Vidéo : Bérénice MANAC’H « Le Livre De Nella »

image_pdfimage_print

Mardi de l’éducation populaire avec Bérénice Manach, 1er juillet 2019 au local du PCF Morlaix: voyage dans l’Italie fasciste, la France des immigrés italiens des années 30, l’URSS du stalinisme, et la plus belle histoire et triste d’amour entre Nella, 16 ans et demi, et Emilio, le beau communiste italien déporté par Staline et exécuté en 1938, quand Nella rejoint Emilio à Pinega, où il est déporté au niveau du cercle polaire, pour des mois de vie d’amour et d’eau chaude, sans quasiment rien à manger, avant qu’Emilio soit déporté en Sibérie et que Nella ne rentre en Italie, à Turin, pour en France où elle commence à vivre avec l’ami d’Emilio, Etienne Manac’h, ancien militant et agent communiste, professeur de philosophie, futur diplomate, qui la fait venir à Istanbul où il travaille au lycée de Galatasaray tout en étant missionné par la France Libre.

Un moment riche et poignant!

« Le livre de Nella – Des vies d’exil » (Skol Vreizh, 2019)

Nella, la mère de Bérénice, est la fille de Teresa et Constante, ouvriers du Frioul en Italie du Nord contraints à se refugier en Europe car Constante Masutti, cadre du parti communiste, a tué un dirigeant du milice fasciste en 1921 dans un réflexe de légitime défense. La famille va émigrer en Suisse, puis en France, avant de partir vivre en URSS où Nella passe une grande partie de sa jeunesse et de son adolescence, et tombe amoureuse d’Emilio, un autre italien communiste de la région de Turin, réfugié en URSS, mais qui, trop indépendant, sera bientôt victime de la répression stalinienne, déporté puis liquidé par le NKVD en 1938. Nella vivra plusieurs mois de déportation avec Emilio. Pendant la guerre, Nella s’unit à un ami d’Emilio, Etienne, un breton de Plouigneau émigré à Paris dans sa jeunesse, ancien militant communiste, passé à la France Libre au début de la guerre, profitant de son poste de professeur de philosophie à Istanbul. Ensemble, ils vont avoir à gérer le tempérament d’Etienne, Don Juan égocentrique, et le souvenir d’Emilio et une vie de diplomates en Europe de l’est. A la fin de sa vie, Nella, qui s’est éloignée d’Etienne, va faire la vérité sur la fin de vie d’Emilio, victime de la terreur stalinienne comme bien d’autres communistes italiens réfugiés en URSS.

 » Ce livre n’est ni un manuel d’Histoire ni un roman. Il tient pourtant de l’un et de l’autre. Il raconte l’histoire d’une famille ouvrière d’origine italienne écartelée entre plusieurs pays et plusieurs langues. C’est une histoire d’exils, de départs, de retours, qui se mêle plus ou moins étroitement à bien des drames que l’Europe a vécus au cours du 20e siècle. Les gens simples ont rarement été là pour dire ce qu’ils ont vécu. Ce récit retrace la vie de ces témoins et leur donne la parole, de l’Italie fasciste à l’immigration clandestine en région parisienne, de l’expatriation à Moscou sous la terreur stalinienne au retour en France.. »

Lien vers Skol Vreizh

https://www.facebook.com/lelivredenella/

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :