image_pdfimage_print

PCF Finistère

Author's posts

Brest, 1er Mai au Patronage Laïque de Lambézellec.

Fête du 1er mai 2019 aura lieu cette année au Patronage Laïque de Lambézellec (rue du Lannoc).

12 h 30 Inauguration de la fête

Menu:

Couscous Gâteau + Café : 15 €   Menu –12 ans : 8

Réservation à la Section PCF de Brest avant le 27 avril  5 rue Moreau 29200 Brest 02 98 43 05 41   pcf_brest@yahoo.fr

Supplément de 2 € pour les repas non réservés

Sur place : Loterie, Aquarelle, Jeu du palet, Buvette, Espace associatif…

 

12h30 Inauguration de la fête et apéritif

13h30 Banquet fraternel 14h Animation

Stands associatifs :

Mouvement de la Paix,  Comité pour l’Interdiction des Armes Nucléaires 29, Association France-Palestine Solidarité, Secours Populaire Français

Jeudi Rouge à Quimperlé, Populisme de gauche: une balle dans le pied ?

JEUDIS ROUGES

comprendre, agir, risposter

Espace Benoîte Groult

3, avenue du Coat Kaër – 29300 Quimperlé

Jeudi 25 avril 2019, 19 h

Salle ISOLE

Populisme de Gauche.

Une balle dans le pied ?

Jean Quétier

Agrégé de philosophie

rédacteur en chef de Cause Commune, la revue d’action politique du PCF.

https://www.causecommune-larevue.fr/

Le populisme de gauche est devenu une référence théorique fondamentale pour différents mouvements progressistes. Du rôle qu’elle accorde aux leaders, à la place qu’elle laisse aux affects en passant par la critique qu’elle adresse à la démocratie directe, cette approche ne va pas sans poser problème.

déroulement de la soirée :

19/20h : présentation et développement du thème proposé

20h/20h45 : échanges entre participants et avec Jean Quétier

21h/22h : Chacun apporte de quoi boire et on partage !

préparer la soirée ?

  • Regard critique sur le « populisme de gauche » de Chantal Mouffe », in La Pensée n°392

  • Marx dans le combat politique (1864-1883) », in La Pensée n° 394

Plus d’information contactez:pcfpaysdequimperle@gmail.co

Organisé par le réseau d’initiatives « partage des savoirs » du PCF en Bretagne sud

Entretien avec Cinderella Bernard par les alternatifs.info.

« IL NE PEUT Y AVOIR D’ECOLOGIE SANS ANTICAPITALISME »

Afin de placer l’écologie au cœur du débat, nous avons posé les mêmes questions à différents candidat-e-s pour les élections européennes.

Cinderella Bernard, investie sous la bannière du Parti communiste français a eu la gentillesse d’y répondre.

 

Les Alternatifs – Bonjour, vous êtes candidate sur la liste du Parti communiste pour les élections européennes, pouvez-vous nous résumer votre parcours ?

Je suis issue d’un milieu modeste. Mon père était ouvrier et ma mère, mère au foyer a repris ses études à plus de 40 ans.  A 14 ans, j’ai su que je voulais être éducatrice spécialisée, une profession qui permettait de corriger les inégalités sociales et de donner leur chance à tous les enfants, quelques soient leurs origines ou leurs histoires familiales.

Après des petits boulots en usine, j’ai exercé plusieurs professions autour du handicap, de la dépendance et de le délinquance.

Très tôt, je me suis engagée dans le milieu associatif et j’ai mené mes 1ères luttes pour la défense des écoles publiques et l’enseignement bilingue public breton/français en 2007. Je suis devenue présidente de l’amicale laïque cette même année. Ce qui m’a valu d’intégrer la liste de Gérard Le Caër, maire communiste à Bégard en 2008, aujourd’hui je suis 1ère adjointe. J’ai pris la présidence du SMICTOM, syndicat de collecte et de traitement des ordures ménagères créé à l’initiative des élus communistes de Bégard, le premier du Département.

En 2015, avec la réforme des élections cantonales et le redécoupage des cantons, je suis devenue conseillère départementale et porte-parole du groupe communiste. Etant maman de 4 enfants, je me suis alors mise en disponibilité professionnelle de mon poste de médiatrice, le temps de ce mandat.
En 2016, j’ai fait le meilleur score à l’Ouest aux législatives pour le PCF, et si la FI n’avait pas refusé de discuter avec nous, nous aurions eu un député. Une situation d’autant plus difficile à accepter car si la FI a pu présenter un candidat à la présidentielle, c’est grâce aux plus de 400 parrainages communistes dont le mien, pour en retour avoir un candidat parachuté sur la circonscription et face à des députés communistes sortants.

En 2019, les camarades du bureau régional portent ma candidature pour les européennes. Après plusieurs mois de réflexion, je finis par accepter car il serait irresponsable de laisser le débat être
confisqué entre les ultra-libéraux et l’extrême droite. Nous devons porter le combat contre le capitalisme et le fascisme partout où nous le pouvons car il a atteint ses limites et représente une menace pour la paix dans notre société et le monde, pour l’humanité et l’écologie.

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous engager ?

Je suis une militante, c’est inscrit dans mes gènes ! Chacun participe à la vie de la société à sa façon et toutes les places occupées sont importantes pour son équilibre.
J’ai vite compris que notre société s’organisait en fonction des décisions politiques qu’elles soient votées au niveau national ou plus local. Alors je me suis dit que la meilleure façon de défendre la justice sociale et les biens communs était d’intégrer les rouages de la machine et d’y porter une contribution progressiste, communiste. Je ne suis pas née communiste, mais je le suis naturellement devenue de part mon histoire de vie et au gré des rencontres.

Quand je me suis lancée en politique, mon père m’a adressé ce message : “bon courage pour changer le monde”. Je pense que mon communisme a commencé avec lui, d’une certaine façon…

 

En matière d’environnement, quelles mesures de votre programme vous tiennent particulièrement
à cœur ?

En tant qu’élue locale, je mesure l’impossibilité pour les collectivités territoriales de faire face aux défis environnementaux, subissant de pleins fouet les politiques d’austérités plus fortes cette dernière décennie. En 2 quinquennats, les collectivités locales auront dû réduire leur budget à hauteur de 24 milliards d’euros. Quand on sait que 50% de l’investissement en faveur de la transition énergétique dépend des collectivités locales (habitat social, énergies renouvelables..), on imagine très vite combien les politiques d’austérité menée aujourd’hui tant au niveau européen que national bloquent les initiatives attendues dans ce domaine..
Les collectivités territoriales sont responsables de 70% de l’investissement public (et seulement 10% de l’endettement public), en baisse de 15% en 2018.

Aujourd’hui, au prétexte de la règle d’or des 3% du PIB de déficit autorisé par l’Union européenne, l’Etat poursuit la pression sur les collectivités locales. Cette directive européenne libérale doit donc être annulée. La Banque Centrale Européenne dans sa logique libérale a donné près de 3000 milliards d’euros d’argent public aux banques privées sans contrepartie dont une partie créée sur des planches à billet. Nous proposons de créer un fond européen permettant de financer un grand service public de la transition énergétique, du mix énergétique et de la recherche, et mettre des fonds européens en direction des transports collectifs, de la rénovation des voies férrées pour un maillage de proximité, du développement des services publics pour réduire les mobilités et rendre un meilleur service utile et nécessaire à toute la population.
La PAC (politique agricole commune) relève d’un enjeu majeur pour l’environnement. J’ai l’occasion de multiplier les rencontres avec les producteurs locaux sur le terrain. Notre programme défend l’agroécologie, nous devons réguler les productions et favoriser l’agriculture bio et contrer le piège de l’industrialisation biologique dans lequel les marchés mondiaux veulent enfermer les producteurs. il faut des règles strictes sur la labellisation du bio valables dans tous les pays. Il faut flécher les aides européennes sur des politiques agricoles communes dans les territoires qui viseraient à developper des initiatives plus respectueuses de l’environnement.
La PAC doit accompagner les agriculteurs vers une production raisonnée et respectueuse de l’environnement, pour cela il faut sortir l’agriculture des logiques de marché concurrentiel et uniformiser les normes de production vers le haut.

Quel est votre avis sur les marches pour le climat qui s’organisent en France et un peu partout dans le monde ?

Ces manifestations sont justes et nécessaires pour faire évoluer les consciences. La jeunesse a raison de se mobiliser, d’ailleurs mes enfants, ma fille collégienne et mon fils lycéen, y ont participé. Mais encore une fois, il ne peut y avoir de véritable écologisme sans anticapitalisme… Le capitalisme vert ça n’existe pas !

 

Selon vous, comment lier la justice sociale et l’urgence climatique ?

L’habitat social est le 1er facteur de la réduction du pouvoir d’achat des ménages, les logements sont quant à eux, par leurs énergies résiduelles, responsables du réchauffement climatique à hauteur de 16,5 %. Permettre la transition énergétique des logements et construire de nouveaux logements basse consommation, c’est réduire la facture du locataire et agir en faveur de l’environnement.
Depuis toujours, nous défendons l’idée de développer les transports en commun et de les rendre accessibles à tous. Seulement 14 voix ont manqué à l’assemblée européenne pour empêcher de livrer la SNCF-usagers au marché. Depuis les guichets se ferment, des arrêts sont supprimés et ça devient le parcours du combattant pour se procurer un billet. Démonstration est faite que le libéralisme qui consiste à créer des situations concurrentielles dans tous les domaines va à l’encontre du progrès
écologique.
Nous devons sortir de ces logiques de marché pour placer au coeur de toutes les décisions l’humain et l’écologie. Les véhicules routiers sont responsables de 29% des émissions de gaz à effet de serre..
Nous portons l’idée d’inscrire une clause de non-régression sociale dans tous les pays européens afin d’empêcher par exemple que le marché concurrentiel ne fragilise les politiques publiques que nous avons mis en place en faveur du progrès humain et écologique.

 

Comment vous positionnez-vous face à la liste de la France insoumise, d’Europe Ecologie ou de Génération-s, pourquoi tant de divisions ?

Dès le départ Ian Brossat a tendu la main aux autres forces de Gauche avec qui nous pouvions nous entendre. Cela excluait de fait le PS qui a porté tous les traités qui ont construit cette Europe libérale. EELV a très tôt fait savoir qu’elle irait seule à cette élection. La FI ne parle à personne à Gauche considérant toute discussion comme des “carabistouilles” pour reprendre leur expression. En réalité ils ont cru pouvoir être hégémoniques à Gauche. Les sondages ne leur donnent pour l’instant que 5 points de plus que nous. Reste Génération-S à qui nous continuons de tendre la main. J’ai rencontré Benoit Hamon avec Ian Brossat dans un café en février et nous en avons parlé.
Nous nous battons pour tenter de préserver les acquis sociaux que nous avons remporté par le fruit de longues luttes sociales et pour lesquelles les communistes ont joué un rôle majeur que ce soit dans le cadre du Front populaire ou du Conseil national de la Résistance.
Nous sommes aujourd’hui, reconnu par la cours des comptes comme le 1er parti de France, nous comptons un nombre important d’élus et siégeons dans toutes les assemblées (800 maires, 7000 élus,
un groupe au Sénat et à l’assemblée Nationale, trois députés européens,…). Nous sommes le seul parti de Gauche à s’être toujours opposé aux traités libéraux européens. Nous avons fait campagne contre le traité de Maastrich qui a mis en place cette Europe du marché quand d’autres aujourd’hui qui voudraient nous donner des leçons de gauche ont fait campagne pour ce traité.
Suivez mon regard… Nous avions pris la pleine mesure de ses conséquences pour l’humanité et l’écologie.

Aujourd’hui, de nombreuses études ont fait la démonstration du risque de réchauffement climatique, des économistes de gauche comme de droite ont démontré les limites du capitalisme.
Les enjeux sont tels qu’on ne peut avoir de demi-discours sur le renversement du capitalisme, l’Europe doit devenir une communauté humaine qui protège son environnement de vie, ce qu’elle ne fait pas aujourd’hui.. elle protège les riches et tant pis pour les autres qu’ils crèvent dans la rue ou la méditerranée, ou qu’ils mangent des colis alimentaires, tant pis pour l’environnement, tant que les sous remplissent les caisses des actionnaires.

Mais même sans alliance nous poursuivons le combat que nous menons depuis près de 100 ans. Cela fait de nous un parti d’expérience, nous avons toujours été à l’avant-garde des enjeux humains et environnementaux. Notre liste est d’ailleurs une liste d’ouverture avec 30% de candidat.e.s issu.e.s de la société civile. C’est une belle liste avec 50% d’ouvrier.e.s et d’employé.e.s, des intellectuel.le.s aussi comme Maryam Madjidy, Prix Goncourt en 2017 et n°8 sur notre liste. En votant pour la liste menée par Ian Brossat “Pour l’Europe des gens, contre l’Europe de l’argent”, nous avons pour la première fois la possibilité d’envoyer au parlement européen une ouvrière, Gilet Jaune depuis le début et n°2 sur notre liste. Il s’agit de Marie Hélène Bourlard, ouvrière textile pendant 40 ans et qui s’est illustrée dans le documentaire “Merci patron”.

Je refuse ce fatalisme et cette désunion à Gauche mais l’Union est un combat et nous n’abandonnons pas l’idée. En attendant le Parti Communiste Français est le parti auquel je donne ma confiance pour mener ce combat, loin des stratégies politiciennes faites en fonction des sondages qui visent à séduire un électorat et à suivre le sens du vent…

 

Les Alternatifs – propos recueillis par la rédaction

Quimper, retour sur la réunion publique avec Marie-Pierre Vieu

Vendredi 19 avril à Quimper, Halles St François, réunion publique Européennes.

SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l’enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes.

 

Devant 80 personnes environ, et de nombreux syndicalistes et animateurs des comités de défense des hôpitaux (Concarneau, Douarnenez), le débat services publics organisé par le PCF a Quimper pour les européennes avec Marie-Pierre Vieu députée europeenne PCF, en quatrième position sur la liste de Ian Brossat, et Laurent Brun, responsable de la CGT cheminots, a été passionnant: il a été ouvert par des interventions de Jean-Marc Cléry, secrétaire régional de la FSU Bretagne, de Yann Fouché, secrétaire départemental de la FSU Finistère, de Marie le Berre, de la CGT Finistère de la poste, de Bernard Jasserand, de la CGT énergie, du secrétaire régional de la CGT cheminots Yannick Tison, de Alain Bergeot de République et socialisme, candidat du front de gauche en 2014 aux européennes, de Marianne Jan et Yves jardin pour les comités de défense des hôpitaux de Concarneau et de Douarnenez.

La réunion s est conclue par de très fortes interventions de Laurent Brun et Marie Pierre Vieu et par une intervention de Glenn le Saout sur la défense de la jeunesse et de l’égalité d accès aux études, et sur les raisons de voter pour cette liste de travailleurs, animateurs de luttes, ou le responsable du service des urgences, le cancérologue, l écrivaine, côtoient l ouvrier, le livreur a vélo.

Moment détente le soir a Quimper avec Laurent Brun qui nous a chanté l internationale des cheminots électriciens, Marie Pierre Vieu, Glenn le Saout et la vingtaine de camarades à rester dîner, dont François Lucas de Crozon qui a sorti l’accordéon!

Photos Jean-Claude Perrot, Ismaël Dupont, Christian Beaumanoir

 

 

Mémoire du PCF, don d’affichettes à la section de Morlaix.

Merci à Christine Bernas pour le don au PCF Morlaix de ces tracts qu’avait conservés son père, militant communiste.









Européennes: Meeting régional du mercredi 24 avril à Rennes avec Ian Brossat, Elina Dumont, Gilbert Garrel, les quatre candidats bretons.


Meeting régional du mercredi 24 avril à Rennes avec Ian Brossat, Elina Dumont, Gilbert Garrel, les quatre candidats bretons.

Réservez vos places dans le car affrété par la fédération du PCF Finistère passant par Brest et Morlaix.

Les fédérations bretonnes du PCF organisent un grand meeting à Rennes le 24 avril, à partir de 19h30 aux Halles Martenot à Rennes. (place des Lices).

Ce meeting, pour lequel nous consacrons beaucoup de moyens militants et financiers, va être très important.

Il va avoir une ampleur nationale puisqu’il se situe le lendemain du dépôt des listes et parce que Ian Brossat présentera à cette occasion le programme de notre liste. La presse nationale sera présente. Le meeting sera retransmis en direct sur internet.

Il y aura sur place de quoi se restaurer. (vente de sandwich et de galette saucisse)

NORD FINISTERE

Un car est réservé par le PCF FINISTERE pour le meeting du mercredi 24 avril afin d’être à Rennes à 19h.

RDV

Brest, le rendez-vous se fera à 15h40 devant la maison du peuple.
Morlaix, à 16h30 à Géant St Martin des Champs devant le garage Citroën.

Retour à Brest pour 2 h du matin, à Morlaix pour 1h du matin maxi, avec un départ de Rennes vers 10h15-10h30.

L’inscription dans ce car de 60 places est ouverte auprès de Ismaël Dupont: dupont.ismael@yahoo.fr – 06 20 90 10 52
Inscription: GRATUIT (pris en charge par la fédération). Participation à la campagne sous forme de dons possible.

SUD FINISTERE

Pour le sud-Finistère, voir à se joindre avec le Morbihan.

philippe.jumeau.pcf56@orange.fr / 06 33 13 67 07

Pour info, voilà où on en était:

Pour rappel, l’option retenue pour deux cars sont:
– Départ 17H:  Lanester, via Baud, – Rennes : 53 places (50 places de réservées)
– Départ 17H: Auray, via Vannes, Ploërmel – Rennes: 53 places (33 places réservées).

Brest, Européennes : calendrier des prochaines initiatives.

La liste  Ian Brossat, longtemps donné à 2 % des intentions de vote par l’Ifop, atteint désormais 3,5 % dans la dernière livraison de l’institut, ce vendredi. Un cap de passé, celui fixant le remboursement de la campagne, dont se félicite le secrétaire national du PCF. « On sent, à travers l’affluence dans nos meetings et le frémissement positif dans les sondages, qu’il se passe quelque chose, comme l’indique Fabien Roussel. Les idées que nous mettons en avant depuis dix moi s portent leurs fruits. Une dynamique se met en place tout doucement.
Il nous faut amplifier notre campagne de terrain et réussir nos rencontres pour passer le cap des 5% nous avons un calendrier particulièrement riche .

Calendrier:

Meeting régional Européennes avec Ian Brossat le mercredi 24 avril à Rennes, 19h30. Déplacement en car à partir de Brest .
Fête et repas du 1er mai à Brest au Patronage laïque de Lambézellec.
Rencontre sur le climat à Brest le 6 mai avec  Alain Pagano.
Banquet pour L’Humanité le samedi 11 mai au Relecq-Kerhuon, salle de l’Astrolabe (11h30-17h30).
Et le 18 Mai, Lassana Bathily  le héros malien de la prise d’otages meurtrière de l’Hyper Cacher et président du comité de soutien à la liste conduite par Ian Brossat nous rendra une visite à Brest.

 

Tractages :

Ce WE deux rendez vous sont actés Samedi matin au marché de St Renan à partir de 10 h RV en bas du marché près du CMB et dimanche au marché St louis à 10 h (angle Lyon Siam).

Il est possible d’envisager ce vendredi le marché de lambézellec à 10 h et la gare à 17 h pour les départs du WE pascal.

Faites part de vos disponibilités , dès à présent inscrivez vous pour le départ en car pour le meeting , pour le repas du premier mai.

Nos initiatives sont ouvertes à tou.te.s, militant.e.s, sympathisant.e.s, citoyen.ne.s qui veulent participer à la campagne Pour l’Europe des gens contre l’Europe de l’Argent.

 

Pays de Morlaix, Défense des usagers de l’hôpital. Un débat sur la santé le 4 mai (Le Télégramme, 10 avril 2019)

Inquiet du devenir du centre hospitalier des Pays de Morlaix, le comité de défense des usagers du CHPM organise un débat public le 4 mai, à Plourin. Histoire d’informer la population sur les restructurations en cours à Morlaix comme ailleurs. D’ici là, il participera à la manifestation citoyenne du 27 avril.

Parce que la maire Agnès Le Brun préside le conseil de surveillance du Centre hospitalier des Pays de Morlaix, c’est devant l’hôtel de ville que, symboliquement, une dizaine de membres du comité de défense des usagers du CHPM organise son point presse, ce mercredi. Badges « Casse de l’hôpital. Ne pas faire silence » en évidence sur le manteau, ils annoncent l’organisation, le samedi 4 mai, dans l’après-midi, d’un débat public sur la santé. « Il se tiendra à la salle communale du Cheval blanc, à Plourin-lès-Morlaix, que l’on a obtenue à titre gracieux », renseigne Martine Carn.

Trois invités

Les invités à ce débat auquel sont conviés tous les usagers de l’hôpital, l’intersyndicale du CHPM, élus et médecins, seront au nombre de trois : Françoise Nay, médecin gériatre à l’hôpital d’Ivry ; Christophe Prud’homme, médecin urgentiste au Samu 93 et Paul Cesbron, obstétricien gynécologue à la retraite, membre de la coordination nationale des comités de défense des hôpitaux publics. « Il s’est notamment battu contre des fermetures de maternités ces dernières années », rappelle Martine Carn. Et de préciser qu’il ne s’agira pas d’un cours magistral mais d’échanges.

Les thèmes abordés au cours de l’après-midi seront nombreux. Ils traiteront de la situation spécifique de l’hôpital de Morlaix mais aussi, plus largement, de la santé en France. « Quel est le devenir des hôpitaux de proximité suite à la mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT) ? La proximité dans la prise en charge des patients est-elle sans risque ? Combien de médecins et de quels médecins avons-nous besoin aujourd’hui ? Quelle prise en charge pour les personnes âgées dépendantes ? Voilà autant de questions auxquelles les usagers sont en droit d’avoir des réponses », liste Martine Carn.

 

Soutien à la manifestation du 27 avril

 

La situation de la psychiatrie (et éventuellement de la cardiologie) au CHPM reviendra inévitablement sur le tapis. « Il y a vraiment un gros souci avec la psychiatrie, souligne le comité de défense des usagers de l’hôpital. À chaque restructuration, on ferme des lits et des postes. Pour nous, installer les cinq lits que l’Upec (unité psychiatrique d’évaluation clinique) va conserver à côté des urgences est totalement aberrant. Ce n’est pas du tout adapté ».

À ce propos, l’association soutient l’action organisée par l’intersyndicale de l’hôpital, le 27 avril. En l’espèce une manifestation citoyenne baptisée « Je soutiens mon hôpital », au départ de la place Puyot. Elle invite d’ailleurs l’ensemble de ses membres à y participer.

« En tant qu’usagers, nous y avons toute notre place », glisse Martine Carn. Qui réitère sa demande d’intégration d’un représentant des usagers au sein du conseil de surveillance de l’hôpital. Et réclame aussi un local, ou du moins une petite place, à l’hôpital, pour y organiser des permanences mensuelles.

Morlaix, AFPS 18, 20 et 21 Avril : 3 invitations.

AFPS Morlaix, trois invitations pour la Palestine dans le pays de Morlaix

le film d’animation Wardi le 18 avril,

le poète Tarik Hamdan le 20 avril et le 21 avril.

Association France Palestine Solidarité 
du Pays de Morlaix
Du cinéma, de la poésie et une rencontre sur la résistance culturelle en Palestine occupée, voilà en substance ce que vous propose l’AFPS du Pays de Morlaix le jeudi 18, le samedi 20 et le dimanche 21 avril.
Des rendez-vous en solidarité avec la résistance du peuple palestinien préparés en collaboration avec les équipes du cinéma La Salamandre, du Festival d’Arts et de Poésie Les Possible(s) et celle du bar Des Deux Rivières.
Au programme : 
le film WARDI de Mats Grorud – jeudi 18 à 20h 30 à La Salamandre 
suivi d’un débat sur les réfugiés palestiniens 
Une rencontre sur le thème de la résistance culturelle face à l’occupation 
avec le poète palestinien TARIK HAMDAN – samedi 20 à 18 h au bar des 2 rivières
Une participation au Festival Les Possible(s) à Berrien autour de la poésie arabe – dimanche 21 avril à partir de 11h au café-librairie L’Autre Rive
Aujourd’hui plus que jamais, notre solidarité avec la lutte du peuple palestinien est une nécessité absolue face aux crimes de l’occupation israélienne à Gaza, à Jérusalem et dans toute la Cisjordanie. 
C’est parce que nous pensons que cette solidarité se construit aussi par la rencontre avec la société palestinienne dans toutes ses dimensions, sociales, politiques, culturelles et artistiques que nous espérons vraiment vous trouver très nombreux à ces trois rendez-vous…

 

 

 

 

Meeting régional à Rennes, réservation des places de car.

MEETING DU 24 AVRIL A RENNES

IAN BROSSAT ET LES CANDIDATS BRETONS DU PCF

 

Un car est réservé pour le meeting du mercredi 24 avril afin d’être à Rennes à 19h pour le meeting de IAN BROSSAT, ELINA DUMONT, GILBERT GARREL et les 4 CANDIDATS BRETONS: Glenn Le Saoût, Cindérella Bernard, Katja Küger, Christelle Dumont, à 19h30 aux Halles Martenot.

Nord-Finistère
Il partira de Brest à 15h45, prendra des voyageurs à Morlaix à 16h30, puis probablement (à confirmer si le besoin existe) à Guingamp.
Retour à Brest pour 2 h du matin, à Morlaix pour 1h du matin maxi, avec un départ de Rennes vers 10h15-10h30.
L’inscription dans ce car de 60 places est ouverte auprès de Ismaël Dupont: dupont.ismael@yahoo.fr06 20 90 10 52
Sud-Finistère
Il est aussi possible de mutualiser un car avec la fédération du Morbihan qui part actuellement de Lanester mais pourrait peut-être prendre du monde à Quimperlé, voire Quimper, s’il y avait suffisamment d’inscription pour ce mercredi 24 avril.
Les réservations pour ce bus pour les camarades finistériens sont à prendre auprès de Dominique Gontier: dominique-gontier5829@orange.fr / 06 74 44 04 90  
Nous visons la participation d’au moins 700 personnes au meeting dont 80 à 100 finistériens afin d’en faire le plus grand meeting de la campagne Européennes en Bretagne.

Campagne européenne dans le Finistère.

La campagne européenne du PCF dans le Finistère: en dynamique avec Ian Brossat et Glenn Le Saoût pour une Europe des gens, contre l’Europe de l’argent.

Après:

notre meeting avec Ian Brossat, Glenn Le Saoût, Cindérella Bernard au Relecq Kerhuon le 1er février 180 personnes
– la réunion publique sur le Brexit avec Patrick Le Hyaric le 2 mars à Roscoff
– un super week-end de rencontres avec Maryam Madjidi (80 personnes sur deux initiatives à Brest le 6 avril, autant à Morlaix le 5 et 6 avril)

Dans le cadre des élections européennes des camarades seront présents sur les marchés des communes suivantes :

Jeudi 11 avril 10h Marché de Rosporden

Samedi 13 avril 10h Marché de Scaer

Samedi 13 avril 10h Marché de Morlaix

Mercredi 17 avril 10h Marché de Landivisiau

Jeudi 18 avril 10h Marché de Châteaulin

Mercredi 24 avril 10h Marché de Crozon

Jeudi 25 avril 10h Marché de Rosporden

Samedi 27 avril 10h Marché de Tréboul

Samedi 27 avril 10h Marché de Morlaix

Samedi 18 mai 10h Marché de Tréboul.

Cette liste est loin d’être exhaustive, plusieurs sections organisent leurs distributions de tracts et leurs collages d’affiches régulièrement en autonomie. N’hésitez pas à rejoindre ces points de distibution. Tout le monde est le bienvenu, militant.e, sympathisant.e, citoyen.ne, pour soutenir la seule liste de l’Europe des gens contre l’Europe de l’argent.

Par ailleurs, Glenn Le Saoût, notre candidat aux Européennes, a déjà fait une initiative dans le secteur de Huelgoat et sur le marché de Huelgoat avec les camarades de la section de Carhaix-Huelgoat, et en fera une autre à Carhaix fin avril. Il était au congrès de la CGT de l’hôpital à Morlaix le 2 avril, au rassemblement au comité de surveillance de l’hôpital de Morlaix le même jour, à l’assemblée du Comité de défense de l’hôpital de Concarneau le vendredi 5 avril avec un certain nombre de camarades.

Il a aussi visité le salon de l’agriculture Agrideizh avec Piero Rainero, conseiller municipal de Quimper, il y a 15 jours. Glenn Le Saoût devrait aussi participer à l’assemblée de section du PCF Pays Bigouden (105 adhérents) le samedi 27 avril avec Ismaël Dupont.

Morlaix, le programme de la 55eme Fête du Viaduc.

Programme 55 eme fête du Viaduc Morlaix

Le premier mai, fais ce qu il te plaît, et surtout viens rejoindre la fête du viaduc place Allende à Morlaix. 4000 exemplaires du viaduc, journal du PCF Morlaix spécial fête du 1er mai et européennes, seront distribués a Morlaix, Plouigneau, Lanmeur, Plougonven, Taule, Plourin.

Les affiches de campagne sont arrivées à la Fédération.

Les nouvelles affiches de la campagne Européennes de Ian Brossat, Marie-Hélène Bourlard, et nos candidats sont arrivées en fédération du Finistère.

 

35000 tracts, 5000 grandes affiches Ian Brossat et Marie-Hélène Bourlard, 1000 exemplaires de chaque bandeau sur nos orientations, il va y avoir du boulot pour les cocos du Finistère!

Sans compter les 20 000 tracts départementaux et 1000 affiches départementales avec Glenn Le Saoût qui vont arriver en fin de semaine.

Pour atteindre les 5% et faire élire au moins Ian Brossat, Marie-Hélène Bourlard, Patrick Le Hyaric, Marie-Pierre Vieu au Parlement Européen pour siéger auprès de nos ami.ie.s de Die Linke, Syrisa, du PTB, de Podemos et d’Izquierda Unida, de la gauche verte nordique, du parti communiste chypriote (etc…) afin de faire entendre la voix de la défense des conquêtes sociales et des services publics, de la démocratie et des valeurs humanistes, les communistes vont se dépenser sans compter dans le Finistère!!!

Quimper 19 Avril, Européennes avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût et Jean-Marc Cléry


Européennes – Débat pour la défense des services publics

Quimper le vendredi 19 avril à 19h aux Halles Saint-François

Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût et Jean-Marc Cléry

De Paris à Bruxelles, c’est toujours plus d’austérité pour les peuples et de largesses pour les banques et les multinationales. Les richesses produites sont détournées vers la rémunération du capital, au détriment des besoins collectifs et de l’intérêt général.

Nos services publics livrés à la concurrence, privés de financements, rendus incapables d’assumer leurs missions, paient un lourd tribut à ces politiques ultra-libérales. Salarié-e-s et usagers sont pareillement maltraités : pour les uns mauvaises conditions de travail et suppressions massives d’emplois, pour les autres des services dégradés, plus coûteux, moins de proximité.

Classes supprimées et réformes réactionnaires dans l’éducation, plans d’austérité à l’hôpital, services d’urgences au bord de la rupture, Ehpad où personnels et pensionnaires sont en grande souffrance, bureaux de poste fermés, gares et «petites lignes » menacées, logement social, culture, politiques de solidarité…Tout ce qui fait sens et lien dans notre société, tout ce qui contribue à l’égalité sociale, territoriale, générationnelle, qui participe au mieux-vivre ensemble, à l’épanouissement de chacun-e, est sacrifié à la loi du profit.

Peu importe à ces serviteurs du veau d’or le coût humain, climatique, de ces choix, l’explosion des inégalités, la désertification des territoires, du moment que le CAC 40 se porte bien !

Mais des résistances se construisent, en France, en Europe, dans les mouvements sociaux, les mobilisations citoyennes.

Des parlementaires européens les relaient, comme la députée communiste Marie-Pierre Vieu, qui a été l’initiatrice d’un audit sur les effets néfastes des directives d’ouverture à la concurrence des services publics en Europe, et appartient au groupe de la Gauche unitaire européenne regroupant des mouvements progressistes aussi divers que le Sinn Fein irlandais, Die Linke en Allemagne, le parti de la Refondation communiste en Italie.

À l’invitation de la fédération du Finistère du parti communiste, Marie-Pierre Vieu, candidate en 4ème position sur la liste conduite par Ian Brossat à l’élection européenne du 26 mai prochain, sera à Quimper le vendredi 19 avril pour animer une réunion-débat sur les services publics à 19h aux Halles St François, avec Laurent Brun, secrétaire général des cheminots CGT, Glenn Le Saout, candidat finistérien sur la liste de Ian Brossat, et d’autres intervenants : Jean-Marc Cléry et Yann Foucher de la FSU, Marie Le Berre de la FAPT- CGT (activités postales et télécommunications)…

Cette réunion publique est ouverte à celles et ceux qui veulent s’informer, partager leurs expériences, donner leur avis, débattre des propositions à mettre en œuvre.

C’est de notre vie quotidienne qu’il s’agit.

Ensemble mobilisons-nous pour nos services publics !

Brest 12 avril soutient au rassemblement organisé par l’AFPS.

Communiqué de presse de la section du Pays de Brest  du PCF
 
La section du pays de Brest du PCF apporte son soutien au rassemblement organisé par les groupes locaux AFPS de Brest et Morlaix vendredi 12 avril à 17h30 devant les locaux de France 3 Iroise à Brest (rue Fréderic Le Guyader, derrière le Quartz, plus bas que la place de la Liberté).
Alors que Benjamin Netanyahou est sorti vainqueur des élections législatives israéliennes et ce n’est pas une bonne nouvelle pour les Israéliens ni sans inquiétude pour les Palestiniens et pour la paix dans la région. En effet, toute la campagne de B. Netanyahou s’est faite sur la peur de « l’autre » en affirmant que voter pour lui c’est entériner l’abandon du processus de paix et la création de l’État palestinien. Celui qui va ainsi pouvoir échapper éhontément à des poursuites judiciaires pour corruption promet l’annexion pure et simple de toutes les colonies en Cisjordanie occupée et l’accaparement de la zone C. Avec Netanyahou et ses alliés, au lieu d’un « État de tous ses citoyens » prôné par les listes Hadash et Ta’al, c’est un État d’apartheid qu’il entend institutionnaliser avec le vote de la loi État-nation et ainsi que cela est déjà le cas en Cisjordanie occupée.
Le PCF ne se résigne pas et continuera à exiger du gouvernement français et de l’Union européenne que des sanctions soient prononcées à l’égard d’un gouvernement qui s’éloigne chaque jour un peu plus de l’esprit démocratique qu’il promettait d’instaurer à la création de l’État d’Israël.
L’Accord d’association entre l’UE et Israël doit être suspendu et un embargo sur les armes mis en œuvre. La France ne peut continuer à être complice des crimes commis par le gouvernement israélien en condamnant verbalement sans jamais prendre la moindre mesure concrète sanctionnant la violation répétée du droit international.
Le PCF exprime son soutien et solidarité aux femmes et hommes de progrès, en Palestine et en Israël, qui luttent avec courage pour un autre idéal, pour que chaque peuple puisse enfin vivre en paix et à pleine égalité de reconnaissance de ses droits.

Brest, 13 Avril 15H00 Mobilisation pour la liberté de manifester

Liberté de manifester : abrogation de la loi

Cette loi de circonstance porte un lourd risque d’arbitraire des gouvernements d’aujourd’hui comme de demain, nous en demandons l’abrogation. C’est pourquoi nous appelons à manifester le samedi 13 avril 2019 à 15h place de la Liberté.
à l’appel de : AFPS, ATTAC, Ligue de droits de l’Homme ; Ligue de l’Enseignement ; MRAP ; CGT ; FSU ; Solidaires
soutenu par : PCF ; France insoumise ; ARC29
Communiqué commun signé par plus de 50 organisations, dont la LDHSi la loi est votée par le Parlement au nom du peuple français, elle ne peut et elle ne doit pas porter atteinte à la libre expression du peuple. La loi adoptée par l’Assemblée nationale qui prétend encadrer le droit de manifester reste, malgré la censure partielle du Conseil constitutionnel, une atteinte grave aux libertés publiques et à l’équilibre des pouvoirs.Les violences contre les personnes, les biens, les institutions qui ont eu lieu ne peuvent justifier qu’un exécutif s’arroge des pouvoirs exorbitants. Participer à une manifestation ne saurait signifier le risque pour chacun et chacune d’entre nous d’être poursuivi, fiché et condamné pénalement comme financièrement.

Soumettre les participants et les participantes à une manifestation à une fouille systématique, faire d’un visage en partie couvert un délit, persister dans l’usage d’armes qui mutilent, voici l’esprit et la lettre de mesures qui sont autant d’empêchements à l’exercice d’un droit essentiel en démocratie : celui de manifester publiquement, collectivement et pacifiquement son opinion.

 

Cette loi de circonstance porte un lourd risque d’arbitraire des gouvernements d’aujourd’hui comme de demain, nous en demandons l’abrogation.
C’est pourquoi nous appelons à manifester à Brest le samedi 13 avril 2019 à 15h place de la Liberté.
à l’appel de : AFPS, ATTAC, Ligue de droits de l’Homme ; Ligue de l’Enseignement ; MRAP ; CGT ; FSU ; Solidaires
soutenu par : PCF ; France insoumise ; ARC29

Une conférence de presse se tiendra au siège de la Ligue des droits de l’Homme (138 rue Marcadet 75018 Paris) le jeudi 11 avril à 11h.

Paris, le 8 avril 2019

 

Signataires : Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat) ; Amnesty international France ; Association des Tunisiens en France (ATF) ; Association européenne pour la défense des droits de l’Homme (AEDH) ; Agir ensemble pour les droits de l’Homme ; Association France Palestine solidarité (AFPS) ; Attac ; Centre de recherche et d’information pour le développement (Crid) ; Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT) ; Confédération générale du travail (CGT) ; Confédération paysanne ; Confédération nationale du logement (CNL) ; Droit solidarité ; Emmaüs France ; EuroMed Droits ; Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) ; Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR) ; Fédération française des motards en colère (FFMC) ; Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) ; Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) ; Fédération nationale de la Libre pensée ; Fédération nationale des Francas ; FSGT ; Fédération syndicale unitaire (FSU) ; Femmes Egalité ; France Nature Environnement (FNE) ; Gilets jaunes de Commercy ; Gilets jaunes signataires ; Greenpeace ; La Cimade ; La Quadrature du Net (LQDN) ; Le Planning familial ; Les Amis de la Terre France ; Les Effronté-e-s ; Ligue de l’enseignement ; Ligue des droits de l’Homme (LDH) ; Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) ; Mouvement national lycéen (MNL) ; Mouvement pour une alternative non-violente Ile-de-France (MAN) ; Oxfam France ; Pas sans nous ! ; Réseau Euro-Maghrébin citoyenneté et culture (REMCC) ; SOS Racisme ; Syndicat de la magistrature (SM) ; Syndicat des avocats de France (SAF) ; Syndicat national des journalistes (SNJ) ; Syndicat national des personnels de l’éducation et du social (SNPES PJJ/FSU) ; Union juive française pour la paix (UJFP) ; Union nationale des étudiants de France (Unef) ; Union nationale lycéenne (UNL) ;  Union des Tunisiens pour l’action citoyenne (UTAC).

Brest 11 Avril, Le printemps des retraités à 10h30.

Alors que le ministre en charge des Comptes publics vient de déclarer qu’il ne souhaitait nullement augmenter les pensions de retraite.la section du pays de Brest du PCF appelle les retraité-es , les retraitables à lui répondre en participant massivement à la manifestation qui partira ce jeudi 11 avril à 10 h 30 de la place Marc Sangnier ( Finances Publiques ex Trésorerie Générale) à Brest à l’appel d’une large intersyndicale.
Les retraités ont subi une baisse des pensions nettes de 1,83 % à partir de 2018 via la hausse de 1,7 % de CSG sur les pensions brutes. Comme si cela ne suffisait pas, on sait que le gouvernement a décidé de n’augmenter les pensions que de 0,3 % en 2019 et en 2020. Les propos de Darmanin à eux seuls justifient la journée d’action du 11 avril.
La manière dont les retraités ont été spoliés depuis qu’Emmanuel Macron est devenu président de la République ne s’était jamais vue auparavant. Jamais un président de la République et son gouvernement n’avaient osé réduire les pensions des retraités pour, en même temps, supprimer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) et faire payer par les retraités les cotisations chômage et maladie des actifs afin qu’une petite augmentation du salaire net accordée à ces derniers ne coûte pas un seul centime à leurs employeurs. C’est ce qui s’est produit avec le nouveau prélèvement de la CSG sur les pensions depuis janvier 2018 tandis que deux années de baisse du pouvoir d’achat des pensions sont annoncées pour 2019 et 2020, même si le parti politique crée par Emmanuel Macron évoque un débat interne sur une ré-indexation, ou pas, des seules petites pensions sur l’inflation.
Les communistes se battent pour une revalorisation immédiate de 300 € par mois de toutes les pensions. Celles de 900 euros passeraient ainsi à 1 170 euros par mois. Si elles devaient être seulement indexées sur une possible inflation 1,5 % en cette année 2019, elles passeraient à 913,50 euros par mois. Cette ré-indexation couvrirait à peine l’augmentation du prix de l’électricité de 5,9 % en juin prochain quand on sait qu’un ménage français y consacre en moyenne 960 euros par an !

 

 

Présence sur les marchés du PCF, Horaires et Lieux.

 

Dans le cadre des élections européennes des camarades seront présents sur les marchés des communes suivantes :

Jeudi 11 avril 10h Marché de Rosporden

Samedi 13 avril 10h Marché de Scaer

Mercredi 24 avril 10h Marché de Crozon

Jeudi 27 avril 10h Marché de Rosporden

Samedi 27 avril 10h Marché de Tréboul

Samedi 18 mai 10h Marché de Tréboul.

 

N’hésitez pas à les rejoindre. Tout le monde est le bienvenu, militant.e, sympathisant.e, citoyen.e, pour soutenir la seule liste de l’Europe des gens contre l’Europe de l’argent.

OUI à l’Europe des gens, NON à l’Europe de l’argent – par Glenn Le Saoût

 

OUI à l’Europe des gens, NON à l’Europe de l’argent – par Glenn Le Saoût

Dans une société où l’humain s’est fait surclasser par le capital où l’individualisme triomphe sur l’entraide et le partage, il existe sous cette ombre pesante une étonnante lumière. Cette lumière porte un nom, celui du communisme.

Nous voulons faire du commun, construire ensemble ce projet de société qui place l’être humain et notre planète au cœur de tous ses choix, c’est cela le communisme. Et le communisme, en ce 21e siècle, reste une idée neuve ! Nous continuerons à œuvrer pour les rassemblements les plus larges, pour l’union du peuple de France car c’est notre histoire, celle des communistes français, de ses élus et c’est certainement là, la grande différence avec toutes les autres forces politiques de gauche.

Dans cette année 2019 marquée par les élections européennes, le Parti Communiste Français présente une liste à l’image de la société. Rassemblant 50% d’ouvriers et de travailleurs, cette liste composée également d’étudiants, de retraités, d’une résistante, de novices, d’élus, etc.

C’est aussi une liste de personnes ordinaires ayant réalisé des choses extraordinaires à l’image de Loïc Pen (médecin urgentiste à l’hôpital de Creil), Arthur Hay (fondateur d’un syndicat de coursiers), Maryam Madjidi (Prix Goncourt du premier roman).

C’est en reprenant le pouvoir sur l’argent, sur la finance que nous réussirons à répondre aux besoins des peuples d’Europe, sans les mettre en concurrence. Voilà le beau défi que nous relèverons avec Ian Brossat à la tête d’une liste large et rassembleuse pour élire des communistes au Parlement européen.

Nous pouvons être extrêmement fiers de cette bataille que nous menons depuis bientôt un siècle face au capital.

Par exemple contre la dégradation de l’ensemble des services publics avec les fermetures de classes dans les établissements scolaires, de bureaux de postes de proximité, de tribunaux, de centres d’impôts ou bien encore des services dans les hôpitaux, avec localement, la maternité de Guingamp ou bien encore la cardiologie à Morlaix.

Ces problèmes de fermetures sont l’objet d’intenses batailles menées par les syndicats, les comités de défense des services publics, les citoyens et le personnel trop souvent oubliés mais partout sur le terrain avec les communistes eux-mêmes, œuvrant inlassablement et sans compter au coeur de toutes ces luttes.

Plus que jamais nous devons unir nos forces.

Retour sur la venue finistérienne de Maryam Madjidi.

Vendredi 5 Avril à Morlaix.

Candidate de la liste PCF conduite par Ian Brossat en huitième position Maryam Madjidi était au local du PCF Morlaix le vendredi 5 avril. Un très grand moment de partage politique et littéraire devant 56 personnes autour de l’accueil des exilés, de l’Iran, du communisme et des valeurs qu’il porte. Maryam a parlé du communisme dans sa vie, de l’engagement clandestin de ses parents en Iran, de leur condition de réfugiés politiques, de l’incarcération de ses oncles et de leur « révolution volée », de son travail social avec les réfugiés. Un discours plein de sagesse, d’humanité, de révolte et d’humour aussi, et des lectures de chapitres de « Marx et la poupée » qui ont fait vibrer tous les participants de cet exceptionnel vendredi de l’éducation populaire.
Avec les camarades: Maryam Madjidi découvre les joies du Ti Coz et de la bière de Concarneau. Prochain rendez avec Tri Martolod au stand du Finistère de la fête de l’Humanité!!! Le rendez-vous est déjà pris.
Samedi Matin 6 Avril à Morlaix.
Rencontre passionnante avec Maryam Madjidi, auteur de « Marx et la poupée », à Dialogues Morlaix, animée par Géraldine Delaunay et les questions et interrogations des lecteurs. Quelques photos de Pierre-Yvon Boisnard de cet échange qui a réuni une trentaine de lecteurs. Les discussions ont roulé sur la part autobiographique et fictionnelle de son roman, sa composition stylistique diverse, les circonstances de son écriture (commencée à Pékin, où Maryam a vécu quatre ans, terminée à Istanbul où elle a vécu deux ans). Ce livre fort, original, poétique et politique, émouvant et juste, a reçu le prix Goncourt du Premier roman en 2017, le prix Ouest-France Étonnants Voyageurs, le prix de l’écrivain francophone 2018. Nous avons aussi échangé sur la littérature persane et française, leur dimension d’universalité, sur l’Iran de la révolution islamique et d’aujourd’hui, le combat des femmes pour la liberté, le parallèle possible ou non entre l’arrachement à une culture et une langue bretonne et l’exil, point de non retour et déplacement forcé, le rapport entre l’attachement à la petite patrie et l’ouverture au monde, les pièges croisés de l’assignation à l’assimilation (oublies ta culture d’origine, elle ne vaut rien, seul le Français est la culture de l’universel) comme du communautarisme et des clichés exotiques de l’orientalisme. Maryam a aussi lu un chapitre très drôle de son livre où elle montre comment plus jeune elle a, elle aussi, joué des clichés coloniaux de l’orientalisme qu’il y avait dans la tête des autres, des fantasmes que pouvaient avoir sur une femme « orientale » les hommes.
Samedi Après Midi 6 Avril à Brest.
50 personnes à La Petite Librairie à Brest pour une rencontre autour de Marx et la poupée et de son auteur, Maryam Madjidi
Beaucoup de monde, et de l’enthousiasme à La Petite Librairie à Brest, samedi 6 avril, une librairie indépendante rue Danton dans le quartier St Martin pour écouter Maryam Madjidi parler de son magnifique roman « Marx et la poupée », de son communisme et de sa vision de l’actualité et de la justesse du marxisme, des raisons et des circonstances de son engagement sur la liste du PCF conduite par Ian Brossat, du travail de Ian et des élus communistes à la ville de Paris, de l’engagement politique clandestin et dangereux de ses parents en Iran, de sa mère, du rapport à l’Iran, de l’exil et de la condition des exilés, du refus des approches simplistes de l’intégration, de son travail de travailleuse sociale à la Croix Rouge pour enseigner aux jeunes mineurs non accompagnés le français, de ses ateliers d’écriture avec les jeunes des quartiers populaires de région parisienne. La cinquantaine de personnes présentes à la Petite Librairie, et Maryam Madjidi elle-même, ont énormément apprécié cette rencontre. De magnifiques lectures de chapitres du livre ont émaillé ces instants magiques.

Brest, fac Ségalen, samedi 6 avril – Réunion-débat sur l’enjeu des élections Européennes et celui de l’accueil des exilés en Europe.
Brest, fac Ségalen, samedi 6 avril – Réunion-débat sur l’enjeu des élections Européennes et celui de l’accueil des exilés en Europe avec Maryam Madjidi et Glenn le Saout, candidats du PCF sur la liste de Ian Brossat. Avec Maryam Madjidi, militante pour le droit d’asile et enseignante avec des mineurs étrangers non accompagnés fuyant la guerre et la misère, nous avons disséqué les traductions et les conséquences de la politique inhumaine de l’Europe et de la France en termes de refus d’accueil des réfugiés et exilés, se traduisant par:

– une externalisation de la politique de refoulement des réfugiés, dans des conditions de violation des droits de l’homme souvent, à la Libye, au Maroc, à la Turquie
– le chacun pour soi en Europe incarnés par les odieux réglements Dublin
– des exilés déshumanisés, considérés comme des objets encombrants que l’on se refile d’un pays à l’autre
– la remise en cause du droit à l’asile politique, à l’aide médicale
– des temps d’obtention d’un permis de séjour très longs, énormement de réfugiés, d’exilés qui n’ont pas le droit de travail
– la délégation aux associations de l’aide à la survie des migrants en détresse, l’Etat laissant y compris de jeunes enfants à la rue
– plus de 2000 morts en Méditerranée en 2018, 18 000 depuis quelques années.
– la détresse et la précarité d’énormément de migrants et de jeunes et d’enfants parmi eux
– l’élimination du droit aux études en France pour les étudiants étrangers qui ne sont pas riches
– le manque de moyens et de volonté politique pour l’hébergement, l’accès aux soins, à l’aide psychologique, à la scolarisation, à l’apprentissage, à la langue française
– le tri et la concurrence entre les bons et les mauvais migrants, ceux qui peuvent avoir des droits et ceux qu’on doit plonger dans la précarité la plus absolue ou renvoyer, même quand les pays sont peu sûrs.
– les discours de Collomb sur prétendu tourisme social, bench marking des migrants
– une montée des idées et des pratiques xénophobes, y compris dans un cadre très institutionnelles
– une volonté d’opposer les pauvres entre eux pour les besoins du capital.
– une traite des femmes et des hommes par les passeurs

Nous avons avancé des contre-propositions du PCF, issues de notre Manifeste pour une France fraternelle dans une Europe solidaire, en matière d’ouverture de voies légales et sécurisées pour l’immigration, de droit à l’apprentissage du français et à la scolarisation, de suppression des tests osseux, pratique dégradante et douteuse aux fondements racistes, de création de 50 000 places d’hébergement d’urgence pour les réfugiés, de réquisition des logements vides.

Le débat a été très intéressant avec notamment des interventions d’Ismaël Dupont, de Françoise Guéguen (l’accompagnement des étrangers à Pôle Emploi), de Yvonne Rainero, Claude Bellec, conseillère déléguée au logement à Brest, qui ont remis en cause l’attitude de la préfecture et de l’Etat, d’Erwan Rivoalan.

Ces 2 rendez-vous en réunions publiques de Maryam Madjidi à Brest et Morlaix corrrespondait à son début de campagne Européennes après le meeting de Marseille et le salon du livre sous l’égide de l’Humanité à Romorantin. Nous avons découvert avec elle une personne et une intellectuelle et artiste engagée extraordinaire que nous sommes très fiers de compter sur la liste du PCF conduite par Ian Brossat, une liste dont nous avons exprimé la diversité et la richesse avec des jeunes comme Glenn Le Saoût, Lucie Martin, des employés et ouvriers auteurs de combats extraordinaires, des hommes et femmes de culture, des médecins et personnels médicaux, des Gilets Jaunes.

Auparavant dans l’après-midi nous avons visité avec l’écrivaine Maryam Madjidi et candidate du PCF aux Européennes sur la liste de Ian Brossat l’extraordinaire médiathèque des Capucins dans l’ancien arsenal de Brest , Jacqueline Héré, présidente du groupe communiste à la mairie de Brest, maire de quartier de Bellevue, Réza Salami adjoint à la culture PS, maire de quartier du centre-ville, réfugié politique iranien lui aussi, opposant iranien marxiste au début des années 80 comme les parents de Maryam Madjidi, Mitra, championne d’Asie et vice-championne du monde d’échecs, Glenn Le Saoût candidat finistérien aux Européennes sur la liste du PCF, Jean-Paul Cam, secrétaire de section de Brest, Erwan Rivoalan, bibliothécaire, et Annaëlle, la responsable de la médiation et de l’espace vie sociale-citoyenneté de la médiathèque qui nous a fait une très belle visite guidée de cet endroit porteur d’une conception de la culture ouverte et intégrant la dimension sociale.

Ismaël Dupont.

Vidéo : Jeudis Rouges – Catherine Wihtol de Wenden – « Migrations : du Mythe à la Réalité »

Directrice de recherche au CNRS (CERI) et docteur d’État en science politique (Institut d’études politiques de Paris, 1986)2, elle est une spécialiste des migrations internationales sur lesquelles depuis une vingtaine d’années, elle a mené différents travaux, conduit de nombreuses études de terrain, et dirigé différentes recherches comparatives, surtout européennes. Elle a été consultante auprès de l’OCDE, du Conseil de l’Europe, de la Commission européenne et « expert externe » auprès du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Elle est aussi membre de la Commission nationale de déontologie de la sécurité. Elle donne un cours appelé « Migrations internationales » à Sciences Po Lille.

Rassemblement à Quimper le samedi 13 avril à l’appel de la LDH et de 18 organisations, dont le PCF, pour la défense des Libertés et du droit de manifester: 10h30, place Terre au Duc

Appel de la Ligue des Droits de l’Homme de Quimper (LDH) qui s’associe avec 18 organisations locales (associations, organisations syndicales et politiques) pour le droit à manifester.

 

Rendez-vous le samedi 13 avril  2019 pour une abrogation de la loi anti-manifestation « Tous unis pour nos libertés publiques et notre droit à manifester ».

 

Si la loi est votée par le Parlement au nom du peuple français, elle ne peut et elle ne doit pas porter atteinte à la libre expression du peuple. La loi adoptée par l’Assemblée nationale qui prétend encadrer le droit de manifester reste, malgré la censure partielle du Conseil constitutionnel, une atteinte grave aux libertés publiques et à l’équilibre des pouvoirs.

 

Les violences contre les personnes, les biens, les institutions qui ont eu lieu ne peuvent justifier qu’un exécutif s’arroge des pouvoirs exorbitants. Participer à  une manifestation ne saurait signifier le risque pour chacun et chacune d’entre nous d’être poursuivi, fiché et condamné pénalement comme financièrement.

 

Soumettre les participants et les participantes à une manifestation à une fouille systématique, faire d’un visage en partie couvert un délit, persister dans l’usage d’armes qui mutilent, voici l’esprit et la lettre de mesures qui sont autant d’empêchements à l’exercice d’un droit essentiel en démocratie : celui de manifester publiquement, collectivement et pacifiquement son opinion.

 

Cette loi de circonstance porte un lourd risque d’arbitraire des gouvernements d’aujourd’hui comme de demain, nous en demandons l’abrogation. C’est pourquoi la LDH section de Quimper (et de nombreuses organisations syndicales, politique et  associatives), s’associe à l’appel national à manifester le samedi 13 avril 2019.

 

Le rendez-vous est fixé le samedi 13 avril 2019 à 10h30 à la place Terre au Duc à Quimper.

 

Le point de rassemblement de la marche est prévue à la Place Terre au Duc de Quimper (10h30) puis le circuit sera le suivant : René Madec, pont Max Jacob, place la Résistance, Boulevard Dupleix, pont de la Poste, rue de Juniville, rue du Frout, place Corentin, rue Kéréon, pont Médard, place Terre au Duc.

 

Faite circuler l’information et venez nombreux.

 

Pour les 18 organisations syndicales politiques et associatives : Libre Pensée, LDH Quimper, ATTAC Quimper, Pour Ensemble, NPA, CNT 29, SOLIDAIRES 29, FSU 29, RESISTONS, CGT Quimper, ACTES, UL CGT, AFPS, GILETS JAUNES, EELV, Comité bigouden de soutien à la ZAD, PCF.

 

LDH section de Quimper

Président, David Torondel

Communiqué du PCF pays de Morlaix, 9 avril 2019 Halte au matraquage des retraités: tous dans la rue pour défendre nos droits le 11 avril!

Communiqué du PCF pays de Morlaix, 9 avril 2019 

Halte au matraquage des retraités: tous dans la rue pour défendre nos droits le 11 avril! 

Alors que le ministre en charge des Comptes publics vient de déclarer qu’il ne souhaitait nullement augmenter les pensions de retrait, la section du pays du pays de Morlaix du PCF appelle les retraités, les futurs retraités, à lui répondre  en participant massivement à la manifestation qui partira ce jeudi 11 avril à 10 h 30 place des Otages à Morlaix à l’appel d’une large intersyndicale, 9 organisations de retraités (CGT, FO, FSU…). Les militants communistes répondront présents eux aussi!

Les retraités  ont subi une baisse des pensions nettes de 1,83 % à partir de 2018 via la hausse de 1,7 % de CSG sur les pensions brutes.

Comme si cela ne suffisait pas, on sait que le gouvernement a décidé de n’augmenter les pensions que de 0,3 % en 2019 et en 2020. Les propos de Darmanin à eux seuls justifient la journée d’action du jeudi 11 avril.

La manière dont les retraités ont été spoliés depuis qu’Emmanuel Macron est devenu président de la République ne s’était jamais vue auparavant.

Jamais un président de la République et son gouvernement n’avaient osé réduire les pensions des retraités pour, en même temps, supprimer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) et faire payer par les retraités les cotisations chômage et maladie des actifs afin qu’une petite augmentation du salaire net accordée à ces derniers ne coûte pas un seul centime à leurs employeurs. C’est ce qui s’est produit avec le nouveau prélèvement de la CSG sur les pensions depuis janvier 2018 tandis que deux années de baisse du pouvoir d’achat des pensions sont annoncées pour 2019 et 2020, même si le parti politique crée par Emmanuel Macron évoque un débat interne sur une ré-indexation, ou pas, des seules petites pensions sur l’inflation.

Les communistes se battent pour  une revalorisation immédiate de 300 € par mois de toutes les pensions. Celles de 900 euros passeraient ainsi à 1 170 euros par mois. Si elles devaient être seulement indexées sur une possible inflation 1,5 % en cette année 2019, elles passeraient à 913,50 euros par mois. Cette ré-indexation couvrirait à peine l’augmentation du prix de l’électricité de 5,9 % en juin prochain quand on sait qu’un ménage français y consacre en moyenne 960 euros par an !

Brest, 12 Avril 17 H30 : Eurovision 2019, Pas au pays de l’apartheid, Pas en Israël !

Dans le cadre de la campagne contre la tenue de l’Eurovision 2019 en Israël, le PCF soutient l’appel des groupes locaux AFPS de Brest et AFPS du Pays de Morlaix à un rassemblement vendredi 12 avril à 17h30 devant les locaux de France 3 iroise à Brest (rue Fréderic Le Guyader, derrière le Quartz, plus bas que la place de la Liberté).
Merci de relayer largement cet appel autour de vous et de venir le plus nombreux possible faire savoir à France Télévision qu’elle n’a pas à cautionner cet événement utilisé par Israël pour blanchir sa politique coloniale et d’apartheid.

En 2019, le concours de l’Eurovision devrait se dérouler à Tel-Aviv en Israël.

Ce pays vient de voter une loi, dite « loi de l’État-Nation du peuple juif ». Cette loi, à valeur de constitution, n’accorde pas les mêmes droits aux Israéliens selon qu’ils sont Juifs ou non-Juifs. Israël, à la colonisation, l’occupation des terres palestiniennes et les massacres à Gaza, ajoute désormais l’officialisation de l’Apartheid dans sa propre population.

L’Eurovision est suivie par des millions de téléspectateurs dans la zone européenne de radiodiffusion. Comment imaginer que celui-ci puisse se passer dans un pays qui vient ainsi de promulguer l’apartheid ?

Il ne s’agit ni de priver les artistes qui le souhaitent de la possibilité de participer à ce concours, ni de priver des millions de téléspectateurs de le suivre.
Mais celui-ci ne peut pas, ne doit pas, se dérouler en Israël !!!

Il est encore temps !

France Télévision, partenaire majeure de l’Eurovision, doit convaincre celle-ci de chercher un autre pays organisateur et annoncer dès maintenant qu’elle n’enverra pas de candidat français si l’Eurovision était maintenue en Israël !

C’est pourquoi,

Nous acteurs de la scène française, chanteurs, musiciens, techniciens, refusons de jouer, chanter, danser dans de telles conditions, et appelons les candidats de « Destination Eurovision 2019 » à refuser d’aller à Tel-Aviv et l’annoncer dès maintenant,

Nous citoyens soutenons la démarche des artistes français qui refusent l’apartheid, et exigeons de France Télévision qu’elle fasse tout pour trouver une autre destination et annonce en tout état de cause ne pas envoyer de candidat français si l’Eurovision devait se dérouler en Israël.

Lien pour signer la pétition

 

Brest, samedi 6 Avril, Venue de Maryam Madjidi et Glenn Le Saoût.


Maryam Madjidi à la fac Ségalen de Brest avec Glenn Le Saoût le samedi 6 avril – Rencontre débat Européennes sur la solidarité avec les réfugiés, 18h – et rencontre autour du roman Marx et la Poupée à La Petite Librairie rue Danton à 14h30

 

Europe : De l’utilité des élus PCF.


TELECHARGER LE BILAN

Quelques votes importants sur le mandat des parlementaires européens: 

Écologie:

Revenir sur l’interdiction des OGM:

Votent pour: LR, UDI MODEM, PS         Contre: PCF, EELV, FN

Accords de libre échange Canada et Etats-Unis: 08/07/2015

Pour: LR                                                  Contre PCF, EELV, FN, PS

Résolution TISA (accord sur les services, favorable aux multinationales. Attaque sur les PME et l’agriculture paysanne) 03/02/2016

Pour: LR, UDI MODEM, PS                      Contre: PCF, EELV, FN

Libertés et paix:

Fichier PNR (utilisation des données personnelles des passagers – fichage généralisé) 14/04/2016

Pour: LR, UDI MODEM,  PS                      Contre: PCF, EELV, FN

Paquet législatif « frontières intelligentes »: Modification du code frontières Schengen sur les entrées et sorties (25/10/2017). Mise en place d’un système d’enregistrement et de stockage des données biométriques et des informations sur l’entrée et la sortie des ressortissants de pays tiers afin de créer des alertes aux états membres pour les expulser plus facilement

Pour: LR, UDI MODEM, PS                      Contre: PCF, EELV

Création d’un système européen d’information et d’autorisation concernant les voyages (ETIAS) – nouvelles conditions d’entrée dans l’espace Schengen pour les ressortissants de pays tiers qui n’ont pas besoin de visas. Cela s’appliquera également aux réfugiés, aux apatrides, et aux personnes ayant de la famille au sein de l’UE.

Pour: LR, UDI MODEM, FN, 80% du PS          Contre: PCF, EELV, 20% du PS

Mise en œuvre de la politique de sécurité et de défense commune (23/10/2016). Juncker préconise dans le cadre de la politique atlantiste et de l’OTAN de consacrer 2% du PIB à la défense, une plus grande intégration à l’OTAN et un alignement sur les Etats-Unis

Pour: LR, UDI MODEM, PS                            Contre: PCF, EELV, FN

Programme européen de développement industriel dans le domaine de la défense (03/07/2018). Militarisation accrue de l’UE et développement de l’investissement en recherche militaire.

Pour: LR, UDI MODEM, PS                            Contre: PCF, EELV, FN

 

Services publics, rapport à l’austérité et aux privatisations:

4ème paquet feroviaire (groupe GUE NGL, celui du PCF, motions de rejet su l’ensemble des 6 textes), 14/12/2016

Pour le rejet: PCF, EELV, FN                     Contre: LR, PS

Motion de rejet espace ferroviaire unique européen

Pour: PCF, EELV, FN                                 Contre: LR, PS

Politique de cohésion de l’union pour l’après 2020 (amendement PCF-Front de Gauche: opposition aux conditionnalités des aides à la mise en place de politiques d’austérités)

Pour: PCF, EELV, PS                                 Contre: UDI MODEM    Abstention: FN

Vote des budgets annuels (grandes lignes des orientations politiques européennes mises en place par la Commission et le Conseil des chefs d’Etat européens: par exemple, renforcement du budget de la défense, cures d’austérité)

2016

Pour: LR, UDI MODEM, PS, EELV             Contre: PCF, FN

2017

Pour: LR, UDI MODEM, PS                      Contre: PCF, EELV, FN

2018:

Pour: LR, UDI MODEM                            Contre, PCF, FN         Abstention: PS, EELV

Rapports annuels de l’Union bancaire (on touche ici au cœur de la politique monétaire de l’UE, soit une BCE au service de la lutte contre l’inflation et du sauvetage et des profits des banques, alors qu’elle devrait être au service des peuples et de l’emploi)

Rapport 2015 (voté en mars 2016): 

Pour: LR, UDI MODEM, PS, EELV                     Contre: PCF

Rapport 2016 (voté en 2017);

Pour: LR, UDI MODEM, PS, EELV                      Contre: PCF

Rapport 2017 (voté en mars 2018): 

Pour: LR, UDI MODEM, PS, EELV                      Contre: PCF

 

Bilan critique:

Le PS s’est allié beaucoup plus souvent avec LR et la droite européenne qu’avec les forces de gauche et a soutenu la politique néo-libérale de l’UE, mais aussi avec la droite bien souvent une politique migratoire restrictive et inhumaine, et l’escalade dans l’alignement sur les exigences de l’OTAN et des Etats-Unis et le renforcement militaire.

– Sur la précarisation accélérée des pays et le vote des orientations qui favorisent le soutien aux milieux financiers, l’austérité et les privatisations, au détriment du social et des services publics, les députés PCF et Front de Gauche ont été bien seuls régulièrement parmi les députés français à s’être opposés à la politique libérale et capitaliste menant aux réactions nationalistes et xénophobes et à la mise en concurrence des peuples.

Aux élections européennes du 26 mai 2019, votez pour vos intérêts. Votez pour la liste « Pour l’Europe des gens, contre l’Europe de l’argent » soutenue par le PCF et République et Socialisme et conduite par Ian Brossat.

Glenn Le Saoût, candidat finistérien aux Européennes sur la liste du PCF.

24 partis et organisations politiques lancent un appel pour une Europe des travailleurs et des peuples.

Européennes: 22 partis et organisations politiques lancent un appel pour une Europe des travailleurs et des peuples au côté du PCF et de la liste « Pour l’Europe des gens, contre l’Europe de l’argent » conduite par Ian Brossat.

Internationaliste, le PCF et la liste « L’Europe des gens », s’engage aux côtés de ses alliés dans la campagne européenne. Nous sommes la liste bénéficiant du plus grand réseau européen de soutiens.

Déjà 22 partis et organisations politiques ont mis en commun leurs forces!

Pour une Europe des travailleurs et des peuples

Les élections au Parlement européen mettent les travailleurs et les peuples des États membres de l’Union européenne (UE) face à d’énormes difficultés et impasses. Les travailleurs sont confrontés à la précarité et à l’insécurité sociale, aux inégalités, à la pauvreté et à l’attaque contre les salaires, les retraites et leurs droits. Les populations, et en particulier les jeunes, subissent le chômage, une migration économique forcée, un accès de plus en plus restreint à l’éducation, à la santé et au logement. Une réalité qui exprime l’intensification des politiques d’exploitation et d’appauvrissement de l’UE.

Les asymétries et les inégalités de développement entre les États membres de l’UE se sont aggravées. L’UE elle-même reste en crise et confrontée à de graves troubles.

L’UE, les classes dirigeantes et les forces qui les représentent ne peuvent plus dissimuler le mécontentement social croissant provoqué par leurs politiques: néolibéralisme dans l’économie, structure non démocratique et centralisée de son fonctionnement, militarisme et interventionnisme dans les relations internationales. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui admettent que les déclarations et les promesses de l’UE et des forces qui la dirigent ont été réfutées. La réalité à laquelle les peuples de nos pays sont confrontés est très différente.

Au lieu de « prospérité », les peuples de l’UE comptent des millions de chômeurs, de sans-abri et de pauvres, alors que des milliards d’euros sont consacrés au sauvetage des banques. Les services publics et les entreprises publiques sont en cours de privatisation et les biens sociaux commercialisés. Les pertes des banques sont transformées en dette publique sur le dos des travailleurs.

Au lieu de « démocratie et liberté », de nouveaux mécanismes de classement des citoyens et de contrôle d’Internet sont mis en place. Les libertés démocratiques, y compris les droits syndicaux, sont attaquées. L’ultra-droite et le néofascisme, vaincus par la lutte des peuples du XXe siècle, réapparaissent en Europe, tandis que l’anticommunisme et la falsification de l’histoire européenne revêtent un caractère institutionnel. Dans certains États membres, les forces d’extrême droite participent au gouvernement, alors que le système leur permet de répandre le poison de la haine raciste, de la xénophobie, du chauvinisme, du sexisme et de l’homophobie, en remettant en question l’idée d’égalité.

– Au lieu d’oeuvrer pour la « paix », l’UE militarise et approfondit constamment son lien organique avec l’OTAN. Aujourd’hui, avec la création d’une coopération structurée dans le domaine militaire (PESCO), une nouvelle phase du militarisme a été annoncée, qui implique notamment une augmentation des dépenses militaires et un « transfert d’investissement » vers l’industrie et le commerce des armes. Dans le même temps, l’Union européenne est impliquée dans une escalade d’interventions et d’agressions contre des États et des peuples, illustrée par sa complicité avec Israël face au drame vécu par le peuple palestinien.

Au lieu de défendre l’environnement, l’UE subordonne ses politiques environnementales aux lois du marché. Les scandales des industries multinationales qui violent la législation sur l’environnement et l’incapacité de prendre les décisions nécessaires pour lutter contre le changement climatique et les conséquences dramatiques des problèmes environnementaux pour les peuples témoignent du fossé qui sépare les déclarations des actions.

Au lieu de faire preuve de solidarité et de lutter contre les causes qui poussent des millions de personnes à quitter leur pays, l’Union européenne poursuit des politiques qui aggravent et détériorent la situation. Son implication dans les interventions impérialistes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord a multiplié le nombre de réfugiés. Les fardeaux du passé colonial, associés aux politiques néocoloniales d’exploitation des pays d’Afrique et d’Asie, ont créé un cercle vicieux de pauvreté et de sous-développement qui conduit leurs peuples à rechercher une vie meilleure en Europe. Dans le même temps, le grand capital dans les pays européens fait face aux réfugiés et aux migrants en tant que main-d’œuvre peu coûteuse qu’elle souhaite exploiter afin de saper les relations de travail. Personne ne doute que la migration et la crise des réfugiés constituent un problème complexe et multidimensionnel. Cependant, le militarisme, le racisme et la xénophobie ne peuvent jamais être la réponse. Les forces progressistes sont appelées à lutter dans chaque État membre de l’UE afin de donner et faire prévaloir des réponses conformes au droit international et à la primauté des principes de solidarité, d’internationalisme et l’unité de classe des travailleurs.

Les peuples veulent et ont besoin d’une autre Europe – Une autre Europe est possible!
Outre le cadre des traités, des politiques communes et du pacte de stabilité, l’UE a créé au cours des dernières années un mécanisme draconien permettant d’exercer un contrôle suffocant sur les budgets et les politiques budgétaires des États membres par le biais du traité fiscal, de la « gouvernance économique » et du « Semestre européen ». L’Union économique et monétaire se renforce, les relations de dépendance économiques et politiques sont en train de s’institutionnaliser, la souveraineté nécessaire pour exercer une politique différente au niveau national est en train d’être annulée, la démocratie et le droit du peuple au développement socio-économique compromis. « L’union bancaire » prône une concentration gigantesque de capitaux et le contrôle des systèmes financiers des États. Les accords de libre-échange avec les puissants centres du monde (tels que le CETA avec le Canada), en combinaison avec le commerce néocolonial, les politiques avec les périphéries en développement dans le monde, constituent l’aspect extérieur d’un modèle économique profondément injuste et exploiteur.

La démocratie, l’État et la souveraineté des peuples sont remis en question par l’imposition de relations de domination politique et économique dictées par le directoire des grandes puissances et déterminées par les intérêts des groupes économiques et financiers. Les gouvernements élus subissent des menaces flagrantes et font l’objet de chantage. Les référendums sont ignorés ou répétés jusqu’à ce que les citoyens votent conformément à ce que souhaite l’UE.

Les avertissements émis par les forces du progrès sur le caractère, les politiques et le cours de l’UE – tels que définis par ses traités et approfondis avec les politiques mises en œuvre par la droite et la social-démocratie en Europe – se sont révélés vrais. Cependant, non seulement l’UE n’écoute pas les voix des peuples, mais elle intensifie les attaques contre le niveau de vie et les droits de nos peuples. Avec le slogan « Plus d’Europe », les dirigeants de l’UE ne discutent pas d’une autre voie ou d’une autre Europe, mais de la rapidité avec laquelle l’UE continuera de renforcer ses monopoles, sa militarisation et ses diktats. D’autre part, non seulement le nationalisme et le racisme d’extrême droite ne constituent pas une alternative, mais ils représentent le visage le plus réactionnaire du capitalisme, rappelant les époques les plus sombres de l’Europe.

La crise dans l’UE – résultat du capitalisme et de ses contradictions – a mis en évidence de manière dramatique tous les problèmes et a montré que la construction de l’UE n’est pas réformable dans son essence, car ses traités définissent une structure et un processus néolibéraux et militaristes. Une voie de coopération efficace en Europe devra nécessairement reposer sur les principes de souveraineté, de liberté, de démocratie, de progrès social et de paix.

Une autre Europe est possible, nécessaire et plus que jamais à l’ordre du jour. Une autre Europe – une Europe qui servira les travailleurs, les peuples et leurs besoins – peut naître d’un changement radical des fondements sur lesquels l’Union européenne a été construite. Un changement radical conçu et décidé par les travailleurs et les peuples d’Europe.

L’histoire du continent européen est riche d’héritages militants et révolutionnaires. Cela prouve que les peuples – avec les travailleurs et les jeunes comme force pionnière – peuvent, avec leurs luttes, mettre un terme aux attaques et aux mesures barbares actuelles; barrer la route à l’extrême droite et au fascisme; ouvrir la voie à des transformations sociales majeures de caractère anti-impérialiste et anti-monopoliste: apporter une alternative au capitalisme et à ses impasses; de projeter une fois de plus la vision de la construction de nouvelles sociétés, du progrès, de la paix et de la justice sociale.

Nous unissons les forces
Nous renforçons les luttes

Les forces communistes, progressistes, anticapitalistes, anti-néolibérales, de gauche et écologistes qui ont co-signé cet appel considèrent que les prochaines élections au Parlement européen en mai prochain représentent une occasion importante d’exprimer notre lutte pour le présent et l’avenir de nos pays et du continent.

Nous savons que le danger de l’extrême droite représente aujourd’hui une menace majeure pour notre continent et ses peuples, également encouragée par l’administration Trump aux États-Unis. Les forces au pouvoir et les intérêts de l’Union européenne ne peuvent enrayer cette menace, car ce sont leurs politiques qui cultivent le terrain qui la génère, alors que certains collaborent même ouvertement avec l’extrême droite. Seules les forces du progrès, les forces qui luttent pour les droits du travail et les droits sociaux, ainsi que pour la souveraineté des peuples, peuvent être le rempart de la résistance à l’extrême droite et au fascisme. C’est pourquoi leur renforcement doit être l’option pour chaque citoyen démocrate et progressiste de chacun de nos pays.

Nous appelons les travailleurs, les jeunes, les femmes et, en général, les peuples des États membres de l’UE à exprimer leurs revendications, leurs aspirations, leurs luttes et leurs visions lors du vote aux élections au Parlement européen, en renforçant les forces qui – comme nous, les partis signataires du présent appel – sont à l’avant-garde des luttes sociales et syndicales et s’engagent à poursuivre la lutte:

Pour une Europe des droits sociaux

Qui soit utile à ceux qui produisent la richesse et font vivre l’économie, à savoir les travailleurs; qui assure des emplois permanents, stables, à plein temps et dignes pour tous; qui rétablit et favorise les acquis et les droits sociaux; qui défend et promeut les services publics; qui garantisse le droit à l’éducation et au travail de la jeune génération et un niveau de vie digne des personnes âgées et des groupes sociaux vulnérables; qui reconstruit et élargit les infrastructures sociales offrant un soutien aux familles, aux enfants et aux personnes handicapées;

Pour une Europe de progrès économique, social et écologique durable

Pour une voie de développement social et économique pour notre continent qui favorise une convergence réelle et de plus en plus croissante entre les différents pays; cela devrait être basé sur des programmes d’investissements publics pour les politiques sociales, l’utilisation durable des ressources naturelles et la protection de l’environnement; qui prenne des mesures radicales contre le changement climatique, tout en assurant la justice sociale; qui favorise le potentiel productif de chaque pays, dans le respect du droit au développement et d’un modèle de développement durable; qui assure la souveraineté et la sécurité alimentaires; qui défende le caractère public des secteurs stratégiques de chaque pays et soutient les petites et moyennes entreprises; qui met fin aux paradis fiscaux, aux mouvements de capitaux libres et déréglementés et qui combat et taxe les activités spéculatives du capital.

Pour une Europe de paix et de coopération avec tous les peuples du monde

Une Europe qui respecte la Charte des Nations Unies et le droit international, y compris les principes à l’autodétermination des peuples, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté des États; qui rejette la course aux armements et la militarisation des relations internationales; qui agit pour la fin des interférences agressives externes et des agressions extérieures; qui mette fin aux alliances militaires agressives telles que l’OTAN et à l’existence de bases étrangères et lutte pour le désarmement, y compris le retrait de toutes les armes nucléaires du territoire des États membres et l’abolition totale des armes nucléaires. Pour une Europe qui promeuve la coopération et l’amitié entre les peuples du monde entier – coopération politique, économique, sociale et culturelle, égale et mutuellement bénéfique.

Pour une Europe de la démocratie, de la coopération entre États souverains égaux en droits

Pour une Europe qui respecte la démocratie et la participation démocratique, la souveraineté et l’égalité des droits de ses États, la diversité culturelle et l’identité de chaque peuple, les droits des minorités; une Europe qui ne sera pas gouvernée par des directoires, des lobbies et les États les plus puissants, mais par les peuples.

Pour une Europe de la liberté, des droits et de la solidarité

Pour une Europe qui défende les libertés démocratiques, comme les droits syndicaux, civils et sociaux – y compris les droits numériques des citoyens, la vie privée, la protection des données à caractère personnel et la neutralité d’Internet; qui rejette les mécanismes répressifs, de classement et de surveillance; qui garantisse dans la pratique l’égalité de toutes les personnes sans distinction de sexe, d’appartenance ethnique, de couleur, de religion, de handicap ou d’identité sexuelle; qui combatte toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et consolider leurs droits, y compris leurs droits sexuels et reproductifs.

Nous travaillons ensemble et renforçons le groupe de gauche au Parlement européen

À cette fin, nous développerons davantage notre coopération et nous nous engageons à poursuivre les travaux du groupe de la Gauche unitaire/Gauche verte nordique (GUE/NGL) au Parlement européen sur la base de l’égalité et du respect mutuel de nos différences, chemins, expériences et particularités; nous poursuivons notre action commune à travers le groupe GUE/NGL en tant que lieu de coopération centré sur les nombreuses choses qui nous unissent dans la lutte pour une autre Europe.

Nous réaffirmons le caractère et l’identité de ce groupe parlementaire en tant qu’espace confédéral de coopération entre forces communistes, ouvrières, progressistes, de gauche et écologiques, dont l’objectif commun est de donner voix au sein du Parlement européen aux luttes des travailleurs et des peuples; d’affirmer, proposer et défendre des politiques progressistes et nettement différentes de celles que la droite et la social-démocratie ont poursuivies et continuent de poursuivre; de donner expression et contenu à la lutte pour une autre voie pour l’Europe.

En signant cet appel, nous nous engageons à défendre ces objectifs et ces lignes directrices. Plus nous avons de force, plus les luttes pour une Europe de la coopération, du progrès social et de la paix seront intenses.

Partis signataires de l’appel conjoint en vue de l’élection de 2019 au Parlement européen:

1. Parti progressiste des travailleurs – AKEL
2. Parti communiste du Portugal – PCP
3. Parti communiste d’Allemagne – DKP
4. Die Linke (Allemagne)
5. Parti communiste d’Autriche – KPÖ
6. Parti du travail de Belgique – PTB-PVDA
7. Parti communiste de Bohème Moravie – KSČM
8. Parti communiste du Danemark – DKP
9. Parti communiste au Danemark – KpiD
10. Parti communiste d’Espagne – PCE
11. Izquierda Unida – IU
12. Izquierda Unida i Alternativa (EuiA)
13. Anova Irmandade Nacionalista – anova
14. Communistes de Catalogne
15. Parti communiste de Finlande – SKP
16. Parti communiste français – PCF
17. Parti communsite italien – PCI
18. Parti de la refondation communiste – PRC
19. Convergence socialiste
20. Parti communiste du Luxembourg – KPL
21. Parti communiste de Malte – PKM
22. Parti communiste britannique – CPB
23. Sinn Fein (Irlande)
24. Parti communiste danois

Morlaix 1er Mai, la 55e fête du Viaduc du PCF.

 La 55e fête du Viaduc du PCF, place Allende à Morlaix, le 1er mai 2019, 12h15-18h: demandez le programme spécial Européennes avec Glenn Le Saoût et Cindérella Bernard!

Dans un mois déjà… La  55ème fête du Viaduc –

Mercredi 1er Mai 2019

Tous les ans, la fête du Viaduc réunit au moins 180 personnes pour le repas, et autour de 400 personnes tout au long de l’après-midi. C’est un rendez-vous incontournable de la vie sociale et politique morlaisienne depuis 1964.  De la culture, de la musique, de la lutte, de la joie, de la fraternité, et les bons repas de Jean-Pierre Beuzit.

A partir de 12 h 15 Place Allende – Morlaix

AU PROGRAMME – Mercredi 1er Mai 2019

12 h 15 – Inauguration de la Fête Discours d’accueil : Glenn LE SAOÛT, candidat aux Européennes

Claude Bonnard à l’orgue de Barbarie et ses amis du Théâtre de la Corniche

Glenn LE SAOÛT, candidat morlaisien sur la liste du PCF « L’Humain d’abord » (menée par Ian Brossat) pour les élections européennes accueillera tous ceux qui auront répondu à notre invitation pour l’inauguration de la fête. Possédant deux grand pères communistes il était impensable de ne pas penser pour le collectif avant de prôner l’individuel. Âgé de 21 ans, il s’est investi dans son lycée et au sein du syndicat lycéen FIDL, dans les luttes contre la loi travail, les réformes Macron, la sélection à l’université, … Il s’est aussi investi dans son club de foot, « J’ai accepté de m’engager sur cette liste des Européennes conduite par Ian Brossat car je suis convaincu qu’il faut transformer en profondeur les institutions et les politiques européennes actuelles si on veut sauver l’idée européenne et les idées de progrès en Europe, face à la montée de l’extrême-droite ».

à partir de 12 h 30 – Repas

Menus adultes (13 €) : Salade bretonne ; bœuf à la gardienne – riz aux légumes ; gâteau ; café + 1 boisson

Menus enfants (6 €) : Salade bretonne ; bœuf à la gardienne – riz aux légumes ; gâteau ; 1 boisson

Tous les ans nous devons refuser du monde à notre restaurant aussi il est préférable de s’inscrire.

On peut s’inscrire en téléphonant au 06 62 74 75 27 ou en envoyant un courriel à pcf-morlaix@wanadoo.fr

14 h : PATRICIA PAULUS

Patricia pratique depuis longtemps le chant participatif. Elle affectionne particulièrement les chansons  » UTILES « , ces chansons qui ont toujours accompagné nos luttes.
Vous pourrez, si vous le souhaitez, chanter avec elle grâce aux textes qui seront à votre disposition.

 

15 h : interventions politiques et sociales Cindérella BERNARD – Ismaël DUPONT

Cindérella BERNARD, candidate bretonne sur la liste du PCF « L’Humain d’abord » (menée par Ian Brossat) pour les élections européennes, sera présente sur notre fête au cours de l’après-midi. Elle aussi maire adjointe de BEGARD, Présidente du Groupe Communiste au Conseil Départemental des Côtes d’Armor. Issue d’un milieu modeste, elle a travaillé en usine puis elle a exercé plusieurs métiers autour du handicap et de la délinquance. Elle a pris aussi des responsabilités associatives. Elle en a gardé l’exigence de défendre les catégories populaires et de se battre pour les gens et leurs intérêts légitimes.
15 h 45 – 17 h : LES MARINS DES LEGENDES


« Notre répertoire trouve ses sources dans la culture maritime d’hier et d’aujourd’hui.
Nous interprétons autant des chants de bord anciens et traditionnels, qui ont transmis à travers les générations, l’histoire des marins et des grands voiliers, que des oeuvres de poètes et de musiciens plus contemporains.
La commune de Henvic, avec son petit port situé sur l’embouchure de la Penzé, entre Morlaix et Roscoff, représente le port d’attache pour l’association.
Ses membres proviennent de l’ensemble du Pays Léonard. »

Toute l’après-midi :
– Exposition photos :
– Buvette ; Crêperie (cidre – thé – café)
– Jeux : jeux prêtés par le magasin « La Boissellerie » de Plourin les Morlaix (billard hollandais ; …)
– Stands : fleurs – loterie – pêche à la ligne
– Stands : PCF Morlaix (Presse : L’Humanité / Livres / …)
– Stands : AFPS – Morlaix Wavel

EXPOSITION De la naissance à la fin de vie L’humain d’abord
Situation des retraités en perte d’autonomie.
Les choix gouvernementaux. Quelles propositions et alternatives ?

Vidéo : Cindérella Bernard invitée de Dimanche en Politique sur France 3

Cindérella Bernard, candidate du PCF aux élections européennes, invitée de Dimanche en Politique sur France 3 – Dimanche 31 mars, voir la vidéo

Déclaration de la fédération du Finistère du PCF Non à la fermeture des urgences de l’hôpital de Concarneau !

Déclaration de la fédération du Finistère du PCF

Non à la fermeture des urgences de l’hôpital de Concarneau !

Selon les médecins urgentistes eux-mêmes, les urgences de l’hôpital de Concarneau seraient condamnées à disparaître au mois de mai, tandis que la ligne de SMUR basée à Concarneau la  transférée à Quimper depuis juin 2018.

Salarié-e-s et usagers alertent depuis des années sur les dégradations de l’organisation des urgences sur la partie sud de notre département, au fil de décisions dictées par les choix austéritaires des gouvernements successifs : fermeture en 2008 des urgences de nuit à Concarneau, en 2014 des urgences psychiatriques de l’EPSM Gourmelen de Quimper, délocalisation en juin dernier des lignes de SMUR des hôpitaux de Concarneau et Douarnenez sur Quimper la nuit et le week-end, mesure annoncée comme provisoire  mais toujours en vigueur.

Les groupements hospitaliers de territoire, présentés comme des outils de mutualisation et d’amélioration des soins, sont en réalité le fer de lance des politiques de casse du service public de santé dans les territoires.

L’hôpital de Quimper lui-même n’est pas à l’abri d’amputations à venir, l’organisation des services se faisant maintenant sur l’ensemble du Finistère, Quimperlé excepté.

Les services d’urgence en manque de moyens sont en permanence en tension, personnels et patients subissent une véritable maltraitance, des drames humains peuvent se produire à tout moment. De nombreux témoignages l’attestent.

Dans quelques jours si nous laissons faire ce sera pire encore.

Dans un département vieillissant dont les indicateurs de santé ne sont pas bons, il est intolérable que l’on mette ainsi en danger des vies humaines faute d’une prise en charge suffisamment rapide.

L’ARS mène campagne sur la surmortalité par infarctus en Bretagne, qu’elle attribue à un trop long délai avant l’appel au 15. Mais quand on habite à Concarneau ou Tregunc, qu’on appelle le 15, et que le véhicule du SMUR doit revenir de Quimper chercher le patient qui fait un infarctus pour le ramener sur Quimper, quelles sont ses chances de survie ?

Pour nous communistes, la vie humaine passe avant les considérations budgétaires.

Nous nous opposons avec la plus grande détermination à la fermeture des urgences de Concarneau et appelons à la mobilisation pour nos hôpitaux publics de proximité. Ce combat est le nôtre, c’est celui de l’Humain d’abord.

À Concarneau, à Douarnenez, à Quimper, partout, les suppressions de services, de lits, les restructurations hospitalières, les plans de « retour à l’équilibre » traduits en suppressions d’emplois, ça suffit !

Il faut une véritable inversion des choix politiques qui ont conduit à ce désastre, il faut que les richesses produites par le travail soient mobilisées pour l’intérêt général et non pour le profit égoïste de quelques-uns.

Le PCF propose un plan d’urgence pour l’hôpital public, élaboré avec salariés et usagers à travers toute la France, avec des mesures immédiates et à plus long terme, avec des financements.

L’argent existe pour le remboursement à 100 % par la Sécu des soins prescrits, pour la création de 100 000 emplois dans les hôpitaux, dans les Ehpad, pour la formation, pour un meilleur accès aux soins pour tous, avec de vrais hôpitaux de proximité et des centres de santé.

Les candidat-e-s de la liste conduite par Ian Brossat pour les élections européennes du 26 mai prochain, parmi lesquels l’urgentiste Loïc Pen en première ligne pour la défense de l’hôpital public, portent ces exigences et proposent la création d’un fonds européen d’investissement pour des services publics de qualité, en rupture avec les diktats austéritaires des traités libéraux.

Glenn Le Saoût, candidat finistérien du PCF sur la liste « L’Europe des gens, contre l’Europe de l’argent! »

Yvonne Rainero, responsable commission santé-protection sociale Finistère du PCF

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère

Concarneau 5 Avril, Mobilisation pour les Urgences.

Comité de défense de l’l’Hôpital de Concarneau

Maison des associations 26 rue du Mal Foch

29900 CONCARNEAU

defendre-hopitalcc@hotmail.fr

URGENCE POUR NOS URGENCES

La fermeture de notre service d’Urgences est imminente et l’Agence Régionale de Santé (ARS) n’a toujours pas répondu à la demande d’entrevue adressée par les Maires de la Communauté de Communes.

Pour mémoire, il y a perte de chance en cas d’urgence grave (infarctus, AVC, par exemple), s’il n’y a pas de prise en charge dans la demi-heure.

Nous vous appelons à venir nombreux

le vendredi 5 avril à 18H.

à la maison des associations

NOUS SOMMES TOUTES ET TOUS CONCERNÉ-ES

Morlaix 27 Avril, Manif à l’appel de l’intersyndicale CGT, CFDT, SUD – Agents et usagers, tous unis pour la sauvegarde de notre hôpital!

Quel avenir pour le centre hospitalier de Morlaix? – Manif à l’appel de l’intersyndicale CGT, CFDT, SUD le 27 avril à Morlaix – Agents et usagers, tous unis pour la sauvegarde de notre hôpital!

Samedi 27 Avril
Départ 10h manufacture de Morlaix
Agents et usagers unis pour la sauvegarde de l’hôpital et le maintien de l’offre de soins sur le bassin morlaisien.

2 avril 2019
Morlaix. Conseil de surveillance de l’hôpital: une séance qui cristallise les tensions (Le Télégramme, 2 avril 2019)

Le Conseil de surveillance de l’hôpital de Morlaix a été ajourné après l’intervention de l’intersyndicale et du comité d’usagers. (Le Télégramme/Sophie Guillerm)

Ils sont inquiets et l’ont fait savoir. Comité d’usager, personnel des urgences et syndicats ont investi, hier, le conseil de surveillance de l’hôpital et ont provoqué son ajournement.
Les usagers ont d’abord déploré « le refus de leur accorder un espace au sein de l’hôpital pour être au plus près des familles, et le refus de leur permettre de siéger à titre consultatif au conseil de surveillance ». Rappelant « la fermeture de la cardiologie, les risques sur la psychiatrie », ils se désolent que « La direction vide le CHPM de sa substance alors qu’il y a du matériel de pointe et des soignants performants ». D’une même voix, les syndicats ont ensuite dénoncé « un projet médical qui se plie à un projet architectural concernant l’avenir de la psychiatrie », alors même que le territoire est étendu à 106 communes.

« On n’a plus les moyens d’être humains »

Ils ont pointé « leur incompréhension des réductions de services, de perte de compétitivité et de compétences », et des « agents qui n’ont plus les moyens d’être humains avec les humains ». À cela s’ajoutent du côté des agents « un manque d’informations, ainsi qu’une pseudo-concertation qui ne fait que cristalliser les tensions », ajoutent-ils, réclamant de la « bientraitance ».

Alors que la directrice Ariane Benard est restée silencieuse tout le temps des échanges, Agnès Le Brun a pointé du doigt une « communication systématiquement négative. Chaque fois, c’est un potentiel praticien qui risque de ne pas venir ». Elle a demandé aux syndicats « de ne pas se tromper de combat », et a appelé à l‘apaisement. Les syndicats se sont défendus « de faire dans la caricature : on n’a plus que ça, la médiatisation, car il n’y a plus de dialogue social au sein de l’hôpital », citant « quatre demandes d’entrevue » avec Agnès Le Brun qui seraient restées sans suite, là où « d’autres élus inquiets les ont reçus ». À l’issue des échanges, Jean-Paul Vermot, a demandé avec Solange Creignou et Nicolas Floch, « une médiation pour trouver la voie du dialogue, sortir de la situation de blocage et affronter les enjeux du CHPM collectivement et sereinement ».

Comité de défense de l’hôpital public en Pays de Morlaix, 2 avril 2019

Aux membres du comité de surveillance de l’hôpital de Morlaix

Créé en mai 2016, le comité de défense est adhérent à la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux publics et maternités de proximité. Celle-ci est une association d’usagers du système de santé agréée par le ministère de la santé.

Lors des quelques entretiens avec la directrice, Mme Bénard, nous lui avons demandé à plusieurs reprises de disposer d’un espace au sein du CHPM pour être au plus près des usagers et de leurs familles.

Si dans un premier temps, Mme Bénard avait donné son accord de principe, elle est revenue par la suite sur sa décision, au motif que le comité avait, selon elle, « des liens forts avec certaines organisations syndicales et partis politiques » et que « tenir une permanence publique nuirait au principe de neutralité du service public » (sic)

En notre qualité de membre d’une association agréée par le ministère de tutelle, nous avons souhaité, également, la présence de deux membres du bureau au conseil de surveillance, même à titre purement consultatif. Sa réponse a été également négative, au motif que deux membres de la commission des usagers étaient déjà présents au conseil de surveillance.

Nous réitérons aujourd’hui, d’une part notre demande de disposer, au moins ponctuellement, d’un espace au sein de l’établissement, comme c’est le cas d’autres associations, d’autre part de disposer d’une présence au conseil de surveillance de l’hôpital.

S’agissant de la situation de l’hôpital de Morlaix, celle-ci nous apparaît, à l’heure actuelle, très préoccupante.

Le service de cardiologie et les soins intensifs de ce même service ont été fermés, le 1er mai 2018.

Cette décision de fermeture a été prise sous prétexte que les patients n’étaient plus en sécurité en raison d’un manque de personnel médical. Certes, le manque de praticiens était devenu, hélas, patent, mais en réalité ce sont des conflits de personnes, avec la direction, qui ont été en partie la cause de cette fuite du personnel.

Cette fermeture a des conséquences dramatiques au sein du service des Urgences qui prennent en charge les usagers présentant des pathologies cardiaques.

Certains de ces patients sont transférés par le SMUR vers Brest à La Cavale Blanche (ou à la clinique de Keraudren sans qu’on leur ait précisé préalablement qu’ils étaient susceptibles d’être pris en charge dans le privé).

Ces transferts impactent la disponibilité sur place à Morlaix du personnel médical et paramédical du service des urgences, le temps du transport, puisqu’il faut compter environ 3 heures pour un transport aller et retour vers Brest.

La population et les usagers sont très inquiets, et le comité de défense a recueilli, durant l’été dernier, près de 12 000 signatures sur le terrain auprès de la population sur ce sujet. Cependant la situation n’est toujours pas réglée.

Plus généralement, plusieurs services sont régulièrement restructurés, et à chaque fois, nous constatons des fermetures de lits et des suppressions de postes.

Le service SSR2 a été fermé toute la période estivale (24 lits). Il a rouvert le 5 novembre, mais avec seulement de 10 à 12 lits, en raison de manque de personnel médical (congé de maternité non anticipé par la direction) et une fuite du personnel para-médical vers d’autres structures.

L’hôpital psychiatrique a été frappé de plein fouet, avec la fermeture complète d’un service en l’espace de 6 mois (Ty Dour). Aujourd’hui le service de l’UPEC va également être fermé.

En fin d’année 2018, lors d’une entrevue avec Mme la directrice, nous avions évoqué la question de la psychiatrie de Morlaix, car nous nous avions de réelles craintes pour ce service. Mme Bénard avait tenté de dissiper nos craintes et nous avait donné rendez-vous en début d’année, où l’on y verrait plus clair.

Contrairement à ses propos rassurants, nous apprenons aujourd’hui qu’une importante restructuration est envisagée, qui consisterait à déplacer le service de l’UPEC vers l’ancienne unité de soins de cardiologie sur des lits de l’UHCD.

Les 10 lits de l’UHCD seraient ramenés à 5, les autres étant des lits de psychiatrie.

Ce projet est inacceptable en lui-même, mais de plus la situation créée risque aussi de compromettre les conditions optimales nécessaires pour la réouverture de la cardiologie que la population attend.

Des restructurations sont donc en cours et d’autres encore seraient en projet dans les mois prochains.

Peu à peu, la direction vide ainsi le CHPM de sa substance. Si ce cap politique est maintenu par la direction, l’hôpital de Morlaix risque de répondre de moins en moins aux besoins de la population, et de ne plus constituer l’établissement de santé de plein d’exercice sur un territoire qui en a pourtant, et plus jamais, besoin.

Pourtant ce centre hospitalier a du potentiel avec du matériel de pointe et du personnel performant.

Nous ne pouvons pas nous résoudre à cette situation.

Il faut avoir la volonté de préserver et d’améliorer cet outil de santé essentiel, car il a toute sa place et sa nécessité sur un territoire de 106 communes et de 140 000 habitants.

La santé n’est pas une marchandise !

Quimper, cinéma d’Art et d’Essai : les menaces planent toujours. Pétition en ligne.

La pétition en ligne :LE QUAI DUPLEIX N’EST PAS UN CINÉMA SOLUBLE DANS CINÉVILLE

 

Déclaration à la presse de M. Piero Rainero Conseiller Municipal.

Dès 2014 j’avais interpellé la municipalité sur la situation fragile des salles de cinéma d’art et d’essai dans notre ville, en raison des risques que pouvait faire courir au Quai Dupleix une possible vente de l’ensemble Quai Dupleix-Arcades.

Dès cette époque, l’association Gros Plan, à laquelle était confiée en régie municipale la programmation de ces 2 salles Art et Essai, avait alerté la municipalité sur ces risques, et ce encore il y a un an après le rachat par le groupe Mégarama.

Des débats ont eu lieu à plusieurs reprises sur ce sujet au Conseil Municipal.

La municipalité ne pouvait donc ignorer les conséquences que pouvait avoir l’achat en 2017 des salles du Quai Dupleix par le groupe privé Mégarama totalement étranger à la vie culturelle de Quimper et n’ayant d’autre visée que le profit financier à court terme.

L’adjoint à la culture, Allain Le Roux, avait d’ailleurs envisagé comme possible scénario l’acquisition des salles par la municipalité pour permettre de pérenniser dans la capitale de la Cornouaille un cinéma de qualité, rejoignant ainsi les propositions de Gros Plan.

Il en avait fait étudier les conditions.

Cette étude confirmait l’existence d’un véritable potentiel de développement pour le cinéma d’art et d’essai à Quimper et en Cornouaille.

La progression de la fréquentation ces 2 dernières années, la diversité du public, les échanges nombreux et fructueux avec les associations locales, la part importante des scolaires dans le cadre de partenariats avec leurs enseignants et leurs établissements, l’attestent.

Gros Plan remplit avec succès son rôle d’animation culturelle autour du cinéma et de formation du public, notamment des scolaires.

C’est une mission de service public.

Le Quai Dupleix et l’association Gros Plan jouent un rôle important dans la vie culturelle de Quimper et de la Cornouaille.

La disparition du cinéma Art et Essai dans notre ville, après la fermeture du Quartier, centre d’art contemporain, lui porterait un nouveau coup.

Elle contribuerait à affaiblir l’attractivité et le rayonnement de Quimper, et à dévitaliser encore plus son centre déjà malmené par les politiques de la majorité municipale.

Pourtant, celle-ci a continué à ignorer les avertissements, et n’a rien fait pour empêcher une issue fatale.

Il y a aujourd’hui urgence à agir, la municipalité doit sortir d’un silence qui apparaîtrait s’il se prolongeait comme de connivence avec le processus de liquidation des salles de cinémas classées de la ville.

Il faut se mettre au plus vite à l’ouvrage sur les conditions d’une acquisition par la collectivité pour sauver le Quai Dupleix.

Le temps presse.

Dans cet esprit je demande au maire de prendre ses responsabilités et de réunir de toute urgence les responsables de Gros Plan et tous les acteurs concernés.

Quimper le 20 janvier 2019.

Morlaix, retour sur la marche du 30 Mars de Solidarité avec la Palestine

Morlaix samedi 30 mars 2019

Marche de Solidarité avec la Palestine occupée contre les frappes israéliennes sur Gaza.

50 personnes se sont réunis à l’appel de l’AFPS, et de différentes organisations associatives, syndicales et politiques, dont le PCF, ce samedi 30 mars et ont défilé du square de la résistance à Morlaix, jusqu’à la mairie et la place Allende en solidarité avec les Palestiniens opprimés par la politique du gouvernement israélien et de Trump, à Gaza notamment. Plusieurs chants de soutien au peuple palestinien, à la lutte contre la colonisation et pour la paix ont été interprétés.

Le texte de l’appel

Il y a un an, les Palestiniens de la bande de Gaza commençaient les « marches du retour » pour retrouver leurs terres occupées par Israël. Ils réclament aussi la levée du blocus, aérien, terrestre et maritime qui enferme 2 millions d’habitants dans une véritable prison de 365 km², régulièrement bombardée par l’aviation israélienne.

Chaque vendredi, face à eux, les snipers israéliens visent les manifestant-es, ciblant plus particulièrement des jeunes, mais aussi des journalistes et des personnels médicaux. L’utilisation de munitions spéciales entraînant de nombreuses amputations prouvent la volonté délibérée de mutiler. Ce que dénoncent régulièrement des associations comme Médecins du Monde ou Amnesty International.

Aujourd’hui le bilan est terrible avec plus de 250 morts et plus de 23 000 blessés palestiniens !

Selon la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, la réponse d’Israël à ces manifestations « peut constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ».

Nous n’oublions pas, nous ne nous habituons pas !

 

Gaza Solidarité !
Levée immédiate du blocus !Droit au retour des réfugiés !

– Nous demandons à notre gouvernement qu’il intervienne pour une mise sous protection internationale des Palestiniens de Gaza.

–  Nous demandons que le blocus de Gaza soit levé, que cesse l’impunité totale dont jouit Israël et que la France mette en place des sanctions.

–  Chaque réfugié, chaque exilé doit pouvoir bénéficier du « droit au retour ».

–  Nous exigeons que cesse toute coopération militaire et sécuritaire avec Israël, en particulier la fin de tout commerce de composants servant à fabriquer des armes utilisées contre des civils.

– Nous demandons la reconnaissance de l’État de Palestine tant par la France que par l’Union Européenne.

 

Jeudi 4 avril, Mobilisation contre les lois Blanquer, Horaires et Lieux

 

Secteur de Douarnenez :RDV à Douarnenez, à partir de 12h sur le parking devant le collège-lycée Jean-Marie Le Bris (en soutien aux enseignants en lutte dans cet établissement) puis direction la permanence du sénateur Philippe Paul : hôtel de ville 16 rue Berthelot.

Secteur de Pont-L’Abbé :RDV Pont l’Abbé, à 12h30 devant la permanence la députée Mme Liliana Tanguy : 12 Rue du Prat Résidence Pierre Pichavant.

Secteur Crozon – Châteaulin – Carhaix : RDV Châteaulin, à 12h30 devant la permanence du député Richard Ferrand : 2 rue Baltzer.

Secteur de Morlaix :RDV à Morlaix, à 12h30 devant la permanence de la députée Mme Sandrine Le Feur : 31 Place des Otages.

Secteur de Concarneau – Quimperlé – Rosporden : RDV à Concarneau, à 12h30 devant la permanence du député M Erwan Balanant : 40 Rue Bayard.

Secteur Landerneau – Landivisiau – Lannilis – Lesneven :RDV à Landerneau, à 12h30 devant la permanence de la députée Mme Graziella Melchior : 54 Quai de Léon.

Secteur de Quimper – Fouesnant :RDV à Quimper, à 12h30 devant la permanence la députée Mme Annaïg Le Meur : 5 Bis Venelle de Kergos.

Secteur de Brest :RDV à Brest, à 12h30 devant la permanence du député M Jean-Charles Larsonneur : 28 Boulevard Gambetta.

Secteur de Plabennec – Ploudalmézeau – Saint-Renan :RDV à Saint-Renan, à 12h30 devant la permanence du député M Didier Le Gac : 11 Rue de Kerzouar.

 

ecole de la confiance expliquée aux parents snuipp fsu pdf

L’« École de la confiance », un projet de société

Le projet de loi « pour une école de la confiance », dite loi Blanquer, a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale, alors qu’il suscite une large opposition dans la communauté éducative (rejet quasi unanime par le CSE le 15 octobre).

L’École de la concurrence et de la soumission

La loi Blanquer s’inscrit dans la continuité des politiques libérales menées depuis le début des années 2000, et en accélère le rythme. Il s’agit d’en finir avec le projet égalitaire de l’éducation nationale – projet déjà bien malmené – pour le remplacer par une école du tri et de la concurrence, où chaque jeune est individuellement responsable de ses choix, de sa réussite ou de son échec. L’école construite par la loi Blanquer, c’est une école de la concurrence et de la soumission.

Concurrence

La casse des cadres collectifs (programmes, diplômes) au profit de parcours individualisés, associée à une sélection de plus en plus précoce isole les jeunes et les met en concurrence les uns avec les autres. À chaque étape ils doivent « choisir » les « bonnes » options, les « bons » établissements dans un vaste marché éducatif, sous peine d’être relégués en marge du système. Et bien sûr, ces « bons » choix ne sont pas accessibles à tout le monde.

Soumission

Ce système fait porter aux individus – aux jeunes, à leurs familles – la responsabilité de leur réussite ou de leur échec. Comment mieux les amener à accepter leur situation, sans se révolter ? Parallèlement, la transformation des enseignants en exécutants (par la précarisation, mais aussi par la restriction de leur liberté d’expression) dans un système éducatif de plus en plus autoritaire vise à empêcher la construction d’une éducation émancipatrice.

La question du rôle de l’école

À ce projet, nous opposons l’exigence d’une école de l’égalité et de l’émancipation : une école qui permette à toutes et tous de s’approprier les savoirs complexes nécessaires pour être pleinement acteur de sa vie, de la vie de son entreprise, de son pays et de la planète.

Nous avons édité une brochure présentant notre projet et nos propositions, L’École en commun, disponible en ligne et utilisable pour nourrir les campagnes et les débats : http://www.pcf.fr/argumentaire_ecole.

Une reprise en main autoritaire

Ce que contient le projet de loi Blanquer

  • L’article 1 réduit la liberté d’expression des enseignants en introduisant la possibilité de les sanctionner, voire de les révoquer, s’ils critiquent publiquement l’institution.
  • L’article 9 s’attaque à l’organisme indépendant chargé d’évaluer le système éducatif, le CNESCO, pour le remplacer par un organisme à la botte du ministère.
  • Les articles 10 à 12 portent sur la formation des enseignants : les directeurs des nouveaux instituts de formation (les INSP) seront choisis par le ministre et plus par la procédure universitaire normale.

Notre position

Nous nous opposons résolument à cet autoritarisme et défendons la liberté pédagogique et le pluralisme. Contre toutes les tentatives d’imposer des « bonnes pratiques » ou une « pédagogie officielle », nous voulons rendre aux enseignants la maîtrise de leur métier : une formation initiale ambitieuse, une formation continue relancée, plus de temps pour réfléchir sur leurs pratiques, un statut protecteur.

Nous devrons être particulièrement attentifs à la manière dont la réforme de la formation et du recrutement des enseignants va se concrétiser dans les prochains mois.

L’obligation scolaire au service des inégalités

L’instruction obligatoire dès l’âge de 3 ans

  • Les articles 2 à 4 avancent l’âge de l’instruction obligatoire à 3 ans.

Un cadeau aux écoles privées

Cela ne changera rien à la réalité de la scolarisation : seulement 2,4% des enfants de 3 ans ne fréquentent pas l’école maternelle. À 4 et 5 ans, ce sont 100% des enfants qui sont scolarisés, et ce depuis les années 1970.

La principale conséquence de ce changement, c’est que les municipalités seront contraintes de financer les écoles maternelles privées via le forfait communal. C’est un cadeau pour les écoles privées existantes, mais c’est aussi l’ouverture d’un nouveau marché. Cette mesure est à rapprocher de la manière dont Blanquer promeut certaines pédagogies portées par des fondations privées (Montesori, Espérances Banlieue…). Il s’agit de s’appuyer sur le désir de certaines familles de scolariser leur enfant au sein d’une population « triée » pour développer un marché scolaire qui favorisera la ségrégation sociale dès le plus jeune âge.

Nous réaffirmons que l’enseignement privé, en favorisant la ségrégation sociale et scolaire, contribue à la dégradation du service public d’éducation nationale. L’argent public doit aller à l’école publique.

En finir avec le statut de fonctionnaire et le cadre national du service public

Expérimentation et dérogations contre le service public

  • L’article 8 ouvre la possibilité d’expérimentations dérogeant au cadre national du service public comme au statut des personnels.

Les principales réactions portent sur la possibilité ouverte par cet article d’annualiser le service des enseignants. Mais il s’agit d’un véritable cheval de Troie qui mine tout le cadre du service public national.

Un accroissement de la précarité dans l’Éducation nationale

  • L’article 13 prévoit que les assistants d’éducation (les « surveillants ») inscrits dans une formation préparant aux concours d’enseignement pourront se voir confier des fonctions pédagogiques. Ils pourront donc faire le travail des enseignants sans en avoir ni la formation, ni le statut, ni le salaire.

Cette dernière mesure est présentée par le ministre comme un moyen d’améliorer l’attractivité du métier d’enseignant. Elle permettra en fait de gérer la pénurie tout en poursuivant la précarisation de l’Éducation nationale.

Nous défendons au contraire la revalorisation des salaires et un plan de recrutement pluri-annuel. Surtout, nous proposons la mise en place d’un pré-recrutement sous statut de la fonction publique.

Une restructuration du système éducatif au service du tri

L’école du socle

  • La majorité a introduit par amendement – c’est-à-dire sans consultation des organisations professionnelles ni du Conseil d’État et sans étude d’impact – une restructuration profonde du système éducatif : des « établissements publics des savoirs fondamentaux » regroupant des classes de primaire et de collège pourront être créés, sur simple décision du recteur ou des collectivités locales.

Une école à deux vitesses

Ces regroupements permettront de faire des économies en personnels, voire de fermer des écoles (en particulier dans les zones rurales, qui expérimentent déjà ce type de regroupements).

Mais cette mesure vise aussi à créer une école à plusieurs vitesses : pour les uns, les « établissements des savoirs fondamentaux », pour les autres, le collège puis le lycée et la possibilité de mener des études longues. Avec un tri de plus en plus précoce : avant Parcoursup, avant même l’entrée au lycée, il y aura une première phase de tri et de mise en concurrence au moment de l’entrée en primaire !

Nous voulons au contraire en finir avec la sélection pour construire une école véritablement commune : relance du collège unique, scolarité obligatoire prolongée jusqu’à 18 ans, renforcement du caractère national du baccalauréat et garantie pour tous les bacheliers de pouvoir intégrer l’enseignement supérieur dans une filière choisie.

Morlaix, SAMEDI 30 MARS A 10h 30 SQUARE DE LA RÉSISTANCE: Gaza Solidarité ! Levée immédiate du blocus ! Droit au retour des réfugiés !

SAMEDI 30 MARS A 10h 30 SQUARE DE LA RÉSISTANCE 

Il y a un an, les Palestiniens de la bande de Gaza commençaient les « marches du retour » pour retrouver leurs terres occupées par Israël. Ils réclament aussi la levée du blocus, aérien, terrestre et maritime qui enferme 2 millions d’habitants dans une véritable prison de 365 km², régulièrement bombardée par l’aviation israélienne.

Chaque vendredi, face à eux, les snipers israéliens visent les manifestant-es, ciblant plus particulièrement des jeunes, mais aussi des journalistes et des personnels médicaux. L’utilisation de munitions spéciales entraînant de nombreuses amputations prouvent la volonté délibérée de mutiler. Ce que dénoncent régulièrement des associations comme Médecins du Monde ou Amnesty International.

Aujourd’hui le bilan est terrible avec plus de 250 morts et plus de 23 000 blessés palestiniens !

Selon la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, la réponse d’Israël à ces manifestations « peut constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ». 

Nous n’oublions pas, nous ne nous habituons pas !

Gaza Solidarité ! 

Levée immédiate du blocus !

Droit au retour des réfugiés !

– Nous demandons à notre gouvernement qu’il intervienne pour une mise sous protection internationale des Palestiniens de Gaza.

–  Nous demandons que le blocus de Gaza soit levé, que cesse l’impunité totale dont jouit Israël et que la France mette en place des sanctions.

–  Chaque réfugié, chaque exilé doit pouvoir bénéficier du « droit au retour ».

–  Nous exigeons que cesse toute coopération militaire et sécuritaire avec Israël, en particulier la fin de tout commerce de composants servant à fabriquer des armes utilisées contre des civils.

 – Nous demandons la reconnaissance de l’État de Palestine tant par la France que par l’Union Européenne.

C’est pourquoi nous appelons à un rassemblement

De solidarité avec les Palestiniens de Gaza et de toute la Palestine occupée

LE SAMEDI 30 MARS À 10h 30

Square de la Résistance à Morlaix

Morlaix : les militants à la rencontre des usagers et de la population.

PCF Morlaix, Lanmeur.

Photos prises par Mikaël Seillé.

Lundi 25 mars 2019 :

Distribution du « A cœur ouvert » le journal de la Commission santé protection sociale du PCF, édition bretonne spécial EHPAD avec des articles de nos candidats aux européennes Cindérella Bernard (52) et Christelle Dumont (56) à l’hôpital de Morlaix avec les Camarades de Morlaix, Lanmeur, Plougasnou, Carantec.

 

À Coeur ouvert edition Bretagne PDF

et

Mardi 26 mars : distribution de Flyers « Elections Européennes » à Pleyber Christ et sur le marché de Plougasnou

 

 

 

 

D’autres distributions sont programmées:

 

Jeudi 28 mars : distribution sur la commune de Plounéour Menez

Un rendez-vous est fixé à 10 h devant la mairie de la commune.

Mercredi 3 avril : distribution sur la commune de Plourin les Morlaix

Un rendez-vous est fixé à 9 h 30 devant la mairie de la commune.

Jeudi 4 avril : distribution sur la commune du cloître Saint Thégonnec

Un rendez-vous est fixé à 10 h devant la mairie de la commune.

Morlaix 5 et 6 avril: Venue de Maryam Madjidi

Vendredi 5 avril: Maryam Madjidi à Morlaix, Local du PCF, 2 petite rue de Callac, à 18h:

« Marx et la poupée: devenir écrivain dans l’exil, avec l’héritage du combat communiste en Iran et des blessures de la révolution islamique ».

Samedi 6 avril, à 11h: Maryam Madjidi à la rencontre des lecteurs à la librairie Dialogues Morlaix

Brest, 6 avril : Venue de Maryam Madjidi.

Samedi 6 avril 18h30 fac Segalen rencontre débat avec Maryam Madjidi candidate aux européennes sur la liste de Ian Brossat « Pour l’Europe des gens, pas celle de l’argent »

L’écrivaine Maryam Madjidi (candidate en 8ème position sur la liste Européenne de Ian Brossat et du PCF) sera l’invitée des communistes brestois-es.

Après avoir rencontré les lecteurs à 14 h 30 à « La Petite Librairie », 4bis Rue Danton et visité la médiathèque des Capucins elle participera à une rencontre débat sur le thème de la solidarité envers les réfugiés à 18 h 30 à la Fac Segalen.


Maryam Madjidi, écrivaine, professeur de Français Langues Etrangères travaillant avec les réfugiés, fille de militants communistes iraniens contraints à l’exil, militante pour le droit d’asile. Auteur de « Marx et la poupée », un magnifique roman sur l’exil, sa découverte de la France, son rapport avec l’Orient et les illusions de l’orientalisme, et l’engagement de ses parents qui a reçu le Prix Goncourt du Premier Roman en 2017 et le prix Ouest-France Etonnants Voyageurs en 2017, le Prix Soroptimist de la Romancière Francophone 2018 !

Brest : appel à la mobilisation contre l’école de Blanquer-Macron

Non à l’école Blanquer-Macron de l’injustice sociale et de la concurrence

Pour une école de la réussite et de l’émancipation de toutes et tous !

 

La section du Pays de Brest du  PCF apporte son soutien à la mobilisation  contre la loi Blanquer et appelle enseignants, parents d’élèves, lycéens et étudiants à participer à la manifestation organisée à Brest  le samedi 30 mars à 10h30 place de la Liberté par l’intersyndicale.

 

 

L’objectif de  cette loi est de faire le tri social. L’école de Blanquer, c’est une école de la concurrence et de la soumission. Concurrence parce que tous les cadres collectifs sont cassés au profit de parcours individualisés ; chaque jeune est amené à choisir son établissement, ses options, son parcours, et il va être sélectionné de manière de plus en plus précoce, ce qui va l’isoler, le mettre en concurrence avec les autres et produire de plus en plus d’inégalités sociales. Soumission parce que cette loi est extrêmement autoritaire, à la fois dans la manière dont elle a été votée, contre l’avis de l’ensemble de la communauté éducative ; et autoritaire dans ce qu’elle porte, c’est-à-dire une reprise en main autoritaire par le ministre du système éducatif.

Les communistes s’opposent résolument à ces choix inégalitaires et autoritaires, ils agissent  avec toutes et tous pour une école de l’égalité, de l’émancipation, une école commune qui conduise tou-te-s ses élèves, ensemble, au haut niveau de connaissances qui leur sera nécessaire dans leur vie au travail, dans leurs choix de citoyens. Cela exige le déploiement de la démocratie, du respect pour les jeunes, pour leurs parents et leurs enseignants, des investissements à la hauteur des besoins pour développer l’effort éducatif, et notamment pour la formation et le recrutement des enseignants, incluant un pré- recrutement sous statut de la Fonction publique.

Section Pcf du Pays de Brest, le 27 mars 2019