Tag: Hommage

image_pdfimage_print

Hommage à Yves Autret, grand militant et résistant communiste finistérien

La Fédération du PCF du Finistère rend hommage et adresse un dernier salut fraternel à Yves Autret, notre camarade de Pont-de-Buis, adhérent de la section de Châteaulin, décédé à 93 ans le 17 août 2017 et s’associe à la tristesse de sa famille, des ses amis, de ses proches.

Nous avons reçu le 22 août une lettre, ci-dessous, du secrétaire national du PCF, Pierre Laurent qui a écrit au secrétaire départemental pour s’associer à l’hommage à Yves Autret.

ob_cba199_yves-autret-capitaine-pierre Yves Autret, capitaine Pierre – photo ANACR

Cher camarade,

Je viens d’apprendre le Décès de Yves Autret.

Je voudrais, au nom de la direction nationale du Parti communiste français, te faire part de ma grande tristesse, en te demandant de dire toute mon affection à sa famille, aux communistes du Finistère, aux camarades et amis, notamment de la CGT et de l’Anacr, à toutes celles et ceux qui l’ont apprécié, aimé et ont milité avec lui.

Yves était un homme que le Parti communiste est fier d’avoir compté parmi les siens. Membre de notre Parti dès l’âge de 15 ans, il a fait de son engagement, de son attachement aux valeurs d’égalité et de justice, de son combat pour un monde de paix et de solidarité avec les peuples, une constante de toute sa vie : sa fidélité à son engagement et à tous les combats émancipateurs force le respect.

C’est notamment le cas pendant l’occupation où il occupa, au sein des FTP du Finistère, des responsabilités importantes de propagande ou d’actions directes contre l’occupant Nazi. Nous n’oublierons pas l’engagement et le courage d’Yves, ou plutôt du «Capitaine Pierre » pour reprendre son pseudonyme de l’époque.

Yves n’a eu de cesse ensuite de militer, jusqu’à ses dernières forces, au sein de son parti et de son syndicat la CGT, dans l’entreprise du bâtiment où il travaillait.

Il avait à cœur aussi de faire connaître aux nouvelles générations, au sein de l’ANACR dont il fut un militant actif dès sa création dans le Finistère ce que fut son combat libérateur, l’expérience et les leçons qu’il en tirait.

La trace qu’a laissé Yves est et restera vive.

En te faisant part de la peine qui est la mienne, je voulais dire combien le Parti communiste français est fier et reconnaissant de la part qui fut celle d’Yves dans le rayonnement et la place originale de notre parti en France, aux côtés de toutes celles et ceux qui agissent pour un avenir de progrès pour le monde du travail et pour toute l’Humanité.

Je t’adresse, Cher ami, cher camarade, mes salutations les plus fraternelles.

Pierre Laurent, le 22 août 2017.

Présent aux obsèques d’Yves,  Ismaël Dupont a prononcé cet hommage de la Fédération du PCF du Finistère à notre camarade :

À la déclaration de guerre, Yves Autret, formé dans le milieu ouvrier de Pont-de-Buis et par ses professeurs progressistes de l’école républicaine, était un militant des Jeunesses Communistes.

Il prends la responsabilité des Jeunesses Communistes et entre dans la Résistance à Pont-de-Buis sous la direction d’Albert Abalain, fusillé au Mont Valérien le 17 septembre 1943.

Il organise la jeunesse résistante FTP dans le Finistère, l’action directe contre l’occupant, les sabotages. À la fin de la guerre, sous le nom de guerre et de clandestinité de capitaine Pierre, il devient membre de l’état-major FTPF dirigé par Daniel Trellu, puis il participe au Comité Départemental de Libération et continuera à militer pour le Parti Communiste et la justice sociale dans le centre-Finistère.

Notre pays et les Finistériens peuvent être reconnaissants vis à vis d’hommes comme Yves Autret qui, la foi progressiste et révolutionnaire chevillée au corps,  ont placé les exigences de liberté, d’égalité et de justice au-dessus de leur intérêt propre et ont permis de libérer le territoire de l’occupation nazie. Le parti communiste est fier d’avoir suscité ces dévouements pour la nation et d’avoir compté dans ses rangs des hommes ayant manifesté un tel héroïsme par sens du collectif, de la lutte et du devoir.

Nous ne devons pas laisser se dilapider leur héritage, celui du CNR et de son programme « Les jours heureux », et surtout nous leur devons d’en être dignes.

La Fédération du Finistère du Parti Communiste Français, le 19 août 2017  

pcf_1