Campagne contre la privatisation d’Aéroports de Paris dans le Finistère.

image_pdfimage_print
I Mobilisations unitaires du collectif départemental contre la privatisation d’ADP à Brest décidés dans le cadre de notre réunion du collectif départemental ADP de la semaine passée:

– Samedi 19 octobre de 14h à 18h distribution du tract ADP et collecte de soutiens (faire penser à ceux qui en ont leur PC portable) place de la Liberté (cöté bas de la rue Jean Jaurès)

– Dimanche 20 octobre de 9h30  à 11 h et de 11 h à 12h30 distribution du tract ADP au marché Saint Louis
II  Campagne du réseau des jeunes communistes de Brest

Les jeunes communistes à la rencontre des étudiants au RU du Bouguen la semaine dernière

Les jeunes communistes du Pays de Brest étaient présent.e.s la semaine dernière devant le RU du Bouguen, sur la fac de lettres, et devant le RU de Kergoat afin d’encourager les étudiant.e.s à signer la pétition pour empêcher la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris).  Notre action a reçue un très bon accueil des étudiant.e.s, avec de nombreux échanges à la clé ! L’occasion pour nous de constater que la grande majorité d’entre eux.lles n’étaient pas au courant de cette initiative parlementaire… .

Les communistes, comme FI et le PS, étaient présents sur la foire Saint Michel pour populariser la demande de référendum sur la privatisation d’ADP à la Foire Saint Michel.

III Le maire communiste de Kernevel (commune associée à Rosporden) appelle à la mobilisation des habitants contre la privatisation d’ADP:
Grâce à Jacques Rannou, maire délégué à Kernevel, militant PCF et CGT, les citoyens sont conviés samedi dernier à signer la demande de referendum adp. Bravo aux camarades de Rosporden Kernevel.
IV Refus de présentation d’une motion ADP – Démission de notre camarade du PCF André Paulus du conseil municipal de  La Feuillée (commune où Ian Brossat a fait son meilleur score aux Européennes dans le département):
Le Télégramme, 8 octobre 2019

Deux conseillers municipaux, Laurent Grandi et André Paulus ont démissionné. Ils s’en expliquent dans un communiqué.

Élus au conseil municipal de La Feuillée sur la liste du maire Régis Le Goff en 2014, Laurent Grandi et André Paulus indiquent avoir démissionné la semaine passée. Dans un communiqué, les deux conseillers expliquent les raisons de cette démission, qui intervient à quelques mois de la fin du mandat.

« Notre engagement municipal avait comme objectif de maintenir, de développer les services publics communaux et de préserver les services publics nationaux existants et contribuer ainsi à mettre fin au bradage des biens publics. Tel était le contenu de la motion contre la privatisation d’ADP (Aéroport de Paris) – avant celle d’Engie et de la Française des Jeux -, que nous n’avons pas pu présenter en conseil municipal, motion soutenue par une partie de la représentation nationale, droite et gauche confondues », indiquent Laurent Grandi et André Paulus. Autre point de désaccord pour les élus démissionnaires : « le non-recrutement d’un employé communal suite au décès de Maurice Nédelec ». « Réduire certains coûts de fonctionnement ne doit pas se traduire, selon nous, par la suppression d’un emploi communal existant en faisant appel au privé pour l’entretien des espaces verts. Le maintien de ce poste aurait permis de fidéliser une personne et peut-être sa famille dans la commune de La Feuillée », estiment Laurent Grandi et André Paulus.

« Désireux d’éviter tout amalgame », ces derniers tiennent enfin à préciser que leur démission « n’est en rien » liée à la position de Yannick Jaouen concernant le projet de création d’une Mam (Maison d’assistantes maternelles) et d’un logement social. L’élu d’opposition avait fait part la semaine passée de son hostilité au projet et demandé la tenue d’un référendum sur le sujet.

V Quimper

Conférence de presse de la coordination Sud-Cornouaille mardi 22 octobre à 17h30 aux Halles St François (salle n°1)
Point fixe samedi 26 octobre de 10h à midi place Terre au Duc pour la signature de la demande de référendum ADP

réunions de quartier pour la signature de la demande de référendum ADP

Moulin Vert : Vendredis 8/11/2019 et 29/11/2019

Kerfeunteun : Mardi 12/11/2019

Voeu ADP Quimper-Métropole présenté par Piero Rainero (élu PCF) et voté
Un voeu comparable sera présenté au Conseil Municipal de Brest par les élus PCF avec l’appui de la majorité en décembre et avait été présenté par Ismaël Dupont au conseil de Morlaix-Communauté et de Morlaix en juin dernier (avec un vote majoritaire pour à chaque fois). 

Vœu proposé, conformément à l’article 3.2.7 du règlement intérieur de Quimper Bretagne Occidentale, par M. Piero Rainero, conseiller communautaire.

En avril 2019, une proposition de loi référendaire visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris a été présentée en application de l’article 11 de la Constitution, par 248 député.e.s et sénateurs.trices de différentes sensibilités, de droite, du centre, de gauche et écologistes.

Le Conseil constitutionnel a validé la procédure qui peut conduire à l’organisation d’un « Référendum d’Initiative Partagé » donnant la possibilité au peuple français de se prononcer sur la privatisation des Aéroports de Paris (ADP), à condition que soient recueillies pour le 12 mars 2020 à minuit les 4 717 396 signatures (10% du corps électoral) nécessaires.

C’est la première fois que ce processus législatif est engagé dans notre pays, les collectivités territoriales et leurs élus se doivent de faciliter l’information des citoyen-ne-s et l’accès à leurs droits constitutionnels.

Comme il est écrit dans l’exposé des motifs du projet de loi (voir en annexe), « un aéroport n’est pas une entreprise comme les autres ».

Les Aéroports de Paris constituent un enjeu stratégique national de première importance.

Ils sont un lieu de transit majeur de passagers et de marchandises : 102 millions de voyageurs et 2,2 millions de tonnes de fret en 2017, ce qui fait d’ADP la 1ère plateforme aéroportuaire cargo d’Europe.

Leur devenir impacte directement :

  • la souveraineté nationale et la sécurité, ce sont des frontières de notre pays
  • l’aménagement du territoire
  • les choix à venir en termes de transports et de transition écologique
  • la protection de l’environnement
  • l’économie et l’emploi

Se dessaisir de la maîtrise publique de cet équipement au profit d’intérêts privés, et ce pendant 70 ans, aurait des conséquences lourdes sur les choix politiques essentiels de notre pays.

Dans le monde, 85% des aéroports sont sous contrôle public, 100% aux USA.

ADP est un bien commun national qui trouve son origine dans l’établissement public créé en octobre 1945 par le gouvernement provisoire de la République française présidé par le Général de Gaulle.

L’État qui en est toujours en 2019 avec 50,3% des parts l’actionnaire majoritaire doit le rester.

La privatisation de ADP s’accompagnerait de hausses considérables des tarifs pour les usagers, d’une fragilisation de la compagnie nationale Air France, mais aussi d’un trou dans les finances publiques que tous les contribuables seraient appelés à combler.

Car ADP est une entreprise très rentable dont les revenus ont connu une hausse moyenne de 3,8% sur les 10 dernières années. Les dividendes reversés à l’État ont été de 173 millions d’euros en 2018 et devraient s’élever à 185 millions d’euros pour 2019.

Priver le budget de la France de cet apport annuel qui pourrait servir à l’intérêt général, au bénéfice de sociétés privées et de leurs actionnaires serait dommageable.

Nous avons des précédents éloquents, sévèrement épinglés par la Cour des comptes : 

  • La cession en 2006 des autoroutes à des sociétés privées qui en tirent des profits considérables (20% de hausse en 10 ans) dans le même temps où les tarifs ne cessent d’augmenter et deviennent prohibitifs, pénalisant les usagers, place les autoroutes françaises parmi les plus chères d’Europe, alors que s’amorce un retour vers la gratuité dans certains pays comme l’Espagne.
  • La cession en 2015 de l’aéroport de Toulouse-Blagnac à des fonds d’investissements chinois, pour partie domiciliés dans des paradis fiscaux (les Iles Vierges) qui, après avoir réalisé de très belles plus-values sans jamais avoir investi pour le développer, s’en débarrassent aujourd’hui.

Par conséquent :

considérant l’enjeu stratégique essentiel d’un service public national de cette importance,

considérant le caractère inédit du processus constitutionnel qui s’est ouvert et le moment démocratique qu’il représente pour les citoyen-ne-s,

considérant que la loi organique du 6 décembre 2013, en stipulant que les électeurs désireux d’appuyer la proposition de loi puissent accéder à des bornes internet ou faire enregistrer leur soutien sur papie« au moins dans la commune la plus peuplée de chaque canton » (soit pour le moment seulement Quimper et Briec sur les 14 communes de QBO), ouvre la possibilité aux autres de se porter volontaires pour ces opérations, comme cela se fait déjà dans plusieurs départements,

le Conseil communautaire de Quimper Bretagne Occidentale réuni le 19 septembre 2019 souhaite que soit assuré sur tout le territoire de l’agglomération un égal accès à l’information et à l’exercice des droits constitutionnels et décide, dans cet esprit, en lien avec les différentes communes,

  • d’engager une campagne d’information des populations sur les modalités et l’objet de cette procédure référendaire, les moyens mis à disposition des citoyens et les lieux où ils peuvent lui exprimer leur soutien, en utilisant notamment le magazine de QBO, les panneaux municipaux, l’affichage dans les locaux des mairies, leurs sites internet, et leurdivers moyens d’information
  • de mettre gratuitement des salles publiques à la disposition des associations souhaitant organiser des réunions d’information ou tenir des permanences sur ce sujet précis,
  • d’accompagner les municipalités pour que toutes puissent prendre leur place dans ce processus légal et démocratique et permettre aux électeurs-trices qui le souhaitent d’enregistrer plus aisément leur soutien
  • en installant des bornes d’accès à internet dans toutes les communes
  • en sollicitant leur habilitation par la préfecture pour faire enregistrer les signatures papier avec les formulaires CERFA

Quimper le 9 septembre 2019.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :