Retour sur la venue finistérienne de Maryam Madjidi.

image_pdfimage_print

Vendredi 5 Avril à Morlaix.

Candidate de la liste PCF conduite par Ian Brossat en huitième position Maryam Madjidi était au local du PCF Morlaix le vendredi 5 avril. Un très grand moment de partage politique et littéraire devant 56 personnes autour de l’accueil des exilés, de l’Iran, du communisme et des valeurs qu’il porte. Maryam a parlé du communisme dans sa vie, de l’engagement clandestin de ses parents en Iran, de leur condition de réfugiés politiques, de l’incarcération de ses oncles et de leur « révolution volée », de son travail social avec les réfugiés. Un discours plein de sagesse, d’humanité, de révolte et d’humour aussi, et des lectures de chapitres de « Marx et la poupée » qui ont fait vibrer tous les participants de cet exceptionnel vendredi de l’éducation populaire.
Avec les camarades: Maryam Madjidi découvre les joies du Ti Coz et de la bière de Concarneau. Prochain rendez avec Tri Martolod au stand du Finistère de la fête de l’Humanité!!! Le rendez-vous est déjà pris.
Samedi Matin 6 Avril à Morlaix.
Rencontre passionnante avec Maryam Madjidi, auteur de « Marx et la poupée », à Dialogues Morlaix, animée par Géraldine Delaunay et les questions et interrogations des lecteurs. Quelques photos de Pierre-Yvon Boisnard de cet échange qui a réuni une trentaine de lecteurs. Les discussions ont roulé sur la part autobiographique et fictionnelle de son roman, sa composition stylistique diverse, les circonstances de son écriture (commencée à Pékin, où Maryam a vécu quatre ans, terminée à Istanbul où elle a vécu deux ans). Ce livre fort, original, poétique et politique, émouvant et juste, a reçu le prix Goncourt du Premier roman en 2017, le prix Ouest-France Étonnants Voyageurs, le prix de l’écrivain francophone 2018. Nous avons aussi échangé sur la littérature persane et française, leur dimension d’universalité, sur l’Iran de la révolution islamique et d’aujourd’hui, le combat des femmes pour la liberté, le parallèle possible ou non entre l’arrachement à une culture et une langue bretonne et l’exil, point de non retour et déplacement forcé, le rapport entre l’attachement à la petite patrie et l’ouverture au monde, les pièges croisés de l’assignation à l’assimilation (oublies ta culture d’origine, elle ne vaut rien, seul le Français est la culture de l’universel) comme du communautarisme et des clichés exotiques de l’orientalisme. Maryam a aussi lu un chapitre très drôle de son livre où elle montre comment plus jeune elle a, elle aussi, joué des clichés coloniaux de l’orientalisme qu’il y avait dans la tête des autres, des fantasmes que pouvaient avoir sur une femme « orientale » les hommes.
Samedi Après Midi 6 Avril à Brest.
50 personnes à La Petite Librairie à Brest pour une rencontre autour de Marx et la poupée et de son auteur, Maryam Madjidi
Beaucoup de monde, et de l’enthousiasme à La Petite Librairie à Brest, samedi 6 avril, une librairie indépendante rue Danton dans le quartier St Martin pour écouter Maryam Madjidi parler de son magnifique roman « Marx et la poupée », de son communisme et de sa vision de l’actualité et de la justesse du marxisme, des raisons et des circonstances de son engagement sur la liste du PCF conduite par Ian Brossat, du travail de Ian et des élus communistes à la ville de Paris, de l’engagement politique clandestin et dangereux de ses parents en Iran, de sa mère, du rapport à l’Iran, de l’exil et de la condition des exilés, du refus des approches simplistes de l’intégration, de son travail de travailleuse sociale à la Croix Rouge pour enseigner aux jeunes mineurs non accompagnés le français, de ses ateliers d’écriture avec les jeunes des quartiers populaires de région parisienne. La cinquantaine de personnes présentes à la Petite Librairie, et Maryam Madjidi elle-même, ont énormément apprécié cette rencontre. De magnifiques lectures de chapitres du livre ont émaillé ces instants magiques.

Brest, fac Ségalen, samedi 6 avril – Réunion-débat sur l’enjeu des élections Européennes et celui de l’accueil des exilés en Europe.
Brest, fac Ségalen, samedi 6 avril – Réunion-débat sur l’enjeu des élections Européennes et celui de l’accueil des exilés en Europe avec Maryam Madjidi et Glenn le Saout, candidats du PCF sur la liste de Ian Brossat. Avec Maryam Madjidi, militante pour le droit d’asile et enseignante avec des mineurs étrangers non accompagnés fuyant la guerre et la misère, nous avons disséqué les traductions et les conséquences de la politique inhumaine de l’Europe et de la France en termes de refus d’accueil des réfugiés et exilés, se traduisant par:

– une externalisation de la politique de refoulement des réfugiés, dans des conditions de violation des droits de l’homme souvent, à la Libye, au Maroc, à la Turquie
– le chacun pour soi en Europe incarnés par les odieux réglements Dublin
– des exilés déshumanisés, considérés comme des objets encombrants que l’on se refile d’un pays à l’autre
– la remise en cause du droit à l’asile politique, à l’aide médicale
– des temps d’obtention d’un permis de séjour très longs, énormement de réfugiés, d’exilés qui n’ont pas le droit de travail
– la délégation aux associations de l’aide à la survie des migrants en détresse, l’Etat laissant y compris de jeunes enfants à la rue
– plus de 2000 morts en Méditerranée en 2018, 18 000 depuis quelques années.
– la détresse et la précarité d’énormément de migrants et de jeunes et d’enfants parmi eux
– l’élimination du droit aux études en France pour les étudiants étrangers qui ne sont pas riches
– le manque de moyens et de volonté politique pour l’hébergement, l’accès aux soins, à l’aide psychologique, à la scolarisation, à l’apprentissage, à la langue française
– le tri et la concurrence entre les bons et les mauvais migrants, ceux qui peuvent avoir des droits et ceux qu’on doit plonger dans la précarité la plus absolue ou renvoyer, même quand les pays sont peu sûrs.
– les discours de Collomb sur prétendu tourisme social, bench marking des migrants
– une montée des idées et des pratiques xénophobes, y compris dans un cadre très institutionnelles
– une volonté d’opposer les pauvres entre eux pour les besoins du capital.
– une traite des femmes et des hommes par les passeurs

Nous avons avancé des contre-propositions du PCF, issues de notre Manifeste pour une France fraternelle dans une Europe solidaire, en matière d’ouverture de voies légales et sécurisées pour l’immigration, de droit à l’apprentissage du français et à la scolarisation, de suppression des tests osseux, pratique dégradante et douteuse aux fondements racistes, de création de 50 000 places d’hébergement d’urgence pour les réfugiés, de réquisition des logements vides.

Le débat a été très intéressant avec notamment des interventions d’Ismaël Dupont, de Françoise Guéguen (l’accompagnement des étrangers à Pôle Emploi), de Yvonne Rainero, Claude Bellec, conseillère déléguée au logement à Brest, qui ont remis en cause l’attitude de la préfecture et de l’Etat, d’Erwan Rivoalan.

Ces 2 rendez-vous en réunions publiques de Maryam Madjidi à Brest et Morlaix corrrespondait à son début de campagne Européennes après le meeting de Marseille et le salon du livre sous l’égide de l’Humanité à Romorantin. Nous avons découvert avec elle une personne et une intellectuelle et artiste engagée extraordinaire que nous sommes très fiers de compter sur la liste du PCF conduite par Ian Brossat, une liste dont nous avons exprimé la diversité et la richesse avec des jeunes comme Glenn Le Saoût, Lucie Martin, des employés et ouvriers auteurs de combats extraordinaires, des hommes et femmes de culture, des médecins et personnels médicaux, des Gilets Jaunes.

Auparavant dans l’après-midi nous avons visité avec l’écrivaine Maryam Madjidi et candidate du PCF aux Européennes sur la liste de Ian Brossat l’extraordinaire médiathèque des Capucins dans l’ancien arsenal de Brest , Jacqueline Héré, présidente du groupe communiste à la mairie de Brest, maire de quartier de Bellevue, Réza Salami adjoint à la culture PS, maire de quartier du centre-ville, réfugié politique iranien lui aussi, opposant iranien marxiste au début des années 80 comme les parents de Maryam Madjidi, Mitra, championne d’Asie et vice-championne du monde d’échecs, Glenn Le Saoût candidat finistérien aux Européennes sur la liste du PCF, Jean-Paul Cam, secrétaire de section de Brest, Erwan Rivoalan, bibliothécaire, et Annaëlle, la responsable de la médiation et de l’espace vie sociale-citoyenneté de la médiathèque qui nous a fait une très belle visite guidée de cet endroit porteur d’une conception de la culture ouverte et intégrant la dimension sociale.

Ismaël Dupont.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :