Le 24 septembre, mobilisons nous pour défendre nos retraites ! Lieux et Horaires.

image_pdfimage_print

 

Horaires et lieux des manifestations :

 Brest– Place de la Liberté à 10h30
Carhaix– Place du Champ de Foire à 10h30
Morlaix– Place des Otages à 10h30
 Quimper– Place de la résistance à 10h30
 Quimperlé– Place Jean Jaurès à 10h30

 

 

 

 

 

 

 

L’objectif majeur de la réforme Macron des retraites est de baisser le niveau de toutes les pensions.

La réforme des retraites n’a qu’un but, maintenir l’enveloppe des moyens consacrés à la retraite à 14 % des richesses créées par le travail. Compte tenu de l’augmentation d’environ 6 millions de la population des plus de 60 ans d’ici 2040, ce verrouillage des ressources induira nécessairement une baisse drastique des pensions pour chaque retraité-e.

Dans le cadre de la loi PACTE (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises), une ordonnance vient « opportunément » ouvrir la voie à de nouveaux produits d’épargne retraite commercialisés à partir du 1er octobre prochain.

Actuellement,12.5 millions de personnes disposent d’un de ces produits d’épargne,mais leur encours (250 milliards €) apparaît,bien insuffisant pour la haute finance. En effet, l’encours pour l’assurance vie est lui de 1700 milliards €, celui des livrets réglementés comme le livretA est de 400 milliards €.

Derrière la réforme Macron, les enjeux financiers sont d’importance. Les nouveaux produits seraient plus simples et plus rémunérateurs. De quoi allécher les futur-e- s retraité-e-s dont les cadres, davantage pénalisé-e-s par le projet de réforme. Mais le chant des sirènes n’entonne pas que les systèmes de retraite par capitalisation ont toujours fait faillite.

Ainsi, nous sommes dans une période où les forces néolibérales ont besoin, pour relever le taux de profit,de s’en prendre aux fondamentaux conquis à la libération, la Sécurité sociale, les retraites, la protection sociale.

Alors, en ces temps de bulle financière où les plus hautes instances comme le FMI annoncent des « risques très sérieux », le système de retraite solidaire par répartition bâti en 1945/46 reste le garant d’une retraite digne pour tous, loin du chacun pour soi. Et foin des produits financiers toxiques !

En développant,dès maintenant, une bataille de mobilisation, de rassemblement, d’explications, de propositions, nous pouvons imposer la mise en œuvre d’une réforme des retraites, répondant aux besoins de la société d’aujourd’hui, reprenant l’idée communiste d’Ambroise Croizat : « Chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ».

Mobilisons nous !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :