame sur les chaînes publiques le Président des Associations des Directeurs d’Etablissement, « la situation est dramatique et va devenir catastrophique ».

Il faut un plan d’urgence.

Par exemple sur le Finistère l’agitation des personnels en charge des 4 maillons de la chaîne de vie des personnes âgées a trouvé large écho dans la presse. Une multitude d’appels au secours et de témoignages souvent poignants.

Pour rappel les deux les plus significatifs pleins de conviction et de dignité.

– Ceux sous les propres fenêtres de l’ex- Président du Conseil Général Maille: « dignité pour les vieux – respect, considération pour les personnels, halte à la maltraitance institutionnelle qui s’installe ».

– Ceux de Morlaix: 800 personnes s’époumonant « Halte au travail à la chaîne. Néfaste pour la qualité de vie de la personne âgée, néfaste pour la sérénité, l’équilibre des personnels ».

Par le plus malheureux des hasards, Monsieur le Préfet du Finistère confirmait la nécessité, la justification de ce vent de révolte « avec la réduction des dépenses publiques nous aurons des choix douloureux à faire pour les personnes, les familles ».

Et voilà qu’en période estivale le calme serait revenu dans le monde du silence. N’est-on pas en droit de s’interroger sur ce « calme artificiel »?

Qu’en est-il de la rotation des personnels (service -aide-soignant) embauchés en remplacement des congés statutaires: sont-ils formés? Quel statut? Quelle expérience confirmée de la personne âgée? Pourquoi un service réduit les samedis, les dimanches? Quels moyens pour pallier aux incidents, aux accidents de la vie courante?

L’humain aurai-il des temps de relâche? Quelle réserve de personnels compétents?

A l’occasion de la canicule n’a t-on pas entendu des propos contradictoires confirmant la nécessité d’une vigilance absolue. Une situation à risques qui ne fera que s’aggraver. Pour confirmation s’imprégner des directives de Pierre Maille aux gestionnaires: « avec moins, faites plus ».

Pour décider d’une réflexion concertée devant conduire à l’action, « pour une loi de progrès social » analysons quelques propos de presse provoqués par le coup de chaleur de nos aînés. Et ceci malgré les « opérations d’enfumage » de Mmes Touraine et Rossignol.

– Dans les résidences on n’a pas un moment de répit. Avec un ratio de personnel médiocre on travaille à la chaîne.

– Madame la Ministre se veut rassurante: « situation maîtrisée »

– Le Président de Samu-Urgence n’est pas de cet avis: « situation critique, alarmante ».

– Le Président de A.D.P.A: L’essentiel des leçons du drame de 2003 n’a pas été tiré: l’inertie des pouvoirs publics face à la crise.

– VALLS dans sa superbe en appelle à la solidarité

– A.D.P.A l’a pris au mot et réitère la proposition de la création de 200 000 emplois. C’est un impératif éthique et ce serait en même temps une réponse à la crise économique.

La presse nous apprend qu’un délégué de A.D.P.A entamait « à pied » un tour de France de l’aide aux personnes âgées. Pour défendre leur cause. Faire émerger des points de convergence et de divergence. Tout en rappelant l’urgente nécessité de créer 200 000 emplois!

Il y a donc urgence à se rassembler, à travailler ensemble, à situer clairement les responsabilités d’une situation intolérable. Faisons notre coup de colère du président Chanvert: les politiques n’ont pas su ou voulu anticiper le vieillissement.

Ensemble, imposons-leur de voter enfin une loi de progrès social.

‘Gagner partout et pour tous le bien vieillir dignement en citoyen à part entière ».

Pour raison de santé de mon épouse nous avons rejoint une EHPAD en connaissance de cause. Je salue le courage de tous les personnels, leur engagement, leur dévouement pour un salaire qui n’est pas à la hauteur des exigences.

ENSEMBLE, USAGERS, FAMILLES, PERSONNELS, GENS DE PROGRES

TRAVAILLONS A L’ELABORATION D’UNE VERITABLE CIVILISATION DE LA PERSONNE AGEE, ou selon dernier congrès de la Gériatrie tout ou presque reste à inventer.

Jean Dréan (UL CGT Quimper – 9, allée Samuel Piriou, 29000 Quimper)

APPEL DU 27 AOUT 2015, toujours valable! 

 

 

 

 

 

(1 commentaire)

    • bourven lacroix.facebook on 26 avril 2020 at 7 07 33 04334
    • Répondre

    tres beau temoignage,ce jean que j’ai cotoye , avec qui j’ai mene des combats des tractages dans la campagne du canton de ploigneau .un grand coeur bourru apparement mais une logique extreme.un vrai coco come j’aime .ces commentaires sont les miens aussi .je n’oublie pas jean .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :