Création de la Coordination 29 pour un référendum d’initiative citoyenne sur la privatisation d’ADP.

image_pdfimage_print

Texte constitutif

de la Coordination 29 pour un référendum d’initiative citoyenne sur la privatisation d’ADP

Coordination créée le 3 juillet 2019

Le Président de la République et le Gouvernement veulent privatiser complètement les Aéroports de Paris (ADP) – qui gèrent Roissy Charles de Gaule, Orly, Le Bourget – un groupe dont l’État est actuellement actionnaire à 50,6 %. La privatisation d’ADP a été votée par la loi Pacte au printemps 2019. Outre ADP, elle prévoit aussi la vente de ENGIE et de la Française des Jeux, des barrages hydro-électriques. Ils rapportent à eux tous presque un milliard d’euros par an à l’État : 173 millions de dividendes pour l’État l’an passé pour ADP! C’est de l’argent qui peut être ré-investi dans le Service Public.  ADP est la deuxième valeur boursière détenue par l’État après EDF.

Ce projet soulève une très forte opposition dans tout le pays.

La maîtrise publique de nos plus grands aéroports nationaux est un enjeu d’intérêt national avec une forte dimension stratégique, économique et sécuritaire. 86 % des aéroports dans le monde sont sous contrôle public, dont 100 % aux États-Unis.

Si ADP est privatisé :

– quel impact sur l’aménagement du grand Paris ? ADP gère actuellement une réserve foncière immense qui tombera entre les mains des spéculateurs immobiliers sans préoccupation écologique, et les prix des terrains vont exploser.

– quelles conséquences sur une augmentation des coûts des prestations pour les compagnies aériennes et les usagers, sur leur adaptation aux nouveaux impératifs de lutte contre le dérèglement climatique ? Nous ne pouvons pas laisser les actionnaires décider d’un domaine si vital pour notre avenir.

Pour privatiser, l’État devra payer les actuels actionnaires minoritaires d’ADP à hauteur de 1 milliard. Parmi eux, le groupe Vinci, qui est candidat au rachat ! ADP est le principal hub d’Air France, la privatisation fera courir des risques à la compagnie national. Elle s’accompagnerait de lourdes menaces sur les conditions de travail des salariés de l’entreprise.
Les compagnies aériennes se sont déclarées défavorables à la privatisation car elles craignent une augmentation des coûts pour elles et donc une répercussion sur les prix des billets. L’association internationale du transport aérien a en effet mené une étude sur près de 90 aéroports internationaux qui confirme que les aéroports privatisés sont plus chers que ceux restés dans le giron public

Deux exemples devraient inciter le président de la République à renoncer à ce projet :

– les autoroutes françaises bradées aux multinationales pour un prix de 14,5 milliards d’euros inférieur de 40% probablement à la valeur réelle, concession qui a déjà permis à ces sociétés d’empocher 28 milliards d’euros depuis 14 ans et d’engranger des profits astronomiques sur le dos des citoyens qui paient deux fois les infrastructures : comme usagers avec les péages, et comme contribuables avec les investissements de départ. C’est un véritable racket organisé. Veut-on la même chose pour les aéroports?

– le précédent de la vente de l’aéroport de Toulouse organisée en décembre 2014 par Emmanuel Macron, ministre de l’économie et des Finances. Vendu pour 308 millions d’euros à un groupe privé sans aucune expérience en matière aéroportuaire et composé à 51% d »une entreprise publique chinoise et à 49% d’un fonds d’investissement de Hong Kong domicilié dans un paradis fiscal – les îles vierges britanniques – il a été revendu 200 millions d’euros plus cher après que les actionnaires en aient vidé les caisses. Cette privatisation a été épinglée par la Cour des comptes.

Suite à la démarche des groupes parlementaires PCF, FI, PS, et de parlementaires LR, la représentation nationale a réussi à imposer un Référendum d’Initiative Partagée (RIP) sur la reconnaissance du caractère de « service public national » des aérodromes parisiens, proposition d’un RIP validé le 9 mai dernier par le Conseil Constitutionnel. Il faudra réunir avant le 12 mars 2020 4,7 millions soutiens à la loi cosignée par 248 parlementaires de gauche et de droite qui consacre ADP comme un service public national, donc non cessible au privé.

Si ces 4,7 millions de signatures sont recueillies, le gouvernement se trouvera l’obligation de consulter les Français sur ce projet. Il va être possible de s’opposer à une nouvelle privatisation et au bradage du patrimoine public au profit exclusif des intérêts privés.

Comment le président et son gouvernement peuvent-ils ainsi privatiser complètement des groupes stratégiques rentables gérant des infrastructures stratégiques sans même consulter les Français, alors qu’ils n’ont reçu aucun mandat pour cela ? Ce serait un déni de démocratie.

A l’inverse, l’obtention du référendum par une très forte mobilisation des Français pourrait constituer une victoire politique majeure contre les logiques néo-libérales et capitalistes de privatisation des services publics.

C’est un enjeu de maîtrise publique d’un secteur essentiel pour notre pays, un enjeu de démocratie.

Citoyens, mobilisons-nous tous ensemble pour que partout dans le Finistère comme dans le reste du Pays une dynamique populaire se mette en place en faveur du référendum sur la privatisation d’ADP!

Coordination ouverte aux citoyens et soutenue actuellement par 14 organisations :

Attac, Citoyens et Jeunes pour le climat, Ensemble !, France Insoumise, Parti Communiste Français, Parti Socialiste, Génération.s, EELV, UDB, Solidaires, FSU 29, CGT 29, Convergence nationale de défense des Services Publics 29,  Fakir – groupe de soutien finistérien 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :